Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

Bonjour.

J'ai 26 ans et il y a de fortes chances pour que j'ai contracté le vih.

Je suis gay et depuis 2 mois j'ai eu une activité sexuelle intense avec quelques accidents et prises de risques mais presque toujours actif.

Et ce que je craignais est arrivé, j'ai eu une forte diahrrée la semaine dernière suivit d'une petite fièvre que j'ai toujours.

Si je suis séropo, je serais incapable de dire quand je l'ai attrapé mais j'imagine que je réagirai positif quand la fièvre sera tombée.

Du coup j'ai essayé de me renseigner sur de nombreux forum et dont un où des médecins spécialisés répondent eux-même aux questions. J'ai été sidéré de ce que j'ai pu lire. Les gens viennent leur livrer leurs histoires parfois humiliantes et leurs inquiétudes suite aux symptômes ou à un accident mais on leur répond comme si c'était les derniers des ignorants, comme si leurs questions était stupides et qu'ils nous font perdre notre temps, et on conclu par des des banalités bêtes à pleurer comme "protège toi - parles en à ton médecin (comme si c'était normal pour tout le monde d'avoir un médecin) - va faire un test, c'est rapide gratuit et anonyme - si tu es séropo, c'est pas grave, il y a des traitements efficaces et notre soutient, par contre, si tu l'es pas, tu es un gros hypocondriaque tes symptômes sont dû au stress et c'est bien fait pour toi, t'avais qu'à pas tromper ta femme etc…."

Sur d'autre forums, même des connus, on tombe souvent sur les même réponses, mais formulées par des ados qui n'y connaissent rien. Et chez les assocs on dirait qu'il suffit de s'acharner à répéter ces banalités pour éradiquer la maladie.

Donc je suis content d'être tombé ici, ou les gens sont renseignés et savent de quoi ils parlent. Il me faut encore un peu de temps pour tout lire, mais j'y ai trouvé de drôle de contractions.

J'ai déjà eu plusieurs comportements à risque et ai toujours réagit négatif, mais j'ai toujours fait le test en une journée à 28 euros et le test sanguin direct aux USA, c'est d'ailleurs assez surprenant d'avoir le résultat 15 minutes après la prise de sang, pourquoi on a pas ça en France?

J'ai une vie saine je suppose, je ne bois jamais, je ne prend presque jamais de médicaments, la dernière fois remonte à l'année dernière suite à une toux qui n'en finissait pas, ma mère s'est arrangée pour que je ne fasse aucun vaccin, je ne vais jamais chez les médecin, il m'arrive d'avoir la diharrée et une angine surtout depuis un voyage qui m'a un peu déglingué mon appareil digestif. Le seul médoc un peu hardos que j'ai pris c'était le roa cutane à 17 ans. Je fume juste 1 à 4 cigarettes par jour parfois 0, et j'ai tendance à être très fatigué en hiver. J'ai pas une nourriture équilibrée, je mange peu ou parfois énormément mais en restant maigre et je fais du sport irrégulièrement.

Je suis bien tenté de faire plusieurs test pour voir si j'ai des résultats différents.

Et félicitation pour ce forum.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour et bienvenu sur le forum,

Il y a un truc que je ne comprends pas. Tu as déjà fait un test, suite à ta diarrhée ? Si ce n'est pas le cas, n'en fait pas. Il ne faut pas s'amuser à aller chercher un test positif. Parce qu'ensuite, les médecins savent être très convaincants pour te faire prendre une trithérapie. Le moindre symptôme de rhume se transforme en diagnostic de pneumonie, une diarrhée, en infection grave du système digestif, une migraine en diagnostic de toxoplasmose, etc... Et là, pour résister au diagnostic posé, il faut être un dissident hardcore.

Sinon, pour la façon de réagir des intervenants sur les forums médicaux connus, il faut avoir conscience qu'il y a des gens qui sont rémunérés pour intervenir sur ces forums. C'est nécessaire pour les propriétaires de ces sites, parce que ça permet de faire croire que le site est très fréquenté. Avec 10 personnes qui postent chacun seulement 100 messages par jour, en un peu moins de 3 ans, ça fait 1 million de messages sur le forum. Carrément intéressant pour le site en question. Du coup, plein de réponses sont en réalité faites par ces employés. Et forcément, comme ils n'ont pas le temps, ils vont faire des réponses bateaux, à savoir conseiller systématiquement à la personne d'aller chez le médecin. Bien sur, ce genre de réponse se défend dans beaucoup de cas. L'idée, c'est qu'ils n'ont pas les outils pour faire un diagnostic. Mais c'est trop systématique pour être honnête. Le but, c'est aussi empêcher que les gens réfléchissent par eux-mêmes. En les réorientant systématiquement vers un médecin, et en coupant court à tout début de réflexion, on empêche le grand public de se forger une opinion sur tel ou tel problème médical. D'où l'utilité des trolls (eux aussi des employés) qui vont systématiquement pourrir les sujets intéressants.

