Aller au contenu
forum sidasante

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Avant
  2. Bonjour à vous, Mon ami vient de voir le médecin (celui conseillé par son homéopathe) qui le suit, les résultats sont vraiment encourageant : charge virale indétectable et T4 (même si leur importance est sujet à débat, mais bon, pour lui ça a de l'importance) remontée à 321
  3. Bonjour à vous toutes et tous, Ce court message pour vous dire qu'il a commencé depuis le 7 mai à prendre du Glutathion liposomé + ainsi que de la Vitamine C liposomale +. Au départ, durant les 2 premières semaines il continuait à tousser mais maintenant juste une quinte de toux par ci par là ! J'imagine que c'est parce que son taux de glutathion devait être extrêmement bas qu'il a fallut un certain temps pour que cela fasse effet... Désormais il mange davantage, dort mieux, bref que du bon !
  4. Triste, à croire qu'il n'a rien vu ni lu depuis 1987. Quel que soit le rôle crucial qu'il a eu a ce moment-là, cela en dit long sur l'entourage courtisan qui l'a accompagné, soutenu et défendu mordicus pendant 3 décennies. Lui qui avait pu rêver du Nobel dans les années 70 se retrouve désormais en professeur Joyeux de la dissidence du sida, un repoussoir parfait et rêvé, dont n'importe quel étudiant de 1ère année peut défaire le raisonnement simpliste, vestige en parfait état de conservation, qui doit générer chez ces étudiants milléniaux le même effet de sidération, amusé et incrédule, que de tomber dans crier gare dans leur université sur un écran à tube monochrome noir et vert, comme ceux qui encombraient les laboratoires de l'époque. Cela démontre aussi une fois de plus l'inefficacité des stratégies dissidentes qui visent à promouvoir, coûte que coûte, des figures connues et légitimes qui font monter la sauce devant les caméras ou dans les gazettes (le "grand professeur" de Berkeley), plutôt que de vraies théories alternatives, solides, et durables parce que solides...
  5. Bonjour à tous, Juste un petit message pour vous signaler cette interview de Duesberg, qui n'a rien changé de son argumentation depuis son premier article dans Cancer Research sur le VIH, notamment son raisonnement à partir des postulats de Koch, de l'épistémologie et des anticorps qui rendrait le VIH inactif et donc absent chez nombre de patients...
  6. Bonjour Jibrail, Malheureusement il a recommencé à tousser dans les mêmes proportions, voir pire, il y a de cela 2/3 semaines. Il lui est également arrivé d avoir des crampes, une a un pectoraux et l autre a un bras, ainsi que des céphalées (2 pour le moment) accompagné de gonflements au niveau frontal. Ces symptômes étant inscrit sur la liste d effets secondaires du médicament. Il a vu le médecin il y à peu, apparemment ces analyses sont bonnes mais bon, concernant le VIH / SIDA, ces dernières sont sujettes à controverses... Pour l instant je ne sais quoi en penser, cela fait 1 mois et demi qu il suit le traitement, peut être faut il attendre davantage avant d émettre un jugement. Quoi qu il en soit, je posterai l évolution de la situation
  7. Salut Manou, J'avais commencé une réponse assez détaillée, mais que j'ai entièrement perdu suite à une erreur de manip. En quelques mots, une analyse plus qu'un retour d'expérience : - Le Raltégravir est une anti-intégrase et la Rilpivirine est un inhibiteur de transcriptase inverse. Même si on peut être assez sceptique sur le mécanisme d'action réel de ces molécules, il faut souligner que du point de vue orthodoxe comme du point de vue purement chimique, ces deux molécules n'ont rien à voir. Elles n'ont donc pas du tout le même profil d'effets secondaires a priori (les symptômes peuvent être voisins mais les mécanismes qui les causent ne devraient pas être identiques). - Les autorités américaines de santé conseillent toujours en première ligne un régime à base d'anti-intégrase, dont le Raltégravir. Les régimes à base de Rilpivirine ne viennent qu'ensuite. En cause un développement de résistances plus rapide dans certaines situation, mais peut-être aussi des effets dépressifs touchant jusqu'à 9% des patients