Aller au contenu
forum sidasante
aixur

Outils de mesure des cd4 et invention du sida

Recommended Posts

En réfléchissant à nouveau au problème des cd4, je me suis tout d'un coup dit qu'il y avait de fortes chances que l'estimation de la réalité de l'immunodéficience soit relativement récente, et même, qu'elle n'ait été possible que seulement 10 ans ou quelque chose comme ça avant l'émergence du SIDA. Ce qui voudrait dire qu'il est bien possible que ce soit l'apparition de l'outil de comptage qui a permis de développer tout un discours sur l'immunodéficience, et a permis aux scientifiques de se monter le bourrichon a propos de ce problème.

Avant ça, le concept d'immunodéficience était quelque chose qui existait. Mais comme on ne pouvait pas l'estimer précisément, c'était limité à des cas assez particuliers où la théorie estimait qu'il devait y avoir immunodéficience. C'était le cas des personnes dont on pensait qu'on avait détruit la moelle osseuse via traitement. Ces personnes étaient supposées ne plus avoir de moelle osseuse fonctionnelle. Et du coup, on estimait qu'elles n'avaient plus de défenses immunitaires.

De la même façon, on pouvait estimer qu'une personne attrapait telle ou telle maladie microbienne ou virale à cause d'un système immunitaire légèrement déficient. Mais là, c'était de simples hypothèses.

Mais en dehors de ces cas particuliers, en l'absence d'outil de mesure, on ne pouvait pas savoir qui était immunodéficient. Il y avait apparemment quelques outils à partir des années 40. Mais il semble que ça restait confiné aux labos de recherche et que ça ne pouvait pas servir à des analyses à grande échelle. Donc, dans la pratique, on ne pouvait pas mesurer l'immunité des gens.

C'est à partir de la fin des années 60, que le premier appareil à cytométrie de flux a été mis au point (c'est ce genre d'appareil qui est utilisé actuellement pour estimer la quantité de cd4, cd8, etc...). Il s'agissait de l'ICP11, réalisé par Wolfgang Göhde de l'université de Munster, en 1968. Et il a été commercialisé vers 1969. D'autres appareils ont vu le jour peu de temps après : le Cytofluorograph en 1971, le PAS 8000 en 1973, le FACS en 1974, etc...

On peut penser qu'il a fallu 4 ou 5 ans avant que l'usage de ce genre d'appareils ne se répande. Ce qui nous amène vers 1975 environ ; juste 6 ou 7 ans avant l'invention du SIDA.

Ca va dans le sens de ce que je pensais au départ. Les outils permettant de compter l'immunité on précédé de peu la découverte (en fait "l'invention") de maladies d'immunodéficience.

Donc, on peut penser que c'est effectivement l'apparition d'outils de mesure de l'immunité qui a conduit à l'invention des maladies d'immunodéficience (autres que les cas particuliers cités plus haut).

Avec ces outils, d'un seul coup, on a pu faire des analyses statistiques, choses qu'on ne pouvait absolument pas faire avant. Et on a pu se rendre compte que certaines personnes avaient des niveaux de cd4 qu'on estimait être dangereusement bas. Comme un niveau de cd4 bas était associé à un bas niveau d'immunité, évidemment, on supposait que ça devait conduire à la mort. On a donc cherché des gens qui vérifiaient cette théorie. Et il n'a pas été difficile d'en trouver chez les toxico ainsi que chez dans la scène gay hardcore de l'époque, qui consommait des drogues à tout va et était très régulièrement sous antibiotiques.

On avait ainsi une base statistique de départ. On avait un petit pourcentage de population qui était supposée immunodéficiente. On aurait pu en rester là, et se contenter de cette population très limitée. Mais ça, c'est s'il n'y avait pas eu des excités des rétrovirus (dont certains en mal de succès, comme Gallo) pour venir trouver des virus là où il n'y en avait pas. A partir de là, c'est de l'histoire connue. Les virologues, en imposant l'idée que l'immunodéficience était due à un rétrovirus ont étendu le truc à un pan beaucoup plus large de la population. D'un seul coup, ce n'était plus quelques centaines ou milliers de personnes qui étaient impliquées, mais des dizaines de milliers.

Il est bien sur possible qu'il y ait des dessous politiques derrière l'invention du sida. Mais ce qui est sur, c'est qu'avec les théories existantes à l'époque concernant l'immunité, l'apparition des outils de mesure de l'immunité entrainait un risque important de trouver plein d'immunodéficients.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème, en fait, c'est qu'il fallait expliquer pourquoi d'un seul coup, les gens mourraient et pas avant. Du coup, si on supprimait le problème de la drogue et des antibiotiques (et autres traitement médicaux), c'est sur que la tentation de la maladie microbienne nouvelle était tentante. Cela dit, le fait de considérer ça comme nouveau était déjà fallacieux en soit, vu que les outils de mesure n'avaient pas plus de 10 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un p'tit billet d'humeur pour changer un peu !

Certaines machines nous rendent service alors que d'autres nous asservissent, ces dernières étalant des chiffres à la queue leu leu, pour mieux nous conditionner

Machine PCR qui mesure la charge virale !

Machine qui compte les CD4 ... et grave les MP3 (bonus)

Mais pour le sida, on a inventé la centrifugeuse à idées :

Faites tourner une idée centrale dans une machine genre PCR et vous obtiendrez un éparpillement des idées sur les bords de la centrifugeuse, dans la bande très étroite du 1/16 (treize et trois) mais l'idée première aura été oubliée, à savoir les comportements à risque, entre autre !

Ce qui fait qu'aujourd'hui, , on cherche tout azimut pour éradiquer certaines maladies, de la lectine de banane pour le sida en passant par les gènes de la tomate pour les tumeurs du cerveau, mais toujours en oubliant l'Etre Central, l'Homme, sa psychologie, ses espoirs, ses renoncements, et ses sentiments qui ne feront jamais de lui un esclave de la machine, à moins qu'il n'y consente !

A quand Aixur, une machine à force centripète pour recentrer le débat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hmm très intéressant Aixur !

D'ailleurs, l'homme n'est-il pas devenu un mortel, depuis que la science existe ? lol !

Bien sur que la maladie existe depuis qu'il y a des médecins .

Avant, les maladies, on appelait ça "les mauvais esprit" et les "humeurs morbides" et on les soignait avec d'autres esprits et d'autres humeurs .!!!!

mais l'homme évolue, .....parait-il .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans son livre "HISTOIRE DU SIDA, Début et origine d'une pandémie actuelle ", p. 19, Mirko D. Grmek, dit :" en 1978, l'homme se trouve pour la 1ere fois en possession de moyens conceptuels et techniques qui lui permettent l'identification et l'isolement d'un rétrovirus pathogène. C'est justement alors, que commence l'expansion du sida.......on ne peut pas soutenir l'hypothèse de deux mutations.....au moment où, pour la 1ere fois on est en mesure de les apercevoir......

Ca serait trop facile de penser à un quelconque hasard de voir le sida, une déficience en cellules dont les t4 (cd4) ravager la planète juste au moment où les labos et autres mafia annoncent les techniques de comptage des cd4 (les OKT4 sont mentionnés dans des études de 1972 de la société ORTHOPHARMACEUTICALS de Rockeville aux states).

C'est rendre l'esprit humain à son plus bas...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...