Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

sepho    0

Bonjour,

je suis une jeune femme qui a une grosse inquiétude en ce moment. Je vous explique:
Je rencontre un premier homme début février et début mars. Je rencontre un deuxième homme début mars, fin avril.
Avec le premier homme: au cours de la première rencontre: pas de pénétration et au cours de la seconde rencontre il me fait un cunnilingus.
Avec le second homme: au cours de la première rencontre: pas de pénétration, au cours de la seconde rencontre il essaie de me pénétrer avec un préservatif mais on arrête parce que ça ne rentre pas vraiment (dû certainement à la grosseur). Seulement je suis en fin de menstrues (5ème jour), je ne saigne pas. Je prend une douche mais après en allant au toilette faire pipi, je saigne un peu.Ce dernier a beaucoup de liquide pré-séminal au cours des deux rencontres.
Ces deux hommes prétendent être vih négatif. En considérant que:
- ces deux hommes soient vih négatif ou un des deux hommes soit vih positif ou ces deux hommes soient vih positif?
Y a t'il eu des risques de contamination pour moi?
Voici ce que je ressent: la paume des mains rouges, mycose vaginale, ça démange par moment, ma langue est comme électrique, la toux, le rhume, un aphte, l'intérieur des joues est grumeleux, la langue me fait mal par moment, le palais aussi, un amaigrissement, des sueurs nocturnes, je fait des cauchemars, je me réveille en pleine nuit, je n'ai plus d'appétit, j'ai des fourmillements dans les jambes et aussi dans le dos, par moment je sens comme si mon sang bougeait que ce soit au niveau des bras ou des mollets, mal de ventre, ballonnement , mal à l'oreille gauche.Je ressent beaucoup de stress car j'ai déjà eu une mst.Je suis vraiment inquiète.

Je suis désolée de donner les détails car je pense que cela peut aider à mieux comprendre la situation.
Aidez-moi svp. Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
aixur    19

Même si on considère la théorie officielle, il n'y a pratiquement aucun risque que tu ais été contaminée.

Mais comme le VIH n'existe pas, il y a en fait zéro risque que tu ais été contaminée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Centurion    6

C'est surrement le stress que tu ressent . Ne t'en fais pas . Rassure toi en lisant les divers articles du forum et fait toi ta propre idee , tu verra au final que tu as peur de l'inexistant . Courage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alvaro    0

Salut

Tu pourrais juste avoir une infection de transmission sexuelle. Il faut surtout pas que tu penses qu'il s'agit du vih, il pourrait etre une syphilis par exemple. Tu devrais lires plus d'information concernant la dissidence. Voici un extrait de cet article implacable. Voici un extrait qui pourrait répondre à tes inquiétudes:

"L'étude de Padian et de ses collègues, incontestablement la plus longue et la meilleure de son genre, s'est étendue sur dix années au cours desquelles aucun effort ne fut épargné en vue de prouver que le "VIH" est transmissible par voie hétérosexuelle.(59) Cette étude comprend deux parties, l'une transversale et l'autre prospective. Dans la première, pour 360 femmes dont le partenaire masculin était infecté, "le risque moyen de transmission d'homme à femme fut estimé à 0,0009 par rapport sexuel" (c'est-à-dire 1 chance sur 1 111). Les facteurs de risque de séroconversion étaient : (i) les rapports anaux (Montagnier lui-même a montré que des personnes séropositives peuvent redevenir séronégatives et le nombre de leurs cellules T4 revenir à la normale par la simple cessation des rappports anaux, ce qui signifie que le passage à la séropositivité n'était pas due à un rétrovirus); (ii) le fait que le partenaire ait été contaminé par usage de drogues (Padian elle-même dit que ceci signifie que la femme fait probablement aussi usage de drogues par voie intraveineuse); (iii) la présence chez la femme de MST (maladies sexuellement transmissibles) car les anticorps des microbes qui les provoquent peuvent donner lieu à réaction croisée avec les protéines du "VIH".(31) Sur 82 hommes séronégatifs partenaires de femmes séropositives, deux seulement devinrent séropositifs. Padian et son équipe estimèrent que la probabilité de transmission de la femme à l'homme était 8 fois plus faible que pour la transmission de l'homme à la femme. Padian elle-même a émis des doutes sur les deux cas de séroconversion précités. Pour le premier, elle donna plusieurs explications en 1991 lorsque ce cas fut mentionné pour la première fois. Pour le second cas, elle attira l'attention sur la coïncidence frappante qu'il y avait entre la contamination par les chlamydia et le passage à la séropositivité."

Le lien complet : http://www.sidasante.com/themes/isolement/commentaire_montagnier_papadopulos.htm

Le début peut être un peu dense, mais intéressant. En tout cas tu pourrais passer directement au résumé de l articule de Montagnier lors de son entretien avec Djamel Tahi. Les commentaires de Papadopulos sont bien ilustrés et bien appuyés scientifiquement, et le plus importants, très clairs et facils à comprendre pour nous, profanes, et pas forcément ni médecins ni scientifiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alvaro    0

Plusieurs publications scientifiques expliquent l existance de plus de 70 conditions différentes documentées pouvant produire une réaction positive aux test de dépistage SANS POUR AUTANT infection par l´hypothétique VIH. Johnson 1993, 1995, 1996a,b; Hodgkinson 1996; Turner 1996, 1997/8; Shenton 1998; Papadopulos-Eleopulos et al 1993; Giraldo 1997d, 2000a; Giraldo et al 1999)

Voici un petit résumé de la liste établie notamment par Christine Johson des causes avérées produisants des FAUX POSITIFS (Quoique dire "faux positif" est une redondance...) aux textes des supposés anticorps du VIH. Je vous laisse les références pourque vous puissiez accéder aux études en détail et voir leurs démarches scientifiques.

- Présence naturel des anticorps polyespécifques (Barbacid et al 1989; Healey &Bolton 1993)

- Anticorps à anti-carbohidrates (Zinder & Fleissner 1989; Healey & Bolton 1993; CORDES & Ryan 1995).
- Anticorps avec bcp d'affinité par le polyestirène utilisés dans les flacons des tests. (Arnold et al 1994; Pearlman & Ballar 1994; Yoshida et al 1987)

- Anticorps HLA leucoytes antigènes type I et II Blanton et al 1987; Bylund 1992; CORDES & Ryan 1995; Profitt & Yen-Lieberman 1993; Sayers et al 1986;

- Vaccin contre l´hépatite B (Jackson et al 1988; Lee et al 1992;Pearlman & Ballas 1994; Profitt & Yen-Lieberman 1993).

- SYPHILIS (Bylund et al 1992; Fleming et al 1987; Moore et al 1986; Schleupner 1990; Schocheman & George 1992).

- MALARIA

-TUBERCULOSE (Kashala et al 1994).

-* Gripe (Ng 1991).

* Vaccination de la gripe (Arnold et al 1994; Challakere & Rapaport 1993; Cordes & Ryan 1995; Hsia 1993; MacKenzie et al 1992; Profitt & Yen-Lieberman 1993; Simonsen et al 1995).

* Herpes simple I (Langedijk et al 1992).
* Herpes simple II (Challakere & Rapaport 1993).
* Virus de Epstein-Barr (Ozanne & Fauvel 1988).
* Exposition à vaccin virique ou infection virique récente (Challakere & Rapaport 1993).

* Femmes enceintes (Cordes & Ryan 1995; Ng 1991; Profitt & Yen-Lieberman 1993; Steckelberg & Cockerill 1988; Ujhelyi et al 1989; Abbott 1997).
* Cancer (Pearlman & Ballas 1994).

* Infectiones víriques aiguëes, infections víriques de l'ADN (Cordes & Ryan 1995; Pearlman & Ballas 1994, Profitt & Yen-Liebereman 1993; Schleupner 1990; Steckelberg & Cockkerill 1988; Voevodin 1992).

* Trasplantation d'organes (Agbalika et ala 1992; Ng 1991).

* Maladie hepatique alcoolique (Bylund et al 1992; Cordes & Ryan 1995; Mendenhall eet al 1986; Pearlman & Ballas 1994; Schleupner 1990; Schochetman & George 1992; Steckelberg & Cockerill 1988).
* Protéines dans les kits utilisés para pour les tests (Cordes & Ryan 1995).
* D'autres retrovirus (Blomberg et al 1990; Cordes & Ryan 1995; Dock et al 1988;Schleupner 1990; Tribe et al 1988).

En conséquence, il y a un grand nombre croissant de conditions connues provoquant que les tests de VIH réagissent positivament en absence du VIH, c'est dire, des faux positifs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jibrail    27

Bonsoir,

Dans ces situations, il n'y a pas d'autres solution que de consulter pour tes symptômes. Ils peuvent ressembler à ceux d'une mononucléose infectieuse qu'on retrouve fréquemment en cas de primo-infection avec le virus d'Epstein-Barr. C'est bénin, extrêmement fréquent, mais ça met à plat pour quelques temps. Cela peut aussi être plein d'autres choses, et c'est pour ça qu'il est impératif de consulter et de traiter.

S'il n'y a pas eu pénétration non protégée, d'un point de vue officiel, il ne s'est strictement rien passé concernant le supposé VIH et ce n'est même pas la peine d'imaginer qu'un cunnilingus puisse être une pratique "à risque" même de leur point e vue. Par contre, ça suffit pour échanger pas mal de fluides intimes voire quelques germes (comme le virus d'Epstein-Barr) qui peuvent causer le type de réaction que tu as connu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sepho    0

Bonjour,

merci pour toutes vos réponses. Vous êtes vraiment sympas de m'aider, de m'éclairer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Olivier92    1

Répondu à ta question sur MP.

Je confirme: le HIV n'existe pas, il suffit de rester plusieurs mois à Pattaya pour s'en persuader.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×