Aller au contenu
forum sidasante

Mayuko

Membres
  • Compteur de contenus

    9
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Mayuko

  1. Mayuko

    le MMS

    Salut Ca en est que ce n'est pas qu'un bruit hélas.. pire? eh bien toute personne "non accréditée" (médecin>ordonnance donc protocole>traitement "unique" ou "officiel" ou même "commercial" ou encore "rentable" qui se risquerait à te conseiller d'acheter ou d'employer tel ou tel remède est susceptible d'être poursuivie ; par exemple: si tu conseille à ton ex-petit ami qui a mal à la gorge de se faire une tisane de thym et que celui-ci se brûle accidentellement en la buvant, son ou sa nouvel(le) ami(e) pourra t'accuser de lui avoir voulu du mal! Bon j'exagère bien sûr, même tiré par les cheveux - mais à savoir tout de même qu'il pourrait devenir impossible de se procurer un certain nombre de produits hors ordonnance! (teintures mères, divers remèdes, homéopathie, huiles essentielles, certaines vitamines etc). Je ne suis pas sûr de la liste mais ça pourrait ressembler à ça.. quelqu'un a plus de précisions? Et la question serait.. qu'est-il possible de faire pour empêcher cela?? j'ai vu qu'une pétition circulait sur internet et ce depuis plusieurs mois, mais.. quelle crédibilité et surtout quel impact peut-elle avoir?? Je rappelle que cette interdiction se situerait au niveau européen.. merci en tout cas la sécu, merci les lobbies et les amis de notre chère ministre ex-"conseillère médicale"! Pour revenir au sujet de la discussion.. Je suis moi aussi tombé sur la fameuse mise en garde officielle. Quelqu'un qui fait de la dissidence et pas que dans le domaine VIH/SIDA, je pense que certains d'entre vous en ont entendu parler il s'agit de Michel Dogna (auteur des volumes "Prenez en main votre santé" éd. Trédaniel) m'a parlé (je n'oserais pas dire conseillé de ce produit. Je l'ai testé pendant deux mois environs (decembre-janvier derniers) et alors que mon état de santé n'était pas bon (fièvre constante à 38/39°). Pour ce qui est des rhumes et autres grippes (A, pourquoi pas?) je n'ai rien à redire, puisque rien attrapé - ce qui n'est pas pour autant significatif. Mais concernant la fièvre, un diagnostique de février a fait état d'une pneumonie à streptocoque, et ce qui est sûr c'est que ce produit ne l'a pas soignée, ni arrangé les fameux indicateurs de T4/CV d'ailleurs. Je ne sais quel rôle il a pu jouer dans son évolution mais s'il était vrai qu'il peut prévenir ou guérir de "petites" infections, il n'en est apparemment rien pour les grosses. Bien sûr il ne s'agit là que de mon expérience et de mon avis personnel, et je dois admettre que je ne me suis pas relancé dans l'utilisation de ce produit après le passage obligé par les antibiotiques.. A savoir qu'il provoque bel et bien un état nauséeux surtout dans la première phase du traitement, si l'on s'en tient au protocole classique fixé par Jim Humble. A Savoir aussi que pour que ce produit soit efficace, dixit le même Jim H., il ne doit être consommé ni avec anti-oxydants ni ascorbate (vitamine C chimique)! et là excusez le terme, bonne bourre pour dénicher tous les aliments qui en contiennent (on parle des jus de fruits mais tout le pain qui est fabriqué et vendu en contient aussi, à titre d'"anti-oxygène" et de "conservateur"). Bref. Pour en revenir à mon expérience, j'ai voulu faire confiance à ce vrai rebelle qu'est Michel D. et force est de constater que dans mon cas, ça n'a pas fonctionné. Maintenant, que cela empêche les rhumes.. toujours est-il que je serais curieux d'avoir le témoignage de gens pour qui cela a pu fonctionner (éradication du VIH par exemple?? tel que c'est indiqué). En attendant et suite aux deux pneumonies que j'ai contracté (streptocoque puis pneumocystis en juin..) et aux marqueurs T4 descendus à 2, j'ai (dû) décidé de me soumettre à une TRI, qui POUR LE MOMENT me permet de vivre un peu mieux.. Et je ne désespère pas pour autant de trouver un remède non-agressif pour palier au PB VIH/SIDA.
