Aller au contenu
forum sidasante
Invité JIMMY(le rebel)

Mon témoignage

Recommended Posts

Cheminot il ya aussi cet article tu en pense quoi ? moi, ce qui m'étonne c'est la selection des candidats.

Bonne journée

Bamboue

La Thaïlande peine à trouver les volontaires pour un vaccin contre le sida

agrandir la photo

BANGKOK (AFP) - La vaccination expérimentale en cours contre le sida, lancée en début d'année en Thaïlande, va prendre une année de retard en raison de la difficulté à trouver des volontaires remplissant les critères de santé, ont annoncé mercredi les responsables du projet.

Le directeur du projet d'essai du vaccin, le plus grand au monde, mené conjointement par les Etats-Unis et la Thaïlande, le Dr Supachai Rerks-Ngarm, a expliqué que seulement de 5.000 à 7.000 volontaires sur les 16.000 recherchés avaient été jugés bons pour le vaccin.

Le médecin a précisé que 3.000 personnes avaient été vaccinées à ce jour dans le cadre de l'essai.

"Nous pensions que le recrutement ne prendrait qu'une année, mais nous avons besoin de davantage de temps et nous allons prolonger d'une année", a dit le médecin à l'AFP.

Les volontaires doivent être âgés de 20 à 30 ans, en bonne santé et séronégatifs. De nombreux candidats ont été rejetés car ils ne remplissaient pas l'ensemble de ces conditions.

Le recrutement devait se faire sur un an à partir de septembre 2003 et les résultats étaient attendus à l'issue d'une période de cinq ans. Il s'agit d'une troisième et ultime phase d'expérimentation, destinée à connaître l'efficacité du vaccin, les deux premières ayant permis de s'assurer de son innocuité pour l'homme.

Le projet est mené à bien dans deux provinces du centre-est du pays (Chonburi et Rayong), où huit centres de vaccination ont été mis en place.

Une combinaison de deux vaccins mis au point par Aventis Pasteur (France) et VaxGen (Etats-Unis) doit être administrée sur six mois en six injections aux volontaires.

Un vaccin efficace permettrait une protection à vie contre le virus HIV.

Bangkok doit accueillir du 11 au 16 juillet la prochaine conférence mondiale sur le sida, en présence de milliers de délégués.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Salut à tous.

Cela fait un moment que je suis en relation avec les dissidents du sida, notamment avec ce virologue de renommée internationale qui m'a expliqué clairement que pour isoler un virus, il fallait mettre en place un protocole très particulier et que pour isoler ce soi-disant VIH aucun protocole sérieux n'a jamais été mis en place, d'après lui.

Et qu'il attend toujours la preuve de l'existence du VIH et de la relation qu'il y aurait entre ce VIH et le sida.

Ceci étant dit, je suis allé sur un forum, géré par 2 médecins de la médecine officielle, dans lequel j'ai exposé les mêmes reflexions que ci-dessus.

Je ne vous parle pas des insultes que j'ai reçues de la part de ces 2 médecins ainsi que d'autres internautes (raciste, révisionniste (oui, oui), crétin, etc...)

Je leur ai parlé aussi des Huiles essentielles. Et là pareil, insultes (charlatan...)

A la fin, ces grands démocrates ont empêché que je continue à m'exprimer.

J'ai eu le temps cependant de passer quelques messages. A une pauvre femme qui perdait ses cheveux et que les 2 médecins étaient bien incapables d'aider, j'ai eu le temps de lui expliquer qu'il y avait l'Aloé véra, dans son cas. Elle m'a écouté...

A un autre qui avait des problèmes de hoquet, j'ai eu le temps de lui expliquer que l'HE d'Estragon était sa solution.

Je tiens aussi à faire part aux lecteurs de ce forum qu'il existe un protocole d'HE qui peut aider à relancer le système immunitaire. A lire "les Huiles essentielles, médecine d'avenir" du Dr Willem, Ed du Dauphin. Vous aurez la piste pour connaitre ce protocole.

Au fait qui a dit : "la grande gloire de l'industrie pharmaceutique est d'avoir réussi à faire croire à la population que ses produits chimiques sont meilleurs pour la santé que les produits naturels" ?

