Aller au contenu
forum sidasante
Vitosi

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 2/3

Recommended Posts

Invité dongiovanni
chose tout-à-fait raisonnable ainsi que l'a montré Milton en 1985?

Attention quand tu cite des sources : la DATE!!!

1985=début de l'épidémie= peu de connaissances....

Rappelez vous qu'a cette époque on pensait que la présence d'A-Corps était preuve d'une rémission (je cit le ministre de la santé de l'époque là)!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chose tout-à-fait raisonnable ainsi que l'a montré Milton en 1985?

Attention quand tu cite des sources : la DATE!!!

1985=début de l'épidémie= peu de connaissances....

Rappelez vous qu'a cette époque on pensait que la présence d'A-Corps était preuve d'une rémission (je cit le ministre de la santé de l'époque là)!

assertion de Milton jamais démentie cependant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alors d'abord pour commencer, il me semble qu'onconnait le mécanisme par lequel le virus fait diminuer le nombre de T4 (modification du programme génétique et destruction de la membrane lors de la sortie des virions)

Ensuite concernant le fameux stress oxydatif : en effet il est très présent dans le SIDA et d'ailleurs la communauté scientifique pense intégrer des antioxydants dans la thérapie.

Ceci dit, attention le stress oxydant est une quasi constante dans les maladies infectieuses. Par ailleur, le test de dépistage ELISA ne mesure pas le stress oxydatif mais permet de détecter simultanément les anticorps anti-VIH et l'antigène p24.

De plus, lorsqu'un ELISA est positif il est effectué un WESTERN BLOT qui, lui, permet de mettre en évidence les protéines et Glycoprotéines d'enveloppe du virus. Si ce second test est positif, on réeffectue 2 ELISA.

Pour l'isolement du virus, le virus a pu être isolé (pas purifié par contre) on a même pu montrer en imagerie microscopique une particule virale bourgeonner à la surface d'un T4...

L'image que l'on voit est une image statique. Où vois-tu le mouvement que tu décris?

En ce qui concerne la transmission, il y a plusieurs possibilités:

- les personnes en question ont le même mode de vie (voir la transmission supposée du scorbut ou du SMON). Et donc subissent l'action d'oxydants semblables.

- la transmission par injection serait due au passage de protéines oxydantes (par exemple les hemagglutinines) dans le flux sanguin, en court-circuitant le tractus digestif qui sait couper ces protéines.

- le sperme lui-même est un oxydant, car le taux de thiols de ses protéines est pratiquement nul à la sortie du canal déférent. Par contre les disulfures pullulent. Là encore, les pratiques dites à risque augmentent le passage de ces protéines dans le sang.

- le taux de CD4 baissent lors de l'introduction de sperme d'une souris dans le rectum d'une autre souris :

http://www.biolreprod.org/cgi/reprint/52/6/1209.pdf

- et on a montré que les anticorps à la P24 et à la GP120 peuvent apparaître indépendemment d'une quelconque "infection" par un "vih"

T. A. Kion, G. W. Hoffmann , "Anti-HIV and anti-anti-MHC antibodies in alloimmune and autoimmune mice", Science 253 , 1138-1140 (1991).

http://perso.wanadoo.fr/thiacytidine/AIDS/...orps_souris.pdf

Et selon le Pr Luc Montagnier, ta première assertion est fausse :

http://www.robertogiraldo.com/brussels/montagnier.doc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité fedor

66 Factors Known to Cause False Positive Reactions on HIV Antibody Tests

List and references compiled by Christine Johnson

1. Anti-carbohydrate antibodies (52,19,13)

2. Naturally-occurring antibodies (5,19)

3. Passive immunization: receipt of gamma globulin or immune globulin (as prophylaxis against infection which contains antibodies) (18, 26, 60, 4, 22, 42, 43, 13)

4. Leprosy (2, 25)

5. Tuberculosis (25)

6. Mycobacterium avium (25)

7. Systemic lupus erythematosus (15, 23)

8. Renal (kidney) failure (48, 23, 13)

9. Hemodialysis/renal failure (56, 16, 41, 10, 49)

10. Alpha interferon therapy in hemodialysis patients (54)

11. Flu (36)

12. Flu vaccination (30, 11, 3, 20, 13, 43)

13. Herpes simplex I (27)

14. Herpes simplex II (11)

15. Upper respiratory tract infection (cold or flu) (11)

16. Recent viral infection or exposure to viral vaccines (11)

17. Prior pregnancy (58, 53, 13, 43, 36, 65)

18. Malaria (6, 12)

19. High levels of circulating immune complexes (6, 33)

20. Hypergammaglobulinemia (high levels of antibodies) (40, 33)

21. False positives on other tests, including RPR (rapid plasma reagent) test for syphilis (17, 48, 33, 10, 49)

22. Rheumatoid arthritis (36)

23. Hepatitis B vaccination (28, 21, 40, 43)

24. Tetanus vaccination (40)

25. Organ transplantation (1, 36)

26. Renal transplantation (35, 9, 48, 13, 56)

27. Anti-lymphocyte antibodies (56, 31)

28. Anti-collagen antibodies (found in gay men, haemophiliacs, Africans of both sexes and people with leprosy) (31)

29. Serum-positive for rheumatoid factor, antinuclear antibody (both found in rheumatoid arthritis and other autoantibodies) (14, 62, 53)