  2. Bonjour Je viens de tomber sur ton post en cherchant des sous-titres FR pour House Of Numbers, que quelqu'un m'a passé mais en VO.. impossible de trouver les sous-titres seuls en revanche, en cliquant sur ton lien on peut constater qu'ils indiquent bien un sous-titrage en français si tu commandes le DVD! Voilà, remarque qui n'est peut-être plus d'actualité (l'avais-tu déjà relevé??) et petit clin d'oeuil car ils ont peut-être tenu compte de ton message! De mon côté j'ai plus qu'à me mettre à l'anglais.. ++
  3. -- OK j'me lance -- Bonsoir ou Bonjour à toutes et tous D'abord, merci encore pour vos messages de conseils et de soutien et pour avoir répondu si vite à ma détresse (je ne peux pas en dire autant :-/ Eh oui.. j'ai mis tout ce temps pour vous répondre par "crainte" de passer 2 heures devant mon clavier, partir dans tous les sens et oublier les 3/4 de ce que je veux dire. Qu'importe me direz-vous? J'y reviendrais, sûrement.. Aujourd'hui j'ai profité du mauvais temps pour me plonger dans les méandres de mes anciens disques durs et y mettre un peu d'ordre.. alors j'en profite pour reprendre le fil de notre échange, interrompu il y a plus de.. 2 mois. Vous serez-vous endormi d'ici là?? j'en doute! Mais revenons aux choses sérieuses (quoique..). Lavage Broncho-Pulmonaire: expérience effectivement très désagréable que je ne souhaite à personne d'expérimenter.. pas d'anesthésie générale là où je l'ai faite et puis Bamboo, j'approuve que ça . On parle de "raisonnance énergétique", ce qu'on pourrait aussi appeler des "esprits".. je pense que sur ce point il faut dépasser la simple question matérielle. Ce qui a d'ailleurs été plus ou moins démontré par ma dernière expérience en forêt: isolé pendant trois semaines avec pour seule alimentation du riz blanc boullit, une fois par jour.. des périodes de jeûnes de plusieurs jours.. et des prises de plantes très puissantes comme le tabac, l'ayahuasca et d'autres.. eh bien contrairement à ce qui "aurait du se passer" (chute des défenses due à un traitement rigoureux), mes T4 ont augmenté. Bien sûr, cela n'est pas à prendre au mot puisque dans le contexte général la tendance est plutôt à une baisse continue.. mais je suis persuadé que le caractère sacré ainsi qu'une hygiène spirituelle durant ces trois semaines (prières, exercices de visualisation..) ont vraiment pu jouer. Toujours est-il qu'au cours de mes expériences psychédéliques, qui étaient échappatoires, auto-destructrices etc, j'ai rencontré cette dimension sacrée. Et que ce voyage au Pérou était aussi l'occasion pour moi de trouver des guides qui puissent m'aider à replacer le Sacré à sa place. Je pense effectivement qu'à travers la consommation abusive de substances qu'on observe dans nos sociétés dites "modernes", les gens - et surtout les jeunes - cherchent à se reconnecter au Sacré - Energie Vitale -, et que les ponts qui existaient autrefois comme les rituels et les rites initiatiques, ont été remplacé par des postiches matériels (dont les drogues..) sans grande valeur.. d'où un véritable effet destructeur pour ceux qui ne trouvent pas leur chemin... Bref bref bref Tout cela est intéressant mais ça fait beaucoup, peut-être trop pour une fois (du moins pour moi!) et je commence à fatiguer.. A suivre donc et je prendrais le temps de répondre à ceux dont j'ai pu omettre les messages.. Quoi qu'il en soit merci encore pour vos réponses puis à bientôt, et j'espère poursuivre cette discussion! Bonne Nuit (ou Bonne Journée) à toutes et tous
  4. Boujour (ou plutôt bonsoir) Juste un petit message pour vous dire que j'ai lu (et que je relirais) attentivement vos réponses. Déjà pour vous remercier! Vous m'aidez à me guider dans cette pénombre et je me sens moins seul.. Je prendrais le temps de répondre plus en détail plus tard, car je suis à nouveau fatigué et vais aller me pieuter! Je dispose de peu de temps en ce moment et pas d'Internet chez moi donc il y a des délais.. enfin je prendrais le temps de répondre à hauteur de vos messages car il y a des choses intéressantes. De tte façon examen mardi à 9h00.. je vous tiendrais au courant. Encore merci et surtout, à bientôt
  5. Bonjour à tous J'ai déjà écris il y a plus d'un an sur le forum pour me présenter, à l'époque je trainais vers la haute amazonie péruvienne.. Depuis je suis rentré dans la jungle française. Je ne m'attarderai pas trop pour parler de mon évolution aujourd'hui car je sors de ma journée de formation de boulanger démarrée à 4 heures du mat' et je suis un peu fatigué! Simplement je suis un peu perdu et angoissé en ce moment car mes bilans (et mon état général) se sont bcp dégradé. J'ai découvert la dissidence et ce site il y a un an qd j'étais au Pérou, et je dois dire que j'ai toujours adhéré à cette (large) vision du VIH-SIDA, soit parce que ça m'arrange (problèmes d'acceptation) soit parce qu'effectivement je trouve que quelque chose ne tourne pas rond. Sûrement un peu des deux.. Au départ je faisais un peu le malin devant les médecins ou professionnels que je voyais. Je dois dire que jusque là j'ai fait des bilans très fréquemment et ça n'a peut-être pas joué en ma faveur (angoisse etc.). Je leurs citais des arguments lus par exemple dans ce livre intitulé "SIDA: Supercherie scientifique et Arnaque Humanitaire" de Jean-Claude ROUSSEZ, ou dans "Et si tout ce que tu croyais à propos du SIDA était faux?" de Christine MAGGIORE. La question de l'AZT, la méthode PCR inefficace selon son propre créateur.. Bref. Tout cela a été bien stérile je dois dire et je suis tjs surpris du fossé vacant qui existe entre ces études et ces arguments (crédibles ou pas??) pourtant bien concrets, et la réponse des médecins qui semblent ignorer ou dénigrer complètement ces arguments, avec cette réponse qui revient tout le temps (et quasi imparable): "Au début de l'épidémie, en 19.., on ne savait pas de quoi il s'agissait, les patients tombaient comme des mouches". Oui, après tout, s'il disent qu'ils l'ont vu de leurs yeux.. "aujourd'hui ce n'est plus pareil, il y a des traitements efficaces.." Bon . Le truc c'est que dans le cadre de l'orthodoxie