Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous !

Comme vous l'avez peut être constaté, le suivi n'est plus très régulier et pour cause !

L'ami qui en était l'objet se porte très bien et est décidé à maintenir sa nouvelle hygiène de vie, ainsi je ne vois plus l'utilité de continuer ce sujet.

A la fin de son traitement homéopathique il a été décidé qu'il retournerai de nouveau faire un test de dépistage afin de voir si une modification de l'hygiène de vie peut changer le résultat (tout en sachant que le premier test pu être faussé par la prise d'antibiotiques a peu près 3 semaines avant)

Mais quel qu'en soit le résultat cela ne changerai rien à notre vision des choses, à mon proche et moi même.

Cela permettrai dans le cas d'un résultat négatif à prouver à quel point les tests peuvent être trompés par différents facteurs (ici les antibios) et également avancer l'hypothèse qu'un changement radical de façon de vivre peut faire permuter un test positif en négatif.

Dans le cas ou le résultat resterai positif cela prouvera que l'on peut répondre séropo au test et vivre sans médications aucunes. Cela permettra ainsi de mettre en lumière les incohérences de toute cette théorie.

Je tiens également à grandement remercier pour tout le soutien et conseils que vous m'avez apporté, je l'avoue au départ malgré mes certitudes, j'ai douté, ne sachant trop quel chemin conseiller (officiel ou dissident) mais grâce à vous, aux travaux et témoignages présents sur ce site ainsi qu'au soutien du Professeur De Harven mon ami à prit la bonne voie et est désormais conscient qu'il est responsable de sa santé.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonsoir, comme convenu je reviens vers vous car la personne diagnostiquée séropo à de nouveau fait un test afin de savoir si c'etait bien les antibios prient avant le 1er test ou bien sa mauvaise hygiène de vie qui l'avaient fait répondre positif au test.
Pour le moment je n'ai pas le résultat final, il fut envoyé à son médecin traitant directement, je ne peux que vous informer du peu qu'il a reçu du labo, a savoir :
Date Prélèvement: 29/10/2015
Édité le 03/11/2015
SEROLOGIE HIV1 ET HIV2
HIV 1et 2 (Antigène P24 et Anticorps totaux)
MODULAR E- ROCHE – Technique ECLIA
Resultat POSITIF
vt (négatif si inf à 0.9) 455.60

EXAMEN(S) SPECIALISE(S) TRANSMIS AU LABORATOIRE CERBA

VIH Sérologie confirmation (VIH1 + VIH2)

Pour finir, je tiens à préciser (quitte à me répéter) qu'il ne prend aucun traitement et qu'il maintient son hygiène de vie (plus de cigarettes, alimentation saine) au maximum.

A ce jour il pèse 63kg, soit une prise de 5kg depuis le début de ce suivi. Il n'en demeure pas moins qu'il est souvent fatigué, la faute aux grosses journées de travail qu'il doit avaler (10h/jours, du lundi au vendredi).

Il n'a aucun symptôme et n'est pas tombé malade depuis mi juin, moment ou il avait eu une grosse allergie, soignée entre autre grâce au Kéfir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Meme si le vt a baisse d'environ 20%, c'est pas tres encourageant. En tout cas ca met a mal la theorie des antibiotiques qui font positiver le test.

Merci de partager en tout cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, même si on trouve plus vraisemblable d'incriminer des facteurs biochimiques plutôt qu'un supposé rétrovirus dans la cause d'un test VIH positif, il est vain de chercher un facteur unique (une fois les antibiotiques, le lendemain les poppers, le surlendemain un vaccin) qui serait à l'origine d'une séroconversion. C'est bien ce qu'on peut interpréter comme un simplisme de l'orthodoxie (un rétrovirus -> un test positif) qu'il faut éviter de reproduire d'une autre manière (du type : un antibiotique -> un test positif), même s'il est possible que ça arrive, ce n'est à mon avis qu'exceptionnel.

