Aller au contenu
forum sidasante

Econoclaste

Membres
  • Compteur de contenus

    150
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    3

Tout ce qui a été posté par Econoclaste

  1. Il fallait lire : qui montre que le stress oxydatif explique ou plus exactement est corrélé très fortement avec les cas de mortalité du SIDA. Encore de l'eau pour le moulin du PG, même si bien entendu, ça n'est pas une preuve définitive, loin de là
  2. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371%2Fjournal.pone.0153456 Un article empirique récent qui montre que le stress oxydatif tous les cas de mortalité du SIDA chez les patients...
  3. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Aixur, il est évident que le PG ne croit pas à l'existence du VIH, l'argument de l'absence de purification n'est là que pour montrer l'absence de preuves de l'existence. Quand tu dis qu'ils restent dans la logique du mainstream, il faut bien faire attention : ils pratiquent ici une critique interne, c'est-à-dire qu'ils veulent montrer à partir de la logique du mainstream que celui-ci se contredit. ça ne les empêche pas par ailleurs de pratiquer la critique externe, avec toute leur théorie du stress oxydatif, qui, si on sait lire entre les lignes, revient à dire qu'il n'y a pas de rétrovirus. Rappelons de toute manière qu'on ne peut pas prouver que quelque chose n'existe pas : on peut seulement prouver qu'on n'a pas de preuve de l'existence de ou que l'on a pas besoin fonctionnellement de l'existence de telle ou telle entité pour expliquer un mécanisme. C'est bien ce qu'ont pratiqué Eleni Eleopulos et le PG jusqu'à présent. Par ailleurs, bien évidemment que Gallo ne va pas dire en toutes lettres que le VIH n'existe pas ou qu'il n'a jamais pratiqué de purification de celui-ci, il est suffisamment rationnel pour ne pas vouloir se suicider socialement. Mais enfin, regardons le texte : est indiqué que les micro-vésicules peuvent être associées à une activité de transcriptase inverse endogène; que certaines micro-vésicules peuvent transporter de l'ADN viral (!) ; qu'il existe des virus non-infectieux (énorme : c'est une contradiction dans les termes) ; que des micro-vésicules peuvent être produites contenant certaines protéines virales lors d'une "infection par un rétrovirus" ; que les virions peuvent fortement varier ; qu'on ne peut pas séparer micro-vésicules et rétrovirus et j'en passe et des meilleurs. Bref, si on met des sous-titres, ça veut dire que la différence entre micro-vésicules et rétrovirus est une pure convention. En fait, on pourrait même déduire, si on avait un peu de logique et surtout d'honnêteté (ce dont manque clairement Gallo) que les rétrovirus ne sont que des micro-vésicules parmi d'autres.
  4. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Champagne! Notre cher ami Gallo vient de co-signer un article reconnaissant qu'il est très difficile de distinguer le "VIH" des exosomes et autres microvésicules, voire qu'une cellule "infectée" par le soi disant virus peut générer produire des microvésicules, si bien que la purification serait presqu'impossible... Belle confession... Que dire? Tout ceci est consternant...
  5. Nouvel article dissident

    Bonjour, juste un petit mot pour vous signaler la publication de cet article dissident qui a réussi à passer les fourches caudines du peer review, mais qui n'apporte pas grand chose sur le fond (un résumé de tout ce que l'on sait déjà et une conclusion sur les protocoles à suivre, notamment du fait du caractère non-conclusif des tests et des effets secondaires lourds des traitements, de permettre à un patient d'être retesté régulièrement et donc de cesser les traitements inutiles si un test négatif apparaît). Bon après, la revue en question (American journal of immunology) est loin d'avoir le facteur d'impact d'un Nature ou Science, donc il ne faut pas s'attendre à de gros changements, si ce n'est peut-être que les auteurs subissent comme c'est la règle dans ce champ, une campagne de maccarthysme pour faire dépublier leur article et vilipendés sur la place publique.
  6. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Hello, le groupe de Perth vient de commettre un nouveau texte, qui synthétise toutes leurs critiques sur l'inexistence du VIH, actualisé d'un certain nombre de "confirmations" récentes. A lire : http://www.theperthgroup.com/HIV/TPGVirusLikeNoOther.pdf On notera notamment des passages importants sur les incohérences du point de vue génétique, puisque par exemple, il a été montré par exemple par un jeune bio-informaticien spécialiste de génétique que des éléments du génome du VIH sont présents chez James Watson, co-découvreur de la structure de l'adn et qui bien sûr, est mort avant l'épidémie de SIDA et n'a pu être infecté par le soi-disant virus... http://www.nature.com/nature/journal/v452/n7189/full/nature06884.html#comments
  7. Merci cher Jibrail, toujours aussi pertinent dans tes interventions...et on est toujours aussi consterné de l'incapacité du mainstream médical à ne pas voir que le point commun des séropositifs qui consomment des poppers développant un sarcome de Kaposi et des séronégatifs consommateurs de poppers développant un sarcome de Kaposi, c'est la corrélation entre le sarcome de Kaposi (maladie qui par le passé "définissait" le SIDA) et les poppers...
  8. Pour trouver ta réponse, tu peux lire ceci Ici aussi dans l'encadré En l'occurrence, nous avons déjà répondu de nombreuses fois à ces questions, comme ici. Je t'invite encore à lire les documentaires que nous t'avons fait passer, pour que tu comprennes bien l'ampleur du problème. Pour résumer : rien à craindre, car statistiquement, il n'y a qu'un seul type de rapports sexuels susceptibles d'être un risque très significatif de transmission : les rapports anaux réceptifs. Tout le reste nous indique que la "transmission" de la séropositivité est un risque faible (y compris les rapports vaginaux insertifs ou réceptifs non-protégés), et la fellation n'induit aucun risque de transmission.
  9. Autotest