et de la "SEcteCU", un médecin conventionné ne se risquera jamais à évoquer d'autres possibilités de traitement que ceux proposés (ou imposés..) par la science officielle. Pourtant je suis convaincu qu'ils existent.. Mais aussi, comment imaginer que ces médecins, qui ont bien du voir des gens mourir, aient pu se tromper à ce point?? Plus ça va, et plus il est difficile pour moi d'adhérer ou de comprendre ces questions soulevées par les dissidents. Pour en revenir à moi et à la raison de ce message ; après mon voyage au Pérou qui fut plutôt fructueux sur le plan du VIH (mais aussi sur bien d'autres), puisque après un traitement de plantes et une diète en Forêt (isolement et régime strict pendant une, deux ou trois semaines), mes T4 étaient passés de 250 à 300 (alors qu'ils avaient eu tendance à diminuer jusque là..). Après ce voyage, et jusque aujourd'hui, ma situation n'a cessé de se dégrader.. du moins sur le plan des bilans sanguins. Au 13 Novembre, on comptait 75 T4 et au 21 Décembre, plus que 21. Voilà ce qui m'inquiète aujourd'hui et la raison pour laquelle je souhaiterai demander conseil. Je dois sûrement être à 0 maintenant et selon les dernières analyses, tous les lymphocytes sont en forte baisse. Sans compter un taux d'hémoglobine à 9% (anémie sévère..), un état de fatigue général.. une fièvre constante le soir à 38°C minimum depuis plus d'un mois et une toux qui n'est pas forcément très soutenue mais qui dure depuis plusieurs mois, en ayant changé de forme et de couleur.. Bref. Je sors de l'hôpital pour examens (encore..), et mardi prochain lavage broncho-pulmonaire car le scanner montre bcp de ganglions au niveau des poumons, et des "tâches sombres".. Je me demande presque qu'est-ce que ce sera entre pneumocystose ou tuberculose.. Et je refuse tjs de prendre une tri, toujours convaincu que quelque chose ne tourne pas rond dans cette histoire. Cela dit depuis 2-3 semaines je prends du Ginkgo Biloba (j'ai lu sur ce forum qu'il pouvait aider à prévenir pneumocystose et toxoplasmose) + d'autres compléments genre oléocaps (origan et autres huiles), oligosol (cuivre-or-argent), vitamine C.. Je dois dire que je me sens un peu mieux mais.. qqchose ne tourne pas rond! Je suis assez angoissé et je me rends compte que je marche complètement dans ce cycle infernal, puisque je joue le jeu des examens fréquents, et des messages toujours plus inquiétants et alarmistes des médecins, qui ont finit par vraiment m'effrayer. Du genre, si je refuse un traitement je n'ai pas d'autre choix que de tomber malade.. Il se trouve qu'aujourd'hui, je dois bien admettre que mes défenses semblent avoir quasiment disparu (sur les analyses). Je ne peux pas nier qu'il y ait un phénomène d'auto-destruction qui se déroule chez moi, que je cherche peut-être, plus ou moins consciemment, à disparaître.. je ne m'étalerai pas trop sur ce sujet mais je trouve que Bamboo a une approche très intéressante et sûrement judicieuse de la question (mais je dois avouer que je n'ai pas tout lu). Bref bref je vous envoie plein d'infos pêle-mêle car ça fait un moment que je voulais prendre le temps d'écrire sur ce forum mais là je n'ai pas les idées très claires et surtout je me sens dans l'urgence face à ma situation.. donc veuillez excuser la confusion.. Je n'ai pas vraiment de question bien définie mais j'aurais aimé avoir l'avis de ce qui pourront prendre le temps de répondre.. J'ai le sentiment que ce site est le seul endroit où je pourrais trouver des interlocuteurs qui comprendront mon point de vue, mes questionnements.. J'aimerais tellement me dire que tout ça n'est qu'un gros bluff, mais aujourd'hui je crois que je suis bel et bien dans un mauvais état et ça je ne peux pas le nier. Mais, n'est-ce pas moi et moi seul qui en suis la cause??(est-ce dû au VIH, ou bien le problème vient-il d'une problématique plus générale?? ou les deux, bien sûr..). Ce fameux virus existe-t-il vraiment, oui ou non??? Ok je vais arrêter là pour l'instant, ceux qui auront lu jusque là déjà bravo J'espère obtenir le soutien ou l'aide, l'éclaircissement ou la lumière d'une ou d'autre personne.. Merci à celles et ceux qui lisent, et merci encore à celles et ceux qui auront le courage de répondre.. Sur ce je vous souhaite une bien agréable journée.. A+ Mayuko
  6. Hola! Wahouu Bamboo je suis impressionné et très reconnaissant de ta longue réponse. Tu dis beaucoup de choses qui semblent sincèrent, profondes et humbles (et cerise sur le gâteau, tu écris bien). Dignes d'un "vrai" guide spirituel! Je ne pourrais répondre à tout vu l'ampleur de ta réponse. Je vis actuellement dans un village voisin, suis de passage en ville et ne dispose pas de beaucoup de temps. Pour répondre à ta question, entre les 150000 et les 98000, outre les plantes qui ne sont effectivement qu'un support sur lequel je place l'énergie de mes espoirs, il y a eu un virage important dans mon état d'esprit et mes humeurs. J'ai fait un renoncement symbolique marqué par un rituel à pas mal de choses, dont les drogues, et de surcroît à mes dépendances. Ceci a eu lieu en juillet et j'ai compris depuis que ce n'est pas tant que ça ce à quoi j'ai renoncé qui compte, sinon la décision intrinsèque de CHOISIR et non plus subir mon état. Me sentir libre d'être et de devenir, même si en la matière j'ai encore beaucoup de boulot et de vieux "démons" à chasser. Encore une fois ta réponse très riche ne me permet pas de répondre à tout, et j'y penserai encore pendant quelques jours! Sache néanmoins que je rejoins tout à fais ton excellente analyse concernant nos croyances et leurs profondes perturbations ces derniers siècles. Me concernant, ce voyage initiatique au Pérou m'a (re)mis sur le rail de la conscience et de la spiritualité ; il me fait connaître et apprivoiser la foi qui existe en moi comme en chaque être, mais que je ne sentais pas et dont la manque se faisait tant ressentir. Il m'a permis de recoller, petit à petit, les morceaux fractionnés de ma conscience à travers mes différentes personnalités, qui se montraient chaque jour un peu plus le dos. Cette division de l'être intégral que