Aller au contenu
forum sidasante

cobra

Membres
  • Compteur de contenus

    27
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de cobra

  • Rang
    Confirmé
  • Date de naissance 30/11/1975

Profile Information

  • Location
    lorraine
  • Interests
    écriture, sport
  1. bonjour, wallypat, je souhaitais te contacter par message privée mais apparemment ça ne marche pas (un message d'erreur apparait). Une question, au sujet de ce topic qui démolie complètement la théorie virale du sida ( http://www.sidasante.com/forum/index.php?s...20entry268170 ). Ton post date de plusieurs année et je voudrais savoir s'il est toujours parfaitement correct. A savoir qu'aucun des quatre points, dans leur intégralité, n'a été, même dans une faible mesure, contre argumenté par des expériences ou des découvertes orthodoxes. En fait, je me sers beaucoup de ce topic pour faire passer le mouvement dissident autour de moi, et je veux être sur de ne pas faire circuler des arguments obsolètes. Bien à toi. Si quelqu'un d'autre que wallypat veut répondre, il le peut bien évidemment.
  2. Le 15 mai 2009, Le Conseil d'Etat a levé l'interdiction des poppers, obtenue par le Premier ministre en novembre 2007. Le principal distributeur du flacon qui vasodilate en France, Men's Club, et le fabriquant du liquide, FCC, ont obtenu gain de cause après le recours qu'ils avaient déposé. Le Conseil d'Etat a jugé que «le Premier ministre a adopté une mesure excessive et disproportionnée au regard des risques que représente la commercialisation de ce produit pour la santé et la sécurité des consommateurs». je m'excuse de placer ce message ici, mais je ne savais pas où le mettre, je ne pense pas que cette nouvelle ait déjà été annoncé sur le forum. Mais je pensais que le poppers était dangereux... ???
  3. cobra

    Un peu de presse!