Sur les forums d'ado (genre jeux-vidéo.com), là aussi, il doit y avoir des types rémunérés pour intervenir et grossir de façon artificielle le nombre de messages. Et là aussi, ces employés sont payés pour troller, afin de pourrir tous les sujets intéressants, faire en sorte qu'aucune réflexion un peu intelligente ne parvienne aux oreilles des ados qui fréquentent le site et maintenir un état d'esprit complètement débile. Cela dit, sur les forums d'ado, il doit y avoir aussi un certain nombre de débiles véritables. Mais on pourrait les bannir pour faire remonter le niveau. Si les responsables du site ne le font pas, c'est parce qu'ils cherchent à abaisser le niveau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce bien rationnel de voir a priori un lien de cause à effet à peu près évident entre une forte diarrhée avec une petite fièvre et une activité sexuelle récente quelle qu'elle soit ?

Il faut bien comprendre que la médecine du sida est une approche très particulière d'un très grand nombre de symptômes et de problèmes que la médecine est tout à fait capable de traiter et résoudre par ailleurs, la plupart du temps indépendamment les uns des autres, et le plus souvent par des moyens thérapeutiques et médicamenteux infiniment moins lourds que ceux de la sidologie.

Un petit bobo extrêmement banal et anodin peut te coûter soit un traitement à vie avec une toxicité biochimique cumulative et des contrôles bio-médico-sociaux spécifiques ad vitam aeternam, soit entre 3 et 10 jours de traitements médicamenteux appropriés pour peu que tu penses toujours à ne pas trop tenter le diable/docteur Knock qui sommeille en tout médecin. A toi de voir !..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il m’arrive assez souvent, personnellement, d’avoir des épisodes diarrhée-fièvre qui peuvent durer deux-trois jours, parfois avec de fortes douleurs gastriques.

La température monte parfois jusqu’à 38°.

Pas de quoi s’affoler, franchement.

Ces états sont liés, en ce qui me concerne, à la « lourdeur » de l’atmosphère, à des états stagnants, collants, de l’atmosphère.

Mais bon , ça c’est mon point de vue.

La dégradation continuelle de l’énergie atmosphérique, provoquée par la radioactivité ( en particulier de puis Fukushima ) et l’extension des Wifi, finira par poser des problèmes.

C’est peut-être, d’ailleurs, une des raisons d’être de la propagande « en faveur » du SIDA.

Tant qu’on regarde de ce côté là, on ne regarde pas ailleurs....

Quant à être fatigué en hiver, ça me semble plutôt un signe de bonne santé....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Juste une chose que je voulais ajouter : sans être grand clerc, il me semble que les diarrhées et autres troubles du transit intestinal, de toute évidence, sont liés en priorité à l'alimentation, des cas les plus bénins et éphémères aux plus sérieux, tels que les effets d'intoxications alimentaires ou des problèmes chroniques (qui peuvent provenir de mauvais régimes alimentaires, et/ou d'accidents alimentaires non soignés ou mal soignés... avec des médicaments iatrogènes, parce que ayant des effets indésirables en soi ou en association avec d'autres, mais aussi mal dosés, pris trop souvent et/ou trop longtemps, etc. A noter aussi que la plupart des traitements antibiotiques tels que amoxyciline, ciblor, etc., si non accompagnés d'ultralevure à forte dose, provoquent des rectocolithes très douloureuses).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos réponses

Si je me suis inquiété, c'est parce-que j'ai lu que la diahrrée et la fièvre sont des sympthomes classiques 2 semaines après la contamination et comme j'ai pris des risques avec des mecs qui font ça habituellement sans capote, pour un gars comme moi qui n'y connais rien, je me suis forcément inquiété. Du coup j'ai patiemment attendu l'un de ces sympthomes et la diahrrée est enfin arrivée, mais après que j'ai mangée une vieille glace et trop de melon, s'en ai suivi de fortes nausées une perte d'appétit, puis une fièvre qui a durée une semaine, il y a aussi une légère perte de libido, mais ça c'est à cause d'une chlamydia que là je suis sûr à 100% d'avoir chopé.

Et depuis tout va bien.

