Aller au contenu
forum sidasante
pirate

Question: Pourquoi rester dans la médecine allopathique ?

Recommended Posts

pirate    1

Bonjour, vous soignez vous ou bien vous arrive t'il de vous soigner via des médecines dites « «alternatives » ?

Car en parcourant ce forum j'ai cru comprendre que des personnes, tout en sachant que la théorie officielle concernant le SIDA est bidon continuent à prendre en compte les différents paramètres des tests tel que la charge virale, le taux de cd4 etc...ainsi que les traitements prescrits par les médecins

D'où cette interrogation : pourquoi ce soignez par le biais de la médecine allopathique alors que la corruption et le dogmatisme de cette dernière n'est plus à démontrer ? Et dans ce cas, pourquoi prendre des traitements comme la trithérapies ou autres ?

Je pose ces questions sans jugements, simplement j'aimerai comprendre les réflexions, mécanismes et peurs qui poussent et maintiennent dans ce chemin.

Pour finir, je vous soumets quelques passages trouvé ici de l'ouvrage LA MAFIA MEDICALE, écrit par Ghislaine Lanctôt :

« Il existe deux positions diamétralement opposées au sein du corps médical

L’une, la médecine de maladie (ndrl: Pasteur) prétend que c’est un agent unique qui fait apparaître la maladie. L’agent est un ennemi extérieur à l’organisme. Il nous agresse et menace notre santé. C’est la théorie du microbe. En cas de maladie, cette théorie part à la recherche de l’agent extérieur ennemi et lui fait la guerre.

L’autre défendue par la médecine de santé (ndlr: Béchamp) affirme que c’est l’organisme lui-même qui fabrique à l’intérieur de la cellule, les agents variés (notamment les fameux « microzymas », ce que Naessens appelera plus tard les «somatides » ndlr) qui font apparaître la maladie. L’agent est un ami intérieur à l’organisme. Il tend à rétablir l’équilibre de notre système écologique. Si son milieu naturel est perturbé, alors il devient morbide et la maladie apparaît. Si l’on rétablit son milieu naturel, il revient à son état normal et la maladie disparaît automatiquement. »

« Contrairement à la médecine allopathique qui soigne la maladie, les médecines douces soignent le malade.

Elles connaissent l’importance du terrain (état de santé général) et pratiquent une médecine de renforcement des défenses. Leur but est de nettoyer et d’assainir le terrain du patient de façon à ce qu’il puisse se défendre contre tout agent nuisible.

La peur paralyse la conscience. Elle rend aveugle et impuissant. Or la peur augmente continuellement dans notre société avec la criminalité, les pertes d’emploi, les faillites, la récession, la maladie, les guerres, etc. La peur est le véhicule de la maladie. »

Ainsi qu'un second article parlant également de l'importance du terrain sur le microbe :

AMESSI

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
manou    0

Bonjour Pirate,

Pour ma part, je pense que si la dissidence a depuis 30 ans fait un travail extraordinaire pour mieux comprendre ce qu'est le sida, il n'existe que des théories et peu de preuves (mais de fortes présomptions), des phénomènes bio-chimiques mal connus et pas de traitements contre la seropositivité/sida.

Donc il y a grosso modo deux catégories de personnes : ceux qui découvrent leur seropositivité et dont le terrain n'est pas très endommagé, ceux là peuvent probablement se passer des trithérapies et lutter contre l'oxydation des cellules avec des anti oxydants et ceux qui ont laissé leur corps s'endommager et qui, bon gré mal gré, doivent avoir recours à des trithérapies même de manière temporaire.

Ceux là doivent mettre en oeuvre une thérapie un peu plus longue pour pouvoir s'en sortir et peu à peu arrêter ces traitements allopathiques. Les medecines alternatives ne permettent pas à ma connaissance (mais je peux me tromper) de rétablir le systéme immunitaire lorsque il est très touché. Les trithérapies, a moyen terme, le permettent.

Si il est plus que probable que le sida a une cause chimique plutôt que virale, il n'en reste pas moins que lorsque le système immunitaire ne fonctionne plus correctement, les trithérapies sont parfois l'ultime recours.

Enfin, dans plusieurs posts du forum il a été mis en évidence que si certains indicateurs sont inutiles comme la charge virale, il y a quand même une corrélation dans la majorité des cas entre certains indicateurs comme les cd4 et le developpement de la maladie.

et comme dit plus haut tous les membres qui s'expriment sur ce forum doivent être différents. certains sont seropositifs depuis 20 ans et "vacciné" contre le virus, d'autres le sont depuis 6 mois et sont appeurés, d'autres sont sidéens (mon cas) et chacun y va à son rythme selon ce qu'il comprend.

Chacun fait au mieux avec ces connaissances, pour déterminer s'il veut arreter les trithérapies et comment faire. Pour ma part, je ne compte pas arreter les trithérapies de suite (glutathion trop bas et cd4 aussi !) mais j'ai la foi que cela arrivera à moyen terme.

Voilà si quelqu'un a un autre avis / témoignage

PS: merci pour les liens

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pirate    1

Bonjour Manou et merci pour ta réponse.

Concernant les médecines dites parallèles/alternative je distingue disons 2 voies qui ne s'oppose absolument pas.

Il y a les Médecines Traditionnelles (Chinoise, Ayurvédique etc...) ou autres (Homéopathie, Aromathérapie, Naturopathie etc...) avec un fonctionnement différent, une vue holistique et non fragmentaire du corps humain etc... Le point intéressant la dessus est que ces médecines ne reposent sur aucuns dogmes et qu'elles sont donc évolutives et non figées, ainsi elles peuvent s'actualiser à chaque nouvelle découverte remettant en cause une de leurs théories.

Et les médecines Occidentales dites Alternatives (dont les médecins ce sont pour la plupart fait radier de leur Ordre et subits plusieurs procès) représentés par NAESSENS, SOLOMIDES, GERNEZ... (et la liste est longue).

Par exemple le cas BELJANSKY. Ce docteur (dont Mitterand avait bénéficié de ses produits) avait mit au point des produits extrêmement prometteurs et ne causant aucuns effets secondaires.

Ce traitement était peu onéreux et de plus remettait en cause un certain nombre de dogmes établis par la médecine. Après de multiple épisodes (et harcèlement) judiciaires malheureusement ce traitement ne vit jamais le jours en France (mais dans certains pays étrangers notamment Etats Unis).

Aujourd'hui si je me soigne via ces produits nous dirons que je me soigne par de la médecine alternative. Mais alternative à quoi ? Simplement à la médecine conventionnelle.

Ce qui est malheureux c'est la hiérarchie qui est faite (consciemment ou non, volontairement ou non) entre ce qui est officiel (et donc forcement sérieux) et ce qui est parallèle (louche, sectaire etc...).

La question reste toujours la même : qu'est ce qui rapporte le plus d'argent ?

Un acupuncteur m'avait dit : « les acupuncteurs c'est comme les dentistes il y en a des bons et des mauvais »

C'est pour cela que je pense pour ma part, que les médecines Alternatives et/ou Traditionnelles peuvent rétablir un système immunitaire touché (mais je peux me tromper également)...a condition de tomber sur une personne compétente et de faire des changements dans sa vie, car pour ce type de médecine c'est le terrain qui importe (les moyens défensif du corps en somme dont je suis responsable) pas les microbes (dont je serai la victime).

Ensuite concernant la trithérapie tu soulignes qu'il est envisageable de l’utiliser uniquement durant un temps limité et non pas de façon chronique.

Ce point de vu est il partagé par la médecine conventionnelle ? Car je pensais que son message serait plutôt « médicalisation à vie etc... » mais je me rends compte que j'en connais très peu sur ces méthodes de traitements...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
manou    0

Je suis tout a fait d'accord avec toi. Je pense que j'ai mal compris ta question dans ton premier post. Je pensais que tu demandais pourquoi certains s'attachaient à des critères et des médicaments issus de la medecine conventionelle alors qu'ils dénoncent "la mafia médicale" et plus particulièrement le sida. J'ai cru que ta question etait binaire ou on est medecine conventionnelle ou on est medecine alternative. Ou on prend la tri si on pense qu'il y a un virus ou on arrete la tri si on pense qu'il n'y a pas de virus.