    Chère Lola, comme l'a dit Jibrail, non seulement aucun test n'est fiable à 100% (ce que même l'HAS ou la FDA ou l'ANSM reconnaissent), mais en plus de cela, aucun test "de détection du VIH" ne détecte le VIH, puisque comme il l'a dit : - l'isolation et la purification du VIH n'ont jamais été faites correctement pour des raisons qui ont été maintes fois discutées sur ce forum et documentées ailleurs (nous t'invitons à visiter d'un peu plus près le site sidasante.com ou de regarder ce documentaire pour comprendre l'ampleur du problème : ici ) - même à supposer que le VIH existe, un test positif ne fait que détecter la présence d'anticorps "du VIH". Or, il existe de nombreux anticorps qui sont non spécifique au VIH, il y a donc toujours des risques de réactions croisées. - la présence d'un anticorps peut aussi s'interpréter comme l'existence d'une immunité à un pathogène - "des souches rares du VIH": encore faudrait-il avoir une souche correctement isolée du VIH pour espérer en détecter plusieurs. Il est vrai que génétiquement, on met en avant une diversité incroyable de l'ADN du supposé virus (près de 40% de variation...à comparer avec notre ADN qui ne se distingue que de 1 ou 2% du chimpanzé...ça laisse rêveur). Cela dit, même si le VIH n'existe pas, ce qui nous paraît à Jibrail et moi comme le plus logique compte tenu des preuves accumulées dans la littérature et correctement interprétées, un test d'anticorps positif doit cependant amener à de la prudence, puisqu'il y a corrélation entre séropositivité et probabilité de développer le SIDA. Mais vu que tu es négative, inutile de t'en faire pour ça, sauf à avoir une lymphocytopénie idiopathique, c'est-à-dire un SIDA "sans VIH" détecté... maladie inventée (au sens que la catégorie de classification nosologique) en 1993 pour classer à part les sidéens qui manifestement n'ont jamais été infectés par le VIH et qui donc prouvait l'erreur de l'hypothèse "SIDA=VIH". Depuis, on a changé la définition pour que la séropositivité à un test d'anticorps = "être sidéen"...
  10. photo dans Wikipedia

    Bonjour, étant donné que l'on n'a pas la source de la publication, et donc la procédure par laquelle cette image a été obtenue, il est assez difficile de répondre. Il est clair que ça ressemble à ce que devrait être le VIH, à ceci près que n'ayant pas d'échelle, on ne sait pas si la taille correspond à ce qui est attendu du rétrovirus. J'imagine que cette photo est issu d'une publication de Gallo et son équipe mais il faudrait vérifier. Mais il faut faire attention : c'est très différent d'être un virus et de ressembler à un virus. Un virus est une particule qui se reproduit en infectant des cellules. Or, Gallo, comme d'ailleurs Barré-Sinoussi, avaient montré dans les années 1970 que dans des serums "non-infectés" stimulés avec certains substances, il était possible de faire apparaître des particules ayant des formes identiques à des rétrovirus mais n'ayant pas la propriété de se répliquer. Dans une étude avec les contrôles adéquats, des particules de "VIH" identiques ont été observées dans du serum "infecté" et "non infecté", la seule différence étant quantitative. Et par ailleurs, le "VIH" lui-même n'apparaît que lorsque le serum est stimulé par ces substances. Cela suggère fortement que le "VIH" est un débris cellulaire (exosome ou autre), produit par les conditions particulières de ces cultures de laboratoire. Donc même si on trouve une publication où cette image apparaît à la taille correcte, ça ne prouve pas que c'est le VIH : il faut prouver que : - ces particules sont présentes dans le serum infecté mais absente d'un serum non-infecté ayant été préparé de la même façon : - que ces particules, une fois isolée et mise dans un serum non-infecté, vont parasiter les cellules T et se reproduire. Pour plus de détail voir sur cette page du Perth Group.
  11. Nouvelle

