frustré 007

Diabète de type 2 et Vih

14 messages dans ce sujet

Bjr je suis reconnu diabétique depuis 2004 et reçois comme traitement du glucophage 850mg et daonil 5mg. Je suis parti d'un glycémie a 28 pour une chute a 13 en deux jours de traitement.

Je suis marié depuis le 04.08.2012 a 38 ans et de ce mariage est née une Belle petite fille bien portante a ce jour.

Travaillant dans un élevage comme administratif au sud du Gabon et étant sensible aux piqûres d'insectes comme plusieurs personnes.

Mon épouse m'y rejoignant et se trouvant enceinte de notre deuxième bébé, 3 mois déjà, tombe dans une très forte Fièvre l'obligeant a la transporter a l'hôpital régional de Tchibanga (sud du Gabon) ou le médecin (gynécologue) lui diagnostique une tifoide et par la suite nous réunit dans son bureau pour nous dire qu'il s'agit du vih ensuite a moi de passer immédiatement au test qui se solde positif. Le médecin nous dit de suite le futur bébé était en danger et nous devions prendre le traitement et éviter de refaire le test. La famille de mon épouse informée par le médecin de notre nouveau statut, s'est emparé du dossier en nous confiant a un médecin de famille qui lui aussi nous interdit un nouveau test et nous mis sous traitement. Ma femme a accouché par césarienne et n'a pas allaité le bébé.

Il s'en suit une série d'examens autour des mêmes questions (charge virale, poumons,plaquettes,cd4 etc) et même que ma femme par influence du médecin a été informée de sa contamination par moi au regard de mes résultats (explosion dans le couple, réunion de famille, mise en garde par les parents de ma femme,enquête etc).

Je suis sans emploi a ce jour et ma femme et sa famille estime que notre logement soit rester loué pour subvenir aux besoins de santé de mon épouse et bébé donc je me retrouve sans logement et sans force financière doublée d'une maladie qui favorise le rejet. A ce jour je ne vois plus ma femme et mes enfants, je vis chez ma soeur en évitant de lui dire mon vih pour éviter de la perturber. Par ailleurs ma femme et ma Belle mère informe qui veut que j'ai le sida et suis responsable de la contamination de celle-ci. Il faut que j'arrive a prouver le contraire et sortir ma femme de cet engrenage mais comment vu qu'elle ne répond a aucun coup de file ni messages.je viens de lui transmettre l'adressse du site dans l'espoir qu'elle réagisse. J'ai arrêté le traitement depuis six mois mais reste tout de même inquiet quant a la présence d'un microbe dans le sang ou sortir assurément d'un état de stress. Dans l'attente de vos interventions et orientations, j'adresse a toute l'équipe mes vifs encouragements.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Merci pour ton témoignage très dur et très touchant.

Ta situation semble très difficile et complexe, je me permets de te demander quelques précisions pour être sur d'avoir bien compris :

- Ton épouse a-t-elle été bien diagnostiquée positive, avec des résultats du test ou juste une annonce orale du médecin ?

- Est-ce que tes enfants ont été testés ? Quel âge a ton deuxième enfant maintenant ?

- Est-ce que tu sais quel type de test VIH tu as passé et est-ce que tu as des résultats écrits du test ? Il y a normalement deux types de test : ELISA et Western Blot (ou Immunoblot).

- Quel est le traitement que tu prenais ? Apparemment, certaines molécules pouvaient parfois aggraver le diabète.

Si tu as parcouru un peu le forum et les articles présents sur le site, tu as peut-être pu prendre connaissance des visions alternatives sur le sida.

La vision alternative qui me paraît la plus crédible, c'est que le virus n'existe pas, n'a jamais été isolé, et que le test pour le VIH est un test médical qui réagit parfois positivement pour certaines maladies, comme un test de fièvre, sans que l'on sache exactement quoi, et qui parfois réagit sans raison apparente, alors que la personne est plutôt en bonne santé.

