Aller au contenu
forum sidasante

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 1/3


Recommended Posts

Invité pourquoi

Cet article de Luc Montagnier est clair, et il ne met aucunement en question l'étiologie virale dûe au VIH, même s'il parle de co-facteurs, c'est pour expliquer les différences de sensibilité à l'épidémie constatées.

Et de plus il affirme l'efficacité des traitements actuels, ce qui est fortement remis en question par les séropositifs qui ont cessé les traitements.

On est donc obligé de se demander où sont les arguments biologiques et médicaux et où sont les justifications qui cachent plus ou moins mal la culpabilité!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 1,9k
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Bon, ben, puisqu'on en est à faire des copier/coller, voici une petite partie de la réfutation de la déclaration de Durban, sur le non respect des postulats de Koch :

(suite de la Déclaration de Durban) :

"La preuve que le SIDA est provoqué par le VIH-1 ou le VIH-2 est claire, absolue et dénuée de toute ambiguïté, et est administrée conformément aux exigences les plus sévères de la science (3-7). Les données remplissent exactement les mêmes critères que ceux utilisés pour d'autres maladies virales telles que la poliomyélite, la rougeole et la variole."

COMMENTAIRE

En ce qui concerne les "exigences les plus sévères de la science", il se trouve que le VIH ne remplit aucun des postulats de Koch fixant les règles fondamentales à respecter pour faire la preuve qu'un microbe est l'agent causal d'une maladie. Ces règles furent adoptées au XIXème siècle pour mettre de l'ordre dans une situation où des chasseurs de microbes proclamaient à qui mieux mieux, mais à tort, avoir découvert des microbes causant telle ou telle maladie. Nombre des maladies en question s'avérèrent non infectieuses; c'est le cas du scorbut, du béri-béri, de la pellagre (maladies dues à des déficiences vitaminiques) et, plus récemment, du "virus SMON" japonais... qui n'était en réalité qu'un artefact provoqué par une substance médicamenteuse bien précise, le clioquinol. Les postulats de Koch ne sont rien d'autres que l'énoncé de règles d'une logique inattaquable qui doivent être respectées pour faire la preuve qu'un microbe (virus ou autre) est l'agent causal d'une maladie donnée.

Première règle : on doit trouver le microbe en abondance chez tout patient souffrant de la maladie en cause et dans tous les tissus malades.

Deuxième règle : il faut isoler le microbe et le multiplier en laboratoire.

Troisième règle : le microbe purifié doit à son tour provoquer la maladie lorsqu'on l'inocule à un autre patient.

Et voici maintenant ce qu'il en est du VIH et de ces trois incontournables postulats :

Première règle : on doit trouver le microbe en abondance chez tout patient souffrant de la maladie en cause et dans tous les tissus malades.

Des milliers de personnes déclarées atteintes du SIDA restent obstinément séronégatives aux tests visant à mettre en évidence la présence d'anticorps au VIH (Duesberg, 1993). En outre, les tests d'anticorps sont rarement utilisés en Afrique et autres régions pauvres où sont supposées se trouver la majorité des personnes atteintes du SIDA, ce qui empêche de savoir combien de ces personnes sont séropositives. De plus, il est très possible que même les personnes trouvées séropositives à ce qu'on a déclaré être des anticorps au VIH ne soient porteuses d'aucun virus; il n'existe en effet aucun test prétendant détecter le VIH lui-même. Tous les tests existants se contentent de rechercher des marqueurs de substitution tels que des anticorps ou des petits fragments d'ARN ou d'ADN. On fait le pari que la présence de ces sustituts prouve que le patient a été infecté par le VIH, mais cela n'a jamais été démontré en ayant recours aux indispensables techniques d'isolement.

Mieux encore : même en utilisant la technique des marqueurs au lieu de celle de l'isolement, les chercheurs en VIH ont observé qu'il existe des individus séropositifs chez qui on ne trouve aucune trace de virus dans le sang circulant et qu'il est très rare de trouver ne serait-ce que des fragments de virus dans le sérum (Michaelis & Levy, 1987). On ne trouve des "traces du virus" que chez 30% des personnes séropositives, et le plus souvent à des concentrations insignifiantes, inférieures à 10 "particules infectieuses" par millilitre (Levy, 1988). La plupart des gens croient que le test de charge virale met en évidence le vrai virus, or ce n'est pas le cas. Ce test recherche de minuscules brins d'ARN qu'on déclare être spécifiques au VIH. On applique alors une formule mathématique complexe qui génère un nombre qu'on étiquette "charge virale". En 1993, Piatak et ses collègues ne parvinrent à "isoler" (les guillemets rappellent qu'il ne s'agit pas d'un véritable isolement au sens scientifique du terme) le virus que chez 53% des personnes dont la charge virale atteignait des centaines de milliers de particules infectieuses par ml. L'un de leurs patients avait une charge virale de 815 000 exemplaires par millilitre mais ils ne parvinrent tout de même pas à "isoler" le moindre virus actif chez lui. Ceci montre combien le diagnostic de séropositivité est contestable du point de vue scientifique et combien il serait opportun de réévaluer tout cela.

