Aller au contenu
forum sidasante

aixur

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    1 275
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    13

Tout ce qui a été posté par aixur

  1. En fait, il n'y a quasiment même pas à tester (mais évidemment, c'est toujours mieux de le faire), vu que les divers phénomènes liés à l'arrêt brutal de la cortisone sont reconnus officiellement par l'orthodoxie médicale. C'est dans tous les manuels et sur les divers grands sites parlant de médecine. Il doit y avoir quelques phénomènes qui ne sont pas identifiés par l'orthodoxie lors de l'arrêt brutal de ces médicaments, comme l'apparition d'une toux, mais globalement, c'est assez bien documenté. Et ces symptômes peuvent comme par hasard être interprétés comme ceux du passage au stade sida
  2. La question ne m'était pas posée, mais j'y réponds quand même. Si tu veux développer les symptômes du sida, c'est très simple. Tu prends de la cortisone à disons 40 mg pendant 2 mois, puis tu arrêtes d'un coup. Au bout d'environ une semaine, les symptômes du sida commenceront à se développer.
  3. Ah oui, intéressant. Donc, si les labos déposent plus de dossiers, l'agence a plus d'argent. Du coup, il est évident qu'il y a corruption, puisqu'il suffit qu'il y ait accord secret entre les labos et l'afssaps pour que les premiers déposent beaucoup de dossiers, et qu'en contrepartie, l'afssaps ne soit pas trop regardant sur tel dossier important ou sur tel ou tel médicament déjà en circulation. Les gros malins.
  4. Un autre truc qu'on peut se dire concernant les tests d'anticorps, c'est que la non spécificité du test VIH (cf. ici) rejaillit sur les autres tests faits pour les maladies qui font réagir le test VIH. Ca invalide leur spécificité aussi. Si le test VIH réagit positif à cause de la présence de la lèpre, tuberculose, rhume, grippe, herpès, malaria, hépatite, etc..., alors, les tests supposés spécifiques de ces antigènes ne le sont pas non plus. Les tests d'anticorps de la lèpre, de la tuberculose, du rhume, etc..., ne sont pas spécifiques. Eux aussi doivent réagir aux autres antigènes. Le tes
  5. C'est excellent ça. Donc, ça veut dire qu'on peut faire ce qu'on veut en fait. Très bonne nouvelle pour les femmes dissidentes séropositives qui veulent accoucher.
  6. Autre solution possible : négativer ton propre test. Déjà, naturellement, il y a des chances que sans rien faire, tu sois négative si tu refaisais un nouveau test (anonymement bien sur). Et durant la grossesse, comme au bout de quelques mois, le taux de cortisol est plus élevé que d'habitude, les chances d'avoir un test négatif augmentent (mais, peut-être que le fait de manger plus va à l'encontre de cet effet par contre, à voir). Edit : autant pour moi. Ce que je viens de dire est débile, vu que la grossesse est connue comme une source de faux positif.
  7. Cela dit, si tu accouches chez toi, tu n'es pas obligée de leur dire que tu attends un enfant, ni que tu as accouché. Comment peuvent-ils le savoir si tu ne leur dis pas ? Vu que personne ne fait jamais ça, il n'y a pas tellement de procédure pour repérer les femmes n'ayant pas déclaré leur enfant. Tu peux attendre un ou deux ans avant de le déclarer. Et là, vu que la fenêtre de prise du traitement est dans la première année si je me souviens bien, tu es déjà un peu hors d'atteinte des médecins. Ou mieux, au bout d'un an ou deux, tu peux faire faire un test anonyme à ton enfant dans un aut
  8. Eh oui, c'est ça le problème. Déjà, si tu accouches dans un hôpital, tu es complètement à la merci des médecins. Et c'est sur qu'ils vont commencer le traitement aussitot et que si tu dis quelque chose, ça n'aura aucun effet. Au contraire, ils te signaleront peut-être à la justice et te confisqueront peut-être ton bébé préventivement. Donc, déjà, il vaut beaucoup mieux accoucher chez toi. Là, c'est toi qui garde le contrôle ; en tout cas au début. Après cette étape, il n'y a pas tellement de solutions. - soit il faut mentir en faisant croire que tu fais prendre le traitement à ton bébé
  9. J'avoue que je ne connais personne dans ce domaine. Et je ne me souviens pas de cas comme le tien sur le forum. Par contre, je ne pense pas qu'on puisse t'oblige à prendre une trithérapie. C'est ton corps et ton choix. Ensuite, une fois l'enfant né, c'est une autre paire de manche. Là, vu les excités qu'il y a du coté de l'orthodoxie, ils sont capables de tout. Mais effectivement, il faudrait une réponse d'un juriste.
  10. Concernant le greffé de Berlin, à mon avis, c'est surtout le traitement qu'il prend qui a du le rendre négatif. Comme je le dis dans cette page (section 3,3), les traitements qui augmentent le taux de cortisol font baisser la charge virale et augmenter le taux de cd4. Donc, ça négative aussi certainement les tests. En effet, le résultat des tests va dans le même sens que celui de la charge virale. Bref, plus la charge virale est basse, et plus le test vih a des chances d'être négatif. Or, les médicaments pris dans le cas d'une greffe augmentent le taux de cortisol. Donc, il font augmente
