Aller au contenu


Photo

Nexus VIH = Sida : un sidagate annoncé


  • Veuillez vous connecter pour répondre
14 réponses à ce sujet

#1 brume de l'abro

brume de l'abro

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 319 messages
  • Location:languedoc-roussillon

Posté 10 mars 2012 - 18:16

En espérant que tout le monde va bien, je viens de voir sur facebook qu'il y a un numéro quasi spécial "sida" notamment sur la dissidence du sida. Info transitant de l'Autriche via les States, et tout ça pour un magazine bien français (ou du moins francophone) icon_wink.gif


Nexus

Trop tard pour l'acheter aujourd'hui, pour moi, mais je ne manquerai pas de le faire, ça rend curieux tout de même.



#2 rebayima

rebayima

    Chercheur de lumière

  • Membres
  • 194 messages

Posté 11 mars 2012 - 23:35

je l'ai acheté et il est très bien, la suite le sera sans doute, ils vont parler des arv!!!!! bonne lecture-----

#3 Cheminot

Cheminot

    Oxydants azotés

  • Modérateurs
  • 1 503 messages
  • Gender:Male
  • Location:Lorraine
  • Interests:chimie, physique, biochimie, homéopathie;
    trafic ferroviaire;
    chants et musiques baroques, romantiques, impressionistes
    potager, bricolage
    foi chrétienne

Posté 12 mars 2012 - 17:24

Oui, c'est pas mal fait, mais cela reprend simplement tous les écrits américains, saupoudrés de poudre de perlinpinpin Perthgroup.

Dans le chapitre concernant les causes, ils reprennent la thématique Duesbergienne, et du coup laissent complètement tomber celle du PG et de Montagnier dans HON. Je vais leur écrire pour mettre en exergue cette lacune très importante.

#4 Jibrail

Jibrail

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 449 messages
  • Location:Alsace

Posté 12 mars 2012 - 19:36

QUOTE (Cheminot @ Lundi 12 Mars 2012 17h40)
Dans le chapitre concernant les causes, ils reprennent la thématique Duesbergienne, et du coup laissent complètement tomber celle du PG et de Montagnier dans HON. Je vais leur écrire pour mettre en exergue cette lacune très importante.

La version australienne (anglophone? - Nexys est un magazine australien) avait pourtant publié en son temps l'article de Valendar Turner du Perth Group, le Yin et le Yang du VIH, mais il y a une éternité maintenant, en 1999.... pour indiquer aussi que ce n'est pas la première fois que Nexus s'empare du sujet. Je vais prendre le temps de me l'acheter aussi pour voir ce qu'ils racontent.

#5 Jardinier

Jardinier

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 622 messages

Posté 13 mars 2012 - 03:55

Pour apporter des éléments de réponse à Rebayima sur les réservoirs de virus, une de mes amies vient de citer sur sa page FaceBook une actualité double, dont parle aussi David Crowe pour le volet américain (Caroline du Nord).

L'article américain d'origine est ici : http://www.scienceda...0308174710.htm Mais ça signifie juste que le Vorinostat, une drogue anticancéreuse, provoque une augmentation dans les cellules CD4+T de la présence de l'Acide RiboNucléique spécifique du présumé VIH. Du reste, celui-ci est présenté dans l'article comme utilisant les CD4 pour sa réplication. Or, le principal symptôme de la progression des séropositifs vers le Sida, c'est la disparition croissante des CD4+T (dont par ailleurs, en réalité, les technologies de comptage ne sont pas standardisées et partant peu fiables sinon pas dutout - voir ici : http://www.omsj.org/...-flow-cytometry - pardon de me répéter encore à ce sujet !). En pure logique, si le virus a besoin des CD4 pour sa réplication, pourquoi les détruit-il, et pourquoi le sida apparaît-il quand trop d'entre elles sont détruites ? Et... sujet connexe, pourquoi peut-on si facilement confondre les effets des antirétroviraux et ceux de "l'infection" ?


L'article français relayé en même temps par Futura Science se réfère à une étude de l'Institut Pasteur et de l'Institut Mondor de Créteil, peut-être plus intéressante, selon laquelle on aurait enfin localisé les "réservoirs de virus latents", qui se situeraient "au niveau des ganglions lymphatiques de la région intestinale (ganglions mésentériques)" (ici : http://www.futura-sc...localise_12479/).

