Aller au contenu
forum sidasante
Invité kamu84

siphilys

Recommended Posts

Invité kamu84

bonjour

a tous

je voudrait savoire comment se contracte la syphilis

et quel en sont les symptôme ?

car pas mal de site se contredise

*

merci a tous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Kamu84,

Elles se contredisent sur quels points particuliers ?

A part la transmission sanguine peut évoquée (transfusion, grossesse), c'est toujours spécifié que c'est uniquement par contact direct...

Quand aux symptômes, ils suivent 3 phases bien décrites sur tous les sites qui abordent le sujet. Ils peuvent toute fois etre confondues avec de nombreuses autres maladies, et le diagnostique n'ai pas forcément évident à poser, même pour les médecins.

Un site explicatif :

http://www.atlas-dermato.org/cours/syphilis.htm

Dans tous les cas, ne pas attendre de consulter en cas de doute.

salut.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pierrot_83

Transmission essentiellement sexuelle, ou oro-génitale (oro-anale), ou de la mère au foetus.

Par voie transfusionnelle, ça n'est possible que si le sang est transfusé, sans contrôle préalable, rapidement après prélèvement : le tréponème ne survit que 3 jours à 4°C. Cette voie ne peut concerner que les pays où les stocks sont insuffisants, voire nuls, et où les prélèvements sont faits à la demande et en urgence. Afrique sub-saharienne par exemple

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Un peu d'histoire

La syphilis qui jouit dun nom spécifique aux quatre coins du monde, est une maladie sexuellement transmissible (MST) ou transmissible de mère à enfant. Elle est connue depuis lAntiquité, que ce soit par les chinois bien avant Jésus Christ, ou les romains, les grecs, les indiens ou les arabes. Elle enveloppa de ses ailes mortifères la vieille Europe jusquà la découverte de la pénicilline.

Les Français l'appelaient "le mal de Naples". Pour les Italiens, c'est "il male francese", le mal français comme pour les Anglais d'ailleurs qui l'appelaient "the french disease". Quant aux Espagnols, ils la croyaient venir des Indes occidentales. Mais pour tous, c'était "la vérole", la plus "glorieuse" des maladies honteuses, celle que d'innombrables couplets ont célébrées dans les garnisons ou les salles de garde.

Elle disposa de nombreuses propositions de traitement dont certaines me rappellent fort les conseils actuels, donnés comme moyens préventifs pour lutter contre le syndrome de immunodéficience acquise ou Sida ! Ecoute bien ! On proposa de brûler sans plus de cérémonie tous les malades atteints de syphilis ou encore, plus simplement de les castrer... On recommanda labstinence sexuelle et on interdit les relations sexuelles hors mariage et de sembrasser sur la bouche, convention sociale de se saluer, fort commune à lépoque, car lon pensait que la maladie pouvait également se transmettre par de tels attouchements. On préconisa de jeter en prison toutes les prostituées et lon interdit aux barbiers de pratiquer également loffice de chirurgiens, ainsi que de boire dans le même verre ou de manger dans la même assiette, les uns après les autres. On obligea les maisons publiques et les hôtels à faire la lessive et à changer les draps plus dune fois lan, car à lépoque, la coutume nétait pas de changer les draps à chaque nouveau client. On essaya diètes et régimes, purgatifs et saignées ... jusquà ce que lemploi du mercure devint général.

Actuellement, elle est en recrudescence autant dans les pays pauvres que dans les pays industrialiisés. L'incidence annuelle mondiale de la syphilis est estimée à 50 millions de cas, dont 400 000 traités aux USA.

En 1905, Schaudinn découvre le germe responsable : Treponema pallidum, qui est un spirochète.

Symptomatologie

On distingue plusieurs périodes :

- la période primais au cours de laquelle le spirochète pénètre dans l'organisme au niveau des organes génitaux au cours d'un rapport sexuel dans la très grande majorité des cas (à la suite d'un contact avec une des lésions contagieuses présentées par le contaminateur).

Après une incubation de 3 semaines à 3 mois, apparaît le chancre au point d'inoculation, totalement indolore, ferme, propre, rosé et dur et en réalité peu inquiétant pour le malade. Il repose sur une base indurée donnant l'impression aux doigts d'un morceau de carton enchâssé dans la peau. Des ganglions sont perçus dans le territoire lymphatique correspondant.

Le chancre est plus difficile à mettre en évidence chez la femme. Il est fréquemment surinfecté.

