Aller au contenu
forum sidasante
Jardinier

Russie : une étude sociologique sur les Dénialistes

Recommended Posts

Publiée sur un site international en anglais, a paru récemment une analyse sociologique raisonnée/argumentée sur les communautés dénialistes sur le net, par un chercheur de Saint-Pétersbourg. La perspective est explicitement main stream, mais analyse les raisons pour lesquelles un public fréquente les réseaux sociaux mettant en cause la théorie du vih.

http://www.jmir.org/2014/11/e261/

(Journal of Medical Internet Research)

Conclusions: Contrary to the widespread public health depiction of AIDS denialists as totally irrational, our study suggests that some of those who become AIDS denialists have sufficiently reasonable grounds to suspect that “something is wrong” with scientific theory, because their personal experience contradicts the unitary picture of AIDS disease progression. Odd and inexplicable practices of some AIDS centers only fuel these people’s suspicions. We can conclude that public health practitioners’ practices may play a role in generating AIDS-denialist sentiments. In interactions with the newcomers, the experienced community members highlighted the importance of personal autonomy and freedom of choice in decision making consistent with the consumerist ideology of health care. The study findings suggest that health care workers should change a one-size-fits-all mode of counseling for a more complex and patient-tailored approach, allowing for diversity of disease progression scenarios and scientific uncertainty.

En français, en résumé à très gros traits :

- "Certains de ceux qui deviennent dénialistes ont suffisamment de bases raisonnables pour suspecter que "quelque chose est faux" dans la théorie scientifique, parce que leur expérience personnelle contredit l'image "unitaire" (unitary) de la progression de la maladie du sida." Et ce "Contrairement à la description largement répandue dans le public des dénialistes comme totalement irrationnels"...

- "Dans l'interaction avec les nouveaux venus, les membres expérimentés des communautés insistent sur l'importance de l'autonomie personnelle et de la liberté du choix de décision..."

- Les résutats de l'étude suggèrent que les travailleurs sociaux dans le domaine de la santé devraient revoir les modalités du Counselling pour prendre en compte des scénarios variés de progression de la maladie et, encore plus intéressant à mon sens, l'incertitude scientifique.

L'étude n'aborde donc pas exclusivement et négativement "les stratégies de persuasion des dénialistes", mais aussi les raisons tangibles pour lesquelles on se rallie au "dénialisme", du point de vue de ce qui à l'usage apparaît comme contradictoire et faisant problème dans le dispositif découlant de la théorie. Donc, encore un très mauvais point pour ces satanés Russes (lol) ! Plus sérieusement : le texte de l'article révèle à l'analyse une stratégie discursive de double langage, avec en positif les garanties d'objectivité de méthodes d'enquêtes sociologiques éprouvées et les avantages d'une conception dialogique de l'exposition du raisonnement.

Mais attention quand même à la ligne discursive d'ensemble et au mot de la fin de l'article, qui n'excluent pas entièrement la nécessité et le développement possible de stratégies répressives à l'égard de la dissidence scientifique : "Understanding the factors influencing adoption of denialist views could be very useful for practical efforts to combat the spread of AIDS-denialist sentiments."

En français, traduction littérale : "Comprendre les facteurs influençant l'adoption de points de vue dénialistes pourrait être très utile pour les efforts pratiques dans le combat contre la propagation des sentiments de dénialisme du sida."

Modifié par Jardinier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Jardinier pour ce lien instructif.

J'ajouterai deux précisions :

- Le chercheur travaille pour la "National Research University Higher School of Economics", une université fondée peu après l'effondrement de l'URSS et fer de lance des thèses néolibérales en Russie après 1990. Ce n'est pas n'importe quelle université russe et encore moins une université "critique" ou même médicale. Comme tu le soulignes, cette recherche n'a pas vocation à légitimer la dissidence, mais bien à mieux la réprimer. En ce sens, Henry Bauer et Rethinking Aids font à nouveau un contresens total.

- Il s'agit uniquement de sociologie en chambre, à travers une analyse des messages de forums. Aucun intervenant n'a été rencontré en réel. Au passage, je découvre l'existence de la "netnographie", méthode d'analyse revendiquée par l'auteur, comme nouvelle méthode d'analyse pour fliquer le consommateur et le citoyen à travers son expression sur le web (son existence ne me surprend pas mais je ne connaissais pas ce terme).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De rien Jibrail, je pense qu'il ne faut pas trop vite conclure définitivement comme tu le fais. Si Bauer et RA relèvent ce que moi j'ai relevé, je ne leur donnerai pas tort, malgré le bémol sur lequel je finis ci-dessus.* Celia Farber, sur FaceBook, relève aussi ce que je relève, en ironisant et laissant chacun libre de se faire son opinion en explorant l'article, en d'autres termes n'est pas dupe de la consonnance main stream globale, ni des dissonnances introduites cependant.

L'université d'appartenance du chercheur, que je n'avais pas prise en compte, n'est certes pas une référence neutre d'après ce que tu en dis. Mais ce ne serait pas mieux je pense si c'était à l'inverse une université d'Etat. Pour ma part, je suis assez intrigué aussi par le pedigree du site sur lequel c'est publié. Je n'ai pas pu en apprendre beaucoup, sinon rien, en me cantonnant aux données du site même. Sauf que, en russe, Mir signifie Paix, je crois bien...

Quant à la netnographie... Si le marketing behaviouriste-cognitiviste en sont la méthode et le but qui priment, nous sommes tous des indiens Jivaros ! Tristes tropiques, où la virulence du GrôS Virus s'affaiblira proportionnellement à la baisse démographique des groupezarisque...

* Vérification rapide faite, Henry Bauer tire bien sûr des conclusions en faveur de sa cause en extrapolant, mais sur des bases irrécusables par rapport au contenu explicite de l'article en question. Sauf que, là je suis d'accord avec toi pour critiquer Bauer, à propos de la Conférence de Vienne, Russia Today avait certes interviewé Peter Duesberg (j'ai archivé la vidéo), mais avec 2 interlocuteurs adverses, à 2 contre 1 donc, et qui ne s'étaient pas privés de clamer et déclamer que les dissidents et leurs chefs de file étaient de dangereux personnages.

A propos encore de mon bémol final, si on se reporte à la phrase de conclusion de l'article que j'ai citée, "dénialisme du sida" n'est pas obligatoirement "dénialisme de la théorie hiv" (en clair, ce n'est pas explicitement le "dénialisme" du lien hiv-sida qui est mis en cause par la formulation, même si en contexte le sens implicite peut être autre).

Modifié par Jardinier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...