Aller au contenu
forum sidasante
Invité serodivergences

coucou, je peut entrer ?

Recommended Posts

Une dernière chose: je peux me tromper, c'est humain !

Ne me blâmez pas, s'il vous plaît.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Erudit

Que pensez vous de ceux qui mènent une vie saine et sont déclarés séropositif suite à un seul rapport à risque?

Cordialement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Gaia,

J'aimerais que vous m'apporter toute l'histoire de cette même personne, ce qu'elle mange chaque jour, ce qu'elle fait chaque jour,

comment elle vit, à quoi elle peut être exposée quotidiennement durant son travail, et en dehors de son travail.

J'aimerais alors savoir tout cela, qu'on étudie un cas ensemble.

Mettez de côté les généralités ; étudiez au cas par cas.


De même, si une personne n'a pas une maladie interne, comme un cancer, ou une autre maladie dont elle peut ignorer la

connaissance...

Pouvez-vous me trouver une personne ainsi, parmi peut être les témoignages, sur ce forum ? :)

Je ne les ai pas tous lus ; pas encore.



Comme je peux le supposer -seulement-, les tests me semblent trompeurs, et par la suite, si une maladie survient, ces

derniers peuvent enregistrer les anticorps qui concernent cette même maladie.

Ensuite, il y a une autre chose qui mène à la chute de notre température, de nos défenses naturelles... La peur.

La peur, la colère, la tristesse sont de fortes émotions qui peuvent aller contre nous, et déséquilibrer fatalement notre

métabolisme. Cela se joue directement sur notre esprit.

Or, nous sommes un corps cellulaire, et non une macro cellule. Cela signifie, à mes yeux, que nous communiquons

de l'énergie (par les appareils digestif et respiratoire), des messages (système nerveux), des émotions (organes) à nos cellules,

directement.
Nos cellules pensent aussi, mais à plus petite échelle ; elles communiquent entre elles, dans diverses fonctions.

Mais nous communiquons avec toutes, selon notre esprit.

Par ce fait, il est probable que leurs fonctions soient chamboulées, si nous chamboulons nous-même notre esprit.

De même, par ce que nous pouvons affliger à notre corps.
Par exemple, le sucre est l'ennemi de notre corps, en excès ; mais à cette occasion, le cancer grandit.

Nous détériorons ainsi notre corps cellulaire ; nos cellules dysfonctionnent. et prolifèrent, dans leur dysfonctionnement.

Je suppose encore aujourd'hui, que nos dysfonctionnements, dans la vie courante, nous mènent, nous aussi, à "proliférer",

parce que, beaucoup d'entre nous, manquent d'équilibre entre leur esprit et leur corps.

Mais je n'aime pas généraliser. Cela dit, je vois que les plus sains d'esprit ne font pas d'enfant à tout va, sans être

raisonnable. Or, nous sommes beaucoup aujourd'hui. Trop selon moi. Mais je ne blâme personne ; je constate, seulement.
Certains me diront que l'amour entre en jeu dedans ; oui, certes, c'est incontestable.

Mais c'est amour lui-même est-il sain ? Je veux dire, est-il solide, sincère...? N'y a t'il pas de passion qui puisse lui faire

tache ?

Je ne peux rien démontrer à travers cela ; si je peux vous inviter à y réfléchir, malgré tout, tant mieux, si ensuite vous avez

quelque avis à donner. C'est tout simplement mon intime conviction, qui me pousse à raisonner sur ce point.


Je compare ici la prolifération cellulaire à celle de notre espèce, de manière démesurée ; tel un cancer.

Mais... nous ne sommes pas une macro-cellule ; enfin, je ne nous vois pas ainsi.



Voilà, une forte émotion négative menant à une maladie de l'Esprit (passion), peuvent aussi causer un état immuno-dépressif, selon moi.


Troisième cause. :)


Edit: J'ai oublié de conclure, quant à votre question ; je ne peux y répondre, d'une vue d'ensemble, telle qu'elle est posée.

Modifié par Erudit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Franchement, je n'ai pas l'habitude de ruer dans les brancards, mais là c'est du délire. Je n'ai aucune envie d'un mythique retour à un passé où soi-disant c'était mieux avant, car rien n'est plus faux. Il ne faut vraiment rien connaître à l'histoire pour dire que les gens vivaient mieux au XVIIIème siècle qu'aujourd'hui. L'espérance de vie était alors aux alentours de 40-50 ans pour l'immense majorité de la population (je ne parle pas bien sûr de la noblesse).

http://www.ined.fr/fr/tout_savoir_population/graphiques_mois/esperance_vie_france/

On pouvait mourir de tout un tas de maladies. Je ne parle même pas des problèmes des cycles agricoles, avec alternance de bonnes et mauvaises récoltes, qui engendraient régulièrement des hausses de la mortalité incroyable (qui expliquait d'ailleurs la théorie de Malthus). Ne parlons même pas du niveau de vie et de consommation de la majorité de la population. Alors, certes, ils ne travaillaient pas forcément autant qu'on pourrait le penser, mais c'était incomparable avec le confort actuel.

Tout le monde à la campagne? Et comment fait-on pour que 7 milliards d'hommes vivent à la campagne? Au bout d'un moment, les villes se recréent, tout simplement pour des raisons économiques (réduction des coûts de transport, proximité des ressources...).

