Aller au contenu
forum sidasante
Invité kisskat

Guérir le Sida!

Recommended Posts

Quand je lis la page en lien, je me demande si ce n'est pas de la langue de bois ! icon_tresfache.gif

Ce n'est sûrement pas la seule étude orthodoxe qui démontre l'importance des anti-oxydants, glutathion et N-Acétylcystéine dans une "infection au vih".

Même si ce n'est pas remboursé par les assurances, pourquoi les médecins-sidologues n'en parlent pas à leurs patients ?

Après tout, c'est le patient qui a le droit de décider de ce qu'il est prêt à payer de sa poche ou pas. Ne pas avoir accès à ces infos "par omission" du médecin est contraire à la liberté fondamentale de tout un chacun.

Je me demande si l'orthodoxie SAIT (vih non-isolé correctement, anti-oxydants aussi efficaces que les tri-thérapies, etc...) et continue à faire VOLONTAIREMENT la politique de l'autruche icon_tresfache.gif

Entre bourde au début de " l'épidémie " et volonté d'occultation, il y a quand même un sacré pas ! icon_tresfache.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

" Je me demande si l'orthodoxie SAIT (vih non-isolé correctement, anti-oxydants aussi efficaces que les tri-thérapies, etc...) et continue à faire VOLONTAIREMENT la politique de l'autruche "

--------------------------------------------

En fait, selon moi, nous sommes plus confrontés aux travers de la nature humaine qu'à une volonté consciente de nuire.

Je m'explique : l'être humain a certes beaucoup de qualités et de potentiels mais, parfois, souvent, il est lourd...lourd. Cette réalité n'épargne pas nos chers médecins orthodoxes qui se sont réunis en " corps ", en "ordre " depuis la deuxième guerre mondiale.

Les laboratoires exploitent cet état de fait avec le plus grand cynisme et une certaine habileté ; il faut dire que leurs clients , les médecins, pas les patients, il ne faut pas s'y tromper, sont relativement dociles.

Alors, où veux - je en venir ?

Tout simplement à ce que le problème, dans l'affaire, tient plus à des comportements grégaires et passifs des médecins et autres personnes concernées, qu'à une volonté consciente de nuire. Nous sommes dans le cas de figure de la personne qui n'arrête pas de vous marcher sur les pieds tout en vous répétant qu'elle ne le fait pas exprès : en deux mots, une personne qui ne s'appartient pas.

Il est très facile de faire taire les gens et del les mettre dans le rang ; pour cela il y a plusiieurs moyens qui de toute façon tournent toutes autour de la peur.

Peur d'être exclus du groupe,

Peur du ridicule,

Peur de ne pas subvenir à ce que l'on croît être ses besoins,

Peur de l'emprisonnement ( Hamer ),

Peur de voir la vérité en fasse et de mesurer son errance du passé,

Peur d'avoir eu tord

etc....

Encore une fois, pour moi, la médecine derait être une vocation, en aucun cas un métier banalisé comme on tente de faire croire aux médecins et à leurs " patients ". Un métier où, il faut se " mouiller ".

La Signature de Wallypat va, encore une fois, dans ce sens. En matière de propagande, Goebbels était un enfant de coeur par rapport à ce qui se fait de nos jours.

Alors ?

IL faut faire ce que nous faisons : rentrer en résistance. C'est tout.

Modifié par sidarta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et relire, le Némésis médicale : l'expropriation de la santé ! d' Ivan Illich

Modifié par sidarta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

anti-oxydants aussi efficaces que les tri-thérapies

Je crois qu'il est malgré tout préférable d'apporter un (tout petit) bémol à cette affirmation, faute de quoi un orthodoxe du sida pourrait peut-être en profiter pour repérer une faille éventuelle dans les théories dissidentes du sida.

Je ne pense en effet pas que ces compléments alimentaires soient systématiquement aussi efficaces que certaines drogues dites "antivirales".

