Jardinier

Fiabilité des technologies de comptage des T4

6 messages dans ce sujet

Je viens de mettre un post dans un autre fil et le remets ici pour qu'il ne disparaisse pas du sommaire toute de suite :

A mon tour de dire merci à Aixur pour avoir inséré ci-dessus le lien vers la compilation :

Citation

Pour le pourcentage de cd4 présents dans le sang, je viens de mettre des références dans sur la page de compilation concernant les cd4. Même si on peut trouver des références par ailleurs sur Internet, ça manquait. http://www.sidasante...compilation.htm

Sur cette page, on trouve un lien vers un dossier en anglais, The alchemy of flow citometry - http://www.omsj.org/...-flow-cytometry

C'est un dossier très intéressant, auquel à mon avis on n'a pas toujours prêté assez d'attention, car il montre que, de même que le principe et l'usage des tests, les technologies de comptage des CD4 posent de nombreux problèmes de fiabilité (outre le fait que la localisation des CD4 en soi fasse problème). En résumé, il n'y a pas de réel contrôle au niveau légal et des autorités sanitaires de la standardisation des technologies utilisée en raison de divers conflits d'intérêt. conséquence, en pratique, la variabilité des résultats fournis est très importante. A tel point qu'à plusieurs reprises des technologies mises en circulation par divers fabricants ont dû être retirées par les autorités fournissant des agréments. Voici la partie du dossier qui évoque tous ces aspects. Comme disait la chanson, "Traducteurs, traduisez"....

Citation

FLOW CYTOMETRY

A careful reading of the medical and scientific journals establishes little correlation between CD4 cells and HIV. In one report, NIAID Director Anthony Fauci explained:

Although most studies necessarily focus on HIV infection of peripheral-blood mononuclear cells, the lymphocytes that are in the peripheral blood at any given time represent only about 2 percent of the total lymphocyte pool, most of which is in the lymphoid organs. Hence, in certain pathologic processes involving lymphoic cells, the peripheral blood may not accurately reflect the status of disease. Specific immune responses are generated predominantly in lymphoid organs rather than in the peripheral blood.”

By analogy, the absence of policemen at a city park does not necessarily mean that the park is unsafe. The park may be safer than a disturbance where policemen are found in larger numbers. While the overall numbers of policemen won’t change in a city, their deployment depends upon when and where they are needed.

Several years later, Fauci added:

“…the primary mechanisms of CD4+T cell depletion in vivo remain unclear; there is no direct evidence that HIV is cytopathic in vivo, despite the fact that cytopathicity can be readily demonstrated in the artificial milieu of culture.”

Some researchers have identified numerous subsets of CD4 cells, while others have found that low T-cell numbers are routinely found among life insurance applicants and African populations. Others have found viral load and flow cytometry equally dubious.

The aggregate CD4+T cell count is measured by a process known as flow cytometry – a measurement of characteristics of single cells suspended in a flowing saline stream moving through a beam of light. Many scientific procedures involve obtaining measurements as average values for the whole population, which differs from flow cytometric analysis measurements that are made on individual particles within the suspension.

Additionally, several parameters can be measured on tens of thousands of individual cells within a few minutes: relative size, relative granularity or internal complexity, and relative fluorescence intensity. Any suspended particle or cell from 0.2-150 micrometers in size is suitable for analysis. The noted characteristics are determined using an optical-to-electronic coupling system that records how the cell or particle scatters incident laser light and emits fluorescence.

However, flow cytometry has numerous intrinsically fatal shortcomings:

· While the observed cell stream is three dimensional, the scatter pattern that is generated on computer print-out of the cellular density stream is measured in two dimensions.

· The ability to identify live individual cells of a particular type from dead cells, clumps of cells and debris by a process known as gating is limited by the training and expertise of the observer-technician.

· There are no established standards for the technology of operators. Procedures vary between each technician and lab.

· All FDA-approved flow cytometry devices are based upon “predicate devices” technologies that were marketed before May 28, 1976.

· Researchers claim that the distinguishing characteristics of live individual cells from dead cells and debris can be accurately preserved following paraformaldehyde fixation (which kills all of the cells).

A flow cytometer is comprised of three main systems: fluidics, optics and electronics.

1. The fluidics system transports particles in a stream to the laser beam for interrogation.

2. The optics system consists of lasers to illuminate the particles in the sample stream and optical filters to direct the resulting light signals to the appropriate detectors.

3. The electronics system converts the detected light signals into electronic signals that can be processed by a computer. For some instruments equipped with a sorting feature, the electronics system is also capable of initiating sorting decisions to charge and deflect particles.

Flow cytometry evolved from the development of several fields: microscopy; dye chemistry; electronics; and computers. It was the fusion and advances of these diverse technologies that allowed for the evolution of flow cytometry.

Modern flow cytometry started at the Los Alamos National Laboratories in New Mexico and entered the marketplace by the mid-1970s. After scientists alleged in 1984 that HIV was killing CD4+T cells, researchers developed an advancement they called immunophenotyping.

Immunophenotyping is the analysis of heterogeneous populations of cells for the purpose of identifying the presence and proportions of the various populations of interest. Antibodies are used to identify cells by detecting specific antigens expressed by these cells, which are known as markers. These markers are usually functional membrane proteins involved in cell communication, adhesion, or metabolism. Immunophenotyping using flow cytometry has become the method of choice in identifying and sorting cells within complex populations and is used extensively in the diagnosis and management of AIDS. However, as noted above, the CD4+T cell population is not uniform and the nature of the Th1/Th2 shift has more to do with the development of AID than the aggregate decline of these cells.

FROM RESEARCH TO JUNK SCIENCE

In 1972, Congress established the Office of Technology Assessment (OTA) to serve the legislative branch as an independent source of information and analysis about complex scientific and technical issues. OTA construed health technology broadly, including “all elements of medical practice that are knowledge-based, including hardware (equipment and facilities) and software (knowledge skills)… the set of techniques, drugs, equipment, and procedures used by health care professionals in delivering medical care to individuals and the systems within which such care is delivered.”

By 1978, the OTA produced a shattering report on the state of scientific medicine, Assessing the Efficacy and Safety of Medical Technologies. The report stated:

Evidence indicates that many technologies are not adequately assessed before they enjoy widespread use… Many technologies which have been used extensively have later been shown to be of limited usefulness”…and ” … only 10 to 20 percent of all procedures currently used in medical practice have been shown to be efficacious by controlled trial.”

The report implied that 80% to 90% of all routinely-performed procedures are unproven – a conclusion that implicates the technology of flow cytometry that uses immunophenotyping to identify antigen markers on various cell populations.

The U.S. News and World Report issue of 23 November 1987 raised further questions about HIV tests:

With public health officials and politicians thrashing out who should be tested for HIV, the accuracy of the test itself has been ignored. A study last month by the Congressional Office of Technology Assessment found that HIV tests can be very inaccurate indeed. For groups at very low risk – people who do not use IV drugs or have sex with gay or bisexual men – 9 in 10 positive findings are called false positives, indicating infection where none exists.”

OTA’s warning continues to be ignored by the medical and scientific communities and the politicians, agencies and regulators that enable them.

In 1996, Congress disbanded the OTA, leading to the systematic deregulation of the various medical technology industries. The U.S. Supreme Court sealed the fate of future scientific transparency by ruling in favor or corporate interests in the Citizens United v. Federal Election Commission (2010).

The OTA’s demise closed a low-budget item that gave Americans too much information to make informed choices. It paved the way for the establishment of a medical and scientific knowledge monopoly that is now permeated by corruption and fraud (junk science).

As a result, the “AIDS industry” continues to use unproven technologies like flow cytometry to diagnose, alarm, and treat healthy people with toxic and expensive drugs that are designed to make them sick (see video).

Fundamental issues regarding the limitations of flow cytometry technology and the propriety of its use in the diagnosis of acquired immune deficiency have never been addressed:

· Proof that an exogenous virus uniquely attacks CD4+T cells and is cytopathic (see above discussion). Further, the relationship of the Th1/Th2 balance shift in the CD4+T cell population has been ignored.

· Reproducibility – samples drawn concurrently from one subject should deliver the same results in every machine and laboratory that receives those specimens.

Police officers have successfully used gas chromatography (GC) in the enforcement of drunk driving laws for many years. When properly operated, a functional and calibrated BreathalyserTM not only measures blood alcohol levels in breath samples accurately (sensitivity), but they can reliably differentiate between subjects that have – and have not – consumed alcohol (specificity).