30. Autoimmune diseases (44, 29, 1O, 40, 49, 43)

31. Systemic lupus erythematosus, scleroderma, connective tissue disease, dermatomyositis Acute viral infections, DNA viral infections (59, 48, 43, 53, 40, 13)

32. Malignant neoplasms (cancers) (40)

33. Alcoholic hepatitis/alcoholic liver disease (32, 48, 40, 10, 13, 49, 43, 53)

34. Primary sclerosing cholangitis (48, 53)

35. Hepatitis (54)

36. "Sticky" blood (a condition common in people of African origin) (38, 34, 40)

37. Antibodies with a high affinity for polystyrene (used in the test kits) (62, 40, 3)

38. Blood transfusions, multiple blood transfusions (65, 63, 36, 13, 49, 43, 41)

39. Multiple myeloma (10, 43, 53)

40. HLA antibodies (to Class I and II leukocyte antigens) (7, 46, 63, 48, 10, 13, 49, 43, 53)

41. Anti-smooth muscle antibody (48)

42. Anti-parietal cell antibody (48)

43. Anti-hepatitis A IgM (antibody) (48)

44. Anti-Hbc IgM (48)

45. Administration of human immunoglobulin preparations pooled before 1985 (10)

46. Hemophilia (10, 49)

47. Hematologic malignant disorders/lymphoma (43, 53, 9, 48, 13)

48. Primary biliary cirrhosis (43, 53, 13, 48)

49. Stevens-Johnson syndrome (9, 48, 13)

50. Q-fever with associated hepatitis (61)

51. Heat-treated specimens (51, 57, 24, 49, 48)

52. Lipemic serum (blood with high levels of fat or lipids) (49)

53. Hemolyzed serum (blood where haemoglobin is separated from the red cells) (49)

54. Hyperbilirubinemia (10, 13)

55. Globulins produced during polyclonal gammopathies (which are seen in AIDS risk groups) (10, 13, 48)

56. Healthy individuals as a result of poorly-understood cross-reactions (10)

57. Normal human ribonucleoproteins (48, 13)

58. Other retroviruses (8, 55, 14, 48, 13)

59. Anti-mitochondrial antibodies (48, 13)

60. Anti-nuclear antibodies (48, 13, 53)

61. Anti-microsomal antibodies (34)

62. T-cell leukocyte antigen antibodies (48, 13)

63. Proteins on the filter paper used in test kits (13)

64. Epstein-Barr virus (37)

65. Visceral leishmaniasis (45)

66. Receptive anal intercourse (39, 64)

REFERENCES

1. Agbalika F, Ferchal F, Garnier J-P, et al. 1992. False-positive antigens related to emergence of a 25-30 kD protein detected in organ recipients. AIDS. 6:959-962.

2. Andrade V, Avelleira JC, Marques A, et al. 1991. Leprosy as a cause of false-positive results in serological assays for the detection of antibodies to HIV-1. Intl. J. Leprosy. 59:125.

3. Arnold NL, Slade RA, Jones MM, et al. 1994. Donor follow up of influenza vaccine-related multiple viral enzyme immunoassay reactivity. Vox Sanguinis. 67:191.

4. Ascher D, Roberts C. 1993. Determination of the etiology of seroreversals in HIV testing by antibody fingerprinting. AIDS. 6:241.

5. Barbacid M, Bolgnesi D, Aaronson S. 1980. Humans have antibodies capable of recognizing oncoviral glycoproteins: Demonstration that these antibodies are formed in response to cellular modification of glycoproteins rather than as consequence of exposure to virus. Proc. Natl. Acad. Sci. 77:1617-1621.

6. Biggar R, Melbye M, Sarin P, et al. 1985. ELISA HTLV retrovirus antibody reactivity associated with malaria and immune complexes in healthy Africans. Lancet. ii:520-543.

7. Blanton M, Balakrishnan K, Dumaswala U, et al. 1987. HLA antibodies in blood donors with reactive screening tests for antibody to the immunodeficiency virus. Transfusion. 27(1):118.

8. Blomberg J, Vincic E, Jonsson C, et al. 1990. Identification of regions of HIV-1 p24 reactive with sera which give "indeterminate" results in electrophoretic immunoblots with the help of long synthetic peptides. AIDS Res. Hum. Retro. 6:1363.

9. Burkhardt U, Mertens T, Eggers H. 1987. Comparison of two commercially available anti-HIV ELISA's: Abbott HTLV-III ELA and DuPont HTLV-III ELISA. J. Med. Vir. 23:217.

10. Bylund D, Ziegner U, Hooper D. 1992 Review of testing for human immunodeficiency virus. Clin. Lab. Med. 12:305-333.

11. Challakere K, Rapaport M. 1993. False-positive human immunodeficiency virus type 1 ELISA results in low-risk subjects. West. J. Med. 159(2):214-215.

12. Charmot G, Simon F. 1990. HIV infection and malaria. Revue du practicien. 40:2141.

13. Cordes R, Ryan M. 1995. Pitfalls in HIV testing. Postgraduate Medicine. 98:177.

14. Dock N, Lamberson H, O'Brien T, et al. 1988. Evaluation of atypical human immunodeficiency virus immunoblot reactivity in blood donors. Transfusion. 28:142.

15. Esteva M, Blasini A, Ogly D, et al. 1992. False positive results for antibody to HIV in two men with systemic lupus erythematosus. Ann. Rheum. Dis. 51:1071-1073.

