Aller au contenu
forum sidasante

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 3/3


Recommended Posts

A propos de ces tests, voici la traduction (approximative) d'un texte que vient de livrer le Dr Rebecca Culshaw au blog de Hank Barnes :

http://barnesworld.blogs.com/barnes_world/..._culshaw_2.html

--Resize_Images_Alt_Text--

Encore une autre particularité de l'évangile du VIH/SIDA est que beaucoup de ce que nous entendons et encore beaucoup plus de ce que les docteurs et des chercheurs croient pour être vrai, est tellement éloigné de ce qui est documenté dans la littérature scientifique que lorsqu'on apprend ce qui y figure vraiment dans, la réaction immédiate est l'incrédulité.

Je doute que beaucoup de citoyens ordinaires, voire de praticiens médicaux soient conscients que dans des kits d'essai d'anticorps au VIH il existe des phrases d'avertissement telles que : "Le test EIA [Elisa] ne peut pas être utilisé pour diagnostiquer le SIDA." Je doute que beaucoup de personnes qui se soumettent à ce test aient une connaissance quelconque que leur avenir, leur capacité à obtenir l'assurance, à porter des enfants naturellement, à voyager, ou à vivre sans crainte, dépend des résultats d'un essai qui n'a pas même été approuvé pour diagnostiquer l'infection du VIH, sans pouvoir être "confirmé" par les nombreux tests semblables, qui fonctionnent tous de la même manière et qui contiennent tous des avertissements semblables.

Mais je doute même plus que la majorité de praticiens médicaux soit consciente du changement subtil mais significatif dans la langue utilisée dans les kits de tests VIH depuis le début de l'ère du SIDA. Par exemple, de 1984 jusqu'au passé très récent, les inserts de kit de test contenaient cette déclaration sans équivoque : "le SIDA est causé par le VIH". En 2002, l'OraSure modifie cette déclaration pour dire : "le SIDA, les complexes liés au SIDA et le pré-SIDA sont supposés être causé par le VIH."

Mais juste cette année, dans un remarquable - et potentiellement significatif - changement dans la pensée, la tendance semble être de faire une déclaration encore moins péremptoire. Par exemple, l'insert du test ELISA d'Abbott Diagnostic contient la sentence suivante : "Les données épisémiologiques suggèrent que le Syndrome immuno-déficitaire acquis (le SIDA) est causé par au moins deux types de virus d'immunodéficience humaine, connus collectivement comme le HIV."

Vironostika semble être même moins désireux de soutenir un vrai rôle causal, comme le dit l'insert de leur kit de test de 2006 : "les données publiées indiquent une corrélation forte entre le syndrome d'immuno-déficiece acquise (le SIDA) et un retrovirus reconnu comme le virus d'Immunodéficience Humain (le HIV)."

Tout cela nous indique que vingt-deux ans plus tard, nous n'avons pas avancé. Comme l'indique la publication récente  de Rodriguez et al., la quantité de virus (mesurée de manière douteuse par les tests de charge virale) n'a pratiquement aucune influence sur la baisse des cellules CD 4+ et on a si longtemps cru que ces cellules mouraient sur l'ordre du VIH

Ainsi que Zvi Grossman l'a exposé dans une publication récente, "les processus pathogènes et physiologiques menant au SIDA restent une énigme." Autrement dit, nous n'avons toujours aucun indice sur ce que fait le HIV en réalité .Que deviennent les cellules-T? Personne ne le sait. De même, qu'est-ce que la charge virale? Personne ne le sait.

Après vingt-deux ans, nous sommes revenus à la corrélation - revenus à l'épidémiologie. Nous sommes toujours scotchés dans la même habitude de promouvoir ces tests, qui peuvent mesurer quelque chose, mais personne vraiment ne comprend ce que c'est. Pire encore, nous utilisons les résultats de ces tests pour littéralement ruiner des vies des gens.

La tendance la plus inquiétante de derniers est "la recommandation forte" que toutes les femmes enceintes soient testées pour le HIV. Et si elle n'est pas testée pour le HIV pendant sa grossesse, nous recommanderons fortement qu'elle soit testée tandis qu'elle est en travail. Est-ce que je suis la seule personne que cela inquiète?Tterroriser et intimider des femmes quand ils sont le plus vulnérables - quand elles sont enceintes et quand elles donnent naissance - est un signe d'une société qui souffre d'une maladie plus mauvaise que celle qu'elle terrorise.