nous subissons dès notre naissance, si forte dans nos société "modernes" (hemhem..), est selon moi un des facteurs qui engendre nombre de handicaps physique ou mentaux comme le VIH et le SIDA. J'apprends une chose qui me parle beaucoup ces jours-ci, et que tu cites : nous ne réalisons dans l'absolu aucune "bonne" ou "mauvaise" chose ; ces termes sont étiquetés selon une morale sociétale, culturelle, humaine. Tout ce que nous accomplissons, ne sont que des expériences. Et c'est le fruit de chaque expérience, qui selon chaque individu, nous fait avancer (ou reproduire sans cesse les mêmes erreurs, les mêmes situations). Et ce au rythme de nos vies. Personnellement, le "verdict" séropo=VIH=SIDA, bien plus que me plonger dans l'abîme du desespoir et de l'inconscience, m'a permis de remettre des tas de choses à plat. Il est certain pour moi aujourd'hui, que je me suis lancé un message clair quant à la façon de ré-orienter ma vie. J'ai du rompre avec des chaînes héritées depuis des générations, je brise la glace d'une incarnation qui semblait jouée d'avance. Comme dit l'adage, pour créer quelque chose de nouveau nous devons commencer par détruire ce qui ne nous est plus utile. Et ainsi tourne la Roue de la Vie. Voilà C'est incomplet mais je m'arrête là pour aujourd'hui, mon souffle d'inspiration n'est pas aussi puissant que le tient! je serais enchanté de poursuivre cette discussion prochainement. Je te remercie encore pour avoir pris le temps de formuler ta pensée à travers cette longue réponse ; je te remercie pour ton message et ton point de vue résolument optimiste. Je pense que c'est ce qui nous manque cruellement aujourd'hui, pour faire face aux aléas de la vie lorsque la situation nous est présentée comme "jouée d'avance". Concernant les drogues je partage aussi cet avis, qu'il existe mille manières de se "défoncer" et que ce ne sont pas les plus voyantes ou les interdites qui résultent être les plus néfastes. Je crois qu'il y a à ce sujet bien des apriori et des choses à remettre à plat. Mais cela "les" arrange-t-il vraiment? C'est un autre thème! Je crois qu'il est bon d'y méditer. Pour ma part, même si je n'ai pas toujours bien agit pour moi-même, je pense effectivement que c'est cette expérience qui me permet d'avancer et de ne pas m'arrêter aux idées reçues. Je ne regrette rien, et si c'était à refaire je le referais. Voilà Cette fois je vous laisse, à une prochaine Bamboo s'il y un moyen un jour de causer avec toi (peut-être autours d'un café?), j'en serais content.. d'ici là faudra que je pense à revenir un jour en France moi! A Bientôt, très bonne route à tous (même aux cons ;-p) Positivement, Mayukito
  7. Slt Merci pour vos réponses (décidément les gens se couchent encore tard en France ) Pour répondre rapidement Agrathor Oui je suis encore au Pérou mais je n'ai jamais entendu parler de cet hôpital.. je vais me renseigner mais je ne bougerai sans doute pas de la région où je me trouve avant mon retour (c'est grand qd même l'Amérique du Sud puis de tte façon je sais pas trop ce que j'y ferais puisque je me refuse pour le moment à prendre un traitement quelconque vu que je suis pas malade (à propos j'ai cru comprendre que les traitements actuels disent pouvoir rendre la charge virale indétectable.. si toutefois cela signifie qqch..) Jibrail j'ai pas tout pigé à ce que tu m'as dit c'est un peu technique mais non je dirais plutôt que mon état s'est à peu près stabilisé depuis que je prends CES PLANTES spécifiquement car j'en ai pris pas mal d'autres avant et inutile de demander la réaction chimique de chacune d'entre elle.. C'est surtout la charge virale qui a baissé (alors qu'elle semblait exploser) mais les T4 eux baissent doucement mais continuellement.. Ceci dit tu as raison je vais me renseigner un peu plus. Concernant Jergón Sacha c'est une plante très connue ici pour traiter le VIH (Certains disent s'être "guéris" avec cette plante (négativisé?..)) mais je ne sais pas comment elle agit.. plus d'info prochainement en tt cas merci pr les détails à propos de Uña de Gato. Cote d'azur Tu as certainement raison sur bien des points je vais me renseigner concernant le stress oxydant. J'ai de tte façon un passé suffisamment lourd autant sur le plan de la santé, que du moral et de mes comportements (je suis pas sur que l'excès d'exctasy, entre autres m'ait aidé..) pour que les causes d'un tel résultat soient multiples. Cependant je pense qu'il y a dans mon cas un sens bien profond à tout cela (message inconscient, déprime, auto-destruction, interdit de vivre..) que je dois mettre au clair. Mais tu as raison , cela passe par un changement radical de mode de vie, et un regard tourné résolument vers l'avenir (ce que j'arrive a faire petit a petit). Concernant ces symptômes c'est un point encore mystérieux pour moi. J'espère que tu as raison et qu'ils disparaitront d'eux-mêmes, sans que je m'en inquiète. Mais sache que même s'il est vrai que je "tripote" souvent ces ganglions et que j'y pense trop, ils sont bien présents que c'est là un message que me communique mon corps. A moi de trouver son sens. Merci en tt cas pour vos réponses, d'autres sont les bienvenus. A bientot Mayuko
  8. Hola Merci Aixur pr la validation du compte du coup j'ai mis un certain temps avant de poster mon message, pour disposer de mes derniers résultats d'analyse.. Voilà. J'ai apprit en juillet 2007 que j'étais séropositif. Choc, incompréhension. Tout le poids de l'abattage médiatique qu'on fait du VIH et du SIDA qui me tombe dessus. En fait, pas si étonné. J'ai appris cela au cours d'un contrôle de "routine", sur proposition de mon généraliste (que je consultais pour fatigue passagère et qui ne connaissait rien de ma vie). A l'époque je consommais bcp de choses. Je me défonçais bcp pour parler plus clairement. Pratiques à risque. Sexualité ambigüe, incertitudes. J'ai eu des rapports avec des hommes, un seul sans capote. Ça a été le "mauvais". Tout cela parût donc logique, presque prévisible. Il est vrai que cela faisait un moment que je craignais une séropositivité, sans toutefois y croire puisque "cela n'arrive