    Je suis bien sûr d'accord quand tu me reproches ma subjectivité sur le jugement de certains rapporteurs, je ne le nierai pas. Mais, pour ceux que je connais et de ce que j'ai pu voir, ce sont des gens très dévoués au service public, d'une méfiance extrême vis-à-vis de Big Pharma et qui ont toujours pris soin de n'avoir aucun lien d'intérêt. Personne n'est bien sûr infaillible et ni tout blanc ou tout noir, mais je voulais juste éviter que l'on tombe dans le discours désormais convenu du "tous pourris" et de la corruption institutionnelle par Big Pharma (qui reste cependant une réalité pour un certain nombre de cas, hélas trop nombreux, l'analyste de ce secteur que je suis le souligne suffisamment par ailleurs). Je suis également d'accord que ce soit plutôt une bonne chose que la presse relaye ce type d'informations, malgré des déformations possibles : on aurait aimé qu'un tel travail fût fait bien avant pour Médiator, Vioxx et quelques autres. Cela dit, pour avoir assisté de mes yeux à quelques questions de journalistes de France 3 et de Médiapart sur ce sujet dans un colloque, force est de constater qu'ils sous-estiment l'incertitude propre à toute recherche clinique et qu'il y a beaucoup de sensationnalisme (mais qu'on peut comprendre dans le contexte post-Médiator). C'est une pratique assez typique dans les essais sur les animaux de savoir à partir de quel dosage on tue un animal. Il est donc assez logique, dans une étude de toxicité, d'observer à des dosages élevés quelque effet toxique ou des morts chez les animaux, puisque c'est le but. Ce "détail" n'avait pas été effleuré par les journalistes, mais en même temps, ce n'est pas leur métier. On notera que le rapport ne dit pas que l'essai était "parfait", puisque quelques questions ou incertitudes sont soulevées, mais assez secondaires. On est très loin d'une manipulation ou de je ne sais quel test à la Frankenstein. Rappelons aussi qu'en comparaison avec Médiator, l'IGAS (institution considérée très à gauche dans l'espace de l'administration) avait rendu un rapport à juste titre au vitriol, ce qui n'est pas le cas ici, où le rapport note qu'il n'y a eu aucune infraction à la réglementation, mais effectivement, que l'on aurait dû faire une escalade des doses moins rapide (arithmétique plutôt qu'exponentielle) pour limiter les risques. Cela est soulevé dans le rapport du CSST. Les deux rapports soulèvent aussi le manque d'intérêt thérapeutique du produit, mais dont on ne peut avoir le coeur net qu'une fois que l'essai est réalisé, ce que l'on peut déduire maintenant, sans absolu certitude néanmoins puisque l'on s'est arrêté en phase 1... Mais objectivement, ce ne sont pas des dysfonctionnements majeurs, en tout cas sans commune mesure avec les autres cas évoqués. Bref, a posteriori, il est facile de dire qu'il n'aurait pas fallu faire comme ceci ou cela et on est d'autant plus près à trouver des dysfonctionnements que l'événement a été tragique. Un dernier point à noter, c'est que l'ANSM, qui a remplacé la défunte AFSSAPS, n'a pour l'instant pas pu regagner le déficit d'image et de légitimité lié Médiator. Les médias ici jouent un rôle non-négligeable (vous me direz, c'est de bonne guerre). Cet accident, difficilement prévisible, ne va pas redorer son blason.
  12. Nouvelle