Je serais de toute façon obligé de faire un test car mon copain a besoin d'être rassuré, mais j'ai bien l'intention de le faire de manière anonyme et de ne surtout pas dire que je suis gay, que ma copine a besoin d'être rassurée et veut un enfant , et que j'ai une vie saine.

Ce que je me demande est, si il s'avère que le test est positif, est-ce comme d'habitude on va me donner l'enveloppe sans rien dire, ou je vais devoir suivre le medecin dans son bureau pour qu'il m'incite à prendre une tri, me ficher, me signaler etc….? Cela dit, il peut essayer, car il ne pourra pas me convaincre.

Pour ce qui est de la diahrrée, j'ai un système digestif assez difficile, surtout depuis que ma mère est devenue fan d'une sorte de gourou Suisse qui veut faire supprimer les produits laitiers le glutten et le sucre de tous les repas pour ensuite vendre des boites de compléments alimentaires à son effigie.

Pour savoir à quel aliment j'étais intolérent, on m'a fait des analyses de sels, le problème est qu'on m'a pris de cours et le sel qu'on a analysé datait du lendemain d'une cuite au jet 27, il y avait même du vert fluo dans les sels, mas l'infirmière a dit que ça n'influencerai pas les résultats, déjà j'ai trouvé ça louche.

Le résultat ne s'est pas fait attendre, j'étais un cas préoccupant, avec une flore intestinale complètement inexistante et une parois intestinale imperméable ce qui expliquerai ma sois- disant ma maigreur et ma mauvaise haleine malgré une bonne hygiène dentaire. J'avais donc droit à rien sauf quelques légumes poissons viande blanche, légumineuses supprimés aussi. J'ai donc fait son foutu régime, ça m'a strictement rien fait, le seul résultat notable, c'est que depuis ce régime je ne peut plus reprendre des produits laitiers du glutten ou du sucre sans avoir une digestion difficile et douloureuse et ma mauvaise haleine a empiré, alors qu'avant, je pouvait manger tout ce que je voulais.

J'ai donc récemment fait des recherches sur mes symptômes et il se pourrait que j'ai une candidose, exemas, mauvaise haleine langue blanche, digestion difficile.

Mais sur internet, j'ai beau chercher, il n'existe personne aucun témoignage de gens qui en ont guéri. Pour la plupart, les médecins les renvoie chez eux en leur disant que tout va bien, pour d'autres, on leur file des médocs qui marchent pas. Et évidemment, dans les forums de médecins on allie systématiquement la candidose avec le vih. Apparemment, ça peut se régler par un régime alimentaire strict comme celui que j'ai déjà fait, mais il y en a pour 6 mois.

Je serais plus tenté par le vrai jeûne comme en Russie, où on ne mange absolument rien pensant 2 à 3 semaine. J'avais déjà fait ça étant jeune et ça m'a apporté plein d'avantages: je ne pelais plus, j'avais un peau nickel, lisse ferme etc… j'étais beaucoup plus performant en cours au point d'arriver dans les premiers, j'étais dans une sorte d'état euphorique qui me rendait beaucoup plus sociable et m'empêchait de penser au moindre soucis mais je passais à l'extrème inverse juste après avoir mangé et je devenais accro à cet état euphorique, à tel point que j'ai prolongé ce jeûne jusqu'à la boulimie pendant 4 mois avec les inconvénients qui vont avec, obsession de la bouffe et sommeil difficile voire insomnie. Quand j'ai remangé normalement, j'ai du me taper de grosses complications digestives avant que ça redevienne comme avant. Et c'est là que j'ai fait le fameux régime de la Suisse.

Modifié par manicamp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour manicamp,

Alors pour commencer, je ne te fais pas la morale, mais je pense qu'il faudrait peut être te calmer avec ta sexualité intense sans précaution qui semble aller dans tous les sens, j'espère que cela était qu'une petite passe de ta vie et que tu t'es assagi depuis, car aucun corps humain n'est fait pour etre confrontré à toutes les saloperies virales qu'il rencontre pendant la pratique du "sexe de caniveau". ("Si je suis séropo, je serais incapable de dire quand je l'ai attrapé")

A force cela peut épuiser l'organisme, et les symptomes peuvent même finir par passer innapercus.

Ensuite, il faudrait peut être que tu saches aussi ce que tu veux vraiment, le type de vie que tu veux mener car sois tu es gay, sois tu aimes ta copine et tu souhaites une vie de famille "normale", ne fait pas des choses contre ta volonté, tu seras le seul à en payer le prix plus tard. Si tu fais un enfant, il faudra assumer jusqu'au bout !