- la phase secondaire : 40 jours après le chancre, le spirochète a progressé sournoisement dans tout l'organisme et a entraîné une véritable septicémie atteignant la peau, les muqueuses, le système nerveux etc... Elle peut paraître inapercue

Les tableaux cliniques sont multiples : adénopathies, éruption cutanée ("roséole syphilitique ou macules"), "syphilides papuleuses", taches cutanées curieuses évoquant parfois un psoriasis (lésions cutanées de 1mm à 1 cm, isolées ou groupées, grises sur peau noire, ces lésions peuvent se fissurer sur la face) , de l'acné, un impétigo, une perlèche des commissures labiales, plaques muqueuses (buccales, nasales, pendant 2-3 semaines, très contagieuses), perte des cheveux. etc... Ces syphilides peuvent simuler un très grand nombre de maladies de la peau et seuls les examens de laboratoire font le diagnostic (en médecine allopathique). Les muqueuses, les phanères (alopécie), tous les organes peuvent être atteints.

La phase secondaire marque également la fin de la période de transmission sexuelle.

Après quelques mois ou quelques années, la syphilis rentre dans sa troisième phase d'évolution.

- Au cours de la troisième phase, le spirochète se cantonne dans certains territoires, s'y livrant à un travail sournois qui ne se manifeste parfois qu'après 20 ou 30 ans : atteinte des valves aortiques, dissection aortique, gommes syphilitiques, atteintes osseuses, sensorielles, paralysie générale avec troubles psychiatriques graves, tabès, lésions neurologiques (perte de mémoire, dégradation de l'intellect, modifications de la personnalité, tabès : paralysie générale).

La paralysie générale syphilitique , due à une méningo-encéphalite à tréponème, a été décrite en 1882 par Bayle. Selonlla médecine allopathique, cette période est très courte chez les personnes VIH positif

Le diagnostic repose sur la découverte du germe à l'examen direct et sur la sérologie (allopathie(). Les tests se réptètent apr`s traitement par la pénicilline (phase aigue)

Voilà, pour la partie allopathique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suite Syphillis, point de vue homéopathique

La pénicilline supprime la manifestation primaire de la syphilis - le chancre - sans suprimer la présence du tréponème dans l'organisme.... c'est-à-dire sans en supprimer la cause... celui-ci continue donc son oeuvre dans l'organisme et ses manifestations se traduisent par l'apparition de divers symptômes, en foncton du milieu interne de chacun (inné et acquis) - ce que la médecina appelle les complications de la syphilis ou les phases secondaire et tertiaire... Cela correspond à la notion de miasme ou de diathèse (terme plus moderne) de l'homéopathie.

Autre fait physiologique, qui constitue une loi en homéopathie, une maladie sexuelle se transmet à l'autre à l'exacte hauteur de son développement chez la personne qui en est atteinte.

Si elle est en phase aigue, elle se transmettra sous sa forme aigue. Si elle est à l'état latent, elle se transmettra dans son aspect latent, ces deux états étant toujours adaptés et étant toujours le reflet du terrain (milieu interne physique et psychique) de la personne "malade"....

Cette particularité se transmet également à la descendance lors de la conception - et correspond à ce que la médecine allopathique - appelle la prédispositon génétique à... Ce fait physiologique a été remarqué dans d'autres cadres cliniques par des études cliniques allopathiques. C'est le cas, par exemple, du mercure (métal lourd)....

Ainsi, une personne - qui n'a jamais attrapé la syphilis - et qui souffre de péritonite nécrosante, coliques néphrétiques à l'âge adulte ou d'atteinte des artères présentera par ces deux manifestations pathologiques des signes d'appartenance à la diathèse syphilitique transmise par son père ou sa mère qui, eux-même, peuvent l'avoir reçu de leurs propres parents. Il ne faut pas oublier que la syphilis fut une maladie globale aux X - XVI et XVIII siècles... et une maladie fréquente durant toutes les guerres.... tout comme la gonorrhée...

Au contraire du traitement allopathique suppressif (disparition dy symptôme) - le traitement allopathique est curatif:

- par le nosode de la syphilis : Luesinum

- par le remède qui correspond au cadre clinique : bien que le chancre soit le même pour tout le monde, le remède homéopathique ne sera pas le mème pour une personne qui a des tendances alcooliques, qui est jalouse de façon maladive et ne mange que des plats épicés... que pour une personne qui est triste, renfermée et est folle du sucre...

- et enfin par le remède constitutionnel qui correspond à la globalité psychobiologique du patient...

Amitiés

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...