    Voici le rapport du CSST sur l'essai Biotrial. Pour connaître le sérieux et l'éthique infaillible de deux des rapporteurs de ce rapport, et à la lecture du rapport en question, on se dit qu'il n'y avait pas grand chose de scandaleux dans cet essai: les données de toxicologie chez les 4 espèces animales testées ne préjugeaient en rien de ce qui s'est passé. Les dosages utilisés étaient dans les bornes qu'on pouvait anticiper compte tenu des mesures effectuées sur les animaux. De plus, les symptômes graves décelés chez le patient décédé l'ont été le 10, puis dans les 5 autres patients les 3 jours suivants, et l'arrêt de l'essai s'est fait dans la foulée. Il semble qu'il y ait eu un effet de seuil, puisqu'à des doses légèrement plus faibles, rien ne fut observé. Le rapport pointe que l'un des points discutables est d'avoir, dans l'escalade de dose, utilisé une augmentation géométrique plutôt qu'arithmétique, ce qui est en effet plus risqué. Mais en ayant aucun indice de toxicité du produit dans les phases précliniques, ce qui nous apparaît scandaleux a posteriori ne l'était probablement pas a priori. Bref, c'est un accident très malheureux, mais globalement les procédures furent bien respectées, et les choix scientifiques effectués loin d'être aberrants (bref, ça n'a rien à voir avec le Médiator ou l'AZT, où les essais furent soigneusement biaisés). Cela nous rappelle douloureusement que tout essai clinique est dangereux, et qu'il n'y pas de médicament anodin. Cela ne sera bien sûr d'aucune consolation pour les familles qui demanderont justice, et la presse continuera de faire des choux gras de ce scandale qui n'en est pas un.
  13. Cher Nicolas, tu es nouveau sur ce forum, alors d'abord bienvenue. Tu n'as probablement pas pris le temps de lire ce qu'il se raconte depuis des années sur ce forum, ni sur le site lié : http://www.sidasante.com/ Alors permets-moi de te rassurer : il n'y a presque aucune chance que tu sois contaminé... Pour t'en convaincre, tu n'as qu'à consulter les statistiques de risques de transmission du "VIH" par la CDC. NB :le CDC est le centre de contrôle des maladies US, une institution on ne peut plus officielle. Tu y découvriras que le risque est négligeable. Tu pourrais à la rigueur de contenter de ça et ne plus revenir sur ce forum. En somme, prendre la pilule bleue que propose Morpheus dans Matrix. Mais, si tu prends la pilule rouge, c'est-à-dire que tu prends le temps de bien analyser ces statistiques, et que tu as la curiosité d'aller sur le site sidasante.com (mais aussi http://aras.ab.ca/; http://www.virusmyth.com/aids/; http://www.rethinkingaids.com/; https://hivskeptic.wordpress.com/tag/claus-kohnlein/; http://www.tig.org.za/) , tu découvriras que non seulement le risque de transmission est très négligeable en s'embrassant, mais qu'il est très faible en cas de relation sexuelle, à l'exception d'une relation anale passive. Bizarre non? Tu découvriras bientôt peu à peu, si tu prends le temps de lire tout cela, ou par exemple de regarder ce documentaire, ou celui-ci, ou encore celui-ci plus ancien, et si tu prends le temps de lire patiemment les milliers d'articles scientifiques sur le sujet, que tout, absolument tout ce que tu croyais savoir sur le SIDA est faux, et le produit de la plus grande erreur scientifique de l'Histoire... Je sais, tu vas te dire, encore un site d'illuminés complotistes, hélas, je suis un scientifique et je ne crois guère aux complots, je ne crois qu'à la logique et aux preuves empiriques... Je t'invite donc à t'en enquérir plutôt qu'à me croire, et tes peurs sur le "VIH" s'estomperont pour bientôt être remplacées par des questionnements sur les errances de la science contemporaines et du système biomédical beaucoup plus profonds mais pas forcément plus rassurants... A moins que tu ne décides bien sûr de prendre la pilule bleue.
  14. Hépatite C

    Merci Jibrail, tout ceci me semble confirmer les posts précédents où nous avions mis en doute l'existence de ce virus. Cela confirme aussi que c'est la pratique de la détection par marqueurs moléculaires et génétiques qui fait dire aux chercheurs qu'un microbe est là et qu'il cause la maladie, les procédures d'isolation-purification-microscopie électronique apparaissant secondaires... Plus généralement, c'est tout de même incroyable que ces types ne se posent pas la question de savoir s'il s'agit bel et bien d'un virus, existe-t-il encore un esprit critique dans la virologie ou le seul but est-il de faire carrière et de maintenir des financements? Raconter que le bidule se déguise en un hybride viro-lipidique, faut vraiment oser.
  15. Un site répertorie de nombreuses publications sur les poppers, qui permettent de questionner le lien HHV8-sarcome de Kaposi ou plus généralement poppers-"VIH/SIDA". Pour rappel, le mainstream considère que le sarcome de Kaposi serait causé par le virus HHV8, de la famille des herpès virus. Voici quelques citations et publications du lien précédent qui semblent valoir le détour (certaines que j'ai déjà lues, d'autres qu'il faudrait que je lise) et permettent de fortement remettre en cause la thèse orthodoxe :(je traduis) "Une relation dose-dépendante a été trouvée dans les études épidémiologiques entre utilisation des poppers et infection au virus HHV8. Nombre d'explications ont été proposées pour cette association, allant des effets des nitrites sur les fonctions immunitaires aux propriétés vasodilatatrices de ces drogues". "En plus d'augmenter le désir sexuel et les comportements sexuels potentiellement associés à la transmission du KSHV (ndmoi : autre nom du HHV8), l'usage récréatif des nitrites d'amyles (ndmoi : certains poppers) peut altérer le fonctionnement des cellules T". -------> ergo, les poppers suffisent pour expliquer une suppression immunitaire, qui peut prendre le nom de SIDA... "Dans une série d'études, nous avons montré que l'exposition aiguë et chronique in vivo aux nitrites d'isobutyle (un représentant des nitrites par inhalation) a produit des altérations tissulaires significatives dépendantes dans l'expression d'un certain nombre de gènes liés au cancer- et à l'angiogenèse - chez les souris. En particulier, l'expression de l'ARNm hépatique et de la protéine de facteur de croissance vasculaire endothélial (VEGF) ont été significativement stimulées. Nous avons également montré que le taux de croissance in vivo dans d'une tumeur sous-cutanée sensible au VEGF a été accélérée par l'exposition aux nitrites par inhalation. Étant donné que le développement du sarcome de Kaposi est fortement lié au VEGF et ses récepteurs, la liaison supposée entre les nitrites par inhalation et le sarcome de Kaposi peut être expliqué de façon mécanique, au moins en partie, par stimulation de l'expression de VEGF par les nitrites." -------> ergo, les poppers suffisent pour expliquer le risque de survenue du sarcome de Kaposi chez les souris... "Même ajusté des pratiques sexuelles, l'usage des nitrites d'amyles pendant l'activité sexuelle était associée à une infection au KSHV" "Une étude sur des souris à qui on a injectées des cellules cancéreuses et ensuite exposées à des poppers (nitrites d'isobutyle) a révélé que les souris traitées aux nitrites par inhalation ont développé un cancer plus facilement et plus rapidement que les souris témoins. On a également injecté des cellules cancéreuses aux souris témoins, mais celles-ci n'ont respiré que de l'air. Des études connexes ont constaté que poppers suppriment certaines fonctions immunitaires impliquées dans la destruction des cellules tumorales ". Comment peut-on encore croire au scénario "VIH"---->SIDA---->HHV8----> sarcome de Kaposi après toutes ces études, alors qu'un lien de type poppers -----> SIDA & sarcome de Kaposi -----> "infection au "VIH" et "HHV8" (dont le premier, rappelons le, n'a jamais été purifié, donc n'a été "isolé" que par des marqueurs indirects non-spécifiques ; on peut d'ailleurs, en suivant le PG, se demander si le "VIH" et le "HHV8" ne sont pas le produit de l'exposition au stress oxydatif) est au moins aussi sinon plus plausible? Le poids de l'idéologie et de la censure interne au champ scientifique est vraiment fascinant et terrifiant...
  16. Probiotique