16. Fassbinder W, Kuhni P, Neumayer H. et al. 1986. Prevalence of antibodies against LAV/HTLV-III [HIV] in patients with terminal renal insufficiency treated with hemodialysis and following renal transplantation. Deutsche Medizinische Wochenschrift. 111:1087.

17. Fleming D, Cochi S, Steece R. et al. 1987. Acquired immunodeficiency syndrome in low-incidence areas. JAMA. 258(6):785.

18. Gill MJ, Rachlis A, Anand C. 1991. Five cases of erroneously diagnosed HIV infection. Can. Med. Asso. J. 145(12):1593.

19. Healey D, Bolton W. 1993. Apparent HIV-1 glycoprotein reactivity on Western blot in uninfected blood donors. AIDS. 7:655-658.

20. Hisa J. 1993. False-positive ELISA for human immunodeficiency virus after influenza vaccination. JID. 167:989.

21. Isaacman S. 1989. Positive HIV antibody test results after treatment with hepatitis B immune globulin. JAMA. 262:209.

22. Jackson G, Rubenis M, Knigge M, et al. 1988. Passive immunoneutralisation of human immunodeficiency virus in patients with advanced AIDS. Lancet, Sept. 17:647.

23. Jindal R, Solomon M, Burrows L. 1993. False positive tests for HIV in a woman with lupus and renal failure. NEJM. 328:1281-1282.

24. Jungkind D, DiRenzo S, Young S. 1986. Effect of using heat-inactivated serum with the Abbott human T-cell lymphotropic virus type III [HIV] antibody test. J. Clin. Micro.23:381.

25. Kashala O, Marlink R, Ilunga M. et al. 1994. Infection with human immunodeficiency virus type 1 (HIV-1) and human T-cell lymphotropic viruses among leprosy patients and contacts: correlation between HIV-1 cross-reactivity and antibodies to lipoarabionomanna. J. Infect. Dis. 169:296-304.

26. Lai-Goldman M, McBride J, Howanitz P, et al. 1987. Presence of HTLV-III [HIV] antibodies in immune serum globulin preparations. Am. J. Clin. Path. 87:635.

27. Langedijk J, Vos W, Doornum G, et al. 1992. Identification of cross-reactive epitopes recognized by HIV-1 false-positive sera. AIDS. 6:1547-1548.

28. Lee D, Eby W, Molinaro G. 1992. HIV false positivity after hepatitis B vaccination. Lancet. 339:1060.

29. Leo-Amador G, Ramirez-Rodriguez J, Galvan-Villegas F, et al. 1990. Antibodies against human immunodeficiency virus in generalized lupus erythematosus. Salud Publica de Mexico. 32:15.

30. Mackenzie W, Davis J, Peterson D. et al. 1992. Multiple false-positive serologic tests for HIV, HTLV-1 and hepatitis C following influenza vaccination, 1991. JAMA. 268:1015-1017.

31. Mathe G. 1992. Is the AIDS virus responsible for the disease? Biomed & Pharmacother. 46:1-2.

32. Mendenhall C, Roselle G, Grossman C, et al. 1986. False-positive tests for HTLV-III [HIV] antibodies in alcoholic patients with hepatitis. NEJM. 314:921.

33. Moore J, Cone E, Alexander S. 1986. HTLV-III [HIV] seropositivity in 1971-1972 parenteral drug abusers - a case of false-positives or evidence of viral exposure? NEJM. 314:1387-1388.

34. Mortimer P, Mortimer J, Parry J. 1985. Which anti-HTLV-III/LAV [HIV] assays for screening and comfirmatory testing? Lancet. Oct. 19, p873.

35. Neale T, Dagger J, Fong R, et al. 1985. False-positive anti-HTLV-III [HIV] serology. New Zealand Med. J. October 23.

36. Ng V. 1991. Serological diagnosis with recombinant peptides/proteins. Clin. Chem. 37:1667-1668.

37. Ozanne G, Fauvel M. 1988. Perfomance and reliability of five commercial enzyme-linked immunosorbent assay kits in screening for anti-human immunodeficiency virus antibody in high-risk subjects. J. Clin. Micro. 26:1496.

38. Papadopulos-Eleopulos E. 1988. Reappraisal of AIDS - Is the oxidation induced by the risk factors the primary cause? Med. Hypo. 25:151.

39. Papadopulos-Eleopulos E, Turner V, and Papadimitriou J. 1993. Is a positive Western blot proof of HIV infection? Bio/Technology. June 11:696-707.

40. Pearlman ES, Ballas SK. 1994. False-positive human immunodeficiency virus screening test related to rabies vaccination. Arch. Pathol. Lab. Med. 118-805.

41. Peternan T, Lang G, Mikos N, et al. Hemodialysis/renal failure. 1986. JAMA. 255:2324.

42. Piszkewicz D. 1987. HTLV-III [HIV] antibodies after immune globulin. JAMA. 257:316.

43. Profitt MR, Yen-Lieberman B. 1993. Laboratory diagnosis of human immunodeficiency virus infection. Inf. Dis. Clin. North Am. 7:203.

44. Ranki A, Kurki P, Reipponen S, et al. 1992. Antibodies to retroviral proteins in autoimmune connective tissue disease. Arthritis and Rheumatism. 35:1483.

45. Ribeiro T, Brites C, Moreira E, et al. 1993. Serologic validation of HIV infection in a tropical area. JAIDS. 6:319.

46. Sayers M, Beatty P, Hansen J. 1986. HLA antibodies as a cause of false-positive reactions in screening enzyme immunoassays for antibodies to human T-lymphotropic virus type III [HIV]. Transfusion. 26(1):114.