J'ai l'impression que tu te cherches encore à ce niveau là tout en restant dans le mensonge avec le poids du stresse que cela peut engendrer. Cela n'est pas bon pour ta santé mentale et physique. Tu as, à mon avis, intérêt d'approfondir ce point. L'homme ne peut pas être heureux dans le deni.

Pour les tests du "VIH" pour savoir si tu as le "VIH" ou pas, encore faudrait-il que ces tests soient vraiment spécifiques au "VIH" et fiables or ce n'est pas le cas puisque (entre autre) toutes les femmes qui viennent d'accoucher produisent les anticorps qu'on attribue au VIH et qui donc réagissent aux tests, alors qu'elles ne sont pas séropositives au "VIH". Et même les fabricants de ces tests ne garantissent pas le résultat, c'est écrit sur les notices destinés aux professionnels. Donc faire ces tests peut être bien plus dangereux que d'avoir une vie sainne et vivre simplement.

Il faut faire attention aux forums, Si le lien "VIH > "SIDA" n'a pas encore été prouvé scientifiquement à ce jour, et qu'il y ai de grandes chances pour que cela soit une supercherie à but lucratif, il existe toute une batterie de MST et autres saloperies qui cumulées, peuvent affaiblir l'organisme et être extrement dangereuses, donc il faut continuer à se protéger et pas faire n'importe quoi de son corps. Ca parait basique et répétitif mais il y a pas de miracles pour être en bonne santé. Il faut s'occuper de soi.

Modifié par twj

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Désolé mon message n'a pas été très bien compris. Pour ce qui est de ma copine en fait, elle n'existe pas, je pensais me présenter au test en me faisant passer pour un hétéro qui veut un enfant avec sa copine pour ne pas influencer le test.

Ensuite pour ce qui est de la vie sexuelle, j'y suis peut-être allé un peut fort, j'ai pris des risques avec au moins 3 personnes ces deux derniers mois, la capote a craqué pour d'autres , avant ça, c'était le calme plat depuis 3 ans. Mais je ne vais pas non plus en backroom tous les jours pour baiser bareback, d'ailleurs je l'ai jamais fait, en revanche, la capote s'est déchirée avec un mec qui fait ça, c'est à partir de là que je me suis dis qu'il faudrait que je me calme et que je ne pourrais pas avoir une vie sexuelle et amoureuse sereine si je ne fais pas de tests. Surtout depuis ce qui pourrait être des symptômes de primo infection.

C'est là que je me suis renseigné et que je suis tombé sur les dissidents, j'en avais déjà entendu parler via Alain Soral.

Avant j'allais voir les forums genre doctissimo pour voir si les symptômes correspondaient. Mais j'ai vu trop de trucs qui clochent, je suis aussi tombé sur un témoignage perturbant d'un étudiant qui a fait une première expérience homo, la capote a craqué, et son partenaire lui avoue plus tard qu'il est séropo et qu'il ne prend pas de traitement, il a eu les symptômes, là sur le forum on le traite d'homophobe et d'hypocondriaque et tout le monde lui dit de faire des tests, il fait une TPE 2 semaines plus tard puis il fait ses tests qui s'avèrent douteux puis le médecin lui dit qu'il est séropo mais qu'il a été contaminé il y a 6 mois alors qu'il n'a jamais pris de risque à ce moment. Là il a la compassion de tout le forum qui change de comportement d'un coup, et lui déprime et pense au suicide, puis il décide de suivre l'avis des médecins et prend le traitement.

Bref, il faut que je prenne le pas pour aller au labo, j'ai peur d'être fiché si le test est positif, car si c'est le cas, je compte le refaire ailleurs pour voir. Ensuite, j'ai attrapé une chlamydia, ça j'en suis sûr, même si les symptômes douloureux et gênants ont disparus, je préfère la soigner après le test pour ne pas les influencer.

Ensuite je ne pense pas être un vrai dissident, j'y vois plus une manière de se rassurer en se disant que le virus n'existe pas, mais je suis également conscient qu'il se passe des choses très louches dans les labos sur le sujet etc…. donc je préfère en savoir plus avant d'avoir un avis plus précis, pour l'instant je suis entre les deux.

J'ai trop fréquenté les naturopates et autre anti-vaccins pour savoir que certains d'entre eux aussi inventent des théories farfelues en se basant sur rien puis sont convaincus d'avoir raison, mais je fais encore moins confiance aux médecins officiels.

Je pourrais ne pas me faire dépister et soigner ma chlamydia puis continuer comme d'hab, mais j'aimerai avoir le papier officiel où est marqué NEGATIF, pour en rassurer certain. Et comme j'ai dit, je ne suis pas (encore) convaincu à 100% que le VIH n'existe pas.