    Montagnier, directeur de recherche émérite au CNRS, ont reçu tous les deux ¼ du prix Nobel de médecine pour leurs recherches sur le virus du sida depuis 15 ans, ainsi que le chercheur allemand Harald Zur Hausen pour ses travaux sur les papillomavirus qui a recu la moitié du prix Nobel de médecine. Ce prix Nobel de médecine récompense donc deux chercheurs français mondialement reconnus, qui ont permis des avancées considérables dans la lutte contre le virus du sida, une maladie encore inconnue il y a une vingtaine d’années. Grâce à leurs découvertes, il a été possible de développer rapidement une panoplie de thérapies, donnant de nombreux espoirs aux malades atteints du sida. http://www.actualites-news-environnement.c...l-medecine.html Même le comité, que je pensais pourtant intègre, cède à l'orthodoxie du sida. J'ai entendu sur France 3, un médecin dire que Montagnier méritait largement cette récompense puisqu'il était le premier homme à avoir "isolé" le virus du sida... Et tout le monde sur le plateau buvait ses paroles...
  4. je posais la question dans la mesure où je voudrais savoir l'ampleur de l'épidémie qui a focalisé toute l'attention du monde entier... de quel ordre s'agissait-il ? de la dizaine, de la cinquantaine, de la centaine, voire de milliers ???
  5. dans le ying yang du sida, il ne précise pas combien combien d'homosexuels ont succombé durant la grande épidémie aux états unis au début des années 80. quel est-il ??
  6. aixur pour rebondir sur ton idée comme quoi tous les anticorps sont totalement non spécifiques, brrrr en plus d'être un dissident tu es un subversif de premier ordre. Ton idée me fait froid dans le dos, mais ça parait kan même énorme !!! pour le vérifier alors si je plonge n'importe quel anticorps dans un bain d'antigènes, il va réagir avec... quelque soit l'antigène et quelque soit l'anticorps les deux se collent et réagissent. Cheminot que penses-tu de cette théorie??????
  7. euh oui... tu as raison. effectivement mais la phrase est tout de même très alambiqué...
  8. merci de vos réponses mais aucun des deux n'a en fait répondu à ma question. Voilà j'ai fait des recherches et j'ai trouvé : GOLD STANDARD: dites plutôt "la règle d'or" que "l'étalon or", qui serait trop calqué sur l'expression idiomatique anglaise. En terminologie médicale, "the gold standard", c'est souvent "une thérapie indiscutée", "une technique de référence". Je pense que c'est ça en fait le principe. Pour déterminer si un anticorps est spécifique ou pas : on teste des gens, apparemment non contaminé. Si un anticorps réagit ou plusieurs anti-corps réagissent alors, on va utiliser l'étalon ou plutôt la règle d'or pour savoir s'il est (ou ils sont) spécifique(s). En l'occurence : l'isolation de l'agent pathogène à partir du plasma. Lorsqu'un anticorps ne réagit que lorsqu'il y a bien et uniquement présence du virus : alors il est considéré spécifique. cheminot c'est juste ou pas ???? Bon allez ça m'a donné faim tout ça, quand je réfléchie trop j'ai la fringale, je pourrais manger un steak de cheval, j'ai les talons dans l'estomac. (dsl j'ai pas pu m'en empêcher)
  9. question d'ordre technique pour aixur... d'après le lien http://www.sidasante.com/science/scielen1.htm EPE: Personne n'a la preuve que ce soit des anticorps anti-VIH. C'est ce que mes collègues et moi nous efforçons de rappeler depuis tant d'années. La seule manière de savoir serait de les comparer au virus isolé. C'est une expérience connue sous le nom d'étalonnage de base. Elle consiste à prendre l'isolation du virus comme référence, comme moyen totalement indépendant de déterminer si les anticorps sont réellement et uniquement dirigés contre le VIH. Imaginez que le VIH soit l'arbitre. Si des anticorps lui sont spécifiques, ils se révéleront en réagissant en sa présence seulement. Rien n'est plus simple. Mais il y a pourtant un hic, que vous ne réalisez peut-être pas. Que se passe-t-il si, en plus des anticorps spécifiques, il y a aussi des anticorps non-spécifiques? CJ: J'ai peur que le lecteur ne commence à s'embrouiller. Pourriez-vous entrer un peu plus dans les détails? EPE: Très bien. Le problème, quand on utilise les anticorps, c'est qu'il peut y en avoir de deux sortes: Les spécifiques, produits par le VIH et lui seul; ils réagissent avec le VIH et rien d'autre. Les non-spécifiques, produits par d'autres agents ou stimuli, qui réagissent avec ces agents, bien sur, mis qui vont réagir aussi avec le VIH. Dans ce cas, quand vous mettrez une goutte de sérum dans une culture ou dans un test et que vous aurez une réaction, comment saurez-vous à quelle sorte d'anticorps est due la réaction? En fait, il y a trois cas de figure: tous les anticorps sont spécifiques, tous sont non-spécifiques, ou alors ils sont mélangés. Tout ce que vous constatez, c'est la réaction. Quelque chose qui change de couleur. C'est tout. Alors, comment décider? C'est simple: vous allez tester toute une panoplie de gens: des malades qui ont le SIDA, des malades qui n'ont pas le SIDA, des bien portants. Au cours de la même expérience, au même moment, vous prenez le VIH comme arbitre pour juger du type d'anticorps. Si des anticorps se manifestent quand il n'y a pas de VIH, c'est qu'ils sont non-spécifiques. j'ai fait une terminale scientifique, en conséquence j'ai quelque notion de base d'immunologie et comme je suis un homme curieux, il y des choses que j'ai du mal à saisir avec cette histoire d'étalonnage. je recopie : Anticorps ou immunoglobuline : protéines produites par des cellules du système immunitaire, les lymphocytes B, en réponse à leur activation par des substances spécifiques (les antigènes) « étrangères » à l’organisme ou « reconnues comme étrangères ». Les anticorps se fixent sur les antigènes correspondants, rendant ainsi plus aisée leur destruction par le système immunitaire. Ce sont, en temps normal, les « soldats » qui nous protègent contre les infections à virus, bactéries ou parasites. Antigènes : substances « étrangères » à l’organisme ou « reconnues comme étrangères » par le système immunitaire. Les antigènes sont les bactéries, virus, parasites ou substances chimiques. En ce qui me concerne en terminale, on appelait les antigènes les protéines qui se trouvaient sur la membrane de la cellule "non soi", constituant en quelque sorte la carte d'identité des virus, microbes, etc.. alors voilà dans la phrase, quelque chose me chiffonne : Très bien. Le problème, quand on utilise les anticorps, c'est qu'il peut y en avoir de deux sortes : Les spécifiques, produits par le VIH et lui seul ; ils réagissent avec le VIH et rien d'autre. Les spécifiques, produits par le VIH et lui seul; ils réagissent avec le VIH et rien d'autre. Les non-spécifiques, produits par d'autres agents ou stimuli, qui réagissent avec ces agents, bien sur, mis qui vont réagir aussi avec le VIH. De deux chose l'une : 1 Soit : il faut plutôt utiliser le verbe induire ou provoqué à la place de produire. On est bien d'accord les anticorps sont produits par les lymphocytes, et dirigé contre le VIH. Je ne cherche pas à jouer sur les mots mais à être sûr que j'ai bien compris la procédure. 2 Soit on s'est planté dans la traduction, Eleni parle d'antigènes et non d'anticorps. Ensuite je ne saisie pas concrètement comment on s'y prend pour savoir si ces anticorps (ou antigènes ) sont spécifiques. D'abord quand on les teste ces antigènes/anticorps, on les teste tous en même temps mélangé ou alors on les sépare tous les uns des autres. Ainsi on teste du sérum ne contenant que l'anticorps A (l'antigène A). Puis ensuite celui ne contenant que l'anticorps B (l'antigène B). Pour moi c'est logique qu'on les sépare, parce que sinon c'est un sac de noeud pour savoir lequel a provoqué la réaction. Ensuite concrètement je sais pas comment marche cette histoire d'étalonnage avec le VIH purifié. J'ai un anticorps/antigène du plasma qui réagit sur un patient. Comment utiliser l'étalon or pour déterminer la spécificité ? HELP !!!!!!!! Aixur éclaire-moi de tes lumières !!!
  10. mince je me suis trompé, en Afrique c'est de manière moins spécifique, bien entendu... veuillez m'excusez....
  11. ATTAQUE D'UN ORTHODOXE IMAGINAIRE Mr Wallypat, Aixur et Cheminot, je ne peux que m'élever contre votre site qui n'est que mensonge, manipulation et désinformation. Aujourd'hui il a été prouvé le rôle du VIH dans le $ida, et plus aucun scientifique digne de ce nom (digne de ce nom = qui tient à ses budgets de recherche) ne met en doute son implication dans cette terrible maladie qui fait des ravages dans le monde, touchant indifféremment hommes et femmes, enfants et vieillards (mais quand même de façon plus spécifique en Afrique). Nier cette évidence et en particulier, que le $ida n'est pas sexuellement transmissible est parfaitement scandaleux... Car c'est favoriser la transmission en incitant à ne pas utiliser les préservatifs ; dont l'utilisation a endigué la transmission du virus, je vous rappelle la démonstration sans équivoque de Candide... alors moi, je vous pose la question suivante, si le $ida n'est pas une maladie d'origine virale, induit par ce fléau (venu d'Afrique et transmis à l'homme par un chimpanzés par une méthode que je ne souhaite même pas connaitre), comment expliquez vous qu'un africain, touché par le sida provoqué par la malnutrition d'après votre théorie, puisse développer le même anti corps spécifique qu'un homosexuelle utilisant les poppers, développant un sida provoqué par les drogues d'après votre théorie ??? Alors qu'avez-vous à répondre à cela ??? Signé : un orthodoxe convaincu et fier de l'être. ps : c'est dur de se mettre dans la peau d'un orthodoxe.
  12. je crois que personne n'a jamais abordé le sujet, mais si le vih n'existe pas, alors l'affaire du sang contaminé c'est du pipeau. en Fabius et Dufoix sont blanc comme neige ??
  13. dans ce topic, http://www.onnouscachetout.com/forum/index...00entry180277 la transmission de la sérépo ne touche que les homos ou les hétéros aussi. Si ça concerne les hétéros aussi, autrement dit via la salive et les fluides sexuelles , on est contaminé par des protéines qui feront réagir les tests positifs, c'est bien cela ?
  14. je reformule ma question : comment sont obtenus ces chiffres, si le sida n'est pas une mst, alors le principe sous-jacent qui permet d'obtenir ces estimations de probabilité de risque est biaisé.
  15. bon je continue le jeu des questions : sur quoi repose les chiffres avancés par l'orthodoxie du sida relatif aux probabilités de transmission du "virus", selon les conditions de pénétration anal ou vaginal, inséminateur ou inséminé, sexe oral, etc etc etc... ???
×
×
  • Créer...