Police officers also use RADAR to enforce basic speed laws. But like GC, officers do not rely upon RADAR devices to enforce laws. Instead, officers rely upon their training and expertise to estimate intoxication and velocities. Once they develop articulable facts that indicate impairment or an unsafe speed, they use GC and RADAR to confirm what their training, expertise and observations initially tell them.

Unlike GC and RADAR, flow cytometry manufacturers compensate for their inaccuracies by inventing proprietary algorithms to report spurious and unreliable cell counts. There is no reliable method for counting standardization for products and operators, and the substantial deviations in technical competency and quality control of test samples between labs render these tests wholly unreliable. Clinicians simply order blood draws and presume that lab results are accurate and meaningful. Clinicians who receive kickbacks from labs and drug companies have little incentive to question results of their asymptomatic patients.

This protocol is akin to policemen who stop 35 mph motorists because their RADAR device captured a 90mph reading. But while police agencies would train or terminate such derelict employees, this practice – when applied to biological testing and flow cytometry – is considered the “medical standard of care.”

Flow cytometry employs two techniques to count cells:

· Dual Platform Systems – One component determines cell concentrations, while the second determines the relative number of CD4 and CD8 cells. Unless these two components count a common parameter, dual platform systems cannot accurately correlate the results.

· Single Platform Systems – These platforms are especially designed to count the absolute numbers of antibody-labeled cells. These devices are equipped with multiple sample loader, programming facility and computer support, which removes the need for using two different machine to determine the concentration of CD4 and CD8 cells.

The variability of results when comparisons are made between these two counting systems has been shown to be as high as 56%.

· Standardization – HHS, CDC, NIH and FDA have failed to produce meaningful guidelines for quality control, quality assurance or quality of test reagents.

Flow cytometric immunophenotyping is a relatively new technology that is highly complex, involves multiple components and procedures, and has numerous points for measurement vulnerability. As the technology moved from research laboratories to clinical laboratories, the need for standardization increased. In response to that need, guidelines addressing aspects of the CD4+T lymphocyte testing process – in particular, quality control, quality assurance, and consistency of reagents for immunophenotyping of lymphocytes were developed. (National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID)/AIDS Clinical Trial Group: Guidelines for hematologic and low cytometric analysis of ACTG specimens, 1992).

To assure the accuracy and reliability of CD4+T cell test results obtained within individual laboratories and to attempt to assure comparability of results between laboratories, the CDC established a list of standard methods for performing the test, as well as guidelines for quality control and quality assurance. The CDC’s recommendations for flow cytometry apply to laboratory safety, specimen collection, specimen transport, maintenance of specimen integrity, specimen processing, flow cytometer quality control, sample analyses, data analysis, data storage, data reporting and quality assurance.

As can be seen, there are multiple steps in this process, any of which that if violated can lead to a substantial alteration in the test results:

1. Blood collection: The type of vial, the time of day and the temperature at which the specimen is handled can all have an effect on test results. CD4+T cell counts are known to be higher in the afternoon than in the morning – a result of the response to the diurnal variation in steroid production from the adrenal gland.

2. Specimen transport: Was the specimen maintained at room temperature? If the specimen is too hot or too cold, cellular destruction might occur. This can be a major problem for transporting of the specimen outside of the collection facility.

3. Specimen Integrity: When the specimen was received, was it too hot or too cold? Was the blood hemolyzed or frozen? Are there visible clots? Has the specimen been received > 72 hours after collection? If so, the specimen must be rejected.

4. Specimen processing: The test should be run within 48 hours, but no later than 72 hours after drawing the blood. Procedures that must be followed:

5. Gently rocking blood for 5 minutes to ensure uniform sample

6. Pipetting accurate blood volumes; vortex sample tubes to mix the blood and reagents and break up cell aggregates

7. Quality and type of reagent used

8. Incubating tubes in dark during staining procedure

9. A lyse/no wash method which requires following manufacture directions (each manufactures has a different set of directions and a different counting algorithm)

10. An immediate capping and storing all stained samples in the dark under refrigeration until flow cytometric analysis is performed.

11. It is advised that the specimens be stored no more than 24 hours unless the laboratory can demonstrate that scatter and fluorescence patterns do not change for specimens stored for longer periods.

12. Machine calibration: Variations in absolute lymphocyte counts obtained by different automated cell counters exposes another problem. A review of four widely used automated counters indicate that analytic variability in the absolute lymphocyte counts due primarily to method variability, is significant and larger than the variability typically observed on inter-laboratory trials of relative CD4+T cell counts. These method biases cannot easily be reduced by calibration, since the cell classification algorithms are built in features of the various counters.

As can be seen, the process of flow cytometry using immunophenotyping requires not only a sophisticated level of technical skill, but a chain of delivery and processing events that is probably difficult to replicate from lab to lab, but also to substantiate. One study found errors of 18% and 35% of absolute CD4+T cell count, while another study found the inter-laboratory variability so significant that it led to conflicting treatment recommendations.

PRODUCT RECALLS

Since 2004, the FDA has issued 66 recalls of flow cytometry products, devices, components and computer software.

Examples:

COMPANY: BD Biosciences

PRODUCT: FACSDiva Software

REASON: When data file containing one or no fluorescence (SIC) parameters is exported, the software will automatically apply compensation to this file and all subsequently exported files.

UNITS: 1074, US and worldwide distribution

COMPANY: Quantimetrix Synovialscopics

PRODUCT: Synovial Fluid Control

REASON: This recall was initiated due to efficacy concerns with the stabilized erythrocytes, leukocytes and lymphocytes contained in this product group

UNITS: 24,937 Nationwide distribution

COMPANY: Cytosol Opthalmics

PRODUCT: ShellGell Sodium Hyaluronate 0.8mL syringe, 12 mg/ml.

REASON: Product sterility may be compromised due to incomplete heat seals in the cannula pouches that are included with the viscoelastic syringe.

UNITS: 3,720 California and North Carolina

COMPANY: Beckman Coulter, Inc.

PRODUCT: Cyto-Stat/Coulter Cone B6-RD

REASON: Diminished expression on B-cell population when drawn in EDTA tubes, which may lead to inaccurate interpretation of phenotype results

UNITS: 1053 Nationwide and Canada

The FDA has issued numerous warning letters to PointCare Technologies, a leading developer and producer of flow cytometry products. In its latest warning letter dated 14 June 2011, the FDA cited PointCare’s repeated and unresolved problems with their testing equipment, reagents and manufacturing facilities:

“…two of these three lots failed the specifications for osmolality and optical density (OD)… devices are adulterated… their manufacture, packing, storage, or installation are not in conformity with the Current Good Manufacturing Practice (CGMP) requirements… did not perform adequate stability studies after changing the packaging of CD4NOW Gold Reagent to determine an accurate shelf-life for the product… functional performance of the gold pack was not acceptablefailed to provide scientific justification for performing gold functional testing on only one vial per lot… Failure to establish, maintain, and implement a corrective and preventative action procedure… due to an AC chargingcable/adapter bursting into flames while service personnel charged the unit… Failure to have quality audits conducted by an individual that does not have direct responsibility over the matters being audited…” (emphasis added)

THE MARKETING OF JUNK SCIENCE

Of the 66 aforementioned recalls and warning letters, FDA complaints were issued for failures that typically result in low CD4 counts. For agencies that need low counts to claim high HIV infection rates e.g. revenues (and for clinicians who accept kickbacks and bribes from companies like Bristol-Myers Squibb [bMS] and Gilead Sciences), flow cytometry helps clinicians justify the unnecessary delivery of toxic HAART therapies to healthy patients.

Flow cytometry is especially helpful in places like Africa, where mining companies routinely dump toxins and heavy metals into waterways.

One company is Kilembe Mines Limited, which is trying to sell an operation that has polluted the environment and water supplies of southwestern Uganda since 1956. Because foreign investors are reluctant to assume liability that comes with the purchase of toxic waste dumps, clinics and medical devices that blame pollution-caused ailments on HIV offer significant advantages to prospective investors.

According to this report, the Uganda Catholic Medical Bureau (UCMB) has distributed drugs in this area for 30 years.

In an effort to “scale up access to antiretroviral therapy…” UCMB advised that “treatment procedures and the monitoring of clients are simplified so that lower cadres of health workers can be trained to carry out some of the simpler functions… (of HIV testing, diagnosis and treatment).”