47. Sayre KR, Dodd RY, Tegtmeier G, et al. 1996. False-positive human immunodeficiency virus type 1 Western blot tests in non-infected blood donors. Transfusion. 36:45.

48. Schleupner CJ. Detection of HIV-1 infection. In: (Mandell GI, Douglas RG, Bennett JE, eds.) Principles and Practice of Infectious Diseases, 3rd ed. New York: Churchill Livingstone, 1990:1092.

49. Schochetman G, George J. 1992. Serologic tests for the detection of human immunodeficiency virus infection. In AIDS Testing Methodology and Management Issues, Springer-Verlag, New York.

50. Simonsen L, Buffington J, Shapiro C, et al. 1995. Multiple false reactions in viral antibody screening assays after influenza vaccination. Am. J. Epidem. 141-1089.

51. Smith D, Dewhurst S, Shepherd S, et al. 1987. False-positive enzyme-linked immunosorbent assay reactions for antibody to human immunodeficiency virus in a population of midwestern patients with congenital bleeding disorders. Transfusion. 127:112.

52. Snyder H, Fleissner E. 1980. Specificity of human antibodies to oncovirus glycoproteins; Recognition of antigen by natural antibodies directed against carbohydrate structures. Proc. Natl. Acad. Sci. 77:1622-1626.

53. Steckelberg JM, Cockerill F. 1988. Serologic testing for human immunodeficiency virus antibodies. Mayo Clin. Proc. 63:373.

54. Sungar C, Akpolat T, Ozkuyumcu C, et al. Alpha interferon therapy in hemodialysis patients. Nephron. 67:251.

55. Tribe D, Reed D, Lindell P, et al. 1988. Antibodies reactive with human immunodeficiency virus gag-coated antigens (gag reactive only) are a major cause of enzyme-linked immunosorbent assay reactivity in a bood donor population. J. Clin. Micro. April:641.

56. Ujhelyi E, Fust G, Illei G, et al. 1989. Different types of false positive anti-HIV reactions in patients on hemodialysis. Immun. Let. 22:35-40.

57. Van Beers D, Duys M, Maes M, et al. Heat inactivation of serum may interfere with tests for antibodies to LAV/HTLV-III [HIV]. J. Vir. Meth. 12:329.

58. Voevodin A. 1992. HIV screening in Russia. Lancet. 339:1548.

59. Weber B, Moshtaghi-Borojeni M, Brunner M, et al. 1995. Evaluation of the reliability of six current anti-HIV-1/HIV-2 enzyme immunoassays. J. Vir. Meth. 55:97.

60. Wood C, Williams A, McNamara J, et al. 1986. Antibody against the human immunodeficiency virus in commercial intravenous gammaglobulin preparations. Ann. Int. Med. 105:536.

61. Yale S, Degroen P, Tooson J, et al. 1994. Unusual aspects of acute Q fever-associated hepatitis. Mayo Clin. Proc. 69:769.

62. Yoshida T, Matsui T, Kobayashi M, et al. 1987. Evaluation of passive particle agglutination test for antibody to human immunodeficiency virus. J. Clin. Micro. Aug:1433.

63. Yu S, Fong C, Landry M, et al. 1989. A false positive HIV antibody reaction due to transfusion-induced HLA-DR4 sensitization. NEJM.320:1495. 64. National Institue of Justice, AIDS Bulletin. Oct. 1988.

64. National Institute of Justice AIDS Bulletin October 1988

65. Abbot Laboratories, literature accompanying HIV-1 EIA [ELISA] Antibody Test

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Don Giovanni,

Si tu es de bonne foi, je t'en prie, prend un peu de temps pour lire les documents essentiels du site www.sidasante.com, simplemeet un peu de temps ; tente de cultiver un esprit de neutralité, et après, continuons à converser.

Dans cette affaire, ils s'agit de personnes, de souffrances ; il est clair qu'il est difficile de reconnaître s'être trompé dans de tels enjeux de vie ou de mort .

Je trouve affligeant l'attitude de rigidification du milieu orthodoxe par rapport à une autre manière d'envisager le problème du SIDA ( thèse dîte dissidente ) que celle martelée par l'orthodoxie ; A force de camper sur des positions aberrantes, cela devient en effet condamnable voire criminel !

Que certains fassent fausse route par peur de se remettre en question... Passe. Mais, que d'autres, sciemment, manipulent les autres : là, l'affaire est criminelle !

Si tu observes, encore une fois, les thèses orthodoxes - honnêtement - il y a beaucoup de points, d'affirmations, qui ne tiennent en aucun cas la route.

Alors, à toi de savoir si tu veux être honnête ou te rassurer ; mais, dans ce cas, ce n'est pas le lieu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Me voilà de retour parmi vous pour ceux qui se souviennent de moi. J'ai du m'écarter de ce sujet passionnant pdt des mois, en partie volontairement pour diverses raisons mais passons.