Modifié par manicamp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pourrais ne pas me faire dépister et soigner ma chlamydia puis continuer comme d'hab, mais j'aimerai avoir le papier officiel où est marqué NEGATIF, pour en rassurer certain. Et comme j'ai dit, je ne suis pas (encore) convaincu à 100% que le VIH n'existe pas.

Tu as bien raison de ne pas être à 100 % convaincu de quoi que ce soit. Luc montagnier lui même le dit sur un reportage, qu'un corps en bonne santé avec un bon système immunitaire peut se débarasser du "VIH" tout seul en quelques semaines ! [media=]

[/media]

Pour ce qui est du papier officiel il n'a qu'officiel que le nom, un test du VIH ne veut pas dire grand chose sur le plan technique vu que ces tests ne sont absolument pas spécifiques au "VIH". Cela n'a jamais été prouvé, si un médécin, un scientifique, un internaute à la preuve du contraire je suis preneur.

Pour le reste, tu n'as pas à te justifier manicamp, fais juste attention à toi. Ca serait intéréssant que tu fasse immédiatement le test quand même pendant que tu as ta saloperie sexuelle qui doit faire travailler tes anticorps voir si ca réagit, et refaire les tests après.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 3 ans j'ai déjà réagi négatif à un test HIV alors que j'avais chopé la chlamydia . J'en ai marre d'ailleurs ça fait la 3ème fois que je la chope, et il suffit de rien même de recevoir une fellation, et les médecins ont mille et une façons de la soigner toutes plus ou moins efficaces dont un médoc vraiment nase qui m'a désseché la peau.

Faut que je prenne mon courage à deux mains et aller au labo demain.

Pour la vidéo de Montagnier, je l'avais déjà vu, mais justement je ne comprend pas trop la dissidence, vous n'êtes pas sûr que le VIH existe, mais si i existe, il n'est pas responsable du SIDA?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

twj :

Ca serait intéréssant que tu fasse immédiatement le test quand même pendant que tu as ta saloperie sexuelle qui doit faire travailler tes anticorps voir si ca réagit, et refaire les tests après.

Tu joues à quoi, là ?

Manicamp,

Il faut bien voir que ça fait partie du dispositif de contrôle social d'être emmené à se faire dépister pour "rassurer" le partenaire. Certes, si une relation durable est en jeu, c'est un choix important. Pour ma part, je ne cèderais en aucun cas.

Manicamp, tous :

Je viens de découvrir un article qui me semble intéressant sur la biologie du stress et ses liens avec les déficiences immunitaires (désolé, pas le temps de citer les passages les plus significatifs, à vous de les trouver !) :

http://n.khan.free.f...e du Stress.pdf

Modifié par Jardinier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Post scriptum:

Pourquoi je ne cèderais pas ?

Les tests réagissent à plusieurs conditions et situations biologiques de manière non différenciable. De plus, ils sont complétés par un questionnaire sur les options et le vécu sexuel, et ce sont les réponses à ces questions qui peuvent faire la différence : à résultat égal, le diagnostic issu du test peut être soit négatif, soit indifférencié, soit positif, en fonction des réponses - il peut aussi être conseillé de le refaire au bout d'un certain temps, tout ça de manière relativement floue et arbitraire en termes de critères de latence, parce que ce sont les critères de santé publique qui prévalent sur le strict intérêt thérapeutique des patients individuels et parce que les "sujets à risque" peuvent être allègrement sacrifiés sur l'autel de la prévention et de la protection de l'ensemble de la population. Ensuite, statistiquement, la séropositivité ne concerne qu'une infime proportion de la population dans un pays comme la France, et si elle est concentrée sur les homos (la fameuse "prévalence"), c'est parce que certains sont sujets aux MST par leurs pratiques (les MST pouvant positiver les tests, et/ou les indications fournies à ce sujet pouvant influencer les personnes qui délivrent le diagnostic (on leur donne même la consigne expresse de décider en fonction de ce qui ressort des questionnaires, qu'ils doivent mener avec toutes les précautions psycholinguistiques nécessaires pour qu'ils n'aient pas trop l'air d'interrogatoires... mais assez quand même, selon les cas...). Et la séropositivité est concentrée chez les homos aussi parce que, de manière générale, les homos sont 3 fois plus soumis aux discours et pratiques de prévention et 3 fois plus contrôlés que le reste de la population.

Ensuite, Manicamp, il me semble assez clair que tu es en situation de stress (et en situation de "double-contrainte" sur un plan plus strictement psychologique), si bien que ta décision de faire un test vih va être influencée par ton stress actuel, et que tu ne prendrais peut-être pas la même décision si tu n'étais pas stressé. Or, si tu as un résultat de test positif, ton stress actuel risque, pour d'autres raisons psychologiques et psycho-somatiques plus durables, de se pérenniser et de s'aggraver, avec des effets biologiques pouvant s'ajouter aux effets secondaires d'éventuels traitements ARV assortis de contrôles biologiques permanents. De plus, ce que tu dis plus haut est totalement contradictoire, à savoir que si tu es déclaré positif tu refuseras d'entrer en traitement de toute façon. Dans ces conditions, à quoi bon faire un test ? Pour ta chlamydia en revanche, ce n'est pas très sérieux à mon avis de ne pas la soigner le plus vite possible si tu es certain d'en avoir une (je ne suis pas du tout sûr que les mèdecins aient mille façons de la soigner, et c'est connu que ça se soigne facilement, à charge pour toi de ne pas en contracter une nouvelle à tout bout de champ).

A propos de l'article sur la biologie du stress : C'est un cadre général à considérer et méditer calmement. Se faire des histoires de manière obsessionnelle sur son état de santé et sa symptomalogie peut être en soi une source de prise en otage par le corps médical ou les médecines alternatives, et une source importante de stress plus ou moins chronique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

twj :

Ca serait intéréssant que tu fasse immédiatement le test quand même pendant que tu as ta saloperie sexuelle qui doit faire travailler tes anticorps voir si ca réagit, et refaire les tests après.

Tu joues à quoi, là ?

Effectivement, ça peut être dangereux pour une personne vulnérable et fragile devant un diagnostique faussement fatal, mais je pensais manicamp moins naif que la moyenne concernant la réalité et la validité de ces tests.

Des preuves, comme quoi un test accuse le "VIH", puis la contre preuve quelques mois après, que les tests n'accusent plus rien, ca ne peut pas faire de mal !! Il ne s'agit pas d'un jeu, mais d'éléments de preuve supplémentaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut-être, mais à cette logique de la preuve et de la contre-preuve il y a un très gros risque de se faire piéger par la volonté de savoir, de vérifier, et d'entrer dans un syndrome psycho-somatique et psycho-social hautement dommageable. Ce peut être le cas même pour des pesonnes qui ne sont pas particulièrement fragiles et vulnérables.

C'est toute une culture de l'autonomie de la personne, ainsi que les fondements de l'Etat de Droit et des Libertés, que les dispositifs frauduleux et fallacieux du sida et la thèse du vih, avec leurs très lourds relents d'eugénisme et de darwinisme social, tendent à saper et à annihiler.

Je penche donc beaucoup plus pour le boycott pur et simple de la part des séronégatifs et des personnes non dépistées.

Modifié par Jardinier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu as raison Jardinier, de toutes façons, faire un test, c'est entrer encore dans le jeu du système en continuant à l'engraisser avec les revenus des royalties que se partagent les labos francais et américains alors que nous savons pertinement que ces tests du "VIH" ne sont ni fiables ni spécifiques au "VIH".

J'ai l'impression que nous ne sommes rien devant ce système de soins médicaux. je sais pas si vous avez fait attention aux actualités en ce moment 50% des médicaments qui seraient inneficace, ca devient un serpent de mer, tout le monde commence à être au courant de ses supercheries, mais le système continue sur sa lancée !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon ben voilà, test dans un laboratoire privé, on m'a demandé mon nom, je pensais que ce serait anonyme, je ne pensais pas avoir donné mon nom les autres fois. Et elles ont insisté pour avoir le nom d'un médecin traitant, mais je leur ai dit que j'en avais pas. Au début elles disent que c'est obligatoire, et après leur avoir dit que je n'ai pas de nom en tête, elles ont dit que c'est pour pas nous lâcher dans la nature avec un test positif et qu'elle se contenteront de mon numéro de portable, je suis deg, j'aurais du dire non pour mon nom.

Voilà, si c'est positif ou faux positif, j'espère que je serais pas fiché dans toutes la France, que je puisse faire un contre test.

J'ai l'intention de m'expatrier, et fiable ou pas, il me faut ce papier pour partir. Maintenant je vais tenter de penser à autre chose tout le weekend, parce-que 11heures du mat, c'était trop tard pour avoir le résultat le soir. je dois attendre Lundi 17h

Je suis allé dans un labo privé pour pas avoir à répondre à un questionnaire, la nana s'est qu'en même permis de poser des questions et je lui ai dit que je compte m'expatrier avec ma copine, c'est tout.