Il est particulièrement inadapté en Afrique, parce que les personnes africaine (ou d'origine africaine en Europe ou aux Etats-Unis) ont un test positif beaucoup plus souvent que les autres, et aussi parce qu'en Afrique il y a pas mal de maladies ou de parasites qui peuvent faire réagir positif le test VIH, pour pas mal de raisons longues à expliquer.

Tu connais ton histoire : si tu n'as pas de facteur de risques (transfusion, injection de drogues, relations sexuelles avec des personnes séropositives), alors c'est que le test est positif pour d'autres raisons.

Un des arguments qui peut amener des doutes sur la théorie du virus, c'est qu'officiellement, selon les autorités de santé des Etats-Unis, il y a moins d'une chance sur 1.000 de se "transmettre le VIH" pour chaque rapport sexuel (vaginal) entre un homme et une femme (voir ce lien : http://www.cdc.gov/hiv/policies/law/risk.html)... Comment il peut y avoir autant de personnes séropositives au Gabon ou dans les autres pays d'Afrique s'il n'y a même pas une chance sur 1.000 de se transmettre le virus ?

Merci pour tes encouragements et toute notre sympathie dans ce moment très difficile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Jibrail,

Déjà merci pour ta réaction.

En réponse aux questions posées,je dis en toute franchise ce qui suit:.

1/Ma femme a été diagnostiquée positive avec résultat de test vu que le médecin tenait un document dans ses mains que je n'ai jamais consulté. Je ne peux pas dire sur quel kit nous avons été testé Elisa,wB je ne peux pas le dire je suis totalement dépourvu de renseignement là dessus, je sais par contre que c'est le seul test qui a justifié notre séropositivité.tous ces documents sont avec mon epouse et je ne les ai jamais consultés.

2/Mes enfants selon ce que ma laissé entendre mon épouse ont été testés négatifs dans ce même hôpital, j'avoue n'avoir vu aucun document.

3/Ma dernière fille vient d'avoir un an le 24.08.2014.

4/Comme traitement je prenais lamivudine ans tenofovir 300mg+ aviranz 600mg + bactrim forte 800mg +flucazol.

5/pas de facteurs de risques(transfusion, injection de drogue etc).

Voila ce que je peux dire.

Je precise que tous les documents d'évaluation(plaquette,cd4,CV etc)sont avec mon épouse sans les avoir j'amais consultés.

Par ailleurs, il m'est arrivé un vertige ce matin au levé, les yeux se sont mis a tourner,nausée,ventre gargouillant,fortes démangeaisons nasale et sur l'oeil gauche. Je soupçonne des vers pour n'avoir pas été deparasite il ya longtemps. Je me souviens de l'huile de ricin qu'utilisait mon père pour me deparasiter mais depuis plus rien. Un conseil svp. Merci et bien a vous. Frustré007.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, et bienvenu sur le forum.

Il est clair que le résultat des tests a été influencé. Le fait d'être enceinte a tendance à positiver le test. Et un état de fièvre aussi. Quand à vous, peut-être bien que les médicaments contre le diabète le font également. Comme en plus, les tests faits en Afrique sont ceux qui positivent le plus facilement, il suffit de peu de choses pour qu'ils le soient (positifs).

Comme de toute façon, le vih n'existe pas, que le test soit positif ou pas, vous n'avez aucun virus mortel dans le sang et donc rien à craindre pour votre santé.

Mais bon, c'est sûr que du côté de votre femme là, difficile de faire quelque chose. J'espère pour vous qu'elle sera convaincue par le site.

Concernant votre vertige, c'est probablement dû aux médicaments contre le diabète. Les vertiges et les démangeaisons font partis des effets secondaires. S'il fait plus chaud que d'habitude, ça n'aide pas non plus. Donc, ça n'a très probablement rien à voir avec un parasite.

