Aller au contenu
forum sidasante
kierkegaard

Vaccin pas rentable !?

Recommended Posts

GENEVE (AFP) - L'industrie pharmaceutique manque de motivation pour rechercher un vaccin contre le sida, dont le rendement financier serait moindre que celui des actuels traitements, a estimé jeudi Seth Berkley, président de l'Initiative internationale pour un vaccin contre le sida (IAVI).

"Les entreprises n'ont malheureusement pas d'incitation économique pour investir massivement dans ce vaccin", a déploré M. Berkley lors d'une conférence de presse à Genève.

"Pourquoi ? Les vaccins n'offrent pas un retour sur investissement particulièrement bon et ils sont destinés en majorité au monde en développement parce que c'est là que se trouvent la plupart des maladies infectieuses", a expliqué le chercheur au lendemain d'une conférence internationale organisée à Lausanne (Suisse) sur la recherche d'un vaccin antisida, AIDS Vaccine 2004.

Par comparaison, les traitements antirétroviraux sont beaucoup plus rémunérateurs pour les laboratoires, même s'ils ne permettent pas d'éliminer la maladie, a observé le patron de l'IAVI, un partenariat public/privé entièrement dont le siège se trouve à New York.

"Les traitements sont pris tous les jours, on a donc un marché continu, et comme les gens sont atteints par un virus mortel, ils payeraient n'importe quoi pour obtenir un traitement", a remarqué M. Berkley. "Quand les entreprises se demandent si elles doivent investir, elles constatent qu'elles récupéreront beaucoup moins d'argent avec un vaccin qu'avec un traitement".

M. Berkley a souligné que 23 ans après l'apparition de l'épidémie, un seul vaccin a jusqu'à présent été testé jusqu'à terme chez l'homme, avec des résultats négatifs. "Ces vaccins n'ont pas été la priorité", a-t-il déploré.

________________________________

malice.gif De toute façon il est bien difficile de mettre au point un vaccin pour une maladie qui n'existe pas remarque cela ne serait pas le 01er vaccin virtuel de l'histoire et les gens commencent à se méfier terriblement des vaccins alors que les cachetons ont encore de beaux jours devant eux 3 - parano.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

salut.gif Kierkegaard

Merci de l'info

Voila qui rassurera les opposant à une vaccination systèmatique supplémentaire, à moins que..........

"Les entreprises n'ont malheureusement pas d'incitation économique pour investir massivement dans ce vaccin", a déploré M. Berkley icon_cry.gifpuni.gif

Ce ne soit un appel du pied pour que les ministères de la santé, préoccupés et touchés par la philantropie des labos, leur offrent un marché basé sur une obligation légale.

A suivre

Nowar

1-cingle.gif1-marteau.gif1-cingle.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que ce soit le SIDA ou pour une quelconque maladie, les laboratoires pharmaceutiques n'ont strictement aucun interet à ce que les médicaments soient efficaces.

Les laboratoires pharmaceutiques vivent et prospèrent de la maladie des gens pas de leur santé.

Tout le monde comprend le système capitaliste, l'offre et la demande, la bourse et les actions qui sont la base de fonctionnement de la totalité des grosses sociétés de part le monde, et pourtant certains croient que le domaine pharmaceutique fonctionne autrement...

Une population en bonne santé signifie la fin des ventes de médicaments et donc la fin des énormes profits que font les laboratoires pharmaceutiques, qui sont, comme toutes les industries, basés sur les lois économiques capitalistes actuelles.

Dans un autre topic, un membre abordait le fait que les medecins "leaders d'opinion", expert et "donneur de conseil médiatique" sont peut etre rémunérés par les labos... Ce n'est pas peut etre, c'est malheureusement le cas de 99% de ces médecins experts et consultants, qui eux aussi, vivent de la maladie de leurs patients... et non pas de leur bonne santé...

Il faut arreter de regarder les médecins et les labos pharmas comme des professionnels différents : ils ont les meme contraintes de rentabilité et de profits que les autres.

Dans le tas, il y a des médecins qui abordent leur métier de façon indépendante et avec la santé à l'esprit (et non le profit). Pour les reperer il y a un moyen simple : comment s'informent ils sur les médicaments est la question de base : avec les visiteurs médicaux des labos ou avec une revue indépendante (comme Precrire par ex) ou des formations indépendantes ?