La difficulté, ce ce qui fait que c'est difficile à expliquer, et difficile à mettre en évidence, c'est que c'est plus probablement multifactoriel, c'est une constellation de facteurs qui agissent en "synergie" (négative pour le coup), avec des effets de seuil (comme avec l'alcool par exemple : à faible dose c'est géré par le corps et c'est presque comme s'il ne s'était rien passé; à forte dose les dégâts peuvent être ravageurs et irréversibles, même sur une période de temps très courte).

C'est l'excès cumulé de drogues (récréatives ou dures), sans aucun doute, d'une mauvaise alimentation, d'un mauvais sommeil, de stress, de traitements antibiotiques (ou de certains autres traitements), bien répétés quand même, peut-être, de sexe anal plus ou moins hard, peut-être aussi, c'est toujours sujet à discussion, de facteurs héréditaires, qui jouent toujours dans un sens ou dans l'autre, et d'autres choses, peut-être, encore... C'est l'excès cumulé de substances oxydantes, dirait le Perth Group, d'oxydants azotés, dirait Cheminot - mais sûrement pas un de ces facteurs pris isolément, à lui tout seul - ou bien rarement.

La réponse du coup, comme décrite par Pirate, est à mon avis la bonne : se reprendre en main globalement, sur tous les aspects : l'hygiène de vie, l'alimentation, le sommeil, le sport, les substances... Suivre sa santé, comme n'importe qui, tous les paramètres habituels, me paraît de bon sens, et nombre de séropositifs vivent bien; mais espérer une séroréversion, très rarement documentée, est plus incertain. Rien n'empêche d'essayer, mais il ne faut pas avoir peur à s'exposer à des déceptions qui peuvent être décourageantes.

Je reproduis ce message de Cheminot, que je trouve toujours instructif, que l'on peut trouver à cet emplacement :

Entièrement d'accord avec toi , Jardinier

Le versant bio-médical (complètement foireux en raison de tous les faux-semblants possibles avec la trilogie virologie-cancer-immunologie biomollécularisée-génétisée), le versant bio-médical génère et entretient un dispositif de contrôle social, et inversement le climat infus/diffus de contrôle social maintient et renforce tout le dogmatisme dévastateur du protocole d'intervention bio-médico-sociale


Mais je ne le ressens pas comme une recherche volontaire, je ne crois pas à la théorie du complot. J'ai surtout l'impression que c'est la peur de l'autre, de la maladie, de la mort,... qui entraîne ce désir de contrôle sur notre santé..., et aussi l'erreur dogmatique commise il y a 150 ans avec la focalisation sur le "germe" qui serait responsable de la "maladie".

Par contre, les substances chimiques sont autrement dangereuses, et l'on découvre tous les jours leur toxicité. Je suis tout de même étonné que tu ne m’aies pas relu au tout début de ma participation au forum, où j'avais déduit des écrits de Duesberg, Papadopoulos, Kremer, qu'il me semblait bien que les composés azotés oxydés (et pas seulement par l'oxygène) devaient intervenir dans la pathogénie du sida. Intuition qu'a confortée le travail d'Aquaro.

Les poppers seuls ne sont pas responsables, mais tout une constellation de substances et de pratiques augmentant la concentration de ces composés azotés oxydés. Le viagra en est un exemple, mais là encore, il interviendra en association avec d'autres substances.

Tant qu'on essaiera de n'incriminer que tel ou tel facteur complexe, on aboutira à une impasse,... à moins d'acquiescer à la théorie dominante. Par contre, à tout prendre, je préfère incriminer l'excès de peroxynitrite, qui apparaît de manière multifactorielle à l'échelle macroscopique, à un virus dont personne ne connaît la manière d'agir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour finir, je tiens à préciser (quitte à me répéter) qu'il ne prend aucun traitement et qu'il maintient son hygiène de vie (plus de cigarettes, alimentation saine) au maximum.

A ce jour il pèse 63kg, soit une prise de 5kg depuis le début de ce suivi. Il n'en demeure pas moins qu'il est souvent fatigué, la faute aux grosses journées de travail qu'il doit avaler (10h/jours, du lundi au vendredi).