Gloria Kakuru of the Baylor University’s International Pediatric AIDS Initiative (BIPAI) explains how PointCare Now helps these “clinicians” diagnose HIV in the area surrounding the Kilembe mines – claiming that the device is superior because it justifies earlier initiation of HAART medication in adults and children:

These inflated misdiagnoses are then used by agencies like UNAIDS, the World Health Organization (WHO) and drug companies like Bristol-Myers Squibb (BMS), GlaxoSmithKline, Merck (and others) to push deadly HIV drugs – usually attaxpayer expense.

Although labs continue to use PointCare Now and its CD4 Gold reagents, the recent FDA warning letters do not appear on the PointCare website or in any of these marketing materials – nor is there any evidence that PointCare, clinical laboratories or advertisers made any attempt to contact patients who are misdiagnosed by the faulty equipment and protocols, poisoned by HAART medications or criminally convicted for having sex.

RELIABILITY

Dr. Marion Joppe describes “The Research Process” this way:

“The extent to which results are consistent over time and an accurate representation of the total population under study is referred to as reliability. In other words, if the results of a study can be reproduced under a similar methodology, then the research instrument is considered to be reliable.”

Theoretically, reliable tests should deliver the same results no matter how many times it is applied to random members of the same target groups.

Because of the failure to conduct population studies that would have helped researchers understand CD4+ variability with age, sex, race, time of day or health status; along with the lack of standardization, the reliability of the HIV test results of the absolute CD4+ T cell value by flow cytometry is, at best, wholly unreliable.

While caution must be exercised in the interpretation of unreliable results, this has not been emphasized by the CDC. White blood cell counts can vary substantially from day to day and may account for shifts of as much as 50 to 150 in normal adults, although the degree of this change may be less in individuals with lower CD4 counts. Also substantial variability exists from laboratory to laboratory; those that do not perform cell count procedures frequently – or do not have quality assurance programs – can be expected to produce inaccurate test results. Compounding this problem, an extended delay of more than 48 hours between the time of sampling and actual specimen processing will result in inaccurate values. Therefore, if a laboratory does not perform the test on a daily basis, or if, for example, blood is drawn on Friday and processed on Monday, the test results may be inaccurate. Another common source of inaccuracy is refrigeration of the blood sample.

Because caution conflicts with their ongoing social marketing campaigns, the CDC ignores the known science of CD4+T cell subsets, the Th1/Th2 dual strategy of the immune system, the function of nitric oxide in cell mediated immunity and the possibility for reversal of this immune imbalance with inexpensive nutracuticals, antioxidants and detoxification.

During the two years of its involvement in HIV-related criminal cases and its review of medical and laboratory records, OMSJ has found no evidence that US laboratory facilities exercise caution in the use of flow cytometry equipment or have met any of the CDC’s recommended standards. Instead, laboratories shroud their operations in secrecy, which is only exposed when laboratories like Quest Diagnostics pay $241 million in fines for fraud and kickbacks or $302 million for illegally marketing misbranded diagnostic equipment.

Given these findings, there is no credible evidence that HIV is responsible for the decrease in CD4+T cells in acquired immune deficiency or that a decrease in CD4+T cells is a unique finding in people who are HIV+: Nor is there any credible evidence that the current usage of flow cytometry technology is justified as a diagnostic therapeutic tool in the current HIV/AIDS paradigm. Unfortunately, it is unlikely that clinicians will abandon these voodoo technologies anytime soon.

Voir aussi ce lien fourni sur la même page : http://www.omsj.org/...n/gotzsche16mar - Il présente un livre paru en 2013, titre en français : "Médecine mortelle et crime organisé". C'est une étude concernant l'Europe et les USA, qui a été signalée par la très officielle revue The lancet...

Modifié par Jardinier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Article complètement essentiel. Merci de l'avoir mis ici.

C'est vraiment énorme. Jusque là, on n'avait quasiment rien pour remettre en cause la cytométrie de flux et donc le comptage du taux de cd4. Là, ça apporte des arguments cruciaux.

Je viens de finir de le traduire. Je vais mettre la traduction ici, et aussi sur le site.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'alchimie de la cytométrie de flux




Une lecture attentive des revues médicales et scientifiques établit peu de corrélation entre les cellules CD4 et le VIH. Dans un rapport, le directeur du NIAID, Anthony Fauci a expliqué :

"Bien que la plupart des études portent nécessairement sur l'infection par le VIH des cellules mononucléaires du système sanguin, les lymphocytes qui sont dans le système sanguin à un moment donné ne représentent qu'environ 2 pour cent de l'ensemble des lymphocytes, la plupart de ceux-ci se trouve dans les organes lymphatiques. Ainsi, dans certains processus pathologiques impliquant des cellules lymphatiques, le système sanguin peut ne pas refléter exactement l'état de la maladie. Les réponses immunitaires spécifiques sont générés en majorité dans les organes lymphatiques, plutôt que dans le système sanguin".

Par analogie, l'absence de policiers dans un parc de la ville ne signifie pas nécessairement que le parc est dangereux. Le parc peut être plus sûr que lors d'une situation perturbée où les policiers se trouvent en plus grand nombre. Bien que le nombre total de policiers ne change pas dans une ville, leur déploiement dépend de quand et où ils sont nécessaires.


Plusieurs années plus tard, Fauci a ajouté :

"... Les principaux mécanismes de déplétion des cellules T CD4+ in vivo restent flous ; il n'y a pas de preuve directe que le VIH est cytopathique in vivo, malgré le fait que la cytopathicité peut être facilement démontrée dans un milieu de culture artificiel".

Certains chercheurs ont identifié de nombreux sous-ensembles de cellules CD4, tandis que d'autres ont trouvé qu'un faible nombre de cellules T se trouve régulièrement parmi les souscripteurs d'assurance-vie et les populations africaines. D'autres considèrent que la charge virale et la cytométrie sont aussi douteuses l'une que l'autre.

Le nombre total de cellules T CD4+ est mesuré par un procédé appelé cytométrie de flux - une mesure des caractéristiques des cellules individuelles en suspension dans un courant de solution saline se déplaçant à travers un faisceau de lumière. Beaucoup de procédures scientifiques impliquent d'obtenir des mesures considérées comme étant des valeurs moyennes pour l'ensemble de la population, ce qui diffère des mesures de cytométrie de flux faites sur des particules individuelles dans une suspension.

En outre, plusieurs paramètres peuvent être mesurés sur des dizaines de milliers de cellules individuelles en quelques minutes : la taille relative, la granularité relative ou la complexité interne, et l'intensité de fluorescence relative. Toute particule en suspension ou cellule de 0,2 à 150 micromètres peut être sujette à cette analyse. Les caractéristiques indiquées sont déterminées en utilisant un système de couplage optique-électronique qui enregistre la façon dont la cellule ou la particule disperse la lumière laser incidente et émet une fluorescence.

Cependant, la cytométrie en flux a de nombreuses lacunes intrinsèques fatales :

  • Alors que le flux de cellule est observée en trois dimensions, le motif de dispersion du flux de densité cellulaire qui est affiché sur l'ordinateur est mesurée en deux dimensions.
  • La capacité à différencier les cellules individuelles vivantes d'un genre particulier, des cellules mortes, amas de cellules et débris par un procédé connu sous le nom de "gating" est limitée par la formation et l'expertise du technicien qui analyse le résultat.
  • Il n'y a pas de normes établies pour les méthodes utilisées par les opérateurs. Les procédures varient entre chaque technicien et laboratoire.
  • Tous les dispositifs de cytométrie de flux approuvés par la FDA sont basés sur des technologies "predicate device" qui ont été commercialisées avant le 28 mai 1976. (note d'Aixur : pour disposer d'une autorisation de mise sur le marché aux USA, un dispositif médical doit pouvoir être comparé à un "dispositif équivalent de référence", ie. le "predicate device". Donc ici, les dispositifs de cytométrie de flux mis sur le marché ont été comparés à des dispositifs équivalents datant d'avant 1976)
  • Les chercheurs affirment que les caractéristiques qui différencient les cellules vivantes des cellules mortes et des débris peuvent être conservées précisément après la fixation dans le paraformaldéhyde (qui tue toutes les cellules).

Un cytomètre de flux est composé de trois systèmes principaux : fluidiques, optiques et électroniques.