Cependant, cet article mentionne que "la durée de survie des lymphocytes T CD8 cytotoxiques au sein de ces ganglions était considérablement réduite." Et aussi que : "ces "lymphocytes tueurs" sont habituellement capables de détruire les cellules infectées et d'ainsi combattre la prolifération du virus." Mais on n'en retombe pas moins, pour le fond, sur la contradiction logique que j'évoque ci-dessus : si la réplication du virus a pour effet de détruire les cellules dont il a besoin pour se reproduire, bon... C'est peut-être moi qui ai l'esprit tordu et obtus, mais...

Ou alors, certes, on peut imaginer qu'une fois maîtrisé le rôle de "TGF-bêta, une cytokine immunosuppressive qui pourrait être à l'origine de cette anomalie", l'organisme pourrait produire des CD4+T qui ne seraient plus ni infectées, ni détruites. Mais même dans ce cas, il y a quand même me semble-t-il une logique circulaire sous roche - ne serait-ce que du point d'une épistémologie historique de la recherche sur le sida - quant au rôle exact du VIH et quant à la signification et aux conséquences exactes de la disparition des CD4+T, infectées ou non...puisque le sida ne se déclarerait que quand le virus ne pourrait plus se répliquer faute de trouver des cellules dont il a besoin pour ce faire... et qu'il détruit lui-même. Rendrait-il l'organisme incapable de produire les cellules qu'il a besoin d'infecter pour se répliquer ? En gros, ce serait donc une sorte de virus "super-scorpion", du genre de celui de la fable africaine, qui demande à une grenouille de le porter sur son dos pour lui faire traverser un fleuve, et qui pique la grenouille à mi-chemin "par ce que, dit-il, c'est sa nature" ? A la limite, les chercheurs n'induisent-ils pas dans notre compréhension une confusion de langage entre "cellules détruites" et "cellules infectées" ? Ou bien, je ne sais pas... du point de vue strictement logique, il me semble qu'on retombe toujours sur une aporie quelque part...

En tout cas, la recherche n'avance manifestement pas vite, puisque la page de Futura Science se référant à l'annonce française de la localisation des réservoirs viraux date déjà, apparemment, du 26 juillet 2007...

Modifié par Jardinier, 13 mars 2012 - 03:59 .


#6 Cheminot

Cheminot

    Oxydants azotés

  • Modérateurs
  • 1 503 messages
  • Gender:Male
  • Location:Lorraine
  • Interests:chimie, physique, biochimie, homéopathie;
    trafic ferroviaire;
    chants et musiques baroques, romantiques, impressionistes
    potager, bricolage
    foi chrétienne

Posté 13 mars 2012 - 07:37

Vorinostat (c'est un acide hydroxamique avec une liaison N-O...LOL) : encore une substance qui ne peut que libérer en grande quantité de monoxyde d'azote et donc des peroxynitrites : ceux-ci conduisent à l'apoptose les cellules cancéreuses,..., et favorisent la formation de ce qu'on appelle VIH, qui n'est, selon moi et vous le savez bien, qu'un marqueur des peroxynitrites, capable de les transmettre à d'autres cellules ( http://aras.ab.ca/ar...-apoptosis.html ).

En effet, je pense que ces structures découvertes pas Huber et al. et émises par des celulles en voie d'apoptose sont ce fameux VIH, (qui serait donc naturel), apportant quelque chose aux cellules environnantes qui les ferait mourir (en faible quantité) transportent ce "quelque chose" qui pourrait être les peroxynitrites.

L'histoire des "réservoirs" me semble être vraiment une indication qu'ils sont totalement dans le brouillard.

#7 Jardinier

Jardinier

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 622 messages

Posté 13 mars 2012 - 19:28

A première vue, ton article me semble intéressant : à la fois prudent (tu emploies le conditionnel) et cohérent du point de vue logique. Il est important je crois de noter que par "naturel" tu entends quelque chose d'endogène et de non rétroviral.

