Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

Je ne crois pas que les dissidents aient étudié la maladie de Kreutzfeld Jacob.

Cela dit, pour le prion, mon opinion, c'est que c'est un truc tout aussi bidon que le VIH. D'ailleurs, il y a un agriculteur anglais, Mark Purdey, qui a remis en cause le prion comme cause de la maladie de la vache folle. Selon lui, c'est le phosmet, un insecticide mis le long de la colonne vertébrale des vaches qui est à l'origine de tout ça. De façon plus générale, ça serait lié à un déséquilibre en cuivre (un excès si je me souviens bien). Ainsi, il a remarqué que sur certains terrains riche en certaines substances qui entrainent un déséquilibre en cuivre dans l'organisme, les herbivores développaient également des maladies du genre "vache folle".

Oui effectivement et cela est tout de même envisagé comme l'une des 3 cause possible par les "autorités compétentes" icon_biggrin.gif Ici l'INRA http://www.inra.fr/Internet/Produits/dpenv/vfol___8.htm

Hypothèse "environnementale" de la maladie

Cette hypothèse alternative très controversée suggère que la maladie pourrait avoir pour origine " une mutation neurochimique déclenchée par une exposition à des pesticides organophosphorés ". Évoquée dès 1988 (3), cette supposition est basée sur le fait que la Grande-Bretagne a utilisé de 1981 à 1991 de fortes doses de phtalimide contenu dans le phosmet, un insecticide puissant, afin d'éliminer des mouches parasites Hypoderma bovis (varron du boeuf) de son cheptel bovin (68, 69). Cet insecticide aurait induit une modification de la protéine PrP conduisant ainsi à la maladie. L'époque d'utilisation, la distribution géographique et la dynamique d'usage de ce type de produit sont en corrélation avec l'épidémie d'ESB.

(3) Boothby C.B., 1988. Bovine spongiform encephalopathy, possible toxicity link. Veterinary Record, 122(4), 95.

(68) Purdey M., 1993. Mad cow disease. Ecologist, 23(1), 36-37.

(69) Purdey M., 1994. Are organophosphate pesticides involved in the causation of bovine spongiform encephalopathy? Hpothesis based upon a litterature review and limited trials on BSE cattle. Journal of nutritional Medecine, 4(1), 43-82.

Voir aussi la référence Neilson S., 1996. Bovine Spongiform Encephalopathy (BSE), or mad cow disease. http://www.brunel.ac.uk/research/cshsd/bov...ephalopathy.htm

Mais aussi Cette conférence de Marc Purdey et la discussion http://www.liste-hygiene.org/arcesbpurdey.html

Je crois qu'on parle aussi de problème de ce genre dans la thèse officielle sur l'hépatite C.

PS. Très intéressante cette discussion

Modifié par Pikpikandré
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Une chose est certaine, c'est que le désespoir engendré par les abattages des vaches et des poulets a engendré beaucoup plus de décès par suicide que le virus ou le prion lui-même ... Le suicide n'est pas incorporé au "principe de précaution" ni avant la prise des mesures, ni après pour en comptabiliser leurs effets ...

J'ai écouté hier à la radio une intervention ubuesque sur le raz de marée asiatique ... Selon l'intervenant et au terme d'un foutoir analytique, la cause de ces grosses vagues meurtrières seraient à porter au discrédit du mépris de l'environnement qui caractérise les sociétés occidentales et américaine en particulier ...

Cheminot a raison, il y a sans doute trop de saloperies dans l'environnement pour des raisons économiques mais delà à incorporer un tremblement de terre dans ces démarches nuisibles, il y a un pas à ne pas franchir, je crois ...

Amitiés ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pikpikandré >

On notera tout de même dans la note de l'inra qu'ils disent "la maladie pourrait avoir pour origine une mutation neurochimique". Du coup, vu qu'ils restent assez sybilins par ailleurs sur cette théorie, il gardent un certain flou. Mutation neurochimique, ça peut tout à fait vouloir dire qu'ils gardent l'hypothèse d'un prion désormais pathogène et transmissible, mais que l'origine est une mutation due à un produit chimique. Comme ça, ils ne se mouillent pas. Ces gros malins pourraient ainsi ménager la chèvre et le choux, au lieu d'avouer clairement qu'il y a un problème avec l'hypothèse du prion transmissible et pahtogène et au lieu d'appeler la chose par son vrai nom, à savoir : "déséquilibre chimique" ou "perturbation neurochimique".