1) Le système fluidique transporte des particules dans un flux vers le faisceau laser pour analyse.

2) Le système optique est constitué de lasers afin d'éclairer les particules présentes dans le courant, et de filtres optiques pour diriger les signaux lumineux résultant vers des détecteurs appropriés.

3) Le système électronique convertit les signaux lumineux détectés en signaux électriques qui peuvent être traités par ordinateur. Pour certains instruments équipés d'un dispositif de tri, le système électronique est aussi capable d'initier des décisions de tri pour charger et dévier les particules.

La cytométrie de flux a évolué à partir du développement de plusieurs champs scientifiques : la microscopie, la chimie des teintures, l'électronique, et les ordinateurs. C'est la fusion et les progrès de ces diverses technologies qui ont permis l'évolution de la cytométrie de flux.

La cytométrie de flux moderne a commencé dans les Laboratoires Nationaux de Los Alamos au Nouveau-Mexique et a fait son entrée sur le marché au milieu des années 1970. Après que les scientifiques aient affirmé en 1984 que le VIH tuait les cellules T CD4+, les chercheurs ont développé un progrès qu'ils ont appelé immunophénotypage.

L'immunophénotypage est l'analyse des populations hétérogènes de cellules à des fins d'identification de la présence et des proportions des différentes populations d'intérêt (note d'Aixur : la définition de Wikipédia est un peu plus claire : technique de cytométrie de flux qui permet, grâce à des anticorps spécifiques, la détection de sous-types cellulaires au sein d'une population hétérogène). Les anticorps sont utilisés pour identifier des cellules par détection d'antigènes spécifiques exprimés par ces cellules, autrement appelés marqueurs. Ces marqueurs sont généralement des protéines membranaires fonctionnelles impliquées dans la communication cellulaire, l'adhérence, ou le métabolisme. L'immunophénotypage par cytométrie de flux est devenu la méthode de choix dans l'identification et le tri des cellules au sein de populations complexes et est largement utilisé dans le diagnostic et le traitement du sida. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, la population de cellules T CD4+ n'est pas uniforme et la nature du changement du rapport Th1/Th2 a plus à voir avec le développement du Sida que de la baisse globale du nombre de ces cellules.


DE LA RECHERCHE À LA JUNK SCIENCE


En 1972, le Congrès a créé l'Office of Technology Assessment (OTA) afin de servir le pouvoir législatif comme source indépendante d'information et d'analyse sur les questions scientifiques et techniques complexes. L'OTA a analysé les technologies de la santé de façon extensive ; ce qui inclue : "tous les éléments de la pratique médicale qui sont basés sur la connaissance ; le matériel (équipements et installations) ; et les logiciels (knowledge skills) ... l'ensemble des techniques, des médicaments, de l'équipement et des procédures utilisées par les professionnels de la santé dans la prestation de soins médicaux aux personnes et les systèmes dans lesquels de tels soins sont délivrés".

En 1978, l'OTA a produit un rapport fracassant sur l'état de la médecine scientifique, qui évaluait l'efficacité et la sécurité des technologies médicales. Selon ce rapport :

"Les données indiquent que de nombreuses technologies ne sont pas correctement évaluées avant qu'elles ne soient utilisées à grande échelle... De nombreuses technologies qui ont été largement utilisées ont montré plus tard qu'elles étaient d'une utilité limitée" ... et "... seulement 10 à 20 pour cent de toutes les procédures actuellement utilisées dans la pratique médicale ont été montré comme étant efficace par essai contrôlé ".

Le rapport laisse entendre que 80% à 90% de toutes les procédures effectuées régulièrement-ne sont pas prouvées - une conclusion qui concerne la technologie de cytométrie de flux qui utilise un immunophénotypage afin d'identifier des marqueurs antigéniques sur différentes populations cellulaires.

La question du journal U.S. News and World Report du 23 Novembre 1987 a soulevé de nouvelles questions sur les tests VIH:

"Avec les fonctionnaires de la santé publique et les politiciens essayant de décider qui doit être testé pour le VIH, la précision du test lui-même a été ignorée. Une étude publiée le mois dernier par le Congressional Office of Technology Assessment a constaté que les tests VIH peuvent être très imprécis en effet. Pour les groupes à risque très faible - les personnes qui ne consomment pas de drogues intraveineuses ou n'ont pas des relations sexuelles avec des hommes gais ou bisexuels - 9 à 10 résultats positifs sont des faux positifs, indiquant une infection alors qu'il n'y en a pas ".

L'avertissement de l'OTA continue d'être ignoré par les communautés médicales et scientifiques, ainsi que par les politiciens, les agences et les organismes de réglementation qui leurs fournissent les autorisations.

En 1996, le Congrès a dissous l'OTA, conduisant à la dérégulation systématique des diverses industries de technologie médicale. La cour suprême américaine a scellé le sort de la transparence scientifique en statuant en faveur des intérêts des entreprises dans le Citizens United v. Federal Election Commission (2010).

La fermeture de l'OTA a mis fin à une organisation à faible budget qui donnait aux américains trop d'informations leur permettant de faire des choix éclairés. Elle a ouvert la voie à la création d'un monopole de la connaissance médicale et scientifique qui est maintenant imprégnée par la corruption et la fraude (junk science).

En conséquence, "l'industrie du SIDA" continue d'utiliser des technologies non éprouvées comme la cytométrie de flux, afin de diagnostiquer, d'alarmer, et de traiter des personnes en bonne santé avec des médicaments toxiques et coûteux qui sont conçus pour les rendre malade (voir la vidéo).

Des questions fondamentales concernant les limites de la technologie de cytométrie de flux et le bien-fondé de son utilisation dans le diagnostic d'immunodéficience acquise n'ont jamais été prises en compte:

  • La preuve qu'un virus exogène attaque uniquement les cellules T CD4+ et est cytopathique (voir discussion ci-dessus) (note d'Aixur : autrement dit, qu'il a un effet pathogène sur les cellules). En outre, la relation du changement dans le rapport Th1/Th2 dans la population de cellules T CD4+ a été ignorée.
  • La reproductibilité : des échantillons prélevés en même temps chez un sujet devraient fournir les mêmes résultats dans chaque machine et chaque laboratoire qui reçoit ces spécimens.

Les policiers ont utilisé avec succès la chromatographie en phase gazeuse (GC) dans l'application des lois sur la conduite en état d'ébriété pendant de nombreuses années. Lorsqu'il est utilisé correctement, un BreathalyserTM fonctionnel et étalonné mesure non seulement le taux d'alcool dans le sang dans des échantillons d'haleine de façon précise (sensibilité), mais il peut différencier de façon fiable les sujets qui ont - et n'ont pas - consommé de l'alcool (spécificité).

Les agents de police utilisent également le radar afin de faire respecter les limitations de vitesse. Mais de même que pour la chromatographie en phase gazeuse, les agents ne se reposent pas sur les dispositifs radar afin d'appliquer les lois. Au lieu de ça, les policiers se basent sur leur formation et leur expertise pour estimer l'intoxication à l'alcool et les vitesses. Une fois qu'ils ont développé un argumentaire construit qui démontre une déficience ou une vitesse dangereuse, ils utilisent alors la chromatographie et le radar pour confirmer ce que leur formation, leur expertise et les observations leur indiquaient initialement.

Contrairement à la chromatographie et au radar, les fabricants d'appareils de cytométrie de flux compensent leur imprécision en inventant des algorithmes propriétaires qui donnent des comptages de cellules faux et non fiables. Il n'existe pas de méthode fiable pour compter, ni de standardisation des produits et des opérateurs ; et les écarts importants dans les compétences techniques et le contrôle de qualité des échantillons entre les laboratoires rendent ces tests totalement non fiables. Les cliniciens commandent simplement des prélèvements sanguins et présument que les résultats du laboratoire sont exacts et significatifs. Les cliniciens qui reçoivent des ristournes de laboratoires et d'entreprises pharmaceutiques ne sont guère incités à remettre en question les résultats de leurs patients asymptomatiques.
Ce protocole est semblable à des policiers qui arrêtent des automobilistes qui roulent à 35 mph (miles par heures) parce que leur dispositif radar a enregistré une vitesse de 90 mph. Mais alors que les services de police formeraient ou licencieraient ces employés négligents, cette pratique - lorsqu'elle est appliquée à des tests biologiques et à la cytométrie de flux - est considérée comme la "norme médicale".
La cytométrie de flux utilise deux techniques pour compter les cellules :

o Les systèmes à double plate-forme - Un élément détermine les concentrations de cellules, tandis que le second détermine le nombre relatif de cellules CD4 et CD8. En dehors du cas où ces deux composants comptent un paramètre commun, les systèmes à double plate-forme ne peuvent pas faire correspondre précisément les résultats.

o Les systèmes à simple plate-forme - Ces plateformes sont spécialement conçues pour compter le nombre absolu d'anticorps marqués. Ces appareils sont équipés de multiples chargeurs d'échantillons, de possibilités de programmation, et d'aide informatique, ce qui supprime la nécessité d'utiliser deux machines différentes pour déterminer la concentration des CD4 et CD8.