En fin de compte, si une personne vivant dans un pays occidental (c'est-à-dire où on a les moyens de se payer des tests sanguins) souffre de l'une ou l'autre des 29 maladies considérées comme typiques du SIDA et présente des symptômes identiques à ceux du SIDA, elle ne sera pourtant pas considérée comme atteinte du SIDA si elle n'est pas séropositive puisque, dans ces pays, il ne peut pas y avoir SIDA sans séropositivité. Ceci donne lieu à une corrélation artificielle et parfaitement ridicule par laquelle la définition du SIDA exige une séropositivité, ce qui est ensuite utilisé comme prétendue démonstration que le VIH est la cause du SIDA. Dit autrement, la "science" orthodoxe s'appuie sur le "raisonnement" suivant : 1) il n'y a SIDA que s'il y a séropositivité, celle-ci étant censée prouver l'infection par le VIH, 2) donc il y a toujours VIH lorsqu'il y a SIDA et 3) cette corrélation (parfaite par construction) montre que le VIH est l'agent causal du SIDA...

*Voir APPENDIX B: What "HIV" Researchers Mean by "Isolation" and "Cloning"

Deuxième règle : il faut isoler le microbe et le multiplier en laboratoire.

L'isolement du VIH n'a jamais été réalisé par qui que ce soit. Eleni Papadopulos-Eleopulos et ses collègues nous rappellent que l'isolement d'un virus exige la réalisation de photographies au microscope électronique de particules virale purifiées, ce qui n'a jamais été fait pour le VIH (Papadopulos, 1998). Non pas qu'on n'ait pas essayé de le faire, mais toujours sans succès ainsi que le décrit Étienne de Harven, l'un des pioniers de la technique de microscopie électronique pour identifier les rétrovirus (de Harven, 1998). Le découvreur du VIH, Luc Montagnier, a lui-même reconnu qu'il n'était pas parvenu à isoler le virus (Tahi, 1997).

Les articles traitant du VIH utilisent le mot "isolement" non pas dans le sens exigé par les postulats de Koch mais pour désigner la détection de marqueurs de substitution, par exemple des protéines déclarées spécifiques au VIH. Cette perversion du vocabulaire fait croire que le VIH a été "isolé" alors que cela n'a jamais été fait. Pour ce qui est des protéines utilisées comme marqueurs de substitution, on les a déclarées "spécifiques du VIH" alors qu'on les retrouve chez l'homme et les animaux séronégatifs. Par exemple, les anticorps à la p24, l'une des protéines couramment utilisées comme marqueurs de substitution servant de base à la déclaration d'isolement, est présente chez 14% des donneurs de sang séronégatifs et en bonne santé (Genesca et al, 1989), chez 41% des personnes séronégatives mais atteintes de sclérose en plaques et chez 13% des personnes séronégatives mais souffrant de verrues généralisées (Ranki et al, 1988; Papadopulos et al, 1993).

Troisième règle : le microbe purifié doit à son tour provoquer la maladie lorsqu'on l'inocule à un autre patient.

Aux Etats-Unis, aucun personnel paramédical ni technicien ou chirurgien urgentiste n'a contracté le SIDA à l'occasion de son travail (CDC, 1999). Sur un total de 733 374 cas de SIDA répertoriés aux U.S.A. depuis l'origine jusqu'à 1999, 25 seulement sont considérés comme ayant été contractés à l'occasion de l'exercice d'une profession, et encore (comme on l'a déjà indiqué) cette explication n'a-t-elle été retenue que parce qu'on n'en a pas trouvé de meilleure (CDC, 1999). Au Canada, sur un total de 16 235 cas de SIDA répertoriés, 3 seulement ont été déclarés contractés à l'occasion de la profession mais, là aussi, sur la base d'indices indirects (CCDR, 1992; LCDC, 1998). Rapprochez ces chiffres des quelque 1 million de blessures par piqures d'aiguille qui se produisent chaque année chez le personnel médical aux Etats-Unis, qui donnent lieu à environ 1 000 cas d'hépatite. Ceci signifie qu'en 18 années d'ère du SIDA, le personnel médical de ce pays a été contaminé 18 000 fois par le virus de l'hépatite et seulement 25 fois par celui du SIDA, alors que tous deux sont censés se trouver dans le sang. Décidément, ce VIH est un virus bien étrange !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme Finally, je suis aussi en vacances et je ne jette qu'un oeil distrait sur les échanges de emps en temps.