D'ou ma reponse sur les choix qui s'offraient à chacun et que parfois on devait composer avec la medecine conventionnelle en l'absence d'une vraie recherche médicale hormis les dissidents comme les gens que tu cites qui ont eu le courage peut être de s'aventurer dans d'autres voies et ont renoncé à des crédits recherches étatiques, la renommée...etc

Je comprend mieux ton point de vue et je suis entièrement d'accord pour dire qu'effectivement, qu'on le veuille ou non, on est formaté pour raisonner en terme de medecine conventionelle et de faire confiance à toute personne presentant un doctorat de medecine.

Je note quand même que à Bichat à Paris (si ma mémoire est bonne) un département de medecine chinoise est ouvert dans le traitement contre la douleur. Il y a encore hierarchisation - à la médecine conventionelle les maladies, et la douleur à la médecine chinoise - mais quand même tous les médecins conventionnels ne sont pas si sectaires.

Et comme toi, je regarde plus le terrain que le microbe. Connaissant un peu l'afrique, dans certains pays le ministère de la santé encourage le developpement de la phytothérapie et de grandes avancées sont faites dans ce domaine notamment dans le traitement de maladies sexuellement transmissibles.

peut être que la médecine conventionelle est un mal auquel nous nous sommes habitués et dont nous ne pouvons nous passer sous peine d'en subir les conséquences.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pirate    1

Bonjour Manou,

Je suis tout a fait d'accord avec toi. Je pense que j'ai mal compris ta question dans ton premier post. Je pensais que tu demandais pourquoi certains s'attachaient à des critères et des médicaments issus de la medecine conventionelle alors qu'ils dénoncent "la mafia médicale" et plus particulièrement le sida.

C'était bel et bien ta compréhension première qui était la bonne, à savoir que je m'interrogeai sur le fait que certaines personnes suivent une voie dont elles connaissent les limites et dangers (tout en sachant que la plupart des tenants de cette voie sont persuadés d'agir pour le bien commun).

Je posais cette question sans jugements (malgré peut être une tournure inadaptée) car moi même je ne peux dire de quelle façon je réagirai si l'on me diagnostiquait je ne sais quoi. De peur me laisserai je conseiller par mon médecin ? Est ce que je miserai tout sur les médecines parallèles ? Ou bien utiliserai je les deux ?

Je note quand même que à Bichat à Paris (si ma mémoire est bonne) un département de medecine chinoise est ouvert dans le traitement contre la douleur. Il y a encore hierarchisation - à la médecine conventionelle les maladies, et la douleur à la médecine chinoise

Oui, ces médecines trouvent un échos grandissant en Europe (à la bonne heure !) et même si elles sont toujours relayées en tant que médecines « secondaires » ce sont des petits pas, mais des petits pas quand même.

A Toulouse si je ne me trompe une clinique à également mit en place plusieurs types de médecines alternative en complément des soins donnés.

Mais ils nous reste du chemin à faire : en Chine, les recherches médicales sur le Qi (nom donné au principe vital) sont aussi répandues que celle liées à la médecine moderne, en Russie il y a des cliniques uniquement dédiées au jeun, en Suisse la médecine anthroposophique, l’homéopathie, la thérapie neurale, la phytothérapie et la médecine chinoise sont remboursées par l’assurance obligatoire des soins etc...

J'ai cru que ta question etait binaire ou on est medecine conventionnelle ou on est medecine alternative. Ou on prend la tri si on pense qu'il y a un virus ou on arrete la tri si on pense qu'il n'y a pas de virus.

Je t'avoue qu'avec du recul il s'avère que malgré moi c'est un peu ma pensée, mais permet moi de la préciser car je suis davantage partisan de la dialectique que du dualisme :

Lorsque je dis « je distingue disons 2 voies qui ne s'oppose absolument pas » je parle de la médecine traditionnelle (généralement d'origine étrangère, ancienne) et de la médecine alternative (occidentale, moderne).

Ces 2 voies, en ayant la théorie du terrain et non du microbe comme base peuvent se compléter sans problèmes malgré leurs mise en applications différentes. Tout comme il est possible d'allier la médecine conventionnelle avec les 2 médecines cités ci dessus mais dans ce cas, je pense qu'il y aura une perte plus ou moins importante des bénéfices des médecines privilégiant le terrain.