La nature la plus pure? Franchement, la nature est transformée depuis le néolithique par l'homme. La nature la plus pure ne peut vouloir dire que se passer de la technologie et vivre comme des animaux. Par ailleurs, je rappellerai que l'évolution est dans la nature et que l'homme est un produit de la nature, donc je ne vois pas en quoi on devrait s'interdire de transformer la nature,

puisque c'est dans la nature humaine que de prélever des ressources par le travail pour les transformer. Donc la pureté de la nature ne veut pas dire grand chose. Par ailleurs, je ne vois pas en quoi la nature pure serait une condition pour un esprit sain. D'ailleurs pourra-t-on encore parler d'esprit, quand ayant abandonné la technique, les savoirs (qui ne se produisent pas sans transformer la nature), nous passerons le plus clair de notre temps à tenter la survie dans un univers soumis à la loi de la jungle au lieu de penser. S'il est absolument évident qu'on n'a pas intérêt à faire disparaître la Nature car nous en sommes dépendants, s'interdire de la transformer est tout simplement nier notre existence humaine.

Bref, ce n'est pas parce qu'il faut une vie saine pour éviter le SIDA qu'il faut vivre comme au néolithique et ce n'est pas parce qu'il faut se soucier de la nature qu'il faut accepter de vivre avec le minimum vital biologique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, Econoclaste,

Je réponds à vos objections ; merci d'en soumettre.

Je vous demande de prendre mieux en considération vos sources.

La première considération est la multiplicité de ces sources ; or, vous ne m'en proposez qu'une ; ce qui est bien dommage ; surtout lorsqu'elle ne vient que d'une institution.
La seconde concerne ici votre article, directement, et la mauvaise compréhension de ce que j'explique, ci-dessus.

Je n'ai jamais aimé les graphiques de ce genre ; les régions ne sont pas les mêmes partout, en France ; on ne vit pas de la même manière, au Nord de la France et au Sud de la France ;
je trouve cela délicat de faire l'impasse sur un point important ; les gens du Sud vivaient très facilement, jusqu'à 70 ans, n'en vous déplaise. Quant au Nord, cela oscille entre 20
et 50 ans, mais des gens atteignaient 60 ans.

(Sources: Marion Sigaut, Mourir à l'Ombre des Lumières ; Adèle Davis, Les vitamines ont leurs secrets)


Voilà pourquoi je déteste les moyennes ; cela ne révèle pas tout. Si on doit continuer sur l'espérance de vie, vous serez surpris à travers le bouquin de Marion de savoir que la noblesse

n'était pas nécessairement la mieux lotie. Qui plus est, c'est ce que vous avez toujours appris, au collège, au lycée, encore un peu à l'université ; mais à l'université, vous avez déjà

plus de liberté pour faire vous-même de plus amples recherches.

On pouvait mourir de tout un tas de maladies.

Citez-les, s'il vous plait. J'aimerais étudier ce "tas".

Il était remarquablement difficile de vivre en ville, à cause de la peste, du typhus, de l'industrie... en campagne, aucunement. Sans compter, encore une fois, que Paris et certaines villes portuaires, comme Marseille, étaient les plus touchées.

Pas toute la France.

Il y avait des problèmes de soin, d'hygiène, je suis entièrement d'accord.

Il y a nettement plus de maladies aujourd'hui, qu'auparavant, pour ne parler que de la France ; si vous voulez que je les cite, je peux le faire. :)

Pourquoi plus de malades ? Nous sommes aujourd'hui bien plus nombreux, qu'auparavant. Mais, il y a bien plus de morts d'une maladie aujourd'hui, qu'avant.

Même si nous sommes alors plus nombreux, voulez-vous vraiment vous tenir au désastre des maladies de l'époque, comparé au désastre actuel ?

Je continue.

Je ne parle même pas des problèmes des cycles agricoles, avec alternance de bonnes et mauvaises récoltes, qui engendraient régulièrement des hausses de la mortalité incroyable (qui expliquait d'ailleurs la théorie de Malthus).


Il y a toujours eu des crises agricoles, en France ; rien n'est nouveau, et nous en connaissons, toujours.
Mais non, je vous prie de m'excuser, mais c'est un point que vous n'avez pas encore assez poussé -à moins que les historiens que je côtoie analysent mal leurs sources-, qui est que le petit peuple -et selon les régions-,
vivaient très bien de ses ressources.

Cela ne faisait en rien une mortalité incroyable... pas du tout. :)

Alors, certes, ils ne travaillaient pas forcément autant qu'on pourrait le penser, mais c'était incomparable avec le confort actuel.

C'est toujours les mêmes généralités que vous m'exposez ; bannissez-les !

Un exemple qui dément votre généralité : le roi Louis XIV, vivait dans un confort, mieux que le votre, aujourd'hui !
Voltaire, encore mieux ! Sans télé, Blu Ray, ni supermarché ! Il était négrier, en plus d'être poète, en temps normal !

Donc, qu'entendez-vous par "confort actuel incomparable" ?

Si je vivais, aujourd'hui, dans une cabane, entourée de végétaux, fruits et légumes, et soleil, mon confort serait incomparable !