qu'aux autres".. J'ai passé une période difficile. Ma copine de l'époque avec qui j'ai continué à avoir des rapports après ma "contamination" est ressortie négative.. "miraculeusement". Cet évènement a provoqué chez moi une profonde remise en question. J'ai décidé de voyager, suis parti au Pérou pour y suivre un traitement de désintoxication par les plantes et effectuer par la même occasion une recherche et un travail sur moi. Le médecin de ce centre m'a envoyé à l'époque des liens, grâce auxquels j'ai commencé à connaître la dissidence par rapport au VIH (dont on entend jamais parler dans les médias ), et ce site. Il m'a affirmé que lui-même, sans être expert, commençait à "douter de plus en plus" de la théorie officielle concernant le VIH. Au début je n'y ai pas compris grd chose. En abordant ce thème auprès de médecins en France, j'ai eu des réponses déjà connues du type " tu sais dès qu'on émet une théorie il y a toujours des dizaines de contre-théories et des gens pour contredire les scientifiques " ou "ce qu'affirme un tel est très grave (cf.: "Otra explicación al SIDA" por Dr. Heinrich Kremer), c'est comparable au négationnisme sur de l'existence des camps de concentration". Tout cela bien sûr sans aborder les questions centrales que pose le dilemme VIH-SIDA. Dans un premier temps je suis venu faire un travail personnel de nettoyage et de recherche personnelle, sans intention de guérir du VIH, puisque cela "n'est pas possible". J'espérais à la limite devenir négatif (charge virale indétectable). Mais plus que tout, je suis venu interroger la cause. L'origine de ce trouble chez moi, plus sur le plan bio-énergétique et émotionnel que physique. Soigner (et guérir) la cause et pas le symptôme. En effet, j'ai le sentiment que cette séropositivité était inscrite, prévisible, et que son origine va bien au-delà d'un comportement à risque, aussi avéré soit-il et qui est devenu automatiquement la justification de ce qui m'arrive. Je peux dire que j'ai pas mal avancé. Une des choses que j'ai la plus entendue et à laquelle je m'identifie personnellement (je ne prétends pas en faire une généralité) est un fond de déprime (qui est susceptible d'affecter le système immunitaire) et un trouble, une grande perte je dirais même de mon identité profonde. Avant mon départ, j'ai effectué deux examens ; un premier en juillet indiquait environ 420 CD4 et 10000 CV. En novembre, 450 CD4 et 9500 CV. Évolution "positive" selon mon médecin qui dit que mon corps se défend bien et que je n'aurais probablement pas besoin de traitement avant "plusieurs années". Le directeur du centre au Pérou m'affirme que le travail avec les plantes n'est pas incompatible avec le VIH puisqu'elles peuvent stimuler le système immunitaire. Je commence donc sereinement mon traitement en Janvier 2008. Juin 2008 ; je demande à faire un contrôle. Surprise : T4 à 335, et CV à 45000! je comprends pas, et commence à sérieusement remettre en question la parole du responsable du centre. Comment est-il possible qu'entre 07/2007 et 11/2007 ma situation se soit améliorée quand je menais un train de vie très instable (alimentation, drogues, rythmes, fatigue etc) , et qu'elle se soit à se point dégradée depuis 01/2008 et jusque juin alors que j'entame un rythme sain, activité, nourriture équilibrée, et surtout nettoyage corporel (purges entre autre..)? Lequel responsable me répond que mon corps réagit peut-être à un changement. Tout en m'expliquant que les tests de Charge Virale ne mesurent aucun virus mais uniquement des "morceaux" d'ARN, que les anticorps bas peuvent être un signe de bonne santé.. je n'y comprenais tjs pas grand chose mais décide de faire confiance et de poursuivre mon traitement. Au moment des résultats, le spécialiste que je consulte me recommande un traitement "préventif", expliquant que 335 de T4 c'est déjà bas. Je lui explique que je prends des plantes, et refuse. Parallèlement, on commence à me donner deux extraits de plantes à boire ts les jours, pour stimuler le système immunitaire. Il s'agit, selon l'appellation locale, de "Jergón Sacha" (Dracontium loretense), et de "Uña de Gato" ("Griffe du Chat" - uncaria tomentosis), toutes deux réputées pour leur action de puissante stimulation immunitaire et pour leur utilité dans les traitement du VIH, sans toutefois être spécifiques du virus ou du SIDA. Elles n'entraînent aucun effet secondaire et n'ont pas de contrainte au niveau de la prise, excepté une diète sans alcool, piment ni cochon (ce qui n'est pas plus mal..) Autre analyse en 09/2008 : CV à 150000 et T4 à 295! là on me dit que je dois commencer un traitement médicamenteux, et même le centre où je suis me recommande de rentrer en France, par crainte de "représailles.." (!!). Je refuse toujours. Je précise que je n'ai pas été malade une seule fois et que jusqu'à présent, malgré une fatigue passagère ou un rhume, je me porte très bien. Je continue à prendre ces plantes. Autres analyse en octobre, un mois plus tard : T4 tjs à 295, mais CV redescendue à 98000! je n'y comprends pas grd chose, tout en ayant confiance en prenant les plantes. Depuis, je suis sorti du centre mais me trouve tjs au Pérou. J'ai continué avec ce traitement naturel. Mes derniers résultats, que j'ai eu hier (d'où un petit peu de temps avt de publier Aixur ) soit deux mois après ceux de septembre indiquent CV 93000 et T4 286, soit sensiblement les mêmes. Parallèlement, je suis de plus en plus convaincu que l'origine de ce "trouble" est "énergétique" et qu'il était plus que prévisible. Je ne suis pas encore arrivé au terme de cette recherche personnelle, mais pense que je pourrais être surpris des suites de cette histoire.. Je lis depuis peu et doucement un livre intitulé "¿y si todo lo que crees acerca del SIDA fuera falso?" littéralement "et si tu ce que tu croies à propos du SIDA était faux?" (phrase qu'on retrouve sur le site sidasante.com) , traduit de l'anglais et écrit par Christine Maggiore. Petit bouquin assez simple d'accès pour un néophyte comme moi, et bourré de références scientifiques et autres remettant en cause la thèse officielle du