Aller au contenu
forum sidasante
Invité kisskat

Guérir le Sida!

Recommended Posts

Voici le résumé (en anglais) d'une très intéressante étude, d'où il ressort très clairement que comparées aux femmes séronégatives (qui ont servi de contrôle dans l'étude), les femmes séropositives souffrent de carences en diverses vitamines et oligoéléments. Dans cette étude, ces carences sont clairement associées à une probabilité accrue d'apparition de diverses maladies dites du "sida" (candidose, infections bactériennes du vagin, ...).

Evidemment, en raison du mythique "VIH", ces carences ne sont pas considérées comme des causes du sida mais bien comme des "cofacteurs".

En tout état de cause, cette étude prouve encore une fois que mesurer ses T4 (et sa prétendue charge "virale") est totalement insuffisant pour suivre efficacement et sur le plan médical les personnes prétendument contaminées par le "VIH". Et souligne encore une fois la nécessité de faire un bilan nutritionnel régulièrement.

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petit Point de détail...

J'ai bien compris les raisons de l'arrêt de l'ancien forum. Pourrait - on m'expliquer ces changements de dénomination qui ne me semble pas... que technique.

Enfin, peu importe, je trouve que ce forum reste utile, que tout n'est pas dit, loin de là.

Avez - vous lu ? :

Entretien avec le Dr Dominique Rueff Auteur du livre :

L'immunonutrition : Se nourrir selon son immunité

--Resize_Images_Alt_Text--

Dr Dominique Rueff

--Resize_Images_Alt_Text--

Ouvrage réalisé avec la collaboration du professeur Bernard Weber, du Dr Camille Lieners et du Dr William Amzallag.

Éditions François-Xavier de Guibert, mai 2007.

Dans cet ouvrage, le Dr Dominique Rueff nous explique de quelle façon l’immunonutrition, en guidant nos choix alimentaires, peut donner à notre organisme un sursaut d’énergie. Elle permet d’alléger le travail des systèmes digestif et immunitaire et, ainsi, de faciliter et de sauvegarder celui des autres fonctions vitales de l’organisme. Au fil des pages il nous explique ce que sont les allergies et intolérances alimentaires, leurs manifestations cliniques et leur implication dans un grand nombre de pathologies chroniques, et comment l’immunonutrition nous permet de contrôler un paramètre fondamental pour notre santé : l’inflammation chronique. Il aborde ensuite le côté pratique de l’immunonutrition : les méthodes diagnostiques, les pièges à éviter et les solutions. En résumé, ce livre nous raconte comment nous pouvons, en nous alimentant en fonction de notre immunité spécifique, maîtriser l’inflammation chronique et, ainsi, améliorer notre bien-être, optimiser notre vieillissement et notre longévité, enfin, vivre mieux et en meilleure santé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici une excellente étude scientifique (anglaise), qui vient juste de sortir, et d'où il ressort très clairement qu'en moyenne, les personnes prenant sur le long terme des complexes de multivitamines sont en bien meilleure santé que ceux qui ne prennent aucun complément vitaminique ou que ceux qui se contentent de ne consommer que quelques compléments vitaminiques ou des multivitamines bon marché.

Notons entre autres, et c'est important en matière de sida, que les marqueurs de l'inflammation (tels qu'un niveau d'homocystéine élevé ou un niveau élevé de la protéine C-réactive) sont notablement moins élevés chez les personnes consommant un complexe de multivitamines digne de ce nom.

Je reproduis ci-dessous le résumé de cette étude :

Abstract

Background: Dietary supplement use in the United States is prevalent and represents an important source of nutrition.  However, little is known about individuals who routinely consume multiple dietary supplements. This study describes the dietary supplement usage patterns, health, and nutritional status of long-term multiple dietary supplement users, and where possible makes comparisons to non-users and multivitamin/mineral supplement users. 