Bien à vous tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Loom
Je tiens aussi à faire part aux lecteurs de ce forum qu'il existe un protocole d'HE qui peut aider à relancer le système immunitaire. A lire "les Huiles essentielles, médecine d'avenir" du Dr Willem, Ed du Dauphin. Vous aurez la piste pour connaitre ce protocole.

Déjà cité, mais ça ne fait pas de mal : Le millepertuis est excellent pour le système immunitaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bienvenue simonT et merci pour ton témoignage icon_smile.gif

Et je veux bien savoir qui a dit la citation que tu donnes icon_smile.gif

Diamnat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Justement, je ne sais pas qui a dit cela.

A vous donc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité crepator4

Simon

Tu pourrais leur demander ce qu'ils pensent (appelons les les Muppets...icon_biggrin.gif) de montagnier et de sa "recente" passion pour la Papaye Fermenté...

http://www.nutranews.org/fra/index.php?articleid=1971

Pis un petit pubmed (special H.E) par dessus icon_biggrin.gif

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.f...t_uids=15161188

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.f...t_uids=13678235

Se serait pas le site du Dr Du... ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

La papaye est un bon anti-oxydant.

Mais ce qui était le plus amusant, c'est que ces médecins qui traitent les autres de charlatants sont les premiers à donner des sirops contre la toux sèche composés à partir de ... bave d'escargot.

Et quand ces mêmes médecins crachent sur les huiles essentielles, ils sont les premiers à donner un autre sirop extrêment célèbre à base de Niaouli qui est peut-être la HE la plus puissante.

D'autre part, je leur ai fait remarquer, à ces mêmes médecins, qu'ils avaient la prétention de soigner le sida, alors qu'ils ne sont même pas capables de soigner une grippe...

Alors qu'avec nous, les utilisateurs de HE, une grippe ne dure parfois pas 2 jours, ce qui a été le cas avec mon fils, cet hiver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceci étant dit, je suis allé sur un forum, géré par 2 médecins de la médecine officielle, dans lequel j'ai exposé les mêmes reflexions que ci-dessus.

Je ne vous parle pas des insultes que j'ai reçues de la part de ces 2 médecins ainsi que d'autres internautes (raciste, révisionniste (oui, oui), crétin, etc...)

Je leur ai parlé aussi des Huiles essentielles. Et là pareil, insultes (charlatan...)

A la fin, ces grands démocrates ont empêché que je continue à m'exprimer.

Ah, oui, c'était sur le forum atoute, avec le docteur Dupagne et le docteur Philippe ; le sujet "Qui a vu une photo du VIH ?".

J'ai bien aimé la réponse de ce dernier : "Je vous défie aussi de trouver une photo d'un staphylocoque ou d'un herpès virus qui vienne directement d'un malade. Vu les problèmes techniques que posent ces photos, il est quasiment impossible de les prendre "sur le vif".

Dans le genre "j'invente carrément un truc qui va complètement à l'encontre de la thèse officielle tout en croyant que je dis un truc allant dans son sens", c'était très fort. En plus, c'était le premier message de réponse. Ca commençait bien. Le pauvre Dupagne, il est pas aidé. 4-ptdrasrpt.gif Et les photos du VIH alors ?

Ensuite, le docteur Dupagne lui-même qui balance "On sait que les antirétroviraux soignent le sida. On sait cultiver le VIH a partir du sang de sidéens. On sait mettre en évidence des anticorps anti-VIH uniquement chez des sidéens. La messe est dite, non ?"

Il ignore donc manifestement la thèse qui affirme que les antirétroviraux semblent soigner mieux les sidéens tout simplement parce qu'ils les tuent moins que le médicament d'avant (l'AZT). Il ignore aussi que la culture des quelques morceaux de protéines présentés comme étant le VIH n'est obtenue que grace à l'utilisation de produits chimiques entrainant un stress biologique et cancérisant la préparation in vitro, ce qui d'après les virologues dissidents, est une méthode qui ne devrait pas être employée parce qu'elle fausse les résultats en entrainant la multiplication du supposé virus, alors que, sans ça, il ne se multiplierait très probablement pas. Enfin, il ne sait pas non plus que les anticorps en question ne sont pas uniquement anti-VIH, mais anti-beaucoup de chose et donc, qu'il n'ont pas de valeur pour estimer que le VIH a été isolé.