C'est d'autant plus horrible que la grossesse est documentée dans la littérature médicale comme une source de faux positifs pour les tests d'anticorps VIH. Ce qui pourrait sembler a priori une décision se souciant de l'enfant à naître se trouve être en réalité une décision non informée, parce que la plupart des mères parturientes ne sont pas conscientes que leurs chances d'être enregistrée comme (faussement) positives augmenteront (et l'augmentation apparaît particulièrement saisissante parmi des femmes noires).

La plupart ne saura pas qu'un résultat positif empêchera son enfant de recevoir la nutrition optimale via l'allaitement. La plupart ne sera pas conscient qu'elle sera contrainte de prendre des médicaments dont on ne connaît même pas  les effets à long terme sur elle ou sur son enfant.

Le plus mauvais aspect de ce type de terrorisme médical aboutit aux situations comme le cas tragique de Joyce Ann Hafford (qui a conduit à un tel effet dévstateur suite à la chronique de Celia Farber dans son récent article dans le magazine d'Harper), qui est mort suite à la toxicité de la nevirapine. Le fait que Hafford puisse finalement avoir été fausse positive en fait la perte d'autant plus horrible. Et nous ne pouvons pas oublier le fait que nous n'avons aucune idée ce qui arrivera à long terme aux enfants qui reçoivent ces médicaments) in utero. Nous n'avons aucune idée, de même que nous n'avons aucune idée s'ils tomberaient même malades s'ils n'ont pas reçu les drogues(médicaments).

Tout ceci dit, la seule preuve que nous ayons d'un quelconque rôle joué par le VIH dans le SIDA est une corrélation epidémiologique. Pire, c'est une corrélation entre les manifestations d'un syndrome clinique particulier et les résultats d'un test d'anticorps qui n'a pas été standardisé, n'a jamais été  vérifié sis-à-vis du véritable isolement viral et qui n'est pas même approuvé pour le diagnostic d'une infection au VIH.

A cause de ces tests, nous avons créé toutes les types de lois discriminatoires, mais nous ne savons même pas ce que ces tests signifient. Et si nous ne savons pas ce qu'ils signifient, n'importe quelles données de corrélation qui pourraient être obtenues d'eux doivent être regardées avec prudence, si non rejetées entièrement. Quand tout est ainsi mis à nu, nous commençons lentement à comprendre comment incertaines sont les fondations de l'industrie du VIH/SIDA toute entière, et tout ce qui va avec n'est rien (??).

Modifié par Cheminot
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 795
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

A propos de ces tests, voici la traduction (approximative) d'un texte que vient de livrer le Dr Rebecca Culshaw au blog de Hank Barnes :

http://barnesworld.blogs.com/barnes_world/..._culshaw_2.html

Super intéressant, le blog !

Et il y a du nouveau depuis aujourd'hui : http://barnesworld.blogs.com/barnes_world/

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai eu très récemment l'honneur de me voir offrir une rubrique sur le site de Hank Barnes. Offre que j'ai acceptée, bien entendu.

La rubrique en question s'appelle Views from the Western Front et j'essaie de donner à mes contributions un peu une couleur locale. Dans un futur assez proche je compte bien à vous faire parvenir quelques traductions en Français mais pour le moment mes écrits ne sont accessibles qu'aux anglophones. Pour éviter aux intéressés éventuels de perdre leur temps à chercher, voici quelques liens directs:

The Return of the Scorpion Woman from AIDES

The absolute certainty that HIV causes Aids

Your Money and Their Life

Bien à vous,

Jan Spreen

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Spreen,

J'ai lu tes articles interéssants mentionnés plus hauts. J'ai aussi visité ton site où j'ai trouvé ton discours :

** N E W **

XVI International Aids Conference opening session:

The delivery of an amazing "last minute" speech

Nights of Armour

" 40 millions de personnes infectées, aucuns (ou zéro) de guéris ", de l'aveu de l'orthodoxie.

- Pourquoi as-tu été invité à cette conférence ?

J'aimerai bien le savoir quand-même, d'autant plus qu'il n'y avait pas un seul repenseur (rethinker) du Sida dans la salle.

- Pourquoi maintenant ?