La variabilité des résultats lorsque des comparaisons sont faites entre ces deux systèmes de comptage a pu atteindre 56 %.

o La standardisation - le HHS, le CDC, le NIH et la FDA ont échoué à produire des recommandations significatives concernant le contrôle de qualité, l'assurance qualité, ou la qualité des réactifs.


L'Immunophénotypage par cytométrie de flux est une technologie relativement nouvelle qui est très complexe, implique de multiples composants et procédures, et a de nombreux points de vulnérabilité concernant la mesure. Comme la technologie est passée des laboratoires de recherche aux laboratoires cliniques, la nécessité d'une standardisation s'est accrue. En réponse à ce besoin, des recommandations portant sur divers aspects du processus de test des lymphocytes T CD4+ (en particulier, le contrôle de qualité, l'assurance qualité et l'homogénéité des réactifs) pour l'immunophénotypage des lymphocytes ont été publiées. (National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID)/AIDS Clinical Trial Group: Guidelines for hematologic and low cytometric analysis of ACTG specimens, 1992).

Pour assurer l'exactitude et la fiabilité des résultats des tests de cellules T CD4+ obtenus dans différents laboratoires et tenter d'assurer la comparabilité des résultats entre laboratoires, le CDC a établi une liste des méthodes de référence pour la réalisation du test, ainsi que des recommandations pour le contrôle de qualité et l'assurance qualité. Les recommandations du CDC pour la cytométrie de flux s'appliquent à la sécurité en laboratoire, la collecte de l'échantillon, le transport de l'échantillon, le maintien de l'intégrité de l'échantillon, le traitement de l'échantillon, le contrôle de qualité de la cytométrie de flux, les analyses de l'échantillon, l'analyse des données, le stockage de données, la communication des données et l'assurance qualité.

Comme on peut le voir, il y a plusieurs étapes dans ce processus, et chaque violation d'une d'entre elles peut conduire à une modification substantielle des résultats du test :

1. La collecte de sang : Le type de flacon, le moment de la journée et la température à laquelle l'échantillon est manipulé peuvent tous avoir un effet sur les résultats du test. La quantité de cellules T CD4+ est connue pour être plus élevée dans l'après-midi que le matin, à cause de la variation diurne de la production d'hormones stéroïdiennes venant de la glande surrénale.

2. Le transport de l'échantillon : est-ce que l'échantillon a été maintenu à la température de la pièce ? Si l'échantillon est trop chaud ou trop froid, une destruction cellulaire peut se produire. Cela peut être un problème majeur pour le transport de l'échantillon à l'extérieur de l'installation où il a été collecté.

3. L'intégrité de l'échantillon : Lorsque l'échantillon a été reçu, était-il trop chaud ou trop froid ? Le sang a-t-il été hémolysé ou congelé ? Y'a-t-il des caillots visibles ? L'échantillon a-t-il été reçu plus de 72 heures après la collecte ? Si c'est le cas, l'échantillon doit être rejeté.

4. Le traitement de l'échantillon : le test doit être exécuté dans les 48 heures, mais pas plus tard que 72 h après avoir extrait le sang. Les procédures qui doivent être suivies (note d'Aixur : étapes 5 à 11 apparemment) :

5. Secouer doucement le sang pendant 5 minutes pour assurer un échantillon uniforme

6. Introduire à la pipette des volumes sanguins précis ; secouer les tubes à échantillon pour mélanger le sang et les réactifs et briser les agrégats de cellules

7. Qualité et type de réactif utilisé

8. Incuber les tubes dans l'obscurité pendant la procédure de coloration

9. Méthode de lyse sans lavage qui exige de suivre les instructions de fabrication (chaque fabricant a un ensemble différent d'instructions et un algorithme de comptage différent) (note d'Aixur : La lyse est la désintégration de la membrane d'une cellule biologique par un agent physique, chimique ou biologique, provoquant la mort de la cellule.)

10. Une fermeture hermétique immédiate et le stockage de tous les échantillons colorés dans le noir au réfrigérateur jusqu'à ce que l'analyse par cytométrie de flux soit effectuée.

11. Il est conseillé de ne pas stocker les échantillons plus de 24 heures à moins que le laboratoire puisse démontrer que la disposition de la dispersion et de la fluorescence ne change pas quand les échantillons ont stockés pendant de longues périodes.

12. Etalonnage de la machine : Les variations concernant le nombre absolu de lymphocytes obtenu par différents compteurs automatiques de cellules révèle un autre problème. L'examen de quatre compteurs automatiques très répandus indique que la variabilité analytique dans le nombre absolu de lymphocytes, principalement en raison de la variabilité des méthodes, est importante et plus grande que la variabilité généralement observée sur les essais inter-laboratoires concernant les chiffres relatifs de cellules T CD4+. Ces biais de méthodes ne peuvent pas être facilement réduits par l'étalonnage, car les algorithmes de classification des cellules sont des caractéristiques intégrées aux différents compteurs (note d'Aixur : et donc non modifiables ; en effet, le terme anglais est "built in features").

Comme on le voit, la procédure de cytométrie de flux utilisant l'immunophénotypage nécessite non seulement un niveau sophistiqué de compétence technique, mais aussi une chaîne de livraison et de traitement des événements qui sont probablement difficiles à reproduire d'un laboratoire à un autre, mais également à améliorer. Une étude a révélé des erreurs de 18 % et 35 % du nombre absolu de lymphocytes T CD4+, tandis qu'une autre étude a montré que la variabilité inter-laboratoire était si importante qu'elle conduisait à des contradictions concernant les recommandations de traitement.



Les rappels de produits


Depuis 2004, la FDA a émis 66 rappels de produits de cytométrie de flux, appareils, composants et logiciels.

Exemples :

SOCIETE : BD Biosciences
PRODUIT : FACSDiva Software
RAISON : Lorsque le fichier de données contenant un ou aucun paramètre de fluorescence (SIC) est exporté, le logiciel applique automatiquement une compensation à ce dossier et à tous les fichiers exportés par la suite.
UNITÉS : 1074, distribution aux États-Unis et dans le monde

SOCIETE : Quantimetrix Synovialscopics
PRODUIT : Contrôle du liquide synovial
RAISON : Ce rappel a été lancé en raison de préoccupations concernant l'efficacité avec les érythrocytes, les leucocytes et les lymphocytes stabilisés contenus dans ce groupe de produits
UNITÉS : 24.937, Distribution nationale

SOCIETE : Cytosol opthalmics
PRODUIT : ShellGell hyaluronate de sodium 0,8 mL seringue, 12 mg/ml.
Raison : la stérilité du produit peut être compromise en raison de joints thermiques incomplets dans les poches de la canule qui sont inclus avec la seringue viscoélastique.
UNITÉS : 3720, Californie et Caroline du Nord

SOCIETE : Beckman Coulter, Inc.
PRODUIT : CYTO-STAT/COULTER cône B6-RD
RAISON : Diminution de l'expression sur la population de cellules B quand celle-ci est prélevée dans des tubes EDTA, ce qui peut conduire à une interprétation erronée des résultats de phénotype.
UNITÉS : 1053, distribution nationale et Canada


La FDA a émis de nombreuses lettres d'avertissement à PointCare Technologies, un développeur et fabricant de produits de cytométrie de flux. Dans sa dernière lettre d'avertissement en date du 14 Juin 2011, la FDA a cité les problèmes répétés et non résolus de PointCare avec leur équipement de test, leurs réactifs et leurs usines de production :