Methods: Using a cross-sectional study design, information was obtained by online questionnaires and physical examination (fasting blood, blood pressure, body weight) from a convenience sample of long-term users of multiple dietary supplements manufactured by Shaklee Corporation (Multiple Supp users, n=278).  Data for nonusers (No Supp users, n=602) and multivitamin/mineral supplement users (Single Supp users, n=176) were obtained from the National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) 2001-2002 and NHANES III 1988-1994. Logistic regression methods were used to estimate odds ratios with 95% confidence intervals.

Results: Dietary supplements consumed on a daily basis by more than 50% of Multiple Supp users included a multivitamin/mineral, B-complex, vitamin C, carotenoids, vitamin E, calcium with vitamin D, omega-3 fatty acids, flavonoids, lecithin, alfalfa, coenzyme Q10 with resveratrol, glucosamine, and a herbal immune supplement.  The majority of women also consumed gamma linolenic acid and a probiotic supplement, whereas men also consumed zinc, garlic, saw palmetto, and a soy protein supplement. Serum nutrient concentrations generally increased with increasing dietary supplement use.  After adjustment for age, gender, income, education and body mass index, greater degree of

supplement use was associated with more favorable concentrations of serum homocysteine, C-reactive protein, high-density lipoprotein cholesterol, and triglycerides, as well as lower risk of prevalent elevated blood pressure and diabetes. 

Conclusions: This group of long-term multiple dietary supplement users consumed a broad array of vitamin/mineral, herbal, and condition-specific dietary supplements on a daily basis. They were more likely to have optimal concentrations of chronic diseaserelated biomarkers, and less likely to have suboptimal blood nutrient concentrations, elevated blood pressure, and diabetes compared to non-users and multivitamin/mineral users. These findings should be confirmed by studying the dietary supplement usage patterns, health, and nutritional status of other groups of heavy users of dietary

supplements.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...arf j'y suis Re-arrivé.. gueulecasse.gif

Hello tlm ça faisait un peu longtemps ,j'ai 2/3 choses a poster.. on va commencer par ça...

(... Ouais bon le lien est pas top mais j'ai pas mieux pour l'instant...)

Les constituant de l'huile sont assez "logique" pour cet application ..(et le gout aussi... )

On la conseille avec du miel (de bonne qualité)pour remonter les defenses...

http://www.nooran.org/FR/Q/9.htm

On la trouve dans les 20€ le litre en Allemagne ,on a bien 2 mois de traitements avec, et encore +

le site ou je l'ai trouvé a ce prix s'appelle makana.de ,site un peu foutoir mais livraison dans la semaine... icon_smile.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un excellent article aux nombreuses références scientifiques, mais en anglais : http://hivskeptic.files.wordpress.com/2008...aldysbiosis.pdf.

Il souligne fort bien l'association presque parfaite qui existe entre la progression vers le stade "sida" et la déplétion en probiotiques de l'organisme, en particulier dans les groupes dits à risque de "sida".

L'auteur rappelle entre autres que certains probiotiques favorisent la production de glutathion et de sélénium et, corrélativement, la hausse des T4 (quoique l'on ait déjà souligné à de multiples reprises que la mesure des T4 constitue un bien mauvais marqueur de l'évolution vers le sida), en particulier les trois probiotiques suivants : "L. acidophilus", "Lactobacillus plantarum" et "L. casei".

Je me suis alors demandé si le probiotique que je consomme chaque jour, à savoir celui-ci, comportait justement ces trois précieux probiotiques-là : et bien, oui, c'est justement le cas !

Le seul reproche que je peux faire à cet article est que l'auteur paraît presque affirmer que la cause du "sida" serait la réduction du nombre des probiotiques dans l'intestin, alors que je dirais que la déplétion en probiotiques de l'organisme du séropositif et du sidéen est plutôt une conséquence de l'exposition de ceux-ci aux différents agents oxydants et autres facteurs (drogues, certaines pratiques sexuelles, etc...) favorisant la déplétion en glutathion de l'organisme (la diminution concomittante en probiotiques de l'organisme accélérant lui-même la baisse du niveau du glutathion).