Sinon pour le stress, je suis pas convaincu, les gens qui se font des tests HIV sont dans un état de stress atroce et beaucoup d'entre eux ressortent négatifs

Modifié par manicamp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Incroyable je suis négatif. J'ai bien douté la dernière heure avant de chercher le résultat, va falloir attendre quelques jours que le stress retombe.

Quand je pense qu'on donne des tests positifs à des gars qui en ont fait 10 fois moins, et qui doivent changer toutes leurs perspectives d'avenir je trouve ça injuste.

Je vais pouvoir partir. Mais je reste connecté car le sujet m'intéresse vraiment et j'a envie d'en savoir plus.

Je me demande si ces laboratoires privés délivrent des test positifs ou si ce sont seulement les labo de test "anonymes" et gratuits qui s'en chargent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les labos privés sont excessivement légers avec les résultats de ce type de tests, qui normalement, positifs ou négatifs, doivent être délivrés par des gens (normalement) formés pour ça - et formés pour réagir aux réactions des patients, (voir sur le forum que tu citais celui qui pensait au suicide), en l'occurence des médecins... j'ai fait l'expérience avec un labo privé (j'avais refait le test avec un ami séropositif) où le résultat négatif est arrivé tout seul par courrier, et pour le résultat positif, il y avait une invitation à venir consulter - bref on savait déjà que c'était positif et ça arrivait comme ça dans la boîte aux lettres. Je suis pas sûr que tout le monde puisse gérer ça bien facilement quand il prend son courrier tout seul le matin. On peut discuter sur la formation des médecins à ça, mais c'est sans doute aujourdhui les moins mal formés et au moins la personne n'est pas toute seule.

Cela m'aurait étonné aussi que les labos privés te fassent un test anonymement, ne serait-ce que pour des raisons d'identification et de facturation. Ce sont surtout les hôpitaux publics qui le font à ma connaissance, et qui prennent en charge financièrement le test.

Dans ton premier post, tu évoquais les tests rapides en vigueur aux US par rapport aux tests "longs" français. En fait il ne s'agit pas exactement du même test. Le test rapide ne mesure que les anticorps à deux ou trois protéines dites antivirales. S'il est positif, le test doit être confirmé par un test de confirmation qui en mesure une dizaine. Tous les tests doivent être fait deux fois, et le test de confirmation est techniquement plus compliqué à réalisé que le test rapide. D'où le délai. Des questions de fiabilité ont été posés à propos des tests rapides, dont le rôle principal est de tester plus de monde de façon plus light pour avoir plus de séropositifs à traiter.

Dans ton dernier message, tu dis que certains sont positifs en ayant pris en gros 10 fois moins de risques que toi. Il y a comme toujours une question de terrain individuel qui fait que certains sont plus résistants que d'autres. Mais c'est effectivement des histoires que l'on entend souvent. Je me souviens bien que lors de mon premier test, l'infirmière m'avait dit que c'était la "roulette russe", bref qu'il y avait un genre de hasard non explicable..., bref quelque chose que la théorie rétrovirale du sida (l'infection par le supposé VIH causerait à terme les maladies opportunistes liées au sida) n'explique pas, et c'est là qu'elle est la plus nocive parce qu'elle ne rend pas bien compte de la nature des risques et de comment s'y protéger.

Si on se base sur la théorie alternative à mes yeux la plus crédible, celle du Perth Group, ce n'est pas d'avoir des relations sexuelles non protégées qui peut amener au sida (par la transmission du supposé VIH), mais l'exposition aux agents oxydants, et tout particulièrement aux agents oxydants azotés, qui dégradent d'une façon de particulière l'état de santé et rendent vulnérable aux maladies opportunistes. Ce n'est pourtant pas sans lien avec les relations sexuelles, et notamment celles entre hommes, car dans le cadre de cette théorie plusieurs facteurs oxydants liés à la sexualité sont bien identifiés, particulièrement chez les homos : l'usage répété d'antibiotiques pour soigner des IST répétées genre chlamydiae ou plus méchants, l'usage répété de drogues récréatives de type amphétamines ou ecstasy ou autres, l'usage répété de poppers et le dépôt rectal répété de sperme (toutes ces substances y compris le sperme étant le plus souvent très fortement oxydante). Ces deux derniers facteurs étant généralement l'apanage des passifs, il n'est pas étonnant que les actifs (tels que tu te définissais dans ton premier post) soit en général bien moins concernés, ce qui est depuis longtemps constaté.