Ce message est à l'intention de Don Giovanni

Je suis biologiste et j'ai fait 2 diplômes spécialisés. Tu trouvera dans ce topic si tu cherches (135 pages tain !!! Je crois que j'ai participé bcp aux allentours des 20 icon_biggrin.gif) pls messages de moi. Quand je suis tombée sur la dissidence du SIDA via ce forum j'ai été d'abord comme toi interloquée, je SAVAIS bien moi comment ça marchait le sida m'enfin ! J'allais leur prouver à tous avec des arguments sicentifiques irréfutables, en les contrants point par point que c'était du n'importe quoi. ET j'ai commencé une intense phase de recherche (pls heures par jour pendant pls semaines), j'ai accumulé des Mo de doc scientifiques, j'ai lu, je me suis replongée dans mes cours pour être sûre de bien comprendre car je voulais être sûre d'avoir réponse à tout. Je précise que je maîtrise très bien la recherche d'informations scientifiques et l'immuno/viro ne me pose pas de problème. J'ai juste eu bien du mal à me replonger dans la bioch pour certains points, et ça m'a fait le plus grand bien.

Et, pages après pages, articles après articles, recoupement après recoupement, vérifications dans les articles des 2 bords etc. mes certitudes ont fini par flanché.

Je te remet ici un comment que j'avais posté sur ce même topic

En tout cas je constate une chose intéressante : chacun réagit différement face à la dissidence :

- soit très violemment en refusant obstinément d'y accorder un quelconque crédit

- soit en se posant bcp de questions et en vérifiant point par point, en séparant les thèses crédibles des folledingues et en se forgeant sa propre opinion

- soit fatalement en y croyant tout de suite parcequ'on est persuadé que le monde est pourri et qu'il existe un gros complot ou autres

Ce que je constate c'est que ceux qui se situent dans la 2e catégorie (dont je suis) finissent généralement par accepter (à contrecoeur) qu'effectivement il ya bcp trop de points obscures dans la thèse officielle. qu'effectivement les questions posées par les dissidents sont crédibles, qu'effectivement les thèses dissidentes sont plus scientifiquement valables que la thèse officielle etc etc...

Mais vu la difficulté des "matières concernées" cette deuxième catégorie regroupe en général des scientifiques (pour comprendre tout cela il est nécessaire d'avoir des "notions" de bio, de virologie, d'immuno, de biochimie etc etc) ou des personnes suffisemment concernées pour se prendre la tête dessus (en l'occurence des séropositifs ou des amis/famille).

Par ailleurs il est bcp plus facile de douter de la thèse officielle quand on a des notions d'épistémologie des sciences, de la médecine et de la pharmacologie. Et cela aussi ce n'est pas donné à tout le monde (ce type de "matières" n'est que peu voir pas enseignées du tout à l'université --> ce qui veut dire que les scientifiques qui sortent actuellement ne connaissent de la science que ses succès et ses paradigmes actuels - tout en ne sachant même pas que ce sont des paradigmes, difficile de se remettre en question dans ces conditions)

Je n'ai pas encore obtenu toutes mes réponses, et je crois que nos connaissances actuelles ne nous permettent pas de les avoir. Ce que je sais c'est qu'on ne sait pas !!! On ne sait pas comment vient le sida, on ne sait pas par quoi il est provoqué on ne sait on ne sait même pas ce que c'est. ET donc il y a quand même une chance non négligeable que l'on se trompe de chemin totalement. Ce ne serait pas si grave si les traitements étaient anodins, mais ils ne le sont pas. Ce ne serait peut être pas si grave non plus si on permettait à ceux qui ont d'autres théories de chercher aussi, de faire d'autres recherches et de tester d'autre traitement. Pour au moins être sûr qu'on a tout vérifier.

Mais cela leur est impossible. Un chercheur dissident même non concerné directement, même non virologue, juste un scientifique curieux, s'il le montre trop qu'il est dissident, à toutes les chances de se voir banir totalement de la vie scientifique (refus de crédits, refus de publi etc etc.)

et d'ailleurs mes respects à Cheminot qui ne se cache pas.

Mais je t'assure, entame cette démarche de recherche et revient ici que tu sois tjs convaincu par la thèse officiel ou seulement que tu doutes. Mais tu auras alors tous les éléments pour juger.

En attendant ne prend pas trop à coeur les différentes mauvaises humeurs que tu à déclencher, sache que ce forum existe depuis très longtemps et qu'il est fréquenté poar des gens directement concerné par la maladie, quelques esprits curieux, quelques esprits critiques, quelques partisant de la théorie du complot, et qqs scientifiques, il faut de tout pour faire un monde et surtout pour débatre et argumenter et contrargumenter) et que des gars comme toi qui débarquent avec les mêmes arguments et le même manque de recul ils ont en vu passés des tonnes et ils doivent tjs tjs tjs repété ce qu'ils ont dit sans jamais faire vraiment avancer le débat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que je constate c'est que ceux qui se situent dans la 2e catégorie (dont je suis) finissent généralement par accepter (à contrecoeur) qu'effectivement il ya bcp trop de points obscures dans la thèse officielle. qu'effectivement les questions posées par les dissidents sont crédibles, qu'effectivement les thèses dissidentes sont plus scientifiquement valables que la thèse officielle etc etc...

Mais vu la difficulté des "matières concernées" cette deuxième catégorie regroupe en général des scientifiques (pour comprendre tout cela il est nécessaire d'avoir des "notions" de bio, de virologie, d'immuno, de biochimie etc etc) ou des personnes suffisemment concernées pour se prendre la tête dessus (en l'occurence des séropositifs ou des amis/famille).

Je n'ai pas encore obtenu toutes mes réponses, et je crois que nos connaissances actuelles ne nous permettent pas de les avoir. Ce que je sais c'est qu'on ne sait pas !!!