    Bonjour, je reprends ce fil oublié pour indiquer que certains papiers (ici et là ou encore là) montrent que la prise de yaourt aux probiotiques (lactobacillus rhamnosus) accroît le nombre de CD4 par rapport à un traitement ARV sans probiotique. Cela s'explique en particulier par le fait que la flore intestinale est très souvent en bien mauvais état chez les patients sidéens, aussi bien à cause des ARVs que du "SIDA" lui-même, amenant des dysfonctions immunitaires et des inflammations (voir un papier dissident sur le sujet : ici et une critique). Si évidemment, la prise de probiotiques n'est pas suffisante pour une "séroréversion", comme la dissidence depuis bien longtemps, une meilleure nutrition peut améliorer la santé. Ce serait une solution bien plus rationnelle et bien moins coûteuse au moins dans les pays en voie de développement...
  17. Un article intéressant sur le cas de la ville d'Austin, qui a subi une augmentation spectaculaire du nombre de ses seropositifs. Or cette ville est touchée de plein fouet par la pauvreté et un nombre de consommateurs de drogues et de médicaments consécutifs à cette pauvreté considérable. Un anthropologue travaillant sur cette question a remarqué que 1.les problèmes de santé incluait d'autres symptômes que le Sida (hépatite c et bien d'autres...) l'amenant à parler de "syndemie". 2. Que la pauvreté et le fait d'habiter à Austin sont en soi des risques d'être atteints de ce syndrome. Tout cela donne de l'eau au moulin de la dissidence qui soulignait dès le début de l'épidémie de Sida (du moins son identification /invention) combien la pauvreté et l'usage de drogues, récréatives ou non, expliquaient la maladie sans besoin de faire appel à ce mythique virus. On espère que cet anthropologue entendra parler un jour de la dissidence...En tout cas cela montre aussi qu'un regard neuf issu des sciences sociales peut converger avec le point de vue dissident, car moins intoxiqué par le discours virologique. http://mosaicscience.com/story/austin-indiana-hiv-america-syndemics
  18. Leucémie, lymphome et SIDA

