Aller au contenu
forum sidasante

Jibrail

Membres
  • Compteur de contenus

    635
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    41

Tout ce qui a été posté par Jibrail

  1. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Jardinier, Sans répondre à la place d'Econoclaste, la revue PNAS constitue une des revues scientifiques les plus importantes. Mais elle occupe une place particulière pour plusieurs raisons : parce qu'elle est gratuite en différé (après 6 mois), même si elle fait payer cher les rédacteurs d'articles; qu'elle est multidisciplinaire et qu'elle est historiquement liée à la National Academy of Science (NAS) of the USA (je pense que la traduction est superflue). Ce dernier aspect est important, car les membres de la NAS sont dispensées de la plupart des formalités et peuvent publier des articles très facilement, sans véritable peer-review. Dans les années 80, Duesberg, qui était membre de la NAS du fait de la reconnaissance de ses recherches, avait publié deux articles dans le PNAS en 1989 (HIV and AIDS : Correlation but not Causation) et 1991(AIDS Epidemiology : inconsistencies with HIV and infectious diseases). Dans son ouvrage majeur, Steven Epstein rappelle que Duesberg était alors déjà largement combattu par l'orthodoxie, et a donc utilisé la tribune dont il pouvait disposer via le PNAS pour publier des articles qui auraient été refusés partout ailleurs, ce qui a évidemment donné lieu à des polémiques à l'époque. Duesberg n'enfreignait pas les règles du jeu formelles du PNAS, mais l'orthodoxie trouvait qu'il poussait le bouchon trop loin. Une telle polémique avait déjà eu lieu un peu plus tôt en 1972, lorsque le prix Nobel Linus Pauling avait écrit dans le PNAS que la Vitamine C pouvait combattre le cancer (parallèle intéressant d'ailleurs dans toutes leurs contradictions entre Duesberg et Pauling), et la polémique de l'époque avait conduite un chercheuse a souligné à juste titre le "caractère social de la publication scientifique". Bref, le PNAS est aussi une tribune pour chercheurs VIP sur le retour, et Gallo, bien évidemment est lui aussi membre de la NAS. Mais il se paie le luxe de publier cet article non pas en tant que membre direct de la NAS, mais en étant édité par un autre membre, Peter K. Vogt, qui n'est autre... que l'ancien collaborateur de Duesberg!!! Peter K. Vogt (biologiste d'origine autrichienne) et Duesberg (le biochimiste allemand) ont écrit ensemble plusieurs articles sur les rétrovirus et les oncogènes, et notamment pour cet article de 1970, publié... dans le PNAS, et qui leur a valu une immense notoriété et a constitué, pour le meilleur et surtout pour le pire, une pierre angulaire de la recherche sur les rétrovirus. Mais Peter K. Vogt n'a jamais suivi Duesberg sur la remise en cause du VIH - il est intéressant ici de souligner que Vogt était biologiste et Duesberg chimiste, ceci pouvant peut-être aider à expliquer cela. Merci Jardinier d'avoir indirectement attiré mon attention sur ce point que j'avais zappé. C'est tout simplement hallucinant! Gallo qui prend appui sur l'ancien collaborateur de Duesberg pour lui dire que les rétrovirus n'existent pas ! Fascinant, vraiment fascinant. Cela ne fait que renforcer ma conviction sur le caractère intentionnellement provocateur de Gallo dans la publication de cet article.
  2. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Aixur, j'admire l'anticonformisme, mais à un moment les faux procès faits au Perth Group ne font qu'apporter une confusion supplémentaire alors qu'on en est déjà continuellement submergé. S'ils ont exigé la purification comme preuve de l'existence du rétrovirus, est-ce que c'est parce qu'ils pensent que c'est vraiment possible et que Gallo et Montagnier ont mal fait les choses par paresse ou par incompétence, ou parce qu'ils pensent justement que c'est impossible et qu'exiger la purification devient alors le meilleur moyen de démontrer aux yeux de tous l'inexistence des rétrovirus ? Tous leurs travaux s'inscrivent dans la perspective de l'inexistence du supposé VIH et la recherche de causes alternatives et non virales. Même Stefan Lanka, qui s'est fait connaître par sa remise en cause de toute forme de virus, n'a fait que s'inscrire dans le sillage des premières démonstrations du Perth Group (voir sur a page de VirusMyth, et notamment ce premier article, ainsi que ce second article qui vient appuyer l'article fleuve du Perth Group sur la non-existence du VIH). Après on peut toujours aller chercher des poux à tout le monde, si on considère que faire du surplace le temps d'un millénaire ou deux est un objectif souhaitable. Ce que le Perth Group dit depuis toujours, c'est que les protéines qui réagissent avec le test dit VIH sont des protéines cellulaires, endogènes, donc non issues d'un rétrovirus exogène mystérieusement passé du singe à l'homme. Il faut ici rappeler de quoi on parle et de ce que sont les vésicules extracellulaires (ou exosomes) - la page Wikipédia en donne une bonne introduction : ce sont de petites particules, d'une dimension de 30 à 90 nm, générées par une cellule et qui sont expulsées à l'extérieur de la cellule. Elles sont donc constituées de