Au passage, ce site de l'industrie de la viande me faire toujours marrer. Il est assez hallucinant avec sa volonté de faire "analyse sérieuse des problèmes de la filière viande". D'un coté il y a des analyses orientée et tronquées. De l'autres, des espèces d'ovni comme cette théorie de Mark Purdey, à l'époque relayée quasiment nulle part ailleurs en français. Vraiment bizarre (même si c'est logique : ils défendent la filière viande, point barre, sans être regardant sur la provenance de ce qui pourrait la défendre. Mais enfin, oser s'opposer à la filière chimie et aux biologistes du monde entier, gonflé quand même de la part d'un simple site de la filière viande). Enfin, bref, je ne m'attendais pas, la première fois où je l'ai vu, à trouver un site de la filière viande, et un site avec des articles aussi élaborés (on s'attendrait plutot à des articles limites plaquette publicitaire et de simple reprises paresseuses d'articles grand public).

Modifié par aixur
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Excuse-moi, Rock-en-rock, je n'avais pas lu ta première intervention.

Je te renvoie pour l'instant aux papier d'Eleni Papadopoulos et du groupe de Perth :

http://www.theperthgroup.com/SCIPAPERS/biotek8.html

http://www.theperthgroup.com/REJECTED/emergmedab.html

et :

--Resize_Images_Alt_Text--

où l'on voit que deux bandes suffisent en Afrique pour être déclaré séropositif, alors qu'il en faut 4 en australie et en France, mais ce ne sont pas les mêmes.

C'est le domaine d'Ubu !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Désolée pour le hors sujet

J'ai écouté hier à la radio une intervention ubuesque sur le raz de marée asiatique ... Selon l'intervenant et au terme d'un foutoir analytique, la cause de ces grosses vagues meurtrières seraient à porter au discrédit du mépris de l'environnement qui caractérise les sociétés occidentales et américaine en particulier ...

Cheminot a raison, il y a sans doute trop de saloperies dans l'environnement pour des raisons économiques mais delà à incorporer un tremblement de terre dans ces démarches nuisibles, il y a un pas à ne pas franchir, je crois ...

Ok avec toi pour le suicide

Concernant le Tsunami je ne sais ce que disais ton reportage mais il est un fait certain : la catastrophe aurait été bien moins pire (mais toujours catastrophique nous sommes d'accord) si on avait pas systématiquement éliminé les mangroves (qui auraient limité la violence et la pénétration du tsunami) pour faire de l'élevage de crevettes ou pour faire de jolies plages pour les touristes. Même remarque sur les coraux complétement bousillés par la pêche intensive, le raclage du sol, la plongée touristique--> ces barrières naturelles auraient limité aussi la violence et la progression des tsunamis. + la débilité profonde d'urbaniser à outrance les zones cotières.

Le tsunami a d'ailleurs dû bousiller ce qui restait de mangroves et de coraux icon_cry.gif

Plus d'infos la dessus : voir les déclaration de Jeff McNeely de l'IUCN ou aussi

Les atteintes portées à ces espaces confinés, à lorigine de 80 % des espèces marines, menacent donc sans commune mesure avec leur superficie la densité même de la vie des océans, un phénomène que lon a trop tendance à oublier. La destruction de ces "habitats" marins que sont les marais, les forêts de mangroves et les coraux, abaisse la capacité de reproduction de la faune et de la flore et amplifie les déprédations causées par les perturbations atmosphériques sur le milieu côtier.

[...]

Les activités humaines menacent tout à la fois la faune et la flore marines et à travers elles lavenir de lhomme de bien dautres manières. Cest cette juxtaposition même dactivités prédatrices qui nous fait craindre une rupture déquilibre. La mer nest pas en effet une oasis de vie sans fin car celle-ci se concentre essentiellement dans les zones bordières, cest-à-dire peu profondes. Les estuaires notamment, lieux les plus menacés par les activités anthropiques, sont les véritables pouponnières de la mer. Les atteintes portées à ces espaces confinés, à lorigine de 80 % des espèces marines, menacent donc sans commune mesure avec leur superficie la densité même de la vie des océans, un phénomène que lon a trop tendance à oublier. La destruction de ces "habitats" marins que sont les marais, les forêts de mangroves et les coraux, abaisse la capacité de reproduction de la faune et de la flore et amplifie les déprédations causées par les perturbations atmosphériques sur le milieu côtier.