Ahh super, je désespérais de trouver quelqu'un qui ressentait la même chose que moi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceci dit, attention le stress oxydant est une quasi constante dans les maladies infectieuses.

Tout à fait !

Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'à l'occasion d'un test HIV, on découvre souvent d'"autres" IST (qui sont vraies, celles-là), qui ont la particularité d'engendrer un fort stress oxydatif, comme tu le dis si bien. En d'autres termes, dans ces cas-là, on peut très raisonnablement considérer que c'est justement l'IST en question qui a permis de rendre le test "HIV" positif ! Nul besoin d'un rétrovirus pour l'expliquer !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité baroudeur2005

Pikpikandré : En tout cas je constate une chose intéressante : chacun réagit différement face à la dissidence :

- soit très violemment en refusant obstinément d'y accorder un quelconque crédit

- soit en se posant bcp de questions et en vérifiant point par point, en séparant les thèses crédibles des folledingues et en se forgeant sa propre opinion

- soit fatalement en y croyant tout de suite parcequ'on est persuadé que le monde est pourri et qu'il existe un gros complot ou autres

Ce que je constate c'est que ceux qui se situent dans la 2e catégorie (dont je suis) finissent généralement par accepter (à contrecoeur) qu'effectivement il ya bcp trop de points obscures dans la thèse officielle. qu'effectivement les questions posées par les dissidents sont crédibles, qu'effectivement les thèses dissidentes sont plus scientifiquement valables que la thèse officielle etc etc...

Eh bien, moi je me situe dans la deuxième catégorie... je peux dire que j'ai vérifié point par point (ou presque) les thèses officielles, les arguments de la dissidence, les contre-arguments de l'orthodoxie médicale, et de nouveau les contre-arguments des repenseurs... J'ai analysé les statistiques comme je le pouvais (même si je ne fais pas partie du milieu médical, je sais lire les statistiques et les interpréter en fonction de facteurs divers).

Ce que je constate, c'est que comme toujours, les statistiques, on les interprète comme on veut... Mais si on les analyse sous tous les angles, alors je dois dire que les thèses des dissidents l'emportent de loin... Je me pose toujours des questions pertinentes quand j'analyse les chiffres... J'ai récemment participé à un comité de publication d'un ouvrage de psycholinguistique où il y avait un article avec plein de statistiques qui démontraient que telle ou telle démarche donnait des résultats encourageants... Ce qu'on a oublié de mentionner comme d'habitude, ce sont les variables sociolinguistiques. J'ai donc donné mon véto à la publication de cet article soi-disant scientifique tout en exigeant davantage de rigueur scientifique...Il va de soi que la personne qui a écrit cet article n'était pas heureuse d'avoir perdu 6 mois de travail...

Or que constate-t-on dans le milieu médical (ma remarque est aussi valable pour les autres domaines)? De nombreux articles sont publiés sans contre-expertise et sans les vérifications d'usage par un panel d'experts indépendants... Peut-on donc dire que tous les articles scientifiques publiés sont valables? Non, et ceci vaut aussi pour les thèses du VIH-SIDA... Je rappelle ici que le premier article de Gallo (le co-découvreur du VIH avec Montagnier) sur l'isolation du VIH n'a jamais été validé (voir les posts précédents, et le site sidasante.fr). Comment peut-on donc se permettre de continuer la recherche dans une seule direction en acceptant de facto la validité scientifique de l'article de Gallo???

Ceux qui rejettent violemment les thèses des dissidents n'ont jamais eu assez de recul par rapport à eux-mêmes et à leurs acquis. Personnellement, dans mes recherches linguistiques, j'ai fait fausse route pendant quelques années avant de revenir sur les théories que j'avais apprises...Et je constate que maintenant que j'ai adopté de nouvelles théories, le chemin est moins sinueux, même si j'ai perdu des centaines d'heures de travail à me fourrer dans un cul de sac... C'est faire preuve d'humilité que de se remettre en question... Si au moins, l'orthodoxie médicale pouvait comprendre cela au lieu de s'entêter à gaver les "séropositifs" avec de l'AZT (qui ne sert à strictement rien, sinon à affaiblir davantage le système immunitaire)...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec une probabilité de transmission par acte de 1 pour 2000, comment peux-tu être sûr que la séropositivité de cette personne soit vraiment due à une transmission sexuelle d'un virus?

Cette remarque de Cheminot permet en outre, me semble-t-il, de mettre le doigt sur une incohérence de plus (à moins que cela ait déjà été souligné dans ce topic, auquel cas je m'excuse) de l'orthodoxie du sida.

En effet, au vu de cette statistique fournie par le ministère de la santé publique elle-même, comment l'orthodoxie du sida peut-elle encore suggérer de prendre un traitement "post-exposition" après un rapport à risque ? Un rapport hétérosexuel "à risque" : risque de devenir séropo = 0,0005 (1/2.000 ou 0,05%). Or, les statistisques sont impitoyables pour ceux qui prennent des traitements dits de "post-exposition" : 20% de ceux qui ont reçu ce "traitement" d'urgence sont devenus séropos ! (voyez par exemple ici).

Donc, les statistiques ne trompent pas : un hétéro ayant eu un rapport "à risque" a 400 FOIS PLUS DE RISQUE (0,05% ---> 20%) de devenir séropo en prenant un "traitement" post-exposition !

