Aller au contenu
forum sidasante

brume de l'abro

Membres
  • Compteur de contenus

    319
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par brume de l'abro


  1. Bonjour Survivor,

    Quelqu'un (Jonathan, de resistanceisfruitful) m'a demandé un aperçu en anglais des info's sur/de Leibowitz. En attendant de me faire moi-même une idée plus précise que je pourrai lui envoyer, j'en ai profité pour lui envoyer le lien vers le condensé de tes démarches & résultats, comme quoi ça peut servir.

    J'ai une question : j'ai cru comprendre que t'avais essayé de contacter Leibowitz mais qu'il t'a envoyé paître. C'est bien ça (en gros) ? Il n'était pas intéressé ?

    Et question subsidiaire : tu écris/lis un peu l'anglais ou pas du tout ?

    Merci d'avance.


  2. J'imagine à quel point ça doit être démoralisant de ne pas, ou à peine, être entendu...

    En cherchant un peu sur des mots clé de cette question, je suis tombée sur un sondage qui semble assez frais, du 3/2/14 si la date s'affiche bien, sur l'allègement de traitement "auto-prescrit", on pourrait dire. Presque 50%. Sans doute que ça va de l'oublie d'une dose occasionnelle à apparemment une fenêtre thérapeutique qui a durée de 2004 à 2011 (en accord avec un médecin, par contre, pas auto-prescrit), comme en témoigne un des commentateurs/trices.

    http://www.seronet.info/sondage/au-cours-des-12-derniers-mois-jai-deja-pratique-lallegement-de-mon-traitement-arv-65652

    Je devrais peut-être préciser que je ne suis moi-même plus dissidente bon-teint, trop de doutes et surtout trop d'irritation voire colère envers certains dissidents sur la scène internationale. Par contre, je garde toujours mes questions et mon questionnement.


  3. Dans ce cadre, ce serait peut-être une idée d'ouvrir un nouveau chapitre, dédié aux résumés des expériences que certaines personnes font depuis un temps significatif.
    Par exemple directement sous "Informations Générales", pour que ça saute bien aux yeux dès qu'on ouvre la page du forum, et qu'on n'ait pas à fouiller trop dans les profondeurs du forum pour y dénicher ces infos clé. Avec un titre genre "expériences traitement en cours" ou "résumés d'expériences traitement, destinés aux lecteurs extérieurs au forum"... Puis que ceux qui font réellement des expériences avec des réductions de médocs, avec des plantes ou avec quoi que ce soit, mais avec un suivi qui mérite ce nom, y ont une page "sujet" par personne, où ils redonnent de manière aussi claire et condensée que possible un aperçu de leurs démarches et des résultats que ça donne. Il faudrait que cette page "sujet" reste vraiment sous la rédaction de la personne en question, et soit mise à jour quand il y a du nouveau, pour qu'il n'y ait que l'essentiel.

    Un hypothétique journaliste ou médecin intéressé qui s'aventurerait sur ce forum n'aurait qu'à cliquer 2 ou 3 fois pour avoir ces informations clé sur par exemple les expériences respectives de Survivor, Yacre, Illusion...
    Ca permettrait aussi d'envoyer un lien précis à des personnes non-familières avec le forum (un médecin, un journaliste...), qu'on voudrait alerter sur telle ou telle approche.

    Car retrouver ces infos, par la force des choses éparpillées à travers le forum, n'est pas simple. Et en passant on peut certes tomber sur des choses intéressantes mais aussi sur des âneries. Ce sont des éléments qui pourraient décourager, certainement ceux qui seraient déjà sceptiques ou hostiles, comme des médecins ou la plupart des journalistes risquent de l'être. S'il y a un accès rapide et simple à ces infos, ils pourraient malgré tout lire le plus important et se sentir, peut-être, interpellés.

    Voilà, mes deux sous.


  4. vois par exemple : http://fr.wikipedia.org/wiki/Millepertuis_perfor%C3%A9

    "De nombreuses interactions médicamenteuses sont répertoriées pour le millepertuis11. Déconseillé avec d'autres antidépresseurs (risque d'apparition d'un syndrome sérotoninergique), la plante est contre-indiquée pour certains médicaments métabolisés par l'une des principales isoenzymes des cytochromes P450 (CYP3A4). Ainsi, la plante est à proscrire en cas de traitements par :

    • Médicaments anticoagulants oraux ;
    • ciclosporine (immunosupresseur) ;
    • tacrolimus, sirolimus ;
    • antirétroviraux inhibiteurs de protéases (anti VIH) ;
    • Inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (anti VIH) ;
    • irinotécan (anticancéreux) ;
    • Anticonvulsivants (carbamazépine, éthosuximide, felbamate, fosphénytoïne, lamotrigine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, tiagabine, topiramate, acide valproïque, valpromide), sauf gabapentine et vigabatrine."

    Mais je n'ai pas d'actions dans le non-millepertuis :wink:

    Pour la déprime, vitD...? On a presque tou(te)s des taux beaucoup trop bas. Ca joue sur plein de tableaux santé. ZymaD coûte même pas 3 euro à la pharmacie, avec ou sans ordonnance, gobable même pour les végétariens, dont je suis aussi. Tuyau fourni par un vih-questionnant non-forumisé. On peut prendre le nombre de gouttes en fonction du taux mesuré ou selon l'inspiration, j'en prends 35, 20 jours par mois. Dans la semaine je saurai ce que ça donne comme taux sanguin (pour moi). Omega 3 et chlorella, pas mal aussi, pour bien d'autres choses aussi.


  5. Bonjour,

    j'ai suivi ce fil avec grand intérêt... Je ferai un autre jour part de mes aventures depuis mon dernier coucou ici. Je voulais juste dire que mon ami est sous traitement kivexa norvir (double dose) et prezista. Depuis environ 3 ans (après une année d'arrêt, puis d'autres médocs avant, en tout 9 ou 10 ans si je ne me trompe). Il n'a pas de problème de plaquettes (sauf pour sa bagnole, mais c'est un autre histoire). Tout au début on lui a filé aussi du bactrim, à peine une semaine, le temps de se rendre compte qu'il y était hautement allergique. Ils ont remplacé ce traitement par autre chose (disulone et un autre truc, je ne sais plus quoi). Juste pour te dire qu'ils ont d'autres options que le bactrim, s'ils veulent bien.

    Autre chose, et la raison pour laquelle je passe le cap de remontrer mon pseudo ici) est que le millepertuis n'est vraiment pas indiqué quand on suit un traitement hiv (et bien d'autres traitements), notamment parce que ça influe sur le cytochrome P450, ce qui peut augmenter la quantité de médocs dans le sang. Cherche sur les mots clés, tu décideras toi-même... (évidemment :wink:. Cela vaut aussi pour le pamplemousse (et extraits de pépins).