Dans les cas extrêmement difficiles, genre sida déclaré avec prognostic vital réservé, personnellement, je ne me hasarderai pas à recommander au malade en question de prendre de tels compléments alimentaires comme solution. Dans ce cas extrême, je lui recommanderais tout de même de prendre - provisoirement - des drogues dites "antivirales", dont tout particulièrement la "lamivudine", dont Cheminot a démontré à plusieurs reprises qu'elle était un antioxydant exceptionnel, avec en plus de fortes doses de glutathion en intraveineuse. Ensuite, seulement, après rétablissement, je lui suggérerais d'abandonner progressivement les drogues dites "antivirales" et de passer aux compléments alimentaires.

Je crois que dans les cas extrêmement difficiles où il peut même être question de vie ou de mort, la lamivudine (qui est visiblement la drogue dite "antivirale" ayant le moins d'effets secondaires) devrait s'imposer à titre de remède urgent. Je ne suis en effet pas sûr que des compléments alimentaires soient en mesurer de se révéler aussi efficaces, du moins tout aussi rapidement. Mais peut-être est-ce le cas. Encore faudrait-il faire des études pour s'en assurer.

En d'autres termes, je pense que les compléments alimentaires sont toujours la meilleure solution, sauf si le prognostic vital est en jeu, auquel cas je crois qu'il vaut mieux ne pas jouer avec le feu.

Ceci étant, on a assez récemment découvert au Nigéria une plante ayant des propriétés antioxydantes extrêmement élevées (peut-être autant que la lamivudine ? Ou peut-être pas aussi efficace que celle-ci car n'agissant pas aussi efficacement contre les oxydants que combat la lamivudine ? Des études complémentaires devraient être faites).

Il s'agit de la "Jobelyn". On trouve des informations à ce sujet dans cet article-ci.

On y précise que la Jobelyn aurait une capacité antioxydante ORAC extrêmement élevée car s'élevant à 1.590, soit éminemment plus que la plupart des aliments antioxydants actuels.

Jobelyn® augmente le nombre de cellules CD4

Lutilisation traditionnelle de Jobelyn dans les parties nord et ouest du Nigeria pour traiter lanémie a poussé des scientifiques à sintéresser à ses effets sur les paramètres sanguins. Le groupe de pharmacothérapie de la faculté de pharmacie et le département de biochimie de la faculté des sciences de luniversité du Bénin ont conclu dans leurs recherches publiées dans lAfrican Journal of Biochemistry en septembre 2003 : « Dans des conditions danémie, Jobelyn® peut apporter une solution et permettre de restaurer les concentrations du volume cellulaire compacté (hématocrite) et dhémoglobine, et constituer un substitut possible pour les transfusions sanguines. Jobelyn® a un effet sur le système hématopoïétique qui se manifeste par une augmentation positive des niveaux dhémoglobine, de lhématocrite et des globules rouges. Il a également montré de substantiels effets antiparasitaires. »

Dans un résumé soumis au comité scientifique du 35e Congrès international de médecine militaire qui sest tenu à Washington en septembre 2004, le colonel Godwin Ayuba, pathologiste de lhôpital militaire Ikoyi à Lagos, a déclaré : « Jobelyn® est une bonne alternative et/ou un complément aux médicaments antirétroviraux dans la prise en charge des patients séropositifs ou malades du sida. » Ayuba a conduit des études cliniques en collaboration avec le Dr Patrick Erah du département de pharmacie clinique et de pharmacie pratique de luniversité du Bénin.

Dans une étude préliminaire impliquant 64 patients, Jobelyn® a significativement augmenté le nombre de cellules CD4 chez des patients porteurs du HIV/sida recevant une trithérapie pendant les douze semaines de traitement et en ayant un nombre initial inférieur à 300/µl. Jobelyn® a également accru efficacement le nombre de CD4 de patients en ayant une quantité supérieure à 300/µl lorsquil était donné seul. Jobelyn® a également entraîné une amélioration générale du bien-être des patients1.

Lactivité antiVIH et antiprotéine kinase a été confirmée par les études de laboratoire. Une étude réalisée à lhôpital militaire de Lagos titrée : « Effet de Jobelyn®, un extrait de plantes du Nigeria, sur limmunité cellulaire de personnes vivant avec le VIH/sida » montre que ce supplément nutritionnel stimule limmunité tout en atténuant les infections opportunistes chez des personnes atteintes du VIH/sida.

Lobjectif de cette étude était dévaluer lefficacité de Jobelyn® pour stimuler limmunité cellulaire chez des personnes infectées par le VIH. 28 femmes et 36 hommes atteints du VIH/sida consultant régulièrement la clinique de lhôpital militaire de Lagos entre mai et septembre 2003 ont été enrôlés dans létude. Toutes avaient une séropositivité VIH 1 et VIH 11 confirmée.

Les patients ont été répartis en trois groupes : le premier était constitué de patients ayant un nombre de CD4 supérieur à 300 qui ont reçu une gélule de Jobelyn® deux fois par jour, quotidiennement pendant douze semaines. Les patients du deuxième groupe avaient un nombre de CD4 inférieur à 300 et ont reçu une gélule de Jobelyn® deux fois par jour plus une thérapie avec des antirétroviraux fortement actifs pendant douze semaines. Les patients du troisième groupe avaient un nombre de CD4 inférieur à 300 et nont reçu pendant douze semaines que la thérapie avec des antirétroviraux. Les nombres de CD4 ont été évalués avant létude, après 6 semaines et 12 semaines de traitement.

Les résultats ont montré une augmentation significative des niveaux de CD4 chez les 40 patients recevant à la fois Jobelyn® et la thérapie avec des antirétroviraux comparativement à ceux des patients prenant la seule thérapie. Jobelyn®, seul, a également augmenté les niveaux de CD4 des 7 patients avec un nombre initial de CD4 supérieur à 300.

Dautres études portant sur plus de 100 patients sont actuellement en cours à Lagos et ont pour objectif de déterminer lefficacité, la tolérance et la sécurité de Jobelyn® dans le traitement de sujets adultes porteurs du VIH/sida.

On remarquera que les scientifiques en question restent toujours obnubilés par les T4 et que visiblement, ils ne vérifient pas si cette plante fait augmenter le niveau de glutathion ou non (on peut cependant supposer que oui).

On constatera également, que ce soit dans cet article ou dans d'autres, que l'orthodoxie du sida envige presque toujours les compléments alimentaires, non pas en tant que médication principale, mais bien en tant que compléments aux tri"thérapies", tellement ils restent fascinés par les effets de celles-ci. C'est quand même perdre de vue que ces effets positifs ont été au départ (en 1996) fortement amplifiés parce que ces drogues dites "antivirales" avaient à l'origine été administrées à des séropos sous AZT, et comme l'a démontré Cheminot, la lamivudine a agi en premier lieu comme antipoison à l'AZT et donner ainsi l'impression que c'était des produits hors du commun.

Enfin, il est piquant de constater à la lecture de cet article que les scientifiques en question ne font (visiblement) même pas la relation entre la forte capacité antioxydante de cette plante et les effets de cette capacité en matière de sida !

Pour le surplus, je reviendrai sur le post de sidarta (300 EUR + 300 EUR) pour y apporter, je crois, un (petit) bémol de nature à amoindrir la note (quoique cela restera encore beaucoup trop cher), mais je n'ai plus le temps maintenant.

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le net, j'ai été récemment interpellé par un hollandais qui avait atteint le stade du sida déclaré. Ayant lu un profil de dissident du sida que j'avais créé sur un site de rencontre, il m'a contacté pour brièvement me faire part de son expérience sur le sujet.

Jusqu'à ce qu'il me contacte, il pensait que le "VIH" existait, mais il commence à changer d'avis depuis peu ! (lol). Mais là n'est pas le plus important.

Il m'a surtout précisé qu'il avait fait une pneumocystose il y a deux ans, pris une trithérapie pendant quelques mois, puis qu'il a arrêté et que depuis un an et demi, sa thérapie (naturelle) est la suivante (et cela fonctionne depuis lors visiblement) :

1) manger naturel, éviter tous les excès (alcool, drogues, etc.) et

2) "désintoxication" + oxygénation régulière de son organisme grâce à la technique de la Biorésonance, qui aurait la vertu de combattre les virus (dont le "VIH"), selon lui.

Je pensais que sur ONCT, je trouverais quelque chose sur le sujet, mais même avec l'option recherche dans tous les forums, je n'ai rien trouvé avec le terme "biorésonance".

Sur internet, j'ai trouvé quelques rares sites en français sur la biorésonance, et notamment celui-ci où l'on précise que la biorésonance est la nouvelle médecine de demain et permet entre autres de lutter contre le stress oxydatif et d'oxygéner efficacement et durablement le sang.

Voilà qui pourrait expliquer pourquoi ce correspondant hollandais se porte plutôt bien pour le moment.

A la lecture de son témoignage et du peu que j'ai pu lire sur le sujet, j'ai donc cru bon de préciser dans ce topic-ci que la biorésonance est peut-être une technique complémentaire efficace pour lutter contre le stress oxydatif et donc contre le sida.

Mais visiblement, dans le monde francophone, cette technique semble très peu connue, du moins pour le moment.

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

324 € / mois : Abordable.... Il faut voir pour qui.

Alors, les pistes sont ouvertes ; a mon avis cette réflexion mérite d'être approfondie :

Comment rendre accessible les traitements alternatifs ?

Bon, je pense à "haute voix" ce soir :

Les assurances-maladies, autant qu'elles le peuvent, cherchent à économiser en remboursant au minimum possible tous les frais de santé de leurs assurés. Business is business.

Je n'ai aucune idée des coûts des tri-thérapies, mais ils dépassent sûrement très largement les frais des traitements alternatifs.

Les pigeons dans l'affaire "vih-sida", ce sont les patients. Soit ils raquent de leur poche, soit ils font intervenir leurs assurances (y compris les sécus subventionnées par l'état) qui sont obligées de payer (pigeons aussi) Belle affaire pour les groupes pharmaceutiques !

Mais le business étant le business, je me demande la tête que feront les assurances-maladies si elles se rendent compte que des moyens nettement moins coûteux que les tri-thérapies pourraient être efficaces en cas de séropositivité malice.gif

Le business étant toujours le business, il me semble que les assurances-maladies sont en première ligne dans la dévalorisation de l'utilité des tri-thérapies si elles veulent économiser...du fric.

Alors ? Soit les assurances-maladies ignorent l'efficacité des méthodes alternatives.

Soit elles en ont connaissances mais ne bougent pas. Ce qui voudrait dire que c'est le bordel le plus total entre assurances-maladies, groupes pharmaceutiques et états.

Ca me donne mal à la tête ! 3 - thermo.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

324 € / mois : Abordable.... Il faut voir pour qui.

Je crois qu'on peut quand même un peu relativiser cette commande de 324 EUR en précisant que certains compléments alimentaires figurant dans cette commande pourraient fort bien être utilisés en doses d'entretien (une fois l'éventuelle carence entre-temps corrigée), en sorte que certains de ces compléments pourraient servir pendant 2 mois ou 3. Ou même ne pourraient plus être utilisés pendant quelques mois. Par exemple, les oméga 3 pourraient ensuite être avantageusement remplacés et de façon beaucoup moins chère par de l'huile de poisson.

Cela permettrait d'alléger un peu la note, mais cela reste toujours très cher bien sûr.

Car après tout, ces compléments ne sont pas en soi des médicaments mais bien une façon de remédier de façon plutôt naturelle à des carences, qui permettront d'atteindre le stade du sida déclaré s'il n'y est pas remédié. Lorsqu'il a été remédié à ces carences, il ne m'apparaît plus nécessaire de les consommer encore, ou alors uniquement à doses d'entretien ---> la note devient beaucoup moins élevée.

Par ailleurs, en faisant des recherches sur internet, on peut constater que certaines trithérapies génériques (utilisées dans les pays en voie de développement) ne coûteraient pas plus de 1,00 EUR par jour. Vu de cette façon-là, les trithérapies s'avéreraient beaucoup moins chères que la commande de sidarta. Mais bon, ce n'est pas une raison suffisante pour recourir à ces poisons (sauf cas exceptionnels). La santé n'a en effet pas de prix !

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour conclure, la SFA conseille aux consommateurs de faire un bilan de stress oxydatif dans un laboratoire danalyse médicale pour vérifier si effectivement une carence en antioxydant existe chez le consommateur et si cette carence peut être rectifiée par des antioxydants.
SFA , Société Française des Antioxydants

Décidément, il y a un problème de communication. Les médecins qui prescrivent un bilan de stress oxydatif ne sont pas encore légions.

Ah...euh...la SFA va organiser un magnifique congrès sur la grippe aviaire.

Et moi, maintenant, je veux qu'on m'explique le mic-mac icon_eek.gif

Et puis, on va arrêter de se fatiguer à chercher :

La liste des ingrédients de la SFA est une mine d'or.

??????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Juste Marché !

Pourquoi ? La SFA les "offre gratuitement", ces anti-oxydants ? Ok, la liste des ingrédients est offerte. Un bon début.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

SIDA: le Pr Montagnier plaide pour une approche globale

http://www.matin.qc.ca/internet.php?article=20060605141836

5 juin 2006

Le renforcement du système immunitaire, attaqué par les maladies mais aussi "le stress des grandes villes", constitue la clef de voûte de sa stratégie contre le SIDA.
De l'info au compte-goutte. A ce rythme là, il y en a encore pour 50 ans.

On va arrêter de tourner autour du pot.

J'invite Montagnier sur le forum (s'il ne s'y trouve déjà) ainsi que son son équipe.

Il pourra directement répondre aux personnes qui veulent en savoir plus sur les anti-oxydants et le système immunitaire.

Il pourra aussi, en français courant de préférence, guider les séropos dans la multitude des compléments alimentaires qui pullulent sur le net et en pharmacies.

Il y arrivera sûrement mieux que les néophytes comme moi, et plus rapidement. Autant aller droit au but, ça le concerne, que je sache !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pr Luc Montagnier : " Sida : à tous les stades, la nutrition est essentielle "

http://www.rfi.fr/fichiers/MFI/Sante/1491.asp

Interview du 27 mai 2005 :

On fait une fixation sur les antirétroviraux parce que ça permet des gestes spectaculaires : « Voyez, on aide les Africains !, on donne de largent ! »

Je n'ai pas trouvé le site internet de la " Fondation Mondiale Recherche et Prévention Sida " présidée ( rectifiez si ce n'est plus le cas) par Montagnier. Quelqu'un a une adresse ?

Désolée si je vous gonfle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, ben il faut croire que je ne vous gonfle pas. Je continue :

Montagnier, interview du 26 mai 2006.

http://www.rfi.fr/fichiers/MFI/Sante/1769.asp

" Au total, il y aurait vraiment à changer en profondeur létat desprit des responsables politiques, et aussi des scientifiques, ne plus « mettre tout le paquet » sur les antirétroviraux. "
- "...et aussi des scientifiques..." : j'adooooooore !

- "...ne plus « mettre tout le paquet » sur les antirétroviraux..." : ça aussi, j'adoooooore !

Avis aux orthodoxes que les questions dérangent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Intéressant ce passage.

On paraît effectivement très bien voir combien Montagnier est entre le marteau et l'enclume !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pr Luc Montagnier : " Sida : à tous les stades, la nutrition est essentielle "

Pour l'alimentation -> C'est par là. J'ai toujours pensé que tout se trouvait dans la nature, autant en profiter ! (avant que tout le vivant soit breveté)

La nouvelle mode orthodoxe :

L'acide bétulinique montre également une activité antibactérienne et une activité anti-virale, en particulier "anti- SIDA"(Kashiwada 1996).

Si le sujet n'était pas gravissime, je commencerai à me "marrer"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai trouvé intéressantes ces petites dépêches sur les propriétés de l'acide bétulinique contre le "VIH", quoique je ne suis évidemment pas convaincu par leur explication, à savoir que l'acide bétulinique agit comme "inhibiteur de maturation" (une nouvelle classe de drogues dites "antivirales") en décomposant la "protection" formée par les protéïnes autour du "virus".

J'espère bien qu'il sera d'une réelle efficacité, mais ne pourrait-on pas éventuellement voir les choses d'un point de vue "dissident", même si cela peut s'avérer un peu déprimant ?

1) A toutes fins utiles, on trouvera dans ce document-ci, ce qui paraît bien être la composition chimique de l'acide bétulinique.

2) L'un des documents déjà cités par Liane de même que celui que je viens de citer précisent textuellement que l'acide bétulinique est cytotoxique. Sauf erreur de ma part, "cytotoxique" signifie bien que c'est nocif pour les cellules et peut donc les détruire (pourquoi pas en provoquant l'apoptose de certaines cellules).

Alors, certes, il est précisé que c'est naturel et que cela ne provoquerait l'apoptose que des seules cellules cancéreuses (car à l'origine, l'acide bétulinique était visiblement utilisé afin de lutter contre certaines formes de cancer), mais je me demande bien si au bout de plusieurs années d'utilisation journalière (puisque les drogues dites "antivirales" sont censées devoir être consommées à vie et chaque jour) ou même auparavant, l'acide bétulinique ne provoquera pas en définitive l'apoptose d'autre chose que les cellules cancéreuses. Pourquoi pas l'apoptose des lymphocytes T4 ou que sais-je encore ? Car quand il est utilisé à des fins anticancéreuses, ce n'est pas censé être à vie, mais le temps de vaincre le cancer.

Après tout, n'oublions pas que lorsque les premières trithérapies apparurent fin 95 - début 96, l'orthodoxie du sida clamait qu'elle avait vaincu le sida, mais on a vu les résultats (effets secondaires toujours plus importants chaque jour qui passe) deux, trois ans plus tard (sans toutefois nier leur réelle et parfois nécessaire utilité dans certains cas).

Je ne veux pas être pessimiste, mais la prudence paraît clairement s'imposer.

3) Quant aux explications des propriétés de l'acide bétulinique pour lutter contre le sida, en faisant des recherches sur PubMed avec le mot "Betulinic acid", on trouve déjà de nombreuses explications sans qu'il soit nécessaire de passer par l'explication "orthodoxe"; et je présume que les dissidents scientifiques en trouveront également de bien meilleurs.

Mais on peut déjà trouver les explications suivantes.

* Par exemple, dans ce résumé d'un article scientifique paru en avril dernier, il est signalé que l'acide bétulinique a des propriétés anti-inflammatoires. Or, comme le sida peut être interprété justement comme le résultat d'un processus inflammatoire auto-immun, cela permet déjà d'expliquer partiellement l'efficacité de cet acide bétulinique.

* Dans ce résumé d'un autre article scientifique paru l'an dernier, il est textuellement précisé que l'acide bétulinique a des propriétés antioxydantes, et on y apprend également, de même que dans ce résumé d'un autre article scientifique paru en mai dernier, que l'acide bétulinique a également des propriétés anti-bactériennes et antivirales (exactement comme certaines des drogues dites "antivirales" composant les trithérapies), antiseptiques, antimicrobiens, .... (et encore d'autres "anti" que je ne saurais traduire).

Si l'on conjugue l'ensemble de toutes ces propriétés, il n'y a de prime abord pas de quoi s'étonner que l'acide bétulinique puisse lutter contre ce que l'orthodoxie du sida appelle le "VIH".

Sinon, pour le reste, j'espère bien qu'il sera réellement efficace (car chaque mois, un nouveau médicament "miracle" est annoncé pour lutter contre le "VIH", donc prudence), mais je ne peux m'empêcher de m'inquiéter pour ces futurs (probables) effets secondaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que tu as raison, Wallypatt.

1- Il y a très peu d'infos sur l'acide betulique en français

2- En phyto, apparement :

L'écorce a servi à soigner les fièvres intermittentes.

...

L'écorce, les feuilles, les bourgeons et les fleurs ont servi comme antiseptique externe et détersif pour soigner les plaies et les irritations cutanées. Les minces feuillets composant l'écorce étaient séparés pour servir de pansements antiseptiques. On a fait avec l'écorce réduite en poudre un onguent contre les blessures mineures.

3- Bien sûr, le titre de Panacos a bondit.

4- Je me demande sérieusement comment un médecin qui a fait 10 ans d'études va prescire sans ciller de l'écorce de bouleau à papier contre le "vih" et dire au séropo que l'écorce en question va faire disparaitre (pouf...magie) le "vih"

(alors que ce fameux "vih", selon l'orthodoxie, a des propriétés tout aussi magiques de muter, se planquer etc...)