En conclusion, à ce stade-ci de mes lectures, je dirais qu'avant de devoir recourir en dernier ressort aux trithérapies "classiques" ou appelées à tort "antirétrovirales", la meilleure trithérapie naturelle sans effet secondaire (en tout cas, sans comparaison aucune avec les drogues "antirétrovirales") est la suivante :

1) Probiotiques,

2) Antioxydants, et en tout premier lieu la N-acétylcystéine et la vitamine C (cette dernière à forte dose, comme par exemple 5 à 6 grammes par jour au moins) (voir ce topic),

3) et bien sûr, un régime riche en acides gras saturés et le plus pauvre possible en acides gras polyinsaturés (voir ce topic).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un petit résumé intéressant (mais en anglais) puisqu'on apprend que des scientifiques "viennent de découvrir" (comme si cela était nouveau !) que les probiotiques réduisent les phénomènes inflammatoires à un niveau suffisamment élevé que pour l'envisager comme traitement contre les maladies inflammatoires et auto-immunes.

Voilà une raison supplémentaire expliquant pourquoi les probiotiques sont si essentiels pour remédier à la séropositivité (comme résumé dans mon précédent post) et pourquoi pas le "sida" lui-même. Rappelons en effet que le "sida" est justement le résultat de multiples phénomènes inflammatoires et peut être considéré comme une maladies auto-immune, comme expliqué par exemple dans cet article-ci.

Bref, pour ma part, je continues plus que jamais ma consommation quotidienne "agressive" de mes probiotiques !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un lien vers un récent article résumant les bienfaits de l'antioxydant universel acide alpha-lipoïque : http://www.nutranews.org/article.php3?id_r...&id_article=955

Notez que les scientifiques ont maintenant pu crééer une forme extrêmement biodisponible d'acide alpha-lipoïque, dix à trente fois (!) encore plus biodisponible que l'acide R-alpha lipoïque (lui même déjà trois à quatre fois plus biodisponible que l'acide alpha lipoïque), à savoir le sodium R-lipoate.

Personnellement, c'est dorénavant cette forme-là d'acide alpha lipoïque que j'utiliserai à l'avenir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un bon truc pour savoir si les compliments nutritionnels utilisés sont réellement de bonne qualité!

Nous savons depuis plusieurs années déjà qu'il est vivement conseillé aux séropositifs de consommer des antioxydants, outre certainement un bon complexe de multivitamines vu que de nombreuses études scientifiques ont montré que l'un des préalables à l'obtention d'un test dit "VIH" positif n'est bien entendu pas une chimérique contamination par un tout aussi chimérique rétrovirus "VIH" mais bien entre autres un déficit déjà prononcé en antioxydants et autres nutriments essentiels pour l'organisme.

Mais où s'en procurer ? Et surtout, comment s'assurer que le produit vendu est réellement de bonne qualité ?

Pour ma part, je déconseille de s'en procurer dans quelque grande surface que ce soit car c'est l'assurance (quasi) certaine que non seulement ils sont de mauvaise qualité mais qu'en outre, loin d'améliorer un tant soit peu votre santé en vous procurant de l'énergie, ils vont au contraire l'aggraver en puisant chez son consommateur l'énergie nécessaire à la (mauvaise) utilisation par l'organisme des formes de vitamines retrouvées dans le produit en question (voir le "truc" ci-dessous). Avez-vous en effet déjà remarqué que certains utilisateurs se sentent au contraire fatigués après avoir consommé certains compléments vitaminés ? Et bien, l'une des raisons est que les vitamines en question sont de mauvaise qualité et peu ou pas biodisponibles (mais il peut y avoir d'autres raisons comme par exemple le fait que le consommateur n'ait pas réellement besoin des vitamines ou nutriments en question).