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonsoir

de tout cœur avec toi!(mon fils a été mis de force sous traitement, il a 2 ans) en tous cas ton histoire est compliquée...et quand la famille s'en mêle...

ce qui m'interpelle, c'est que tu écrits que deux médecin déconseillent de faire un deuxième test...pourquoi?

il faudrait que tu aies accès à ton dossier...même si ta femme l'a, le médecin doit pouvoir te faire une copie

et trouver un bon tradipraticien, pour rétablir ta santé (pas contre un virus fantôme), mais pour travailler sur ton état général.je sais qu'il existe une plante en Afrique qui soigne le diabète, je vais essayer de retrouver ça

courage, ne baisse pas les bras et surtout ne laisse pas la peur prendre le dessus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir a tous et merci.

Je reçois vos conseils et observations avec satisfaction.

De ce qui est du cas de mon épouse, je pense avoir fais le nécessaire,reste a elle d'agir. J'ai de même transmis le lien du site a mon témoin de mariage, lui aussi médecin de santé militaire pour espérer recevoir un soutien crédible.

Ma femme continue certainement avec ce traitement et j'avoue avoir peur pour elle. Pour l'instant je n'ai pas d'armes,mis a part l'amour que je lui porte,nous avons trois enfants. Comprenez mon sentiment!!!

Au de mon malaise de ce matin, j'ai arrêté la prise de médicaments du diabète et avoir de nouveau paramètres. Vos conseils svp?

Pour la plante qui soigne le diabète,je suis impatient de la connaitre,vivement.

Les tradipratitiens au Gabon me semble avoir un problème,celui de parler tous au nom de la crédibilité de leurs travaux mais pour une qualité de travaux difficiles a trouver. Je peux au moment de la consultation pour un faisabilité douteuse,dommage.

J'ai le cas de mère,paralysée et sans parole depuis quatre ans déjà, nous avons tout essayé,médecine moderne et autre,rien. Le scanner selon son médecin traitant a permit de voir qu'il ne lui sera plus possible de retrouver la parole et sa mobilités donc nous en sommes a ce point de refoulement.

Me concernant, j'aimerais par vos conseils avisés, avoir la démarche a suivre pour ce qui est de rencontrer le bon médecin afin d'obtenir un vrai bon d'examens permettant a un laboratoire d'opérer la détection d'un vrai virus ou microbe jen sais rien,pour être sur et certain que mon sang est tranquille.

En Afrique je vous assure, c'est compliqué la vie ici.

Encore une fois merci a tout le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour

voilà, j'ai retrouvé le nom de la plante: Moringa

et un lien http://miracletrees.org/larbremoringa.html

c'est clair , que la vie n'est pas facile en Afrique.

je ne peux malheureusement pas te conseiller de tradipraticien au Gabon. Le seul que je connaisse s'appelle Mallendi

http://en.marge.free.fr/mallendi.htm, mais cela fait plusieurs années que je n'ai pas de contact avec lui (j'avais fait un stage en France avec la plante Iboga).En Côte d'Ivoire cela serait plus facile car mon mari est Ivoirien

Par contre, à ta place, je ne m'amuserais pas à aller faire des test à gauche et à droite...il y a trop de choses qui peuvent le faire réagir

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour tes précisions... et c'est déjà une bonne chose si tes enfants sont négatifs.

C'est très délicat de donner de bons conseils à distance; l'important, comme tu le soulignes, c'est que tu trouves quelqu'un de confiance (un soignant, un médecin), et ce n'est facile nulle part.

Pour les médicaments, c'est très discuté ici aussi sur le forum, et chacun doit faire ses propres choix en âme et conscience car il en assumera seuls les conséquences.