Le cyclone qui a frappé la côte est de lInde en octobre 1999, qui a provoqué un raz-de-marée rentrant jusquà 50 km à lintérieur des terres et entraînant la mort de quelque 10 000 personnes, aurait eu moins deffets si le littoral avait continué à être protégé par les forêts de mangroves.

http://expositions.bnf.fr/lamer/arret/demain.htm

Z'aviez entendu parlé de ça ? il n'y avait sans doute pas assez de touristes...

Modifié par Pikpikandré
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Pik ... (restons un peu hors sujet encore ...) ... oui je suis OK ... mais je connais bien quelques uns de ces pays et j'ai rôti aussi sur les plages de Phuket (Thailande) ... Dans ce cas de figure, pas de mangroves et pas de coraux ... pas mal de béton certes mais plutôt mieux qu'ailleurs ...

Dans ce cas de figure également et compte tenu du relief important du coin, le bilan me semble surréaliste ... au moins en ce lieu.

D'ailleurs, une intervention hier du premier ministre norvégien me semble aussi surréaliste : " Il s'excuse d'avoir pronostiqué 1000 morts chez ses compatriotes alors qu'ils ne seraient que 16 ".

N'est-on pas en passe de revoir considérablement à la baisse le bilan ? ... Certes 150000 ou 70000, c'est toujours beaucoup trop et démontre les limites des capacités de la "modernité" ...

Cela étant, le sensationnalisme discrédite toujours ... Un peu comme les chiffres du VIH en Afrique ...

Alors, je me pose deux questions :

1. est-ce qu'on vend mieux de l'image lorsque les chiffres de la misère sont colossaux ? je crains hélas que oui ...

2. est-ce qu'on récolte davantage de "dons" et de subventions ? sûrement que oui ...

J'ai aperçu également quelques images de pillage juste après le drame (images coutumières en ce genre de circonstances en fait) ... on parle aussi des opportunistes qui en profitent pour ramasser des gosses en perdition pour des trafics divers (ils ne perdent pas de temps !) ... et, dans le même temps, on voit des plagistes se refaire dorer la pilule sur les lieux du drame ... Où est la seconde vague qui pourrait emmener toutes ces ordures ?

Ca et tout le reste (notre sujet par exemple) me font parfois gerber (sans pilule) ... Je crois être devenu un peu plus "humain" après les tests ... c'est toujours ça de pris ...

Amitiés ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[La similitude essentielle entre les explications officielles concernant ces deux pathologies, est que l'on cherche désespérément à les mettre au compte d'une entité exogène pathogénétique, soit un virus ou un "prion". Et on veut éviter au maximum l'explication environnementale, car celle-ci remettrait en cause l'économie mondiale]

Cela remettrait en cause non seulement l'économie mondiale , mais aussi la vision dogmatique de la science ,qu'elle soit médicale ou autre.

On entre en" science " de la même façon qu'un fanatique intégriste entre en religion.

Les vrais scientifiques sont des impies que l'on tente de mettre au ban de la société.

Le probléme c'est que la majorité des gens y trouve leur compte....et dans ces conditions...!

J'ai dit plus haut que je trouvais le cas de ce dentiste homosexuel intéressant!

En effet il m'a fait penser au cas de cette jeune anglaise atteinte de la maladie de kreutzfeld jacob.

Cette jeune femme vivait chez ses parents et avait les mêmes gout en matiére d'alimentation (elle mangeait chez ses parents).

La seule chose qui la caractérisait c'est qu'elle avait d'énormes problèmes dentaires et qu'elle devait se rendre chez son dentiste trés frequemment pour des soins.

Amicalement,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bingo Rock concernant "le sensationalisme" je me suis fait exactement la même reflexion que toi

on est passé d"un raz de marées tragique, certes à un ouragan, une deferlante médiatique

ou la moindre pudeur n'a plus sa place

Modifié par kierkegaard
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A propos de la vache folle, voila ce que j'ai trouvé sur une des pages indiquées par pikpikandré :

Pour diverses causes (carence en cuivre, excès de manganèse, deséquilibre entre métaux, présence du prion pathologique, pesticides organo-phosphorés, autres pesticides?), la cellule nerveuse se met à fabriquer un prion anormal qui provoque au niveau des synapses un choc oxydatif responsable de sa destruction (Colin Masters, à Melbourne) et qui se met à s'accumuler sous forme de plaques, puisqu'il ne peut pas être catabolisé dans les lysosomes comme le prion normal en vue du recyclage des amino-acides qu'il contient. En fait ces plaques, un peu comme dans la maladie d'Alzeimer ne seraient que le témoin, la "stèle", qui commémorerait le souvenir de ces cellules détruites (Miguel Pappola, Mobile, South-Alabama).