De même, j'éviterais ceux vendus en pharmacie car d'après ce que j'ai pu lire, leur qualité est loin d'être exceptionnel et ce sont souvent les formes bon marché (et peu biodisponibles) qui sont vendues. Après tout, c'est assez logique : si Big Pharma veut continuer à vendre ses "médicaments" et autres "antibiotiques", elle n'a pas vraiment intérêt à ce que ses (futures) malades potentiels se mettent à consommer des vitamines et nutriments de qualité, faute de quoi c'est leur chiffre d'affaire qui s'écroulera (un exemple typique : des dizaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour la recherche contre le cancer et Big Pharma ne se prive pas de signaler tout "progrès" en la matière; en revanche, Big Pharma se garde bien de signaler que parexemple, la consommation de vitamine D [extrêmement bon marché] à des doses [2000 UI par jour] bien plus élevées que l'apport journalier dit "recommandé" [soit 200 à 400 UI par jour] permet de réduire le risque de certains cancers très courants [comme le cancer du sein et de la prostate] ... de 77% !).

En revanche, dans les magasins bio, les chances sont déjà plus élevées de trouver de bon complexes de vitamines.

Ceci étant, c'est très probablement sur des sites de vente en ligne que l'on trouvera les meilleurs produits au meilleur prix vu que les fabricants en ligne ont des coûts de fonctionnement bien moins élevés (pas de chaînes de distribution à créer, pas de commission à payer au magasin bio, etc...).

Mais bon, comment savoir si le site en question vend réellement de bon produits, de bonne qualité et se soucie réellement de la santé des consommateurs ?

Et bien, il y a un truc assez simple, certainement fiable dans plus de 90% des cas.

Examiner le catalogue des produits vendus sur le site ou par le fabricant, et examiner la forme de vitamine B12 qu'il vend, que ce soit seul ou dans un complexe de multivitamines (un bon complexe de vitamines doit nécessairement comprendre un spectre complet des vitamines B, dont la vitamine B12 [et bon nombre de séropositifs sont carencés en vitamines B12]).

Si vous lisez que la forme de vitamine B12 proposée (en priorité ou pire encore, uniquement) par le fabricant est la "cyanocobalamine", et bien, c'est bien simple, il est vivement conseillé de n'acheter aucun complément nutritionnel, aucun antioxydant ou que ce soit en général provenant de ce commerçant. Vous avez en effet la (quasi) assurance que ce fabricant se fout complètement de la santé du consommateur et que tout ce qui l'intéresse, c'est de se faire (beaucoup) de pognon sur le dos du consommateur. En effet, la "cyanocobalamine" est la forme de vitamine B12 extrêmement bon marché (mais quand même vendu chère), qui ressemble le moins à la forme de vitamine B12 que l'on retrouve naturellement dans l'organisme. Loin de procurer de l'énergie à vos cellules, la transformation vaille que vaille par l'organisme de cette forme de vitamine B12 pour la rendre biodisponible exigera au contraire que vous puisiez en vous de l'énergie ! Bref, tout le contraire du but recherché !

En revanche, si vous lisez que la forme de vitamine B12 utilisée en priorité sur le site est la "hydroxocobalamine" ou mieux encore la "méthylcobalamine", vous avez de très réelles raisons de penser que le fabricant en question est des plus sérieux et que les produits qu'il vend en général sont de bonne qualité (même s'ils peuvent être plus chers). En effet, ces deux autres formes de vitamine B12, et en particulier la deuxième (méthylcobalamine, qui est la forme coenzymée de la vitamine B12), sont quant à elles réellement biodisponibles, extrêmement semblables à la forme de vitamine B12 retrouvée naturellement dans l'organisme et immédiatement utilisables par l'organisme, qui en tire directement de l'énergie (au lieu de s'épuiser à tenter d'utiliser la mauvaise forme de vitamine B12). Si vous constatez que c'est l'une de ses deux formes qui est utilisée pour fabriquer la vitamine B12, il y a de très sérieuses raisons de penser que ce fabricant est réellemen sérieux et se soucie de la qualité de ses produits car ces deux formes de vitamine B12 sont bien plus chères que la forme bon marché "cyanocobalamine". Vous pouvez par conséquent raisonnablement penser que les autres produits vendus sont également de bonne qualité et à forte biodisponibilité.

L'air de rien, vous constaterez qu'en appliquant ce "truc", plus de 70 à 80% des fabricants de vitamines et autres nutriments sont de véritables escrocs qui ne cherchent qu'à s'enrichir sur le dos des consommateurs ... et qu'il échet donc de soigneusement éviter !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

icon_smile.gif Bonjour,

Ce que tu évoques là est spécifique à la B12 ? Car si je mets une recherche sur vitamine C cyanocobalamine... ça ne donne rien, le terme est lié à la B12 il me semble.

Donc comment savoir ce qu'il en est de la qualité d'autres compléments ?

Il me semble très difficile de fixer la valeur d'un vendeur sur un produit unique car je me souviens par exemple d'un entretien avec un naturo...disons intéressé par les commandes passées car il touchait un poucentage j'imagine mais qui me disait très honnêtement : "Commandez sans souci tel produit chez Truc, par contre pour telle autre chose : vitamine C par exemple, ce fournisseur n'est pas au top donc allez plutôt pour ça en pharmacie !".

Ainsi un produit peut sans doute être bon chez untel mais pas génial ailleurs.

Je vois d'ailleurs, en ayant prospecté pas mal pour acheter de la bromélaïne que c'est très variable et que des gens qui vont fournir une vitamine ou autre complément de bonne qualité (enfin, si on en croit le descriptif) auront une bromélaîne de puissance médiocre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que tu évoques là est spécifique à la B12 ? Car si je mets une recherche sur vitamine C cyanocobalamine... ça ne donne rien, le terme est lié à la B12 il me semble.

C'est bien ce que j'ai écrit dans mon post, il me semble.

Je parle bien de la vitamine B12 dans mon post, pas de la vitamine C.

Donc comment savoir ce qu'il en est de la qualité d'autres compléments ?

Comme je l'ai pourtant déjà écrit, le test de la vitamine B12 constitue un truc pour commencer à avoir une idée de la qualité des vitamines et autres nutriments proposés par le site en question. Si déjà le site en question ne propose que la mauvaise forme de vitamine B12, c'est-à-dire celle très bon marché et pas vraiment biodisponible, on a de réelles raisons de penser que ce site en fait autant pour la plupart des autres produits qu'il vend, et se soucie avant tout de maximiser ses bénéfices plutôt que la santé de ses clients.

Bien sûr, il peut y avoir des exceptions. Mais franchement, je serais déjà inquiet quant à la qualité des produits proposés si le site en question n'est même pas capable de vendre une bonne forme de vitamine B12, étant au surplus une vitamine essentielle pour l'organisme. Peut-on réellement espérer que la qualité de nutriments moins essentiels pour la santé sera meilleure (ou plutôt "moins mauvaise" puique la forme de vitamine B12 proposée à la vente est déjà mauvaise) ? Personnellement, j'en doute et je chercherais par prudence ailleurs.

Maintenant, libre à chacun d'utiliser ou non ce "truc".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous savons qu’en matière de sida et de séropositivité, l’usage d’antioxydants est assurément utile, voire même absolument nécessaire. Parmi ceux-ci, on trouve entre autres la vitamine E et le sélénium.

A cet égard, il est utile de lire cette instructive réfutation.

Il faut en effet savoir qu’une organisation américaine de lutte contre le cancer (qu’il faudrait en réalité appeler « de défense du cancer » [lol] vu qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour promouvoir l’utilisation toujours plus étendue des chimiothérapies et autres radiothérapies [qui, déjà par elles-mêmes, causent bien plus de cancers qu’elles n’en guérissent !], et dénigrer toute thérapie naturelle) a initié il y a plusieurs années une étude afin de savoir si la consommation de vitamine E et/ou de sélénium, le tout contre placebo, pouvait réduire le risque de survenance de prostate, comme le suggèrent d’ailleurs de nombreux naturopathes (quoique ces deux nutriments ne constituent certainement pas une solution suffisante par elle-même), sur base d’innombrables études scientifiques précédentes.

Après quelques années, cette association de défense du cancer décide de suspendre l’étude en question car il s’avère que l’on constate aucune diminution des cas de cancer de prostate, et pire encore, dans le groupe ne prenant que la vitamine E, il semblerait qu’il y ait un peu plus de cancer de la prostate que dans le groupe placebo.

Conclusion sous-jacente, qui n’étonnera personne sur ce forum : les vitamines seraient dangereuses pour la santé ! Tel est bien sûr la devise de Big Pharma, laquelle a déjà assuré un maximum de publicité à cette étude afin de décourager l’usage des vitamines … et promouvoir ces propres médicaments, antibiotiques et autres drogues dites « antirétrovirales ».

L’étude citée ci-dessus, quoique parcellaire, constitue déjà une excellente réfutation.

Alors en résumé :

Cette étude a été faite de telle façon qu’il était certain qu’elle déboucherait en tout état de cause sur une conclusion négative pour les vitamines, ce qui n’est pas étonnant dès lors que cette étude est financée par une association directement liée aux entreprises pharmaceutiques et faisant la promotion des toxiques et dangereuses chimiothérapies.

En effet, concernant la vitamine, on constate que la forme utilisée n’était pas une forme naturelle de vitamine E, et encore moins la forme naturelle de vitamine E connue pour ses puissantes propriétés anticancéreuses, mais bien une forme entièrement artificielle, synthétique, chimique et bon marché de la vitamine E, soit une forme de vitamine E qui n’apportera aucun « plus » à l’organisme et qui, au contraire, épuisera dans une certaine mesure l’organisme afin de (tenter de) l’assimiler. En d’autres termes, il ne fallait s’attendre à une quelconque diminution des cas de cancer de la prostate avec cette forme de vitamine E ! Au contraire, vu la très mauvaise qualité de cette forme de vitamine E, le risque de cancer de prostate pourrait au contraire être augmenté.

Quant au sélénium, la forme administrée était en revanche la meilleure, mais deux problèmes se posent tout de même.

Premièrement, la dose administrée quotidiennement n’était pas élevée.

Deuxièmement et surtout, cette étude ne fait pas la distinction entre les personnes qui sont sous statines (soit le poison médicamenteux destiné à faire baisser [et on se demande pourquoi] le cholestérol, les personnes les prenant étant grosso modo du même groupe d’âge que ceux courant le risque le plus élevé de cancer de la prostate) et ceux qui ne le sont pas. Or les statines sont connues pour bloquer le mode d’action du sélénium, sans oublier que plusieurs études scientifiques ont récemment démontré que les statines, par elles-mêmes, accroissent le risque de cancer (par au moins deux mécanismes, à savoir que sur le long terme, les statines sont toxiques pour l’organisme, entre autres par la déplétion du coenzyme Q10 qu’elles causent, outre le fait que le cholestérol … protège du cancer, protection qui diminue à mesure que le cholestérol de l'organisme diminue !).

Conclusion : plus que jamais, la consommation de vitamines et d’antioxydants s’impose. Encore s’agit-il de consommer les bonnes formes de vitamines (que l’on retrouve d’ailleurs rarement en pharmacie !).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici une récente dépêche très intéressante : http://www.naturalnews.com/024799.html

Les "experts" ès "VIH" se montrent très enthousiastes à l'égard des racines de l'astragale. Et ils sont à ce point enthousiastes qu'ils envisagent même la possibilité que les racines d'astragale puissent remplacer les traitements dits "antirétroviraux" actuels, mais bien sûr sans les effets secondaires de ceux-ci !