    Il y a quelques années on avait demandé au virologue qui suit mon ami ce qu'il pouvait prendre ou non, de toute une liste qui venait en bonne partie de ce forum. Réponse : ok pour tout, à l'exception expresse de millepertuis et pamplemousse.

    Sinon, j'ose espérer que ta thrombopénie est le résultat du bactrim, et que tes plaquettes remonteront à un taux normal après arrêt du bactrim ! Bon courage et bonne chance.


  6. Je ne me suis pas manifestée sur ce fil, mais je veux aussi te souhaiter bon courage avec ce problème douloureux. Je m'alignerai sur ce que Jardinier et Jibrail viennent de dire. Tant que la situation est aussi délicate, tu ne peux rien faire. Après, tu pourras compenser avec une alimentation adéquate etc

    Quand à la question du "pourquoi", pas de réponse, mais je me suis demandée si le fait que c'était ta troisième grossesse (ou j'ai mal compris ?) peut jouer un rôle ? Un peu comme le problème qu'il peut y avoir avec rhésus positif/négatif. Enfin, juste une pensée.

    Sinon De Harven a raison que la plupart des bébés nés positifs, surtout en Europe, il paraît* - ne me demande pas pourquoi - seront négatifs à 18 mois.

    *Lu hier dans http://www.shaykhabd...DS_Question.pdf mais je n'ai pas tout lu... C'est une "compilation" on pourrait dire (je m'avance, car je n'ai donc pas tout lu), aussi beaucoup de thèses dissidentes, mais ça date de 2001. Les chiffres ont pu changer.

    "Vertical transmission is the most common route of HIV infection in children. European

    studies suggest that 15% of babies born to HIV-infected mothers are likely to develop

    AIDS, in the USA and Africa the rates of mother-to-child transmission are up to 40%. "

    Quoi qu'il en soit, j'espère que ton bébé sera vite de retour à la maison.


  7. voilà que je suis moins débile que ce que je ne croyais, je l'avais sauvé, donc vous y avez droit au complet malgré tout...

    "Ce matin, au marché, entre carottes et café, je tombe sur une personne que je reconnaissais de la conférence dissidente (une trentaine de participants, venus des 4 coins de l'Europe, et un petit peu même des 4 coins du monde), la personne en personne qui a écrit la plupart des articles dans les 2 Nexus récents, ainsi qu'un livre et des articles sur les mammographies (dont je partage intégralement la rage et les questions, on n'avait pas le même gynécologue tout de même, s'est avéré, mais ça aurait pu :wink: - je me suis fait jeter aussi, pareille, comme elle le raconte, depuis je (me) dis qu'ils aillent se faire téter les yeux par les pélicans roses, à vouloir que nous autres on se fasse transformer en crêpes cancérigènes les seins, et tout ça pour la bonne santé des statistiques, évidemment trafiquées) et la pratique ignoble de shark finning, c'est à dire couper les ailerons des requins vivants, qui sont rejetés vivants dans la mer après (une autre prouesse révoltante de notre monde, une docu, il me semble - il faut que je vérifie, mais il se peut fort bien que je l'ai sous-titré, en tout cas j'ai sous-titré un programme à ce sujet).

    Tout ça à ma plutôt méga-surprise, je croyais d'abord que je rêvais, n'ayant pas avalé assez de cafés, il était encore quasiment tôt. Mais il s'avère qu'on est presque voisines, elle habite à peine 15 kilomètres plus loin, aussi dans un hameau tout aussi perdu. Faut le faire, quand-même. Et de ne s'être jamais croisé (consciemment) avant, en prime. Bref, ma surprise n'est pas encore retombée.

    En plus, le hasard aidant, j'étais, derrière mon café, en train de me demander comment formuler un mail/post pour tirer ma révérence définitive à la dissidence, après avoir été de nouveau, pas plus tard que hier, par hasard aussi, témoin d'un "nouveau cas"' de double langage pratiqué par plus d'un(e) des dissidents, c'est à dire pleins gaz sur les forums dissidents : "à bas l'orthodoxie, à bas les arv's, les tests... - ces sales menteurs achetés de toubibs !!!", mais entre quatre yeux, ils/elles sont bourrés de questions au sujet de la dissidence (à juste titre à mon pas très humble avis). Et comme ce qui est en jeux, est tout de même la vie, ça me pose parfois de gros problèmes éthiques. Et le mot éthique... Des fois je me demande si c'est un mot qui date de la préhistoire pour beaucoup, pour beaucoup trop de personnes. Bien sûr on reproche grand pharma etc. de ne pas avoir d'éthique. Grand pharma n'en a pas, c'est clair. Mais il y a plus de nuances que ça, les 8/10e des toubibs sont des personnes avec une éthique, pour preuve, il n'y en a pas mal qui sont pas bien payés du tout (enfin, du moins, ils ne deviendront pas riches de leur pratique). Ils peuvent être mal informés, mais ne gonflons pas nos égo au point de dire qu'eux, ils sont tous tarés, et que nous, on détient la vérité. (D'ailleurs, cheminot, après ton post au sujet de l'anglais parlé, j'ai revérifié dans le livre de NTB ce qu'elle avait écrit sur les quantum physics, me disant que je pouvais peut-être te copier les pages, mais c'est très peu. La principale entrée donne ça (page 361) : "Quantum physics tells us that we have the power to create the experience we want."

    J'écrase une vraiment très mauvaise pensée. La méthode ne serait applicable que dans le cas du sida, et pas dans tant d'autres ?

    Je n'ai même pas besoin de bagages mini en quantum physics pour me faire un préjugé en béton, là. On pourrait dire que c'est cité hors contexte, mais pas tant que ça, il n'y a pas tant de contexte, donc je conseille tout le monde qui lit l'anglais plus ou moins, de commander son livre et de le lire, et ceux qui ont un ordi en état de fonctionnement de voir sa présentation. A défaut d'un ordi qui ne fait pas des hics, je n'ai toujours pas.

    Il y a quelqu'un qui se met à la traduction de pas mal de livres dissidents. J'ai cru comprendre que un des livres de base de Duesberg doit sortir en français en août. Le livre de Nancy Turner Banks serait aussi en cours de traductions. Même si j'ai mes réserves, ça reste un livre très intéressant à lire.

    A vrai dire, ça me révulse (donc certaines idées, je ne parle pas des traductions, évidemment). Il a été question lors de la conférence de la "victimisation", voire l'auto-victimisation" des malades (évidemment du sida, si vous me permettez le raccourci). Je dirai : merde, et même avec majuscule Merde, putain de merde, même. Des gens qui en voient déjà de toutes les couleurs, on leur colle de l' "autovictimisation" en prime ? C'est même plus merde, c'est : gros connards !!

    T'es toujours là, Bamboo ? Tu pourrais prendre leur défense.

    Donc maintenant il vaut mieux les rendre coupables, ces malades, de ne pas être dotés de la vision éclairée de certain(e)s - puisque c'est ça qui, dans les faits, les rendrait malades ? C'est du kafka, non pas vraiment, c'est bien pire, même si les intentions sont bonnes. (Il paraît que parfois c'est la pire des choses - les bonnes intentions).