    Une équipe de médecins, très contents d'eux-mêmes, sont fiers de nous annoncer qu'ils sont parvenus "à guérir un patient du SIDA". Le patient en question, également aussi atteint de leucémie, aurait reçu de la moelle épinière d'un autre patient porteur d'un gène mutant permettant une résistance au VIH... Mais, hélas, trois fois hélas, si le type fut déclaré "clear of HIV", il se trouve qu'il est tout de même mort d'un lymphome 3 ans après... Or, rappelons-nous que dans les premières définitions du SIDA, le lymphome faisait partie des maladies définissant le SIDA. En effet, nombre de lymphomes sont associés au SIDA, ou plus généralement, à un système immunitaire affaibli ou des troubles autoimmuns. Notons que les "co-infections" au "VIH" et à "l'HTLV-1" (l'autre rétrovirus "découvert" par Gallo et son équipe, censé causer des lymphomes et leucémies) sont courantes. On remarquera aussi que visiblement, l'incidence des cancers "non-liés au VIH" augmente chez les patients séropositifs... Ainsi, la mort de ce patient, comme probablement bien d'autres, n'est plus comptabilisée comme une mort du SIDA mais comme celle liée à un lymphome, un beau progrès de la médecine... Cela nous rappelle aussi combien les tests VIH sont non seulement peu spécifiques, mais également insuffisamment sensibles (on rappelle que la spécificité est la probabilité qu'un patient soit déclaré négatif lorsqu'il est "réellement" négatif, tandis que la sensibilité est la probabilité qu'un patient soit déclaré positif alors qu'il est réellement positif)... On notera que cette histoire en rappelle une autre presque identique. Plus généralement, on remarquera ces dernières années que les médecins utilisent de plus en plus le "VIH" (plus exactement, une partie de son génome) pour reprogrammer le système immunitaire par thérapie génique et ainsi guérir des leucémies (cf ici, ici, ici ou encore ici). Bref, encore une fois, les définitions étant passablement confuses et ce "virus" fictif ayant semé le trouble dans la recherche, on se dit que ce genre de résultats mériteraient un regard un peu différent, pour en extraire un savoir probablement utile.
  19. Bonjour à tous, John Strangis, un séropositif (hétéro non consommateur de drogues), qui pendant des années faisait partie du camp dissident de Rethinking AIDS, est depuis environ un an passé dans le camp de l'orthodoxie (depuis juillet 2015 en fait), à la suite d'une pneumopathie à pneumocytis carinii qui a failli l'emporter sa compagne six pieds sous terre, traitée avec succès par trithérapie. Il s'échine depuis, avec la même rage qui caractérise les nouveaux convertis, à vilipender ses anciennes croyances et le "négationnisme du SIDA" (AIDS denialism). La réaction de Rethinking AIDS, de façon assez prévisible et infantile, a été de considérer qu'il avait vendu son âme à Big Pharma moyennant finance et a consisté à l'insulter de façon assez hystérique. Strangis s'est donc fait depuis l'avocat du paradigme VIH/SIDA et des dangers de la dissidence. Dans cette vidéo, il explique aussi pourquoi lui et sa compagne ont changé leur point de vue : Comme cette vidéo le montre, Strangis était clairement un dissident très au fait, même si je n'aimais guère certaines de ses approximations et son côté assez grande gueule, mais qu'on lui pardonnera aisément. Tout ceci mérite quand même de tirer quelques leçons : - (1) il est complètement stupide et improductif d'insulter les gens sur les croyances et leurs choix relativement au traitement, c'est un choix personnel où seul l'individu risque sa vie. Ce n'est pas parce qu'on quitte un mouvement qu'on doit traiter la personne de traitre ou que sais-je. Comme je le dis à chaque fois aux séropositifs sur ce forum, on n'est loin de tout savoir, et le choix de se traiter ou non via ARV n'a rien d'un article de foi ou d'une quelconque idéologie, mais doit être fait de façon réfléchie, et je dirais même flexible. Il faut se renseigner aussi bien sur la dissidence que l'orthodoxie, aucun des deux côtés n'a la réponse à tout. La recherche de la vérité suppose de rester ouvert sur le fait que sur certains points, l'orthodoxie peut avoir raison sur le plan pratique, même si elle a tort au plan théorique ; - (2) en effet, je pense, conformément à la théorie du stress oxydatif, que certains antirétroviraux peuvent aider à améliorer la santé, vus qu'ils sont antioxydants. Donc, que l'on croit ou non à l'existence du VIH et de son caractère pathogène, n'est pas une condition suffisante pour rejeter par principe leur utilisation. Beaucoup de médicaments "marchent" sans qu'on sache réellement leur mécanisme d'action ni que l'on connaisse parfaitement tous les mécanismes d'une pathologie. Qui plus est, tous les médicaments ayant des effets secondaires, l'argument des effets secondaires est insuffisant pour ne pas en prendre. Ce qu'il faut, c'est mesurer la balance bénéfices/risques, et dans certains cas, je suis presque certain que les ARVs peuvent être utiles...de même que je suis assez convaincu qu'il ne faudrait pas en prendre tout le temps... - (3) également, conformément à la thèse du Perth Group, si je sais qu'un résultat positif une fois ne prouve pas grand chose, il faut quand même reconnaître que des tests positifs répétés sont un marqueur non spécifique mais non négligeable non plus d'un risque de SIDA. Je ne crois pas que cela veut dire qu'il faut prendre dans l'instant des ARVs, mais s'interdire de le faire en cas d'immunodéficience avérée ou d'infections opportunistes comme un PCP me semble absurde (je ne parle bien sûr pas de prendre de l'AZT). De même, comme j'ai pu le dire ailleurs sur ce forum, si la séropositivité n'est pas sexuellement transmissible, c'est une condition qui peut être sexuellement acquise (ne serait-ce que parce que des MST plus classiques peuvent donner des tests positifs et que la répétition de ces infections et de leur traitement peut provoquer de l'immunodéficience) ce qui veut donc dire que se protéger pendant les rapports sexuels est loin d'être inutile ; - (4) si cela continue ainsi, Crowe et sa bande, avec eur position "anti-antirétroviraux" par principe, risque de mettre en danger inutilement certains patients. Nombre des choix de RA et de son président provoqueront (si ce n'est déjà le cas) la dégénérescence de la dissidence, n'ayons pas peur des mots. Le Perth Group et Treatment Inofrmation Group sont sur des positions beaucoup plus raisonnables et éthiques sur ces questions, sans l'espèce d'hystérie complotiste qu'on peut lire sur la page Facebook de RA. Il est très bien de se poser des questions, de critiquer, mais le plus important est tout de même d'aider concrètement les malades et de rester ouverts. On ne peut pas reprocher en même temps à l'orthodoxie sa fermeture d'esprit, sans soi-même pouvoir la pratiquer... Sinon, sur un autre front de la dissidence, sachez que Stefan Lanka, le virologiste qui croit que les virus n'existent pas, a gagné son appel et a parlé à l'émission de Crowe (qui lui non plus ne croit pas à l'existence des virus...mais alors, pourquoi avoir saboté le travail du Perth Group pendant tant d'années?). Pour mémoire, après avoir dit qu'il donnerait 100000 euros à qui lui prouverait que le virus de la rougeole existe, un jeune médecin lui avait amené six articles dont ce dernier prétendait qu'ils prouvaient l'existence du virus. Lanka refusant de payer car considérant que ces articles ne prouvait rien, le médecin porta plainte contre Lanka pour l'obliger à payer, premier procès qui donna raison au plaignant. En appel, visiblement, Lanka a gagné.
  20. Thabo Mbeki - mars 2016

