Aller au contenu
forum sidasante
Econoclaste

Encore un traitement révolutionnaire...qui finira en eau de boudin?

Recommended Posts

Encore une annoce d'un traitement révolutionnaire, issu de la science médicale la plus avancée, publié dans Nature.

http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature14264.html

Les chercheurs auraient trouvé un moyen de bloquer les récepteurs à la surface du virus, l'empêchant de se multiplier. Pour cela, ils auraient utiliser un adeno-virus comme vecteur, et le machin serait efficace aussi bien pour le VIH que le SIV. Evidemment, seuls les singes ont été testés...

Je lis l'article et vous en reparle très vite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ont t'il seulement déjà trouvé le virus?

Tout ces efforts, tout ces moyens qui depuis des décennies auraient pu servir a tellement d'autres choses que de donner des faux espoirs a ceux qui souffrent et ne sont pas au courant de leurs Situations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouai, le n'ième traitement révolutionnaire.

Comme on n'en a pas entendu parler dans les journaux grand public, à tous les coups, ça sera tombé dans l'oubli dans deux semaines.

Le jour où l'orthodoxie voudra en finir avec le sida, le (pseudo) traitement recevra beaucoup plus de publicité que ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ci-joint un résumé de l'article en français.

Ce nouveau traitement potentiel, il s'agit en fait d'un anticorps synthétique à large spectre qui cible une des supposées protéines du supposé VIH, la protéine env - env pour enveloppe, qui correspond à la gp41 et la gp120 (gp pour glycoprotéine). Les anticorps sont censés se lier à l'enveloppe et ainsi empêcher le supposé rétrovirus de contaminer d'autres cellules.

La gp120, c'est censée être le constituant des fameuses "pointes" du supposé VIH.

Il n'est pas inutile de rappeler un extrait du Wikipedia anglophone pour mesurer l'objectif des chercheurs, qui n'est pas nouveau car la gp120 est cible de nombreux vaccins potentiels depuis des années.

Since CD4 receptor binding is the most obvious step in HIV infection, gp120 was among the first targets of HIV vaccine research. These efforts have been hampered by the fusion mechanism used by HIV, which makes neutralization by antibodies extremely difficult. Prior to binding the host cell, gp120 remains effectively hidden from antibodies because it is buried in the protein and shielded by sugars. Gp120 is only exposed when in close proximity to a host cell and the space between the viral and host cell membranes is small enough to sterically hinder the binding of antibodies.[13]

Pour résumer, la gp120 demeure en règle générale cachée, protégée par un bouclier de molécules de sucres (des polysaccharides), et inatteignable par les anticorps; elle est seulement exposée lorsqu'elle est à proximité immédiate de la cellule, mais elle en est alors si proche qu'il n'y a plus suffisamment d'espace pour que les anticorps puissent s'y lier.

En d'autres termes, il s'agit d'un processus comment dire - proprement diabolique, et le combat des chercheurs relève quasiment de l'exorcisme. L'avenir nous dira si ce nouveau traitement parvient à atteindre ses objectifs divins.

En attendant, pour ceux qui ne sont pas fanas de la lutte entre le Bien et le Mal, on pourra revoir la position du Perth Group sur la gp120, largement développée dans le film Emperor New Virus, à partir de la 57ème minute, et qui repose les choses dans une autre perspective.

Modifié par Jibrail

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous

ci-dessous un lien vers un autre traitement antiviral .

http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=0204129224035&fw=1

ils parlent de baisse significative de CV sans rebond immédiat , puis de guérison ( incompréhensible) les essais cliniques In Vivo ont débuter début février.

Encore une nouvelle approche soit disant, mais toujours rien de concret.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, la gp120 qui est visée est censée être la protéine qui permet au virus de s'attacher à récepteur d'un lymphocyte pour l'infecter/parasiter. Il y a plusieurs choses absurdes quant à l'idée de cibler cette soi disant protéine virale :

1/ même à supposer que le VIH existe, les meilleurs spécialistes comme Gelderblom considèrent que les virions perdent leur gp120 très rapidement ce qui fait qu'elle ne serait presque jamais observable pour un virion mâture. C'est ce qui explique d'ailleurs que des hypothèses très compliquées ont été émises sur la manière dont le virus infecte réellement la cellule et engendre la mort des T4. Du coup, faire un traitement qui se lierait à cette protéine pour empêcher l'infection alors que l'immense majorité des soi disant virus en est dépourvu (contrairement à ce qui devrait être le cas en théorie) souligne l'absurdité du protocole.

