Aller au contenu
forum sidasante

wallypat

Modérateurs
  • Compteur de contenus

    1 158
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    1

wallypat last won the day on 20 septembre 2016

wallypat had the most liked content!

Réputation sur la communauté

1 Neutral

À propos de wallypat

  • Rang
    Chercheur de quoi déjà ?

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0
  1. Mes plus sincères condoléances également.
  2. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Oui, je crois que je puis effectivement répondre à cette question, à savoir que l'on trouve également du « VIH » dans les cultures de contrôle, du moins si les contrôles sont effectivement strictement identiques. Le Perth Group a signalé à de nombreuses reprises qu'il y a toujours des différences, parfois aussi minimes soient-elles, entre la culture du prélèvement supposé contenir du « VIH » et la culture de contrôle non supposée contenir du « VIH ». La situation n'a pas varié jusqu'à ce jour, et frôle parfois le plus grand ridicule car la circonstance que l'on trouve une activité de transcriptase inverse dans la culture supposée contenir du « VIH » et que l'on n'en trouve pas dans la culture de contrôle constitue souvent la « preuve » qu'il y a bien du « VIH » dans la culture supposée contaminée (LOL). Enfin, une petite piqûre de rappel : dans la seule étude au miscroscope électronique, tant in vitro qu'in vivo où les contrôles furent réellement et strictement identiques (aucune différence, même minime entre les deux) tant dans la culture supposée contenir du « VIH » que dans la culture de contrôle, et où l'expérience fut réellement faite en aveugle (chose extrêmement rare [quoique absolument nécessaire] au surplus en matière de "VIH"), des particules définies comme du « VIH » furent trouvées aussi bien dans la culture supposée contaminée que dans la culture de contrôle ! http://www.rethinkin...onse_31507.html : Ce seul fait (mais il en a bien d'autres : lisez les écrits du Perth Group) suffit déjà à réfuter à lui seul que le rétrovirus sur lequel travaille les experts ès « VIH » … serait du « VIH », et, partant, que les séropositifs auraient été contaminés par un insaisissable et fantasque rétrovirus « VIH » ! En d'autres termes, il n'a jusqu'à ce jour jamais été prouvé que le « VIH » existe, du moins en tant que rétrovirus (qu'il soit exogène ou endogène d'ailleurs).
  3. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.f...l=pubmed_docsum Embryon de caille transgénique obtenu à partir de la transduction d'un oeuf fécondé avec un lentivecteur dérivé du VIH qui fait exprimer la GFP sous le promoteur de la synapsine (-> ce qui fait que seuls les neurones expriment la GFP). Elles sont bien débrouillardes pour des protéines issues d'"ARN anormaux" On en a déjà parlé dans ce topic même il y a déjà plus de deux ans mais il est toujours intéressant d'ajouter ci-dessous une récente et brève (quoique déjà suffisante en elle-même) réfutation du Perth Group lui-même à ce genre d'expérimentation qui serait censée prouver l'existence du "VIH" selon l'orthodoxie du sida (LOL): COMMENTARY ON PAPER BY HUBNER ET AL
  4. L'AZT : toxicité, fonctionnement, ...

    Merci pour chacune des réactions. Après 6 jours, aucun effet secondaire apparent. Reste à examiner les résultats de son analyse du foie à faire pour le moment tous les quinze jours.
  5. L'AZT : toxicité, fonctionnement, ...

    Il prend quasiment exactement les mêmes suppléments que moi et suit le même régime que moi (quoique maintenant, vu les résultats, il va arrêter : il est réellement découragé et je le comprends). Chez moi, cela fonctionne très bien, chez lui, plus du tout. Et je puis confirmer ce qui précède à 100% puisque c'est mon compagnon depuis bientôt deux ans et demi et que nous vivons ensemble depuis bientôt deux ans. Il n'est pas encore réellement malade (pour le moment, les seuls véritables symptômes qu'il a sont une accumulation de verrues et de condylomes, dont il n'arrive pas à se débarrasser depuis plusieurs mois; notons que pour ma part, malgré nos contacts "rapprochés" quotidiens [lol], je n'ai aucune verrue ou condylome, et en réalité, je n'en ai jamais eu de toute ma vie malgré les innombrables contacts à risque que j'ai eus par le passé) mais bon, on a déjà vu d'innombrables fois, que ce soit sur ce forum ou ailleurs, ce qui arrive tôt ou tard aux séropositifs qui refusent jusqu'au bout de voir la réalité en face (cf le cas récent de Bruno Berthelet, semble-t-il). Bref, il a choisi la prudence et quoique je ne l'approuve pas entièrement, je respecte sa décision. Mais je ne désespère pas de le voir plus tard arrêter tôt ou tard les traitements "antirétroviraux". Je suis cependant très pessimiste à ce sujet : je crains que chez lui, les dégâts causés par son exposition passée aux oxydants azotés soient maintenant réellement irréversibles. Il est quand même stupéfiant de constater qu'à l'annonce de sa séropositivité il y a moins de trois ans, ses T4 étaient à 1200 et depuis lors, et avant même de suivre le régime que je préconise, ceux-ci n'ont fait que baisser graduellement, et puis de façon (très) accélérée au cours de ces derniers mois. Bien sûr, je sais très bien que les T4 sont loin d'être un bon marqueur mais il y a déjà de nombreux mois, son glutathion réduit était déjà bien largement en dessous de la valeur minimale normale (on n'a plus fait de bilan nutritionnel complet chez lui depuis lors car sa baisse de glutathion réduit se poursuivait parallèlement à sa baisse des T4). Je ne manquerai pas de signaler ultérieurement l'évolution de sa santé. PS : il ne faut pas s'étonner qu'il n'intervienne pas directement sur le forum car il n'est pas francophone; au surplus, quoiqu'il nourrisse la plus grande méfiance à l'égard de la médecine orthodoxe, il ne s'est malheureusement jamais beaucoup intéressé à la dissidence du sida (bien qu'il admette être [relativement] étonné qu'après neuf années de séropositivité, je respire toujours la pleine santé sans traitements "antirétroviraux"). Qui vivra verra ! lol
  6. L'AZT : toxicité, fonctionnement, ...