" ... Deux de ces trois lots ont échoué à satisfaire les spécifications de molalité et de densité optique (DO)... Les appareils sont falsifiés... leur fabrication, l'emballage , le stockage ou l'installation ne sont pas en conformité avec les exigences de la Current Good Manufacturing Practice (CGMP)... et ils n'ont pas réalisé d'études de stabilité appropriées après avoir changé l'emballage du réactif du Gold Pack afin de déterminer une durée de vie précise pour le produit ... la performance fonctionnelle du Gold Pack n'était pas acceptable ... et ils n'ont pas réussi à fournir une justification scientifique au fait d'avoir effectué des tests fonctionnels gold sur un seul flacon par lot* ... échec pour établir, maintenir et mettre en œuvre une procédure de mesures correctives et préventives ... en raison d'un cable de chargement/adaptateur AC s'étant enflammé pendant que le personnel de service chargeait l'unité ... échec à effectuer des audits de qualité par une personne n'ayant pas de responsabilité directe sur les questions à vérifier... " (emphase ajoutée)

(note d'Aixur : le "CD4NOW Reagent Kit 100" est un kit de réactifs utilisés pour les analyses du taux de cd4 via la cytométrie de flux. Le "Gold Pack" est dans le texte, un "colloidal gold reagent for CD4 labeling", c'est-à-dire un réactif d'or colloïdale pour étiqueter les cd4. Donc, c'est un des divers réactifs du kit CD4NOW)

* Autrement dit, PointCare a réalisé des tests du Pack Gold sur seulement un flacon par lot, et n'a pas réussi à justifier cette façon de faire peu sérieuse.


LA COMMERCIALISATION DE LA JUNK SCIENCE

Sur les 66 rappels ci-dessus et les lettres d'avertissement, les plaintes de la FDA ont été émises pour des défaillances qui aboutissent généralement à un faible taux de CD4. Pour les organismes qui ont besoin d'un taux faible afin de revendiquer des taux élevés d'infection par le VIH, par exemple pour leur chiffre d'affaires (et pour les cliniciens qui acceptent des pots de vin et des commissions occultes de sociétés comme Bristol-Myers Squibb [bMS] et Gilead Sciences), la cytométrie de flux permet aux cliniciens de justifier l'administration inutile de thérapies HAART toxiques à des patients sains.

La cytométrie de flux est particulièrement utile dans des endroits comme l'Afrique, où les sociétés minières déversent régulièrement des produits chimiques toxiques et des métaux lourds dans les cours d'eau.

Par exemple, l'entreprise Kilembe Mines Limited essaie de vendre une opération qui a pollué l'environnement et l'approvisionnement en eau du sud-ouest de l'Ouganda depuis 1956. Parce que les investisseurs étrangers sont réticents à assumer la responsabilité qui vient avec l'achat de décharges de déchets toxiques, des cliniques et des dispositifs médicaux qui portent le blâme des maladies causées par la pollution sur le VIH offrent des avantages significatifs pour les investisseurs potentiels.

Selon ce rapport, le Bureau médical catholique de l'Ouganda (UCMB) a distribué des médicaments dans cet endroit depuis 30 ans.
Dans un effort pour "améliorer l'accès à la thérapie antirétrovirale ..." l'UCMB a indiqué que "les procédures de traitement et le suivi des clients sont simplifiés afin que les cadres inférieurs du système de santé puissent être formés pour mener à bien certaines des fonctions plus simples ... (de dépistage du VIH, de diagnostic et de traitement) ".

Gloria Kakuru de la Baylor University's International Pediatric AIDS Initiative (BIPAI) explique comment PointCare Now aide ces "médecins" à diagnostiquer le VIH dans la région entourant les mines de Kilembe - affirmant que l'appareil est supérieur parce qu'il justifie l'initiation précoce de traitements aux ARV chez les adultes et les enfants :

Ces diagnostics erronés gonflés sont ensuite utilisés par des organismes comme l'ONUSIDA, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les compagnies pharmaceutiques comme Bristol-Myers Squibb (BMS), GlaxoSmithKline, Merck, et d'autres, pour pousser à la consommation de drogues anti-VIH mortelles - habituellement aux frais des contribuables.

Bien que les laboratoires continuent à utiliser PointCare Now et ses réactifs CD4 gold, les dernières lettres d'avertissement de la FDA ne figurent pas sur le site PointCare ou dans l'un de ses outils marketing - et il n'existe aucune preuve que PointCare, des laboratoires cliniques ou des annonceurs aient fait quelque tentative que ce soit de contacter les patients qui ont été diagnostiqués à tort par l'équipement et les protocoles défectueux, empoisonnés par des médicaments HAART ou pénalement condamnés pour avoir eu des relations sexuelles.


FIABILITE

Le Dr Marion Joppe décrit "Le processus de recherche" de cette façon :

"La mesure dans laquelle les résultats sont cohérents dans le temps et sont une représentation exacte de la population totale étudiée est appelée fiabilité. En d'autres termes, si les résultats d'une étude peuvent être reproduits selon une méthodologie similaire, alors l'instrument de recherche est considéré comme fiable. "

Théoriquement, des tests fiables devraient fournir les mêmes résultats, peu importe le nombre de fois où ils sont appliqués aux membres aléatoires des mêmes groupes cibles.

En raison de la non-réalisation d'études de population qui auraient aidé les chercheurs à comprendre la variabilité des CD4+ avec l'âge, le sexe, la race, l'heure du jour ou l'état de santé ; ainsi qu'à cause du manque de standardisation, la fiabilité des résultats du test VIH concernant la valeur absolue des cellules T CD4+ par cytométrie de flux est, au mieux, absolument non fiable.


Bien que la prudence doive être exercée dans l'interprétation des résultats peu fiables, ceci n'a pas été souligné par le CDC. Les chiffres de globules blancs sanguins peuvent varier sensiblement de jour en jour et peuvent représenter de variations allant de 50 à 150 chez les adultes normaux, bien que le degré de ce changement puisse être moins important chez les personnes dont la numération des CD4 est plus basse. Une variabilité également importante existe d'un laboratoire à l'autre ; chez ceux qui ne réalisent pas souvent de procédures de comptage cellulaire - ou qui n'ont pas de programmes d'assurance qualité - on peut s'attendre à trouver des résultats inexacts. S'ajoute à ce problème, le fait qu'un retard prolongé de plus de 48 heures entre le moment de l'échantillonnage et le traitement réel de l'échantillon se traduira par des valeurs inexactes. Par conséquent, si un laboratoire n'effectue pas le test sur une base quotidienne, ou si, par exemple, le sang est prélevé le vendredi et traitée le lundi, les résultats du test peuvent être inexacts. Une autre source commune d'imprécision est la réfrigération de l'échantillon de sang.

Parce que la prudence entre en conflit avec ses campagnes de marketing social en cours, le CDC ne tient pas compte de la science connue des sous-types de cellules T CD4+, la double stratégie Th1/Th2 du système immunitaire, le rôle de l'oxyde nitrique dans l'immunité à médiation cellulaire et la possibilité d'inversion de ce déséquilibre immunitaire avec des alicaments peu coûteux, des antioxydants et la désintoxication.
Pendant les deux années de son implication dans les affaires pénales liées au VIH et l'examen des dossiers médicaux et de laboratoire, l'OMSJ n'a trouvé aucune preuve que les laboratoires situés aux États-Unis font preuve de prudence dans l'utilisation des équipements de cytométrie de flux ou ont respecté une seule des normes recommandées par le CDC. Au lieu de cela, les laboratoires enveloppent leurs opérations dans le secret, qui n'est exposé que lorsque des laboratoires comme Quest Diagnostics payent 241 millions de dollars d'amende pour fraude et pots de vin ou 302 millions de dollars pour avoir commercialisé illégalement du matériel de diagnostic mal étiqueté.

Compte tenu de ces résultats, il n'existe aucune preuve crédible que le VIH est responsable de la diminution des cellules T CD4+ dans immunodéficience acquise ou qu'une diminution des cellules T CD4+ est une chose trouvée uniquement chez les gens qui sont VIH + : pas plus qu'il n'existe de preuve crédible que l'utilisation actuelle de la technologie de cytométrie de flux est justifiée comme outil thérapeutique de diagnostic dans le paradigme actuel du VIH/SIDA. Malheureusement, il est peu probable que les cliniciens abandonnent ces technologies vaudou de sitôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc, les deux points essentiels de ce papier sont que :

1) la cytométrie de flux n'est pas fiable

2) les fabricants semblent faire en sorte que les machines donnent des taux de cd4 plus faibles que ce qu'ils sont en réalité

Et on peut se dire que c'est logique. Les compagnies qui commercialisent ces machines, ainsi que l'industrie pharmaceutiques d'une façon générale, n'ont aucun intérêt à donner des bons chiffres ou tout simplement des chiffres corrects.

Déjà, il faut maintenir la théorie du sida. Si les séropositifs se mettent à avoir des taux de cd4 élevés, ça ne va plus. Pour continuer à valider la théorie, il faut que les cd4 des séropositifs soient bas. Or, il est certain que beaucoup ont des chiffres "normaux" (ie. de 800-1000 cd4). Donc, il ne faut surtout pas que les machines donnent des résultats fidèles. Parce que sinon, tout s'effondre.

Par ailleurs, un séropositif va espacer ses examens s'il a des résultats très bons. Tandis que s'il a des mauvais résultats, il va se faire tester plus souvent. Donc, il y a intérêt à donner des chiffres bas aussi pour ça. Même si c'est une raison un peu plus annexe.

Alors, on dira que les gens séronégatifs ont des bons résultats, eux. Oui, mais ils ne se font pas tester sur une base régulière. C'est ça qui change tout. Ce n'est que lors d'études générales, financées par les labos, qu'on établit que les séronégatifs ont un taux de cd4 élevé. Donc, ça ne vaut rien, parce que les données sur les séronégatifs sont accessibles à toutes les truandes des labos pharmaceutiques. Il n'y a que les essais à grande échelle fait par des dissidents qui seraient valables (ou si les gens seronégatifs se faisaient tester régulièrement). Mais actuellement, toutes les données qu'on a sur les séronégatifs sont issues de travaux faits par les labos.

Donc, comme les séronégatifs ne se font jamais mesurer leur taux de cd4, les labos peuvent bidonner les résultats dans les grandes largeurs, ça ne peut pas se voir. Il n'y a aucune population "normale" testée régulièrement pour établir une comparaison de façon indépendante.

Les seuls qui se font tester, ce sont les séropositifs au VIH. Donc, aucun problème pour truander les tests et donner des résultats inférieurs à ce qu'ils sont réellement. Ces résultats faibles seront considérés comme normaux pour cette population. Personne ne peut mettre à jour la truande.

C'est pour ça que beaucoup de séropositifs du forum qui ont malgré tout pris des ARV ont continué à avoir un taux de cd4 somme toute relativement bas par rapport aux chiffres supposés normaux. Généralement, les séropositifs du forum ne dépasse pas 600/700 cd4. Alors que les séronégatifs sont supposés avoir plutôt 800/1.000 cd4 en moyenne. C'est qu'en fait, les machines sont calibrées pour donner un chiffre disons au moins 2 fois plus faible qu'il ne l'est en réalité. Donc, en réalité, 300 cd4 = 600 et 450 = 900, etc...

C'est valable aussi pour les séropositifs du forum qui ne prennent pas d'ARV ou d'autres substances augmentant le taux de cd4. Leurs chiffres tournent souvent autour de 250/400. Et si c'est le cas, c'est essentiellement parce que les dispositifs qui mesurent le taux de cd4 bidonnent les chiffres à la baisse. En réalité, ils ont plutôt 500/800 cd4.

Jusque là, je pensais que si les chiffres de cd4 étaient plus bas que la normale chez les séropositifs du forum, c'est parce qu'il y avait peut-être un truc qui faisait que les gens réagissant positifs au test avaient des taux de cd4 naturellement bas. Ou alors que peut-être que le taux de cd4 "normal" était en fait plus bas que ce qu'on voulait nous faire croire. En fait non, c'est très probablement essentiellement le fait que les machines sous-estiment le taux de cd4 qui entraine cette situation.

Et évidemment, ça change absolument tout. Ça veut dire que les séropositifs du forum ont des taux de cd4 très probablement 2 fois supérieurs à ceux mesurés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux autres éléments importants de ce papier sont que :

1) Les machines commercialisées n'ont été comparées, pour leur efficacité, qu'à des dispositifs datant d'avant 1976, donc, quand la technologie de cytométrie de flux pour les sous-populations était encore primitive (le FACS, un appareil de triage de sous-populations, n'a été créé qu'en 1972).

2) Le congrès a dissous l'OTA en 1996. Ce qui veut dire qu'il n'y a désormais plus aucun organisme d'origine gouvernementale permettant de vérifier la fiabilité des technologies médicales commercialisées aux USA (et on connait l'importance des États-Unis dans le domaine). Donc, tout repose sur les affirmations des compagnies médicales, qui ne sont évidemment absolument pas dignes de confiance. Donc, c'est la porte ouverte à toutes les truandes (dont celle de la fiabilité du comptage des cd4).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui suit n'est pas lié directement à la cytométrie de flux, mais au problème de la comptabilisation des T4 et son rapport avec l'exercice physique. Je l'ai trouvé dans un post de David Crowe sur la page Facebook de Rethinking AIDS https://www.facebook.com/groups/RethinkingAIDS/permalink/10152440542228187/

Je n'ai pas encore lu en détail les articles, mais les citations suggèrent, qu'en gros, l'exercice physique intense se traduit par une réduction du rapport CD4/CD8, une réduction des T-helpers ainsi qu'un stress oxydatif... Bref une immuno déficience, mais semble-t-il temporaire. Du coup, mesurer les T-4 chez un sportif comme Magic Johnson juste après son entraînement ne prouve absolument pas un SIDA, nonobstant les limites de la cytométrie de flux indiquées précédemment par Jardinier, Aixur et Clark Baker.

"resistance exercise [e.g. weight lifting] leads to acute changes in leukocyte counts, despite moderate hormonal changes, independent of training status. Regular resistance exercise might lead to decreased T-helper cell counts and a lower CD4/CD8 ratio, which could increase susceptibility to infections [which only indicates that doctors’ faith in their numbers outweighs the obvious facts in front of their eyes]"
Ramel A et al. Acute impact of submaximal resistance exercise on immunological and hormonal parameters in young men. J Sports Sci. 2003 Dec; 21(12): 1001–8. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9966-ResistanceExercise-ImmuneHormoneParameters-YoungMen.pdf

"There was a significant reduction in CD4+ T cells at peak exercise in RA [rheumatoid arthritis] and SLE [lupus] patients and an increase after exercise in SLE patients. [but if CD4 counts are specific to HIV immune suppression, this cannot happen]"
Pool AJ et al. Serum cortisol reduction and abnormal prolactin and CD4+/CD8+ T-cell response as a result of controlled exercise in patients with rheumatoid arthritis and systemic lupus erythematosus despite unaltered muscle energetics. Rheumatology (Oxford). 2004 Jan; 43(1): 43–8. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9967-ExerciseImpacts-LabMarkers-RA-SLE.pdf

"moderate exercise reaching or exceeding the VT [ventilatory threshold] level acutely affects T cell [including CD4+] and NK cell subsets"
Saito Y et al. Effects of exercise intensity on circulating leukocyte subpopulations. Environ Health Prev Med. 2003 Mar; 8(1): 18–22. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9968-ExerciseEffectOnLeukocytes.pdf

"The CD3+ T-cell concentration rose at the end of exercise and then returned to baseline levels 2 h post-exercise. The CD4+ and the CD8+ lymphocytes followed the same pattern. At the end of exercise, the CD4+ and CD8+ populations increased and then returned to baseline levels 2 h after exercise. [this claims that CD4 counts rise after exercise, whereas most research shows that CD4 counts decline during exercise. CD4 counts during exercise were not measured in this study]"
Ibfelt T et al. Exercise-induced change in type 1 cytokine-producing CD8+ T cells is related to a decrease in memory T cells. J Appl Physiol (1985). 2002 Aug; 93(2): 645–8. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9969-ExerciseDecreasesMemoryTCells.pdf

"Prolonged strenuous exercise is followed by a temporary functional immune impairment. Low numbers of CD4+ T helper (Th) and CD8+ T cytotoxic (Tc) cells are found in the circulation."
Steensberg A et al. Strenuous exercise decreases the percentage of type 1 T cells in the circulation. J Appl Physiol (1985). 2001 Oct; 91(4): 1708–12. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9970-ExerciseDecreasesType1TCells.pdf

"The relationship between exhaustive exercise, oxidative stress, the protective capacity of the antioxidant defense system and cellular immune response has been determined. Exhaustive exercise in well-trained young men (n=19)-induced leukocytosis, decreased proportion of activated-lymphocyte subsets (CD4+ and CD8+) expressing CD69...Suppressed blood concentration of T-lymphocyte subsets (CD3+, CD4+, CD8+, NK), increased TAS and blood total glutathione (TGSH) in early recovery period (30 min after exercise) were found."
Vider J et al. Acute immune response in respect to exercise-induced oxidative stress. Pathophysiology. 2001 Mar; 7(4): 263–270. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9971-AcuteImmuneResponseDueToExerciseOxidativeStress.pdf

"The purpose of this study was to evaluate the nutritional status of a group of 10 young female elite gymnasts aged 13-17 years, who do a physical exercise of 48 h/wk...The results were compared with a control group consisting of 50 volunteer students doing less than 12 h/wk of physical exercise, who were matched by sex, age, and sociocultural level...The lymphocyte and leukocyte counts were also lower in gymnasts in relation to controls, except CD19 and CD56 subsets which were similar in both groups. It is suggested that gymnasts are at risk of malnutrition, which when compounded with intense physical exercise could lead to immunosuppression in these athletes. [so, some of the healthiest, most active, fittest and hardest working young people are actually sickly, according to doctors who are blinded by the numbers]"
López-Varela S et al. Nutritional status of young female elite gymnasts. Int J Vitam Nutr Res. 2000 Jul; 70(4): 185–90.

"The purpose of the present study was to investigate the role of plasma amino acids and glutathione (GSH) on the absolute number of leukocyte and lymphocyte subpopulations in response to different training programs. Healthy untrained subjects were randomly assigned to an 8-wk aerobic (AET) or anaerobic (ANT) exercise training program. Absolute number of cell counts did not significantly change in AET, whereas a decrease of CD4+ T cell counts (P < 0.05), a fall in cells expressing CD45RA+ antigen (P < 0.05), and a marked increase in CD8+ T cell numbers (P < 0.01) were noted in ANT at the end of the training period compared with baseline values...our data indicate impairment of the number and activity of CD4+ T cells in response to 8 wk of ANT, which might be linked to metabolic factors such as glutamine."
Hack V et al. Decreased plasma glutamine level and CD4+ T cell number in response to 8 wk of anaerobic training. Am J Physiol. 1997 May; 272(5 Pt 1): E788–95.

"It is well established that in vivo changes in ratios of lymphocyte phenotype subsets is altered by glucocorticoid administration. To determine whether the lymphocyte response would be further affected by strenuous exercise, since glucocorticoids are released during exercise, 14 physically fit men were randomly given placebo (P), 4 mg of dexamethasone(DEX), or 100 mg of hydrocortisone (HCO) 4 h before high-intensity treadmill running...Pre-exercise CD3 and CD4 percentages were lower, whereas CD8 and CD56 were higher with DEX and HCO as compared to P. Exercise induced a lymphocytosis after all treatments, but subsets did not change proportionally. With P, DEX, and HCO, the magnitudes of change were comparable: CD3 and CD4 decreased and CD8 and CD56 increased."
Singh A et al. Lymphocyte subset responses to exercise and glucocorticoid suppression in healthy men. Med Sci Sports Exerc. 1996 Jul; 28(7): 822–8. http://davidcrowe.ca/SciHealthEnv/papers/9974-LymphocyteSubsetResponsesToExercise.pdf

"Moderate exercise appears to stimulate the immune system, but there is good evidence that intense exercise can cause immune deficiency. In the present study the authors examined the effect of continuous physical exercise (35% of VO2 max), calorie deficiency and sleep deprivation on the immune system of young men participating in a 5-7 days military training course. There was a two-three fold increase of neutrophils from day 1, the values remained high and decreased slightly at the end of the course. Monocyte counts also increased with a pattern similar to that of neutrophils. Eosinophils decreased to 30% of control and lymphocyte numbers decreased by 30-40%. All the major subgroups (CD4 T cells, CD8 T cells, B cells, NK cells) were reduced...the data indicate that even a moderate physical activity, around the clock, caused significant suppression of a number of parameters reflecting the status of the specific, lymphocyte-related immunity. It is noteworthy, however, that there was no significantly increased infection rate during the course or in the first 4-5 weeks thereafter. [which makes you wonder how accurate these numbers are at measuring the health of the immune system]"
Bøyum A et al. The effect of strenuous exercise, calorie deficiency and sleep deprivation on white blood cells, plasma immunoglobulins and cytokines. Scand J Immunol. 1996 Feb; 43(2): 228–35.

"Eight healthy men infected with human immunodeficiency virus, type 1 (HIV) and eight HIV seronegative age- and sex-matched controls exercised on a bicycle ergometer (75% of VO2max, 1 h). The percentages of CD4+, CD4+45RA+, and CD4+45RO+ cells did not change, whereas the absolute number of CD4+ cells increased twofold during exercise and fell below pre[vious] values 2 h after...because the total number of CD4+ cells, but not the percentage of CD4+ cells, changed in response to exercise, this study further strengthens the idea that the percentage of CD4+ cells is preferable to the number of CD4+ cells in monitoring patients seropositive for HIV. [yet, 20 years later, the CD4 counts are usually used alone to monitor the ‘health’ of the immune system, only in HIV+ people]"
Ullum H et al. The effect of acute exercise on lymphocyte subsets, natural killer cells, proliferative responses, and cytokines in HIV-seropositive persons. J Acquir Immune Defic Syndr. 1994 Nov; 7(11): 1122–33.

"We previously reported that 2-night/3-day trips to forest parks enhanced human NK [natural killer cell] activity, the number of NK cells, and intracellular anti-cancer proteins in lymphocytes, and that this increased NK activity lasted for more than 7 days after the trip in both male and female subjects. In the present study, we investigated the effect of a day trip to a forest park on human NK activity in male subjects...The subjects experienced a day trip to a forest park in the suburbs of Tokyo. They walked for two hours in the morning and afternoon, respectively, in the forest park on Sunday...The day trip to the forest park significantly increased NK activity and the numbers of CD16(+) and CD56(+) NK cells, perforin, granulysin, and granzyme A/B-expressing NK cells and significantly decreased CD4(+) T cells, the concentrations of cortisol in the blood and adrenaline in urine."
Li Q et al. A day trip to a forest park increases human natural killer activity and the expression of anti-cancer proteins in male subjects. J Biol Regul Homeost Agents. 2010 Apr-Jun; 24(2): 157–65.

"Obesity modifies inflammatory mediators, but little is known about how obesity modifies the inflammatory responses of exercising children. This study assessed the acute effect of exercise on inflammatory mediators in overweight children. Twenty-eight overweight (OW) youth (body mass index > 85%) and 30 normal-weight (NW) controls of the same proportions of age and gender performed 10 2-minute bouts of cycle ergometry exercise above the anaerobic threshold, with 1-minute rest intervals between bouts...Exercise significantly decreased CD4 and CD8 cells, which remained depressed 2 hours post-exercise in the OW children."
McMurray RG et al. Cellular immunity and inflammatory mediator responses to intense exercise in overweight children and adolescents. J Investig Med. 2007 Apr; 55(3): 120–9.

"A total of 1038 professional athletes were examined...No obvious difference was found in WBC [white blood cell] count between the athletes, all within normal range. The proportion of lymphocytes was increased in the athletes by 20%-40% in comparison with the normal level, and the CD3+, CD3+CD4+, and CD3+CD8+ T, B, and NK lymphocyte subsets were all lower in the athletes than the normal range...Long-term exercise training affects the immune system and cause stress, which may potentially increase the risks of some chronic diseases."
Dong J et al. [Exercise-induced changes of T lymphocytes subgroups and immune factors]. Nan Fang Yi Ke Da Xue Xue Bao. 2010 Oct; 30(10): 2277–80.

"\We compared the circulating levels of T cell receptor excision circles (TREC), a marker of recent thymic emigrants, as well as the levels of naïve and memory subsets in a group of elite endurance athletes and in controls. The athletes showed a reduction in absolute numbers of naïve T cells, particularly in CD4 T cells. In contrast, memory cells were increased...Since thymic production of T cells naturally decline with age, these results raise the concern that prolonging high intensity exercise into the 4th decade of life may have deleterious consequences for athletes' health. [listen to your doctor and stop exercising!]"
Prieto-Hinojosa A et al. Reduced thymic output in elite athletes. Brain Behav Immun. 2014 Jan 13.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant