Aller au contenu
forum sidasante

aixur

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    1 275
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    13

Tout ce qui a été posté par aixur

  1. A mon avis, ce sont des évènements relativement récents qui font que les tests deviennent positifs (maximum 7 ou 8 mois avant le test). Donc, je ne crois pas que le vaccin contre la tuberculose, fait quand elle était enfant, soit à l'origine de sa séropositivité au VIH ou à l'hépatite C. Il faut voir quels étaient les évènements advenus peu de temps avant le test qui a pu le rendre positif (maladie, prise de médicaments, arrêt de médicaments, vaccination, prise de médicaments naturels, compléments alimentaires, etc...). Et je parle aussi bien du test VIH que du test VHC.
  2. Oui, ça a été aussi comme ça que Jimy le Rebel, s'est fait convaincre qu'il avait une toxoplasmose. Tout allait super bien pour lui. Il était en pleine forme. Puis, il a eu un léger accident de voiture. Au scanner (certainement pour déterminer s'il y avait traumatisme cranien), on lui a trouvé des indices de toxoplasmose. Ensuite, il s'est mis à prendre un traitement contre la toxoplasmose. Et au bout de 6 mois, on n'a plus entendu parler de lui. Comme quoi, ils sautent vraiment sur la moindre situation de faiblesse. Il faut faire super gaffe. PS : ah tiens, j'y pense, est-ce que ton ami
  3. Ah, et puis sinon, certains éléments de la candidose de ton amie peuvent s'expliquer par ce haut niveau de cortisol. Le problème, c'est que comme je l'explique dans mon article sur le sujet, un taux de cortisol élevé entraine une rétention d'eau dans les cellules du centre du corps et de la tête. Donc, ils retiennent l'eau, mais ne la relarguent pas. Du coup, dans les zones ou il y a besoin d'une relargage d'eau, ça va poser problème. Par exemple, la bouche va devenir sèche, parce qu'il n'y aura pas assez de salive émise. Et il n'y a pas assez de salive émise parce que les cellules assur
  4. Eh ben voilà. Dans les produits que tu cites, il y en a 3 qui peuvent augmenter le taux de cortisol et donc, qui ont du aider ton amie à ne pas ressentir d'effet de manque à l'arrêt de la trithérapie : l'ail, la spiruline, et le desmodium. L'ail a des propriétés antibiotiques. Donc, il est clair que c'est un aliment qui augmente le taux de cortisol. Pour la spiruline, il est régulièrement dit sur les sites qui en parlent qu'il est interdit d'en vendre en en ventant les vertus antibiotiques. Ce qui laisse à penser que ça a des vertus antibiotiques, mais que comme il est interdit de les mett
  5. N'importe quoi qui serait autre chose que de la nourriture ou de l'eau et qui s'absorberait par voie digestive (ou par injection). J'utilise une définition très large au lieu d'utiliser des termes comme "médicaments" ou "compléments", parce que les gens ont tendance à oublier des trucs quand on leur demande s'ils prennent des médicaments ou des compléments.
  6. Oui, mais peut-être qu'elle prend des trucs plus ou moins équivalents. Il y a plein de substances qui augmentent le taux de cortisol. Dans ce cas là, effectivement, on peut arrêter la trithérapie d'un coup, et il ne va rien se passer (mais, du coup, on continue à subir plus ou moins les mêmes problèmes que lors d'une tri). Donc, faut voir si elle ne prend pas des trucs pouvant avoir cet effet là.
  7. A mon avis, la trithérapie, ce n'est qu'une corticothérapie mise sous un autre nom (voir mon article sur le sujet sur cette page). Donc, déjà, il ne faut surtout pas arrêter la trithérapie d'un seul coup, parce que c'est comme pour une corticothérapie, ça provoque des effets secondaires physiologiques négatifs. Au départ, quand on conseillait d'arrêter la trithérapie d'un seul coup, sur ce forum, on a eu plein de retour d'expérience de gens qui avaient des problèmes de grosse faiblesse physique. En plus, il y a danger de développer un toux sèche qui va être considérée par les médecins comm
  8. En fait, Pierre allait à l'hôpital à chaque fois qu'il avait quelque chose. A mon avis, c'est ça qui a finit par le tuer. Il essayait de se soigner tout seul ; mais quand il n'allait vraiment pas bien, là, il allait à l'hopital. Et à chaque fois, ils lui filaient des médicaments qui le flinguaient un peu plus. Cela dit, il était déjà complètement esquinté quand il est arrivé sur le forum (un bras paralysé, de nombreuses hospitalisations). S'il y a bien une personne dont la mort ne m'a pas surprise, c'est bien lui (et Dakaz aussi qui, apparemment, continuait à se droguer. Et qui faisait régul
  9. Ah oui. Donc, si je comprends bien, le 16 décembre, ce n'était que l'Elisa qui a été fait. Ensuite, le WB (accompagné de la CV) a été fait à partir de l'échantillon prélevé le 26 décembre. C'est bien ça ?
  10. Bonjour illusion. Et bienvenue sur le forum. Est-ce que tu prenais un traitement contre le gonocoque au moment où tu as passé ton test VIH ? Et est-ce que tu prenais des médicaments lorsque tu a positivé au test gonocoque ? Est-ce que tu t'étais fait vacciner récemment ?