Sinon, pour mes tentatives de raisonnement ci-dessus, ajoutons qu'il y a quand même un principe logique d'ensemble dans la théorie officielle d VIH : grosso modo, réservoirs ou pas, tout reposerait sur un facteur temps tel que le virus "infecterait" les CD4+T et les ferait disparaître plus rapidement que l'organisme n'en remplace. Ce qui bien sûr tend à justifier le principe des ARV d'un côté, mais laisse aussi de grandes interrogations ouvertes quant à la compréhension et l'interprétation fine des schémas biochimiques à l'oeuvre dans les divers processus intermédiaires, et n'exclut pas formellement a priori le rôle possible de divers "co-facteurs", dont certains "externes" (malnutrition, conditions sanitaires, etc.) et d'autres iatrogèniques tant du point de vue médico-chimique que de celui des biotechnologies et de leur réductionnisme, structurel et induit au niveau des pratiques cliniques...

La petite expérience de Juliane Sacher que tu relates en dit très long sur ce thème, qui n'est autre en fin de compte que celui des diagnostics arbitraires...






#8 Cheminot

Cheminot

    Oxydants azotés

  • Modérateurs
  • 1 503 messages
  • Gender:Male
  • Location:Lorraine
  • Interests:chimie, physique, biochimie, homéopathie;
    trafic ferroviaire;
    chants et musiques baroques, romantiques, impressionistes
    potager, bricolage
    foi chrétienne

Posté 14 mars 2012 - 10:33

Quand je parle d'un phénomène naturel - et je crois que le mot n'est pas bien adapté - j'y entends un phénomène qui se produit systématiquement lorsqu'une cellule quelconque meurt. Cela n'exclut pas qu'il puisse s'agir de rétrovirus endogènes - et là, je rejoins bien de Harven.
Par contre, en l'état de santé, ce phénomène aurait lieu à bas bruit, et serait amplifié dans le "syndrome d'immunodéficience".
De quelle manière?
Eh bien, lorsqu'une substance proapoptotique (libérant des peroxynitrites) parvient dans une cellule immunitaire, elle provoquerait la mort de celle-ci, ce qui libèrerait quelques "rétrovirus" légèrement infectieux. Ce que Montagnier aurait observé, cela serait ces "quelques rétrovirus", qui en fait ne seraient que la conséquence du phénomène majeur de l'immunodéficience : la destruction cellulaire par des substances chimiques permettant la formation en masse de peroxynitrites.

C'est pourquoi je dis souvent que le phénomène "VIH" est l'arbre qui cache la forêt.

Dans l'expérience décrite par Margolis et al., la réapparition de l'ARN du "VIH" est, à mon avis, simplement due à l'utilisation d'un donneur de peroxynitrite, ce vorinostat.
Il faudrait que ces chercheurs changent leur cerveau... pour se rendre compte des bêtises qu'ils font subir à ces patients.

En ce qui concerne Julian Sacher, j'en déduis simplement que le phénomène dit "de charge virale", comme le phénomène "P24", sont des phénomènes existant chez tout un chacun, mais amplifiés jusqu'à faire apparaître à bruit fort ce "phénomène d'immunodéficience". La disparition de la charge virale sous l'effet du traitement indique simplement qu'on a trop donné de réducteurs (3TC, lopinavir), c'est d'ailleurs pour cela que des cancers du foie apparaissent chez les personnes traitées.

#9 Econoclaste

Econoclaste

    Chercheur d'idées

  • Membres
  • 85 messages
  • Location:Gironde
  • Interests:Economie, sociologie économique, sciences politiques, industrie pharmaceutique et biotechnologies, construction sociale des marchés et des maladies

Posté 19 mars 2012 - 22:40

Sur le plan des dernières nouvelles dans les médias, Françoise Barré-Sinoussi est passée ce matin dans les matins de France Culture, pour faire la pub' sur son dernier livre. Toujours les mêmes âneries orthodoxes...
http://www.francecul...mbat-2012-03-19
On réagit collectivement sur le forum de l'émission? icon_wink.gif



#10 Jardinier

Jardinier

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 622 messages

Posté 20 mars 2012 - 03:16

En fait , c'est surtout la chronique de Brice Couturier, qui n'est déjà plus accessible par le lien que Econoclaste a inséré ci-dessus, qui concerne les Dissidents :

Le Sida, "construction sociale" ?

En deux mots (à moins de décoder le propos du chroniqueur selon la méthode de la "transcriptase "inverse" - LOL), Etienne De Harven (tout en étant qualifié de "médecin de haut niveau") en prend plein la figure, ainsi que la philosophie déconstructionniste, via un long préambule insinuatoire sur l'affaire Sokal...