Bref, il faut arreter de s'illusionner sur le monde de la médecine et des labos pharmas : ces gens n'ont aucun interet dans la santé (malgré que leur service de marketing usent ce mot jusqu'à la corde), et les profits qu'ils font grâce à la maladie dépasse ce que vous pouvez imaginer, et surtout justifie tous les mensonges et manoeuvres qui peuvent etre necessaire à la pérennité du système actuel.

Diamant

Modifié par diamant bleue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ahhhh un pamphlet comme je les aime ,zut,crotte le forum vient de réouvrir aux post et je me barre en vacances à la fin de la semaine ,j'ai fait le plein de bouquins genre "la mafia médicale" pour lire à la plage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

kierkegaard, tu peux ajouter un petit livre poche pour tes heures de plages s'il te reste un peu de place : "Mort in vitro" de Martin Winckler (médecin, journaliste et écrivain, "éjecté" de France Inter pour en avoir trop dit sur les labos pharmas : http://www.onnouscachetout.com/themes/mede...in-winckler.php . C'est un roman... basé sur des "pratiques" réelles icon_smile.gif

Bonne vacances icon_wink.gif

Diamant

Modifié par diamant bleue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous.

Pendant ces quelques 20 jours de silence radio, j'ai découvert certaines choses assez déconcertantes concernant le caractère "scientifique" des certaines affirmations des labos.

Tout d'abord (je ne peux rentrer dans les détails techniques), la publication utilisée pour montrer chimiquement la notion de résistance aux antirétroviraux se contredit d'une page à l'autre. Elle met en avant des raisonnements contraires à la chimie la plus classique, simplement pour parvenir à l'explication recherchée. Et on appelle cela "science".

Par ailleurs, je me suis rendu compte que la trithérapie, dont on met en avant la réussite relative (par rapport à l'ère AZT) pour contrecarrer les modèles dissidents, contient pratiquement toujours un médicament bien particulier, la Lamivudine (3TC).

Et quelle est la différence entre la lamivudine et les autres "antirétroviraux" ? Eh bien c'est le seul "ARV" qui soit un antioxydant. D'une part, ses métabolites détectables sont des structures où la lamivudine est oxydée, contrairement à l'AZT dont les métabolites sont obtenus par réduction de celui-ci. Par ailleurs, ses propriétés chimiques font qu'elle doit normalement être partiellement hydrolysée dans l'estomac pour donner... des thiols, soit des structures semblables au glutathion, à la cystéine.

Donc, la trithérapie consiste en fait à utiliser principalement deux substances (Combivir) qui vont se neutraliser (AZT et 3TC).

Les publications que j'ai lues montrent d'ailleurs que le fait d'ajouter de l'AZT à un régime de 3TC diminuait la concentration de celui-ci : il est oxydé par l'AZT et donne des composés indétectables.

Tout ceci montre que la "science" dont on nous vante les mérites pose aussi des problèmes. Mais ces labos ont le nerf de la guerre !!!

Modifié par Cheminot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans un autre topic, un membre abordait le fait que les medecins "leaders d'opinion", expert et "donneur de conseil médiatique" sont peut etre rémunérés par les labos... Ce n'est pas peut etre, c'est malheureusement le cas de 99% de ces médecins experts et consultants, qui eux aussi, vivent de la maladie de leurs patients... et non pas de leur bonne santé...

Il faut arreter de regarder les médecins et les labos pharmas comme des professionnels différents : ils ont les meme contraintes de rentabilité et de profits que les autres.

Aaaah, ça fait du bien de retrouver le forum.

Effectivement, j'ai eu la confirmation de ça en lisant un bouquin de Philippe Pignarre "le grand secret de l'industrie pharmaceutique", en page 21, on a ça :

"Ainsi, de nombreuses études (par exemple, la plupart des essais dits de phase 4 ) sont commandés et réalisés en fonction - et en fonction seulement - des objectifs du marketing. En donnant aux médecins l'occasion de tester - CONTRE REMUNERATION - un nouveau médicament à large echelle, ces études visent surtout à les habituer à le prescrire".