    Merci Cheminot pour ta si rapide réponse !
  7. L'AZT : toxicité, fonctionnement, ...

    Dans un précédent post, j'avais signalé que la santé d'un ami très proche périclitait malgré tout ce que je lui avais conseillé. En désespoir de cause, il a utilisé de l'argent colloïdal pendant deux mois. Le verdict est maintenant tombé : ses T4 ont chuté d'une façon encore plus vertigineuse et sont maintenant inférieurs à 50. Parant au plus pressé, il s'est décidé à prendre - momentanément - les traitements antirétroviraux prescrits par son docteur ès "VIH". Il s'agit en l'occurrence des deux suivants : TRUVADA et VIRAMUNE. Que faut-il en penser ? Sauf erreur de ma part, TRUVADA est relativement "acceptable", est relativement efficace, est fortement antioxydant. Il s'agirait cependant de faire particulièrement attention aux reins. En revanche, et toujours sauf erreur de ma part, VIRAMUNE n'est qu'un autre mot pour "Névirapine" et si j'ai bonne mémoire, VIRAMUNE est quasiment aussi toxique que l'AZT, et devrait être évité comme la peste. Qu'en pensez-vous (même brièvement) ? Ne serait-il pas opportun que l'ami en question exige de son médecin autre chose que la VIRAMUNE ou mieux encore, qu'il prenne juste TRUVADA pour commencer ? Merci d'avance pour vos retours d'expérience éventuels ou vos avis, même brefs, sur le sujet. Quant à moi, pour la première fois depuis deux ans et demi (car cela coûte très cher), j'ai refait un bilan nutritionnel très complet. Je suis en l'attente des résultats (mais certainement pas avant deux ou trois semaines au moins).
  8. J'ose espérer que ce n'est en réalité pas le cas. Mais dans le cas contraire, cela illustrera une énième fois combien il faut prendre un test "VIH" positif très au sérieux, même si cela n'a rien à voir avec quelque rétrovirus "VIH" que ce soit.
  9. N'oublions en outre pas que certains traitements "antirétroviraux" sont à ce point toxiques qu'ils provoquent par eux-mêmes une diminution du glutathion dans l'organisme.
  10. Prévenir le "SIDA" (et les maladies en général)

    Si cette huile de noix de coco ne sent presque pas la noix de coco et paraît ainsi avoir été désodorisée, il est à craindre que cette huile de noix de coco ait déjà subi un traitement relativement avancé et n'est donc plus réellement vierge. En d'autres termes, personnellement, je l'éviterais (quoique cela reste certainement meilleur que n'importe quelle huile végétale vierge riche en acides gras polyinsaturés).
  11. Prévenir le "SIDA" (et les maladies en général)

    A part l'huile de noix de coco, l'huile de palme et l'huile d'olive (en quantité modérée et uniquement à froid), je n'en vois aucune autre qui trouve grâce à mes yeux. Je me réjouis bien sûr des résultats obtenus mais comme tu t'en doutes, l'épreuve finale sera l'arrêt complet des traitements "antirétroviraux". Et j'espère très sincèrement que cela fonctionnera. Je n'ai en aucune manière une recette valable pour tout le monde. Tout cela reste forcément empirique. Mais je te conseillerais de continuer comme tu le fais puisque dans ton cas, cela a l'air de fort bien fonctionner.
  12. Prévenir le "SIDA" (et les maladies en général)

    Personnellement, je l'éviterais sans le moindre doute car il s'agit de nouveau d'une huile très riche en acides gras polyinsaturés. Ceci n'empêche pas que plusieurs études ont paru démontrer que l'huile d'onagre serait utile contre telle ou telle affection mais comme je l'ai déjà précisé antérieurement, je préfère prévenir l'incendie plutôt que de tenter de l'éteindre tant bien que mal. C'est un peu comme l'huile de lin dont plusieurs études ont paru démontrer qu'elle pourrait dans certains cas être utile pour lutter contre certains cancers. Mais j'évite bien entendu de consommer de l'huile de lin vu également sa richesse en acides gras polyinsaturés. Ceci étant, si un jour je devais avoir un cancer, alors dans ce cas-là uniquement, je consommerais éventuellement de l'huile de lin (ou en tout cas, je préférerais consommer de l'huile de lin plutôt que de subir les trop souvent mortelles chimiothérapies).
  13. Un peu de jeûne

    Merci pour ton observation. J'ai combiné les deux sujets.
  14. Un peu de jeûne

    Oui, cela pourrait être intéressant. Tiens nous informés de l'évolution de ta santé à la suite de ce jeûne. PS : Je transfère ce topic dans le forum consacré aux "Traitements", forum qui me semble plus approprié.
  15. Prévenir le "SIDA" (et les maladies en général)

    Comme je l’ai précisé dans mon précédent post, je ne m’impliquerai plus dans ce genre de débat, qui a déjà été abordé plusieurs fois sur ce forum, et qui s'est révélé inutilement épuisant (en tout cas, pour ce qui me concerne). Sinon, le lecteur intéressé peut toujours lire en guise d’introduction ce petit résumé du Perth Group consacré à ce sujet.
×