Contrairement à Finally, l'objet de ces congés n'est pas d'emmerder le monde.

Une remarque rapide quand même :

A force d'encombrer le topic avec les délires stériles de FF et de quelques autres, je pense que les séropos n'ont plus leur place ou qu'ils n'y trouvent plus d'intéret ... C'est sans doute l'objectif recherché par ces individus.

Je dis cela à l'attention du modérateur ... dommage d'en arriver là ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est évident que cela tourne en rond... parce que c'est évident, pour ceux qui suivent le topic depuis le début, que ce débat sur l'isolation non scientifique du "virus" a déjà eu lieu... les memes arguments des deux cotés ont déjà été donnés... et la conclusion est toujours la meme.

D'un coté un argument scientifique : le non respect du postulat de Koch et de l'autre un argument dogmatique. Cet argument scientifique va etre noyé par de la dialectique sur ce qui s'est passé ensuite afin de faire oublier la base...

Pour ma part c'est cette base qui m'intéresse, la suite n'a pas de validité pour moi puisqu'elle est basée sur un mensonge.

A partir du moment où un "virus" n'a pas été établi scientifiquement par un protocole et une méthodologie qui ont été appliqué aux autres agents infectieux depuis 2 siècles, je ne vois pas pourquoi on discute encore de la réalité de cet agent infectieux. Il n'y a pas deux poids deux mesures dans ce domaine sinon demain n'importe quel chercheur peut annoncer qu'il a trouvé le virus ou le microbe responsable de parkinson, alzheimer ou n'importe quel autre maladie.

Si ce topic repart sur cette boucle que nous avons déjà connu, en effet, il est vraiment temps de discuter sur les autres topics et de mettre celui ci en lecture, car si c'est pour se répéter inlassablement je ne vois pas l'interet.

Il y avait pourtant des discussions intéressantes sur les causes de la maladie, les tests, les traitements... qu'il faudrait peut etre reprendre ailleurs (oula... j'ai l'impression d'avoir déjà dit ça auparavant hum.gif )

Viduite, il y a d'autres topics sur ce sous forum, je crois que chacun pourra y trouver sa place et faire avancer le schmilblick icon_smile.gif

Diamant

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

aixur

Par exemple, les anticorps à la p24, l'une des protéines couramment utilisées comme marqueurs de substitution servant de base à la déclaration d'isolement, est présente chez...... 41% des personnes séronégatives mais atteintes de sclérose en plaques

Bizarement une maladie ou l'intoxication mercurielle est sérieusement suspectée , et pour laquelle la chélation permet souvent des améliorations importantes (ce qui vient enore renforcer l'idée que le mercure joue un rôle dans sa genése)

Cela devrait attirer l'attention des chercheurs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A force d'encombrer le topic avec les délires stériles de FF et de quelques autres, je pense que les séropos n'ont plus leur place ou qu'ils n'y trouvent plus d'intéret ... C'est sans doute l'objectif recherché par ces individus.

Je dis cela à l'attention du modérateur ... dommage d'en arriver là ...

Ouai, tout à fait, le séropo qui tombe sur ce topic, il y a de forts risques qu'il laisse tomber aussitot à cause du pourrissement de topic de la part des Candide ADDTC et autres (et c'est à mon avis tout à fait le but qu'ils recherchent).

Mais c'est vrai que ce n'est pas un forum dédié à la dissidence. Plutot un forum d'échange. Ils se servent de cet objectif premier du forum pour justifier leurs interventions et pourrir le topic.

Il va peut-être falloir que je mette en place un forum dédié avec des règles plus strictes du genre de celles de Aids Myth Exposed ou les mecs qui s'opposent à la dissidence doivent sortir des arguments bétons contre la dissidence (avec référence) s'ils veulent pouvoir intervenir. Du coup, curieusement, il n'y a quasiment jamais personne qui vient contredire les dissidents sur ce forum.