VIH/SIDA. Je pense que certains d'entre vous connaissent déjà l'auteur et le livre, et que nombre des points qui y sont abordés sont repris sur ce site. En fait plus ça va et moins j'y comprends (certaines informations me demandent un certain temps d'intégration..). On continue à me dire que je dois commencer un traitement. Je refuse toujours, et ne suis pas malade. Mais que croire?? Je constate effectivement une étrange corrélation entre T4 et CV dans mes propres résultats. Ceci dit, à la vue de ce que j'apprends j'ai de plus en plus de mal à créditer ces analyses. Tests de charge virale non probants d'une infection par le VIH, virus non isolé, faux positifs! c'est quand même (trop) fort. Une chose qui m'a été répétée et que je reconnais chez moi est que la séropositivité est associée à un manque de foi énorme en la vie et en l'avenir (ce que je suis venu chercher et travailler ici..) J'ai l'espoir que je ne tomberai pas malade et que tout cela s'arrangera, malgré le coup énorme que provoque une telle nouvelle et cet espèce de prévision assenée comme un jugement fatal, que VIH=SIDA et que tôt ou tard un traitement est inévitable (pour une majorité des cas..). J'ai tout de même la crainte intérieure de me tromper ; je ne comprends pas ce que signifient mes résultats, et le fait que ces anticorps continuent à descendre.. est-ce irréversible? cela signifie-t-il que je tomberai malade tôt ou tard, ou au contraire que je suis en bonne santé?? (il me semble que quand les anticorps de sont pas très hauts, jusqu'à une certaine limite, c'est plutôt signe de bonne santé..). J'ai bien compris la corrélation officielle entre CV augmentant et T4 diminuant.. pour autant, que peut indiquer une chute brutale de ma CV (de 150000 à 98000 en un mois..) associée à une baisse lente des T4?? puis cette stabilisation?? Évidement, les médecins ici sont aussi renseignés et ouverts que chez nous.. on veut me faire gober des gélules en me disant que c'est pour mon bien, sans me dire ce que c'est ni les conséquences réelles qu'aurait un tel traitement sur mon corps! Et sans parler de l'industrie MAFIEUSE que j'alimente en prenant de tels traitements, et qui sincèrement me RÉPUGNE (je parle bien sûr de la pharmaceutique, deuxième mondiale après l'armement..). Je ne nie pas que ces médocs aident certaines personnes, ni que beaucoup sont malades ou morts de symptômes ou de maladies "opportunistes" ou auto-immunes. Je ne me cache pas que je pourrais moi-même être amené à en prendre, en cas de dernier recours et d'urgence si je tombais vraiment malade.. Mais je suis plus que surpris encore aujourd'hui du flou qui règne autours de cette histoire, du peu voir de la manipulation des informations qui parviennent au grand public, et du manque d'intérêt que la médecine "moderne" (hemhem...) porte à ces questions pourtant fondamentales.. J'ai du mal à croire que des systèmes entiers soient pourris au point de cacher un tel mensonge.. mais qu'en est-il vraiment? Ici en forêt amazonienne il existe beaucoup de médecines alternatives et de plantes sur lesquelles lorgnent les multinationales. Et beaucoup de guérisseurs qui affirment être capable de guérir le SIDA, sans parfois vraiment savoir de quoi il s'agit. Comme partout, certains abusent de la crédulité des gens (quoique la "foi" dans un traitement peu avoir des effets surprenants, mieux connus chez nous sous le nom d'effet "placébo") et peuvent même s'avérer dangereux. Mais d'autres sont réputés pour leur sérieux et leurs résultats probant, sans que cela ne parvienne toutefois aux oreilles de la médecine occidentale (qui sait bien sûr se faire sourde quand sa parole et sa prétention sont mises en doute). Par ailleurs, certains affirment qu'il serait dangereux pour eux que cela s'ébruite trop car il risqueraient tout simplement, de se faire tuer.. Bien sûr, il n'y a vraisemblablement à ce jour aucune étude ou preuve scientifique de ce qui est avancé (tout comme il n'y a officiellement personne qui guérit du VIH). Mais beaucoup concordent à dire une chose : que le SIDA est une arnaque, un déséquilibre énergétique utilisé comme prétexte pour justifier l'emploi d'une médecine plus que douteuse. Même à mon niveau, où je n'ai aucune certitude quant à cette maladie, je sais qu'il existe des alternatives aux traitements médicamenteux, qui sont simples mais trop méconnus (ou trop ignorés) par nos sociétés. Cela va du mode de vie à la prise d'aliments (ou de plantes dans mon cas) qui peuvent contribuer à fortifier le système immunitaire. Sans oublier l'absolue nécessité, de croire en un avenir meilleur ( ou un avenir tout court...). Si j'en arrive à écrire ce sujet c'est pour faire part de mon expérience (encore récente mais déjà bien garnie), mes aussi de mes doutes. Je me pose effectivement beaucoup de questions quant à l'exactitude de ce qu'on nous raconte. Mais je dois préciser que j'ai été très malade, peu de temps après mon "infection" supposée, et que les symptômes sont bien ceux décrits dans ce qu'on appelle la "primo-infection". Bien que cela soit paraît-il, vague et commun à beaucoup d'infections, je n'avais jamais connu un tel état : forte fièvre, douleurs dans les articulations et dans les os, le dos. Cela est comparable dit-on à une forte grippe. Mais les médicaments qui m'ont été prescrits à l'époque n'y ont rien fait. De plus j'ai depuis cette époque, des ganglions sous le cou et au niveau des cervicales. Ils ont parfois changé, plus ou moins dégonflé mais n'ont jamais disparu. C'est la présence de ces ganglions qui aurait mis mon généraliste sur la piste du VIH. Alors si, comme j'ai de plus en plus tendance à le penser, tout ce qu'on nous raconte à propos du SIDA est faux, que peuvent indiquer ces symptômes?? pourraient-ils être, éventuellement, ceux d'une autre maladie (genre sexuellement transmissible?) Il faut savoir qu'à l'époque de cette découverte, les analyses et le bilan général qu'on pratique à ce genre d'"occasion" n'ont rien révélé d'autre.. pas de mononucléose, pas d'hépatite, rien au niveau des analyses pratiquées habituellement.. qqch aurait-il pu y échapper, qui puisse expliquer cette réaction de mon corps?. Car honnêtement, ce qui m'amène aujourd'hui à me questionner (et t'interroger toi courageux lecteur, par la même occasion ) est bien la persistance de ces symptômes. Voilà, grosso modo mon expérience inachevée (heureusement), et mes interrogations.. Pour ceux qui auraient des questions ou des conseils, n'hésitez pas. C'est ce que je suis venu chercher. J'espère que ce témoignage servira un jour à faire réfléchir certains, ou éclairer d'autres. En vous remerciant d'avance pour toute votre attention, Positivement! Mayuko