Un poil moins baltringue que le docteur Philippe, mais pas trop renseigné le docteur Dupagne. Mais, ce n'est pas étonnant. Je vois très bien le comportement du genre "Moi, le docteur Dupagne, fort de toute la science médicale moderne, je n'ai eu besoin que d'aller voir 10 minutes le site sidasante pour avoir 100 arguments définitifs contre les dissidents. Trop facile pour moi". C'est un trait de caractère assez courant chez pas mal de médecins qu'on peut rencontrer sur Internet et qui défendent de bonne foi les thèses officielles contre les thèses dissidentes : ils aiment se la jouer talent facile. Donc, pas besoin d'étudier en profondeur les thèse adverses. Ils aiment à croire que 10 minutes leur suffise. Grave erreur de sous-estimation de l'autre. Il faut dire que quand on ne se prend pas pour de la merde, comme le font beaucoup de médecins, on a tendance à prendre les autres pour quantité négligeable, des gens qui ne valent même pas 1 heure d'efforts de lecture et de réflexion (surtout que là, 10 heures ne seraient pas inutiles). Par ailleurs, les médecins sont en général plutot fainéants intellectuellement (sinon, ils réfléchiraient plus et se seraient rendu compte depuis longtemps qu'il y a bien des choses qui ne vont pas dans leur science). Ca va leur faire tout drole, un jour ou l'autre, quand ils se rendront compte qu'ils ont tort. Non, docteur Dupagne, la messe n'est pas dite du tout.

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Un seul mot : Bravo

De plus, on sent que vous maitrisez le sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Bamboue

simplement une info : Gallo et de nombreux officiels du Sida américain ont décrié ce protocole, en indiquant qu'il ne repose sur rien de sérieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Simon T et Aixur.

Mettez leur le nez dans ces deux publications, donnant le résultat d'expériences qui seront vraies encore dans 1000 ans :

Anti-HIV and Anti-Anti-MHC antibodies in Alloimmune and Autoimmune Mice

Tracy A. Kion & Geoffrey W. Hoffmann, Science Vol 253 p 1138, Sept 1991

Je traduis l'abstract rapidement :

Des souris exposées à des cellules provenant d'une autre lignée de souris (alloimmunes) ont montré la production des anticorps gp120 et p24, censés créés lors d'une infection à vih. Ces résultats sont considérés comme surprenants par les auteurs car ces souris n'ont pas été exposées au vih.

et

Handlon, A. L., and Oppenheimer, N. J. (1988) Pharm. Res. (N.Y.) 5, 297-299))

et

Reardon JE, Crouch RC, St John-Williams L. dans "J Biol Chem. 1994 Jun 10;269(23):15999 - 6008. " :

Reduction of 3'-azido -3'-deoxythymidine (AZT) and AZT nucleotides by thiols. Kinetics and product identification.

Ces études tendraient à faire penser que l'AZT est pratiquement totalement réduit par le glutathion, au lieu de servir à inhiber la transcription de l'ARN viral en ADN.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Si quelqu'un pouvait me faire un topo sur "où en est la médecine officielle actuellement sur le sida et ce que réfute et propose la dissidence actuellement", je le remercie beaucoup d'avance.

Car en vous lisant, je comprends que je ne sais pas grand chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La médecine actuelle en est peu ou prou là ou elle en était il y a 20 ans sur le SIDA. Il y a quand même certaines choses qui ont évolué au fil du temps.

Les chercheurs se sont rapidement rendu compte qu'en réalité, on trouvait très peu de virus VIH dans les cellules T4 des patients. Je crois me souvenir que moins de 1% des cellules T4 étaient infectées. Ca posait forcément un gros problème, parce qu'on ne voit pas comment les séropositifs auraient pu voir leur T4 décliner en nombre, alors qu'il avaient 99 % de leur T4 non infectés (du coup, ils n'avaient pas de raison de mourir non plus). Du coup, pendant tout un temps, on a dit que le virus était dormant pendant X années, puis, qu'il se réveillait d'un coup. A partir de 1995, David Ho a sorti une nouvelle théorie allant complètement à l'encontre de la précédente, qui disait que le virus, loin de rester dormant, se multipliait à toute vitesse dès le début de l'infection, mais qu'il était tenu en respect par le système immunitaire, qui finissait par s'effondrer, épuisé au bout de X années (comment, pourquoi, ça mystère...). Ce qui a engendré la théorie selon laquelle il fallait frapper vite et fort (et donc, commencer la prise de médicaments dès le début de l'infection). Toutefois, cette thèse a été plus ou moins remise en cause elle aussi vers le début des années 2000, puisqu'on fait désormais des arrêts thérapeutiques, parfois très long (plus de 2 ans). Mais, ça s'est fait plus ou moins en catimini j'ai l'impression.