lors d'un essai clinique, et environ 1% de pensées suicidaires. C'est indiqué à la page F31 de ce document (voir extrait ci-dessous). A noter que les autorités françaises recommandent l'un comme l'autre traitement en première intention (sans faire référence aux effets dépressifs de la Rilpivirine), sans hiérarchiser l'un par rapport à l'autre. Citation « Adverse Effects:• RPV is generally well tolerated. In the ECHO, THRIVE, and STaR trials, fewer instances of CNS adverse events (e.g., abnormal dreams, dizziness, psychiatric side effects), skin rash, and dyslipidemia were reported in the RPV arms than in the EFV arms, and fewer patients in the RPV arms discontinued therapy due to adverse events. However, up to 9% of clinical trial participants experienced depressive disorders, including approximately 1% of participants who had suicidal thoughts or who attempted suicide. Patients with severe depressive symptoms should be evaluated to assess whether symptoms may be due to RPV and if the risks of continuing the same regimen outweigh the benefits. » - Entre les deux Tenofovir, j'avais largement détaillé l'affaire sur ce fil (lire tout le fil). En tout état de cause, le Tenofovir Alafenamide, le nouveau, est a priori meilleur en termes d'effets secondaires que l'ancien que l'on trouve en combinaisons dans les formules commerciales de Truvada ou Atripla. La question demeure : jusqu'à quel point ? Elle n'est pas réglée, car au vu des études produites, par Gilead, le labo, apparemment très légères, la Haute Autorité de Santé considère que l'amélioration apportée par le nouveau Tenofovir est trop légère, ou en tout cas insuffisamment démontrée. Et les autorités sanitaires allemandes sont sur la même ligne. Alors que faire ? A la place de ton compagnon, j'aurais tendance à conserver le Raltégravir puisqu'il semble fonctionner et ne pas provoquer trop d'effets secondaires, et éventuellement tenter le nouveau Tenofovir. Mais en fait, ce n'est pas possible, car le nouveau Tenofovir n'est commercialisé que dans des combinaisons complètes type Odefsey, et pas dans le remplaçant du Truvada, qui s'appelle le Descovy (Tenofovir Alafenamide + Entricitabine). En effet, comme Seronet l'explique avec beaucoup de clarté, le Descovy est autorisé mais compte-tenu de son apport thérapeutique non démontré par les études transmises à la Haute Autorité de Santé, il n'y a pas eu d'accord sur la commercialisation à un prix plus important que le prix actuel, faible car le brevet initial a expiré. Le laboratoire Gilead a donc décidé de pas le commercialiser, car il voudrait plutôt le vendre 400€ par boîte comme en Allemagne plutôt que 135€ comme cela devrait être la règle. Aussi il n'est pas possible aujourd'hui d'avoir un régime Raltégravir+Descovy au lieu de Raltégravir+Truvada. Donc à la place de ton compagnon, je crois que j'en resterai, pour l'instant, au régime actuel…
  8. Merci Pirate pour ce retour. Tant mieux si les symptômes s'améliorent désormais suite à cette période. Il faut toujours garder ouverte cette possibilité de recours aux multithérapies, en particulier dans des situations aussi critiques. J'espère que ton ami pourra continuer à reprendre du poil de la bête, et ne pas considérer cet épisode comme un échec.
  9. Bonjour a vous ! Après une longue absence je reviens vers vous... Du coup non, il n avait fait aucune recherche de parasites depuis son retour, là il l a fait par la force des choses. La situation à évoluée depuis le dernier post, après avoir vécu un période émotionnellement très dure ayant entraînée une dépression (qui à durée à peu prés 10 mois, sans médication allopathique), il a également développé une bronchiolite tenace qu'il à traîné pendant 7 bons mois (les premiers symptômes datant de septembre) ainsi qu’une angine par dessus le tout. A partir de là, son homéopathe lui a conseillé d'aller voir un confrère spécialisé dans le "VIH/SIDA" (allopathique). Il prend donc du BIKTARVY depuis mi mars et ça va mieux, autant du point de vue de la toux que de sa dernière analyse ( que je poste ci dessous, avec également les résultats de