Aller au contenu
forum sidasante
Daddou

En cas de pépin ...le jus de citron?

Recommended Posts

article lu dans CibléSida oct-nov 04

Une prévention du VIH à la limite du farfelu

"Avant toute chose,n'essayez pas ceci à la maison.cette information, entendue à la conférence internationale sur le sida de Bangkok, mérite le prix de la recherche la plus saugrenue sur le sida en 2004 et c'est certainement à ce titre que CibléSida vous la présente. Roger Short, de l'université de Melbourne (Australie) a présenté un poster affirmant qu'une solution de 20 pour cent de jus de citron (jaune ou Vert) désactivait in vitro 90 % de l'activitéde transriptase inverse du virus du sida.il prévoit de lancer une étude de phase 1(étude de sécurité) pour vérifier l'utilité des jus d'agrumes comme microbicides anti VIH

C'est presque trop beau pour être vrai...quelque chose d'aussi courant et bon marché que le jus de citron pourrait empêcher l'infection par le VIH?

Faut pas trop rêver, disent les expert en prévention.Des études sur le noxoynol-9, qui désactive aussi le VIH in vitro, ont prouvé que ce spermicide décapait les surfaces des muqueuses anales ou vaginales et les rendait plus sensibles à des agents pathogènes comme le VIH. Short réplique que le noxoynol-9 est un surfactant et non un acide, qu'une certaine acidité caractérise la cavité vaginale et qu'on trouve aussi de l'acide citrique dans le sperme. Il ajoute qu'il a appris que les prostituées au Nigéria pratiquent régulièrement la douche vaginale au citron, après les passes, comme contraceptif et précaution contre les infections.Cela constitue, selon lui, un critère éthique satisfaisant pour la mise en place d'une étude controlée par placebo. Un mois d'applications de jus de citron vert pur dans le vagin de macaques n'aurait causé aucun dommage à la muqueuse. difficile à croire quand on sait à quel point une goutte de jus de citron sur un petit bobo peut faire hurler de douleur..Bref, c'est pas encore prouvé et ça risque de faire plus de mal que de bien. Ne rangez donc pas tout de suite vos préservatifs!"

Modifié par Daddou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ce qui m'a fait réagir dans ce texte c'est que le partis pris est tout de suite dans le titre:" une prévention du Vih à la limite du FARFELU"

ensuite: "quelque chose d'aussi courant et BON MARCHE", FAUT PAS TROP RÊVER. : 5-euh.gif5-euh.gif

quelqu'un a déjà entendu parler de ce Roger Short?

je sais en tous cas (pour l'utiliser) l'efficacité de l'extrait de pépins de pamplemousse(y'a déjà un topic à ce sujet)

bises

4-bisou.gif4-bisou.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

alala ce n'est pas issu de la chimie pharmaceutique , c'est naturel, c'est pas cherdonc c'est de la merde icon_confused.gif

Lemon juice 'is HIV-killing spermicide'

Laboratory tests show that lemon juice is a potent destroyer of both HIV and sperm, Australian researchers say.

If planned tests in primates and people are successful, lemon juice could be ideal for women without easy access to safe barrier contraceptives, such as condoms, says the team at Melbourne University, led by Roger Short.

But experts in anti-AIDS medications warn that the safety of using the juice internally and its efficacy in people are as yet unknown.

Short says a solution of 10 per cent lemon juice produced a 1000-fold reduction in HIV activity in a lab sample. And half a teaspoon of the juice wiped out two teaspoons of sperm in 30 seconds. The high acidity of the juice is responsible for killing HIV and sperm.

The great advantage of lemon or lime juice as an anti-viral contraceptive is that the fruit can be grown very cheaply in the developing world, says Short. Women might use the juice by inserting a soaked piece of sponge or cotton wool before intercourse, he says. Women researchers in Short's lab said using the juice caused no pain.

Centuries old

This method of contraception was widespread in the Mediterranean before the advent of modern methods, such as the Pill. "I'm a great believer in history. People would not have used it for 300 or 400 years if it did not work," Short told ABC-TV.