Il n'a aucun symptôme et n'est pas tombé malade depuis mi juin, moment ou il avait eu une grosse allergie, soignée entre autre grâce au Kéfir.

Depuis juillet sachant qu'on est en novembre , ça commence à faire quelques mois, mais si la personne se sent encore fatiguée, nous n'avons pas encore toutes les conditions nécessaires pour commenter quoi que ce soit sachant que nous ne sommes pas tous égaux. Chacun a son métabolisme propre. et là, en l’occurrence, on part de quelqu'un qui avait tendance à être en sous poids !

Aussi, s'il est souvent fatigué à cause de grosses journées de travail, il devrait essayer de corriger déjà cela car ça fait partie intégrante de l'hygiène de vie !

D'autre part, je pense que si les tests ne sont le reflet que d'une multitude de facteurs extérieurs contrairement à ce qui est dit officiellement sur le VIH, dès lors que toutes les conditions sont réunies pour faire apparaitre la négativité des tests, le cas de séroréversion doit aussi apparaitre d'une manière très claire mais il faut avoir le courage de ne pas succomber aux conclusions hâtives, et ne pas avoir peur du résultat qui n'est de toute façon que valable pour l'instant T du test.

Modifié par twj

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu as des exemples documentés de séroréversion, je pense que beaucoup seront preneurs...

Quelle que soit la façon dont on interprète le test VIH, 30 ans de recul amènent à penser que les cas de séroreversion, s'ils existent, sont particulièrement rares, et ce indépendamment de l'état de santé, bon ou pas, de la personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On peut interpréter ce qu'on veut comme on veut, mais un test est un test, il est toujours significatif de quelque chose, je suis moi même la première personne à chercher des "preuves", d'une part comme dans l'autre !!!

J'avoue que je suis surpris par tes propos Jibrail, à quoi attribuerai-tu le fait que les cas de séroreversion documentés soient rares ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à vous,

Je me permets de revenir vers vous car la personne qui est concernée par ce suivi à été faire une prise de sang afin de savoir si elle avait du diabète ou non, car elle buvait beaucoup d'eau.

Le résultat fut négatif en revanche la prise de sang met en évidence les carences que je vous reproduit ci dessous :

HEMATOLOGIE

NUMERATION GLOBULAIRE XT2000i - SYSTEMEX

Leucocytes 3690 /mm3 (VR : 4000 à 10 000) 01/07/2015 : 4400

FORMULE LEUCOCYTAIRE XT2000i - SYSTEMEX

Leucocytes 3690 /mm3 (VR : 4000 à 10 000) 01/07/2015 : 4400

Polynucléaires :

- Neutrophiles 35.5 % soit 1310 /mm3 (VR:1500 à 7000) 01/07/2015 : 2589

Lymphocytes 38.2% soit 1410 /mm3 (VR : 1500 à 4000) 01/07/2015 : 1279

NUMETATION PLAQUETTAIRE XT2000i – SYSTEMEX

Plaquettes 143 000 /mm3 (VR : 150 000 à 400 000) 01/07/2015 : 157 000

Page 1/2

Exploration d'une anomalie lipidique

Cholestérol total 1.04 g/l (VR : 1.40 à 2.20) 01/07/2015 : 1.13

Advia 1800 – SIEMENS° Technique chimie liquide 2.68 mmol/l (3.61 à 5.68)

Cholestérol HDL 0.31 g/l (VR : 0.35 à 0.80) 01/07/2015 : 0.37

Advia 1800 – SIEMENS° Technique chimie liquide 0.80 mmol/l (VR : 0.90 à 2.06)

Cholestérol LDL 0.62 g/l (VR : 1.00 à 1.60) 01/07/2015 : 0.67

Selon la formule Friedewald 1.61 mmol/l (VR : 2.58 à 4.13)

Page 2/2

Qu'en pensez vous ?