Un "anti-choc oxydatif (injections intraveineuses d'un anti-oxydant, comme le glutathion) serait susceptible de renverser le processus et de stopper l'espèce de réaction en chaine provoquée par l'apparition du prion anormal dans l'organisme (exogène sous forme de pseudo-contamination ou endogène à cause d'une déviation du métabolisme normal).

Donc, là aussi, on pourrait être, in fine, en face d'un problème de stress oxydatif. A vérifier, évidemment. Mais c'est intéressant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Selon ce que j'ai pu comprendre de l'hypothèse de Purdey, le prion normal est une protéine qui protège le cerveau des espèces oxydantes réactives (radicaux hydroxyle, etc...) en les détrusant. C'est une protéine qui contient du cuivre II chélaté (c'est démontré dans la littérature).

Or, lorsque le rapport des concentrations Cu II/Mn II (manganèse) devient faible, le manganèse va progressivement remplacer le cuivre dans la protéine en la dénaturant, c'est-à-dire qu'elle perd sa structure tertiaire (recourbement spécifique de la chaîne protéique sur elle-même), et en même temps ses propriétés antioxydantes. On comprend alors pourquoi ces espèces oxydantes réactives, qui ne sont plus détruites, vont créer des "trous" dans le cerveau.

Quand ce rapport Cu/Mn diminue-t-il?

Par exemple, les vaches qui paissent sur des terrains riches en Mn sont plus exposées à la MVF. Cela a été constaté en Slovaquie, à proximité de mines de Mn.

Mais encore, l'utilisation de complexants qui bloquent plus Cu II que Mn II va également faire diminuer ce rapport. C'est ainsi que les organophosphorés (phosmet par exemple) comportent deux soufres sur le phosphore central, et chaque chimiste sait que la liaison Soufre-Cuivre est bien plus forte que la liaison Soufre-Manganèse (il suffit de rechercher les produits de solubilité).

Or de 85 à 95, les vaches anglaises ont été badigeonnées avec ce phosmet pour éliminer le varron.

On a par ailleurs conclu à l'infectiosité de la MKJ (Kreutzfeld-Jacob), car 5 cas sont apparus pratiquement simultanément dans un rayon de 10 km en angleterre

Marc Purdey a fait remarquer que dans ce rayon fonctionnait une usine de phosmet...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca à l'air de revenir souvent le souffre dans les phénomènes oxydatifs. Je me demande si ça n'a pas à voir avec la possibilité que la vie soit apparue dans les grands fonds, dans un environnement souffré. Enfin, c'est juste une idée lancée, comme ça..

Modifié par aixur
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je te répondrai simplement ceci, même si je sais que tu est assez en froid avec l'homéopathie :

le principal remède des maladies chroniques est justement le soufre (ici du soufre en fleur), puis on trouve le calcaire, le sel,... Les dérivés oxygénés de l'azote, du phosphore et de l'arsenic correspondent toujours à des maladies dégénératives. Ces trois derniers sont d'ailleurs dans la même colonne de la classification periodique.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour Cheminot:

A propos de la perte de soufre liée à l'oxydation de la cystéine ,dont on a parlé plus haut ,il semblerait que le mercure réagisse fortement à la cystéine!

Concernant le cuivre il semblerait que le mercure et des propriétés chimiques trés proches ce qui lui permettrait de perturber son métabolisme.

Concernant le soufre: c'est l'élément pour lequel le mercure a le plus d'affinité .

Pour moi la guérison des maladies chroniques passe inévitablement par la chélation (même si cela n'est pas toujours une condition suffissante)

pour Aixur:

[un "anti-choc oxydatif (injections intraveineuses d'un anti-oxydant, comme le glutathion) serait susceptible de renverser le processus et de stopper l'espèce de réaction en chaine provoquée par l'apparition du prion anormal dans l'organisme (exogène sous forme de pseudo-contamination ou endogène à cause d'une déviation du métabolisme normal).]

Le glutathion est lun des nutriments les plus importants pour la détoxification du mercure. Le glutathion est important pour la détoxification hépatique et pour lélimination du mercure et dautres métaux lourds toxiques liposolubles.

Quant à parkinson , alzheimer ...!

Amicalement,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement
×
×
  • Créer...