Je cite : " Parce que les parents d'hier (d'il y a 25 ans) sont aujourd'hui grands-parents. Une génération vient de passer. Et ces parents d'hier font le bilan de ce qu'ils ont laissé en héritage à leurs petits-enfants : des médicaments toxiques "

Aujourd'hui, le doute prend de l'ampleur mais faut-il encore 25 ans (une autre génération) pour que des méthodes thérapeutiques efficaces et aux effets durables soient accessibles au plus grand nombre ?

Faut-il encore 25 ans pour que le "vih" soit définitivement rélégué aux oubliettes ?

Aujourd'hui, le "vih" est doucement assassiné par le buzz (la rumeur) qui se transmet hors des voies d'information classiques.

Celui que se pose des questions tombe forcément sur les repenseurs du Sida et remonte l'histoire jusqu'au début de l'épidémie.

Indirectement, ce buzz qu'on laisse éclore progressivement sert tous ces parents d'hier qui veulent se racheter une bonne conscience.

Ce buzz sert des gens qui n'ont pas les couilles d'assumer leurs actes.

Avec internet, le buzz s'amplifie mais tout le monde n'a pas internet...

L'AZT et la Névirapine sont toujours utilisés. Les test à la c... aussi.

Aujourd'hui, c'est-à-dire 25 ans après :

- Des gens continuent à être stigmatisés d'une manière cauchemardesque sur la base d'un fantomatique virus.

- D'autres ne veulent rien savoir de tout ça et continuent leurs vies. Tout ce qu'ils demandent, c'est qu'on ne les fasse pas ch...

- D'autres essayent de comprendre dans quel engrenage ils ont mis les pieds et essayent de s'en sortir, quittes à étudier la médecine, la chimie, la biologie, la virologie et les mathématiques, et à dire à leurs médecins ce qu'il faut faire !

- Ces fameux grands-parents d'aujourd'hui diffusent des infos capitales au compte-goutte afin de ne pas ébranler un fragile comfort qu'ils avaient cru acquis à jamais.

Et moi, parce q'un jour, j'ai voulu savoir, je me suis fait mon opinion.

Aujourd'hui, en postant sur ONCT, je contribue ainsi à fortifier le buzz.

Nous sommes en pleine " réappropiation d'un questionnement sur la vérité " par des lâches à qui je permets (le comble) de dormir sur leurs deux oreilles et de sourire quand ils regardent leurs petits-enfants.

Parce que, comme une c... , je fais leur boulot ! Et je ne te parle du boulot de titan que d'autres ont abattu sur ce forum francophone !

Je crois que ces lâches devraient rendre un vibrant hommage à toutes ces personnes qui sont considérées comme des "denialists" et qui se battent envers et contre tout depuis 25 ans ! C'est grâce à ces «Â denialists «Â  qu'on en est là aujourd'hui (où exactement, au fait ?) et sans eux, ce serait pire !

En tous les cas, j'ai reconquis, grâce à ces "denialists", ma liberté de penser (sur le sujet du moins)

Et tout ça, pendant que des pépés pourris ne savent plus comment se sortir de ce merdier, ni eux ni leur descendance.

PS: Le cadeau surprise sous le siège de tes auditeurs, il était réel ou aussi virtuel que le "vih" ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

- Pourquoi as-tu été invité à cette conférence ?

Ben... parce qu'il m'a semblé qu'il fallait au moins un invité qui ne parlait pas comme les autres. Mais je savais aussi qu'il ne fallait pas trop rêver et qu'il fallait peut-être mieux forcer le passage que d'attendre une invitation. Alors je me suis invité moi-même, j'ai écrit mon texte et je l'ai mis sur le net.

C'en est resté là car si j'y étais vraiment allé, ils m'auraient probablement lapidé. Puis comme de toute façon il ne fallait pas compter ni sur l'audience dans la salle ni sur les articles des journalistes éventuellement présents, j'ai fait le deuil de tout ce beau monde et me suis dit que mon texte ferait aussi bien son chemin sur l'Internet sans ces quelques milliers de personnes qu'avec.

Ce que c'était, le cadeau précieux sous les chaises, en remplacement d'une barre de dynamite? Ben, chsais pas moi. Un livre de Geerd Hamer, par exemple, ça vous irait ?

Un grand merci pour votre commentaire en tous cas !

Jan Spreen

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En réponse au dernier message, je trouve que nous devrions nous renseigner sur comment porter plainte valablement contre tous ces lâches et autres promoteurs des fausses informations qui contaminent la vie de milllions de gens.