composants cellulaires et transportent du matériel génétique - de l'ARN, messager ou micro-ARN. Les scientifiques lui attribuent une fonction de communication entre les cellules et notamment pour le système immunitaire. Dont les lymphocytes... Ce que dit Gallo dans cet article de 2016, c'est qu'il est virtuellement "impossible de séparer les virions des vésicules extracellulaires", que "chaque préparation virale doit être un mix de vésicules et de virions", et pour conclure au terme d'une longue démonstration que "le critère précis de pureté des préparations d'isolats devient trouble lorsqu'on réalise que la frontière entre les virions de rétrovirus, comme le VIH, et les vésicules extracellulaires, est floue". Qu'on ne peut donc pas distinguer dans une préparation, les particules virales (les virions) des particules cellulaires (les vésicules). Que rien ne peut donc prouver que le test dit VIH ne repère que des particules virales, et non des particules cellulaires (les vésicules extracellulaires sont composées de matériaux cellulaires). Et si on va jusqu'au bout, on ne peut pas prouver l'existence de particules virales, puisqu'on ne peut pas les séparer des vésicules extracellulaires. Que le test dit VIH a donc toutes les chances de réagir avec des protéines cellulaires. Il ne remet pas en cause explicitement, évidemment, l'existence du supposé VIH, ni même le test dit VIH. Il est pas complètement suicidaire (pas autant que Montagnier). Mais pour tous ceux qui ont suivi avec attention les multiples débats sur l'isolation du virus, il ne fait aucun doute que si Gallo revient maintenant sur ce sujet crucial de l'isolation et de la purification, qui n'était porté que par le seul Perth Group durant trois décennies, et en reconnaissant que la purification des particules rétrovirales est virtuellement impossible, il ne fait rien d'autre que d'admettre sa défaite en rase campagne, d'une façon discrète et réservée aux seuls initiés. Soit, d'une façon exactement opposée à la fameuse conférence de presse de 1984 qui l'a rendu incontournable.
  3. GcMaf

    Jardinier, Oui je m'excuse erreur de manip. La page en français est ici. La stratégie "centriste" donc opportuniste de Ruggiero ne pouvait effectivement qu'être sans avenir: comme celui-ci refusait de prendre position entre une dissidence tellement sexy et une orthodoxie tellement rémunératrice, il ne lui restait que la fuite dans la "troisième voie" du GcMAF en forme d'impasse tragique. Tellement typique de ceux qui n'ont pas de fond ni d'autre conviction que celle de vouloir séduire en permanence.
  4. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Article énorme effectivement. Finalement, la terre est bien ronde. Et la gagnante est Eleopulos. Testament en forme de mea culpa caché pour Gallo (80 ans cette année), quelques années après celui tout aussi planqué de Montagnier. Celui-ci rachetait sa dette en défendant les vertus insoupçonnées de la papaye, le rétrovirus dont "se débarrassaient spontanément les systèmes immunitaires en bonne forme", et sans craindre un suicide entier et définitif devant la "communauté scientifique", faisait même l'apologie de la mémoire de l'eau, histoire de bien noyer le poisson du VIH dans l'océan de sa culpabilité. La mémoire, comme l'orgueil, Gallo n'en a jamais manqué pas. Lui sait bien, mieux que quiconque, combien sont fragiles les preuves d'existence de "ses" rétrovirus HTLV, de "son" VIH; et il a dû serrer les dents quand le Perth Group a mis sur la table toute l'étendue de son escroquerie, pendant quelques années pénibles des 90's qui se sont ensuite refermées. Mais désormais que l'avancée de la recherche sur les vésicules extracellulaires (issu du champ du cancer surtout) rend inéluctable, à court terme, la mise en évidence de l'incohérence de l'hypothèse rétrovirale, il veut encore être le premier à le révéler, à l'expliquer, en se rendant incontournable, une fois de plus, quitte à passer au burin toute son oeuvre de rétrovirologue pour qui sait lire entre les lignes de cet article inflammable : les rétrovirus exogènes n'existent pas - ce ne sont que des microvésicules extracellulaires endogènes. Article qui finit par une litanie d'interrogations, qui se demandent, en gros : comment va-t-on réussir encore une fois à faire passer aux yeux du monde une grenouille pour une vache - le rétrovirus exogène par une microvésicule endogène ? Stratégie risquée pour Gallo - mais qui à 80 ans n'a plus rien à perdre. Au moins, de la même façon que Montagnier, se souviendra-t-on de lui comme celui qui s'est trompé mais a admis son erreur et ouvert la voie pour que d'autres la rectifient ensuite. De cette génération il n'y a vraiment plus que Duesberg (80 ans aussi) pour croire dur comme fer à son rétrovirus exogène. Pourrait-lui aussi lâcher l'affaire et reconnaître ses erreurs avant de passer l'arme à gauche, afin que ceux qui viennent ne s'entêtent pas sur des impasses aussi inutiles et vaines que le fameux rétrovirus passager ? Reste à savoir si les suivants vont prendre la balle au bond. La génération suivante, la mienne, celle née dans les années 70 et 80, qui prend petit à petit les commandes, s'avère en