En tout cas, les scientifiques paraissent avoir démontré que l'astragale diminue la vitesse avec laquelle les télomères raccourcissent. Voilà qui est extrêmement intéressant vu que le raccourcissement progressif des télomères est l'une des plus sérieuses théories avancées pour expliquer le phénomène de vieillissement. Or ce raccourcissement des télomères est un phénomène que l'on constate chez les séropositifs. Ce qui n'a rien d'étonnant puiqu'il a été scientifiquement prouvé, tant in vitro qu'in vivo que le stress oxydatif (qui est également invoqué pour expliquer le phénomène de vieillissement) provoque un tel phénomène de raccourcissement des télomères. Lisez par exemple cette article scientifique de 2004.

Ce phénomène de raccourcissement des télomères pourrait à mon avis expliquer (avec d'autres raisons) pourquoi la séropositivité pourrait de façon irréversible provoquer à terme, parfois bien des années plus tard (il n'est pas rare de lire des témoignages de séropositifs dissidents qui ont mené 15 ans durant une vie "saine et équilibrée, consommé régulièrement des antioxydants, etc... et qui pourtant, 15 ou 20 années plus tard, se retrouvent avec une pneumocystose ou une toxoplasmose) les maladies typiques du sida, et bien sûr sans devoir invoquer l'excuse de quelque "VIH" que ce soit. Il me semble en effet avoir lu qu'avec le temps, les télomères raccourcissent de plus en plus à chaque division de cellules, et qu'après un cycle de 70 à 80 divisions cellulaires, et bien les cellules et leurs télomères sont complètement épuisées et ne sont plus en mesure de se défendre contre les infections.

Dès lors qu'un séropositif dispose déjà de télomères plus courts que dans la moyenne et étant donné que ce phénomène est irréversible (à ma connaissance, je ne pense pas qu'il soit possible de rallonger les télomères, ou alors on aurait sans doute trouvé le secret de l'immortalité ou presque), il est plus disposé que d'autres personnes à vivre à terme diverses infections, dont entre autres celles du sida, vu que son "capital de départ" est déjà diminué.

A cet égard, la plupart des traitements "antirétroviraux" sont génotoxiques et accélèrent le phénomène de raccourcissement des télomères (d'ailleurs, la plupart des séropositifs sous traitements "antirétroviraux" que je connais vieillissent très rapidement quand ils commencent ce genre de traitement), et rien que pour cette raison-là, il me paraît préférable d'éviter, dans la mesure du possible, le recours aux "antirétroviraux". Mais peut-être que certains "antirétroviraux" (comme la lamivudine peut-être ?) n'ont pas cet effet et au contraire retardent ce raccourcissement ? A vérifier, sans doute.

Ce qui me paraît certain, c'est que les antioxydants vont freiner ce phénomène d'oxydation et donc également ce phénomène de raccourcissement des télomères. Et personnellement, je vais tâcher de me procurer ces racines d'astragale et voir quels sont les résultats sur moi. J'ai déjà pu constater qu'on pouvait s'en procurer sans difficulté sur internet (et pour pas très cher) mais je tâcherai d'abord de voir si j'en trouve dans mon magasin bio. Je suis en tout cas très curieux, d'autant plus que même l'orthodoxie du sida se montre (très) enthousiaste sur l'astragale (alors qu'en temps normal, elle ne jure que par les traitements "antirétroviraux" "chimiques").

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lien intéressant, Wallypat. Merci. Je l'ai recopié sur le forum néerlandais, dont je suis membre depuis peu (à la suite de la publication de l'article de Fiala dans un quotidien important néerlandais, le NRC), dans l'idée qu'à l'occasion je pouvais transmettre des choses intéressantes dans les 2 sens. Pour l'instant je n'y ai encore rien vu qui n'ait pas déjà été abordé ici.

(Bon courage avec le mystère IgG.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me doutais bien que le régime que je préconise ne fonctionnerait pas forcément avec tous les séropositifs.

Je le constate actuellement avec l'un de mes plus proches amis qui suit mon régime depuis maintenant un an. Et pourtant, son taux de glutathion continue à baisser, ainsi que ses T4; et sa charge dite "virale" ne fait qu'augmenter et dépasse maintenant le million.