Personnellement je ne suis pas médecin et n'ai aucune connaissance dans ce domaine, donc si parmi vous il se trouve des gens calés sur ce sujet...

La médecin lui a dit que son déséquilibre vis à vis des plaquettes ainsi que des globules blanches et rouges indique que sa moelle osseuse ne produit pas suffisamment d'anticorps mais que pour le moment ce n'est pas trop inquiétant...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Dans les chiffres que tu as donné, le nombre de globules rouges n'est pas précisé; seuls figurent les globules blancs (leucocytes). Je ne sais pas si les propos rapportés par le médecin sont exacts; en tout cas, la moelle osseuse produit les cellules sanguines (globules blancs, rouges, plaquettes), mais pas les anticorps, qui sont produits par un type particulier de globule blanc (les lymphocytes B).

De façon générale, il faut être extrêmement précautionneux dans la lecture et l'interprétation de ce type de tests. Comme tout élément de diagnostic, il faut le mettre au minimum en relation avec l'état de santé réel du patient (tous signes cliniques concrets - infection, fièvre, fatigue etc... ), et d'autre part, avec l'historique de la personne (qui ne rentre pas forcément dans ces "normes", qui n'en sont pas vraiment, mais sont plutôt une commodité statistique). Et c'est bien le rôle du médecin qui est formé pour ça. Et ici avec ces seuls chiffres, il est impossible de dire quoi que ce soit puisqu'on a aucun de ces éléments. La médecine étant autant un art qu'une science, mieux vaut certes un médecin talentueux pour bien interpréter.

A titre d'exemple, les chiffres sont certes un peu plus bas, mais avec un écart minime, qui peut-être est inférieur à la marge d'erreur des instruments de mesures ou à leur variation journalière ou saisonnière; ils peuvent également varier considérablement suite à la prise de certains médicaments ou en raison d'infections même minimes. Tout ça pour dire qu'il y a beaucoup de facteurs à connaître - et d'expérience - pour pouvoir interpréter correctement ces chiffres.

Si le médecin a dit qu'il ne fallait pas s'inquiéter et qu'il n'y pas d'autres signes d'inquiétude : ne pas s'inquiéter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Jibrail, et merci de ta réponse.

Effectivement, c'est étrange que la médecin lui ai dit qu'il avait un taux de globule rouge bas alors que cela n'apparait pas dans les résultats de la prise de sang...

Cependant, je tiens à préciser qu'elle n'est pas au courant de la séropositivité de la personne, pour cela, ladite personne va se faire suivre plus régulièrement à partir de janvier par une homéopathe uniciste qu'elle a déjà vu précédement.

De plus elle avait chopée une bonne gastro il y à de cela quelques semaines (qu'elle m'avait refilé d’ailleurs) et avait prit quelques médocs (pas d'antibios). Cela à peut être influencé le résultat, étant donné que la prise de sang avait été effectuée peu après la maladie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à vous,

La personne concernée par ce suivi a donc été voir l'homéopathe hier avec les résultats de la dernière prise de sang (voir message du 15 décembre 2015). A noter que l'homéopathe en question a également reçu auparavant les résultats du second test de dépistage qui lui fut directement envoyés par le labo d'analyse, donc je ne peux vous les fournir (voir message du 17 novembre 2015).

Pour le moment tout va bien, il y a effectivement une légère carence en globule banc mais ceci peut être la cause de multiples facteurs, donc rien d'inquiétant, rendez vous dans 6 mois.

Elle a prescrit ce qui suit :

NATRUM MUR. 5CH DO GLOB.

1 dose 1 fois par jour

NATRUM MUR. 15 CH DO GLOB.

1 dose 1 fois par jour

NATRUM MUR. 30 CH DO GLOB.