    La dissidence aussi ment comme elle respire, (pas tous mais) pour beaucoup. Tout ce qu'on peut dire c'est qu'elle ment par honneur, et non pas pour toucher de la thune, mais c'est une maigre consolation en ce qui me concerne. On oublie ou on reclasse les décédé(e)s, voire on les manipule après leur décès (le nombre de morts facebookisées, enfin "nombre", je crois que le nombre est 3 - c'est encore une fois mon éthique qui en a le hic - je comprends pourquoi on le fait, mais en même temps, je ne comprends pas du tout - je trouve que c'est un manque de respect pour la personne décédée, c'est de ne la voir que comme d'un vecteur de discours, une arme de bataille, c'est vil, bas, stupide - même si je comprends d'où ça sort). En général c'est les arv's pris plus tôt dans la vie qui restent les coupables, même si ça date de 10 ans ou plus. Emery Taylor, qui n'en a jamais pris, parce qu'il était bien dissident du début à la fin, on n'en parle pas, plus. Tous ceux qui disparaissent des forums, soit parce qu'ils prennent des arv's et en ont, à tort, honte, soit parce qu'ils ne sont plus de ce monde (ce que tous les forums ignorent, inévitablement, mais parfois pas tout à fait, la non-information n'est pas en béton armé, parfois ça suinte).

    Je ne voulais pas ça, au départ c'était juste pour fêter cette rencontre du hasard, avec une femme dont j'estime la parole, le verbe, le cran et les sujets. Mais comme mon contexte personnel situait cette rencontre de manière particulière, vous en profitez aussi sans avoir rien demandé, c'est un petit peu la vapeur qui sort des coutures.

    En tout cas, cette rencontre, je la vois comme un signe du ciel (et non, je n'y crois pas), mets je remets d'un peu ma décision de "rompre 100%" pour des raisons disons en gros d'éthique (d'ailleurs avec la cause, non pas avec les personnes en chair et en os, et en toute beauté et courage, que j'ai eu le grand honneur de rencontrer en personne ou par courriel entre temps), peut-être que je dois prendre "tout ça" autrement, après tout. Revoir ce que je peux faire. Quoi qu'il en soit, je partage les questions dissidentes - c'est d'ailleurs la seule chose, les seules choses, car elles sont multiples. Peut-être que je dois faire une liste de questions 'dissidentes' et la soumettre aux médecins que je peux croiser par ci par là ? "

    Bises à tous/toutes,


  8. voilà, mon premier post consistant depuis des mois, qui avait un contenu, vient de se vaporiser sur le forum, ça m'énerve pas qu'un peu, voire même je vois rouge.

    mais pour ne pas remettre tout au placard, du coup : l'occasion de ce post était que ce matin, sur le marché, je suis tombé sur une personne que j'ai reconnu de la conférence dissidente. Je n'en ai pas cru mes yeux, mais si.

    C'est la personne en personne qui a écrit la plupart des articles des deux récents Nexus (et bien d'autres choses intéressantes, auxquelles j'adhère). Il se trouve qu'on est quasi voisines, elle habite à 15 kms, dans un hameau à peu près aussi pommé que là où j'habite.


  9. Donc le lien : http://ummafrapp.de/skandal/felix/Darmflora/Gut_flora%20_intestinal_mucosa_antibiotics_and_AIDS.pdf

    Et copie du pdf pour ceux qui ne pourraient pas afficher le pdf (donc ça fait un peu double emploi, lien et pdf, regardez le lien si vous pouvez, le pdf perd la mise en page ici et les "hot links") :

    Study Group AIDS therapy c/o Felix de Fries

    Eglistr. 7 CH-8004 Zürich

    Tel. 0041 44 401 34 24

    Email: felix.defries@sunrise.ch

    To those concerned,

    their doctors and carers.

    To the media

    Zürich, 15

    th

    March 2012

    ref: Gut flora, intestinal mucosa, antibiotics and AIDS

    New studies on the effects of today’s antibiotics on the intestinal mucosa - with a surface area of the

    size of a football pitch and where more than 70% of all immune cells are to be found - have shown

    that they lead to:

    - Lasting changes to the composition of gut flora, a reduction in benign bacterial strains such

    as Lactobacillae and Bifidobacteriae, which defend foreign bacteria strains and produce

    compounds for accessing nutritional components and an increase in unfriendly strains

    - a decrease in the diversity of bacterial strains thus compromising the flexible reaction to

    infections and the rapid return to a steady state. (A1)

    - Transformations to the genetic structure of individual bacterial strains, (antibiotic

    resistance), the exchange of resistant genes between bacterial strains and as a result the

    suppression of benign intestinal bacteria by resistant bacteria, (A2)

    - Increased colonization of fungi (Candida albicans) in the gut which in the process form

    roots, change their metabolism and secrete toxins. An increase in fungi (for example

    Mycoplasma that show resistance to various antimycotica. (A3)

    - Reduced production of bacterial substances against foreign bacteria and fungi and reduced

    production of toxins with which bacteria in the gut mucosa activate immune cells against

    viruses, bacteria and parasites. Decrease in the production of the body’s own defense

    substances against foreign bacteria and in the process a reduction in defense against

    infections in the intestines, the mouth, the rectum and the sexual organs (A4),

    - Decrease in production of energy in bacteria and in immune cells via the colonization of

    receptors on the cell surface, blockage to the membranes of their mitochondria, and to

    protein synthesis in mitochondria. Damage to the mitochondrial DNA by inhibitors of folic

    acid (TMPSMX, Bactrim, Septrim) (A5),

    - Exhausting of the thiol pool in cells, by blocking of the enzyme dihydropholate reductase,

    which is used for the building of tetrahydropholate necessary for the formation of

    Glutathione molecules in the liver and of the building of Tetrahydrobipterin, used in cells

    for the formation on nitric oxide (NO) by means of which killer cells attack cells

    containing fungi, mycobateria and viruses - Reduced production of bacterial substances for the building of the epithelium on the gut

    mucosa and the the protective film on it and as a result injuries, haemorrhaging and an

    increased permeability of the epithelium leading to increased contact of immune cells to

    nutrient particles in the gut mucosa. This causes an ongoing inflammation of the gut

    mucosa which in time overtaxes the local immune regulation and immune tolerance. The

    following dissemination of intestinal bacteria through the gut mucosa to other organs,

    where they activate by their breakdown products continuously antigen-presenting

    dendrites, leads to inflammatory reactions in the whole organism and finally to the

    blocking of dendrites and killer cells after continuous over activation. (A process that can

    additionally be triggered by cereals containing gluten and foodstuffs with acid-producing

    or histamine-containing substances) (A6),

    - Destruction of bacterial strains in the small intestine which trigger the formation of Th17

    cells and as a result changes to the balance between Th17 cells and regulating T cells

    (Treg) which govern the immune tolerance in the intestines, the reactions to inflammations

    in the gastrointestinal tract and the production of autoreactive antibodies. This after some

    time leads to a general reduction in T4 helper cells, to chronic intestinal inflammations and

    to an advanced systematic inflammatory reaction in the whole body. In the process the

    defence against bacteria, fungi and parasites in the brain, lungs and other organs shuts

    down. (Certain classes of antibiotics destroy more bacteria in the smaller intestine than

    others thereby causing a higher decline in Th17 helper cells.) (A7)

    Recent studies describe AIDS as being characterized by:

    - Lasting changes in the gut flora with the decrease of benign bacteria (such as Bifidobactrie

    and Lactobacillae), which play a central role for the defense capacities in the gut and the

    protection of the intestinal mucosa and its immune functions,

    - A chronic inflammation of the gut and an increased permeability of the gut mucosa, which

    allows the spread of gut bacteria from the gastrointestinal tract to other organs where they

    induce by their breakdown products ongoing inflammation which lead to an overexertion

    of antigen presenting dendrits and finally to their blocking (A8),

    - A progressional reduction in Th17 cells in favour of regulating T cells (Treg) (in the acute

    phase the so-called HIV infection) and as a result the reduction of all CD-4 T-cells in the

    intestinal zone and later in the whole body and thus an increase in autoreactive, polyclonal

    antibodies against cytoskeletal proteins and proteins of the cell wall and of bacteria (A9).

    Representatives of the HIV-AIDS model trace back the reduction in Th17 cells to direct damage of

    all T cells by the so-called HI retrovirus and in the quasi analogous model with rhesus monkeys to

    the SIV lentivirus, that can be activated by the induction of oxidative stress, the administration of

    autoreactive antibodies or alcohol, leading to illnesses in caged test animals (A10).

    The supporters of the HIV/AIDS model apparently do not wish to accept that a progressive

    transformation of the gut flora and damage of the gut mucosa from repeated administration of

    antibiotics could be responsible for the reduction of Th17 cells and as a result in all CD-4 T-cells

    and thus for chronic systematic inflammation in the intestines and later throughout the whole body.

    As there have been no presentations, to date, of how exactly the postulated infectious HI

    retroviruses attack and destroy T cells. Neither the viral load nor the T4 cell-counts are reliable

    measured values regarding the course of the disease in test positives. As HIV to this day has not

    been proven as a retrovirus using the criteria defined by Luc Montagnier et al. it has to be seen as a

    laboratory phenomenon from which later a variety of measured values have been derived (A11). Antibiotic specialists like Geoffrey Canon and Jeffrey A. Fisher and MDs such as Robert RootBernstein and Heinrich Kremer have since the 1990ies suggested the connection between extensive

    administration of antibiotics on selected patient groups (male homosexuals, persons with frequent

    change in partners, haemophils and intravenous drug users, ) and AIDS and correspondingly

    advocated a limited, targeted administration of antibiotics for these patient groups together with

    immune system supportive, pro-biotic therapy for the recovery of the immune system after

    administration of antibiotics (A12).

    As diverse studies have shown the immune cells can be activated by the administration of probiotics

    and immunomodulative substances and excessive immune reactions corrected so that defence

    capacities against bacterial, viral or parasitic infections can be re-established (A13).

    Sexually transmitted diseases (hepatitis A and B, chlamydia, syphilis, gonorrhea, herpes genitalis,

    granuloma, urethritis, trachomatis, bacterial vaginosis etc.) which according to the existing

    epidemiological data are considered as generators for the seroconversion in the so called HIV

    antibody tests and the so called HIV-infection are treated since many years with all kinds of

    antibiotics (A14). Despite continuous appeals by the WHO for limited use of antibiotics, an

    increasing number of the causing pathogens (e.g. Neisseria gonorrhoeae and Bacterium Syphilis)

    are resistant to various classes of antibiotics making successful treatment of these diseases

    increasingly difficult (A15). Also pathogens of endemic diseases in developing countries such as

    tuberculosis, candidasis, cryptococcosis, toxoplasmosis, mycobacterium avium, herpes simplex,

    leishmania or salmonella septicemia, all of which are treated with antibiotics, are increasingly

    resistant to specific antibiotics, making treatment of these diseases that are AIDS-defining after a

    positive result in HIV-tests (A16), extremely difficult (A17).

    Although anti-retroviral therapy (ART), as a bacteriostatic, cytotoxic therapy decreased the

    incidence of sexually transmitted diseases (STD) also at re-infection or latency of antibiotic

    resistant strains and extended the life expectancy of those treated compared to the ealier

    monotherapy with nucleosidanalog drugs such as AZT, with ART the appearance of classic AIDSdefining diseases (Kaposi’s sarcoma, non-Hodgkin lymphoma, pneumocystis jirovecii pneumonia,

    tuberculosis and cryptococcal meningitis) could not be avoided in any case making necessary the

    additional administration of antibiotics parallel to ART (A18).

    Nucleoside analog drugs in ART and antibiotics administrated additionally both damage the gut

    flora and the gut mucosa and destroy the intestinal bacteria that induce the formation of Th17 cells,

    which are inevitable for the regulation of the CD-4 T-cells.

    As it has been demonstrated in recent studies ART can only enhance the CD-4 T-cell counts in

    patients without severe damage to the intestinal mucosa that show CD-4-Tcell counts above 200/uL

    at the beginning of the treatment (80% of patients in Denmark), whereas in Immunological NonResponders INR (20% of all patients in Denmark) even at a “total elimination of HIV” it cannot

    enhance the number of measured CD-4-T-cells above 200/uL and diminish the spread of intestinal

    bacteria into the organism, which via their breakdown products induce ongoing inflammation and

    activation of antigen-presenting Dendrites leading finally to their blockage.

    Supporters of the HIV/AIDS model admit now that by means of ART the extent to which the

    number of Th17 cells and other T cells can be maintained or increased is dependent on the existing

    damage to the gut flora, the gut mucosa and the spreading of intestinal bacteria throughout the

    organism. Accordingly they are now studying whether with the administration of pro-biotics

    (together with ART or alone) the gut flora can be influenced in such a way as to reduce the

    permeability of the gut mucosa and the spreading of intestinal bacteria to improve the defense

    capacities against bacteria and viruses, and whether by administration of the messenger substance

    Interleukin-2 or by GcMAF respectively MAF 314 the blocking of macrophages can be stopped andthe formation of new CD-4 T-cells can be induced, which as memory Helper T-cells are able to

    recognize antigens, what most of circulating T-cells under the ART-treatment are not able to do

    (A19).