  11. Cheminot, J'ai lu l'article sur la "dysbiosie intestinale". Je ne suis pas convaincu. En fait, concernant la dysbiosie elle-même, ils établissent que ça se traduit par l'émission d'anticorps multi-antigènes. Et c'est à partir de ce critère qu'ils établissent ensuite ou non s'il y a dysbiosie. Dans le cas du sida, ils disent que la phase sida se traduit justement par le fait que le sérum des sidéens réagit à plein d'antigènes différents. Donc, le stade sida est accompagnée par la dysbiosie selon eux. Et donc, la dysbiosie serait à l'origine de nombreux cas de sida. CQFD. Sauf que personne
  12. S'il n'a dit que ça sans rien ajouter d'autre alors il raconte n'importe quoi. C'est beaucoup plus multi-factoriel qu'un simple problème de sodomie et de digestion. Même au sein de la dissidence, le problème de sodomie est considéré comme un problème parmi d'autres, et très loin d'être le plus important. Personnellement, j'ai des doutes sur cette histoire de lien entre sodomie et sida. Si ça se faisait par micro traumatismes, il faudrait que l'anus saigne en permanence, ou en tout cas fréquemment, pour qu'il y a contamination du sang. Et vu que le sang coagule, rapidement, la contamination
  13. Oui, j'en parle sur ce topic, et j'ai fait une version plus complète sur sidasante (sur cette page). En gros, les soi-disant médicaments super high-tech que sont supposées être les trithérapies sont en fait des corticothérapies, avec tous les effets liés aux corticoides. Et si on augmente un peu trop les doses, là, on passe à des effets de type antibiotiques, encore plus dangereux.
  14. La mort de Christine Maggiore d'une pneumonie vient illustrer de manière tragique ce que je disais il y a deux jours. On lui avait diagnostiqué une pneumonie il y a 6 mois, et vu qu'elle devait certainement y croire, elle a accepté le diagnostic, puis le traitement de son médecin. Et certainement que les antibiotiques l'ont tuée ; comme ils ont tué sa fille d'ailleurs (là, il s'agissait d'une combinaison d'anti-inflammatoires et d'antibiotiques). Donc, on constate à nouveau que la dissidence du VIH/SIDA seule n'est pas suffisante. Il faut aller plus loin pour ne pas se faire avoir par la méd
  15. Christine Maggiore, une dissidente très connue aux USA, est morte samedi d'une pneumonie qu'elle avait développée depuis 6 mois.
  16. La question de la pathogénicité des microbes est très importante aussi pour la dissidence du sida. Tant qu'on n'a pas compris que les microbes ne sont pas pathogènes, on croit à la pathogénicité des microbes de la toxoplasmose, de la pneumonie ou de la tuberculose (les trois maladies graves les plus diagnostiquées chez les séropositifs). Et si un séropositif dissident a tout d'un coup des maux de tête, ou alors, une toux sèche avec perte de poids, son médecin risque fortement de faire un diagnostic de toxoplasmose, de pneumonie ou de tuberculose et va lui faire croire qu'il est en phase de s
  17. Wallypat, Bien sur que si qu'il y a des publications sur le sujet. Seulement, tout dépend de l'interprétation qu'on en fait. Mais, c'est pareil pour le VIH. Dans les documents concernant l'isolement du VIH, la conclusion de l'orthodoxie, c'est que le VIH existe. Si nous les dissidents, disons que le VIH n'a pas été isolé, c'est parce qu'on a une interprétation différente de ce qu'il y a dans le papier en question. Si on devait ne se reposer que sur la conclusion des articles scientifiques, effectivement, on pourrait dire qu'il n'y a aucune publication qui confirme mes affirmations. Avec
  18. Trouvez un microorganisme lors de symptomes est un indice, une correlation , supprimer les symptomes quand il disparait cela devient une cause...... Non, ça reste une corrélation. L'apparition et la disparition des deux pourraient être causés par un troisième élément. Apparemment, tu ne comprends rien à l'épistémologie.
  19. Moi je pense que le microbisme est complètement faux. Aucune maladie n'est provoquée directement par un microbe, à part la gangrène. Mais c'est un cas très spécial. le pullulement du microbe est avant tout causé par un terrain défectueux dans ce cas précis. Si on met le microbe sur un terrain normal, il ne va strictement rien se passer. D'ailleurs, le microbe est présent chez tous les individus en fait. Il y a probablement 2 maladies qui sont causées indirectement par des bactéries : le choléra et le tétanos. Et le problème ici, c'est la toxine émise par ces bactéries. On peut boire un verre
  20. Ca, c'est juste une corrélation. Une corrélation c'est différent d'un lien de causalité. C'est le b.a ba de l'épistémologie.
  21. Intéressant. Mais je serais moins optimiste que lui. Ce sont des déclarations ou actions de quelques individus et des décisions de sociétés qui peuvent (les décisions) ne rien avoir à faire avec une éventuelle prise de conscience, et donc une volonté d'en finir discrètement avec le sida. L'arrêt du développement du vaccin peut s'expliquer par le fait que faire suivre un traitement à un séropositif est bien plus rentable que de lui faire un vaccin. Et la décision d'arrêter le développement de leurs médicaments anti-sida par Roche, peut venir du fait qu'ils ne sont pas super bien placés sur ce
  22. aixur