moyenne tellement conformiste et apolitique qu'on ne peut guère compter sur elle pour approfondir quoi que ce soit des doutes pourtant si clairement exprimés par leurs aînés - en tout cas pas l'armée de petits fayots macroniens qui se place méthodiquement dans les postes de pouvoir - tout content de savourer le fauteuil tout chaud à défaut d'en faire quoi que ce soit d'intéressant. Puis il y a les autres qui restent à la marge et peinent à se faire entendre. Comme le disait la grande Eleni Eleopulos - on peut le dire comme ça sans maintenant que Gallo vient de concéder qu'elle avait raison avant et contre tout le monde sur la purification - dans ce genre de controverse scientifique, il n'y a que "3% de science et 97% de politique". Et on ne peut que constater que c'est aussi vrai dans la plupart des domaines sensibles où tout ce qui se rapproche de la vérité factuelle semble souvent très secondaire (les "armes de destruction massive en Irak", etc...) Maintenant qu'au terme de 10 ans sur ce forum, finalement il est peut-être temps pour moi de tirer ma révérence car la boucle des "3% de science" est finalement bouclée par les testaments de Gallo et Montagnier qui viennent mettre tout le monde d'accord. Il reste à s'attaquer à ces "97% de politique", qu'il y a 10 ans je considérais comme tellement simple (par rapport à la complexité de la biologie du système immunitaire et de la virologie dont j'ignorais tout), et qui m'apparaît désormais comme le véritable sommet de complexité, la montagne imprenable et insubmersible, le monstre froid qui nous ronge jusqu'à l'os et contre laquelle échoue toute notre impuissance - pour combien de temps encore ?
  5. Nouvel article dissident

    Les fourches caudines du peer-review peut-être, mais pas celles de Pubmed (le principal moteur de recherches des publications scientifiques américain), dans laquelle ni la revue ni l'article ne sont référencés. Le groupe Science Publications qui édite la revue (parmi d'autres) étant suspecté (à juste titre à mon avis) de n'être pas fiable et de diffuser des articles potentiellement faux car sans réel contrôle ni relecture. Ainsi, on ne sera pas forcément surpris de trouver parmi les éditeurs, comme seul spécialiste "VIH/SIDA" de la revue, "l'honorable" docteur florentin Marco Ruggiero - ce qui m'a permis de réactualiser son portrait de plus en plus flatteur suite aux derniers développements concernant le GcMAF. L'intérêt de publier un article qui apporte autant qu'un post de blog dans une revue fantôme me laisse pour ma part toujours aussi songeur. Mais l'avoir publié sur un blog aurait au moins permis de prendre ses distances par rapport à Ruggiero.
  6. GcMaf

    The end - la fin - mais pas de Happy End pour le GcMAF de Yamamoto et Ruggiero après une série de 5 décès en 2015 dans une clinique officieuse du GcMAF en Suisse, à Bussigny, près de Lausanne. Les malades, apparamment en phase terminale de cancer, avaient successivement échoués au CHUV, le centre hospitalier de Lausanne, qui a donné l'alerte. Mise en cause David Noakes, le businessman du GcMAF basé à Guernesey (paradis fiscal et juridique anglo-normal) - et membre dirigeant du parti d'extrême-droite UKIP - est finalement mis en examen par la justice britannique pour toute une série de forfaits dont la manufacture de produits pharmaceutiques sans licence le 26 juillet dernier. Un peu plus tôt cette année, un laboratoire clandestin avait été démantelé dans la Manche, non loin de Guernesey, qui apparemment produisait entre autres du GcMAF. Quant à Marco Ruggiero, le professeur florentin qui avait tant donné pour cautionner le produit, il a désormais démissionné de l'Université de Florence et a été radié de l'ordre des médecins (voir cette page en italien), de même que Stefania Pacini, qui avait cosigné plusieurs de ses publications sur le GcMAF et qui était en fait (ou est devenue entre-temps) son épouse. Il continue néamoins à exercer ici et là, et à publier dans des revues douteuses dont il est aussi éditeur, et à faire la promotion dans cette revue du Rerum, un énième dérivé du GcMAF vendu à des prix considérables sur Internet. Un gâchis considérable - mais tellement prévisible. On peut juste regretter le délai considérable qui a permis à cette escroquerie de perdurer et de plumer des centaines ou des milliers de malades alors qu'ici même j'avais exprimé, avec d'autres, mes premiers doutes dès 2010-2011. Tout aussi dramatiques sont les dégâts causés à plus long terme à la dissidence par les accointances et la caution que tous les poids morts de la dissidence (Bauer, Crowe, Farber, jusqu'à Duesberg...) ont accordé à ce misérable allumé de Marco Ruggiero - il n'y aujourd'hui plus aucune raison de le qualifier autrement. Les pages fleurissent dans toutes les langues, en Italie mais aussi en français, comme celle-ci, sur ses "exploits" et qui ne peuvent que rejaillir sur l'ensemble de la dissidence, même si d'autres personnalités (Anthony Brink, le Perth Group) avaient d'emblée pris leurs distances. Une vraie misère scientifique et intellectuelle qui risque de contribuer à sceller pour bien des années la porte à toute contestation sérieuse de l'orthodoxie.