En somme, je pense que notre médecine s'est perdue des lors qu'elle a choisit Pasteur plutôt que Béchamp.

Cependant, ta contribution me donne matière à réflexion car je découvre que la trithérapie permet rétablir un système immunitaire défaillant et qu'il est envisageable d'en limiter la consommation dans le temps. De plus je ne vais pas dire que la médecine conventionnelle n'a jamais sauvée ni soignée personne mais elle gagnerai à se débarrasser de ses conflits d’intérêts et à évoluer.

"peut être que la médecine conventionnelle est un mal auquel nous nous sommes habitués et dont nous ne pouvons nous passer sous peine d'en subir les conséquences".

En revanche je ne te suis pas la dessus, certes, la médecine conventionnelle est pour beaucoup d'entre nous (malheureusement) une évidence, s'en éloigner peut s'avérer être un risque selon le cas, cependant des que l'on prends conscience de certaines choses, que l'on est informé par les bonnes personnes (ce dont il m'est arrivé, j'ai eu une sacrée chance) l'évidence est de s'y frotter le moins possible et essayer d'en parler autour de soi (selon l'ouverture d'esprit de la personne).

Les médecines Alternatives/Traditionnelles se répandent, c'est un fait. Des gens se soignent de cancers sans passer par le case médecin. Il y a une telle perte de confiance chez certains dans notre médecine qu'ils en viennent à l'automédication pour des cas aussi risqués ! (http://bistrobarblog.over-blog.com/article-comment-je-me-suis-gueri-d-un-cancer-naturellement-123249079.html, http://journalmetro.com/plus/sante/441208/elle-guerit-son-cancer-avec-des-jus-de-fruits-et-legumes-bio/, http://www.sciencevirale.com/nature-sante/une-femme-de-31-ans-guerit-son-cancer-sans-laide-de-la-medecine/ ) En somme il n'y a aucunes obligations, aucune fatalité. C'est simplement un choix (mais encore faut il être courant des différents chemin qui s'offre à nous).

L'erreur est humaine, persévérer est diabolique

Modifié par pirate

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Daddou    4

Bonjour Manou et Pirate

C'est vrai que tout ça est complexe

on voit des participants à se forum pensant qu'il n'y a pas de virus, mais continuant à faire régulièrement des contrôles chez leur spécialiste hiv

de mon point de vue, c'est dangereux, même si c'est tentant, par curiosité ou peur de savoir à quoi en est la virémie et les cd4. Il ne faut pas sous estimer la force de création de la pensée...et de la peur

Personnellement, j'ai eu un test + en 2004. Après quelques jours dans la peur, j'ai eu la chance d'entendre parler des dissidents et j'ai lu, encore et encore...j'ai décidé de me prendre en charge et jusqu'à maintenant, je n'ai pas pris de traitements

Cela fait plusieurs années que je ne fait pas de contrôles hiv. Je suis suivie par un homéo uniciste et par divers thérapeutes alternatifs (énergétiques, quantiques etc). J'ai voyagé en Afrique 2 x, sans vaccins, sans traitement anti malaria, mais avec une bonne préparation aux huiles essentielles et plantes.

la nuit de Noêl 2014, je me suis retrouvée à l'hôpital car j'avais un abcès très gros au cou et j'ai du être opérée. Les docs voulaient faire pleins d'analyses, et c'est vrai qu'un bref instant, je me suis dis " pourquoi pas?"...je dois avouer que je suis très curieuse...et je puis non, j'ai réaffirmé mon désir d'être soigné que pour mon abcès, et ils ont respecté mon choix...

quand les docs voient qu'on est hiv+, tout les inquiètent! ils cherchent tout ce qui peu être bizarre et en font une montagne

comme si les séronégatifs n'étaient jamais malades et ne mourraient pas!

l'important est d'être en accord avec ces convictions et soi même

pour moi, le fait d'avoir un test positif, m'a donné , excusez moi, "un coup de pied au cul" et m'a fait bcp avancer et évoluer

amitiés

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×