Modifié par aixur
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Candide

Une vidéo exceptionnelle :

"D'AUTRES REGARDS SUR LE SIDA

Un excellent documentaire de 52 mn. "D'autres regards sur le sida" présente des témoignages de personnes séropositives en bonne santé (dont Mark Griffiths et Niro Asistent) et de l'ouverture d'esprit que leur diagnostic a offerte. Leur parcours vers la santé est présenté selon des approches scientifiques qui prennent en compte les facteurs environnants de la maladie : le Professeur Montagnier s'intéresse au stress psychologique et le Docteur Jeffrey Liephart décrit le programme de co-facteurs du sida mis en place par les Services Sociaux de San Diego en Californie. Ce programme est né de l'observation des comportements et choix de vie de ceux que l'on appelle les "survivants à long terme" et des recherches en psycho-neuro-immunologie faites à l'Université de Californie à San Francisco depuis l'apparition du sida en 1981.

Ce documentaire ouvre des portes non seulement pour le sida, mais aussi pour toutes les maladies dégénératives, voire même la maladie en général. Il dessine ce que pourrait être une médecine où chacun prend en charge sa santé et modifie les comportements de vie qui ont entraîné la maladie. Cette vidéo est destinée au grand public et aux malades. C'est un outil de synthèse fantastique et émouvant pour les médecins, conférenciers et associations concernés par la santé. Réalisé par Agnès Charlet et Didier Griffond et produit par Fabienne Mulliez et L'Envol. En Anglais : "Aid's voices - Life choices".

Prix : 150 FF + port 40 FF. L'Envol, 17 Quai des Grands Augustins, 75006 Paris, France.

Tel: +33 01 46 34 57 28; Fax: +33 01 43 26 63 38.

bises à tous

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà enfin une répons de Candide sur le fond, et avec un vrai argument. Incroyable ! Comme quoi tout arrive. Bon, je vais voir de quoi il retourne.

En attendant, attaque les autres points du texte que j'ai copier/coller. Ca devrait t'être extrêmement facile, vu que selon toi, c'est un tissu de mensonges.

Edit : Ah oui, déjà, comme le dit le texte de la réfutation de la déclaration de Durban, 25 personnes seulement sur les 56 dont la séroconversion est documentée ont développée le SIDA. Donc, là-dessus, les dissidents disent vrais (le texte de la réfutation parle bien de personnes ayant développé le SIDA, pas de séropositifs).

Et apparemment si les dissidents qui ont écrit le texte parlent de zéro cas, c'est parce qu'ils considèrent que les cas "documentés" sont considérés séropositifs dans l'exercice de leur fonction parce qu'on n'a pas pu trouver de meilleure explication. Ce qui veut dire qu'on n'est pas du tout sur à 100 % que les cas en question ont été contaminés a tel ou tel moment. Percutaneous exposure, ça ne signifie pas forcément qu'on connait le moment précis où ils se sont fait piquer, mais qu'ils ont pu être amené à être piqués dans l'exercice de leur profession. C'est très différent. Parce que dans ce cas, c'est une reconstruction a posteriori. Tandis que si on teste juste après une piqure, là, c'est plus convaincant. Ici, on n'a aucune preuve que le test a été fait juste après une piqure précise. Donc on reconstruit le scenario a posteriori en disant que c'est "probablement" une piqure qui a été faite il y a 1, 2, 3 ou 4 ans qui a causé la séroconversion. On reste dans le domaine de l'hypothèse et pas du tout de la chose sure et certaine.

Eh oui, pauvre Candide, tu aurais du penser que les dissidents qui ont rédigé le texte ne sont pas des rigolos, et que s'ils ont sorti ça, c'est qu'ils avaient des arguments derrières. Tu aurais dû te douter que c'était un peu trop facile de pouvoir démonter cet argument de cette façon.

Bon ben, j'attends tes attaques sur les autres points de l'extrait de la réfutation de la déclaration de Durban.

Modifié par aixur
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis la discussion depuis plusieurs jours sans participer car effectivement, nous tournons en rond.

Je prends le clavier simplement pour dire que Candide n'a pas à m'attaquer encore une fois sur le débat auquel j'ai pris part sur le BMJ et pour lequel j'ai donné mes raisons dans ce même topic plus haut. Il n'a qu'à lire toutes les contributions en détail.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pourquoi

Je crois que le procés pour empoisonnement me parait inévitable, mais que les arguments des tenants de la thèse non virale ne tiennent pas devant les connaissances médicales et biologiques acquises.

