Aller au contenu
forum sidasante

Jardinier

Membres
  • Compteur de contenus

    729
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    10

Jardinier last won the day on 29 mars 2016

Jardinier had the most liked content!

Réputation sur la communauté

14 Good

À propos de Jardinier

  • Rang
    Chercheur de quoi déjà ?

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0
  1. Nouvel article dissident

    A noter que l'article énonce très explicitement, au moins en introduction et en conclusion, un APPEL A L'ETHIQUE adressé aux responsables concernés.
  2. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Hier, je n'ai fait que jeter un coup d'oeil ultra rapide à la nouvelle publication du Perth Group. Aujourd'hui, je ne retrouve pas ce qui m'avait semblé une conclusion générale et sans appel de la communication, ne présentant qu'un résumé ultra-réducteur et extrapolé à propos des propriétés oxydatives du sperme. Peut-être qu'il y a quelque part dans une section du texte chose allant dans ce sens, probablement même, mais je ne sais plus où. Cependant, si je n'ai pas le temps présentement de me livrer à une lecture autre que pas même en diagonale de cette communication, il me semble que ce n'est pas qu'un simple récapitulatif convenu à partir de données déjà explicitment pointées et exploitées ailleurs, ou à partir de convictions contestables déjà assénées sans les précautions nécessaires ailleurs. Il me semble plutôt que cela mérite sans doute d'être examiné de manière attentive, car c'est une recension chronologique d'études successives, dans la perspective analytique des contradictions que la chronologie peut mettre en lumière, avec parfois en effet des accent mis sur des questions clé très peu abordées sinon entièrement éludées jusque-là par les travaux des autres scientifiques dissidents, comme sur la question tout sauf anodine du génome du "vih". Donc, merci à Econoclaste et mea culpa pour mes posts incendiaires d'hier - le premier en particulier -, puisque même si d'ailleurs cela méritait à certains égards la nuance ironique introduite par son post (d'Econoclaste), l'important est que nous ait été signalée cette nouvelle communication du Perth Group, qui n'est pas un document à jeter avec l'eau du bain aux oubliettes du pur rabâchage de choses déjà mille fois ressassées. @Jibrail : je ne comprends pas bien ta formulation ambigüe et ton énoncé performatif à double tranchant : "... le résultat sera probablement le même s'il se confirme dans la durée, et risque d'emporter avec lui la contestation de l'hypothèse rétrovirale du sida vers les générations futures." Veux-tu dire que les générations futures n'y verront que du feu sur la dimension largement contestable de la théorie - ou du paradigme - telle que mise en lumière par la "dissidence", ou bien le contraire ? Pour ma part en tout cas, je pense que ce n'est encore nullement joué, tant en termes de faillibilité à terme fatale du "paradigme", qu'en termes d'une possible conscience historique à venir quant au rôle de la "dissidence" et au bien-fondé de sa démarche, et donc quant aux fins mots de toute l'affaire. Par rapport aux grandes périodes de communication propagandiste de la part de "l'orthodoxie", on ne peut que constater à l'heure actuelle une relative mise à bas bruit de celle-ci qui ressemblerait presque au bas bruit ayant à peu près toujours caractérisé la dissidence. Quelles conclusions en tirer (politiquement) ? A voir...
  3. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Je t'ai répondu un peu vite, car au vu de la conclusion générale du Perth Group, ils restent tout à fait dans leur ligne pseudo-scientifique et totalement puritaine/fanatique sur les dangers du sperme dans la sodomie sans capote et sur ceux de l'inhalation de nitrites dans cette seule optique, ce qui empêche toute relativisation authentiquement raisonnable de quoi que ce soit. Ton souci de la génétique, dans ton sens et dans celui que je développe un tout petit peu à titre indicatif ci-dessus, en revanche, me semble plutôt pertinent et intéressant.
  4. Failles dans la méthode d'isolement des virus