Vous le dîtes vous-même !

Ce n'est parce que nous avons un toit sous notre tête, aujourd'hui, accès à l'eau potable et à tout le reste pour se nourrir, que nous

vivons mieux !

Regardez les vaccins, les médicaments... La pollution globale dans les villes... Nous sommes tous un peu malades de quelque chose,

je suppose ; nous le saurons tout ou tard, pour chacun d'entre nous.

Les petits peuples et Seigneurs du XVIIIe, avaient bien plus à manger dans leur assiette, pour autant d'argent, aujourd'hui.

A partir de 1789, tout va changer. En mal.

Je vous cite ici, Rousseau, Henri Guillemin et son travail sur la révolution Française, Montesquieu... Ils le disent, si vous cherchez bien.

Le peuple français allait à l'école, en ce temps là ! Il lisait, il écrivait ! L'église catholique faisait en sorte d'éduquer ce peuple, avec les jésuites,

à ses côtés !Les Lumières sont une tromperie, une manipulation de l'aristocratie, pour dissoudre la monarchie, en place.
Guillemin, encore et toujours, je citerai. Xavier Martin, aussi.

L'église catholique, en cette époque, était particulièrement saine ; jusqu'en 1789, où, à ce moment là, elle est rattachée à l'Etat, et elle

changera de suite ses fonctions.


Si vous voulez plus de sources, je peux ; je dois juste regrouper le tout, par souci d'inexactitudes dans les titres et auteurs.

Tout le monde à la campagne? Et comment fait-on pour que 7 milliards d'hommes vivent à la campagne? Au bout d'un moment, les villes se recréent, tout simplement pour des raisons économiques (réduction des coûts de transport, proximité des ressources...).


Alors, voilà, ça c'est le réel problème ; le nombre.

Tous les espaces à la campagnes, ne sont pas occupés.

Les villes sont, à mes yeux, un fléau. Ou bien de très petites villes. Je trouve qu'un village est parfait.

Le but étant que la Nature entoure l'Homme, non qu'elle soit inexistante.

Je constate qu'une ville dépense beaucoup d'énergie, et cela ne fait pas de nous des personnes soudées, des personnes qui partagent des choses

fondamentalement entre elles... L'individualisme, cela tue ! La solitude tue du monde... Et bien plus dans de grandes villes, qu'ailleurs.
Sauf, dans des villages où il n'y a plus personne ; là, oui, le peu de monde qui restent s'écroulent sous la solitude...

Mais il y a de quoi repeupler des villages, très simplement. Non seulement le monde se côtoie, mais en plus la chaleur, l'énergie y est.

Puis, on peut construire dix kilomètres plus loin un autre village ; et vous vous baladez en charrette.

Voilà ma conception de la vie. Serais-je malheureux, vraiment ? Non !

Ce modèle propose très peu de ressources économiques.

Tant que vous donnerez de la valeur à l'Argent, vous en dépendrez.

Il existe des sociétés aujourd'hui, où le troc, les compétences de chacun, sont mis au profit de tous.

Et sans argent. Et ils vivent bien. En France, dans les Pyrénées ou en Vendée, ça existe depuis quelques années ; en Belgique, au Quebec...


Je ne dis pas que cela se fera tout de suite ; je ne sais pas si nos générations verront ce changement, soudainement.

Mais ça se fera de plus en plus ; j'en suis sûr.

La nature la plus pure? Franchement, la nature est transformée depuis le néolithique par l'homme.


Quand je dis pure, c'est sans transformation humaine. Je ne parle de traces de pas, d'outils à base de pierre... Ce sont des choses que je trouve normal ;
il y a de la vie, en la Nature, à toute échelle.

Quand je parle de transformation, je parle ici d'urbanisme ; d'emménagement ; d' "écologie" ...

Il faut, selon moi, faire qu'avec ce que l'environnement local, propose ; et l'environnement local, c'est l'environnement où vous êtes venus au monde.

Vous avez besoin de fer ? Vous vous rendez dans une mine ? Mais vous n'êtes pas né, dans une mine... Alors vous attrapez l'hémochromatose.
S'en suivent des saignements, parce que vous avez trop de fer, dans le sang.

En revanche, des cathédrales, et autres monuments, faits de pierre... Il n'y a aucun problème...! Tant que cela reste votre environnement.

Or, aujourd'hui, on a bâti un monde avec des matériaux et minéraux qui ne viennent pas du tout de notre environnement...

Le pétrole, je suis désolé, mais... non.

Et nous faisons beaucoup de chose à base de pétrole.

La nature la plus pure ne peut vouloir dire que se passer de la technologie et vivre comme des animaux.

Mais nous sommes des animaux ! Nous sommes des singes ! L'avez-vous oublié ?

N'y a t'il que l'Homme qui ne doit pas être Animal ?

Si c'est être conscient qui vous permet de conclure que nous ne sommes plus des animaux, il est peut-être difficile d'imaginer que vous pourriez

vivre bien mieux, qu'aujourd'hui.

Je me considère Animal, avant d'être Homme ; et non pas le contraire.

Car un animal, ça ne pollue pas ; ça ne construit pas des centrales nucléaires au point de détruire la planète ; ça ne fait pas les guerres, au profits

des richesses minières ; cela n'invente pas des médicaments, des vaccins, des prétendus virus, pour effectuer des génocides, derrière.

Voyez-vous, les animaux n'ont pas inventé tout ça, il me semble qu'ils se portent bien. Beaucoup moins aujourd'hui ; à cause de qui ? Nous.


Oui, peut-être que l'Homme est finalement moins brillant qu'un animal. Et si vous ne vous sentez pas concernés par tout cela, alors

comportez-vous en tant que citoyen, et demander la démission des hommes aux pouvoirs, que nous soyons nous mêmes responsables de notre

Constitution, de nos lois.

Par ailleurs, je rappellerai que l'évolution est dans la nature et que l'homme est un produit de la nature, donc je ne vois pas en quoi on devrait s'interdire de transformer la nature.


Vous le dîtes si bien... L'Homme est un produit de la Nature, comme tout ce qui existe en ce monde...

... Et vous voulez faire la Nature à sa place....? :D

puisque c'est dans la nature humaine que de prélever des ressources par le travail pour les transformer.

C'est dans la Nature de tout être vivant. Mais le travail, aujourd'hui, devrait retrouver son sens premier, à savoir labor, en latin.
En allemand -il me semble que c'est l'allemand, ou peut-être le grec- c'est Tortura.

Deux sens, distincts. Aujourd'hui, je définirais le travail comme l'étymologie allemande.

Mais dans l'environnement naturel dont je parle, il n'y a pas besoin de travailler. Tout est à la merci de tous les êtres.

Ça a existé ! Ça existe encore ! Les Bonobos, par exemple, vivent de tout, très bien. Sans outil particulier. Ils cassent des noix,

en frappant contre les arbres, ou bien avec leurs mâchoires.

On peut retrouver ça, on ne serait pas moins intelligent ; et tout le monde en profiterait.

Vivre sans travail, c'est possible.
Bien évidemment, on devrait construire des abris, des outils... Parce que tous les environnements ne se ressemblent pas.

Ce qui nous empêche de vivre ainsi, c'est encore les oligarchies. Mais je suis sûr que tout le monde partirait pour le Soleil, s'il le

voulait.

Ce n'est pas pour défendre ceux qui ne font rien, pas du tout. Je pense, au contraire, que les gens seraient bien plus altruistes

et travailleurs que, maintenant ; parce qu'ils savent que la survie ne les guettent pas. C'est très important ça.

Les climats ont été une cause fondamentale dans le chamboulement des environnements adaptés à l'Homme. Je vous renvoie

vers Jean-Jacques Hublin et Jean-Luc Renk, pour étudier cela. Mais c'est un tournant capital, et très intéressant.

Par ailleurs, je ne vois pas en quoi la nature pure serait une condition pour un esprit sain.


Car vous êtes naturellement en autosuffisance, par rapport aux besoins, en continu.
Tout cela maintient un équilibre global, entre le corps et l'esprit.

Des gens qui dépendent de ça, n'ont aucun problème de santé.


En France, par exemple, le cancer fait rage ; en Afrique, il est quasi inexistant.
Le Soleil est fondamental, ici, entre autres raisons.

Cependant,il peut être un danger, par excès. Mais en user, raisonnablement, tout va bien.
Cela joue sur votre humeur, moral, bien entendu. J'espère que vous avez pu le constater, par vous-même.

D'ailleurs pourra-t-on encore parler d'esprit, quand ayant abandonné la technique, les savoirs (qui ne se produisent pas sans transformer la nature), nous passerons le plus clair de notre temps à tenter la survie dans un univers soumis à la loi de la jungle au lieu de penser.

J'adore. C'est extrêmement pertinent. Merci à vous.

Quand je parle d'esprit, ici, je veux parler de Raison. Une maladie de l'esprit peut toucher la Raison, la menant à sa perte, à la folie.
Donc, dans mon explication et mon raisonnement, je n'inclus pas la connaissance, le savoir, ici.

Je suis d'accord avec vous, sur ce point: beaucoup de choses, que nous connaissons aujourd'hui, disparaîtraient.

Mais, nos sens nous permettent toujours d'apprendre de la Nature. Même si nous sommes en autosuffisance.

Comprenez que s'il y a autosuffisance, il n'y pas de survie ; il y a vie, tout simplement.

La loi de la jungle n'a pas grandement de sens, à mes yeux, si vous voulez définir un monde dangereux, non limité par des lois.

Je suis d'accord avec vous, bien entendu, mais c'est aussi la loi de la jungle dans nos grandes villes...


Il y a toujours eu danger, partout. Mais nous pouvons très bien limiter nos frontières, écrire nos lois...
Encourager d'autres villages à faire de même.

Je comprends votre crainte, mais je suis enthousiaste quant à l'idée qui est que l'Animal peut être généreux, tout comme l'Homme peut

l'être, aussi.


Voyez par vous même:




Tout est possible.

S'il est absolument évident qu'on n'a pas intérêt à faire disparaître la Nature car nous en sommes dépendants, s'interdire de la transformer est tout simplement nier notre existence humaine.


Vous avez peut-être trouvé ce que je n'ai pas trouvé, dans ce cas... Le sens de la vie !

Dîtes-le au monde entier, et moi le premier, s'il vous plaît. :)

Je vois les choses très simplement: nous sommes de passage, sur cette belle terre, comme tout le reste. Exceptez prendre du plaisir à vivre,
penser, observer... je ne sais pas ce qu'il y a de mieux.

Bref, ce n'est pas parce qu'il faut une vie saine pour éviter le SIDA qu'il faut vivre comme au néolithique et ce n'est pas parce qu'il faut se soucier de la nature qu'il faut accepter de vivre avec le minimum vital biologique.


Ce n'est pas ce que je dis ; et vivre comme un néolithique ne signifie pas vivre moins bien, nécessairement, peu importe l'espérance de vie.
Il y a des espèces qui nous ressemblent, dans toutes les contrées. Et pourtant, tant différentes.

Au début du siècle dernier, les noirs étaient encore enfermés dans les zoos, présentés au public. On ne les considérait pas en tant que Homme.
Voyez maintenant ; et dîtes-vous bien que ceux qui vous gouvernent, ou quelque spécialiste peut changer radicalement notre société, selon son

bon vouloir.

Même ce qu'on a toujours pris comme vrai, pensé comme vrai, et alors accepté.

Où est votre bon sens, là dedans, si on laisse faire, dire et écrire, ce que vous apprenez ?

Et c'est ce que vous jugez juste ?



Il faudra toujours douter, et chercher par soi-même.

Je ne tiens aucune vérité. Je mets seulement en activité mon esprit, et je tente de réapprendre les choses, par moi-même ; du mieux que je peux.



Je vous remercie Econoclaste, continuez d'objecter, s'il vous plaît.

Modifié par Erudit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne tiens aucune vérité. Je mets seulement en activité mon esprit, et je tente de réapprendre les choses, par moi-même ; du mieux que je peux.

Je vous remercie Econoclaste, continuez d'objecter, s'il vous plaît.

Ecoutez c'est bon, en quelques jours on a déjà des pages entières du fatras royalo-réactionnaire qui vous sert de pensée, de vos jugements de valeur à l'emporte-pièce, alors qu'on ne vous avait rien demandé, et tout ceci n'a que très accessoirement à voir avec le sujet principal de ce forum - lequel n'est pas, dans tous les cas, de perdre du temps à vous "objecter" - vous comprendrez que tout ne tourne pas autour de vous.

Il y a des dizaines d'autres forums pour aller troller librement - vous arriverez bien en cherchant à trouver des oreilles plus complaisantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Qui a commencé ce pillage...?

Voltaire... Les Lumières... certains juges de l'époque...
Et non pas l'église catholique, comme on tente de nous le faire croire ; pas les rois

Louis XIV et XVI, comme vous pouvez le penser...

Je ne dis pas qu'ils étaient nets ; mais ils ne sont pas la cause de l'Empire qui règne sur nous, aujourd'hui.


C'est la découverte de l'Amérique, entre 200 et 300 ans avant les Lumières et 1789, qui est la cause initiale de la Traite et de l'esclavage pour le compte des Occidentaux en Afrique, puis du colonialisme ensuite. En Amérique du Sud, sont bien connues les critiques et les protestations du prêtre Las Casas face à l'attitude des Conquistadors avec les populations indigènes, mais c'est un cas isolé. Las Casas n'était nullement représentatif des positions de l'église catholique, qui dans l'ensemble a laissé faire au même titre que les Grands d'Espagne et, souvent, de facto prêté main forte plus qu'autre chose.

Aux Antilles françaises, 1789 a très vite entrainé une première abolition de l'esclavage. Mais le rôle des Britanniques dans la région, puis Napoléon 1 er ensuite, ont vite permis un retour en arrière qui a perduré jusqu'à Schoelcher et au décret de 1848. En tout cas, c'est bien sous Louis XIV et Louis XV que l'esclavage des Africains dans le cadre de l'exploitation des Antilles françaises est devenu un véritable système.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, il y avait du marchandage, un peu partout.

De ce que je sais, et ce que je veux dire, ceux qui en ont profité étaient réellement la bourgeoisie aristocratique, les marchands eux-mêmes,

et les grands banquiers.

Ce sont eux qui ont mené le peuple "bélier" à la famine, particulièrement, contre le roi, Louis XVI, en 1789.

Quant à l'abolition de l'esclavage, c'est ce que je pensais aussi, lorsque l'on parle d'abolition. Mais 1789 a mené à l'esclavage du peuple.

Lorsque je parle des banques, ce sont des banques mafieuses... Aujourd'hui c'est Morgan et Sachs, entre autres ; la BCE, je n'en parle même pas.

Je n'accorde aucun crédit aux rois non plus, dans tout cette histoire ; ils ont commis quelques erreurs fatales, et se sont faits manipuler.
Ce que je veux dire c'est qu'ils ne sont pas aussi sombres que l'on veut bien nous le faire croire ; et nos Lumières ne sont en rien des Lumières.

C'est un combat, entre ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui le veulent.


Aujourd'hui, c'est encore d'actualité. Mais aujourd'hui, nous trinquons sans broncher.


Modifié par Erudit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu nous as asséné des contre-vérités historiques flagrantes. Si je ne t'avais pas répliqué, tu n'aurais pas appellé Henri Guilemin à la recousse. C'est certes un historien rigoureux quoi que perçu comme un franc-tireur dans sa discipline. Il a certes démystifié beaucoup de choses, comme sur les positionnements socio-politiques concrets de Musset et autres grands poètes et écrivains du 19 ème siècle, outre son travail sur le 18 ème siècle et la Révolution de 1789.

Il n'en reste pas moins que tu nous mènes grossièrement en bateau dans ton discours de condamnation globale des Lumières. Avec Montesquieu et l'Esprit des Lois, la France et l'Europe ont fait un pas de géant dans le sens de la démocratie et de la liberté des peuples. De même, avec Diderot, d'Alembert et les Encyclopédistes dans le domaine de la démocratie du savoir et des connaissances. De même, avec Rousseau et son Contrat social, de même encore avec Condorcet, même si tout n'est pas sans nuances et si celui-ci, par exemple, a ouvert la voie à un certain progressisme trop scientiste par des orientations philosophiques préfigurant le positivisme. Quant à Voltaire, même si c'était un homme de son temps et s'il défendait les droits inhérents à la propriété privée d'une classe montante dans la société de son époque, il n'en a pas moins agi le plus souvent contre les injustices et en faveur des Droits de l'Homme et des libertés au sens le plus authentiquement démocratique.

Les nostalgiques entêtés de l'union sacrée entre le clergé et l'aristocratie issus du Moyen-âge pour le monopole du pouvoir économique, foncier, militaire, idéologique, etc., du 19 ème siècle à nos jours, n'ont jamais eu d'autres horizons que l'autoritarisme, le fascisme et l'oppression barbare des peuples.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Jardinier,

Tu nous as asséné des contre-vérités historiques flagrantes. Si je ne t'avais pas répliqué, tu n'aurais pas appellé Henri Guilemin à la recousse.


Ah mince, c'est Henri Guillemin, Robert Michels, Alain, Etienne Chouard, Montesqiueu, Rousseau, ou c'est moi ?

Je n'appelle personne à la rescousse, je vous présente mes sources.

Pourquoi, "à la rescousse" ? T'ai-je tant effrayé ?

Il n'en reste pas moins que tu nous mènes grossièrement en bateau dans ton discours de condamnation globale des Lumières. Avec Montesquieu et l'Esprit des Lois, la France et l'Europe ont fait un pas de géant dans le sens de la démocratie et de la liberté des peuples.


Comme vous pensez que l'orthodoxie du Sida vous mène tout autant en bateau que moi.


Soit vous acceptez d'objecter sérieusement, quitte à me demander mes sources, quitte à en débattre avec les historiens eux-mêmes,

soit je vous laisse dans ce que vous avez toujours appris, et puis tout le monde est content.

Je ne viens pas ici présenter des choses, encore une fois, pour me faire lyncher ; mais au contraire, pour en débattre.

Il n'est en rien dans mon intérêt de perdre mon temps.


S'il n'y a que le SIDA qui semble, pour ta cause, être le seul point noir de notre monde, cela n'engage que toi.

Pour l'Histoire, cela s'appelle du révisionnisme ; et non, ce n'est pas du tout, dans les bouquins que tu as étudiés.

Cela dit, il faut peut-être s'informer sur certaines mises à jour, depuis le lycée ; et non, tu ne trouveras rien encore dans

les bouquins de nos lycées.

Ils sont tout simplement éditer par des groupes financiers important, comme Lagardère (Larousse, Bordas, Nathan), par exemple.

Encore une fois, des contrôles sur ce que vous apprenez, de grandes instances.



Et Montesqieu: "Le suffrage par le Sort est de la nature de la démocratie ; celui par le choix est de celle de l'Aristocratie" de l'Esprit des Lois, puisque tu le cites.

Or les élections, vous choisissez le meilleur représentant que l'on vous soumet, pour qui vous votez ;
vous ne pouvez choisir d'autres représentants que ceux qui se présentent.


Cela s'appelle l'aristocratie, cher Jardinier, que tu le veux ou non.

De même, avec Diderot, d'Alembert et les Encyclopédistes dans le domaine de la démocratie du savoir et des connaissances.

Lis cette encyclopédie, Jardinier ! Lisz la ! Et tu seras surpris !

Le piège fut fabuleux ; les jésuites ne se sont pas doutés, au début, du piège ; c'était une manipulation pour détruire ce que les jésuites faisaient, dans la volonté d'éduquer

les plus démunis.

De même, avec Rousseau et son Contrat social...

Ah ! C'est le seul qui mérite mon respect ; s'il y a un homme qui vaille la peine, c'est lui !

Lui, et Robespierre.

... encore avec Condorcet.

Le "Marquis de Condorcet" ... L'école, au service de l'élite. S'il te plaît...

S'il était encore des nôtres, Sciences Po serait de lui.

Quant à Voltaire, même si c'était un homme de son temps et s'il défendait les droits inhérents à la propriété privée d'une classe montante dans la société de son époque, il n'en a pas moins agi le plus souvent contre les injustices et en faveur des Droits de l'Homme et des libertés au sens le plus authentiquement démocratique.

Je le constate, vous ignorez beaucoup de ce mot qui est démocratie. Lisez La Démocratie Athénienne, à l'époque de Démosthène, de Hansen.

Je t'invite à suivre, ne serait-ce que cette conférence assez folklorique, de Marion Sigaut, concernant Voltaire:

http://youtu.be/dUJ6go7413Q

http://youtu.be/bbUx61oyEnI

Puis, comme je le disais, Xavier Martin, Benoît Garnot.

Les nostalgiques entêtés de l'union sacrée entre le clergé et l'aristocratie issus du Moyen-âge pour le monopole du pouvoir économique, foncier, militaire, idéologique, etc., du 19 ème siècle à nos jours, n'ont jamais eu d'autres horizons que l'autoritarisme, le fascisme et l'oppression barbare des peuples.

Alors, je dois être facho, autoritaire... un oppresseur barbare...

C'est remarquable, ce que le manque d'argument conduit automatiquement à la critique de la personne, sans condition.

Tu me fais rire. :)


La peur d'aller de l'avant, de ne pas sortir la tête du sol... La peur tue.

Vous devriez prendre cela en considération, dans quelques causes qui pourraient mener certains ou certaines au SIDA.
Et ce n'est même pas moi qui le dit, mais De Harven.
Ce que je trouve sensé.

De Harven doit être facho, aussi, certainement. En plus d'être révisionniste, négationniste...

Non, Jardinier, vous ne vivez pas dans ce monde beau et démocrate que vous croyez ; vous qui pensez avoir un quelconque pouvoir,


vous n'en avez aucun.


Encore une pour la route:


« Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n'ont pas de volonté particulière à imposer. S'ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n'est pas une démocratie (et la France ne saurait l'être), ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

Emmanuel Sieyès, Sur l'organisation du pouvoir législatif et la sanction royale,

Discours prononcé en septembre 1789




Et dans cette vidéo, tu auras la plupart des réponses à mes "contre vérités".


Bien à toi !


http://www.dailymotion.com/video/xlbjri_etienne-chouard-conference-a-montpellier-22-septembre-2011-4-4_news#.UVOOdhyQV8E

Modifié par Erudit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu ta réponse expéditive, je conclus par cela que tu n'as pas pris le temps d'étudier les liens que je t'ai soumis.

Il ne m'intéresse en rien de plonger dans ce trollisme que tu mets en place, sans faire avancer quoique ce soit.



Je ne comprends pas réellement ce que le fascisme daigne à être mis en lumière ici, concernant les régimes totalitaires.

Tu ne présentes en rien une quelconque objection à ce que je propose ; peut-être n'en n'as-tu pas ; ou bien ne veux-tu pas.


Toutes les guerres, depuis 1789, sont des guerres contre les peuples : franco-prussienne, première guerre mondiale,

seconde ; puis au Vietnam, en Afrique, et depuis quelques années les révolutions colorées.

Je maintiens fermement: 1789 ce n'est pas la révolution du peuple français ! 1792, oui ! La vraie !


Pétain était fasciste, Vichy de même, comme Annie Lacroix l'explique.
Depuis, le fascisme a toujours été présent, et il est aujourd'hui prôné par Israël, principalement, et les grandes banques.

Je ne vois pas en quoi Lacroix est contre ce que je dis, puisqu'elle dit la même chose que moi:
preuve que vous ne suivez en rien les liens que je poste.




Antisémite, un terme, à l'origine, désignant le racisme contre les peuples sémites, Arabe et Juif.

Aujourd'hui ce terme est spécialement attribué au racisme des Juifs.

Moi cela me choque ; on devrait appliquer ce terme, ou le terme raciste, à tous les peuples, et non pas un, spécialement.

Si nous acceptons que le terme antisémite soit employé pour un peuple, seulement, alors nous acceptons

volontiers que les Juifs soient au-dessus des autres, ou au-dessous.

En rien, cela n'explique une quelconque égalité ; en rien cela est une vision démocrate. Mais bien fasciste.




De même, Lacroix parle de Sciences Po, élite scolaire au-dessus de toute ; en quoi est-ce différent de ce que j'explique ?

Quant à De Gaulle, j'ai précisé qu'il n'était pas tout propre, mais qu'il a été un résistant face aux gouvernements anglo-Saxons.

Je te rappelle que si Hitler a pu faire la guerre, c'est grâce à Wall Street et la Banque de Londres, donc encore une fois,

les grandes banques ! Lacroix le dit !!!!!!

Elle critique fortement les banques, dans leurs contextes politique et historique, et les politiques appliquées, à leur égard ;


en quoi cela va contre ceux je dis ?


L'as-tu même écouté ??? Je me le demande !


Lis Bernard Manin, Principe du Gouvernement Représentatif, c'est captivant, dans les détails.



Maintenant, tu devrais voir qui sont les vrais fachos, en France, actuellement:

- Le FN ne l'est pas, même si on le place à l'extrême droite ; il rassemble beaucoup de personnes qui désespèrent de leur situation sociale ;

je n'explique pas ici qu'il n'y a pas de personnes fascistes, car c'est probable, malgré tout. Quant aux Le Pen, après avoir analysé leurs

discours, je ne vois pas ce fascisme, mais des erreurs fatales sur leur politique vis à vis des étrangers. Pourtant, Jean-Marie s'entoure depuis

longtemps d'algériens, palestiniens, iraniens, quelquefois, arabes ou juifs, pour simplement discuter.

Si on doit parler de l'extrême droite fasciste, tourne-toi vers le parti extrême Grec, qui prône ouvertement la politique d'Hitler !

- l'UMPS: voilà les deux partis fascistes, qui conduiront à notre perte ! Sarkozy/Hollande, même combat, et ceux qui prônent le socialisme,

produit impérial du capitalisme, renforcent toujours un peu plus la vrai fascisme ! Et là, on retrouve tous les chiens de garde dans nos médias,

depuis notre propre révolution colorée -même si c'est anachronique-, en Mai 68.

Voilà le vrai camp fasciste............... Lacroix en parle...

Et puisqu'elle parle de la crise de 1929, on connaît exactement la même, aujourd'hui, par les mêmes camps !

L'UMP et le PS, c'est la droite capitaliste.

Chavez fait l'exception à la règle, car lui aussi es socialiste, mais il a fait beaucoup pour son peuple. Aujourd'hui, la pauvreté a reculé nettement,

j'accorde tout le mérite à ce dictateur ( dictateur ne signifie pas tyrannique), pour cela ; et dans son pays, la corruption est violente ; sans

parler des oligarques qui souhaitaient le voir disparaître... Mais ce sont toujours les mêmes.

Quant au communisme, c'est bien dommage qu'un tel système fut détruit par de mauvaises personnes, de l'intérieur.


- Quant à Mélenchon, moi qui étais de gauche avant d'être apartisan, je pense qu'il fait aussi le jeu de Hollande, mais nous verrons bien par la suite.




Il faut écouter Michel Collon, sur notre politique actuelle, et comment elle met en place nos fameuses guerres:

http://youtu.be/yk8zXzdKcyQ

http://youtu.be/D_JbnV_clpg



J'arrête ici ; si ce n'est pas pour porter le regard sur ce que je propose, c'est inutile ; et je ne veux pas troller.





Je me demande bien ce que tu penses réellement du SIDA ; si tu pouvais m'expliquer un peu ta pensée vis à vis de ça,

ou me poster un lien où tu résumes la chose. Je suis curieux de voir un peu tout ça.

Merci.

Modifié par Erudit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'une part, dans la France de 1982-1985, c'est une opération de déstabilisation de l'Union de la Gauche : introduction de la psychose à l'épidémie + entrée en scène du lepénisme dans la vie politique. Et, de 1986 à 1995, froide extermination médicalement assistée de quelque 20 000 personnes.

D'autre part :

AIDS is a tragedy in two parts. The first act was created by the foreign policy decisions of the state apparatus and its historical connection to the international criminal underworld. The second act was written by the pharmaceutical industry itself. The pharmaceutical industry developed several drugs designed intentionally to suppress the immune system as well as others that had the same effect because of a similar chemical configuration. Several of these drugs were released to the mass market and were used extensively and inappropriately by an underground sector of the homosexual community who were simultaneously experimenting with psychotropics and narcotics that were illegally imported and released into the general population by the clandestine agencies of the U.S. government in league with international organized crime syndicates through foreign policy initiatives.

After years of use and abuse of these environmental toxins, some of the young men began to show up in Emergency Rooms during the late 1970s and early 1980s in New York, Los Angeles, and San Francisco. Instead of using the new environmentally created mass poisoning as a clarion call to awaken the medical community to the public health threat of environmental toxins, it was used as another marketing opportunity to identify a phantom virus and create a broader market to sell more of the same kind of toxic drugs that were so harmful.

Meanwhile, on the African continent, there was a mad race for the continuing theft of her resources. Civil strife and social disruptions were created to facilitate this process. With the fall of the minority white apartheid government of South Africa, thousands of black gold and diamond miners who had sustained lung injuries because of substandard mining conditions now had the possibility of having their day in court. The mining industry led by the DeBeers Anglo-American Corporation and other extractive industries were in a panic. Reimbursing the millions of injured black workers who had developed asbestosis and silicosis and subsequently tuberculosis from unsafe mining conditions would create an enormous unfunded expense. From a financial warrior point of view, profits, which transcend human life, had to be protected. With the fall of the Botha government, pulmonary tuberculosis suddenly became an AIDS defining disease.

AIDS was created to cover both of these health crises—the toxic poisoning of young people in the West and the industrial poisoning and social disruption in Africa. It was pure insanity, but it worked. People began to die because they were toxic from a chronic onslaught of environmental oxidative stressors. Because allopathic physicians are trained in recognizing and treating the infectious problems of the 19th century, the 20th century problem of systemic toxicity was misdiagnosed. What compounded the problem was an error of tragic proportions. As a result of misdiagnosis, the patients were then given more drugs with a similar chemical profile to those that were already poisoning them. The CDC in their infinite wisdom and eye for improving drug sales in service to big Pharma, then seized upon the excess deaths to publicize the lethality of a never isolated virus. It has been a high crime against humanity. A central player in this drama has been the British pharmaceutical concern Burroughs Wellcome.

http://www.nancybanksmd.com/index.php?option=com_content&view=article&id=50&Itemid=60&showall=1

Modifié par Jardinier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...