Si on veut démontrer l'hypothèse non virale, (qui j'en suis certain ne pourra jamais être démontrée car elle est fausse, lisez les arguments de Montagnier, il ne remet absolument pas en question l'étiologie virale, l'existence de co-facteurs, fait partie des aléas de toute action physiopathologique dans toutes les maladies infectieuses), il faudra le jour "J" avoir plus d'arguments que ça.

La seule chose qui pourra être reprochée aux médecins avec des chances de succès, c'est d'avoir sciemment sous-estimé les effets léthaux des produits prescrits, là oui il y a matière à procés avec de sérieuses chances de succès.

Mais quand je vois par exemple Cheminot écrire que c'est l'AZT qui a contaminé les petits transfusés hémophiles dans l'affaire du sang contaminé, et avec tout le respect que je lui dois, et je sais qu'il est lui même modéré dans ses estimations vis à vis des autres intervenants, il faut quand même en être à un point de non-connaissance des bases de la médecine et de la biologie, pour affirmer une absurdité pareille.

Ce raisonnement sous entend qu'une simple molécule chimique pourrait avoir des effets que tout biologiste sait très bien ne pouvoir être que ceux d'un être vivant se reproduisant par l'intermédiaire d'un code génétique, ça ne tient pas debout, un peu de réalisme s'impose quand on en arrive là dans le délire et le déni de la réalité la plus élémentaire des sciences biologiques et médicales.

Les médecins sont de gens qui sont aux prises avec des réalités de personnes malades et de socièté à protéger à prendre en compte avec pour estimer leur meilleure attitude, d'une part certaines connaissances acquises, et aussi un certain nombre d'incertitudes elles aussi bien connues et beaucoup mieux estimées que les partisants de la thèse non infectieuse ne semblent le croire.

Les tenants de la thèse "révisionniste" devraient mieux étudier la médecine, ça leur éviterait de dire d'énormes bétises qui vont inévitablement se retourner contre leur position le jour du procés.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais trés bien que mes propos peuvent parfois avoir un aspect "éxotique" et sont teintés d'une petite touche de mysticisme .

Cependant ce que j'éssaie de dire est trés simple :

Essayons de savoir qui nous sommes , de savoir ce qui est important pour nous , essayons de vivre en fonction de nos croyances , que celles ci s'appuie sur une approche scientifique , intuitive , émotionnelle ou autres.

Mais n'oublions jamais qu'une croyance n'est qu'une croyance , et qu'en conséquence la notre n'etant pas supérieure à celle des autres il n'y a pas lieu de vouloir l'imposer à autrui comme une vérité . De la même façon il est légitime de vouloir ne pas se laisser imposer les croyances des autres.

Ceci n'empêche pas bien sur de débattre .

Mes propos peuvent peut être semblaient hors sujet ...et pourtant!

A côté de la démarche qui consiste à chercher la "vérité" du SIDA , existe un autre probléme qui est celui de la liberté de choix individuels face à la "maladie".

C'est beaucoup plus cet aspect là du probléme qui me fait réagir.

A propos des gourous et apprentis gourous ....deux choses me sont également désagréables:

1) marcher dans les pas d'un autre.

2) entendre des bruits de pas derriere moi.

Mais pour aggraver mon cas ,voici une des phrases clé de l'enseignement du bouddha ,que j'aime beaucoup .

"Ne croyez jamais rien sur paroles , pas même ce que je vous dis ...ne croyez que ce que vous aurez expérimenté vous même comme étant vrai ."

Ca ne sera pas facile de devenir un gourou avec de tels handicaps.

Modifié par sicnarfa
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité moimaime

On se heurte à des gens qui savent qu'ils savent , parce qu'ils savent...mais qui ne savent pas trés bien ce qu'ils savent.

De cela ils déduisent  que ceux qui ne savent pas , sont donc , soit des prauves gogos , soit des apprentis gourous , soit des gourous.

Cela serait bien dérisoire ...sauf que , dans la société dans laquelle nous vivons , ce genre d'accusation peut vous conduire tout droit devant un tribunal , et se terminer par des sanctions graves allant jusqu'à la prison.

Oui c'est sur qu'un cursus de medecine ça te conditionne plus que tout autre chose.

De plus ça te developpe l'orgeuil a fond et donc il devient quasi impossible de discuter avec la personne et quasi impossible pour elle de se "repentir" .

Et ceux qui le font ont des problemes.

A ceux qui font des decouvertes et qui ne sont pas medecins ont leur reproche de ne pas l'etre(sauf pasteur...lui c'est un genie....)

A tout les medecins occidentaux:

Le vivant est bien plus complexe que vous ne le croyez!

Interessez vous a la santé et non plus à la maladie!

Aller voir du coté des chamans et des "sages" il y a bien plus à apprendre!

4-guerrier.gif

ps: pour info, sida signifie, syndrome d'immunodeficience acquise donc il est pertinent de se demander pourquoi notre systeme immunitaire ne fonctionne pas correctement et pourquoi un ou des virus provoquent telle ou telle reaction chez certaine personne et pas d'autre.

Les singes dans leur milieu naturel n'ont aucun probleme avec le virus.

Ceux en cage et npoourri avec des aliments naturel non plus.

Ceux en cage et nourri avec des aliments dénaturés developpent un sida.

Modifié par moimaime
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceux en cage et nourri avec des aliments dénaturés developpent un sida......

exact en incluants les medicaments, drogues.......pourquoi ???

car si on devait aller voir dans leurs intestins, on verrait que leurs paroies sont irritées avec un infiltrat de lymphocytes( les fameux t4 qui ont disparus du sang soit disant )pour la medecine actuelle cela peut avoir plusieurs noms de maladies differentes.........qu importe le resultat est le meme : les instestins pourrissent ou pas !

voici le nom des maladies

kaposi ( tous types de lymphomes inclus ) diagnostic differentiel chez un seronegatif : lichen, psoriasis...cutané, externe et interne.....maladie de crhon....recto colite hemorragique....maladie coeliaque..........qui degenerent en cancer, lymphome etc......

en gros, lorsque que l on est seropositif cela doit fortement indiqué une tendance pre cancereuse avec comme point de depart les intestins.....ceux ci ayant perdus leur impermeabilité naturelle.....une flore dereglée ou brulée par l abus d antibiotiques ou autres drogues ( alcool, tabac etc inclus )........en gros on peut avoir des intestins malades et cela peut se manisfester par des signes delocalisés ( angines a repetition lors d infllammation des paroies digestives, problemes cutanés, hemorragies ....cancers etc)........le probleme est que le test reagit TROP BIEN et inclus aussi les degats causées par des drogues legales, alors les scientifiques ont decidés de le faire passer uniquement à ce qui derangeait le plus les bien pensants : homo, noirs ......certains se lavent de tout remords en disant : vous savez si un sero est malade sans avoir pris de sustances legales, c est qu il prenait autre chose ( sous entendu que le test reagit uniquement à des drogues ilicites).......le but des tri therapies est de pouvoir sitmuler (?!) nos defenses car en stimulant celles ci notre corps peut mieux se defendre contres les infetctions MAIS CELA PERMET AUSSI DE MIEUX ELIMINER LES SUSBTANCES CHIMIQUES NOCIVES meme celles utilisées pour combattres les infections, cancers....

on a fait manger des antibiotiques à des populations à doses enormes pour leur dire 40/50 ans plus tard de maniere detournée ( pub tele : les antibio c est pas systematique !)et en pretextant une soit disante resistances des bacteries ( vous savez les idiotes mauvaises, CELLES MEME QUI NOUS ONT ET QUI NOUS COMPOSENT !)......qu il ne fallait pas en prendre sauf cas grave car en fait c est tres dangeureux............et oui ainsi va la science...

un jour c est blanc

un jour c est noir

j imagine dans les années 70 comme ca devait y aller bon train pour la prescription des antibios : mal de tete ?? surement du au staph= antibios.... c est a se demander si ce n est pas l absinte qui est /etait responsable de la syphillis ( meme genetiquement parlant )......

maintenant on est dans la science du tout est à cause des virus ( tous scientifiques sensés savent que virus=iatrogene legal, ou illegal ).....il y en a un autre courant qui dit tout est candida albicans, donc un dereglement de la flore...............

mais en suposant que les theories de Pasteur soient fausses, erronées...et voyant le corps comme une machine avec comme moteur les intestins et ce qu on y met dedans, on peut voir les choses d une maniere differente.......

est ce qu un corps avec des intestins sains peut vivre sans un cerveau en bonne etat ? oui

est ce qu un corps avec des intestins pourris par des substances chimiques ( meme dés/avant la naissance)et un cerveau en bon etat peut vivre longtemps : non.

sacrés les medecins ! = on soigne d un cote, on casse de l autre ... ! vieil adage !!! alors pour se laver les mains ont dit c est viral....

:

par rapport au sida, je revois Montagnier dans l emisssion de Delarue sur France 2 qui avait comme sujet : que faut il faire pour sauver la planete...............a cette question, Montagnier a repondu :

il faut bien faire comprendre aux gens que nous sommes trop sur la planete et que celle n est pas pourvue naturellement pour nourrir tout le monde..............

c est quand fou d entendre cela de la part du *decouvreur du vih* !!.........un virus qui n a que pour cible que des groupes de la population bien ciblée !!............

un super virus intelligent qui ne contamine que les noirs, homos,toxicos .............

comment mentalement, en ayant un peu de respect pour la race et le corps humain, on peut accepter des concepts aussi debiles que les virus et bacteries nocives ??? cela fait des millions d années que la race existe et perdure et cela SUREMENT PAS GRACE UNIQUEMENT A LA MEDECINE !!............

faudrait etre là dans 150 ans pour savoir ce que l on dirat du sida plus tard.......et c est le probleme de la science : tout faire pour vivre plus vieux.........l etre humain n accepte pas la mort et ne s aime pas.........c est comme une punition.......comme si on etais en enfer.......on peut nous dresser toutes les barrieres mentales que l on peut, il y aura toujours des cerveaux sensés pour comprendre les choses et surtout savoir que l on peut pas lutter.....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité FinallyFree
ben si avec tout ca finnaly trouve quand meme quelque chose à dire !!

Déjà je dirais une chose, vous êtes bien prétentieux pour dire que vous avez mieux compris la physiologie humaine que tous ceux qui ont travaillé dessus depuis des années...

Quand à la toxicité de certains antibiotiques, personne ne vous a attendu pour la connaître et l'étudier, il en existe même certains qui ont une toxicité très importante (comme les antituberculeux par exemple)

Le bénéfice apporté par les antibiotique est supérieur aux inconvénients, l'idéal étant bien spur de rester en bonne santé pour ne pas en avoir besoin icon_smile.gif

Je suis content que quelqu'un avance ce genre d'argument sur ce topic, je suis sûr que Cheminot a un avis à donner la dessus _biglol.gif . Alors monsieur ? Vous qui êtes si prompt à essayer de connaître la vérité en matière de médecine pour ce qui concerne le VIH, ça ne vous fait pas réagir des inepsies pareilles ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le bénéfice apporté par les antibiotique est supérieur aux inconvénients, l'idéal étant bien spur de rester en bonne santé pour ne pas en avoir besoin

Tout d'abord, je m'appelle Jean. Inutile de me donner un pompeux "Monsieur", qui n'a rien à voir avec les relations que nous sommes censés avoir sur ce forum, et que je voudrais toujours amicales.

Je ne sais si je suis en bonne santé, mais en tous cas, depuis 35 ans, je n'ai jamais touché un antibiotique, pas plus d'ailleurs qu'aucun de mes 9 enfants lorsqu'il a été sous ma responsabilité. Et, selon les responsables du collège voisin, ils sont parmi ceux qui ont eu le taux d'absentéisme le plus bas.

C'est dire que les angines, otites, rhinos, voire les maladies infectieuses comme la rougeole ou la varicelle ne font pas long feu chez nous.

Maintenant, effectivement, le bénéfice à court terme des antibios est indéniable, c'est-à-dire d'une part pour faire disparaître certains symptomes (ne pas oublier que certains antibios ont aussi des propriétés antiinflammatoires), et éliminer une prolifération de bactéries lors de maladies susceptibles de dégénérer en septicémie.

Mais en réalité, les antibiotiques court-circuitent le processus normal de réparation des lésions provoquées, non pas par des bactéries, mais par un déséquilibre cellulaire dû à un stress physicochimique (coup de froid, coup de chaleur, blessure physique ou psychique). Ce déséquilibre permet aux bactéries de s'exprimer, d'autant que leur concentration est élevée dans le milieu extérieur (d'où leur infectiosité). Mais le processus normal d'élimination de ces bactéries s'emballe généralement et donne lieu aux réactions inflammatoires qui peuvent détruire les tissus. Les antibiotiques et les cortoicoïdes viennent bien sûr à bout de cela, mais en empêchant la réaction cellulaire normale, qui est de détruire les microbes endocellulaires (virus) par dégagement de NO (formation de peroxynitrites), et de laisser les macrophages détruire les bactéries par leurs enzymes, et pourquoi pas également par la production de NO (cela je n'en suis pas sûr).

Une fois que la réaction cellulaire est perturbée, la maladie chronique s'installe, et à mon avis, elle est causée par la perturbation apportée par des traitements (pas seulement des antibiotiques) dont on n'a pas mesuré toutes les conséquences, emballé que l'on a été par les résultats miraculeux apparaissant à court terme.

Quant aux liens cités, le premier vient de Santé Tropicale, qui n'est pas précisément alternatif, et qui pose malgré tout le problème du dosage des antibiotiques.

N'oublions pas cependant que la découverte de l'activité de ces substances a toujours été fortuite, que leur mécanisme d'action est plus ou moins connu, le mieux étudié étant celui des bêtalactamines (pénicillines et céphalosporines), les moins toxiques (du moins en ce qui concerne les molécules naturelles, les molécules synthétiques contenant un groupe N-O [oximes, éthers d'oximes, isoxazoles] étant les plus efficaces, mais aussi les plus toxiques).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité crepator4

>>>Selon la loi thermodynamique de Maxwell, le désordre ne fait qu'augmenter quel que soit l'ordre qu'on essaye d'y mettre. On peut appliquer ce raisonnement à la médecine : plus on a une médecine efficace, plus on augmente l'espérance de vie, plus on va voir apparaître le recours aux médecines "alternatives" : phytothérapie, médecines chinoises, ayruvédique, aromathérapie etc.<<<

RZZ,RZZ,BIP,BIP Traitement en cours.. 5-aureole.gif

Selon la loi thermodynamique de Maxwell, le désordre ne fait qu'augmenter quel que soit l'ordre qu'on essaye d'y mettre. On peut appliquer ce raisonnement à la médecine : au moindre probleme ,on vous gave de médicaments(pour y mettre de l'ordre),les symptomes(les maladies plus rarement) vont regresser,mais vont induire d'autres problemes ,on vous donne donc fort logiquement d'autres medicaments pour contrer ces petits désagrements,qui vont eux memes...

Cadeau Bonus une nouvelle pathologie d'installée... 3 - thermo.gif

....gueulecasse.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rosalie

Candice "

Ce qu'il y a de bien, avec les "dissidents" et leurs disciples, c'est qu'il est incroyablement simple de démontrer leur manque de rigueur et leurs mensonges. Il n'est jamais besoin d'aller bien loin pour réfuter leurs allégations.

.................

En définitive, vous vous comportez comme des imposteurs et des menteurs."

Donc tu viens sur un forum discuter avec des gens que tu méprises.

Tu utilises les mots "vous vous comportez" au lieu de "vous êtes" qui serait une insulte tandis que là ça rentre pas dans la catégorie tout en le disant.

Il faut reconnaitre que c'est toujours assez bien au point ta façon de naviguer à vue. Personnellement je prèfère les franches insultes à ça, il y a plus de respect malgré tout. En tout les cas ce que je tente d'expliquer c'est que ce genre de manoeuvre donne envie de d'insulter et c'est assez bien foutu pour ça et là tu pourra dire "vous voyez, c'es moi qui suis pas respecté".

A chaque fois tu ramènes des liens qui défendent la thèse officiel et qui veulent démontrer par A+B que tout a déjà été dit et prouver sur le sida.

Arguments officiels qui vont à l'encontre de l'opinion de la plupart des gens du forum (j'ai pris la peine de presque d'en lire une bonne partie).

Donc j'ai une question, tu pourrais exactement faire la même chose avec des opposants à la vaccination, en leur rappelant toute la littératures officiels (il y a de belles courbes qui démontrent que telle maladie a diminue de 80 % voir 100 % depuis l'intoduction de la vaccination en ommettant bien sur de montrer que la courbe avait la même diminution les années auparavant).

Que penses tu de la vaccination et est ce que tu pourrais faire pareil ?

Modifié par rosalie
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rosalie

Il y a un sujet spécifique pour la vaccination, laissons ce post qui est suffisament touffu avec l'objet de départ.

Je demandes pas de développer dessus ici, juste savoir s'il considère que ceux qui remettent en cause la vaccination sont aussi des imposteurs comme il le pense des dissidents du sida. NUANCE.

Modifié par rosalie
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...