    The fact, that immune deficiencies underlying disruptions can only be subdued and not treated

    causally by means of ART does not induce the supporters to fundamentally re-think AIDS and

    AIDS therapy. That life expectancy for those treated by ART, even in western countries, is still

    considerably shorter as for the general population they trace back to ‘non-AIDS-specific’ diseases

    (liver and kidney failures, cardiovascular diseases, nerve diseases and certain forms of cancer)

    which they consider to be premature aging processes and not the compulsive results of continuous

    damage to mitochondria by ART (A20).

    Based on today’s knowledge on the effects of antibiotics on the gut flora and the intestinal mucosa

    and their effect on CD-4 T cells, the expansion of AIDS-defining diseases (at the beginning of the

    80s only pneumocystis carinii and Kaposi’s sarcoma and later many other endemic infectious

    diseases including TB) can be traced back clearly to repeated administration of antibiotics (A22)

    and the failure to provide therapy for the re-establishment of gut flora and the gut mucosa after its

    administration and factors such as malnutrition, repeated infections due to polluted drinking

    containing environmental toxins and repeated wounding (A21), but not to the postulated HI

    retrovirus “newly discovered in 1984”.

    Luc Montagnier, who in his presentation for the Nobel Price in 2008 had declared “oxidative stress

    due to air-pollution and polluted nutrients to be a major cause for the emergence of the HIretroviruses” has suppressed with this statement once more the fact that antibiotics are a major

    cause cause of high oxidative stress and damage to the anti-oxidative systems in the organism,

    which leads to the blocking of the formation of glutathione, of gaseous nitric oxide (NO) and the

    formation of ATP in mitochondria, which altogether induce lasting changes in cell metabolism, in

    immune reactions, increasing reverse transcription activity and the formation of stress-proteins and

    auto-reactive antibodies against proteins of the cell wall and the cell skeleton, detected in the so

    called HIV-antibody tests to be antibodies against this newly discovered retrovirus.

    http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/2008/montagnier_slides.pdf

    By means of these tests, prepared by his colleague Robert Gallo members of groups were marked

    as carriers of this new virus, who, being intravenous drug-consumers, persons with frequent

    exchange of partners, haemophils, (receiving preparations made from the blood of many unknown

    donators), had received continuously antibiotics and therefore were carriers of various resistant

    strains. Later they were accompanished by people in Africa, Asia and South America, who had

    received antibiotics against endemic illnesses such as TB, Candidiasis, Cryptococcosis,

    Toxoplasmosis, Mycobacterium avium, Herpes simplex, Leishmania and Salmonella septicaemia.

    As the so-called HIV-particles, measured by means of the PCR-method as “viral load” are in reality

    nothing but non characterized parts containing messenger substance (RNA), which are released in

    higher rates at persistent oxidative stress and ongoing inflammation for the repair of DNA-start

    sequences, and the so called HIV-antibodies, which from a certain value on, set in various steps in

    the 1980ies, lead to the labor result “HIV-positive” are nothing but polyclonal reacting antibodies to

    selected proteins of the cell-membrane and the cell-skeleton and to many kinds of bacterial parts,

    which occur in higher rates in ongoing inflammations that induce autoimmune reactions, and as the

    number of CD-4-T-cells measured in the plasma decreases in persons in which due to antibiotics

    induces damage to the gut flora and the gut mucosa has occurred with blocking of Th17 cells and

    following all T-4 cells, AIDS must be termed as Antibiotics Induces Deficiency Syndrome.

    The postulating of a new, immune weakening retrovirus (HIV) transmitted by infection and theconstruction and introduction of tests that identified an increased titer of autoreactive, polyclonal

    antibodies against proteins from the cytoskeleton and cell envelope of human cells and bacteria as

    “HIV positive”, served from 1984 onwards above all to deny the shocking ensuing effects of

    antibiotics and the emerging antibiotics resistance and to hide both of it from the general public.

    Male homosexuals as alleged spreaders of this new virus should in regard of a new lethal, easy

    transmittable venereal disease practice less risky sexual behaviors. A strategy at which by

    emphasizing the transmission of HIV, the role of easy transmittable diseases (Hepatitis A and B,

    Syphilis and Gonorrhea) as promoter of the sero-conversion to HIV-positive was continuously

    faded out, with the result that the emergence of these sexually transmittable diseases in risk-groups

    could not be diminished, which causes day by day the administration of antibiotics to members of

    these risk groups. The severe course of certain endemic diseases such as TB, Candidiasis,

    Cryptococcosis, Toxo-plasmosis, Mycobacterium avium, Herpes simplex, Leishmania and

    Salmonella septicaemia, was not traced back to the fact, that the causing bacterial strains had

    become resistant to various classes of antibiotics, but to the alleged HIV-retrovirus acting in the

    background of these infections.

    By means of the new super antibiotic AZT, that kills all kinds of weakened cells (amongst which

    new built cells immune cells in formation and the many antibiotic resistant strains, causing by their

    breakdown products one sided immune reactions in a cellular environment characterized by a

    damaged ant oxidative systems patients with the alleged new disease, were treated from 1986 on

    with AZT and other nuclosid analogs , which lead to the dead of thousand of patients with AIDS

    and a positive result in HIV-antibody test, and were reduced in their doses after 1996 when they

    were attached by protease inhibitors which could slow down inflammatory reactions by interfering

    with cell division (also of bacteria).

    Due to the actively propagated HIV-AIDS-model people could not undertand that through

    uncontrolled administration of antibiotics, often without precise analysis of the pathogens in labs

    and through the non-application of pro-biotic, immune-supporting therapy after antibiotic

    administration every day new HIV-positives and AIDS patients were created thus releasing an

    epidemic of the so-called HIV retrovirus throughout all corners of the world and that the extensive

    administration of antibiotics to AIDS-patients and people with a positive HIV-test induces day by

    day new immune deficiencies and opportunistic infections.

    Whether it is possible by means of an early administration of ART to prevent the transmission of

    antibiotic resistant strains from positive tested persons to their test negative partners and thereby

    prevent a following seroconversion to “HIV-positive” in them, is not clear, as studies, which should

    have approved this, were terminated before the planed period due to “the positive, encouraging

    results”. As such kind of bacteria can only be suppressed by means of ART but not be totally

    eliminated, we do not know, if they cannot lead to infections in persons temporarily under immune

    suppression. Various studies on “discordant couples” have shown that the partner tested negatively

    catches up sexually transmittable diseases often from a third party infected, what after a while and

    treatment with antibiotics lead to their seroconversion in the HIV-antibody test. Specialists for ART

    now want to allow unprotected sex to steady couples, in which the positive tested partner shows a

    “viral load of 0”. The blocking of seroconversion (meaning HIV-infection) by means of new ARTsubstances could become a new billion business for the AIDS-industry. If seroconversion happens

    in partners now testing negative could only be seen after 6 years, when reliable epidemiological

    data would exist.