1 dose 1 fois par jour

OLIGOSOL MAGNESIUM AMP 2ML 28

1 ampoule de préférence le matin à jeun

OLIGOSOL LITHIUM AMP 2ML 28

1 ampoule de préférence le soir au coucher

ZYMAD 10 000UI/ML SOL BUV 10 ML

7 gouttes par jour

PANXEOL CPR 30

1 Boîte

ACEROLA 1000 CPR 30+10

1 Boite

ECHINACEE+ SUPERD AMP 15ML 20

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à vous ! Puisse ce message vous trouver en pleine forme !

Je viens vous apporter quelques nouvelles, la personne concernée par ce suivi ayant récemment été voir un naturopathe, à la base pour tout autre chose que sa « séropositivité » mais il en a tout de même profité pour lui en toucher deux mots. Résultat: aucunes inquiétudes à avoir, de nombreuses personnes vivant très bien sans traitements, il faut juste faire des cures de plantes ad hoc régulièrement.

Voici donc son ordonnance, à savoir que dedans, comme je l'ai précisé plus haut, tout ne cible pas sa « séropositivité ». Pour infos, il pèse 62 kg pour 1m78

Arnica 15 CH 1 dose 1 fois

3 jours après :

Hypericum 15CH 1 dose 1 fois

1 semaine après :

Arnica 30 CH 1 dose 1 fois

Astragale : Immunité +++

Bourgeons de Plantes La Royale

-Gemo micro circulation

6 gouttes matin et soir pendant 3 semaines

-Elixir de fleurs DEVA

Composé n°3 Aisance corporelle

3 vaporisation dans la bouche matin midi et soir

Si vous avez des questions n'hésitez pas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, je pense que si le test était refait de façon anonyme dans quelques mois, avec tout de même une meilleure hygiène de vie, il devrait réagir négatif.

Il faut voir que très peu de dissidents séropositifs ont refait des tests. Sur le présent forum, si mon souvenir est bon, il n'y en a eu que deux (un négatif et un positif). Et sinon, aux USA, il y avait eu Christine Maggiore je crois, qui en avait refait 3 ou 4, avec au moins 2 qui étaient négatifs.

Donc, on a tendance à croire que ça a été fait assez souvent et que malheureusement, les tests initiaux ont été confirmés la plupart du temps, alors que ça n'est pas le cas.

Bonjour je suis séropositif depuis plus de 25 ans j ai fais un arrêt de traitement pendant plusieurs mois avec une assez bonne hygiène de vie j ai refais le test HIV (15 ans après la première annonce) et bien je suis toujours séropositif comment expliquer cela ? le médecin m a dit que beaucoup de personnes africaine après avoir pris des traitements de plantes" miracles" restaient toujours séropositives a leurs grands désarroi

j ai eu aussi le plaisir de dialoguer avec le dr de Harven

qui n a pas pris le temps de me répondre lorsque j argumentai lors d un troisième mail 10 mois se sont passés me laissant seul avec mes interrogations ces médecins sont tous pareils quelques soit leur camps

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je profite de ton dernier message pour répondre également à celui-ci.

Le test de séropositivité est un test d'anticorps; or la mémoire du système immunitaire fonctionne de telle façon que les anticorps peuvent persister durant des années voire des décennies après (voir ce fil). C'est un test qui très probablement mesure le passé, et à ce titre ne peut guère évoluer.

Si tu es africain ou d'origine africaine, la situation est encore plus complexe car de façon désormais évidente, 30 ans après, seules les personnes afrodescendantes deviennent massivement séropositives, que ce soit aux Etats-Unis, dans les Caraïbes, en Afrique ou en Europe, quels que soient les facteurs de risques. Il y a plusieurs explications possibles, assez complexes (voir mes propres spéculations), dont l'une est par exemple le taux d'anticorps en moyenne plus élevé par rapport aux blancs (voir cette publication en anglais de 1992) et donc que le test devient positif plus facilement...

Est-ce que tu sais comment tu serais devenu séropositif ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Jibrail,

Je te réponds très tardivement bon... du coup ce n'est pas moi qui suis concerné par ce sujet mais un pote.