Donc, les médecins sont rémunérés pour prescrire les nouveaux médicaments. Et l'auteur parle de sommes considérables (pas pour chaque médecin bien sur, mais globalement). Donc, les "pauvres" médecins doivent avoir les moyens de mettre du beurre dans les épinards grace aux labos. Ils disent qu'ils n'acceptent pas les cadeaux des labos. Mais, si ce genre de chose est légale, c'est encore mieux que des cadeaux illégaux, puisque c'est carrément de l'argent, et de l'argent légal. Et, avec, en plus, des petits séminaires à l'étranger dans des hotels 5 étoiles payés par les labos (pour rester au courant des avancées de la médecine, bien sur icon_wink.gif ), ben cool quoi.

Je me demandais aussi si, du coté des "pauvres" généralistes, ceux-ci ne mettaient pas encore un peu plus de beurre dans leurs épinards en mettant au point des accords avec des spécialistes. Du genre, "je t'envoie mes patients, mais, tu me donnes 1/3 des honoraires de la première scéance. Le reste sera à toi". Vu que les honoraires du spécialiste sont généralement 3 fois supérieurs à celui du généraliste, du coup, pour chaque patient envoyé chez un spécialiste, le généraliste double son salaire (ou le triple, selon l'accord).

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les séminaires sous les cocotiers,les palaces et les petits cadeaux je confirme

cet après midi encore une amie dont le père est médecin m'a rapporté tout cela en me précisant néanmoins que c'est plus difficile depuis 1 ans ,quand aux médecins que je cotoie directement ces séminaires leur permet de croire qu'il font partie d'une élite

que tout cela nous échappe et qu'il n'y a qu'eux pour "vulgariser" le discours scientifique et médical pour nous précher la bonne parole !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité psyduck
Par comparaison, les traitements antirétroviraux sont beaucoup plus rémunérateurs pour les laboratoires, même s'ils ne permettent pas d'éliminer la maladie,

j'aurai dit: "Par comparaison, les traitements antirétroviraux sont beaucoup plus rémunérateurs pour les laboratoires, CAR ils ne permettent pas d'éliminer la maladie "

mais c'est pas non plus un vaccin qui le fera a mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ADDTC

Y a-t-il un médecin dans la salle ?

Non, parce que à vous lire, ce sont pire que des mafieux. Vous imaginez peut-être qu'ils sont dupes quand les labos pharmas leur envoient des jolies blondinettes avec des beaux papiers glacés ? Tant qu'à faire, dites qu'ils prescrivent en fonction de la qualité des rapports sexuels que les médecins ont avec elles ?

Un peu facile de lancer des accusations aussi grotesques quand il n'y a personne pour répondre.

Même chose pour les compagnies pharmaceutiques. Ce sont des usines de mort qui cherchent à produire les plus mauvais médicaments possibles afin de garder un cheptel de clients captifs.

Sauf que vous oubliez plusieurs choses :

Ces compagnies se font concurrence. Et si un médicament n'était pas efficace, soyez sur que la blondinette du labo d'en face irait se présenter avec du papier glacé pour démolir le produit concurrent.

Il y a des autorisations de Mises sur le marché, et ce dans la plupart des pays du monde. Ces autorisations ne sont délivréEs qu'après des tests cliniques. Si un médicament était réellement inefficace, il faudrait truquer les études au niveau mondial. Parce qu'on peut toujours comparer une étude avec l'autre. Un peu difficile à faire, non ? Par contre vanter les mérites du chlorure de magnésium, où il n'y a pas d'études montrant son efficacité, est tellement plus facile, puisque personne ne pourra venir contredire des études inexistantes.

Maintenant, puisqu'on est dans la calomnie gratuite, je vous retourne l'argument.

Vous ...opathes (mettez ce que vous voudrez à la place du ...) n'avez aucune compétence en médecine, et vous pouvez prescrire n'importe quoi. Vous n'êtes pas tenu à démontrer l'efficacité de votre produit, ou de votre méthode, puisqu'il n'y a par définition aucun moyen de prouver que la Vè de Beethoven, ou des passes magnétiques, ou le parfum de dessous de bras de docker fatigué a une quelconque influence sur la santé des gens.

Vous dénigrez continuellement les compagnies pharmaceutiques parce qu'elles vous piquent votre clientèle, et vous avez donc intérêt à ce que le public croie qu'elle sont des pompes à fric dirigées par des gens sans scrupules.