Mais quelques précisions sur les molécules, au cas où, parce que les médecins précisent rarement certaines choses :

- La lamivudine est en général bien tolérée (moins d'effets secondaires que les autres en général) et réputée efficace

- Le tenofovir fait l'objet de plus de débat

- L'efavirenz génère chez beaucoup de patients des troubles nerveux sévères (cauchemars, dépressions, anxiété, étourdissements, troubles de l'humeur...), et dans certaines études, plus de la moitié des patients arrêtent d'en prendre tellement ces effets sont forts. L'Efavirenz est aussi connu pour créer souvent des troubles du métabolisme des lipides qui peuvent créer ou aggraver le diabète (voir cette page par exemple)

- Le Bactrim et le Fluconazole sont donnés à titre préventif pour lutter contre les infections fongiques (champignons). En Europe, ils ne sont donnés que lorsque le taux de CD4 est bas, mais si tu n'as aucun résultat, c'est difficile de savoir si c'est vraiment nécessaire, d'autant que prendre ces molécules puissantes à long terme peut poser des problèmes (voir cette page sur le Bactrim).

- Avec les molécules contre le diabète cela fait beaucoup de molécules puissantes beaucoup d'interactions entre toutes.

Enfin si jamais tu as eu ou tu as des infections par des vers ou d'autres parasites, cela peut aider à positiver le test du VIH parce qu'en leur présence, le système immunitaire se modifie.

Dans tous les cas, il est capital d'avoir quelqu'un de confiance avec qui parler et échanger et si possible un soignant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonsoir

un peu hors sujet, mais je pense intéressant comme information, pour toi, frustré 007

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=738183406253831&id=128649227207255&notif_t=notify_me

et

Ebola : le mensonge généralisé
Alors que le journal Le Monde parle quotidiennement de « ravages » et de « catastrophe », la réalité est que l'épidémie de virus Ebola reste d'ampleur modeste.
La presse parle de 1229 morts entre mars et août 2014 sur l'ensemble de l'Afrique, et encore ce chiffre n'est-il pas exact.
Si vous vous rendez sur la page du site de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) traitant du sujet, vous vous rendez compte qu'il y a en fait 788 décès formellement identifiés comme causés par le virus Ebola. Les autres sont des cas « suspects » ou « probables ». [1]
Ce sont bien sûr 788 morts de trop, mais il faut comparer aux 1,2 MILLION de morts causés annuellement par le paludisme [2], ou aux 2000 morts causés annuellement en France par la grippe saisonnière. [3]
Très peu de contagion
Les images de soignants portant des masques et des combinaisons intégrales pour s'approcher des malades suspectés sont insensées et dignes d'un mauvais film de science-fiction.
Car le virus Ebola ne se transmet absolument pas si facilement :
«
Il faut un contact direct avec un liquide biologique comme le sang, les selles, les vomissures. Il n'y a aucune transmission par voie aérienne. C'est-à-dire que, lorsqu'une personne parle ou tousse, elle ne répand pas le virus Ebola dans l'air ambiant
. » explique le Pr Bruno Marchou, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Purpan, à Toulouse. [4]

Autrement dit, le virus Ebola est comparable au SIDA pour son mode de propagation. Il faut vraiment être au contact du sang ou du liquide biologique du malade pour risquer soi-même d'être contaminé.
Cela veut dire, toujours selon le Pr Bruno Marchou, que le virus Ebola :
«
n'atteindra pas le stade pandémique. À Conakry (capitale de la république de Guinée), ils avaient initialement plusieurs dizaines de cas parmi le personnel hospitalier. Ils ont réussi, en appliquant des mesures d'hygiène standard simples, à endiguer la propagation du virus parmi leur personnel
. »