Et quand à savoir comment il serait devenu séropo, tout dépend de quel point de vue on se place. Je m'explique:

1) Il à déjà eu des rapports sans capotes

2) Il est partis vivre plus d'un an en Afrique, et, étant Européen et n'ayant jamais été sur ce continent auparavant ce fut extrêmement dur pour lui de s'acclimater à ce nouvel environnement. Donc durant cette période il aura pas mal douillé physiquement (et moralement) et aura été pas mal carencé. Je tiens à préciser que tous les rapports sexuels qu'il à eu durant cette période furent fait avec préservatifs (excepté une fois une fellation) et qu'il n'a pris aucuns d'antipaludéens lors de son séjour la bas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Pirate,

Je reconnecte ton dernier message avec les premiers de ta présentation. C'est vrai que je n'avais pas percuté, mais tu indiquais que lors de son séjour en Afrique qu'il avait eu une hygiène assez pauvre, que j'entends comme une hygiène sanitaire (eau notamment) assez pauvre.

C'est un facteur qui me semble a priori assez déterminant, pour une raison à la fois simple et complexe, qui tient à la modification du système immunitaire sous l'effet de l'infections par des parasitoses tropicales qui sont très courantes en Afrique subsaharienne. C'est à mon sens bien plus déterminant que des relations sexuelles protégées, en particulier si elles sont hétérosexuelles. Quant aux fellations, elles ne sont jamais protégées ou par un extrême minorité et si elles peuvent transmettre tout un lot de MST assez désagréables, des gonocoques à la syphilis, elles n'ont jamais été sérieusement considérées comme présentant la moindre corrélation avec l'acquisition d'une séropositivité.

Parmi les parasitoses tropicales, il y a bien entendu le paludisme et la tuberculose, mais aussi de nombreuses autres infections moins connues au nord, et notamment les infections par les vers (bilharziose, filariose, et tous les helminthes), mais aussi par d'autres agents infectieux, comme la leishmaniose, la maladie de Chagas ou même la lèpre. Toutes ces infections ont en commun de déséquilibrer et d'affaiblir le système immunitaire et sans doute de favoriser l'apparition d'un profil d'anticorps qui rend positif le test dit VIH. Cela avait été clairement mis en évidence dans le cas de la lèpre par un des pontes de la rétrovirologie (Essex), qui a été largement cité par le Perth Group et qui est décrit dans le documentaire Sida le doute (voir sur ce lien entre la 32ème et la 35ème minute). La tuberculose, qui est une mycobactérie proche de la lèpre, peut théoriquement poser les mêmes problèmes.

Le lien est également clairement fait entre une infection de bilharziose active et le test dit VIH (multiplié par 3 ou 4 selon cet article), et même le niveau de charge virale. L'orthodoxie y voit le signe qu'une infection active "facilite l'acquisition du VIH", du fait des lésions des muqueuses génitales par le parasite. Une lecture "dissidente" issue des écrits du Perth Group et d'Heinrich Kremer y verrait plus simplement les effets directs du parasite sur le système immunitaire et la production d'anticorps réagissant avec le test dit VIH.

Je n'ai pas le temps de développer davantage ce soir, je ne sais pas si on ami a contracté l'une ou l'autre infection, même de façon peu intense, en tout cas je suis intimement persuadé que ces infections jouent un rôle certain dans le développement d'un résultat positif au test dit VIH.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Jibrail, 

Et merci pour ce développement pour le moins éclairant.

Alors que je sache, non, il n'a pas développé de maladies particulières mais en même temps je ne crois pas qu'il ai fait recherches non plus. Concernant la lèpre, tuberculose ou paludisme cela parait peu probable au vu de l'absence de symptômes en revanche en ce qui concerne la leishmaniose ou encore les infections par des vers, cela serait possible vu qu'au dernières prises de sang (que je vais publier dans ce fil d'ici peu) il avait effectivement des vers;

Ca me fait toujours tomber des nues lorsque je vois avec quelle facilité les tests peuvent êtres faussés...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Voici les résultats du dernier test dont il était question ici:  http://www.sidasante.com/forum/index.php?/topic/17633-r%C3%A9flexions-diverses/
 