Evidemment la charge est lourde et caricaturalle. Mais j'aimerais que l'on sorte un peu de la dialectique vilaines compagnies pharmaceutiques contre gentilles médecines alternatives. Certes les labos pharmas ne sont pas des saints, ni philanthropes, mais on trouve aussi (et beaucoup) de charlatans dans ces médecines alternatives.

Alors évitez s'il vous plaît de tomber dans le manichéisme pur et dur, dans les accusations gratuites et sans fondement, ou dans la calomnie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Là, ADDTC, tu confonds les médecins et les laboratoires.

Les premiers font ce qu'ils peuvent avec ce qu'on leur donne. Parfois ça marche, parfois non. Par exemple, il est clair, à la lecture des compte-rendu cliniques, que la lamivudine a révolutionné le traitement du Sida.

Ceux qui cherchent des structures (le plus souvent de manière aléatoire), ce sont les chimistes. Tu me permettras donc d'avoir le droit d'approfondir les propriétés chimiques de ces composés, de me poser des questions sur certaines propriétés non déclarées, qui pourraient expliquer leur action autrement que selon le processus officiel (un antirétroviral qui va bloquer la chaîne d'ADN rétrotranscrite par la RTase du "virus" à partir d'un ARn attribué à ce virus.

Et là, je suis tout de même frappé par l'impact énorme de la lamivudine dans la trithérapie, qui contraste avec la faible différence d'encombrement entre cette molécule et celles de la ddI ou du d4T pare exemple. C'est donc que ce sont ses propriétés biologiques, donc chimiques qui interviennent.

Ce qui me gène, c'est qu'un chimiste digne de ce nom aurait déjà dû se poser ces questions, les approfondir. Et c'est là que le bât blesse, car à mon avis, une telle piste de recherche a très peu de chances de trouver un financement dans le contexte actuel. Et moi-même, en tant que chimiste indépendant, je n'ai pas les moyens financiers qu'il faudrait pour le faire correctement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors évitez s'il vous plaît de tomber dans le manichéisme pur et dur, dans les accusations gratuites et sans fondement, ou dans la calomnie.

Plus prosaiquement pour ma part

Hum Hum, pour ma part je ne me fait l'écho que de ce que des médecins m'on rapporté

et ma propre expérience (je souffre d'une maladie orpheline depuis 18 ans "Syndrôme de Behçet") j'ai séjourné dans les plus grandes cliniques et hopitaux parisiens,j'ai pu m'entretenir longuement avec de nombreux professeurs éminent notamment service pr Godot Salpétrière,Etienne Bloch Michel Ophalmologue et spécialiste des maladies auto imunes internationalement reconnu m'ont soigné , j'ai eu le droit à un nombre incroyable de diagnostic bidon qui ont mis ma santé en danger, j'ai rencontré des médecins remarquables comme ceux cité plus haut mais aussi de véritables charlatans,j'ai m^me envoyé bouler des médecins homéopathes , tous n'est pas noir dans la médecine heureusement ,mon épouse infirmière et là pour me le rappeler même si au quotidien elle note de nombreux dysfonctionnement ;j'ai eu des expériences avec des médecins sidérantes qu'ils me faudrait de nombreuses pages pour expliquer je peut le faire

mais bon je faire concret mon cher ADDTC , prend "Le Monde" daté du 7 Septembre 2004, en pleine page au milieu du quotidien tu trouveras un article sur notre consommation excessive de Psychotrope les médecins sont dans le collimateurs pour leur trop grande propension à les administrer, j'ai l'exemple de la grend mère de ma femme (personne agée) qui on a filé des anti-dépresseurs de longs mois encore après une AVC , elle a fait de nombreuses chute ,c'est directement lié , "le Monde" se fait l'écho des personnes agées à qui l'on prescrit trop de médicaments

Modifié par kierkegaard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

05/02/2004

Le gouvernement examine le déremboursement de 426 médicaments

Cette troisième vague de déremboursement pourrait générer une économie de 250 millions d'euros pour la Sécu. Une commission statuera dans un mois sur le « Service Médical Rendu » de ces spécialités.

http://www.lexpansion.com/art/2313.73408.0.html

Pour ma part, je ne fais aucune accusation gratuite : je ne parle que de ce que je connais... Et je connais le fonctionnement des labos pharmas de l'interieur... et meme si cela te déplait, cela ne changera rien à ce que j'ai vu et au travail que j'ai pu faire pour eux. Et si tu penses que je mords la main de celui qui m'a nourrit, tu as raison icon_smile.gif : on ne peut témoigner que de ce qu'on connait, et pour cela il faut prendre la peine d'etudier en profondeur un sujet, ce que j'ai fait.