Ces mesures d'hygiène n'ont rien de sorcier : « Quand on s'occupe d'un patient, on se couvre les mains avec des gants. Si le patient vomit, il faut aussi se couvrir le visage. C'est le b.a-ba. On fait ça tous les jours. » continue-t-il.
«La mort dans 20 à 90 % des cas »
Sandrine Cabu, de Médecins Sans Frontières, interrogée par Le Monde, explique que le virus Ebola entraîne « la mort dans 20 à 90 % des cas ».
Pourquoi une fourchette aussi absurdement large ?
Parce que le virus Ebola est surtout dangereux quand il est mal soigné. Les personnes meurent de déshydratation ou d'hémorragies mais le traitement consiste alors simplement à hydrater ou à transfuser le patient, pas à lui donner un vaccin ni un hypothétique médicament. Il ne faut pas croire ce que prétend l'industrie pharmaceutique qui aimerait pouvoir vendre aux gouvernements une poudre de perlimpinpin comme elle l'avait fait pour le Tamiflu.
« Les nouveaux médicaments ne sont pas la solution contre Ebola », selon un expert en maladies infectieuses
La solution contre l'épidémie consiste à respecter des mesures simples et de bon sens : hygiène, bonne nutrition, vitamine D, vitamine C.
Selon Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses des Etats-Unis, l'outil le plus efficace contre Ebola est de prodiguer les soins de base aux malades.
«
La véritable priorité devrait être de créer des infrastructures médicales dans les pays touchés pour fournir aux malades le soutien médical de base comme l'hydratation et la transfusion sanguine. Cela aura un beaucoup plus gros effet sur la santé que la distribution au hasard de quelques médicaments expérimentaux
. » [5]

Selon Thomas E. Levy, auteur d'un article récent sur les remèdes potentiels contre le virus Ebola [6] :
«
Jusqu'à présent, il n'y a pas un seul virus testé qui n'ait pas été inactivé par une certaine dose de vitamine C. Un des moyens prioritaires pour détruire le virus, ou programmer sa destruction par le système immunitaire, est d'activer la “réaction de Fenton”. En un mot, cette réaction peut se produire à l'intérieur du virus, dans les cellules où les virus se répliquent et à la surface des virus eux-mêmes.
»

Il n'y a donc aucune raison de suspecter le virus Ebola de se transformer brutalement en une pandémie à l'échelle de l'Afrique, et encore moins dans le reste du monde.
Mais il n'y aucun doute que cette psychose peut servir les intérêts financiers de quelques-uns. (la suite ci-dessous)
Annonce spéciale
Guérir d'Ebola avec un vaccin comme du diabète avec une pilule
Les promesses des pilules qui vous guérissent de tout font souvent obstacle à des solutions réelles, naturelles et... beaucoup plus efficaces. Regardez cette vidéo, elle est truffée d'exemples et de conseils simples et prouvés contre le diabète, l'arthrose, les risques d'AVC, l'hypertension, la dépression...Suite de la lettre de ce jour :
Semer la panique : un business très lucratif
La panique autour du virus Ebola rappelle évidemment la grippe aviaire de 2005 et la grippe porcine (H1N1) de 2009.
Ces deux « pandémies imminentes » ont été l'occasion de manipuler grossièrement les opinions publiques pour justifier la vaccination en masse des populations, qui s'est révélée entraîner de terribles effets secondaires, dont la narcolepsie, un très grave trouble du sommeil. [7]
En 2009, l'Organisation Mondiale de la Santé a prédit qu'un tiers de la population mondiale pourrait être touchée par la grippe H1N1, avec des effets incalculables. La ministre de la Santé Roselyne Bachelot n'avait alors pas hésité à commander 94 millions de vaccins ! Les Français n’ayant été que 6 millions à se faire vacciner, Mme Bachelot avait, dès le mois de janvier 2010, annulé auprès des laboratoires pharmaceutiques la livraison de 50 millions de doses et fait verser par l'Etat en dédommagement près de 48 millions d’euros aux laboratoires. [8]
Quant au fameux médicament antiviral « miracle », le Tamiflu, son effet réel n'est que de réduire la durée des symptômes de moins d'une journée, sans limiter d'aucune façon les hospitalisations. Une étude britannique a conclu que la distribution de Tamiflu contre la grippe H1N1 a eu pour seul effet de... gaspiller 500 millions de Livres sterling.
En effet, la saison de grippe 2009 se révéla finalement moins grave que d'habitude, malgré la présence de la souche H1N1. De plus, de nombreux prétendus cas de grippe H1N1 se révélèrent ne même pas être des grippes mais de simples rhumes, ce qui n'est pas sans rappeler ce cas de virus Ebola à Berlin qui s'est finalement révélé être... une gastro. [9]
Jouer avec le feu
Toutefois, les titres excessifs martelés par la presse sont à mon avis très dangereux :
«
Une épidémie absolument pas sous contrôle, sans précédent
», Médecins Sans Frontières, le 30 juillet 2014. [10] [11]
«
Le virus Ebola continue de dévaster l'Afrique de l'Ouest
»,
Le Monde
, 15 août 2014. [12]
«
L'OMS décrète une urgence de santé publique de niveau mondial
», France 24, le 20 août 2014. [13]