    Bonjour Jibrail et Jardinier, effectivement, deux nouvelles très importantes. Cette directive sur le secret des affaires est un vrai scandale, vive la protection des lanceurs d'alerte! Il existe une pétition contre cette directive sur Change.org
  21. bonjour à tous

    Bonjour Manou, bon courage dans votre combat, on sait combien cela peut être difficile. Que la Force soit avec vous!
  22. Bonjour à tous, comme vous l'avez tous entendu, depuis plusieurs semaines, c'est le branle-bas de combat contre le virus Zika et les moustiques qui en seraient le vecteur. Le virus est supposé causer des microcéphalie chez les nouveaux nés. Tout serait venu du constat de microcéphalies au Brésil, et d'ailleurs, Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (l'un des pires scientifiques orthodoxes sur la question du SIDA, soit dit en passant) prétend : Cependant, plusieurs scientifiques ainsi que Jon Rappoport, qui avait par le passé couvert le cas du SIDA d'un point de vue dissident, tout ceci mérite une grande circonspection. Tout d'abord, prouver que le Zika provoque les dites microcéphalie est un challenge en soi. Ensuite, le syndrome lui-même n'est pas toujours si simple que cela à diagnostiquer, car lorsqu'on regarde les diagnostics confirmés , sur les soi-disant 4000 et quelques cas, c'est seulement 270 cas confirmés, et déjà plus de 462 infirmés... Preuve d'un diagnostic de grande fiabilité. Il faut dire que la microcéphalie est définie comme une "anomalie de croissance de la boîte crânienne inférieure avec un diamètre de la tête significativement inférieur la normale". Sauf que "significativement inférieur à la moyenne", ça fait beaucoup de monde a priori...encore faut-il savoir ce qui est "normal". Comme quand l'alerte est donnée, on cherche toujours plus de cas, des bébés avec des boîtes crâniennes à peine plus petites que la moyenne risquent d'être diagnostiqués avec microcéphalie. Ensuite, on s'est rendu compte que dans la région où l'alerte a été donnée, les pesticides ainsi que le pyriproxyfène, un insecticide utilisé contre les moustiques, sont répandus massivement. Or, pour ce qui est du pyriproxyfène (fourni par cette firme bienfaitrice de l'humanité qu'est Monsanto), il est censé engendrer une malformation des moustiques et il est utilisé depuis 18 mois seulement, alors que les infections de virus Zika n'avaient jusqu'à présent pas causé de malformations de bébés... De même, les herbicides à base de glycophosphates, utilisés par Monsanto peuvent engendrer des effets tératogènes sur les vertébrés, notamment sur les embryons. Bref, tout cela fait étrangement penser encore une fois à ce qu'on a connu sur le SIDA. Et pour sûr, les autorités et chercheurs feront tout pour ne pas reconnaître leur erreur initiale, si erreur il y a eu, tant ils ont crié au loup avant. Et comme ça fait l'occasion d'obtenir des financements pour étudier un truc et faire des publications, nulle doute que les virologues vont tout faire pour prouver que le Zika cause des microcéphalies... Pour aller plus loin, quelques liens, notamment ceux de Jon Rappoport (qui bien que très conspirationniste, n'en reste pas moins intéressant dans certains cas) : http://www.philly.com/philly/health/SciCheck_Little_evidence_links_Zika_to_microcephaly.html#4x0Srifpp2wvs0pI.01 http://www.nature.com/news/proving-zika-link-to-birth-defects-poses-huge-challenge-1.19330 http://www.parismatch.com/Actu/International/Des-medecins-suspectent-un-produit-chimique-de-Monsanto-912875 https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/31/zika-monsantos-roundup-associated-with-smaller-heads/ https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/29/zika-freakout-the-hoax-and-the-covert-op-continue/ https://jonrappoport.wordpress.com/category/zika/ https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/31/zika-freaka-the-other-shoe-drops-lying-about-case-numbers/ https://jonrappoport.wordpress.com/2016/02/04/zika-update-from-brazil-towering-non-evidence/
  23. Virus Zika, nouvelle hystérie collective?