Et je ne suis pas ....opathe comme tu aimerais le faire croire, je n'ai donc aucune raison de considerer l'industrie pharmaceutique comme une concurrence.

Je la considère pour ce qu'elle est : un systeme industriel comme les autres, basés sur le profit et le cours de la bourse.

Diamant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ADDTC

Le but de mon intervention était de pousser un coup de gueule contre les schémas tels "les médecins sont des mafieux qui mangent dans les mains des compagnies pharmaceutiques qui cherchent à macimiser le profit" etc.

Tout n'est pas si simple

Quand je suis allé manger dans la cantine qu'on partage avec les employés d'un gros labo, je lui ai demandé "Tout de même, les labos ne cherchent pas à se faire un max de pognon sur le dos de la santé des patients ?" J'ai eu droit à un ricanement désabusé.

Evidemment la recherche du profit macimal se fait dans les compagnies pharma, et les employés sont sous pression pour être le plus rentable possible.

Mais ils ont quand même gardé un niveau de conscience professionelle, même si ça emmerde les chefs.

Ils ne vont pas mettre en oeuvre des stratégies cyniques et calculées pour rendre la moitiér de la population malade afin d'acheter encore plus de médicamment.

Ceci dit, tu as raison, on constate une augmentation de cons sans scrupules au management un peu partout dans les grosses boîtes, et la pharmacie n'échappe pas à la règle... Le genre de cons qui décrète qu'on pourrait gagner des sous en ne chauffant pas les farines animales, ce qui a amené l'apparition de la vache folle.

En ce qui concerne ta remarque sur les psychotropes, tu as raison Kierkegaard, et les médecins feraient mieux d'aiguiller leurs patients sur des psychothérapeutes compétent. Mais les médecins considèrent que la "bobologie", ou plutôt le fait d'écouter les petits problèmes de leurs patients, est une de leurs prérogatives. Le "bon médecin de famille" se comporte en "bon père de famille", et ces dommages, car si ils sont médicalement très compétent, ils peuvent ne pas mettre le doigt sur la source des problèmes de leurs patients.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sauf que vous oubliez plusieurs choses :

Ces compagnies se font concurrence.  Et si un médicament n'était pas efficace, soyez sur que la blondinette du labo d'en face irait se présenter avec du papier glacé pour démolir le produit concurrent.

Il y a des autorisations de Mises sur le marché, et ce dans la plupart des pays du monde.  Ces autorisations ne sont délivréEs qu'après des tests cliniques.  Si un médicament était réellement inefficace, il faudrait truquer les études au niveau mondial.  Parce qu'on peut toujours comparer une étude avec l'autre.  Un peu difficile à faire, non ?  Par contre vanter les mérites du chlorure de magnésium, où il n'y a pas d'études montrant son efficacité, est tellement plus facile, puisque personne ne pourra venir contredire des études inexistantes.

Les tests cliniques ! L'extrême sérieux de la recherche médicale. Les controles multiples de validité des médicaments (essais randomisés en double aveugle, reproduction des expériences). C'est la grande défense des partisans de la médecine officielle.

Comme je le disais plus haut, je suis justement en train de lire un livre de Philippe Pignarre qui s'appelle "le grand secret de l'industrie pharmaceutique". Et ce qu'il dit laisse entrevoir une réalité des choses bien différente de ce qu'on pense habituellement.

Il dit qu'en fait, l'essentiel des découvertes de médicaments se sont faites des années 50 jusqu'au milieu des années 70. Et alors ? Eh bien, il se trouve justement que à cette époque la recherche de médicaments ne se faisait pas du tout comme maintenant. A cette époque les études étaient beaucoup plus folklo que maintenant. Il n'y avait pas d'études randomisées en double aveugle se faisant d'abord sur des animaux et ensuite sur les humains et avec des procédures de validation durant des années et un grand nombre de cas. Les études se faisaient en mode ouvert ; c'étaient les humains qui étaient testés en premier ; et les procédures de validations pouvaient ne durer que quelques mois et ne concerner que quelques dizaines d'individus. Ce n'est qu'à partir des années 70 qu'on a commencé à instaurer (suite au scandale de la talydomide) le système des essais cliniques, qui était un moyen de controle de l'état face aux dérives de l'industrie pharmaceutique.