Dans chaque pays, la procédure et les arguments juridiques peuvent varier senseiblement. Mais globalement, çà doit être assez comparable.

Nous devrions porter plainte - pour mensonge, abus de pouvoir, escroquerie, terrorisme, soudoiement, recels, etc... - contres :

- tous les médecins qui contribuent confortablement, par facilté opportuniste à propager l'idée du VIH/Sida.

- ces directeurs de services d'épidémiologie d'hôpitaux fameux.

- ces journalistes et rédacteurs en chef de médias qui propagent cette véritable parano

- les société pharmaceutiques qui commercialisent des traitements nocifs, utilisants de faux arguments,

- Etc... etc.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est d'ailleurs à ce projet de poser plainte et d'entamer un procès que Mark Griffith s'était attelé, juste au moment où un accident cérébral l'emporta de façon foudroyante, il y a juste deux ans...

Ce serait chouette qu'à l'occasion du deuxième anniversaire de sa mort, nous reprenions son flambeau...

Pierre

(bruxelles)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Dee Stroy

Tout a fait et comme l'indique Jan Spreen :

Vous me posez la question ! Le traitement du SIDA nécessite des médicaments très

onéreux, ce qui implique des gros sous. Tandis que le traitement de la tuberculose, par

exemple, ne demande en général que juste un peu d'antibiotiques, une bonne nourriture

dans un endroit où le patient se sent paisible et en sécurité. Pas de gros sous. Vous en

voulez d'autres ? Surpopulation ? Des individus indésirables comme les homosexuels, les

noirs et les toxicomanes ?

Parfois j'ai l'impression que toute cette histoire revient simplement à la mise en place d'une nouvelle forme de camp de concentration, camp de concentration d'autant plus efficace qu'ils sont invisibles et que les personnes gérant/participant à "ces camps" sont persuadés d'oeuvrer pour le bien de l'humanité et pour la santé des patients.

C'est extrêmement troublant et effrayant.

Bravo pour ton site Jan Spreen !

Est-il possible d'avoir plus d'infos sur ton cursus par rapport à la question qui nous réunit ici ?

Merci d'avance.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite question.

Peut être qq'1 d'entre vous sait déjà.

J'ai trouvé sur le net certains articles qui disent que la cause du KS est le herpés humain HHV8, et biensur que le présence du HIV accentuerait le KS.

Vous en avez une idée?

Merci.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En continuant mes recherches sur l'AZT et les composés qui comportent des groupements fonctionnels semblables (ici l'azoture), je suis tombé sur ce document où il est explicitement indiqué que les azotures alcalins et les nitrites alcalins sont tous deux des donneurs de monoxyde d'azote. Il ne peut qu'en être de même pour les azotures organiques (AZT) et nitrites organiques (poppers), car ces composés sont encore plus oxydants que les premiers.

Par ailleurs, ces donneurs de NO, selon cette publication est bien un régulateur de l'apoptose, soit l'empêchant à faible concentration et en présence de thiols (glutathion), soit la favorisant en présence d'un excès de donneurs de NO.

On peut donc se poser la question de savoir si, au début de l'administration de l'AZT, la quantité de NO fournie remplace celle ne pouvant plus être produite par les CD4+. Et à ce moment-là, au début du traitement, le NO formé va empêcher l'apoptose, autorisant l'augmentation des CD4+, puis, au fur et à mesure de la consommation de thiols par l'AZT, la quantité de NO devient trop importante et l'apoptose va à nouveau avoir lieu, cette fois-ci bien plus gravement : c'est la fameuse "résistance" à l'AZT.

Ce n'est qu'une hypothèse bien sûr...

Modifié par Cheminot
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par ailleurs, ces donneurs de NO, selon cette publication est bien un régulateur de l'apoptose, soit l'empêchant à faible concentration et en présence de thiols (glutathion), soit la favorisant en présence d'un excès de donneurs de NO.

Sans vouloir jouer à l'avocat du diable, cette hypothèse pourrait-elle s'appliquer aussi au poppers, et est-il alors encore exagéré de dire que le poppers à faible dose (et en présence de glutathion) pourrait également favoriser l'augmentation des CD4+ ?

A moins que cette hypothèse n'est malgré tout pas valable pour le poppers (mais bien pour l'AZT) car le poppers est encore plus oxydant que l'AZT ?