  11. En fait, l'analyse que j'ai faite concernant le fait que la mise au point des instruments de mesure des cd4 (années 70) a en quelque sorte engendré l'invention du sida pousse à une autre réflexion. On peut se dire que le fait que les drogués et les homo aient été déclarés les groupes les plus touchés par le sida est lié à une situation historique passagère et donc, à un manque de bol. Ils ont été là au mauvais moment. Et sans ça, on peut penser que l'invention du sida aurait été plus difficile, puisque les médecins n'auraient pas eu de vastes groupes d'individus à se mettre sous la dent. E
  12. A mon avis, le test de charge virale ne mesure que la quantité de petites particules dans le sang. Rien à voir avec l'adn du virus. C'est pour ça que les gens qui consomment des antibiotiques ou qui ont un taux de cortisol bas vont avoir une charge virale élevée (et un taux de cd4 bas aussi). Les antibiotiques, parce que désagrège les cellules, et le taux de cortisol, parce que ça conduit à un relargage des débris accumulés dans les cellules. Le test du génotype est donc aussi bidon. Il donnera n'importe quoi. Fait ailleurs, ça donnerait d'autres résultats.
  13. Bonjour boo, Merci de venir nous voir. En fait, c'est techniquement impossible de remettre ce forum dans celui d'onnouscachetout. Donc, même si on voulait le faire, on ne pourrait pas.
  14. Merci beaucoup jardinier, Par contre, je suis désolé de te décevoir pour les 1400 inscrits. Moi aussi, j'aurais bien aimé que ce soit le cas. Mais en fait, plus de 99 % sont des robots.
  15. Le problème, en fait, c'est qu'il fallait expliquer pourquoi d'un seul coup, les gens mourraient et pas avant. Du coup, si on supprimait le problème de la drogue et des antibiotiques (et autres traitement médicaux), c'est sur que la tentation de la maladie microbienne nouvelle était tentante. Cela dit, le fait de considérer ça comme nouveau était déjà fallacieux en soit, vu que les outils de mesure n'avaient pas plus de 10 ans.
  16. En réfléchissant à nouveau au problème des cd4, je me suis tout d'un coup dit qu'il y avait de fortes chances que l'estimation de la réalité de l'immunodéficience soit relativement récente, et même, qu'elle n'ait été possible que seulement 10 ans ou quelque chose comme ça avant l'émergence du SIDA. Ce qui voudrait dire qu'il est bien possible que ce soit l'apparition de l'outil de comptage qui a permis de développer tout un discours sur l'immunodéficience, et a permis aux scientifiques de se monter le bourrichon a propos de ce problème. Avant ça, le concept d'immunodéficience était quelque c
  17. Ouai, depuis qu'on a compris qu'il fallait arrêter la trithérapie progressivement, à moins que ma mémoire me fasse défaut, on n'a quasiment plus de dissidents ayant de gros problèmes lors de l'arrêt de la tri, ni même de dissident hors médocs ayant de gros problèmes de santé en général. Ca a l'air de se passer assez bien. Alors qu'avant qu'on ne comprenne ça, au début du forum, vers 2003-2004, il y avait eu des témoignages de personnes ayant des problèmes après un arrêt brutal du traitement (le père de boubou par exemple). Sinon, il y a du y avoir trois ou quatre morts au début. Mais à cha
  18. En fait, c'est moi qui a modifié son message pour que le lien marche.
  19. Ce que je pense, c'est que le liquide céphalo-rachidien doit contenir beaucoup moins de particules en suspensions que le sang. Or, c'est la quantité de particules en suspension que compte la charge virale en réalité. C'est aussi simple que ça. Du coup, comme il y a très peu de particules dans le liquide céphalo-rachidien, forcément, la charge virale est extrêmement basse. Par ailleurs, les antibiotiques, par leur pouvoir de désagrégation des cellules (à la place d'une seule, il y a alors 10 débris), peuvent faire exploser la charge virale (sanguine). Alors qu'ils ne doivent avoir aucune
  20. Pour moi, ça ressemble à un état de baisse de cortisol. Tu as pris des plantes qui ont du augmenter pendant un temps le taux de cortisol. Puis, lorsque tu as arrêté de les prendre, le taux s'est effondré. D'où les symptômes que tu as eu par la suite (fatigue, fièvre, toux...). Tu es simplement en état d'hypotension. Et la chaleur de l'Amérique du sud ne doit pas aider. Faut pas prendre de plantes. C'est dangereux (à cause de l'effet en retour). C'est comme la trithérapie. Ca augmente le taux de cortisol. Puis, quand on arrête brusquement, celui-ci diminue fortement et d'un seul coup. Là, s
  21. aixur

    Condylome

    Merci pour ton témoignage
  22. Oui, ce serait super. Mais quelqu'un qui travaille dans un centre de transfusion sanguine et qui serait prêt à nous fournir ce genre de renseignements, ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval. Pas évident de dégoter ça. J'aurais bien posé la question sur le forum aidsmythexposed, histoire d'augmenter un peu la taille de l'échantillon. Mais ça m'a l'air d'être un peu l'apocalypse là-bas en ce moment.
  23. Je viens de réfléchir à nouveau au problème et de m'apercevoir d'un truc. Et en fait, ce qu'on peut remarquer, c'est que les groupes qui réagissent le plus aux tests vih sont ceux qui sont le moins compatibles avec les autres groupes sanguins. C'est le groupe le plus compatible (le O, le donneur universel) qui réagit le moins. Donc, par rapport à ce que j'ai écrit dans mon premier message, ce qu'on peut se dire, c'est que probablement que le groupe universel (le O donc) doit être le plus neutre électromagnétiquement et donc se coller le moins facilement à d'autres particules. Tandis que le
×
×
  • Créer...