Or, depuis l'instauration des essais cliniques, très peu de médicaments nouveaux ont été découverts (j'entends par nouveaux, des médicaments vraiment nouveaux, pas des variantes de ceux existants déjà). Donc, quasiment tous les médicaments actuels ont été découverts via des procédures complètement folklo. Et vu que c'était déjà le cas avant les années 60, au début du siècle, à l'époque des vaccins, en fait c'est à peu près toute la médecine actuelle qui s'est faite à une époque d'amateurisme et de méthodes complètement cavalières. Ce qui est sur, c'est que quand on sait ça, les partisans de la médecine officielle ne peuvent plus se réclamer d'une science hyper-pro, inattaquable.

Mais on peut même aller plus loin, bien que Philippe Pignarre ne tire pas cette conclusion (mais ce n'est pas l'objet de son livre. Lui, tire en partie la conclusion que qu'on a bridé la recherche par des procédure trop lourdes et que c'est pour ça qu'on ne sort plus de nouvelles molécules). Puisque le sérieux ne régnait pas, on peut dès lors tout à fait penser que beaucoup de médicaments et vaccins, si ce n'est la plupart, sont une arnaque totale. Bref, la médecine de l'époque a pu arnaquer le monde en toute liberté avec des produits complètements bidons. Il n'y avait aucune procédure de controle qui l'en empéchait. Ce n'était pas une époque de formidable créativité comme le pense Philippe Pignarre, mais une époque de formidable arnaque, d'arnaque en toute liberté. Depuis le milieu des années 70, c'est moins facile. Du coup, pouf, plus rien ne sort. Heureusement pour elle, l'industrie pharmaceutique a pu bénéficier à l'époque des vaccins et des antibiotiques (c'est à dire de, disons 1890 à 1960) d'une formidable amélioration des conditions de vie qui a entrainé l'augmentation de l'espérance de vie qu'on connait. Grace à une grosse propagande, elle a réussi à faire passer l'idée que c'était ses vaccins et ses antibiotiques qui étaient à l'origine de la majeur partie de cette augmentation de l'espérance de vie. Elle vit sur ce mensonge depuis 40 ans.

Et vu que c'est l'industrie pharamceutique qui fait les essais cliniques et que les états ne se sont jamais doté d'outils indépendants de vérification leur permettant de reproduire ces essais cliniques, c'est sur que personne ne va aller vérifier que les anciens médicaments ont bien les vertus qu'on leur prête. Il faudrait des crédits pour ça. Et les crédits, ce sont les compagnies pharmaceutiques qui les distribuent. Elles ne vont évidemment pas aller gaspiller de l'argent pour vérifier si leurs anciens médicaments sont bidons ou pas. Pas folles les guèpes. De toute manière, même s'il venait cette idée folle à un dirigeant, les actionnaires, c'est à dire, les financiers, qui controlent tout maintenant ne le permettraient pas.

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ADDTC

Encore une fois, quelle est la preuve de l'efficacité des "médicaments" qui ne sortent pas des labos ?

Rien, nada, niente, nothing, que pouic, que dalle, zip, zilch, zéro, peau de balle, des nefles, des clous, du vent, nichts, hir (etc. etc.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Encore une fois, quelle est la preuve de l'efficacité des "médicaments" qui ne sortent pas des labos ?

Rien, nada, niente, nothing, que pouic, que dalle, zip, zilch, zéro, peau de balle, des nefles, des clous, du vent, nichts, hir (etc. etc.)

C'est avec ce genre "d'arguments" que Beljanski s'est retrouvé poursuivi pour "pratique illégale de la pharmacie"... Pourtant tous ceux qui ont été soigné par ses produits étaient là pour témoigner de leur efficacité.

C'est aussi ce qui sert aujourd'hui à un Conseil de privilégiés pour accuser l'homéopathie de n'avoir aucune "efficacité prouvée scientifiquement" et demander son interdiction.

Elle est là différence : la "preuve" des labos ce sont des études dont on ne peut jamais savoir si elles sont exactes puisqu'elles sont faites par eux pour eux. Les témoignages des patients soignés par des produits "non conventionnels" sont les "preuves" des autres...

