Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

Salut chercheur de lumière. Durant cette période de notre histoire obscure, avec tous ces gens qui pensent tout savoir, ton pseudo

est pertinent.

Merci de ton accueil et tes conseils. Liens et témoignages vont m'aider.

Viramune viracept videx et zerit est la quadrithérapie que j'ai pris 6 ans de 2000 à 2006 ( générant un infarctus du myocarde en 2004 et un deuxième traitement chronique pour le coeur ).

En 1999, sans symptomes, j'avais pris épivir rétrovir durant 7 à 8 mois qui n'enraillaient pas une charge virale soi-disante élevée j'entrepris donc un sevrage bloc qui m'a plié.

De 2006 à 2012 viread et combivir, jusqu'à ce que mes muscles demandent grâce et je me retrouve depuis 2 mois avec prezista, norvir, isentress lourds pour les articultions et la circulation sanguine apparemment, à moins que l'arrêt du précédent traitements ne génère des troubles de manque que le nouveau protocole n'enraille pas encore !?! Va savoir !

J'osculte ce site et je parie que nous allons nous y retrouver les jours prochains.

A plus et, bon toujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis pas finot. Je viens de me rendre compte au bout de 2 jours qu'à la marge des posts était annoté "chercheur de lumière,... de vérité" etc. Je n'avais pas encore vu que jibrail était ton pseudo. :echelon: A plus. J'épluche les témoignages... supers instructifs, enrichissants et plein d'espoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Sourdon,

A propos de l'Isenstress, Jibrail pourra sans doute t'en dire un peu plus, mais déjà, il me semble bien qu'il y a un an environ celui-ci à été mis sur une liste de médicaments sous surveillance par le bidule qui a remplacé l'Afsaps en France, ainsi je pense que l'Efavirenz.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci jardinier. J'ai commencé à espacer les prises de jour en jour.

Ces traitements contiennent à mon sens le poison et l'antidote,

et sont prévus pour être chroniques et engendrer une dépendance au

manque mortel.

Je vais rester à l'écoute de mon corps et le ménager mais ne m'appuierai

pas sur leurs analyses pour me faire une idée.

Dailleurs, depuis dix ans je ne me suis plus enquis de mes résultats

d'analyses et écoute distrètement mon toubib lorsqu'il parade en me les lisant.

Je m'en fous et me tiens loin d'eux le plus possible.

Aprés un infarctus et la pause de 2 stens, le cardio m'a prescrit lescol, aspro

et plavix et depuis 2004 ne m'a plus revu.

Pour le sida, à part pour l'ordo du traitement, je vais jamais voir de Dr.

Cet environnement m'est nocif pour l'esprit et je dois de vivre parce que j'ai eu

la chance durant les dix premières années de ma séropositité d'être tenu à l'écart

des protocoles qui ont tué tous mes amis trop anxieux.

Ceux qui n'ont pas été traités n'ont jamais déclenché de sida malgré des vies

débauchées.

Moi je ne l'ai jamais transmis et mon fils et sa mére et lui sont négatifs.

Je réduis jusqu'à ne plus rien prendre et verrai comment le corps et l'esprit réagissent

après 12 ans de conso de ces cachets.

L'expérience profitera peut-être aux lecteurs de ce site.

A plus jardinier car je n'ai pas fini de tout lire ici où tu as l'air d'intervenir souvent.

Bontoujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cher Sourdon,

Te lire laisse paraître que t’es plein de force intérieure hors du commun. Je ne suis pas sur d’avoir pu surmonter comme toi, autant d’obstacles. Au risque d’être un peu « idéaliste » je me dis que si tu as pu surmonter tout ça c’est qu’il y a une raison et que sans doute tu as encore plein d’autres choses à accomplir.

J’ai également lu attentivement les autres post et vous remercie pour toutes ces informations.

Petite présentation me concernant vu que je viens d’arriver sur le site.

Je suis un garçon de 34 ans, diagnostiqué S+ dans mon pays d’origine en décembre 2000.

Je suis arrivée en France en 2001 et commence a étre traité par arvs en 2002, alors que je n’avais aucun symptôme. J’ai commence par bactrim (3 mois) en suite convivir (entre 2002 et 2004) en suite j’ai changé par sustiva + trouvada (entre 2004 et 2006). Depuis je suis sous Atripla.

Fort heureusement je n’ai jamais été malade d’autre chose que les bien connus effets indésirables. Dans mon cas plutôt lights mais pas évidents à gérer au quotidien. (Fatigue et somnolence, légère perte de masse musculaire et perte d’appétit)

Aujourd’hui le temps est venu pour moi d’envisager une approche différente et après une longue réflexion, j’ai entamé cette année (2013) l’abandon progressif des arvs.

Je vais essayer de vous tenir au courant de l’avance de mon processus de désintoxication.

Par ailleurs si je peux être utile avec des traductions en Espagnol ou anglais n’hésitez pas à me solliciter. J’ai pu observer lors de ma période de documentation qu’énormément d’information est disponible mais hélas pas toujours en Français.

Enfin, j'ai rdv jeudi prochain avec mon médecin et vais essayer de lui en parler de ma décision d'arrêter et savoir si elle a des retours d'autres patients qui auraient fait de même précédemment. Je vous tiens au courant.

à bientôt!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Félix 95, et à tous les autres.

Excuse la réponse tardive, j'ai été pris par la vie...

D'abord bravo Félix car vu le nombre d'intervenants ici, il semble difficile aux séropos de se dévoiler tant la honte et la crainte de la mise à l'écart jouent des rôles cruciaux dans l'histoire du sida.

L'adhésion à un labeur visant à l'expression de la vérité, nécessite de se faire connaitre, et, la plupart d'entres-nous y renonçons par crainte de voir notre entourage se détourner.

Ainsi l'orthodoxie ne rencontre que peu de dissidents prêts à franchir le cap comme tu l'as fait au vu du nombre de soi-disant infectés.

Honteux, le sidéen revendique peu, se fait petit, déjà bien content d'être en vie, il est de bon ton qu'il remercie la communauté médicale de lui prodiguer des soins, les chercheurs qui lui procurent les médocs, et la sécu de les lui rembourser !

Alors venir "chercher des puces" à tous ces bons samaritains est pour le moins mal venu dans l'inconscient collectif.

L'histoire est ainsi faite que le déclaré positif n'a surtout pas envie que cela se sache et se retrouve donc, avec comme seul interlocuteur son médecin qui, comme le curé à confesse est tenu au silence.

Ainsi enfermé dans un système hermétique, le patient est livré au bon vouloir et bon savoir des chercheurs, prêt à servir la science en tant que cobaye car au moins, il sert à ça !

De ce fait, si le médecin a besoin de reconnaissance, d'avancement et n'a pas trop de scrupules, il fera travailler la machine qui le fait vivre sans avoir à se soucier de la nocivité des traitements qu'il prescrit du moment qu'ils ont été approuvés par qui de droit.

La dissidence doit donc persévérer afin de voir grossir ses rangs.

Quand les infos seront connues et expliquerons bien:

-que le sida n'est pas ce qui nous a été présenté;

-que le seul groupe de toxicos shooteurs est susceptible de développer des symptômes et la transmission d'une maladie de laquelle nous découvrons petit à petit la faible transmission , le moindre impact humanitaire alors qu'elle nous a été, durant 25 ans et est encore présentée à ce jour par certains affabulateurs, comme le "fléau du millénaire";

-que le stress meurtrier induit par les médias sur toute la planète est infondé et fruit de magouilles malsaines,

alors, nous aurons apaisé les humains.

D'après mon expérience, je suis persuadé qu'en donnant épivir rétrovir durant 5 mois à une souris saine et en la sevrant brutalement tout en lui administrant un shoote d'opiacés ou de coke comme déclencheurs, elle tombe gravement malade et voit son système nerveux détraqué jusqu'à mourir. Et si le schéma n'est pas tel, il lui ressemble au regard du nombre d'accros à l'aiguille qui succombent à cette étrange épidémie lorsqu'ils ingèrent les traitements.

Certains savent la vérité et, nous devrions déjà tous être dotés du nouveau bracelet détecteur de mensonges ( bracelet dont l'analyse est livrée aux yeux des interlocuteurs et bien entendu, à la vue de son porteur ) ainsi nous apprendrions à ne plus être tributaires du secret qu'implique la peur naturelle de l'humain.

Je pense que ce bracelet se modifiera pour devenir un implant dont chaque enfant sera équipé de façon à mieux comprendre ses propres pensées, ses paroles ou ses actions et surtout, quand il se mentira à lui-même. Nous sommes la première victime de notre mauvaise foi. Elle est irrépressible et nait de peurs grégaires qui ont depuis plus d'un milliard d'années été des réflexes permettant la survie à l'ensemble du vivant. Nous ne les avons pas encore apprivoisés et subissons des instincts de défiance alors qu'au fond nous voulons tous crier :" JE T'AIME !!!".

Tous ceux qui convoitent le pouvoir, ambitionnent des postes à responsabilités ou se présentent à des élections, devraient en premier lieu passer en public à l'IRM pour savoir quelle est leur réelle authenticité.

Techniquement rien ne l'empêche et philosophiquement tout l'impose !

S'y refuser serait disqualifiant et dès lors nous aurions de nouvelles têtes aux commandes, desquelles nous connaitrions aussi le contenu !

La sélection aurait plus fière allure et sa pertinence serait toute autre.

Pas difficile de faire mieux puisque l'objectif et les actions de ceux qui dirigent visent de tempérer la propension qu'à l'humain d'enfanter sans compter ( surtout certaines races et ils les ont bien pressurisés depuis 5 siècles ).

Désireux d'y mettre bon ordre, tout initiative permettant la prospérité de l'humain est confisquée et remisée. A l'inverse, ce qui le déstabilise, l'incline à la honte, à la peur, à la culpabilité et à tous sentiments qui le dévalorise pour lui ôter le désir ou le loisir d'être parents est cultivé, glorifié, financé et entretenu par des couards parvenus aux commandes à cause de l'aiguillon de la peur qui les taraude.

Que nous devions prendre garde et nous compter afin de ne pas inviter trop de convives en même temps est une chose. Qu'une poignée entreprenne ce plan en catimini en est une autre.

La question cardinale qui doit être soumise aux Hommes du monde entier et non être une action menée par quelques personnes dont la discrétion apporte la preuve qu'ils ne peuvent être que déviants.

Malgré qu'ils sachent très bien que le fondement de leur démarche interdit l'accès à un vrai bonheur, ils sont contraints de dominer pour tenter d'apaiser des peurs immaitrisables qui les laissent au fond du gouffre de l'éternelle insatisfaction sans qu’ils n’y puissent rien.

La remise en question ne doit pas être courante parmi les oligarques et partant de là, leur prodiguer les soins psychiatriques adaptés à leur folie est rendu plus ardu du fait qu’ils ne se croient pas malades.

Evalués selon leur capacité de nuisance, les pays et les Hommes les plus respectés sont ceux qui peuvent infliger le maximum de désordres à leurs semblables.

La manipulation, le mensonge et le secret sont les outils avilissants qu'ils doivent savoir dominer et une telle vie se subit sans pouvoir s'apprécier à mes yeux.

Nous avons à présent une forte exigence vis à vis de nous-mêmes et voudrions posséder l'attitude noble de nos Dieux.

Mais la partie animale de nos instincts réprime encore la tendresse, la compassion, l'amour demeurant un édifice, une oeuvre à accomplir.

Nous sommes en marche et en à peine 500 mille ans, nous sommes, quoi que nous en disions, l'espèce qui peut le mieux l'exprimer.

Il n'y a qu'à examiner le fond de mon coeur pour percevoir l'importance qu'occupent les sentiments et émotions nés de mes rapports avec les gens.

Chaque pensée modifie l'anatomie même de notre cerveau en y créant pour l'occasion de nouveaux circuits qui le modifie en permanence.

Sur you tube, le documentaire "Tous manipulés" montre comment l'humain peut être rendu serviable avec une facilité déconcertante. Si le fondement de notre éducation était de faire s'épanouir les Hommes, nul doute que nous enseigner la notion de respect du vivant dans son ensemble était à notre portée.

Nous savons faire en sorte que l'humain sache découvrir ce pour quoi il est fait; qu'il sache l'exprimer; planifier son action dans le temps pour s'accomplir et s'intégrer à la communauté en tant que membre actif, utile et respecté.

Oui, nous savons trés bien faire et depuis longtemps, ce shéma dérange les plus peureux d'entres-nous encore prisonniers d'angoisses que nous dépassons néanmoins avec fulgurance.

Nous faisons tous partie de l'univers, ce grands corps, ou ensemble de galaxies, qui existent dans je ne sais quel autre univers infini... alors sur notre petite planète, la moindre pensée de chacun d'entres-nous nous éclabousse, nous transperce et nous modifie.

Nous sommes un même électron à l'échelle des univers et penser que nous pouvons cracher sur l'autre sans se mouiller est illusoire et surtout un mauvais calcul. Nous devons réfléchir aux solutions ensemble et l'empoisonnement doit en être banni.

Vaccins OGM et pesticdes ne peuvent nous épanouir.

Suis-je loin du sujet ?

A tous, bontoujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous sommes un même électron à l'échelle des univers et penser que nous pouvons cracher sur l'autre sans se mouiller est illusoire et surtout un mauvais calcul. Nous devons réfléchir aux solutions ensemble et l'empoisonnement doit en être banni.

La peur est bien mauvaise conseillère, mais comme tu le dis avec brio, elle est solidement ancrée en nous et chacun, individuellement ou collectivement, tente avec ses propres moyens de s'en débarasser - mais cela ne va donc pas toujours dans le même sens...

Le meilleur moyen de progresser, demeure, j'en suis sûr, la force collective et inégalée de l'échange et de la discussion, ouverte, franche, sincère - ce que nous tentons de faire ici à notre échelle. C'est seulement de la confrontation honnête des arguments et des expérience que peut jaillir ce qui nous rapproche de ce qui ressemblerait à la vérité - et c'est bien ce que l'on peut rapprocher fondamentalement à l'orthodoxie que d'avoir capturé le débat, de n'avoir cessé de refuser cette confrontation.

Hélas - et ici comme ailleurs - nous sommes loin d'être tous égaux dans l'échange, dans la capacité à lire, à écouter, à s'exprimer...

J'en profite - car je trouve que je monopolise bien trop la parole ici - pour adresser un signal à tous les lecteurs et contributeurs potentiels qu'ils n'hésitent pas à franchir le pas pour s'exprimer ici : votre parole, votre témoignage ne sont pas seulement enrichissants et précieux, ils sont tout simplement indispensables à la survie de la discussion.

Modifié par Jibrail

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Jibrail et les autres.

Le sevrage se poursuit sans nocivité. Quatre mois c'est court car, entre le début du sevrage bloc d'épivir retrovir que je m'étais infligé entre 98 et 99, et qui à mon sens m'a rendu malade, 8 mois se sont écoulés avant que je sois hospitalisé, durant lesquels la dégradation de mon état est demeurée assez subtile pour ne pas m'alerter.

Ensuite, pneumo, encéphalite et CMV, le tout dans la foulée durant 4 mois d'hosto.

Acceptant finalement la quadri-thérapie dont je paie le prix aujourd'hui, le contre-poison fit son oeuvre en me conservant vivant, empêchant que les effets secondaires de l'arrêt d'épivir rétrovir de me tuer.

Donc, je suis dans l'expectative, équipé de patience.

Comme tu dis Jibrail, la peur s'apprivoise mieux dans l'alliance et le seul fait que certains d'entres-nous en expriment comme toi l'idée, montre que nous sommes en chemin pour atteindre le: "un pour tous, tous pour un".

Combien de temps pour atteindre cet état ? Malgré notre fulgurante évolution la défiance reste un réflexe du vivant pour pérenniser depuis les origines. En 1 million d'année, nous ne parvenons pas encore à transformer toutes nos peurs en forces. Comme les petits enfants empreints de maladresse, nous balbutions le respect la noblesse et l'amour.

Nos angoisses existencielles sont légitimes et accepter de jouer un jeu dont nous ne connaissons pas la finalité pourrait être qualifié de folie.

Car la maladie la plus mortelle dont personne ne réchappe est la vie ! La prédatrice la plus implacable la mort, qui en a consommé environ 100 milliards comme nous et une infinité en comptant les feuilles des arbres, les insectes, les cellules et nos super nova.

La brièveté de toutes choses et de soi, dont le sens nous échappe et nous semble injuste, soumet nos esprits à une telle pression qu'il est héroïque de rester stoïque devant le gouffre insondable sous-tendu par notre nature et celle de notre univers.

D'ailleurs l'humain ne renonce pas d'échapper à l'usure du temps et s'y emploie en améliorant la compréhension qu'il a de son anatomie en espérant bloquer le vieillissement ou, par le biais du mysticisme qui autoriserait la survie de l'âme quand le corps fini.

Pour l'instant, peur et mort sont des compagnes qui nous contraignent , à trouver les astuces judicieuses pour survivre à l'adversité et à tous les environnements.

Nos créateurs voudraient faire de l'humanité une grande armée, qu'ils ne s'y prendraient pas différemment.

Depuis 1 million d'années notre génie et nos efforts sont consacrés à mieux nous armer en vue de nous dominer les uns les autres. Nous sommes à présent dotés de la technique qui soumettrait 5 planètes comme la nôtre, contraints de nous inventer des ennemis pour justifier l'escalade d'un armement que rien ni personne ne motive (à part peut-être, le plan de nos créateurs).

Bon, ce n'est pas le site pour développer des théories farfelus qui nous éloignent du sida et des manoeuvres qui entourent cette épidémie virale fabriquée.

Les seuls soi-disant progrès et traitements sont fondés sur le fait qu'un virus est la cause "certaine" d'une pathologie dont je suis sûr qu'elle est surtout le résultat d'un empoisonnement de masse qui épure les populations en raffermissant le pouvoir des labos induit par l'argent qu'ainsi ils gagnent.

Point de virus. Les postulats scientifiques qui permettent de déterminer un virus repose sur des critères contraires aux manifestations du soi- disant sida. S'il était un virus, il serait le seul à se comporter comme il le fait. Il bat allègrement en brêche tout ce qui détermine un virus sans que cela n'est alerté "degun", pire, ce diagnostic fait se fourvoyer la recherche qui engloutit des milliards à fonds perdus depuis bientôt 30 ans puisqu'elle ne soignent évidemment personne en se fondant sur un postulat de départ erroné !

Le magazine Nexus a fait une enquête implacable sur le sida et l'AZT qui met en lumière une vaste fumisterie en dénonçant les reponsables.

Bien entendu ce n'est pas au 20 heures que sont développés les éléments prouvant l'escroquerie sinon, je ne serais pas malade et le monde ne serait pas à ce point abusé !

Ce n'est qu'après m'être fait ballader 25 ans que j'ai eu accés aux coulisses de l'histoire sida par l'intermédiaire d'un bi-mensuel salvateur.

Ils n'y aura pas de responsables, pas même de procès, certains d'entres-nous sont parvenus à hypnotiser les peuples au point qu'il est devenu plus prompt à croire les médias de masses que les personnes concernées, depuis 28 ans, malades, au coeur du problème.

Nous allons encore vacciner et traiter par des molécules douteuses les naîfs, ceux confiants en leur système, et nous trouverons toujours des aides rémunérées pour fabriquer, promouvoir, vendre, prescrire et injecter ces poisons.

Parmi ces autres formes de victimes de ce système, des Hommes dont les peurs ont aiguisé la cécité et la mauvaise foi, contraints de servir de vils intérêts pour s'apaiser en s'associant aux plans de l'ombre, même si cela les avilie. La conscience est encore vaincue par la peur et cela pour encore plus ou moins quelques décennies.

En effet, à l'inverse de l'idée selon laquelle notre nature est immuable, la vitesse de notre métamorphose d'animal en humain fait qu'à présent, d'une année à l'autre nous pouvons basculer dans des univers inconcevables qui nous modifieraient du tout au tout.

La nanotechnologie prend de court les imaginations les plus fertiles et semble recéler un des univers prodigieux qui ont de quoi nous sbjuguer et nous transformer radicalement.

Transformés en guerriers ou en messagés de l'amour, il se pourrait que nous ayons les réponses sous peu...

A tous, bon toujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...