Si tu me suis bien, tu comprendras aussi que je me démarque de certaines interventions sur ce fil, en particulier celles de Jardinier (mais il est bien au courant de mon désaccord et on en a déjà maintes fois discuté). Comme tu le dis si le test mesurait d'abord le stress, vu l'état de la plupart des gens qui y vont, bien davantage aurait un résultat positif et sans doute davantage les hétéros qui en sont nettement moins familiers. Or c'est généralement le contraire. Le test a été étalonné au début des années 80 sur des hommes homosexuels malades et il n'y a donc pas de surprise si ce sont ces derniers qui ont le plus souvent un résultat positif, du moins dans les pays développés. On peut évoquer un contrôle social comme le fait Jardinier, et il y a bien certains éléments, mais aucun ne me paraît susceptible d'expliquer pleinement comment un test d'anticorps peut avoir des affinités avec certains groupes sans qu'il n'y ait une question de santé commune sous-jacente.

On peut discuter l'importance du résultat (le test n'est pas précis sur l'ancienneté et la gravité éventuelle de la situation), l'intérêt à le réaliser, mais je reste persuadé que le balayer d'un revers de main est une erreur fondamentale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Si on se base sur la théorie alternative à mes yeux la plus crédible, celle du Perth Group, ce n'est pas d'avoir des relations sexuelles non protégées qui peut amener au sida (par la transmission du supposé VIH), mais l'exposition aux agents oxydants, et tout particulièrement aux agents oxydants azotés, qui dégradent d'une façon de particulière l'état de santé et rendent vulnérable aux maladies opportunistes.

Je suis allé un peu vite et je dois rappeler ici, pour être précis, que si c'est bien le Perth Group qui a émis l'hypothèse fondamentale, dès les années 80, le rôle majeur de l'oxydation dans le développement des maladies opportunistes liées au sida, le rôle spécifique des oxydants azotés a été mis plus particulièrement en évidence par Heinrich Kremer (rôle de la chimie du NO - le monoxyde d'azote - dans l'immunité) puis développé ici par Cheminot, notamment concernant l'action nocive des peroxynitrites et le rôle bénéfique de certains ART (lamivudine notamment) pour y faire face.

Modifié par Jibrail

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, de retour

Je vis à Hong Kong depuis maintenant 1 ans et demi, et ma vie sexuelle ne s'est pas calmée, au contraire. Les préservatifs ne sont pas très populaires ici, et je soigne ma deuxième Ghonorée avec injection de peniciline (100 fois plus rapide et efficace que le Vibramycin, au passage et sans la peau qui pèle, le docteur m'en a donné pour une semaine pour compléter l'injection, mais je me demande si c'est nécessaire).

Je ne prend aucune drogue, ni poppers, mais à Hong Kong, certains gars prennent du "ice" et m'en font fumer parfois, mais après je suis obligé de prendre du viagra.

Et ce qui devait arriver arriva, hier un gars me contacte en panique et me dis qu'il vient d'être testé positif. Normalement, je ne devrais pas être celui qui l'a infecté car il a fait sa prise de sang 2 semaines après le rapport (protégé en plus) , et si je me suis bien renseigné, les anticorps apparaissent au test en général 4 semaines plus tard, à moins qu'ils lui aient testé directement sa charge virale. Lui même ne pense pas que ça vient de moi, il pense que ça date de son séjour à Barcelone, où il m'assure qu'il s'y est toujours protégé.

On attend son rendez-vous mardi prochain pour savoir ce que le docteur va lui dire, je crois qu'il peuvent déjà lui donner sa charge virale et quand il a été infecté.

Je lui ai proposé de se renseigner sur les dissidents, mais je sais pas où sont les bons équivalents en anglais, je suis tombé sur des trucs louches. Il a que 21 ans j'ai pas envie de faire de la mauvaise retape, je me sens déjà assez coupable.

Il a fait un test dans un laboratoire assez pointu vu qu'il a du attendre 2 semaines pour les résultat.

A Hong Kong, il y a aussi des tests rapides, anonymes pour de vrai, pas comme en France, mais les centre sont spécialisés soit pour gay soit pour hétéro. J'y ai déjà fait un test négatif il y a 8 mois où ils mettent une goutte de sang sur un papier et si la couleur change c'est positif. Le gars qui fait ça, bien sûr n'y connait rien.

Je lui ai proposé qu'on fasse un test dans un centre comme ça pour voir si le résultat est le même et je me testerai aussi par la même occasion. J'ai bien fait? Mais je préfère attendre car j'ai eu mon injection de peniciline hier et je me demande si ça peut influer sur le test.

Bien sûr je n'ai pas oublié toute notre conversation sur ce sujet, j'ai un doute sur le lien entre le rapport sexuel et le résultat du test, mais je me mets à la place du garçon qui n'y connait rien et qui est complètement endoctriné.

Modifié par manicamp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...