Et laquelle est retenue par la justice ou l'ordre des médecins ? Celle qui rapporte et permet de rémunérer grassement les experts, leaders d'opinion, consultants et autres médecins qui cautionnent les études, président des symposiums et participent à des workshops sous les cocotiers...

----------------------------

L'industrie pharmaceutique manipule les résultats d'essais

L'industrie pharmaceutique mondiale, qui représente des milliards d'euros, est accusée de manipuler les résultats d'essais de médicaments en cachant des informations qui exposeraient les patients à des dangers afin de réaliser des bénéfices importants. L'emprise que l'industrie exerce sur les recherches cause une vive inquiétude dans le monde de la médecine. En effet, des preuves établisssent la responsabilité de ce marché - qui pèse plus de 10 milliards d'euros par an - dans la communication de résultats partiaux, la rétention d'information et la sélection des données publiées.

L'industrie a financé les essaies de nouveaux traitements concernant entre autres, le cancer, les maladies cardiaques et la santé mentale. Ces médicaments ont donné de l'espoir aux patients mais, quand ils ont été testés lors d'essais indépendants commandés par des organismes à but non lucratifs (gouvernements, insititutions médicales ou associations caritatives), des résultats différents ont été produits.

Des médicaments onéreux visant à traiter le cancer, lancés dans les années 1990 avec la réputation d'être très efficaces sont aujourd'hui de plus en plus remis en question.

Selon l'enquête du Journal of the American Medical Association, 38 % des études indépendantes concernant ces médicaments aboutissent à des conclusions défavorables contre seulement 5 % des études financées par l'industrie pharmaceutique.

Des chercheurs ont été commissionnés par le National Institute for Clinical Excellence (NICE) afin de déterminer la marche à suivre pour les prescriptions d'antidépresseurs à des enfants. Ils se sont vus refuser l'accès à des essais non publiés, gardés par les compagnies pharmaceutiques, ce qui a occasionné la dernière affaire en date.

Selon les données publiées, les antidépresseurs connus sous le nom de SSRI ou inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine, étaient sans danger et efficaces pour les enfants. Cependant, quand les chercheurs ont obtenu les résultats non publiés, en contactant des confrères qui avaient collaboré aux essais, il est apparu qu'il y avait un risque accru que des idées suicidaires et des tentatives de suicide se déclarent.

Les antidépresseurs, bien que non recommandés pour les enfants, ont été énormément prescrits jusqu'à l'année dernière. C'est à ce moment que la Medicine and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) a mis en garde les docteurs afin d'interdire leur utilisation. Cet avertissement a suivi les préoccupations mises en avant par les militants de la sécurité et par des émissions de télévisions.

source : The Independant, Royaume Uni, 22 avril dans Nexus n°34 Septembre-Octobre

------------------------------------

D'ailleurs Nexus de ce mois si consacre 3 articles sur des problèmes médicaux qui font le bonheur de l'industrie pharmaceutique : le cancer, le diabète et la schizophrénie, maladie de la vie moderne.

Aixur : ce que tu dis à propos des médicaments trouvés depuis plus de 20 ans est à la base des déremboursements massifs faient chaque année. Et visiblement ca ne choque personne que ces produits inefficaces aient été prescrits pendant des années, au profit de ceux qui les ont fabriqué mais surement pas au profit des malades.

Diamant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Encore une fois, quelle est la preuve de l'efficacité des "médicaments" qui ne sortent pas des labos ?

Rien, nada, niente, nothing, que pouic, que dalle, zip, zilch, zéro, peau de balle, des nefles, des clous, du vent, nichts, hir (etc. etc.)

Encore une fois, quelle est la preuve de l'efficacité des "médicaments" qui sortent des labos ?

Des vraies preuves de laboratoires de tests indépendants hein, ne me sortez pas les tests bidons faits par les boursicoteurs pharmaceutiques.

Concernant des médecines alternatives, je peux affirmer que dans mon cas, faire du Qi-Gong me permet d'éviter d'aller voir le médecin, alors qu'auparavant j'étais abonné aux grippes, angines et autres saletés. Pour mon cas, donc, j'ai ma preuve, et c'est ça qui compte pour moi. Utilisez donc VOTRE expérience, et pas celle de laborantins ou autres gourous qui seront toujours prêts à vendre leur soupe chimico-magique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...