    How far it is possible to successfully treat damage caused by antibiotic administration to the gut

    flora and gut mucosa and to other organs by means of probiotic administration, amino acids, trace

    elements and vegetable matter (A23) will be decisive for finding out whether AIDS-defining

    diseases can be successfully treated in the coming years. Provision of sufficient and healthynutrition, clean water and a pro-biotic, immune system supporting therapy will represent a central

    challenge for medical institutions all over the world in the coming years.

    Study Group AIDS Therapy

    Felix de Fries

    PS: That the complications and side effects associated with ART could be reduced by administration

    of immune system supportive substances was already confirmed in 2002 by a clinical study (A24).

    Although pharmaceutical companies like Roche and Squibb, thereupon published extensive

    brochures on supplementary treatment to ART with amino acids, trace elements and vitamins, they

    had only a little influence on actual treatment of those affected. As health insurance companies do

    not reimburse patients for such substances - they have to pay for them out of their own pockets,

    they are not prescribed by doctors – in sharp contrast to ART therapy which including laboratory

    costs more than 20,000 Euros per patient per year. Doctors and institutions, who prescribe ART and

    antibiotics get approx. one third of its retail prices back from the health insurances.

    Attachments:

    AIDS and the Mitochondria:

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/mitochond/AIDS_and_the_mitochondria.pdf

    Therapy recommendations:

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/therapeutic_recommendations.pdf


  10. Le fichier (en anglais, désolée pour les francophones...), avec liens, de Félix de Fries :

    (Et dans encore un prochain post, le premier PDF (et son lien) que je trouvais surtout intéressant)

    Gut flora, intestinal mucosa, antibiotics and AIDS

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/Darmflora/Gut_flora%20_intestinal_mucosa_antibiotics_and_AIDS.pdf

    Resistance to Antibiotics, Adverse effects of Antibiotics:

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/antibiotics/appendix2_literature.pdf

    Luc Montagnier: Slides Nobel Price 2008

    http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/2008/montagnier_slides.pdf

    Therapy recommendations:

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/therapeutic_recommendations.pdf

    Dr. Gallo’s Proof for Dr. Montagnier’s Retrovirus

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/Dr_Gallos_Proof.pdf

    Heinrich Kremer: The lifesaving knowledge on healing

    http://ummafrapp.de/skandal/heinrich/kremer_the_lifesaving_knowledge_on_healing.pdf

    Heinrich Kremer: Aquired Iatrogenic Death Syndrom (Continuum Magazine, London 1996)

    http://ummafrapp.de/skandal/Acquired%20Iatrogenic%20Death%20Syndrome,%20H.%20Kremer%201996.pdf

    David Lowenfels

    The Dual Strategy of the Immune Responses

    http://ummafrapp.de/skandal/versch.%20Texte/dfl_townsend_0606.pdf

    The Failure of HAART

    http://ummafrapp.de/skandal/haart/the_failure_of_haart.html

    Dalakas et all. Mitochondrial Toxicity of antiviral Drugs (1995)

    http://ummafrapp.de/skandal/versch.%20Texte/Mitochondrial%20toxicity%20of%20antiviral%20drugs.pdf

    AIDS, an Autoimmune Reaction

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/autoimmun/aids_an_autoimmune_reaction.html

    HAART and the Mitochondria

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/antibiotics/appendix3_haart_and_the_mitochondria.pdf

    Factors Known to Cause False Positive HIV Antibody Test Results

    http://ummafrapp.de/skandal/felix/mitochond/Att.5.pdf

    Christine Johnson HIV-positive: It depends, where you live

    http://ummafrapp.de/skandal/versch.%20Texte/Johnson%20HIV%20positive%20It%20depends%20where%20you%20live-1.pdf

    Celia Farber: The Birth of Antibodies equal infection

    http://aliveandwellsf.org/timeline2

    Breitkreuz et all. on NAC in AIDS Treatment

    http://www.ummafrapp.de/skandal/felix/NAC/Beilage1.pdf


  11. Bonjour tout le monde,

    Pour moi c'est un peu tôt pour pouvoir donner un vrai bilan, donc j'hésite, mais pour tout de même vous dire quelque chose, voici mes impressions.

    Il y avait un tel flot d'informations tous azimuts que ce n'est pas simple, il faut que ça décante - et encore, ça restera difficile, voire impossible, de trouver un dénominateur commun au niveau théories et approches.

    Par ailleurs, comme je me tiens pas mal au courant, pour moi personnellement il n'y avait pas vraiment des informations nouvelles. Peut-être la nécessité de faire un ou des bilans santé pour connaître exactement les carences avant de prendre des compléments alimentaires, ainsi que l'importance de reconstruire son système immunitaire simultanément avec un arrêt tri. Ca semblait de toute façon aller de soi, mais peut-être ce n'est pas toujours le cas (ça ne l'était certainement pas pour mon ami, par exemple).

    Les tests en question (les tests à faire en priorité, pas forcément exhaustivement) seraient : Glutathion, selenium, cysteine, glutamate, L-arginine, acide folique, et un test DTH (Delayed Type Hypersensitivity - pour voir le rapport Th1/Th2). Je n'ai pas forcément tous les tests là (ou trop...), d'autres pourront me corriger. Si j'ai bien compris certains du public, il paraît que le test DTH est impossible à obtenir/faire faire aujourd'hui.

    Il y a aussi des fichiers que je dois encore éplucher, une lettre de Félix de Vries, avec un tas de liens dedans. La lettre est très intéressante, pas forcément de nouveau révolutionnaire pour ceux qui s'intéressent à tout ça depuis longtemps, mais un très bon résumé, avec donc des liens à explorer. Je vais essayer de poster cette lettre, avec liens, dans un post suivant.

    Je n'ai pas pu venir avant le milieu de la première journée, donc j'ai loupé les introductions des uns et des autres. Du coup je n'ai découvert que presque à la fin qu'il y avait une microbiologiste Autrichienne qui est déjà active depuis 25 ans, Christl Meyer, et qui en connaissait manifestement un rayon sur la virologie aussi. J'ai pu acheter un CD avec compilation de ses "trouvailles", mais pareille, il faut encore que je l'explore et ça prendra du temps.

    Nancy Turner Banks se situe en gros sur la même longueur d'onde que la theorie Th1/Th2 de Heinrich Kremer.

    Une question du public (une jeune fille depuis 6 ans sous tri, qui avait arrêté la tri depuis 1 semaine), initialement à NTB : De quoi mourraient les gens avant l'introduction d'AZT, donc les premières années ?

    La question a été enterrée sous une avalanche de commentaires, mais n'a pas été répondue (pour autant que j'ai pu suivre).