  7. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Merci malgré tout à Econoclaste pour ton lien sur le texte du Perth Group, qui effectivement est surtout une synthèse de leurs travaux précédents, avec quelques apports récents mais qui se concentrent essentiellement sur une nouvelle vérification d'une de leur prédiction de 1996 : l'identification de séquences génétiques entières du VIH dans des cellules normales ou cancéreuses de séronégatifs, grâce à l'utilisation de banques de données génétiques librement accessibles. Une nouvelle contradiction de l'orthodoxie mise en pleine lumière, mais qui n'aura probablement pas le moindre impact tant que "l'épidémie" arrivera à être contrôlée chez les populations qui comptent "politiquement", ce qui semble être plus que jamais le cas avec la baisse des nouvelles contaminations chez les homosexuels masculins blancs constatés parallèlement à la diffusion de la prophylaxie pré-exposition (PREP) dans les pays du Nord. Lien de cause à effet ou pure coïncidence, le résultat sera probablement le même s'il se confirme dans la durée, et risque d'emporter avec lui la contestation de l'hypothèse rétrovirale du sida vers les générations futures.
  8. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    "Don't feed the troll" disent les spécialistes des forums en ligne et des réseaux sociaux. C'est vrai, ils ne sont là en embuscade que pour déverser leur fiel, toujours le même, inchangé, n'apportent rien, ni contenu nouveau, ni argument, ne posent jamais de question, vu qu'ils ont toutes les réponses. Ils se paient même le luxe de critiquer les silences des forums qu'ils ont consciencieusement pourris année après année, message après message, insulte après insulte, pour être certain de dégoûter jusqu'aux cerveaux les plus endurants. "Don't feed the troll", c'est tellement vrai, il est impossible de lutter contre cette arrogance qui résume toute vision de l'échange à une leçon d'autorité donnée à sens unique, avec tantôt un langage abscons et flou, lorsqu'ils font semblant de maîtriser des concepts dont ils ignorent toutes les bases, pour tenter de faire illusion; tantôt les jugements de valeurs expéditifs puis les insultes, lorsque ce qu'il leur reste d'autocontrôle n'arrive plus à contenir leurs épanchements aussi agressifs que narcissiques. "Don't feed the troll", c'est juste, mais quand il n'y a plus qu'eux sur les forums, il n'y a malheureusement plus qu'à constater qu'ils ont gagné la partie.
  9. Survivant

    Salut, Oui curieuse offensive pro-vaccinale qui suit d'à peine quelques semaines une offensive similaire lancée en Italie, dans un contexte politique assez différent, ce qui n'est sans doute pas une coïncidence. On notera en particulier la méthode, mais entre un Président dont le projet démocratique est de supprimer les fonctions du Parlement (discussions, amendements, etc..) et une ministre de la Santé mariée au directeur de l'INSERM et pour qui les conflits d'intérêts entre experts scientifiques et laboratoires sont "gages de compétence", il n'y a malheureusement pas matière à s'étonner. En Italie, on assiste à une quasi-criminalisation des opinions discordantes (parents déchus de l'autorité parentale, médecins radiés de l'ordre...) et l'impossibilité de débattre ne serait-ce que de la liste des vaccins obligatoires et de leur intérêt éminemment variable selon les cas. Pour mettre en évidence toutes les nuances que ce type de mesures ne manque pas de produire, une remarquable émission de France-Culture de 2009 concernant la campagne vaccinale de l'hépatite B en France peut être écoutée sur cette page. On peut y écouter avec un grand intérêt, de la part de scientifiques et d'acteurs du milieu bien établis, autant le questionnement critique et judicieux des uns que l'irresponsabilité assumée des autres.