Cette psychose est en train de semer la pagaille en Afrique, où des gouvernements sont ni plus ni moins en train de fermer les frontières, mobiliser les armées pour réprimer les populations, et même isoler sans raison des dizaines de milliers de malheureux, hommes, femmes, vieillards et enfants mis en quarantaine dans un bidonville du Libéria, sans nourriture ni eau.
«
Pour espérer contenir l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui fait rage au Liberia (…) le gouvernement prend des mesures draconiennes. Deux quartiers de la capitale, Monrovia, ont été placés en quarantaine et sous surveillance sécuritaire, alors que dans le reste du pays, un couvre-feu a été instauré
. »,
Le Monde
du 22 août 2014. [14]

"Tirer à vue"
Dimanche 24 août, on apprenait que, au Sierra Leone :
«
Le parlement a adopté un projet de loi qui interdit d'héberger des malades. Les contrevenants sont passibles de deux ans de prison
. [15] »

Lundi 25 août, pire encore : le gouvernement du Libéria ordonne à ses soldats de "tirer à vue" sur les personnes qui chercheraient à passer la frontière, soit disant pour empêcher l'épidémie de se progager ! [16]
Ces réactions totalement excessives risquent de provoquer une vraie catastrophe humanitaire, bien plus grave que le virus Ebola lui-même.
Des mesures commencent également à être prises contre les Africains au niveau international :
«
Au niveau international, les citoyens de ces pays font l’objet d’une quarantaine de plus en plus stricte avec la fermeture des frontières, la suspension des vols de la plupart des compagnies aériennes qui les desservaient, le rapatriement des membres des familles du personnel diplomatique dans ces pays, l’annulation de conférences internationales, la délocalisation d’événements sportifs, etc
. » note Rue 89. [17]

En Corée, de véritables réactions racistes éclatent contre les Africains, interdits d'entrer dans certains magasins. [18]
Le mythe du passager infecté dans l'avion
À écouter les autorités et nos journalistes, on croirait qu'une épidémie de virus Ebola peut se déclencher à tout instant en Europe : il suffirait que débarque un Africain touché par la maladie arrivé par avion.
Cette hypothèse est parfaitement irréaliste. Elle ne traduit qu'une ignorance complète de ce qu'est réellement le virus Ebola.
Ne succombons ni à la psychose, ni à une forme de racisme qui ne dit pas son nom.
L'épidémie de virus Ebola ne sera correctement endiguée en Afrique que si toute violence et toute mesure répressive cesse. Qu'on laisse chaque patient être pris tranquillement en charge par un personnel ayant une formation médicale de base, et prenant les mesures d'hygiène évidentes.
N'envoyons ni cargaisons de vaccins en Afrique, ni médicaments. Cela ne servirait qu'à enrichir les laboratoires pharmaceutiques et à provoquer des dégâts bien plus graves par les effets secondaires de ces médicaments.
À votre santé !
Jean-Marc Dupuis


******************************
Publicités :

Attention danger : Vous avez au moins 3 chances sur 5 de mourir d’une « maladie du mode de vie » liée à l’alimentation, au manque d’activité ou au tabagisme. C’est le constat alarmant d’une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Mais vous avez aussi 80 % de chances d’éviter ces maladies voire de les guérir en adoptant certains réflexes simples et peut-être inconnus de votre médecin. Découvrez-les sans attendre dans cette vidéo.