    Etienne de Harven a répondu à un certain nombre de questions sur sa théorie : "hiv" n'existe pas, ce sont des Hervs. Le PCR, test de charge virale, mesure selon lui donc des débris cellulaires et nucléaires (du nucleus des cellules). J'ai pu parler 5 minutes avec lui, je lui ai montré la présentation PPT de Cheminot (que j'ai du extraire sur Word pour le prendre car sinon, comment le présenter dans une conférence dans mon cas ?), en essayant de attirer l'attention sur le rôle éventuel des peroxinitrites, aussi par rapport aux dits Hervs. Il disait qu'il regrettait beaucoup que Cheminot ne soit pas là. Le temps était trop court pour qu'il puisse faire le tour de la question, évidemment. Et par ailleurs, je n'ai pas les épaules pour soutenir une telle discussion. Je dois encore lui envoyer le fichier PPT, maintenant qu'il est de retour chez lui. Malheureusement, dans la partie théorique en public, il n'y a pas eu le temps pour discuter plus en avant la vision (et le PPT) de Cheminot. Probablement aussi parce qu'il n'y avait pas de version anglaise.

    Le problème de langues français/anglais n'était pas absente lors de la conférence, même si ça n'a pas empêché des discussions de se faire, mais parfois ce n'était pas simple. Il y avait d'ailleurs deux interprètes "improvisés" que j'ai beaucoup admiré (quelque chose que je suis incapable de faire comme ça, devant public, même si je ne me débrouille pas trop mal dans les deux langues).

    Une équipe de 3 Espagnols (très sympathiques), dont Lluis Botinas, insistait sur le fait que "tester positif" n'est grosso modo dû qu'au stress. Ils parlaient d'une étude faite sur 20 personnes, en partie séropositives, sur les taux de CD4, avant et après l'annonce et test de cette séropositivité (ou non). Ceux qui s'avéraient séropos auraient eu une chute énorme dans leurs taux de CD4 (en l'espace donc de quelques heures, si j'ai bien compris), qu'il mettaient 6 mois à récupérer. Donc, cela comme preuve de l'effet peur. Il doit m'envoyer cette étude (de Dr Flores, dans le Diario Medico, il paraît), et je n'ai pas forcément à 100% bien compris ce qu'il disait, vus nos anglais tout de même approximatifs des deux côtés. Par ailleurs, ils disaient que oui, certains ont un déséquilibre Th1/Th2, mais beaucoup n'en ont pas. Donc pour eux l'élément clé est la peur (induite par les tests de dépistage). Par ailleurs encore (sous réserve que j'ai bien compris), ils donnaient comme chiffre que 85% des testés séropos n'avaient aucun problème santé, seuls 15% avaient un état de santé qui avait besoin "d'une solution".

    Une de leurs phrases marquantes : "Les vrais séropositifs, ne testeraient pas positif." (Ils n'auraient plus d'anticorps, donc plus de quoi faire réagir un test).

    Une approche holistique est restée bien floue, et à une remarque restée assez floue aussi, au sujet de l'(auto)victimisation du malade, une personne s'est énervée (et moi aussi, en silence). A la question simple et clé d'une autre personne, un honorable et très sympathique membre de ce forum, d'ailleurs : "Vous les connaissez, tous ces guéris du sida (et du cancer) ? Vous les avez rencontrés ? Ils sont où ?" La réponse : "Non, je n'en connais pas. Mais il y a beaucoup de livres là dessus. Il y en a plein dans les livres. Et puis il y a les long term non-progressors."

    Après cette question lumineuse, limpide et simple, elle (cette question) est restée pour moi un peu mes lunettes pour le reste de la conférence : Oui, c'est bien beau tout ça, mais où ils sont, ces guéris ??

    A ça il y a eu un flot de réponses, mais quasi toutes tout de même théoriques.

    Le film de Joan Shenton est bien. Il y a beaucoup de choses qu'on sait déjà, des extraits qu'on a déjà vus, mais il y a aussi du nouveau et dans l'ensemble c'est un bon film, qui fait un peu moins "préhistoire" que par exemple HON (je veux dire, de l'eau est passée sous les ponts depuis l'AZT, il serait temps que les dissidents aussi ne se servent plus de l'AZT comme argument majeur).

    J'ai acheté mais pas encore vu le film de Anne Sono: I won't go quietly. Ce film est en voie de sous-titrage en français et doit sortir en version sous-titrée français en septembre.

    A côté de cela, dans les "coulisses" du public, il y avait des personnes "Affectées" (comme le dirait Jonathan Barnet, c'est à dire, séropositifs), vivant avec toutes ses questions dans leur corps, non pas seulement en théorie. Pour certains, ils avaient arrêté la tri X temps auparavant, et commençaient peu à peu à avoir des problèmes santé. Et cette réalité là ne colle en grande partie pas avec les théories.

    Ce bilan là serait pour moi qu'il faut tout faire pour maintenir, soutenir, sa santé. Et sans doute, si on y prête vraiment attention, ça peut avoir des conséquences favorables sur le court et long terme. Dans ce sens les conseils donnés au niveau théorique sont sans doute très utiles et recommandables (bien que aussi souvent très chers - rien que pour faire ces bilans sanguins, il y en a pour des fortunes, pour des RSAistes, je ne sais pas, 3 mois de revenus, par exemple ?, puis les compléments alimentaires ou autres produits de ce type sont aussi pour beaucoup hors de prix). Mais évidemment, il faut faire ce qui est humainement possible de ce côté là. Mais pour moi ça ne fournit pas la réponse clé qui résout tout.

    Sur le "bilan officiel", symbolisé par la question phare de la conférence : Que faire pour rompre/percer le paradigme ?

    Je n'ai pas de réponse. Sauf une non-réponse: pour moi ça ne peut pas être des démarches pour "faire interdire les tests de dépistage et autres tests, et de faire interdire les arv's", comme il a été suggéré. Je me mords la langue pour ne pas en dire plus et en d'autres termes.

    Il y a eu d'autres suggestions, mais rien de convaincant en ce qui me concerne. Je pense qu'il y a beaucoup de ce que moi j'appelle "rhétorique" pour masquer le fait qu'on n'a rien de plus tangible, de concret. S'il y avait "ces personnes guéris", on n'aurait pas besoin de se perdre dans certains méandres théoriques.

    Au retour, dans ma voiture, je me suis dit que la seule approche qui aurait une chance de porter plus loin que le cercle tout de même très refermé sur soi des dissidents (sans parler des désaccords internes), et qui pourrait peut-être tenter de rompre ce paradigme, serait de s'imaginer quelles études seraient nécessaires pour dé-prouver l'existence du hiv et/où ce qu'est réellement "ce" qui fait tester positif etc. pour arriver à quelques propositions concrètes (et si possible jouables côté financement...) et de "lobbyer" ensuite pour trouver à les financer. Certaines de ces propositions existent déjà, sur le site du Perth Group, il y figure aussi une proposition de E de Harven. Il y avait le travail que Bianchi voulait faire l'année dernière, mais qui a été saboté. Il faudrait voir ce qui serait encore d'actualité dans les propositions existantes et les complémenter, et oeuvrer pour en trouver les fonds. Une des suggestions allait partiellement dans ce sens : exiger plus de groupes de contrôle (control groups) dans les études faits par exemple sur des arv's, ou par exemple de tester sur plus large échelle que accidentellement les CD4 et VL sur non-séropos.

    Comme vous le voyez, pour moi il reste des choses à explorer, je ne peux pas donner un résumé clair d'un "ensemble". Il n'y avait pas de quoi modifier profondément ma vision au niveau théorique, qui est aujourd'hui peut-être peu dissidente. Je reste sur ma faim sur les grands points d'interrogation (que je garde, c'est en cela que je reste malgré tout un peu "dissidente"), et en attendant il me semble bien ne pas pouvoir nier que certains testent positif après un clair "cause à effet" dans leurs relations - pour une personne c'était même documenté très clairement sur des tests espacés à relativement courts intervalles, où, à moins d'être aveugle ou de mauvaise foi, on voit une progression claire et nette, notamment des protéines sur western blot qui en l'espace de quelques mois se "positivaient" une à une. La personne en question pourra en parler mieux, si elle le souhaite.

    Et bien sûr, il y a sans doute plusieurs explications à donner/chercher, mais on ne peut pas faire abstraction de ces données.

    Mais l'ensemble était pour moi une expérience inoubliable sur le plan humain. J'en ai été et suis encore profondément touchée, émue. Des personnes les uns plus fantastiques et chaleureuses et courageuses et lumineuses encore que les autres. Et d'une sincérité - peut-être par la gravité tout de même du sujet - rare aujourd'hui dans notre monde de superflu et de paraître. Et en prime, c'était très sympa, agréable, convivial, on a beaucoup ris. Et les gens que j'ai rencontrés de ce forum (et d'autres, ou de facebook), je ne sais même pas comment dire... Je les porte dans mon coeur et je les admire. C'était comme si je les connaissais "live" depuis des années - très familier, très proche. Encore une fois, ça m'a profondément touché, et ce n'est pas près de s'estomper.

    Bref, bien que je n'aime pas trop cette expression, là on peut dire qu'il y avait une très bonne énergie. Et sur les approches théoriques, la confrontation théories/pratique, il reste beaucoup à (re)réfléchir et à laisser sédimenter, pendant des mois, sans doute.

    Donc voici ma vision pour le moment, encore assez fraiche, et qui ne regarde que moi. Je ne doute pas une seconde que chacun(e) a vécu ces jours à sa manière et en retienne une vision qui lui/elle est propre.


  12. Salut tout le monde,

    Juste pour info, je vais y aller. Pour l'instant j'y vais sûr le jeudi pour le film, et selon mon boulot à ce moment là, j'irai avant et/ou après aussi.

    Dommage que tu ne puisses pas venir, Cheminot, je pense qu'il y aurait de quoi discuter coté stress oxidatif avec Nancy Banks, et sans doute avec d'autres.

    Dommage aussi que Jibrail ne puisse pas venir, je reste admirative de ta capacité de analyse et synthèse, qui est hyper importante dans ce domaine comme dans bien d'autres.

    Ciao


  13. Je viens d'apprendre la très triste nouvelle du décès de Maria Papagiannidou, à Paques. Je ne sais rien de plus sur le comment/pourquoi.

    L'enterrement sera demain. Son mari, Gilles de St. Pierre, a laissé une adresse qui coordonne des envois de fleurs ou cartes, au cas où :

    "For those who would like to send flowers or a card, Athina Karamanli is the person in charge of the funeral arrangements, she will give you all the details.

    athina.karamanli@gmail.com "


  14. En espérant que tout le monde va bien, je viens de voir sur facebook qu'il y a un numéro quasi spécial "sida" notamment sur la dissidence du sida. Info transitant de l'Autriche via les States, et tout ça pour un magazine bien français (ou du moins francophone) icon_wink.gif

    Nexus

    Trop tard pour l'acheter aujourd'hui, pour moi, mais je ne manquerai pas de le faire, ça rend curieux tout de même.


  15. Il est temps pour un mea-culpa, il semblerait que je me sois vautrée dans mon interprétation de choses échangées au sujet de Wallypat. Rien ne me permettait d'affirmer qu'il a tourné le dos à la dissidence. Il est possible, vraisemblable peut-être, qu'il soit resté proche, ou en prolongation, des points de vu du PG. Je me suis avancée de manière inadmissible - toutefois sur le moment certaine d'une info qui entretemps s'est avérée être une interprétation hâtive de ma part, colorée par les posts de Wallypat les derniers mois (que je ne retrouve pas tous, probablement parce que je les ai rêvés, sinon parce qu'il les a supprimés - la première option étant la plus vraisemblable -, entre autres je ne retrouve rien au sujet des résultats d'un bilan nutritionnel fait, qu'il mentionne dans un post du 17 avril 2009). En tout cas, c'est bien nul de ma part, et si je n'avais pas été aussi convaincue, je ne l'aurais évidemment jamais posté. Donc milles excuses.

    Ceci dit, je n'apprécie toujours pas plus qu'il se soit tiré en douce, pour quelqu'un qui a été si affirmatif et jouait un rôle si important sur le forum, et je garde malgré tout mes propres idées sur ses raisons. Par ailleurs, j'ai appris pas mal de choses intéressantes et utiles à travers lui, sur les acides gras, l'huile de noix de coco, les statines... et je lui en suis reconnaissante. L'un n’empêche pas l'autre.

    Puis, pour couper court à mes autres considérations - que les lecteurs réguliers connaissent -, comme pour l'instant je n'ai rien à contribuer à la pensée dissidente que de donner de temps à autre un coup de plus aux rouages du tourner en rond, je vais prendre du recul. Si un jour il y a quelque chose de réellement nouveau, je ne manquerai pas de me re-manifester.

    Vous souhaitant tous/toutes d'aller super bien,

    à une prochaine...


  16. Non, c'était avant, et c'est justement ce qui à induit la prise des arv's qui l'avaient alors "guéri" de ça (et remis sur pied en peu de temps).

    Il avait pris des antiobio's avant même le diagnostic seropo, et il est possible que les mycoses résultaient alors partiellement des prises d'antibiotiques (car il galérait depuis bien 6 mois avant).

    Surtout les mycoses internes (il y a un autre terme, qui m'échappe là, genre muguet, machin, mais ça revient au même), lui avaient pour finir rendu impossible de s'alimenter avec autre chose que du lait (ce qui est pas top, je sais), et ça depuis des mois, donc les arv's étaient alors vraiment du dernier ressort avant qu'il y passe.

    Je peux devancer les arguments à venir... en gros ça venait des antiobio's. Mais je devance aussi ma réponse à cela : chez des personnes qui ne "testent pas positif" (ce qui laisse au milieu de ce qui exactement est testé) ce problème des mycoses va rarement aussi loin - et on le retrouve chez beaucoup de seropo's. Donc personnellement je ne peux plus mettre ça au compte des antibio's seuls (je ne dis pas qu'ils n'y ont pas contribué).

×
×
  • Créer...