  10. Merci pour ta réponse pas de souci. J'espère que ton zona va mieux ?
  11. Bonne nouvelle ! Tu as fait un test rapide ?
  12. Les poppers sont des nitrites d'alkyle qui sont assez éloigné des opioïdes : ce sont des molécules très simples qui sont des précurseurs de monoxyde d'azote (NO). Le monoxyde d'azote étant selon toute vraisemblance comme maintes fois évoqués ici à la source des effets recherchés par la prise de poppers (vasodilatation de l'ensemble du système sanguin avec son effet à la fois stimulant et relaxant, relâchement des muscles lisses et notamment des sphincters facilitant la pénétration anale, retardement de l'éjaculation), et à la source des effets indésirables graves, le monoxyde d'azote en forte quantité se combinant pour créer les peroxynitrites qui sont de puissants toxiques cellulaires, en particulier au niveau mitochondrial. Les poppers sniffés génèrent une diffusion du monoxyde d'azote en forte quantité dans les voies respiratoires et dans les bronches, puis au-delà dans tout le système sanguin et lymphatique, ce qui explique qu'effectivement de nombreux organes peuvent être touchés tant par les lymphomes que par les sarcomes de Kaposi. Comme toute intoxication chimique, elle est probablement d'autant plus dévastatrice qu'elle se combine avec d'autres, en particulier et de façon assez triviale avec celles provoquées par le tabac (et notamment, mais pas seulement, dans les bronches) et aussi l'alcool (et notamment dans le foie).. Je ne serai d'ailleurs pas surpris que le fort recul de la consommation de tabac constatée depuis les années 70 chez les jeunes hommes en général (et donc aussi chez les gays en particulier) ait joué un rôle majeur dans le recul des maladies définissant le sida et notamment du sarcome de Kaposi. Les autres facteurs, si je laisse de côté les médicaments antisida, étant parfois similaires (nombre très important de partenaires et de relations sexuelles anales non protégées, utilisation massive de poppers, de drogues de synthèses ou d'opiacés, taux records d'infections sexuellement transmissibles avec des traitements antibiotiques à répétition...).
  13. Le "risque" principal pour toi est d'avoir un résultat négatif vu que tu nous avais indiqué en janvier n'avoir aucun facteur de risque...
  14. Je comprends la difficulté de ta situation. Mais actuellement tu vis un stress lié à l'incertitude qui est intenable et dont le zona est peut-être une manifestation. Le meilleur moyen de le résoudre est de passer le test sans tarder. Et ne dis pas que ta vie deviendra terrible si jamais le test était positif (ce qui est très improbable) : au vu de ce que tu décris, elle l'est déjà, et ce stress est bien pire que n'importe quel traitement. Alors offre toi la possibilité de passer à autre chose.
  15. Salut, Le zona est sans doute bien plus une conséquence que la cause d'une éventuelle diminution de l'immunité. Dans tous les cas, c'est une maladie qui n'est pas si rare, y compris chez les jeunes, et qui dans tous les cas est mal connue.D'après le bilan 2015 du réseau Sentinelles, il y aurait environ 270.000 cas par an en France, dont 12.000 chez les 20-30 ans. Les zona liés au VIH ne représenteraient qu'une infime proportion du total (1 sur 1600, indépendamment de l'âge). Le surentraînement peut générer une immunodéficience transitoire, et l'utilisation éventuelle de stéroïdes ou de cortisone peut aggraver la chose. Il n'y a donc pas de raison de paniquer, même si ton médecin suit les consignes en voulant s'assurer qu'il n'y pas de "VIH" derrière. Il y a deux façons de ne plus gamberger par rapport au "VIH", soit en le rangeant à double tour dans une armoire éloignée du fin fond de ton cerveau, soit en faisant le test, de préférence dans un centre de dépistage anonyme si tu crains la proximité de ton médecin traitant. On pressent à lire tes messages qui tu es de nature angoissée et que tu as du mal à prendre des décisions. Mais personne ne peut cependant prendre ces décisions à ta place.
  16. Traitement préventif pour les homosexuels

    Nouveau résultat intéressant d'une équipe de chercheurs américains concernant l'usage de drogues injectables et l'immunodéficience. Sur un échantillon relativement petit (48) d’héroïnomanes séronégatifs, il a été recherché une corrélation entre les marqueurs de l'activation immunitaire et l'usage de drogues (durée totale d'injection, fréquence d'injection au cours des trois derniers mois, partage de seringues). Ils ont en conclu que le partage de seringues n'était pas corrélé à l'activation immunitaire; par contre, la durée et la fréquence d'injection jouait un rôle. Aussi en conséquence, ils recommandent d'encourager la diminution voire la cessation de prise de drogues chez les toxicomanes le plus rapidement possible, afin d'améliorer la situation du système immunitaire. Cependant, ce résultat n'est valable que pour ceux qui ne sont pas concernés par l'hépatite C (absence de virémie). On notera que ce message qui concerne les séronégatifs est très différent de ceux qui sont passés concernant le sida: le facteur important c'est la prise de drogues, pas le partage de seringues. Ce n'est pas de ma part un appel au partage de seringues, bien au contraire, mais un renversement de l'ordre des priorités : pour éviter d'être malade, mieux vaut d'abord arrêter la drogue, (une autre chose est d'y parvenir, on est d'accord), et éviter de le partager est très insuffisant. Les marqueurs de "l'activation immunitaire" sont d'ailleurs considérés comme une des caractéristiques du développement du stade sida et sont parfois considérés comme plus prédictifs que les CD4 et la charge virale dans le développement des maladies définissant le sida. Si ce phénomène d'activation immunitaire caractéristique du sida est donc possible chez les usagers de drogue séronégatifs, et de façon dose dépendante et indépendamment du partage de seringues, comment déterminer le rôle qui reste au supposé VIH supposément transmis par le partage de seringues ?