S'il y en a un, de médecin, qui ose faire ça sans se poser des questions sur le "vih", c'est que le terme de "lobotomisé" est gentil.

J'en conclus ceci : l'argent que les bourses génèrent est basé sur du factice, du vent, la peur.

Le problème c'est que nos caisses de pension investissent en bourse pour pouvoir payer les retraités car la pyramide des âges est inversée.

Plus d'argent en bourse, plus de retraites.

J'en conclus encore ceci : c'est le bordel ! (comme je le soupçonnais déjà plus haut)

Ca m'a mis du temps (je n'ai pas inventé l'eau tiède) pour y arriver, mais c'est vraiment le bordel !

Et dire que je suis sur ce forum pour une histoire d'asthme !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wally as-tu des infos sur les motifs de cette non-distribution en France ? ...

Je n'arrête pas de tomber à la renverse :

Parmi ces candidats potentiels, figurent les malades souffrant de fibrose du foie consécutives à une hépatite C, mais aussi les séropositifs et les malades du SIDA, auxquels sintéresse le biologiste Martin Edeas, (hôpital Antoine-Béclère, Paris) :

« Nous avons montré, dit-il, que la SOD inhibe la réplication du virus du SIDA - le VIH - dans les cellules infectées, et qu elle inhibe aussi sa transmission aux cellules saines. »

Marvin Edeas organise régulièrement des conférences internationales sur la SOD : des centaines de chercheurs venus du monde entier viennent y débattre en France des applications dune molécule qui y reste interdite !

Privés de SOD, séropositifs et sidéens le sont aussi des compléments alimentaires antioxydants vendus librement à létranger à doses plus élevées quen France (vitamines E et C, caroténoïdes, sélénium, zinc, N-acétylcystéine) et de ceux dont ladministration ne veut pas (acide alpha-lipoïque, coenzyme Q10, glutathion) en dépit dune toxicité inexistante.

...

« Les antioxydants inhibent le VIH, dit Marvin Edeas.

Les séropositifs et les malades devraient prendre ces compléments en sus de leur traitement. » Mais voilà. Ils sont bannis par la France au nom dune réglementation - on va le voir - particulièrement adaptée.

Les compléments alimentaires sont du ressort de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), qui dépend théoriquement du ministère de lEconomie et des Finances mais qui est en fait un état dans l'état échappant à tout contrôle. Pour en réglementer la circulation, la DGCCRF sappuie sur un décret qui fixe la liste exhaustive des substances autorisées. Un texte dune grande modernité, puisquil a été pris le15 avril 1912.

Comme à cette date la plupart des molécules figurant dans les compléments alimentaires nétaient pas connues, tout ou presque est interdit. Ce qui permet à la DGCCRF de livrer régulièrement aux médias des bilans flatteurs.

En 1998, sur 5 346 produits analysés, 60% ont ainsi été déclarés « non conformes ».

En réalité, la plupart des produits « non conformes » ou « falsifiés » sont en vente libre au-delà de nos frontières, et ne présentent aucun risque pour la santé. Leur principal tort est de navoir pas été découverts il y a 93 ans.

Source : http://www.lanutrition.fr/Lettre-%C3%A0-ce...n-a-704-90.html (19 mai 2005)

Il y a peut-être plus récent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Liane,

Voici l'exemple parfait des méfaits de la politisation, de la technocratisation et de la fonctionnarisation du concept de "santé publique".

Il n'y a pas si longtemps, les françaises allaient avorter en Suisse ... et aujourd'hui on tricote législativement sur l'approche de l'euthanasie ... et on se demande si Gaz de France doit être privatisé ou non ... alors que certains parlent de repartir à zéro avec EDF.

On ne plie les genoux du collectivisme que sous la pression externe : le marché ou l'U.E. ... et encore ! ... et on s'enfonce encore et toujours ...

Le collectivisme méprise l'individu et lui dénie le libre arbitre ... et ce n'est pas faire l'apologie du libéralisme (qui comporte d'autres désavantages certes) que de l'affirmer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...