Résistance : Libérez-vous des lobbies agro-alimentaires et pharmaceutiques grâce à Alternatif Bien-Être, le journal de référence de la santé naturelle, à découvrir dans cette vidéo (lien cliquable).

Découverte : Il aura fallu trois générations de médecins – chercheurs pour que ces traitements révolutionnaires vous soient enfin accessibles. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

******************************

Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction "transférer ce message" dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l'un des réseaux sociaux suivants :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bjr Aixur, je reviens sur le forum pour indiquer ce qui est d'actualité, apres deux années de non pise de médicaments ni pour le vih et pour le diabète par contre je me suis affilié a la médecine du Dr Rath en de novembre 2015 qui je l'avoue ma fait beaucoup de bien en un mois de prise de micronutriments. Ensuite n'ayant conclu la seconde commande de micronutriments pour le mois suivant, decembre 2015, je me suis attrapé une bronchite gripale avec une perte de poids parti de 120kg a 87 en un mois. Donc le 07 janvier 2016 ma famille observant mon etat affaiblit, m'accompagne voir un medecin. Les parametres sont les suivants: tension 15, température 40,glycemie 18 poids 87 kg. Hospitalisé pendant 3 jours, resultat apres examen srv: positive. Présence d'antigene anti vih 1 et vih 2, a ce jour, a confirmer par test Elisa. Je viens a nouveau soumettre le sujet au forum pour une lanterne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Ce qui est fortement possible, c'est que les micronutriments en question augmentent le taux de cortisol. Du coup, lors de l'arrêt, celui-ci est retombé soudainement. Or, quand le taux de cortisol est bas, il y a perte de poids parce que les cellules se vident de leur eau. Si vous étiez à 120 kg, à moins d'être un colosse, vous deviez avoir du poids en trop. Or, dans ce cas, on peut perdre très rapidement beaucoup de poids. En effet, les cellules graisseuses se vident plus vite de leur eau que le reste du corps. Donc, passer de 120 kg à 87 en un mois est tout à fait possible.

De la même façon, un taux de cortisol bas peut s'accompagner de bronchites, rhumes, grippe. Donc, la bronchite viendrait de là également.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Frustré007,

Je n'ai pas bien compris ton témoignage, apparemment ton épouse et toi avait été diagnostiqués séropositifs et êtes tous les deux sous arv et antibiotiques ?

J'ai trop de témoignage de couple serodiscordant pour croire à une quelquonque infection ou transmission du virus (même si cette assertion n'est pas une preuve en soi). Quel est ton opinion et ta femme qu'est qu'elle pense à propos du vih ?

Daddou parlait du moringa - je viens de le tester pour le "vih" et plusieurs parents pour le "diabete" - le résultat est là : (forte) hausse des cd4, protection du foie, regulation de la glycemie...etc

C'est une plante qu'on peut coupler avec d'autres (detarium, sorgho, curcuma,...selon les besoins) avec l'aide d'un tradipraticien.

Il y a même beaucoup de plantes contre le parasite qui donne le paludisme.

Je n'ai pas beaucoup de temps, je réecrirai plus tard.

De tout coeur avec toi,

Manou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bsr Manou,

En effet,diagnostiqués positifs tous les deux en 2013 et immediatement mis sous arv.ma femme n'ayant pas supporté le statut a continue son traitement aux cotes de sa famille depuis 2013.elle a ensuite subit une operation en rapport avec une hiernie discale je ne sais pour quelle raison. Nous sommes séparés a ce jour, elle avec traitement et mois sans depuis 2013. Elle pense que c'est une maladie de galère..

Pour la plante Moringa, je ne sais ou me la procurer au gabon,a Libreville.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant