Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

Bonsoir Cheminot, je vais te répondre sans problème.

Mon père est né dans le milieu de l'agriculture et il y a travaillé jusqu'à ses 16 ans.

Ensuite, il est parti vivre à Paris, jusqu'en 1978 où nous sommes revenus vivre à la campagne.

Durant notre vie parisienne, mon père fut employé à la préfecture de police, fut représentant en luminaires et finit aux nouvelles messageries de la presse parisienne. 

Le travail en milieu agricole est un des plus polluant pour les voies respiratoires.

A cette époque je pense que le mercure était encore un des principaux anti fongique utilisé sur les cultures .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Aixur,

Concernant le poids de forme, je te trouve tout de même un peu juste, voire très juste.

En plus, mon père a toujours été très musclé de part les sports qu'il pratiquait, et tout le monde sait que les muscles pèsent quand même un peu.

Enfin bon, le problème n'est pas là.

Le fait est que mon père a souffert d'un lymphôme malin au niveau d'une amygdale, et que la tumeur était assez conséquente puisqu'il a fallu entamer un peu sa gorge afin de tout retirer.

Aujourd'hui tout va bien de ce côté là mais il conserve un léger trou à l'intérieur de la gorge qui est parfois gênant.

C'est à l'occasion de ce lymphôme que les toubibs ont découvert sa soi-disant séropositivité au VIH.

Voilà pour l'histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Cheminot,

A l'époque où mon père travailla dans l'agriculture ou évolua dans l'agriculture, soit de 1938 à 1946, soit jusqu'à ses 18 ans (et non ses 16 ans) ses parentsne cultivaient de façon classique, certes, mais sans ajout de produits toxiques; ils étaient contre.

Ceci dit, ils faisaient des épandages.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Rock-en-Rock,

Tout de même une bonne nouvelle. De temps à autre, ça ne fait pas de mal.

Depuis ce matin, mon père a complètement arrêté son traitement antirétroviral (Rétrovir + Epivir + Viramune).

En effet, ce matin, il est allé consulter son médecin généraliste qui, à l'inverse de son médecin hospitalier, lui a vivement conseillé d'interrompre son traitement. (ils ne sont pas tous bouchés!)

Il est revenu soulagé et rassuré (il avait besoin de ça) du fait que son moral est déjà meilleur. C'est cool!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Babo,

Ton père a pris la bonne décision ... et tous les médecins ne sont pas bouchés (bouchers ?) exact !

Il va remonter la pente doucement.

Souffrait-il d'anémie ? ... ou de quelque chose du genre ? ... ça fatigue beaucoup mais ça va disparaître progressivement.

amitiés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Rock-en-Rock,

Oui, mon père est anémié, la faute en incombe à l'association Rétrovir/Epivir qui est béton pour diminuer les globules rouges et les globules blancs.

Je pense aussi qu'il va se remonter peu à peu. Moi qui aie connu mon père courant partout, à faire de la gym et du vélo, c'est étrange de le voir tel qu'il est aujourd'hui; toujours fatigué, difficulté pour marcher (neuropathie), des troubles digestifs constants et de fortes douleurs abdominales qui l'obligent à dormir sur le dos, à plat, ne pouvant ni se coucher sur le côté gauche, ni sur le côté droit. (trop douloureux)

Les rétroviraux en moins, il va pouvoir maintenant s'occuper de sa neuropathie et de son foie que le Viramune a vraiement atteint. Par chance, ses dernières analyses sanguines sont très bonnes (pas de pancréatite ni d'acidose lactite en vue) du fait qu'il débute bien sa "purge toxique". (c'est l'effet que ça lui fait)

Le plus drôle, c'est que depuis ce matin, il va super bien. Il a bon moral, il plaisante, se marre. Arrêter les antirétroviraux est une libération pour lui; une libération qui arrive à temps (je l'espère pas trop tard) car très sincèrement, je le voyais mal barré.

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Babo,

Ces troubles sont TOUS liés à la prise des médocs donc il y a tout lieu de considérer qu'ils vont s'estomper progressivement.

Le caractère reversible ? ... je ne suis pas compétent mais j'espère que oui.

Par ailleurs et psychologiquement cette fois : de l'oxygène oui !

Amitiés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Bonjour à tous,

Il y a une petite (grosse) chose que j'avais omis de dire.

Lorsque mon conjoint a participé aux Opérations d'Assistance au titre de la FORPRONU, en ex-Yougoslavie (Vélika Kladusa/Bosnie-Herzigovine) en 1992/1993, il a été multivacciné (8 vaccins en 6 mois).

Il a été vacciné contre la grippe, la méningite, la polio, la thyphoïde, et surtout contre l'hépatite B (3 injections + 1 injection de gammaglobulines)par injections Engérix B20, le fameux Engérix B20 à base d'aluminium et sans doute de mercure, qui a été reconnu comme dangereux pour l'individu.

D'ailleurs, j'ai lu que les premiers effets de l'Engérix B se faisaient sentir trois années environ après les injections (mon conjoint s'est fait vacciné en septembre/octobre/novembre 1992, et ses premiers symptômes sont apparus durant l'été 1995).

Or, il fut décellé séropositif au VIH.

Cette multivaccination (qui n'est pas la seule qu'il ait reçu, ayant été militaire de carrière partant souvent en mission extérieure) peut-elle être la cause d'un effondrement de son système immunitaire, d'une lymphadénopathie persistante, et par la suite, d'un test VIH "faussement positif"?

Et l'Engérix B dans tout ça?

Je pense aussi au soi-disant Syndrome des Balkans, mon conjoint ayant été en poste à Vélika Kladusa, là même où furent détecter des signes de radioactivité (nanopathologie) et où un grand nombre de leucémies inexpliquées fut recensé.

A noter que les symptômes du Syndrome des Balkans ont été mis sur le compte des multivaccinations et de la nanopathologie (particules radioactives retombant sur le gazon, les légumes, les fruits, les eaux, etc).

Pourriez-vous m'en dire plus sur les multivaccinations, l'Engérix B, la nanopathologie, etc?

Merci à tous pour votre aide.

Babo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette publication effectuée par Mylonakis & al. dans AMERICAN FAMILY PHYSICIAN, indique, p 488 :

Causes of False-Negative ELISA or Indeterminate Western Blot Tests

...

Autoimmune disease

Renal failure and hemodialysis

Cystic fibrosis

Multiple pregnancies or transfusions

Liver disease

Injectable drug use

Vaccination (hepatitis, rabies, etc.)

...

En fait, ces causes sont des causes qui augmentent réellement le taux des protéines attribuées au "VIH". Il s'agit bien de séroconversions réelles...à la P24, à la GP120,... mais pas à un virus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca m'étonnerait que dans le cas de ton conjoint, la séropositivité soit due aux vaccins. Parce que tu as dit dans un message précédent qu'il avait fait 2 tests VIH en 1993 à son retour de Yougoslavie et qu'ils étaient négatifs. Donc, les vaccins auraient du rendre ton conjoint positif en 1993, pas seulement en 1995.

Personnellement, je vois plus le fait que son système lymphatique était encombré comme cause de la réaction positive au test VIH que le vaccin. C'est vrai qu'on dit que les vaccins agissent parfois des années après, mais, l'encombrement du système lymphatique me parait plus direct comme cause.

Peut-être que les vaccinations ont participé à quelques années de distance au gonflement des ganglions. Ce n'est pas impossible. Mais le fait qu'il était assis toute la journée et qu'il est assez viandard est déjà suffisant en soit pour avoir provoqué le gonflement des ganglions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Merci pour ta réponse Cheminot.

Si les multivaccinations sont des causes qui augmentent réellement le taux des protéines attribuées au VIH telles que la P24 ou la GP120, je comprends pourquoi lors des deux tests VIH que mon conjoint a effectué à 15 jours d'intervalle, un dosage de la PROTEINE P24 était toujours discrètement positive mais la mise en évidence des anticorps anti-P24 toujours négative.

A deux reprises, ça s'est passé de cette manière, les médecins reconnaissaient que les tests de confirmation Western Blot étaient douteux (je possède même un écrit d'un médecin attestant d'un doute) et malgré tout, mon conjoint fut déclaré séropositif au VIH et "soigné" comme tel, hélas. Pourtant j'avais cru comprendre que sans présence d'anticorps une séropositivité au VIH ne pouvait être confirmée.

J'ai parlé de multivaccinations au dernier toubib en date de mon conjoint, et plus particulièrement de l'Engérix contre l'hépatite B, ainsi que de son séjour passé dans les Balkans, mais ce dernier m'a ri au nez en me disant qu'il ne voulait rien savoir et que la séropositivité VIH de mon conjoint était formelle. Il ne veut même plus en parler. C'est ahurissant!

Mais je pense que s'il ne veut plus en parler, c'est parce qu'il n'a aucune argumentation valable à nous fournir. La preuve en est que ces ultimes réponses furent: "je ne suis pas d'accord avec votre point de vue" sans nous dire pourquoi, bien évidément, et "la séropositivité de votre conjoint est formelle". Point barre, l'histoire se termine là.

Ceci dit, pourrais-tu m'expliquer pourquoi les multivaccinations occasionnent des séroconversions à la P24 par exemple... si ça ne te dérange pas.

Merci pour ta réponse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Je vais vous raconter un truc "marrant".

Le 16 octobre 1995, à la demande de son médecin généraliste, mon conjoint a effectué son premier test VIH: Elisa positif, et Western Blot positif mais douteux.

En effet, en date du 24 octobre 1995, le médecin généraliste, un peu dépassé, confia mon conjoint aux "bons soins" d'un médecin hospitalier à qui il écrivit (nous avons le double du courrier): "... il subsiste un doute sur Western Blot VIH1 positif, VIH2 négatif, et croisement du VIH1 sur VIH2. Un avis autorisé s'impose."

D'ailleurs, le doute était tel que dans son premier compte-rendu de consultation, le médecin hospitalier écrivit: "M. B. paraît effectivement très suspect de VIH." Alors?! Le Western Blot sert à confirmer ou à suspecter?!

Enfin bon. Le 31 octobre 1995, rebelote! Le médecin hospitalier demande à mon conjoint d'effectuer un nouveau test VIH: Elisa positif, et Western Blot positif mais douteux (discrète antigénémie P24, mais absence d'anticorps anti-P24, soit signes d'une primo-infection IMPOSSIBLE dans la mesure où mon conjoint était venu consulter pour des adénopathies qui persistaient depuis plusieurs mois, qu'il n'avait jamais eu de comportement dit à risque (d'ailleurs, sa conjointe de l'époque était séronégative), etc.).

Malheureusement, et malgré deux doutes successifs, aucun examen complémentaire ne fut réalisé, et mon conjoint fut déclaré séropositif au VIH.

En juillet 2003, lorsque mon conjoint quitta son département pour venir vivre avec moi, il demanda son dossier médical hospitalier. Il le reçut, malgré une colère de la directrice de l'hôpital, complet (Elisa et Western Blot y compris) et... surprenant. Ne lui manquait plus alors que les résultats de son premier test VIH conservés par son ex-médecin généraliste. Il en fit la demande, et 10 jours après recevait les résultats de l'Elisa mais pas du Western Blot douteux, accompagné d'un petit mot qui disait: "... il n'y pas d'erreur possible vu votre suivi immunologique." Etrange vu que nous n'avions jamais émis l'hypothèse d'une erreur. Il fit une seconde demande, mais là, problème. Au bout de deux semaines de silence radio, son ex-médecin généraliste, bien embêté, contacta mon conjoint un soir, à 22h30 (!) pour lui dire qu'il n'y avait jamais eu de Western Blot d'effectué à sa demande. Mon conjoint contesta, mais son ex-médecin lui dit que de toute façon, il ne comprenait rien à sa demande. (!)

Résultat, nous ne recevrons pas les résultats du fameux premier Western Blot douteux que nous espérions tant.

Les toubibs sont tellement mal à l'aise face à des patients un peu trop "fouineurs" qu'ils trouveraient n'importe quoi, au risque de se ridiculiser, pour nous "entuber" un peu plus qu'on n l'est déjà!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Babo,

Ce genre de réaction est très classique ... et il le sera encore bien davantage au gré des jurisprudences ... sauf celle de Strasbourg qui "arrange" beaucoup de gens ... d'où aussi une bonne couverture médiatique ...

Il est toujours "agréable", lorsqu'on demande un supplément d'information concernant sa propre personne, de s'entendre dire : " de quoi vous mêlez-vous ? " ... et même de comprendre que la "technicité" fut faite par dessus la jambe ...

C'est ainsi ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Bonjour à tous,

Je viens d'apprendre, dans le livre de Marleen TAUGELS sur le syndrome du Golfe et des Balkans, que le Mycroplasma fermentans incognitus, micro-organisme virulent et contagieux identifié dans le sang de 40% des vétérans malades, renfermait des séquences inhabituelles, comme le gène de la capsule VIH1.

Je vous rappelle que mon conjoint a passé six mois dans les Balkans pour une mission d'assistance au titre de la FORPRONU, notamment à Vélika Kladusa, en Bosnie-Herzigovine, et qu'il fut décelé séropositif au VIH peu après son retour.

Quelqu'un pourrait-il m'en dire un peu plus à ce sujet?

Merci pour vos réponses.

Babo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Babo,

je ne sais plus si je t'ai dit mais j'ai un ami qui a participé au premier conflit en Irak (pas un français donc).

Depuis lors, il a des problèmes d'anomalies de la formule sanguine qui lui provoque parfois des pertes de connaissance. Un jour, son épouse m'a même appelé d'urgence pour le relever dans sa salle de bain.

Il a fait quelques chek up dans des hôpitaux militaires ... rien ...

Personnellement, je ne pense pas que cette démarche soit la bonne puisqu'il me semble évident que ses "ex-employeurs" n'ont guère intérêt à en savoir beaucoup plus ... et surtout à le voir traîner dans les tribunaux en réparation.

Uranium appauvri ? vaccins multiples et variés ? traitement préventif contre les ADM ? ... Il n'en sait rien ... toujours est-il qu'il a des problèmes ...

Voilà, je ne peux pas t'aider davantage mais le problème doit être similaire à celui des balkans ...

A suivre ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité johanne

C est la langue de bois le silence et pourtant bon nombres de soldats sont très malades certains sont décédés et bcp vivent dans des conditions financières désastreuses puisque l Etat ne reconnait pas le syndrome du Golfe alors qu i l existe.........REELLEMENT.

Si plusieurs facteurs rentrent en compte dans les symptomes des SOLDATS

"uranium pesticides vaccins médicaments" il est clair qu il existe AUSSI des scientifiques pour déterminer la cause mais NON surtout pas icon_tresfache.gif cela apporterais une mauvaise image à l Etat. icon_tresfache.gif par ce qu il y a eu des erreurs très très graves qui ne doivent pas être rendu public. icon_tresfache.gif

Johanne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...