  17. Hépatite C

    Note d'Aixur : pour ne pas faire dévier le topic sur les poppers, j'ouvre celui-ci sur l'hépatite C : Dans la lignée de l'article d'Arthur Evans - mais 33 ans plus tard - une étude réalisée dans le cadre du MACS (le suivi sur la durée d'une large cohorte d'homosexuels et de bisexuels masculins aux Etats-Unis) vient de montrer une association entre d'une part l'usage fort de poppers (défini par un usage au moins hebdomadaire), et la survenue de cancers et de maladies cardio-vasculaires de l'autre - tous autres facteurs égaux par ailleurs. Cela vaut tant chez les séronégatifs que chez les séropositifs. C'est une des très rares études que j'ai vu passé qui tente d'examiner les effets secondaires des poppers dans la durée, et selon la fréquence d'exposition, ce que confirme les auteurs, bien que l'utilisation des drogues dures récréatives ait souvent été mise en évidence dans la progression des maladies définissant le sida. Ces résultats, "inattendus" selon les termes de leurs auteurs, ont été présentés sous forme de poster à la Conférence sur les rétrovirus de Boston (2014). Ils ne présentent donc pas tous les détails chiffrés. Néanmoins, on retrouve, notamment chez les séronégatifs, une survenue des maladies cardio-vasculaires deux fois plus importante chez les gros utilisateurs de poppers, notamment chez les non-fumeurs. Chez les séropositifs, la progression est moins importante mais le taux est déjà très élevé. Les gros utilisateurs de poppers, non fumeurs, présentent un risque supérieur aux fumeurs comme aux séropositifs n'utilisant pas ou utilisant peu les poppers. Même chose pour les cancers, et il semble que ce soit les carcinomes (cancers de certaines cellules de la peau et des muqueuses...) qui augmentent le plus. L'effet est visible sur la fréquence des sarcomes de Kaposi, même si là la fréquence de survenue reste bien inférieure chez les séronégatifs gros utilisateurs par rapport aux séropositifs non utilisateurs. Enfin, comme cela concernait également les autres drogues, l'étude a également confirmé que l'usage d'héroïne comme de cocaïne était associé avec une incidence plus élevée d'hépatite C. On se demande comment on peut acquérir un virus transmissible par le sang (comme le supposé virus de l'hépatite C) en inhalant de la cocaïne, mais bon, à croire que l'hypothèse virale est toujours plus sexy que de dire que l'héroïne ou la cocaïne détruisent purement et simplement le foie. Ces résultats - malgré tout très parcellaires - donnent un peu d'oxygène aux thèses dissidentes. Un peu de courage, dans 33 ans, en 2047, on devrait commencer à se poser les bonnes questions...