 

NFS – Plaquettes

Anticorps anti-plaquettes

SEROLOGIE VIH

 

Hématologie

Valeurs de référence

. Hémogramme

Beckman Coulter DxH800

 

Hématies 4.97 T/L 4.6 à 6.2

Hémoglobine 14.6 g/dL 13.0 à 18.0

Hématocrite 43.9 pourcent 37.0 à 50.0

V.G.M 88 fL 79 à 97

T.C.M.H 29.5 pg 27.0 à 32.0

C.C.M.H 33.4 g/dL 31 à 37

Leucocytes 2.70 G/L 4.0 à 11

 

Formule leucocytaire

DxH800 Examen micoscopique sur frottis

 

Polynucléaires neutrophiles 0.87 1.5 à 7.5

Polynucléaires éosinophiles 0.18 inf à 0.6

Polynucléaires basophiles 0.01 inf à 0.2

Lymphocytes 1.13 1.1 à 4.4

Monocytes 0.51 0.2 à 0.8

 

Neutropénie

 

Plaquettes 122 150 à 400

Test effectué sur sang prélevé sur EDTA

 

V.P.M 11.0 fL 7.5 à 11.2

 

Page 1/3

 

Biochimie

Biochimie du sang

 

Aspect du sérum

 

Turbudité : limpide

Hémolyse : non hémolysé

Ictère : non ctérique

 

Glycémie à jeun 4.48 mmol/L 4.11 à 6.05

Hexoklnase/G6PDH cobas c Roche 0.81 g/L 0.74 à 1.09

 

Valeur de référence pour les femmes enceintes inf. à 5.06 mmol/L (0.92 g/L)

 

Créatinine 83 mol/L 59 à 104

Méthode enzymatique IDMS cobas c Roche 9.4 mg/L 6.7 à 11.7

Modification des valeurs usuelles fournisseur le 30/06/15

 

DFG estimé selon l'équation CKD-EPI 111 mL/min/1.73m2 sup ou = à 90

Pour sujets caucasiens

 

DFG pour sujets de type afro américain 129 mL/min/1.73m2

 

Calcul recommandé d'estimation du débit de filtration glomérulaire (DFG) HAS 2012

L'équation CKD-EPI n'est pas complètement validée pour les sujets non caucasiens, les personnes agées de plus de 75 ans et les sujets présentant un poids ou une masse musculaire extrêmes

 

Pour les patients inclus dans des protocoles nécessitant un suivi du DFG par MDRD

 

Clairance calculée MDRD 97 mL/min/1.73m2 sup à 60

 

Cholestérol 2.5 mmol/L inf à 5.2

Colorimétrie enzymatique cobas c Roche 0.97 g/L inf à 2

 

Cholestérol HDL 1.03 mmol/L 0.90 à 1.45

Colorimétrie enzymatique PAP cobas c Roche 0.40 g/L 0.35 à 0.55

 

Rapport CT/HDL 2.43 inf à 5.00

 

Cholestérol LDL calculé 1.30 mmol/L inf à 4.13

Formule de Friedwald 0.50 g/L inf à 1.60

 

Rapport HDL/LDL 0.79

L'objectif thérapeutique du patient dyslipidémique est défini par le taux de LDL, en fonction du nombre de facteurs de risque cardio vasculaire (FR-CV) : Recommandation AFSSAPS 2005

 

Calcul du FR-CV FR-CV : 0 = sup LDL inf 5.69 mmol/L (2.20 g/l)

 

  • ajouter 1 si : Age (H sup. 50 ou F sup. 60) – 1= sup inf 4.91 mmol/L (1.90 g/L)

    ATCD familiaux de maladies CV

 

  • Tabagisme – HTA – diabète de type 2 – 2 = sup inf 4.14 mmol/L (1.60 g/L)

    Infection HIV – HDL inf.1 mmol/L (0.40g/l)

     

  • soustraire 1 si : HDL cholestérol 3 = sup inf 3.36 mmol/L (1.30 g/L)

    sup. 1.5 mmol/L (0.60 g/l)

sup 3 = sup inf 2.59 mmol/L (1.00 g/L)

Aspect du sérum (turbidité)

 

Page 2/3

 

 

Triglycérides 0.38 mmol/L inf à 2.26

GPO/PAP cobas c Roche 0.34 g/L inf à 2.00

 

Sodium 141 mmol/L 136 à 145

Potentiométrie ISE indirecte cobas c Roche

 

Potassium 4.4 mmol/L 3.5 à 5.1

Potentiométrie ISE indirecte cobas c Roche

 

Chlore 102 mmol/L 98 à 107

Potentiométrie ISE indirecte cobas c Roche

 

SGOT (ASAT) 33 U/L 10 à 50

IFCC enzymatique avec PLP à 37°C cobas c Roche

 

SGPT (ALAT) 41 U/L 10 à 50

IFCC enzymatique avec PLP à 37°C cobas c Roche

 

Hormonologie

Bilan thyroidien

 

TSH 1.95 mUI/L 0.27 à 4.20

ECLIA cobas c Roche

 

Page 3/3

 

 

MICROBIOLOGIE

Examen de selles

PCR Multiplex, Eurobio

 

Date et heure : 02/10/17 à 10h

Prélèvement apporté au laboratoire

 

Examen macroscopique :

Aspect : Moulées

 

Recherche de parasites entériques : PCR positive

Recherche de Glardia, Entamoeba histolytica, Dientamoeaba, Blastocystis, Cryptosporidium et Cyclopora

 

Présence d'ADN de Blastocystis Hominis

 

Interprétation de la PCR entériques :

Ce parasite, retrouvé isolement, est rarement responsable de troubles digestifs.

Seule la persistance des symptômes associée à la détection d'autres microorganismes pathogènes justifie l'utilisation d'un traitement par Métronidazole.

 

Examen parasitologique des selles

Absence de cristaux de Charcot Leyden

 

Enrichissement (méthode de Bailenger)

Mini parasep bailenger Eurobio

Page 1/2

 

Absence d'oeufs, de kystes et de larves parasitaires

 

Interprétation

Compte tenu de l'élimination variable dans le temps des formes de dissémination parasitaire, 3 recherches de parasites sur des selles recueillies séparément à quelques jours d'intervalle sont recommandées.

 

Les formes végétatives des protozaires ne sont pas retrouvées par la technique de concentration des selles.

La recherche de microporidies et cryptosporidies nécessitant des colorations spécifiques n'a pas été réalisée.

Page 2/2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Concernant le Blastocystis Humanis j'ai trouvé cet article en français très intéressant qui relate également le cas d'un jeune homme qui perd du poids. A voir s'il y a des similitudes avec la situation de ton ami ? L'intensité des effets,  assez modérée en général, peut sembler assez variable selon les situations.

Tu as indiqué qu'il avait des vers; sur les résultats que tu as publié je n'ai vu que la présence de Blastocystis mis en évidence (c'est un parasite intestinal mais un protozoaire, c'est-à-dire un organisme composé d'une seule cellule, et non un ver en tant que tel qui sont des organismes plus évolués).

Je ne suis pas expert en détection des parasites mais comme indiqué sur le test il est indispensable de faire plusieurs examens de selle à intervalles rapprochés. En même temps il y a peu d'éosinophiles (qui souvent sont plus élevés en cas d'infections parasitaires, mais apparemment pas toujours). Il n'avait jamais fait aucune recherche de parasite depuis son retour du Burkina Faso ?

Concernant la neutropénie, qui persiste et semble s'être accentuée si on se réfère à son premier test, qui est peut-être lié à l'infection intestinale chronique causée par les Blastocystis (ou d'autres organismes non repérés à ce jour). Il peut y avoir beaucoup d'autres causes cependant, difficile d'en dire plus par internet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×