bien sur, il y a eu l'abandon de l'AZT seul en doses massives qui tuait à toute vitesse pour les trithérapies, vers 1996, qui tuent beaucoup moins, ce qui a donné l'impression, pour les partisans de la thèse officielles (enfin, pour les partisans mal informés), qu'elles marchaient mieux que l'AZT seul.

En plus de cette évolution, il y a eu, puisque le VIH n'existe pas, le recul sans cesse plus important de la date de déclenchement de la maladie en l'absence de prise de médicaments. On pensait que la maladie, en l'absence de prise de médicament, se déclenchait au bout de 3 ans. Puis on a reconnu que c'était au bout de 5 ans, puis, on a repoussé ça à 7 ans. Et maintenant, c'est dans les 10 ans.

Par ailleurs, il y a eu des manipulations statistiques sur la définition de la séropositivité (vers 1990, je crois, à confirmer), ce qui a augmenté le nombre de cas. Je crois me souvenir que, par exemple, en Afrique, il suffisait d'avoir un maladie considérée comme caractéristique du SIDA (une tuberculose par exemple), plus quelques symptomes supplémentaire (de la fièvre depuis 1 mois par exemple), pour être considéré séropositif, en l'absence de tout test. Forcément, ça a augmenté fallacieusement le nombre de séropositifs d'une façon importante.

Egalement, les chercheurs officiels, devant la faible augmentation du nombre de séropositifs en occident, ont été obligé de reconnaitre que la transmissibilité du virus était beaucoup plus faible que ce qu'on croyait. Ils ont fini par reconnaitre (vers 2000 je crois, ou 1999) que la transmission lors d'un rapport hétérosexuel vaginal était de 1/2000, idem pour un rapport anal insertif, et de 1/30 pour un rapport anal invertif. Et, je crois, 1/300 pour une piqure. Problème, ça explique le faible nombre de cas en occident, mais alors, la progression exponentielle du nombre de cas en Afrique entre 1984 et 1994 devient impossible.

Il ya eu aussi une reprise du travail d'isolement du virus vers 1997 (pas sur de la date), puisque la première expérience d'isolement avait des défauts. Mais, ce nouveau travail était incorrect lui aussi. Cheminot doit être plus calé que moi sur ce sujet.

En ce qui concerne les dissidents, il y a deux écoles : l'ancienne et la nouvelle. L'ancienne est celle de Duesberg, qui, à partir de 1987, postule que le VIH existe, qu'il a été isolé, mais qu'il n'est pas pathogène. La nouvelle, qui s'est imposée plus ou moins vers 1992 je crois, est celle du groupe de Perth, de Stefan Lanka et Kremer, qui dit que le VIH n'a jamais été correctement isolé et qu'il n'y a donc aucune preuve qu'il existe. D'après mon impression, Duesberg est désormais très marginalisé et c'est la nouvelle école qui est celle à laquelle tout le monde se réfère. Quoiqu'il en soit, tous sont d'accord pour dire que ce qui cause la maladie, ce sont les médicament et les drogues pour le monde occidentale et la pauvreté et les médicaments dans les pays du tiers-monde.

Puisque c'est la deuxième école qui domine (qui est d'ailleurs celle à laquelle je crois), parlons de l'isolement du virus. Pour isoler un virus (ou une bactérie) pathogène, on se réfère aux postulats de Koch :

1) Le micro-organisme doit être présent dans chaque cas de maladie, mais absent des organismes sains.

2) Le micro-organisme suspect doit être isolé et cultivé en culture pure.

3) La maladie doit se développer quand le micro-organisme est inoculé à un hôte sain.