  18. Hépatite C

    Le supposé virus de l'hépatite C (VHC) est-il transmissible par voie sexuelle ? La question ne cesse de tarauder les spécialistes, et l'énigme s'approfondit suite à de nouvelles études épidémiologiques. En 2013, les chercheurs s'interrogeaient sur la raison pour laquelle, parmi les gays londoniens, il n'y avait pas de prémices d'épidémie de VHC parmi les séronégatifs , mais uniquement chez les séropositifs, même si ceux-ci n'avaient pas d'autres facteurs de risques que des relations sexuelles anales non protégées. Il était en effet étrange que d'une part il y ait un taux élevé de VHC parmi les gays sans exposition aux facteurs de risque traditionnel du VHC (exposition au sang par transfusion, injection de drogues ou pratique du fist...), et encore plus que le taux soit élevé chez les séropositifs et bas chez les séronégatifs ayant des pratiques similaires. Lors d'une conférence britannique début avril, une nouvelle étude à Londres vient compliquer le tableau. Au cours de ces dernières années, il a été remarqué par les cliniciens que nombre de cas d'hépatite C aigüe (récemment acquise) ne correspondait pas au profil généralement observé jusqu'ici : sur 48 cas, (parmi lesquels 81% de gays), un tiers était séronégatif. Parmi ces séronégatifs, un quart était sous PREP (usage en préventif d'antirétroviraux), ce qui va dans le même sens qu'une récente étude située cette fois à Amsterdam. Chez les séropositifs, 19% indiquait les relations sexuelles anales non protégées comme leur seul facteur de risques: chez les séronégatifs en revanche, tous ont indiqué l'usage concomitants de drogues injectées ou sniffées, ou rarement la pratique du fist. Comment expliquer cette différence dans la transmission sexuelle du VHC (qui rappelons le est considérée comme nulle lors de rapports hétérosexuels vaginales), qui varie selon le résultat au test dit VIH (la transmission sexuelle du VHC semble exister) et semblerait être plus fréquente chez les utilisateurs de PREP, mais sans qu'on puisse cette fois incriminer les rapports sexuels (car l'essentiel semble liée à utilisation de drogues) ? Les chercheurs émettent des hypothèses comme toujours compliquées. A Londres, on fait l'hypothèse qu'avant la PREP, la pratique du sérotriage était répandu, les séropositifs n'auraient eu de rapports sexuels qu'avec d'autres séropositifs (et vice-versa entre séronégatifs), ce qui faisait que la transmission du VIH était confiné chez les séropositifs, alors qu'aujourd'hui ça n'existerait plus grâce à la diffusion de la PREP - et ce qui expliquerait la diffusion du VHC chez les séronégatifs. Une hypothèse qui demanderait à être vérifiée, car malgré la pratique du sérotriage, le nombre de cas de VIH chez les gays à Londres n'avait jamais été aussi élevée que durant la période précédent la PREP (2013-2014). A Amsterdam, la transmission sexuelle du VHC est considérée comme démontrée, et on se contente d'offrir des tests du VHC en routine et des traitements si besoin. Avec de tels résultats, la transmission sexuelle du VHC apparaît plus énigmatique que jamais si on s'en tient à l'hypothèse virale. Pourtant, dès qu'on explore d'autres hypothèses, il apparaît assez évident que ce qui réunit tous les tests positifs au VHC, c'est moins l'exposition à un virus fantôme que personne n'a jamais vu (voir message précédent) que l'exposition à des substances (drogues injectables ou non, alcool, stéroïdes...), des maladies (bilharziose) ou des pratiques (transfusion...) connues depuis toujours pour endommager le foie, et un rôle difficile à estimer concernant les relations sexuelles anales non protégées (sans association avec d'autres facteurs). Mais au-delà, pourquoi les séropositifs et ceux qui utilisent la PREP seraient plus touchés? Les chercheurs n'osent incriminer certains antirétroviraux et notamment le Tenofovir, largement utilisé dans l'un et l'autre groupe, et que l'on soupçonne désormais d'être légèrement toxique pour le foie ? Même s'il est très faiblement toxique, ce n'est peut-être pas le cas en association avec tous les autres facteurs de risque. Le cocktail de substances à risque, encore une fois, mériterait d'être étudié de façon approfondie...
  19. Une nouvelle étude réalisée dans le cadre du MACS (cohorte américaine d'homosexuels masculins) viendrait souligner une plus haute survenue de certains cancers chez les hommes séronégatifs très consommateurs de nitrites (poppers), mais à un âge compris entre 50 et 70 ans. Les cancers concernés sont ceux "associés à des virus" : lymphomes hodgkinien ou non hodgkinien, sarcome de Kaposi, cancers liés au papillomavirus (cancer de la muqueuse orale, pharyngée ou anale). Les plus attentifs remarqueront avec intérêt que certains lymphomes non hodgkiniens, le sarcome de Kaposi et le cancer du col de l'utérus invasif (censé être causé par le papillomavirus de la même façon que les cancer anaux ou oropharyngés) sont trois des maladies - et les seuls cancers - définissant le stade sida. Les lymphomes hodgkinens sont aussi bien plus fréquents chez les séropositifs, même s'il ne font pas partie des maladies qui ont été (arbitrairement) retenues pour définir le stade sida. En résumant, on pourrait dire que l'usage fréquent de poppers favoriserait la survenue des cancers associés au sida chez les séronégatifs. Les auteurs précisent que si une telle relation entre usage élevé de nitrites et cancers associés au sida n'est pas mis en évidence ches les hommes séropositifs, ce n'est pas parce que ceux-ci développeraient relativement moins de cancers, mais parce que probablement l'immunodéficience associée à la séropositivité augmente déjà considérablement à lui seul le risque de cancer. Si on était dissident de façon caricatural, on constaterait qu'on a d'un côté des sida avec VIH susceptibles d'intervenir à tous les âges, et de l'autre côté des sida sans VIH qui interviennent de façon plus tardive. Et comme point commun, du poppers à usage élevé, plutôt que le VIH, qui définit un degré de gravité plutôt qu'un facteur causatif. Cela n'exclut naturellement pas le rôle d'autres facteurs (combinés ou non) à déterminer. Un accès libre à l'article nous aurait peut-être permis de nuancer notre vision et éviter de sombrer dans cette vision si terriblement caricaturale dénigrant le lien entre VIH et sida. Mais comme il est de coutume, l'article est bien entendu payant. Alors il nous faut reprendre les éléments de langage habituels : l'usage élevé de poppers ne figure pas parmi les facteurs causant le sida (caricature dissidente), mais favorise l'acquisition du VIH qui par un mécanisme inconnu, cause une immunodéficience qui ouvre la porte au sida (vraie science). Il ne nous reste plus qu'à attendre la prochaine étude du MACS sur la relation entre usage du poppers et sida, dans 3 ans (la précédente date de 2014, avait été présenté dans un congrès mais n'avait même pas été publiée), et qui sait, d'ici 30 ou 300 ans, on aura enfin une vision plus claire de cette question, de laquelle tous préfèrent détourner les yeux.
  20. Super !!! Cela prouve bien pour toutes celles et tous ceux qui sont dans la même situation : IL FAUT TOUJOURS FAIRE UN TEST DE CONFIRMATION après un test rapide positif. Et ne vous laissez pas embobiner par ceux qui vous prétendraient le contraire.
  21. Voir ce message de ma part. Tu voudrais une réponse claire, genre OUI ou NON. Nous aussi on voudrait une réponse claire, du type OUI ou NON le VIH existe. Pour l'instant on se pose des questions. On suppute. Et c'est pas la contradiction entre les recommandations suisses et françaises qui vont nous dissuader de nous poser des questions, bien nos contraires. En attendant on fait attention, parce que si c'est pas le VIH, ça peut être un autre phénomène qui est nocif pour le corps, sans savoir exactement quoi, même si on a deux-trois idées. En attendant on fait donc attention, mais comme tout le monde, sauf pour la fellation, car une fellation avec préservatif, ça n'a pas d'intérêt. On fait attention s'il y a en un des deux qui est malades pour une raison X ou Y, mais on fait attention en s'abstenant, le temps que le corps aille mieux - de la même façon que personne ne va faire du running avec une angine ou une tendinite au genou, du moins ceux qui ne sont accros ni masos. Je ne peux pas affirmer que c'est ce qu'il faut faire, mais c'est ce que tout le monde fait - enfin très majoritairement disons - et au moins à coup sûr chez les gays. Ce que les Suisses ont compris. Il est pourtant certain que la fellation demeure à certains égards risquée, car c'est vrai que toutes les autres MST se transmettent très bien par fellation. Beaucoup pourront en témoigner, et moi le premier. Oui toutes les MST, sauf le VIH. Une anomalie de plus, une contradiction. On n'a pas fini de se poser des questions; ça NON.
  22. salut Bon courage dans tout ça et il est crucial d'arriver à bien t'entourer au niveau amical ou familial car seule c'est difficile. Juste une petite question sur tes analyses : concernant l'immunoblot (l'autre nom du Western Blot) il n'y a que (A) d'indiqué ??
  23. Faites le test au plus tôt et ça vous libérera la tête. Si c'est jamais c'est positif ou indéterminé, vous pourrez le refaire plus tard.
  24. Il y a beaucoup de messages récents qui parlent de ça. Une seule règle : aller consulter, parce que seul un médecin qui va te voir en direct saura te dire si c'est une angine (comme il y en a quelques centaines de millions dans le monde chaque année), où si jamais c'est autre chose. Ici on ne pourra rien te dire de plus...
  25. Les garçons, Comme Lola l'a rappelé dans un fil récent, les fellations sans éjaculations et les cunnilingus sans menstruations sont considérés comme à risque en France mais considérés comme sans risque en Suisse. Lire par exemple cet article édifiant de la Tribune de Genève. Si votre seul "risque" est celui-ci, franchement vous pouvez considérer qu'il ne s'est rien passé. Chez les gays personne ne pratique de fellation avec capote (qui perdrait de toute façon alors l'essentiel de son intérêt); personne ou presque ne la considère comme une pratique à risque, ni ne va faire un test après s'être fait léchouillé le bout du gland par un inconnu. Mais il y a une hypocrisie chez certains qui voudraient passer cette réalité sous silence, de peur d'affaiblir les messages de prévention - on voit le sort que les Suisses en ont fait. Par contre c'est le genre d'activité où les corps rapprochés se transmettent tous les autres microbes qu'on trimballe avec soi, pas forcément des très méchants mais qui peuvent provoquer des symptômes bénins. Rajouter de la culpabilité (en cas de relation extra-conjugale) et de la peur (du VIH) par dessus est ensuite la méthode idéale pour que ça dure où que ça s'aggrave un peu. On avait eu le témoignage de Gaïa que je vous invite à lire.
×