Cette incohérence dans la théorie orthodoxe du sida reste également valable en cas de rapport anal passif "non protégé" où, si j'ai bonne mémoire, le risque est évalué entre 0,5 et 3%. Donc, même dans ce cas-là, les risques de devenir séropo en prenant un traitement d'urgence sont au minimum 7 fois plus élevés (3% ---> 20%), voir même 40 fois plus élevés (0,5% ---> 20%) !

Bref, cela montre bien que les risques de devenir séropo sont infiniment plus élevés en prenant des drogues chimiques, en particulier ici les fameuses trithérapies (c'est vraiment un comble en l'occurrence !), que lors d'un rapport sexuel "à risque" !

Et face à des incohérences pareilles, l'orthodoxie du sida veut encore nous faire croire que la séropositivité est sexuellement transmissible et que les drogues dites "antivirales" sont, dans leur principe, un bienfait !

Comprenne qui pourra ! reflechi.gif

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y a-t-il une faille dans le raisonnement de Wallypat? Cherchez le biais.

Sinon, ce petit exercice de logique devrait conduire les traitements préventifs à la poubelle...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rosalie

Un rapport hétérosexuel "à risque" : risque de devenir séropo = 0,0005 (1/2.000 ou 0,05%). Or, les statistisques sont impitoyables pour ceux qui prennent des traitements dits de "post-exposition" : 20% de ceux qui ont reçu ce "traitement" d'urgence sont devenus séropos ! (voyez par exemple ici).

J'ai plutot compris que c'était 20% des 0,0005 donc que cela divisait le risque de 1/2000 en 1/10 000

Mais c'est pas claire quand même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rosalie

Il faudrait avoir leur mode de calcul, car dans l'article cela laisse plané le doute, est ce que c'est les 20% des gens traités. Si c'était 1/10000 ils auraient dit que c'était efficace à 100% car il doit pas y avoir 10000 personnes qui vont aux urgences pour demander des traitements. Donc c'est vraiment pas claire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un petite question : Je vois des statistiques sur tel ou tel risque ; est - ce quelqu'un pourrait me donner un lien ou une référence qui permette de décortiquer de A à Z une de ces études par exemple taux de prévalence en France ( encore ça c'est assez simple ) mais par exemple contamination par VIH.

Merci par avance

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai plutot compris que c'était 20% des 0,0005 donc que cela divisait le risque de 1/2000 en 1/10 000

Mais c'est pas claire quand même.

Non, non, Rosalie. Ce que tu viens d'écrire est exactement ce que l'orthodoxie du sida voudrait nous faire croire. Mais ne tombons pas dans le piège tendu par celle-ci !

Réfléchissons tous ensemble.

L'orthodoxie du sida et en particulier les organisations de défense ("défense" : franchement, dans ce cas-ci, cela crève les yeux ..... même d'un aveugle) du sida (Act Up, Aides, Sneg & Co) affirment sans cesse que les risques de transmission du « virus HIV », après un rapport « à risque » (cest-à-dire rapport vaginal ou anal sans préservatif), sont réduits de 80% (c'est ce pourcentage qui est sans cesse affirmé dans la presse) si la « victime » de ce rapport à risque prend au plus tard dans les 48 heures qui suivent et pendant un mois au moins lune de ces fameuses trithérapies. Mais pour affirmer que ce risque est réduit de 80%, comment font-ils ? A ma connaissance, ils comptent le nombre de personnes qui ont pris ce traitement « post-exposition » et à la fin du « traitement », ils vérifient combien de ces personnes deviennent séropositives (il me semble qu'il s'agit de la seule méthode possible, puisque par définition, on ne sait au départ si la personne ayant couru un risque est effectivement devenue séropositive; en outre, si on devait affirmer que les traitement réduisent de 80% un risque au départ évalué à 0,05%, ce "traitement" me semble parfaitement inutile vu que le risque au départ est déjà presque réduit et correspond à un bruit de fond [comme précisé antérieurement par Cheminot]). Or, les faits sont là : 20% des personnes qui ont pris ces traitements « post-exposition » sont devenus séropos ! Lorthodoxie dit (en prétendant que cest la même chose) : les risques de transmission sont « donc » réduits de 80%.

Mais il me semble quil y a une faille de taille dans le raisonnement de lorthodoxie du sida affirmant que le risque est ainsi réduit de 80%. En effet, pour affirmer cela, lorthodoxie doit nécessairement supposer que celui qui a eu un rapport à risque avait 100% de chances davoir été contaminé lors de ce rapport à risque (si cétait le cas, alors effectivement, on pourrait dire que le risque a été réduit de 80%). Mais ce postulat de base (100% de certitude que la victime de cette relation à risque a été contaminée) est bien sûr FAUX !

Car il sagit justement dun rapport à risque, en dautres termes, on ne sait justement pas sil a été contaminé au départ. Or, soit il a eu un rapport vaginal ou anal sans préservatif avec une personne qui nétait pas séropositive (mais la « victime » lignorait), et le risque de départ est en fait égal à 0%, soit il sagissait dun rapport à risque avec une personne réellement séropositive. Or nous savons que dans ce cas, le risque de contamination au départ nest que de 0,05% lors dun rapport hétérosexuel et 1% (pour simplifier les chiffres : entre 0,5% et 3%) lors dun rapport anal passif.

Mais les faits bruts sont clairs : sur lensemble de toutes ces personnes qui ont subi ce risque déjà réduit (0,05% ou 1% en fonction de la sexualité) et qui ont pris ce « traitement » post-exposition, 20% de lensemble de ces personnes sont devenus séropositifs ! Tel est la réalité des faits constatés.