  9. Hola Merci Aixur pr la validation du compte du coup j'ai mis un certain temps avant de poster mon message, pour disposer de mes derniers résultats d'analyse.. Voilà. J'ai apprit en juillet 2007 que j'étais séropositif. Choc, incompréhension. Tout le poids de l'abattage médiatique qu'on fait du VIH et du SIDA qui me tombe dessus. En fait, pas si étonné. J'ai appris cela au cours d'un contrôle de "routine", sur proposition de mon généraliste (que je consultais pour fatigue passagère et qui ne connaissait rien de ma vie). A l'époque je consommais bcp de choses. Je me défonçais bcp pour parler plus clairement. Pratiques à risque. Sexualité ambigüe, incertitudes. J'ai eu des rapports avec des hommes, un seul sans capote. Ça a été le "mauvais". Tout cela parût donc logique, presque prévisible. Il est vrai que cela faisait un moment que je craignais une séropositivité, sans toutefois y croire puisque "cela n'arrive qu'aux autres".. J'ai passé une période difficile. Ma copine de l'époque avec qui j'ai continué à avoir des rapports après ma "contamination" est ressortie négative.. "miraculeusement". Cet évènement a provoqué chez moi une profonde remise en question. J'ai décidé de voyager, suis parti au Pérou pour y suivre un traitement de désintoxication par les plantes et effectuer par la même occasion une recherche et un travail sur moi. Le médecin de ce centre m'a envoyé à l'époque des liens, grâce auxquels j'ai commencé à connaître la dissidence par rapport au VIH (dont on entend jamais parler dans les médias ), et ce site. Il m'a affirmé que lui-même, sans être expert, commençait à "douter de plus en plus" de la théorie officielle concernant le VIH. Au début je n'y ai pas compris grd chose. En abordant ce thème auprès de médecins en France, j'ai eu des réponses déjà connues du type " tu sais dès qu'on émet une théorie il y a toujours des dizaines de contre-théories et des gens pour contredire les scientifiques " ou "ce qu'affirme un tel est très grave (cf.: "Otra explicación al SIDA" por Dr. Heinrich Kremer), c'est comparable au négationnisme sur de l'existence des camps de concentration". Tout cela bien sûr sans aborder les questions centrales que pose le dilemme VIH-SIDA. Dans un premier temps je suis venu faire un travail personnel de nettoyage et de recherche personnelle, sans intention de guérir du VIH, puisque cela "n'est pas possible". J'espérais à la limite devenir négatif (charge virale indétectable). Mais plus que tout, je suis venu interroger la cause. L'origine de ce trouble chez moi, plus sur le plan bio-énergétique et émotionnel que physique. Soigner (et guérir) la cause et pas le symptôme. En effet, j'ai le sentiment que cette séropositivité était inscrite, prévisible, et que son origine va bien au-delà d'un comportement à risque, aussi avéré soit-il et qui est devenu automatiquement la justification de ce qui m'arrive. Je peux dire que j'ai pas mal avancé. Une des choses que j'ai la plus entendue et à laquelle je m'identifie personnellement (je ne prétends pas en faire une généralité) est un fond de déprime (qui est susceptible d'affecter le système immunitaire) et un trouble, une grande perte je dirais même de mon identité profonde. Avant mon départ, j'ai effectué deux examens ; un premier en juillet indiquait environ 420 CD4 et 10000 CV. En novembre, 450 CD4 et 9500 CV. Évolution "positive" selon mon médecin qui dit que mon corps se défend bien et que je n'aurais probablement pas besoin de traitement avant "plusieurs années". Le directeur du centre au Pérou m'affirme que le travail avec les plantes n'est pas incompatible avec ñe VIH puisqu'elles peuvent stimuler le système immunitaire. Je commence donc sereinement mon traitement en Janvier 2008. Juin 2008 ; je demande à faire un contrôle. Surprise : T4 à 335, et CV à 45000! je comprends pas, et commence à sérieusement remettre en question la parole du responsable du centre. Comment est-il possible qu'entre 07/2007 et 11/2007 ma situation se soit améliorée quand je menais un train de vie très instable (alimentation, drogues, rythmes, fatigue etc) , et qu'elle se soit à se point dégradée depuis 01/2008 et jusque juin alors que j'entame un rythme sain, activité, nourriture équilibrée, et surtout nettoyage corporel (purges entre autre..)? Lequel responsable me répond que mon corps réagit peut-être à un changement. Tout en m'expliquant que les tests de Charge Virale de mesurent aucun virus mais uniquement des "morceaux" d'ARN, que les anticorps bas peuvent être un signe de bonne santé.. je n'y comprenais tjs pas grand chose mais décide de faire confiance et de poursuivre mon traitement. Au moment des résultats, le spécialiste que je consulte me recommande un traitement "préventif", expliquant que 335 de T4 c'est déjà bas. Je lui explique que je prends des plantes, et refuse. Parallèlement, on commence à me donner deux extraits de plantes à boire ts les jours, pour stimuler le système immunitaire. Il s'agit, selon l'appellation locale, de "Jergón Sacha" (Dracontium loretense), et de "Uña de Gato" ("Griffe du Chat" - uncaria tomentosis), toutes deux réputées pour leur action de puissante stimulation immunitaire et pour leur utilité dans les traitement du VIH, sans toutefois être spécifiques du virus ou di SIDA. Elles n'entraînent aucun effet secondaire et n'ont pas de contrainte au niveau de la prise, excepté une diète sans alcool, piment ni cochon (ce qui n'est pas plus mal..) Autre analyse en 09/2008 : CV à 150000 et T4 à 295! là on me dit que je dois