    photos du vih

    C'est très probablement de simples débris cellulaires. Mais peut-être aussi de la nourriture absorbée par les cellules (protéines, lipides, sucres).
  23. Pour les problèmes d'inflammation au cerveau, je les ai constatés aussi. Chez les personnes âgées qui se font vacciner contre la grippe ou autre chose, observez les durant la semaine qui suit la vaccination. A mon avis, relativement souvent, vous pourrez constater qu'elles ont des légers problèmes cognitifs. En général, ça passe. Mais peut-être que chez certaines personnes âgées fragiles, au cours des années, ou lors d'une année, ça peut dégénérer en Alzheimer.
  24. Pour les 2 premiers éléments, ça, c'est ta théorie. C'est juste une théorie. Sinon, pour la citation que tu donnes, ça n'infirme absolument pas ce que je dis. Je dis que la cortisone absorbée par voie orale permet d'obtenir une rétention d'eau dans le centre du corps. Les problèmes aux poumons analysés dans l'article sont supposé venir d'une maladie auto-immune. Moi je dis que ça viens d'une déshydratation des poumons et que la prise de cortisone permet de rétablir une hydratation normale des poumons. La diminution des marqueurs de l'immunité n'est pas surprenante, puisqu'il y a alors une pl
  25. Concernant ce que je dis de l'effet de la cortisone, on pourrait objecter que selon les études, la cortisone est immunosuppressive. Ma théorie comme quoi ça augmenterait le taux de cd4 serait donc fausse. Mais les études se trompent. La cortisone n'est absolument pas immunosuppressive. Si les études en question en sont arrivées à cette conclusion erronée, c'est à cause de la façon dont elles ont été menées. En fait, à chaque fois, on a fait une analyse locale. C'est ça qui a conduit à l'erreur d'analyse. On a injecté de la cortisone par exemple dans le bras. Puis, une heure après, on a f
×
×
  • Créer...