la précédente encore qui sont tout à droite ) 21/02/19 Hématologie Exames réalisés sur sang total EDTA Hémogramme XN – Sysmex 20/11/2018 Hématies 4.93 Tera/L 4.28 à 6.00 4,98 Hémoglobine 13,6 g/dL 13.4 à 16.7 13,9 Hématocrite 43,4 39 à 49 44,9 V.G.M 88 fl 78 à 98 90 T.C.M.H 27,6 26 à 34 27,9 C.C.M.H 31,3 31 à 36.5 31 Leucocytes 3,82 Giga/L 4 à 11 3,63 20/11/2018 Polynucléaires neutrophiles 53.4 % 2,04 Giga/L 1,80 à 6,90 1,79 Polynucléaires éosinophiles 4.5 % 0,17 Giga/L 0,02 à 0,63 0,35 Polynucléaires basophiles 0.5 % 0,02 Giga/L inf à 0,11 0,02 Lymphocytes 23.8 % 0,91 Giga/L 1,00 à 4,80 0,80 Monocytes 17.8 % 0,68 Giga/L 0,18 à 1,00 0,67 Plaquettes 172 Giga/L 150 à 400 165 XN – Sysmex VS 7 mm inf à 15 Alifax-BECKMANN COULTER Biochimie Biochimie Sanguine Dans de très rares cas de prise massive de biotine (> 5mg/jour), l risque d’interfèrence avec les immuno-dosages ne peut être exclu. Il est alors recommandé d’effectuer le prélèvement au moins 8h après la dernière administration Examens réalisés sur plasma sauf mention sous le test 20/11/2018 Glycémie 4.62 mmo/L 4.11 à 5.89 4,62 0.83g/L 0.74 à 1,06 0,83 Colorimétrie enzymatique - ROCHE DIAGNSTICS Créatinine 78mol/L 62 à 106 72 8,86 mg/L 7,01 à 11,98 8,14 Jaffé cinétique – ROCHE DIAGNSTICS MDRD Homme 105ml/mn/1,73m2 > 60 115 (Modification of the Diet In Renal Disease) Aspect du sérum Limpide 20/11/2018 Cholesterol 3,05 mmol /L inf à 5,20 3,34 1,18 g/L inf à 2,00 1,29 Colorimétrie enzymatique - ROCHE DIAGNSTICS Cholesterol H.D.L 0,70 mmol/L inf à 1,45 1,02 0,27 g/L sup à 0,56 0,39 Technique enzymatique - ROCHE DIAGNSTICS Rapport Cholesterol total / H.D.L 4,36 inf à 5,00 3,27 Un dosage de l’Apolipoprotéine A1 peut être effectué à l’initiative du biologiste. Cet acte est justifié en cas d’une valeur de HDL cholesterol infèrieure à 0,30g/l Triglycérides 0,80mmol/L inf à 2,26 0,70 0,70 g/L inf à 1,97 0,61 Colorimétrie enzymatique - ROCHE DIAGNSOTICS Cholesterol L.D.L 1,99 mmol/L 2,00 Calcul selon la formule de Friedwald 0,77 g/L 0,78 Rapport Cholesterol H.D.L/L.D.L 0,35 0,51 Calcul selon la formule de Friedwald Apolipoprotéine A1 0,85 g/L 1,04 à 2,02 Immunoturbidimétrie - ROCHE DIAGNOSTICS Phosphore 1,12 mmol/L 0,81 à 1,45 35 mg/L 27 à 46 Technique colorimetrique – DIAGNSOTICS Calcium 2,34 mmol/L 2,15 à 2,50 94 mg/L 86 à 100 Comploxométrie colorimétrique – DIAGNSOTICS Biochimie urinaire 20/11/2018 Protéinurie 0,06 g/L inf à 0,15 0,06 Méthode turbidimétrique – DIAGNSOTICS Enzymologie Transaminases ASAT (SGOT) 19 U/L inf à 40 21 Cinétique enzymatique IFCC – DIAGNSOTICS Transaminases ALAT (SGPT) 19 U/L inf à 41 20 Cinétique enzymatique IFCC – DIAGNSOTICS Phosphatases alcalines 53 U/L 40 à 129 59 Colorimétrie enzymatique – DIAGNSOTICS Lipase 14 U/L 13 à 60 Cinétique enzymatique – DIAGNSOTICS Examens transmis laboratoire CERBA CYTOLOGIE HEMATOLOGIQUE LYMPHOCYTES T3/T4/T8 CD3, CD4, CD8 VIH VIH Charge virale ARN VIH1 LYMPHOCYTES CD3, CD4, CD8 (Cytométrie en flux) Lymphocytes sélectionnés par le double critère taille/CD45 Numération lymphocytaire 910/mm3 lymphocytes T CD 3 74,2 % soit 675 /mm3 N : 900 à 1900 lymphocytes T CD 4 12,4 % soit 13 /mm3 N : 500 à 1200 lymphocytes T CD 8 62,1 % soit 565 /mm3 N : 200 à 600 Rapport CD4 / CD8 0,20 Les valeurs de références tiennent compte de l’age du patient QUANTIFICATION DE L’ARN DU VIH-1 CIRCULANT (RT-PCR temps réel Cobas 8800 Roche) Domaine de quantification : 20 – 10.000.000 copies/ml (1,3 – 7,0 log) Resutat 141 931 copies/ml soit 5.15 log Résultats du 15 .04.2019 QUANTIFICATION DE L’ARN DU VIH-1 CIRCULANT (RT-PCR temps réel Cobas 8800 Roche) Domaine de quantification : 20 – 10.000.000 copies/ml (1,3 – 7,0 log) Resutat 51 copies/ml soit 1,71 log
  10. Bonjour à tous, Je reviens sur le forum après un long silence. Il y a 2 ans, j'avais beaucoup d'espoirs de pouvoir convaincre mon conjoint de diminuer la médication peu à peu. Ça ne s'est pas passé comme prévu. Il n'y a pas eu de constance dans l'arrêt. Il a quand même enlever les médicaments le dimanche mais pas tout le temps de sorte que je n'ai jamais pu revenir sur le forum avec des résultats montrant que même avec l'arrêt d'un jour, la charge virale reste indétectable et le ratio cd4/cd8 augmente régulièrement (0,83 recemment). Par contre son médecin lui propose plus de "confort", ce qu'il aimerait bien en prenant 1 cachet par jour : l'odefsey Pour le moment, avec truvada et isentress il n'a jamais eu d'effets secondaires (hormis peut être quelques cauchemars la nuit et encore). Je sais que dans l'odefsey, le nouveau tenofovir est apparemment meilleur mais je ne sais pas entre isentress - raltégravir - et rilvipirine, ce qui est le moins nocif ! J'ai tendance à me dire de garder l'isentress puisque ça fonctionne sans effets secondaires et surtout des bons bilans sanguins dans les normes (foie, reins) et je ne comprends pas pourquoi son médecin lui prescrit une autre molécule surtout avec son histoire. En première prescription, il avait eu Reyataz puis Kaletra qui avait été desastreux. Est-ce que raltégravir / rilvipirine c'est kif-kif, est-ce qu'on peut essayer quite à revenir sur isentress si l'odefsey ne va pas ? J'aimerais beaucoup avoir vos avis ou un retour d'expérience ? merci et bonne journée à tous.
  11. Oui bon, le cancer, forcément... Ci-dessous, je vous joins un résumé des ses travaux par le philosophe Roberto Esposito qui a publié trois ouvrages dans les années 2000 à 2018 sur le biopolitique et le biopouvoir (les 3 je pense sont connus, traduits et ont été discutés aux USA - Université de Chicago, commentaires et ITV par Timothy Campbell (cf. lien ci-dessous). Seul l'un d'entre eux a paru en traduction française.) Ce sont des développements philosophiques en relation avec la question du bios autour du très ancien concept de philosophie politique qu'est aussi l'immunité (immmunitas en latin). Ce qui me frappe dans l'extrait ci-dessous, c'est l'idée qu'un dispositif immunitaire ... à la fois réel et symbolique ... en est venu à concerner the entire contemporary experience. Idem pour la conclusion de l'extrait : "The threshold of knowledge ... faced with the risk of contagion... riches its apex precisely in our own period."... Bios, Immunity, Life The Thought of Roberto Esposito Timothy Campbell Tout cela ne semble plus spécialement d'actualité comme ce le fut jusque relativement récemment, mais enfin, bon... En même temps, on sait bien que ça suit son cours (nouveau bail de 10 ans avant "éradication du virus" accordé à BigPharma par Trump dans on discours sur l'Etat de l'Union ces jours-ci).
  12. Cher tout seul , Je vais bien en tout cas pour ma part, merci pour cet article, qui vient du même labo et du même centre de recherches que le précédent que nous discutions plus haut (le NIH, soit le centre fédéral américain de la recherche sur les maladies infectieuses basé dans la banlieue de Washington DC, c'est-à-dire le fief de Gallo lui-même). Il suffit de lire ces lignes de l'introduction de cet article (dans une publication du groupe "Nature") : Et se souvenir que "l'isolation" du supposé VIH s'est fait à partir de co-cultures à partir de lignées de lymphocytes provenant de cellules leucémiques (Gallo) ou de cellules du cordon ombilical (Montagnier), qui sont désormais bien identifiées pour produire un grand nombre de vésicules extracellulaires, et les chercheurs estiment que les vésicules issues de ces cellules pourraient jouer un rôle significatif dans le développement cancéreux (voir par exemple ici et là)...
  13. Chers tous, j'espère que vous vous portez bien, je me permets de partager cet article que le Perth Group a trouvé pour nous. Encore un truc magique : - l'article reconnaît qu'il est quasi-impossible d'avoir des préparations pures de microvésicules, donc qu'on a une mixture avec pleins d'exosomes dont certains sont de taille et d'allure similaire au soi disant VIH - l'article, qui essaie péniblement de distinguer les microvésicules du VIH, montre que nombre de microvésicules sont porteuses de la fameuse gp120... Pas de bol, c'est une des protéines du soi disant VIH, ce qui est bien emmerdant pour la spécificité des tests. Et tout ça bien sûr continue de passer comme une lettre à la poste. Plus c'est gros...