commencer un traitement médicamenteux, et même le centre où je suis me recommande de rentrer en France, par crainte de "représailles.." (!!). Je refuse toujours. Je précise que je n'ai pas été malade une seule fois et que jusqu'à présent, malgré une fatigue passagère ou un rhume, je me porte très bien. Je continue à prendre ces plantes. Autres analyse en octobre, un mois plus tard : T4 tjs à 295, mais CV redescendue à 98000! je n'y comprends pas grd chose, tout en ayant confiance en prenant les plantes. Depuis, je suis sorti du centre mais me trouve tjs au Pérou. J'ai continué avec ce traitement naturel. Mes derniers résultats, que j'ai eu hier (d'où un petit peu de temps avt de publier Aixur ) soit deux mois après ceux de septembre indiquent CV 93000 et T4 286, soit sensiblement les mêmes. Parallèlement, je suis de plus en plus convaincu que l'origine de ce "trouble" est "énergétique" et qu'il était plus que prévisible. Je ne suis pas encore arrivé au terme de cette recherche personnelle, mais pense que je pourrais être surpris des suites de cette histoire.. Je lis depuis peu et doucement un livre intitulé "¿y si todo lo que crees acerca del SIDA fuera falso?" littéralement "et si tu ce que tu croies à propos du SIDA était faux?" (phrase qu'on retrouve sur le site sidasante.com , traduit de l'anglais et écrit par Christine Maggiore. Petit bouquin assez simple d'accès pour un néophyte comme moi, et bourré de références scientifiques et autres remettant en cause la thèse officielle du VIH/SIDA. Je pense que certains d'entre vous connaissent déjà l'auteur et le livre, et que nombre des points qui y sont abordés sont repris sur ce site. En fait plus ça va et moins j'y comprends (certaines informations me demandent un certain temps d'intégration..). On continue à me dire que je dois commencer un traitement. Je refuse toujours, et ne suis pas malade. Je constate effectivement une étrange corrélation entre T4 et CV dans mes propres résultats. Ceci dit, à la vue de ce que j'apprends j'ai de plus en plus de mal à créditer ces analyses. Tests de charge virale non probants d'une infection par le VIH! c'est quand même (trop) fort. Une chose qui m'a été répétée et que je reconnais chez moi est que la séropositivité est associée à un manque de foi énorme en la vie et en l'avenir (ce que je suis venu chercher et travailler ici..) J'ai l'intuition que je ne tomberai pas malade et que tout cela s'arrangera, malgré le coup énorme que provoque une telle nouvelle et cet espèce de prévision assenée comme un jugement fatal, que VIH=SIDA et que tôt ou tard un traitement est inévitable (pour une majorité des cas..). J'ai tout de même une crainte intérieure de me tromper ; je ne comprends pas ce que signifient mes résultats, et le fait que ces anticorps continuent à descendre.. est-ce irréversible? cela signifie-t-il que je tomberai malade tôt ou tard, ou au contraire que je suis en bonne santé?? (il me semble que quand les anticorps de sont pas très hauts, jusqu'à une certaine limite, c'est plutôt signe de bonne santé..). J'ai bien compris la corrélation officielle entre CV augmentant et T4 diminuant.. pour autant, que peut indiquer une chute brutale de ma CV (de 150000 à 980000 en un mois..) associée à une baisse lente des T4?? puis cette stabilisation?? Évidement, les médecins ici sont aussi renseignés et ouverts que chez nous.. on veut me faire gober des gélules en me disant que c'est pour mon bien, sans me dire ce que c'est ni les conséquences réelles qu'aurait un tel traitement sur mon corps! Et sans parler de l'industrie MAFIEUSE que j'alimente en prenant de tels traitements, et qui sincèrement me RÉPUGNE (je parle bien sûr de la pharmaceutique, deuxième mondiale après l'armement..). Je ne nie pas que ces médocs aident certaines personnes, ni que beaucoup sont malades ou morts de symptômes ou de maladies "opportunistes" ou auto-immunes. Je ne me cache pas que je pourrais moi-même être amené à en prendre, en cas de dernier recours et d'urgence si je tombais vraiment malade.. Mais je suis plus que surpris encore aujourd'hui du flou qui règne autours de cette histoire, du peu voir de la manipulation des informations qui parviennent au grand public, et du manque d'intérêt que la médecine "moderne" (hemhem...) porte à ces questions pourtant fondamentales.. J'ai du mal à croire que des systèmes entiers soient pourris au point de cacher un tel mensonge.. mais qu'en est-il vraiment? Ici en forêt amazonienne il existe beaucoup de médecines alternatives et de plantes sur lesquelles lorgnent les multinationales. Et beaucoup de guérisseurs qui affirment être capable de guérir le SIDA, sans parfois vraiment savoir de quoi il s'agit. Comme partout, certains abusent de la crédulité des gens (quoique la "foi" dans un traitement peu avoir des effets surprenants, mieux connue chez nous sous le nom d'effet "placébo") et peuvent même s'avérer dangereux. Mais d'autres sont réputés pour leur sérieux et leurs résultats probant, sans que cela ne parvienne toutefois aux oreilles de la médecine occidentale (qui sait bien sûr se faire sourde quand sa parole et sa prétention sont mises en doute). Par ailleurs, certains affirment qu'il serait dangereux pour eux que cela ne s'ébruite trop car il risqueraient tout simplement, de se faire tuer.. Bien sûr, il n'y a vraisemblablement à ce jour aucune étude ou preuve scientifique de ce qui est avancé (tout comme il n'y a officiellement personne qui guérit du VIH). Mais beaucoup concordent à dire une chose : que le SIDA est une arnaque, un déséquilibre énergétique utilisé comme prétexte pour justifier l'emploi d'une médecine plus que douteuse. Même à mon niveau, où je n'ai aucune certitude quant à cette maladie, je sais qu'il existe des alternatives aux traitements médicamenteux, qui sont simples mais trop méconnus (ou trop ignorés) par nos sociétés. Cela va du mode de vie à la prise d'aliments (ou de plantes dans mon cas) qui peuvent contribuer à fortifier le système immunitaire. Sans oublier l'absolue nécessité, de croire en un avenir meilleur ( ou un avenir tout court...).
×
×
  • Créer...