    Econoclaste, S'il te plaît, arrête un peu de biaiser le débat et la portée de ce qui peut se dire ici en employant des formulations subjectives pour cause de recours à l'ironie mais tout sauf innocentes et mûrement pesées comme "le Perth Group vient de commettre un texte". La force critique des dissidents s'est trouvée mise en sommeil entre autres du fait que l'orthodoxie du sida=hiv=sida-point-barre s'est engagée voici quelques années sur la diagonale sinon sur la tangente d'une biomédecine utilement asservie aux préoccupations et aux biotechnologies génétiques. Si tu veux saluer un retour fort louable des dissidents dont toi-même au joug de l'interprétation critique au jour le jour en fonction des évolutions de l'approche médico-scientifique dominante, s'il te plaît, ne commence pas par hypothéquer le débat comme tu le fais au sujet du Perth Group, dont certes les dérives oxydatives se voulant inoxydables sont désormais bien connues. Pour autant, ce n'est pas en soi une mauvaise chose qu'après en avoir pris, peut-être, tout le temps nécessaire, ils remettent le pied à l'étrier sur ce terrain des flous et contradictions de toutes sortes - fatalement vu la situation actuelle en biologie "immunitaire" et en "biomédecine" - dans les prétendument bons et non purement cosmétiques usages des fondements plus ou moins généraux de la génétique.
  5. Non seulement le diagnostic sera influencé du fait que le test est censé rechercher la présence du vih, et a priori aucune autre cause de séropositivité. De plus, la présence du zona comme signe possible de sida et ce que tu vas raconter sur tes pratiques sexuelles et ton orientation pourront aussi avoir une forte influence : il existe en fait 3 réponses biologiques possibles au test, négatif, indéterminé, et positif. Si c'est indéterminé, on se base sur l'orientation et les pratiques plus ou moins récentes pour faire pencher le diagnostic dans un sens ou dans l'autre. Il a été reconnu que chez un homme ou une femme marié(e), hétérosexuel(le) et se déclarant rigoureusement fidèle, l'indétermination sera décrétée signifiant une séronégativité hautement probable. Au contraire, chez un homo malade déclarant avoir eu des rapports "suspects" en quoi que ce soit....
  6. Tu as tout à fait raison de douter à mon avis. C'est pourquoi pour ma part je te conseillerais plutôt de ne faire de test de dépistage avant ta guérison de ton zona... ou pas du tout.
  7. Tu devrais commencer par lire très attentivement ce Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Zona Il en ressort que 1) Tous les zonas ne sont pas dus à une baisse de l'immunité, et 2) Il existe d'autres causes d'immunodépression que le sida. Si tu t'épuises sur le plan neuro-musculaire avec ton body-building et si en même temps tu te fais des histoires phobiques dans ta tête à cause de ta sexualité et du vih, je crains que ton médecin - qui à mon avis est bien trop indiscret et inquisiteur - ne te mette très inutilement sur une très mauvaise piste en faisant de la corrélation entre Zona, immunodépression et sida l'hypothèse la plus probable dans ton cas. A ta place, je me soignerais pour le zona et remettrais un éventuel dépistage du sida aux calendes grecques.
  8. Bonjour, Deux questions me viennent en te lisant : Est-ce ton premier génotype ? De quels virus s'agit-il, vih, autres, quoi ? On poura peut-être t'éclairer un peu en fonction de tes réponses là-dessus. Amitiés
  9. Sida et vieillissement

    Il y a eu aussi énormément de cas où les patients sous ARV souffraient simultanément de vieillissement précoce, visible au niveau externe - et quid du reste l'organisme et des différents organes, des lésions du foie, des reins, des problèmes cardiaques ? -, et de lipodystrophie, c'est-à-dire de déformations graisseuses/musculaires/anatomiques sur certaines parties du corps.
  10. Sida et vieillissement