  14. Médicaments les plus remboursés par la sécu : Gilead et son Truvada en troisième position en 2017, après Novartis et Roche (Suisse). Bastamag_Pharmapapers : "Laboratoire : Gilead "Siège social : USA "Total remboursé en 2017 : 705 485 384 € "Tendance d’évolution : En baisse ? "Médicaments les plus rentables : Harvoni, Eviplera, Truvada" On aurait dû s'en douter.
  15. Médicaments les plus remboursés : Gilead et son Truvada en troisième position en 2017. Bastamag_Pharmapapers Laboratoire : Gilead Siège social : USA Total remboursé en 2017 : 705 485 384 € Tendance d’évolution : En baisse ? Médicaments les plus rentables : Harvoni, Eviplera, Truvada
  16. Que dire ? Sinon que la SexPol du Système ressemble de plus en plus à une chasse aux sorcières... https://reseauinternational.net/un-professeur-suedois-transphobe-risque-de-perdre-son-emploi-pour-avoir-fait-etat-de-differences-biologiques-entre-les-sexes/
  17. Bonjour, décidément, ces derniers temps, les rétropédalages de l'orthodoxie se multiplient. Dans le cas présent, c'est une bonne nouvelle pour toutes les personnes accusées d'avoir infecté leur partenaire sexuel. Il s'agit d'une déclaration de consensus parue ici, signée notamment par Françoise Barré-Sinoussi. En particulier, il y est reconnu que les risques de transmission lors d'une relation sexuelle sont nuls ou faibles, et surtout qu'une analyse phylogénétique ne peut prouver à elle-seule qu'une personne en a infecté une autre, mais que cela peut être utilisé pour en revanche la disculper! On nous rappelle par exemple : "The possibility of HIV transmission from vaginal‐penile intercourse when the HIV‐positive partner does not have a low viral load and a condom is not used is low" (on donne le chiffre de 8 cas pour 10000, comme la CDC l'avait déjà dit bien avant). Mais aussi : "Phylogenetic analysis can be used as a forensic tool. The results can be compatible with, but cannot conclusively prove, the claim that a defendant has infected a complainant. Importantly, phylogenetic results can exonerate a defendant when the results are not compatible with the allegation that the defendant infected the complainant. (...) HIV phylogenetic evidence can exonerate a defendant accused of transmitting HIV to a complainant because if the virus strains detected in the defendant and complainant are unrelated, the phylogenetic evidence conclusively contradicts the claim that the defendant was the source of the complainant's virus" L'aveu est intéressant à la fois sur le plan de l'évolution juridique et peut servir à ceux et celles qui auront ou ont eu à se défendre devant la justice, mais aussi sur le plan scientifique : si une analyse phylogénétique n'est pas suffisante pour savoir qui a transmis le soi-disant virus à qui, quand, bon sang de bon soir peut-on le dire, et comment sont construites les données et statistiques pour dire que un tel a été infecté lors d'une relation sexuelle et tel autre lors d'une transfusion? A suivre et à diffuser
  18. Bonjour à tous, je n'ai pas résisté à vous joindre ce petit lien qui résume cette étude-ci nous en dit long sur la cuisine que représente l'usage et l'interprétation des tests d'anticorps, les tests rapides dans le cas présent. On y apprend que sur 44 "séropositifs" (vous comprendrez les guillemets après) sous traitement, 13 d'entre eux sont négatifs à l'autotest (on découvre aussi que 16% des 44 étaient même positifs à ELISA avec un index faible...). Il est indiqué dans l'article originel que la perte de séropositivité serait dû probablement à la perte de réactivité de l'anticorps à la gp41 (qui semble ne plus s'activer pour ces patients sous traitement lors d'un test WB), soit l'anticorps à l'actine cellulaire si on est habitué aux travaux du PG. Pourtant, les dits patients sont considérés comme "positifs" et ces autotests sont malgré tout en vente libre alors même qu'ils prouvent ici leur manque de sensibilité. Bien entendu, ce sont des patients sous traitement, ce qui pose la question de savoir finalement ce qui entraîne la perte de réactivité à l'actine dans les traitements. Serait-ce dû au fait que le niveau d'oxydation cellulaire serait réduit et qu'en conséquence, moins de débris cellulaires, microvésicules et exosomes conventionnellement et improprement surnommés VIH se baladent dans l'organisme? Cet étude ne permet évidemment pas de le conclure. Mais elle permet à nouveau de pointer du doigt l'imprécision de ces tests.
  1. Charger plus d’activité
×
×
  • Créer...