La conclusion saute aux yeux : en prenant ces fameuses drogues dites « antivirales » après un rapport à risque, on a en réalité 400 fois (en cas de rapport hétéro) ou 20 fois (en cas de rapport anal passif) PLUS de chance de devenir séropo, et non 5 fois moins !

Il y a peut-être une faille dans le raisonnement, mais je ne lai pas encore trouvé. Mais il est vrai que je nai pas voulu trop chercher une éventuelle faille avec cette « logique » car je trouve ce raisonnement presque trop beau (pour y croire) : en deux phrases, je crois ainsi démontrer que 1) la séropositivité nest clairement pas sexuellement transmissible (mais cela est déjà une redite de ce qu'a précisé antérieurement Cheminot), 2) que cest lutilisation de drogues sources de stress oxydatif qui cause plus que vraisemblablement la séropositivité et 3) que les trithérapies sont clairement nocives pour la santé ! (hormis dans des cas exceptionnels bien sûr, ce qui a déjà été évoqué dans des posts antérieurs).

Au surplus, cela démontre aussi quil nest pas forcément nécessaire dêtre un virologue multidiplomé (mais cela aide énormément, bien sûr !) pour mettre à néant le dogme du virus tueur, comme la laissé sous-entendre tout récemment un intervenant sur ce topic, et ce simplement en faisant preuve d'un peu de logique!

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Un petite question : Je vois des statistiques sur tel ou tel risque ; est - ce quelqu'un pourrait me donner un lien ou une référence qui permette de décortiquer de A à Z une de ces études par exemple taux de prévalence en France ( encore ça c'est assez simple ) mais par exemple contamination par VIH.

Merci par avance

Peu d'études suivies pour répondre à tes questions.

En voici deux :

celui de Padian

pour l'amérique (je peux te fournir l'étude détaillée)

et celle de Gray

pour l'afrique (uganda)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rosalie

L'orthodoxie du sida et en particulier les organisations de défense ("défense" : franchement, dans ce cas-ci, cela crève les yeux ..... même d'un aveugle) du sida (Act Up, Aides, Sneg & Co) affirment sans cesse que les risques de transmission du « virus HIV », après un rapport « à risque » (cest-à-dire rapport vaginal ou anal sans préservatif), sont réduits de 80% (c'est ce pourcentage qui est sans cesse affirmé dans la presse)

De deux choses l'une ou sur 10000 personnes qui vont aux urgences prendre un traitement il y en a 1 au lieu de 5 qui devient seropo, je vois pas comment ils ont eu un nombre de pesonnes suffisant pour faire une telle statistique et ça fait un nombre phénoménal qui prennent des antiviraux pour rien avec tous les effects secondaires et problèmes, ou ils ont un mode de calcul qui se base sur des modèles théoriques du genre calcul des seropositifs en Afrique (à mon avis c'est plutot ça) et donc cela repose sur beaucoup de vent.

ou c'est comme tu dis 20 % des personnes qui prennent un traitement deviennent seropos mais j'ai vraiment du mal à le croire, car c'est trop énorme.

De toute façon le bénéfice risque dans tous les cas n'est pas valable, mais il faut bien faire des actions pour utiliser les fonds des associations de prévention du sida et faire un peu de pub sur l'efficacité des traitements sur les personnes en bonne santé.

Modifié par rosalie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon wallypat, désolé mais je ne suis pas en accord avec ton raisonnement. tu dis"pour affirmer que ce risque est réduit de 80%, comment font-ils ? A ma connaissance, ils comptent le nombre de personnes qui ont pris ce traitement « post-exposition » et à la fin du « traitement »". Le seul moyen de dire qu'on diminue de 80% la contamination en prenant un traitement, c'est de compter combien de personnes qui ont eu un rapport avec une personne contaminée sont devenues séropositives malgrè le traitement.

Le point dingue c'est plutôt le taux ridicule de 0,05% de risque de contamination par rapport.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais Nico, on trouve non seulement ce chiffre dans un document du ministère de la santé, mais encore dans un autre du NIH, et dans les deux publications que j'ai citée.

Il faut donc te rendre à l'évidence, ces chiffres correspondent bien à la réalité, mais tous ceux qui les ont publiés ne se sont pas rendu compte de leur signification réelle.

Alors réfléchis un peu :

les 4 références que je donne indiquent que si 10000 personnes non "contaminées" ont des relations hétérosexuelles avec une personne "contaminée", seules 5 de ces personnes seront "contaminées". On ne précise pas si elles sont traitées, mais les études de Padian et de Gray précisent bien qu'elles ne le sont pas.

Par ailleurs, les données cliniques concernant les personnes traitées pour avoir pris un risque peuvent vouloir dire au pire que ces personnes savent qu'elles ont eu une relation sexuelle avec une personne séropositive. On est donc dans le cas traité par les 4 références précédentes. Et là, on sait qu'elles ont été traitées, avant qu'on sache si elles sont vraiment séropositives, car il s'agit de prophyllaxie. Et dans ce cas-là, si 10000 personnes non "contaminées" ont eu des relations hétérosexuelles avec une personne "contaminée" et ont subi ce traitement prophyllactique, on décomptera 2000 personnes qui seront "contaminées" au bout du compte.

Les chiffres sont les chiffres, et bravo à Wallypat pour sa sagacité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...