Julian Meldrum of the London-based National AIDS Manual says: "The basic principle that acids such as lemon juice can inactivate both sperm and HIV has been known for some years." But although lemon juice was used historically as a contraceptive, "it is unknown how much damage this did both directly to the vagina and the interior of the cervix and uterus, and indirectly, through effects on microbes in the vagina."

Short agrees that more work is needed: "We now need more time to see if women really could rely on lemon juice to protect themselves against pregnancy and HIV in the human body without any side effects," he says.

The team is now planning experiments involving macaque monkeys in Indonesia.

http://www.newscientist.com/article.ns?id=dn2910

Bio du fameux Short http://www.obsgyn.unimelb.edu.au/staff/obs.../ShortRoger.htm

Modifié par Pikpikandré

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

icon_biggrin.gificon_biggrin.gif

C'est bien gentil tout ça..mais bon moi à part le français icon_redface.gificon_redface.gif

y m'semblait avoir lu quelque part dans une info qu'il était conseillé de ne poster que des textes en français? ouf.gif

mais bon, on dit bien que c'est l'intention qui compte? icon_bravo.gif5-nonnonnon.gif

bisou 4-bisou.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gel microbicide anti-VIH : la réponse pourrait se trouver dans les arbres...

U n simple citron pourrait apporter une réponse en matière de prévention du sida, en permettant de mettre au point un gel vaginal susceptible de détruire le virus du sida et de protéger ainsi des millions de femmes ayant des rapports sexuels avec des partenaires infectés.

C'est ce que viennent de suggérer des chercheurs autraliens, en s'inspirant d'anciennes traditions de régions rurales d'Asie du Sud-Est: le jus de citron s'avère contraceptif lorsqu'il est introduit dans le vagin, son acidité pouvant provoquer la destruction des spermatozoïdes.

Une équipe australienne conduite par Roger Short de l'Université de Melbourne, dont les travaux doivent être présentés mardi à la conférence internationale sur sida de Bangkok, déclare qu'une solution de jus de citron - testée en laboratoire et non sur des humains - pourrait tuer le virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

"A condition que des essais cliniques confirment que le jus de citron intravaginal est acceptable, sûr et efficace, il pourrait s'avérer le microbicide de la nature", selon le résumé de leurs travaux.

Les chercheurs ont multiplié les efforts pour trouver des microbicides, alternatives au préservatif en matière de prévention du sida. Une crème ou gel microbicide s'avèreraient particulièrement utiles en Afrique, où les femmes représentent plus de la moitié des 25 millions de séropositifs et sont particulièrement vulnérables.

Vivant dans une situation de soumission, elles ne peuvent pas persuader ou contraindre leurs partenaires à porter un préservatif.

Discret, peu coûteux, un gel microbicide supportant la chaleur et ne nécessitant pas de réfrigération serait idéal.

Un seul microbicide, une molécule appelée nonoxynol-9, a été testée jusqu'à présent, sur plus de 400 professionnelles du sexe en Afrique occidentale, en Afrique du Sud et en Thaïlande, dont une partie recevait un placebo, donc une molécule sans effet médicamenteux, à titre de comparaison. Le résultat s'est révélé désastreux.

Les personnes utilisant du nonoxynol-9 trois fois par jour, voire davantage avaient près de deux fois plus de risque d'être infectées par le virus du sida que celles utilisant un placebo. La muqueuse vaginale était endommagée par le nonoxynol-9, produit chimique puissant, et les lésions ainsi créées facilitaient l'entrée du virus dans le sang.

Six autres vastes essais cliniques de microbicides sont en cours ou sur le point de démarrer, et la recherche a reçu une nouvelle impulsion avec la création de l'International Partnership for Microbicides.

L'équipe de Roger Short a testé plusieurs solutions de jus de citron sur du sperme d'homme souffrant du sida.

Exposer pendant une heure le VIH à une solution contenant 2% de jus de citron n'a aucun effet, mais lorsque la concentration est portée à 10%, la réplication du virus est fortement réduite, et le produit s'avère non toxique.

Une solution concentrée à 20% a permis de détruire 90% des virus en deux minutes, tout en montrant des signes de toxicité.

Une longue période de tests sera encore nécessaire pour que les citrons puissent être utilisés à cette fin. Cette recherche suscite d'ailleurs le scepticisme des experts du secteur des microbicides.

"Le concept repose sur une régulation du PH (de l'acidité) du vagin et ceci est déjà activement recherché dans le cadre du (gel appelé) Buffer Gel", a déclaré un spécialiste.

Mais Roger Short estime que ses recherches ne peuvent être ignorées. En cherchant une "Cadillac des microbicides, on a peut-être négligé le simple vélo", a-t-il déclaré la semaine dernière au journal scientifique britannique Nature.

http://www.globeaccess.net/archive_2004/sante177.htm

D'autres ressources en français

Modifié par Pikpikandré

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Her Bak

Une tentative de traduction maison de cet article:

Le jus de citron, un spermicide "tueur de HIV"

Des tests en laboratoire montrent que le jus de citron est un puissant destructeur du HIV et du sperme, d' après des chercheurs australiens.

Si les tests prévus sur des primates et des humains se révèlent concluants, le jus de citron pourrait être parfait pour des femmes qui n' ont pas accès à des contraceptifs sans risques, comme les préservatifs, d' après l' équipe de l' Université de Melbourne, dirigée par Roger Short.

Des experts en traitements anti-SIDA préviennent toutefois que l' efficacité et les risques liés à une utilisation interne du jus de citron sont encore inconnus.

Short affirme qu' une solution de 10% de jus de citron a produit une réduction par 1000 de l' activité du HIV dans un échantillon en laboratoire. Et une demi cuillère à café de jus de citron a éliminé deux cuillères à café de sperme en 30 secondes. L' acidité élevée du jus de citron est responsable de l' élimination du HIV et du sperme.

Le grand avantage du jus de citron en tant que contraceptif anti viral est que le fruit n' est pas coûteux à faire pousser dans les pays en voie de développement, d' après Short. Les femmes pourraient utiliser le jus en en imbibant des éponges ou du coton, et en les insérant avant un rapport. Les femmes chercheuses du laboratoire de Short affirment que cette insertion est sans douleur.

Vieille de plusieurs siècles

Cette méthode contraceptive était très répandue en Méditerranée avant l' arrivée des méthodes modernes, comme la pilule. "Je cois beaucoup en l' histoire. Les gens ne l' auraient pas utilisée pendant 300 ou 400 ans si elle n' avait pas marché", a déclaré Short sur ABC-TV.

Julian Meldrum du National AIDS manual de Londres déclare: "le principe selon lequel des acides comme le jus de citron peuvent inactiver aussi bien le sperme que le HIV est connu depuis plusieurs années." Mais bien que le jus de citron ait été utilisé à travers l' histoire comme un contraceptif, " mais on ne sait pas quels dommages il peut causer aussi bien directement au vagin, à l' intérieur du col de l' utérus et à l' utérus, qu' indirectement par ses effets sur les microbes du vagin."

Short admet que plus de travail est nécessaire: " nous avons besoin de plus de temps pour savoir si les femmes peuvent compter sur le jus de citron pour se protéger contre la grossesse et le HIV dans le corps humain sans effets secondaires".

L' équipe prévoit maintenant d' effectuer des expériences sur des macaques en Indonésie.

http://www.newscientist.com/article.ns?id=dn2910

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1-marteau.gif

bon, y'a pas qu'en anglais que je dois progresser.. icon_tresfache.gif en informatique aussi

merci à vous deux

chamaille.gifchamaille.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

évidemment, l'acide ascorbique est un antioxydant !!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je précise que l'acide ascorbique est la vitamine C dont regorge le jus de citron.

par ailleurs, je vous renvoie à mon dernier post concernant la trithérapie, du lundi 3 janvier à 15h06 sur ce topic. Il y était clairement indiqué que la trithérapie permettait de faire remonter le taux de vitamine C.