Certes, il n'est pas (encore) malade mais cela commence à devenir inquiétant. Sa séropositivité est en tout cas très vite expliquée. A la suite d'une dépression, il a consommé pour la première fois de sa vie et pendant deux mois, toutes les drogues nasales possibles et inimaginables. Après deux mois, il a cessé d'en consommer mais quelques mois plus tard, il refait un test "VIH" et le voilà devenu séropositif (c'était il y a deux ans et demi). Depuis lors, tous les marqueurs, en ce compris le glutathion, n'ont fait que se détériorer sans interruption, le régime que je préconise n'ayant eu pour effet que de ralentir cette détérioration.

En désespoir de cause, on a décidé de diminuer le nombre d'antioxydants qu'il prend et pendant deux mois, il va se mettre à une cure de plasma marin de Quinton, avec de l'argent colloïdal (et MSM intégré). Nous verrons dans deux mois si les marqueurs se sont - enfin - amélioré (pour la première fois depuis l'annonce de sa séropositivité).

Je signalerai en temps utile sur le forum si le plasma marin de Quinton et l'argent colloïdal ont eu quelque effet positif sur son organisme, du moins au niveau des marqueurs (glutathion et accessoirement T4 et charge "virale"). A défaut, j'ai bien peur qu'il devra se lancer dans les traitements dits "antirétroviraux".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Probablement que dans son cas (chaque individu étant différent), certains dommages causés par l'exposition aux agents oxydants sont devenus irréversibles, un peu comme un fumeur invétéré qui a arrêté de fumer et qui malgré tous les produits naturels utilisés depuis cet arrêt, fait quand même un cancer du poumon 15 ans plus tard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wallypat

En désespoir de cause, on a décidé de diminuer le nombre d'antioxydants qu'il prend et pendant deux mois, il va se mettre à une cure de plasma marin de Quinton, avec de l'argent colloïdal (et MSM intégré). Nous verrons dans deux mois si les marqueurs se sont - enfin - amélioré (pour la première fois depuis l'annonce de sa séropositivité).

J'ai attendu avant d'en parler mais mon amie vient de traiter un impétigo doublé d'un staphylo doré, avec de l'argent colloïdal ( bu et appliqué sur la peau ), alors que les antibio ont démontré par deux fois leur incapacité à soigner ce staphylo. Je précise que cette infection est survenue juste après une extraction de dent !

Que penses tu de ce produit Wallypat, sachant qu'il est non brevetable mais bien connu de certains pharmaciens.

De plus, mon amie a décidé de refaire des tests de CV et CD4 (après bientôt 7 ans de non consultation et d'arrêt de tri) afin de constater si l'argent que nous fabriquons maintenant peut ou non influer sur les marqueurs.

A suivre dans deux mois aussi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n’est que tout récemment que je me suis intéressé sérieusement au sujet de l’argent colloïdal vu que pour ce qui concerne ma santé, tout va parfaitement bien (et même bien mieux que lorsque quand j’étais séronégatif !) et que je n’ai donc commencé à m’intéresser réellement à ce sujet que quand l’état de cet ami très proche a continué à se détériorer.

Je n’ai pas d’avis tranché au sujet de l’argent colloïdal mais d’après ce que j’ai pu lire, en particulier sur certains sites anglais, cela n’a pas l’air bidon du tout et les (très nombreux) effets positifs semblent même appuyés par une assez abondante littérature scientifique (bien entendu prudemment tue par la médecine conventionnelle).

Personnellement, cet ami et moi-même sommes trop paresseux pour le fabriquer nous-mêmes. Donc, il l’a acheté, en l’occurrence sur le site "http://www.colloidalsilveronline.co.uk/", qui m’a l’air très sérieux en la matière. Il l’a déjà reçu (trois jours à peine après l’avoir commandé) et l’extrême qualité paraît au rendez-vous vu qu’à tout le moins, sa couleur n’est même pas faiblement dorée mais bien … incolore (ce qui tend à prouver la haute qualité du produit).

Nous verrons dans les prochains mois si l’état de santé de cet ami s’est amélioré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×