2/ si on suit le Perth Group, la gp120 est un oligomère de la p41, qui se trouve être l'actine cellulaire. Qui plus est, on n'a pas de preuve de l'isolation et la purification du VIH.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Linou,

Ils parlent bien de ce qu'ils veulent dans ce communiqué de presse recopié in extenso dans certaines gazettes.

Voilà ce qu'ils disent sur leur site le 2 février :

Paris, le 2 février 2015 – ABIVAX, société de biotechnologie leader dans le développement clinique et la commercialisation de médicaments antiviraux et de vaccins, annonce le lancement et le recrutement de son premier patient pour son étude clinique de Phase IIa d’ABX464 chez les malades VIH positif.

(...)

Cette étude clinique randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, qui se déroule à l’île Maurice est le premier avec ABX464 sur des patients atteints du VIH. L’étude évalue la sécurité et l’efficacité d’ABX464 et fait suite au succès de l’étude de Phase I menée sur des volontaires sains en décembre 2014 et qui a confirmé la sécurité, la bonne tolérance et le profil pharmacocinétique favorable d’ABX464.

Donc en gros, ils n'ont encore jamais donné la molécule à un séropositif. Ils n'en étaient qu'à la phase I de l'essai clinique, c'est-à-dire sur des volontaires séronégatifs pour tester, comme ils l'indiquent, la sécurité et la tolérance de la molécule. De là à spéculer sur la suppression de la charge virale sans effet rebond, il y a encore un gouffre...

Pourquoi l'affirment-ils alors, a-t-on envie de se demander ? Parce que comme ils l'indiquent ici, c'est "le premier médicament anti-VIH qui a été capable, lors des tests précliniques chez la souris, d’induire une réduction à long terme de la charge virale en VIH, même après l’arrêt de son administration". Chez la souris donc. Qui n'est certes pas décimée par le VIH, sauf les modèles de "souris humanisées", c'est-à-dire génétiquement réarrangées, pour tenter de disposer d'un modèle animal du supposé VIH - c'est-à-dire d'une infection par un virus qu'ils n'ont jamais été fichus d'isoler.

Si vous avez mal à la tête, c'est normal, il est difficile de comprendre comment on peut reproduire artificiellement chez la souris au prix de techniques particulièrement compliquées une supposée infection qui n'a jamais pu être correctement comprise et conceptualisée chez l'homme même au prix de techniques plus simples...

D'autres se posent moins de question, c'est l'avantage d'y croire. Car dans le même temps, chez Abivax, il n'y a rien d'autres de publié, ni le protocole d'étude et les résultats "pré-cliniques" sur les souris, ni si sur la phase I - ni sur leur site ni dans une revue médicale; l'essai qui démarre à Maurice n'est pas enregistré dans la grande base Clinical Trial (en tout cas je n'ai rien réussi à retrouver).

Heureusement, la Dr Régine Rouzier, la directrice du centre d'essai clinique de l'étude à l'Ile Maurice (Cap Research Mauritius), arrive à nous en dire un peu plus :

«Lors des tests effectués, nous avons noté que le traitement réduit considérablement la charge virale chez les souris testées et que cette même charge virale reste stable pendant plus d’un mois, ce qui est très positif.» Une charge virale stable un mois, voilà pour l'effet rebond. Et pourquoi Maurice ? "Il est très difficile de trouver des malades du sida non traités en Europe, comme c’est le cas à Maurice."

L'éthique, la transparence, comme lignes directrices immuables - ou presque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui enfin, rien de nouveau sous le soleil. Le maintient d une cv indétectable plus d un mois, ce n est rien, le vaccin/ traitement espagnol je crois de l' an dernier a obtenu de meilleur résultats. Ét perso, je m en fous d un tel résultat. Je rêve du jour ou il décide d'en finir avec le sida ( avec un traitement bidon bien-sûr pour ne pas perdre la face ) Ét qu ils nous libèrent de cet emprisonnement social d avoir eu un jour ce fameux test positif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...