Et si finalement, c'était simplement ce faible taux de vitamine C qui permettait l'apparition des fameuses protéines du "vih", ainsi que des lambeaux d'ARN imputés à ce "virus"?

Bien entendu, ce taux de vitamines antioxydantes doit sûrement être lié au taux de soufre réduit (glutathion). Je vais concentrer mes recherches là-dessus.

Modifié par Cheminot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.aci-multimedia.net/feminin/nutr.../vitamine_c.htm

la VITAMINE C suscita de nombreuses controverses. En 1932, Haworth, après en avoir analysé la structure chimique, la nomme Acide Ascorbique. Dans un article paru 1967 {" Psychiatrie Orthomoléculaire "} Linus Pauling, deux fois prix Nobel, va préciser les rôles multiples et essentiels de la vitamine C dans différents domaines. Dans un ouvrage "la vitamine C et le rhume" il recommandera une dose de 1000 mg de vitamine C contre les maladies infectieuses. Dans les années 70, le docteur Th. Chalmer dans une étude qui eut une certaine portée à l'époque, affirmait qu'une supplémentation en vitamine C n'avait que peu ou pas du tout d'effets bénéfiques. Une étude ultérieure d'Hari Hemila conclut cependant que de larges doses de vitamine C réduisaient les maladies infectieuses confirmant ainsi les études de Linus Pauling.

Une autre étude américaine démontra que la vitamine C réduisait la durée de l'infection par les virus respiratoires de plus de 40 %. Depuis et jusqu'à nos jours, un grand nombre d'études ne firent que confirmer l'action de la vitamine C dans un champ d'application qui ne fit que s'étendre.

Déjà, l'on sait qu'elle intervient favorablement dans le système immunitaire et l'on a établi le lien étroit qu'elle avait avec les lymphocytes, macrophages et réserve intracellulaire. Notre organisme renferme entre 1500 et 2000 mg de vitamine C {cerveau, les yeux, foie, la rate, pancréas, hypophyse, glandes surrénales, reins, poumon, cur,...}. Or, les glandes surrénales consomment un taux de vitamine C plus élevé que celui de toutes les autres cellules de l'organisme.

Les gros buveurs, les gros fumeurs en consomment énormément {chaque cigarette en détruit 25 mg}. Il en est de même des gens stressés ; si un stress intervient, la consommation de vitamine C s'accroît et s'il y a carence en vitamine C, cela se répercute sur la fonction surrénalienne, donc le stress va ralentir ou épuiser le fonctionnement des surrénales elles-mêmes grosses consommatrices de vitamine C.

Et puis, il y a un problème : l'organisme ne peut stocker la vitamine C, aussi doit-elle être renouvelée quotidiennement par l'alimentation ou la complémentation. Rappelons, à propos du système immunitaire, qu'en cas d'infection, si la réserve est consommée et que la carence est là, cela occasionnera un affaiblissement du système immunitaire ; cette carence sera d'autant plus regrettable que la vitamine C est nécessaire au processus de Phagocytose, à l'activité des lymphocytes T4 et à la production d'Interféron.

Autre rôle important de cette vitamine C reconnue comme un antioxydant majeur, avec le sélénium, le zinc, la vitamine E peut et les caroténoïdes, elle joue son rôle de protection contre la sur oxydation intensive que nous dispense généreusement la vie moderne et dont un des aspects le moins réjouissant est la production de radicaux libres dans nos cellules cause de vieillissement et d'affections dégénératives.

Elle réduit aussi le taux de cholestérol, prévient les maladies cardiaques, préserve la santé osseuse, dentaire et génitale. Elle intervient dans la synthèse du collagène, est essentielle pour la synthèse de tous les neuromédiateurs du cerveau et du système nerveux, favorise l'absorption du fer et permet l'inhibition de la formation des nitrosamines antiallergiques, anti histaminique, anti asthmatique, anti-inflammatoire, les plus récentes recherches lui ont attribué un rôle anticancéreux qui ne fait que se confirmer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...