    Merci Jibrail, tout à fait. Comme dans le cas du SIDA, on fait "comme si" on savait déjà que c'était évident que le virus (Zika) est la cause "probable" des microcéphalie, alors qu'on ne l'a pas encore démontré et surtout que les autres causes n'ont pas été étudiées encore à fond. Pour revenir sur le blog du chien de garde que tu cites, on croit rêver : le mec reconnaît qu'on n'a pas encore de certitudes que c'est le virus (seulement quelques corrélations), mais il choisit de laisser de côté les autres hypothèses, au motif que l'on aurait prouvé l'innocuité du pyriproxyfène... Comme si on avait testé l'effet sur les femmes enceintes et leurs nouveaux nés de ce produit, ce dont je suis presque certain que non. Sans compter ensuite que les effets des composés chimiques dépendent des quantités ingérées... Et même s'il donne des arguments rationnels sur des éléments épidémiologiques, un peu de scepticisme quand on n'a encore rien prouvé est tout de même la moindre des choses. (NB : on rappellera en suivant Popper d'ailleurs qu'on ne prouve jamais qu'une théorie est vraie, la seule chose qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas réfutée jusqu'à preuve du contraire). Bref, s'il est possible que le virus Zika ait les effets évoqués, balayer d'un revers de main les autres causes toxicologiques possibles et considérer que ce sont forcément des thèses "conspirationnistes" est tout bonnement aberrant sur le plan scientifique (notons au passage que si découvrir l'effet d'un polluant sur la santé devient une thèse conspirationniste, alors on peut considérer que tous les écologistes sont conspirationnistes ou presque).
  24. http://www.omsj.org/corruption/gutwin2015/2 Dans l'affaire Gutierrez, qui concerne un militaire accusé d'avoir eu des relations non-protégées sans indiquer son statut de séropositif (un peu le même cas que l'affaire Christophe Morat en France que j'avais évoquée dans un précédent post), la cour d'appel des forces armées US vient de conclure que l'accusation n'a pas pu prouver que les actes du sergeant Gutierrez ont pu "probablement" (likely) amené une transmission du VIH à ses partenaires. L'affaire fut gagnée en grande partie par le soutien de Clark Baker et OMSJ (l'entreprise qu'il a fondé), qui précise d'ailleurs que le médecin traitant de Gutierrez, venu témoigné à la barre contre lui, avait reçu quelques jours après son témoignage presque 3 millions de dollars de Bristol Myers Squibb, une big pharma produisant Sustiva (un ARV). Il semblerait que cette affaire pourrait renverser durablement la jurisprudence sur ce type d'affaires, ce qui est une des rares victoires de la dissidence, qui pourrait avoir de l'importance dans le futur (notamment pour les patients et les accusés, mais à plus longtemps, pour lutter contre le paradigme VIH=SIDA). Cet exemple devrait encourager à ce qu'il en soit fait autant en France, cette victoire peut donner espoir, à ceux qui comme sur ce forum, ont eu maille à partir avec la justice sur des questions liées au VIH (ou au traitement etc). Cependant, Celia Farber sur la page facebook de Rethinking AIDS indique qu'OMSJ et Baker sont en ce moment dans la tourmente judiciaire, puisqu'ils ont à affronter plusieurs procès, notamment un contre Kevin Murtagh (un universitaire dans le réseau de Gallo et ses sbires), qui est accusé par Baker de diffamation et d'avoir orchestré de multiples attaques virales contre son site et ses boîtes emails, outre d'être largement financé par l'industrie pharmaceutique pour gagner ce procès. Cela engendre pour Baker des difficultés financières, d'où un appel au don sur le site d'OMSJ. Baker aurait indiqué que si 1000 personnes donnaient 5$ par mois, ce serait suffisant pour maintenir le bateau à flot. J'hésite encore à le faire, du fait des positions politiques du personnage, mais en même temps, ça a du sens si ça aide des gens injustement accusés...
  25. OMSJ et procès Gutierrez

    Je m'en doutais, cela faisait un moment que je visitais le site pour savoir s'il se passait des choses, mais aucune nouvelle fraîche depuis un bon moment. Comme je l'avais signalé au début de ce fil, Baker/OMSJ étaient en procès contre un des acolytes de Gallo, à savoir James Murtagh. Pour une petite organisation de la sorte, rien de surprenant que cela ait précipité sa fin... Le mouvement dissident va bien mal... Du moins, les "leaders" ou têtes de gondole tombent les unes après les autres, même si paradoxalement, le nombre de personnes persuadées que la thèse orthodoxe est fausse n'a jamais été aussi important, du moins si on prend les groupes Facebook divers sur le sujet, dont celui de RA.
×