4) Le même micro-organisme doit de nouveau être isolé de cet hôte malade

C'est logique, on a prend des malades, on isole un éléments qu'on ne retrouve pas chez les sujets sains et qui infecte les cellules qu'on pense être celles qui défaillent lors de la maladie (les T4 pour le SIDA). On l'isole en culture pure (c'est à dire qu'il ne doit plus y avoir que 99 % du supposé microbe dans la coupelle). Ainsi, on n'a plus que du microbe, et pas d'autres éléments qui pourraient être aussi cause de la maladie. Donc, si on arrive à causer la maladie, on sera sur que ce sera du au microbe. On inocule le microbe isolé à un nombre suffisament grand de gens sains. S'ils ont les mêmes symptomes que les malades sur lesquels ont a isolé le microbe, à priori, c'est que c'est bien l'agent pathogène.

Or, plusieurs de ces étapes n'ont pas été réalisées lors des travaux d'isolement. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'un virus, ce n'est jamais que quelques morceaux de protéines. Et des morceaux de protéines, il y en a plein dans l'organisme. Et il y en a un certain nombre qui se comportent comme des virus mais qui n'en sont pas : ce sont les virus like. Donc, comme évoqué dans le paragraphe précédent, trouver (et photographier) un bout de protéine qui entre dans des cellules, ne signifie rien en soit. Il faut d'autres étapes en amont et en aval. Déjà, il faut le trouver à chaque fois chez les malades (donc, quelques malades ne suffisent pas), et ensuite, il faut qu'il prouver qu'il rend malade. Donc, il faut l'inoculer à des gens bien portants et les rendre malade pour être sur qu'on a bien un virus pathogène. Pour cette 3ème étape des postulats de Koch, vous voyez le problème ; on ne va pas inoculer un virus mortel chez des gens. Donc, on ne réalise pas une étape absolument capitale du processus.

Alors devant l'impossiblité de remplir correctement les postulats de Koch, on biaise. Comme on maitrise certaines notions de génétique, une fois le supposé virus isolé, on va l'analyser. Le virus est un antigène, et le corps, en présence d'un antigène, produit des anticorps qui viennent se fixer, pour le neutraliser, sur un et souvent plusieurs récépteurs de l'antigène (comme des serrures pour les récepteurs à la surface du virus et des clefs pour les anticorps). Donc, la théorie est que si on détermine les récepteurs en question, et que ces recepteurs sont propres uniquement au virus et qu'on les rétrouve uniquement chez les malades du SIDA, alors, on peut penser que le virus est propre aux seuls malades du SIDA et que c'est bien la cause de la maladie. On n'aurait donc alors plus besoin des étapes 3 et 4 des postulats de Koch, et même de l'étape 2. Le problème c'est que les récepteurs du virus (les serrures) identifiés comme étant soi-disant propres uniquement à celui-ci, ne sont pas du tout propre à ce virus. Donc, tout ce travail de biasage des postulats de Koch tombent à l'eau. On dit que les protéines gp120 et p24 sont vraiment les plus spécifiques (parmi d'autres) au virus VIH, et que lorsqu'il y a des anticorps pour ces protéines, c'est que le virus est présent. Mais c'est faux. On trouve des anticorps pour ces protéines dans d'autres cas.

Cela dit, même si les protéines en question étaient apparemment propres uniquement au supposé virus, ça ne répondrait pas une question "est-ce que l'élément en question (le supposé virus) est la cause ou la conséquence de la maladie ?". Ca, seule la réalisation des postulats de Koch dans leur entier permettrait de le dire.

Donc, si on analyse la réalisation des postulats de Koch étapes par étape, on a ça :

En fait, on a plus ou moins commencé par l'étape 2). Or, l'étape 2) n'est pas remplie parce qu'on n'a pas pu avoir une culture pure du supposé virus. La culture obtenue ne contenait même pas 1 % de particules virale (on détermine que ce sont les mêmes particules virales par le fait qu'elles ont la même forme et la meme taille), alors qu'il en faut 99 %. Je crois qu'il y a eu une deuxième expérience ou on trouvait 99 % de particules virale, mais là, on avait utiliser des produits chimiques cancérisant les cellules et provoquant artificiellement et donc indument la multiplication des particules supposément virale. Mais, pour cette deuxième expérience, je ne maitrise pas complètement. Cheminot est meilleurs là dessus.