    Il est parfaitement connu que les personnes sous traitements ARV des années 1995 à 2010 - au-delà de 2010 je ne sais pas - avaient très souvent des symptômes de vieillissement précoce, en moyenne un aspect physique correspondant à 10 ans de plus que l'âge réel. A titre d'exemple perso, j'ai connu il y a 6 ans quelqu'un qui avait les cheveux gris à 35 ans à peine, à qui l'hôpital offrait de l'anti-ride Botox pour les périodes de Noël. Dans le sud de l'Espagne à la même époque, parait-il, la distribution d'anti-rides aux personnes sous traitement était très répandue, sinon systématique.
  11. Nouvelle

    Autre chose : Marisol Touraine a livré une ITV au journal Le Monde, parue dans l'édition papier du vendredi 18 novembre. Elle y déclare notamment que la vente des antibiotiques serait repartie à la hausse ces 2 dernières années, en dépit des alertes à la résistance accrue aux antibiotiques. Afin de pallier le problème, elle préconise l'emploi par les médecins de tests rapides pour distinguer l'origine bactérienne ou virale des angines. Tiens donc, encore des tests de dépistage rapide ? C'est le secteur biotech et les virologues qui vont être contents !.. Dans l'affaire du Biotrial à Rennes, la ministre affirme qu'au vu des résultats d'une enquête de l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales), l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament), qui avait donné son autorisation pour l'essai, n'aurait rien à se reprocher.
  12. De quoi mettre mal à l’aise les prescripteurs des protocoles VIH aux mères séropositives : Selon l’Unicef et l’OMS, l’allaitememnt maternel est le meilleur vaccin des nouveaux-nés, y compris chez les mères séropositives pour le vih. http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/08/02/le-lait-maternel-premier-vaccin-des-nouveau-nes_4977456_3244.html#JZDGoIIVU27cUcFC.99 « […] France Beguin, experte en nutrition pour l’Unicef. « Le lait maternel est le premier vaccin des tout-petits. C’est la première et la meilleure façon de les protéger contre les infections et les maladies », rappelle-t-elle. Sur la même ligne, l’Organisation mondiale de la santé préconise un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant, puis partiel jusqu’à ses 2 ans. L’Unicef regrette pour sa part que moins de la moitié des petits soient encore au sein à cet âge, une proportion qui ne varie guère depuis 2000. Le Fonds insiste sur les bienfaits à long terme de ce mode d’alimentation sur le développement cognitif de l’enfant et même sur ses performances scolaires. Son plaidoyer en faveur de la tétée est sans restriction: celle-ci peut même concerner les mères séropositives pour le VIH, tout en donnant au bébé des traitements antirétroviraux. En guise d’argument supplémentaire, il avance un gain économique de plusieurs milliards de dollars par an. […] »
  13. "JE NE ME TAIRAI PAS" - Projection a Genève

    De quoi mettre mal à l’aise les prescripteurs des protocoles VIH aux mères séropositives : Selon l’Unicef et l’OMS, l’allaitememnt maternel est le meilleur vaccin des nouveaux-nés, y compris chez les mères séropositives pour le vih. http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/08/02/le-lait-maternel-premier-vaccin-des-nouveau-nes_4977456_3244.html#JZDGoIIVU27cUcFC.99 « […] France Beguin, experte en nutrition pour l’Unicef. « Le lait maternel est le premier vaccin des tout-petits. C’est la première et la meilleure façon de les protéger contre les infections et les maladies », rappelle-t-elle. Sur la même ligne, l’Organisation mondiale de la santé préconise un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant, puis partiel jusqu’à ses 2 ans. L’Unicef regrette pour sa part que moins de la moitié des petits soient encore au sein à cet âge, une proportion qui ne varie guère depuis 2000. Le Fonds insiste sur les bienfaits à long terme de ce mode d’alimentation sur le développement cognitif de l’enfant et même sur ses performances scolaires. Son plaidoyer en faveur de la tétée est sans restriction: celle-ci peut même concerner les mères séropositives pour le VIH, tout en donnant au bébé des traitements antirétroviraux. En guise d’argument supplémentaire, il avance un gain économique de plusieurs milliards de dollars par an. […] »
  14. Thabo Mbeki - mars 2016