La question m'intrigue, il est vrai.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi pas? Mais tu as raison, dans la gradation du pouvoir oxydant, il y a de fortes chances que les poppers soient bien plus oxydants. Pour passer de l'AZT, ou de "l'hydroxylaminothymidine" qui est probablement un des produits d'hydrolyse de l'AZT, à NO, il faut que la structure perde des électrons et soit donc oxydée. Mais cette oxydation est extrêmement facile (la constante de l'équilibre permettant de passer de l'un à l'autre est en théorie proche de 1). Alors que les nitrites doivent être réduits (par les thiols par exemple) en acceptant des électrons. Et la la réaction est thermodynamiquement plus facile

Cependant, il ne faut pas oublier que l'AZT (azoture) et l'hydroxylamine sont malgré tout des composés oxydants par rapport à l'état normal de la cellule : s'il y a assez de réducteurs (thiols, NADPH,...3TC) ils seront partiellement réduits en amine et en alcènes (D4T). On pourra presque dire alors qu'une partie de l'AZT est réduite, l'autre oxydée, "dismutation" un peu normale si l'on regarde les propriétés thermodynamiques. Mais s'il n'y pas de réducteur (SIDA au dernier stade), alors la production de NO se fera seule et sera très forte, d'ou l'aggravation de la perte des CD4.

Les poppers risquent certainement de faire avancer plus vite la maladie.

C'est à reprendre, tout cela... car je suis pressé...

Modifié par Cheminot
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

... s'il y a assez de réducteurs (thiols, NADPH,...3TC) ils seront partiellement réduits en amine et en alcènes (D4T).

Cheminot,

C'est la 1ère fois ( à moins que j'aie loupé un épisode) que j'entends parler du NADPH sur ce forum.

Si je résume, les thiols consistent en composés souffrés (glutathion, acétylcystéine, cystéine, sélénium ... ?)

Quant au NADPH, voir l' Amide Nicotinique ou Vitamine PP :

C'est à reprendre, tout cela... car je suis pressé...

En tous les cas, je te remercie pour toutes tes contributions qui vont finir par me réconcilier avec la chimie.

Sans parler de l'enjeu qui va avec.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En plus, les symptômes d'une carence en Vitamine B3/vitamine PP (la pellagre) ressemblent drôlement à ce que l'orthodoxie qualifierait d'une " super infection au vih ", si manifestés par un séropo mal/sous-alimenté :

La pellagre se manifeste par ce qu'on appelle la maladie des 3 D :

Dermatite, Démence et Diarrhée,

et en l'absence de traitement, la mort peut s'en suivre.

Les symptômes de la pellagre se traduisent par des irritations de la peau avec des rougeurs du visage, du cou et des membres (rougeurs qui ressemblent à un coup de soleil), une faiblesse musculaire, des étourdissements ou vertiges, des maux de tête, des nausées, des vomissements, des diarrhées, une perte d'appétit, une inflammation des muqueuses de la bouche et une langue rouge et enflée, ainsi que des troubles psychiques (mauvaise humeur, irritabilité, anxiété, dépression).

Passeport Santé

reflechi.gif Dingue, je n'ai toujours pas fini de tomber de ma lune !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Liane,

C'est la 1ère fois ( à moins que j'aie loupé un épisode) que j'entends parler du NADPH sur ce forum.

J'avais donner le lien

suivant dans le sujet sur le glutathion - schéma montrant entre autres l'implication du NADPH dans le recyclage du gluthation.

Cordialement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour le rappel, Psyence.

En effet, tu en parles dans le topic " Glutathion "

Il me semble que ce NADPH ferme la boucle et est tout aussi important que la Superoxyde Dismutase (SOD) dans le processus d'une réduction (action antioxydante) globale.

A ma manière, je dirais que la SOD et le NADPH (y compris le NADH) sont les bodyguards du glutathion.

Je me trompe ou sans eux, les composés souffrés (précurseurs du glutathion) tous seuls ne donneront pas à un résultat durable ?

Désolée si ça parait grossier, mais là ... 1-nuts.gif

Modifié par Liane
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite question qui m'est juste venueà la tête:

Pourquoi il y n'y avait pas de phénomène de SIDA chez les consommateurs de drogues par

voie IV avant les années 80?

- Peut être beaucoup d'entre eux tombaient malades ou mourraient prématurémment, mais

on ne savait pas encore que c t le SIDA. Peut être, je ne sais pas!

Vous avez une idée là dessus?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...