Malgré la tentative de biaiser pour l'étape 1), celle-ci n'est pas remplie non plus, puisque les protéines à la surface du VIH ne sont pas spécifiques du VIH. Donc, le on ne peut pas déterminer si le VIH est spécifique au seuls malades du SIDA, puisque ceux-ci peuvent avoir des anticorps contre ces protéines en l'absence de VIH. En plus, pour la deuxième parti du postulat 1 : "mais absent des organismes sains", il ya des personnes répondant aux maladies soi-disant spécifique du SIDA et chez lesquelles on ne retrouve pas d'anticorps aux protéines (déjà non spécifiques) du VIH. Donc cette deuxième partie du premier postulat n'est pas remplie de toute manière.

Quant à l'étape 3, bien sur, par étique, on ne l'a pas remplie.

Du coup, la 4ème étape n'est pas remplie non plus.

Donc, en réalité, aucune des étapes des postulats de Koch n'est remplie.

Donc, en résumé, on a bien des photos d'un bout de protéine, et des photos de 5 ou 6 particules de taille et de forme identiques, mais c'est à peu près tout.

Par ailleurs, au dela de l'isolement de virus, beaucoup de chose ne cadrent pas avec la thèse du virus : prostituées qui ne se protégent pas et qui ne meurent pas ; séropositifs qui sont toujours vivant après 15 ou 20 ans alors même que certains ont eu des maladies considérées comme caractéristiques du SIDA ou ont eu des T4 très bas, ce qui fait qu'on ne peut pas invoquer la thèse de la protection génétique ; pendémie africaine qui ne cadre pas avec les nouveaux taux officiels de contamination désormais très bas (il y aurait eu 0 contaminés en 1983 ou 84, et des dizaines de millions en 1994), chiffres de mortalité en Afrique qui ne cadrent pas avec les expérience sur le terrain (voir l'étude de Deru qui dit qu'en réalité, les adultes n'étaient pas morts, mais étaient simplement allés chercher du travail ailleurs et que la mise en place de règle d'hygiènes simple et d'une meilleure alimentation a stoppé la mortalité élevé des villages soi-disant à l'épicentre de l'épidémie africaine), etc, etc...

Voilà à peu près l'état du problème actuellement (bien sur, je n'ai pas du tout aborder).

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Merci aixur. C'est passionnant.

D'après toi, les Dupagne et compagnie, ils ont conscience de ce que tu décris, en matière de protocole difficile à appliquer ?

Si Cheminot pouvait répondre à tes questions.

Et compléter ta réponse...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

alors une petite expérience personnelle, c'est tout, car je pars en voyage pour quelques jours...

La belle-mère d'une de mes filles est Rwando-française, et sa belle-soeur du pays est séropositive depuis plus de 15 ans (test élisa uniquement), sans jamais avoir été en aucune façon malade...et bien sûr, sans avoir jamais touché à un antirétroviral. Et le nombre de personnes dans son cas est bien entendu très élevé au Rwanda.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Merci Cheminot, bon voyage.

Question intéressante : combien y-a-til de tests actuellement et quelle est leur fiabilité ?

Si quelqu'un se pose la question de savoir pourquoi je pose ces questions, je peux lui dire que, pour le journal départemental où je suis, j'ai eu à faire un article sur l'ouverture d'un nouveau centre de détection du sida à l'initiative du Conseil général.

J'ai donc rencontré les infirmières, les médecins, les psy qui "s'occupent" de ceux qui ont ou auraient le sida. Et je me disais au fond de moi-même : "si ça se trouve, ces gens là (les infirmières, les psy...) sont en train de paniquer des gens qui n'ont rien"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Simon T

Tu a raison ils peuvent détruire toute une vie en quelques secondes,pour rien et sans le savoir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SimonT

Bamboue, tu as un témoignage à me donner ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore un mot, SimonT.

En ce qui concerne les tests, voici quelques liens à lire :

http://www.sidasante.com/science/scitests.htm

http://www.sidasante.com/science/scifalse.htm

et aussi, en anglais :

http://www.theperthgroup.com/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

chamaille.gif

Et un article récent publié dans un grand journal anglais qui me cite ainsi qu'une américaine qui entame également un procès contre les fabricants de tests... :

"Why an HIV test may not provide proof positive at all

The critical flaws in the methods we use to detect the killer virus"

By Neville Hodgkinson

http://www.altheal.org/tests/business.htm

Have fun

4-guerrier.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...