    De quoi mettre mal à l’aise les prescripteurs des protocoles VIH aux mères séropositives : Selon l’Unicef et l’OMS, l’allaitememnt maternel est le meilleur vaccin des nouveaux-nés, y compris chez les mères séropositives pour le vih. http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/08/02/le-lait-maternel-premier-vaccin-des-nouveau-nes_4977456_3244.html#JZDGoIIVU27cUcFC.99 « […] France Beguin, experte en nutrition pour l’Unicef. « Le lait maternel est le premier vaccin des tout-petits. C’est la première et la meilleure façon de les protéger contre les infections et les maladies », rappelle-t-elle. Sur la même ligne, l’Organisation mondiale de la santé préconise un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant, puis partiel jusqu’à ses 2 ans. L’Unicef regrette pour sa part que moins de la moitié des petits soient encore au sein à cet âge, une proportion qui ne varie guère depuis 2000. Le Fonds insiste sur les bienfaits à long terme de ce mode d’alimentation sur le développement cognitif de l’enfant et même sur ses performances scolaires. Son plaidoyer en faveur de la tétée est sans restriction: celle-ci peut même concerner les mères séropositives pour le VIH, tout en donnant au bébé des traitements antirétroviraux. En guise d’argument supplémentaire, il avance un gain économique de plusieurs milliards de dollars par an. […] »
  15. Thabo Mbeki - mars 2016

    INSERM, ETIQUETTAGE DES PRODUITS ALIMENTAIRES, CONFLITS D'INTERETS LE MONDE, EDITORIAL DU 10-11 JUILLET 2016 : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/09/editorial-bataille-autour-de-l-etiquetage-alimentaire_4966846_3232.html "[...] Au cœur du malaise : une étude destinée à comparer l’efficacité du système d’étiquetage développé par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et celle des systèmes proposés par l’agroalimentaire ou la grande distribution... "Les conditions de réalisation de cette étude sèment le doute : comité de pilotage où figurent des représentants des industries concernées ; comité scientifique dominé par des experts liés à ces mêmes industriels ; absence de déclaration de certains liens d’intérêts par des experts engagés dans le processus ; gestion des fonds publics alloués à l’étude confiée à une organisation de la filière agroalimentaire elle-même... Plusieurs experts ont déjà quitté le dispositif, jugeant les dés pipés. Et les chercheurs de l’Inserm ayant élaboré le système d’étiquetage réalisé sur un financement public ont été écartés du dispositif : ils auraient été juge et partie.Le rôle du ministère de la santé est pourtant de mettre en place des garde-fous pour se prémunir des conflits d’intérêt privés, au nom de l’intérêt général. "L’institutionnalisation du conflit d’intérêts au cœur de l’Etat ne nuit pas seulement à la santé publique. Elle est aussi dangereuse. Elle contribue à démonétiser la parole politique et ajoute au discrédit des élites." Au passage, dans ce dernier paragraphe, notons l'étrange formulation du rédacteur, sans doute non dénuée d'humour noir plus ou moins involontaire. Serait-ce à dire que la nuisance en termes de santé publique quant à elle n'est pas en soi quelque chose de dangereux ? Enfin, bon, tant qu'on ne reparlera pas du rôle historique joué par l'INSERM comme architecte du dispositif de santé publique en matière de sida, l'honneur restera sauf malgré tout... Un lien pour approfondir les recherches sur cette actualité : https://www.google.fr/#q=Inserm+%C3%A9tiquettage+alimentaire+conflits+d%27int%C3%A9r%C3%AAt Et un autre lien pour une auto-présentation de la DIS (Délégation à l'intégrité scientifique), un organe interne de l'Inserm : http://www.inserm.fr/qu-est-ce-que-l-inserm/organigramme/comites/dis
×