Sinon, je viens d'écouter le plaidoyer en béton de Sinoussi pour le tout-hiv=sida. Parmi ce qu'on peut noter, elle a fait un lapsus incroyable, dont elle ne s'est même pas corrigée : elle a parlé de "névirapine", au lieu de "néviparine" (dont elle vante les bienfaits, forcément...) !!!

Modifié par Jardinier, 20 mars 2012 - 03:28 .


#11 Jibrail

Jibrail

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 449 messages
  • Location:Alsace

Posté 20 mars 2012 - 21:21

QUOTE (Jardinier @ Mardi 20 Mars 2012 03h32)
En fait , c'est surtout la chronique de Brice Couturier, qui n'est déjà plus accessible par le lien que Econoclaste a inséré ci-dessus, qui concerne les Dissidents

Etant en désaccord quasi-systématique avec tout ce que Brice Couturier peut raconter dans sa chronique matinale, sur n'importe quel sujet, je ne suis pas surpris de son analyse comme toujours simpliste, dénué de recul, d'humilité et systématiquement dans le sens du vent dominant... Et dire qu'il croit apporter quelque chose au schmilblick...

Je n'ai pas bien le temps ni le courage d'écouter Barré-Sinoussi, l'a-t-on au moins interrogé sur ses divergences désormais manifestes avec son ex-comparse Luc Montagnier ? Ou encore sur les contradictions de l'orthodoxie dans Emperor New Virus, l'approfondissement de House of Numbers, dans laquelle elle est interviewée?

Par contre Jardinier, c'est toi qui fait une jolie confusion entre la Névirapine - et l'Héparine peut-être ?

#12 Jardinier

Jardinier

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 622 messages

Posté 21 mars 2012 - 19:29

Non, certainement pas de confusion possible avec "héparine". Je ne crois pas avoir mal entendu, car ça m'a beaucoup frappé, ce lapsus où on entend bien "rapine" ("navy rapine" ???), dans le contexte d'une "explication" sur la transmission mère-enfant où il ne pouvait être question que de néviparine. Voir ici pour l'à propos de la chose : http://www.google.com/search?hl=en&q=n%C3%A9viparine
Comme elle ne s'est nullement reprise et a enchainé sur la suite de son propos sans le moindre trouble apparent, ça me semble un peu suspect.

Mais dans l'ensemble Barré-Sinoussi réaffirme d'un bout à l'autre toute la doxa actuelle de l'Inserm sur le vih et le sida sans rien expliciter en particulier sur le plan médico-scientifique. Le mieux est de l'écouter. Elle affirme l'utilité des traitements précoces, et que c'est l'interruption de ceux-ci qui provoque la résistance aux médicaments. Seul autre changement, les anciens "contrôleurs d'élite" sont devenus des "contrôleurs naturels" (il s'agit des séropos au long cours non traités qui ne tombent pas malades et n'ont pas de charge virale).

Interrogée sur le panel de Thabo Mbeki, qu'elle accuse d'avoir surtout voulu "faire des économies", elle dit y avoir été conviée et avoir refusé d'y participer parce qu'il n'y avait pas à discuter avec les dissidents, notamment en raison de la situation d'urgence. C'est je crois le seul moment où elle fait allusion à la dissidence.

Elle craint une baisse des crédits pour l'accès universel aux traitements. En gros, elle demande de l'argent de manière très classique. Elle justifie l'action d'Onusida en Afrique et dans les pays pauvres en disant qu'au passage ça permet de financer l'installation de structures sanitaires pérennes et d'intervenir sur le paludisme, la tuberculose, etc. Donc, c'est surtout là qu'on retombe sur les à côtés plus ou moins ambigüs du dispositif sida. En clair, je crois que ça veut surtout dire que le financement international des structures sanitaires en question est conditionné à l'acceptation du recours aux ARV et du dispositif de contrôle social inhérent à l'approche épidémiologique du sida - un peu comme l'aide de l'AID US dans le tiers-monde a été traditionnellement conditionnée à l'acceptation du planning familial et à la mise en place d'une politique de contrôle des naissances.

Modifié par Jardinier, 21 mars 2012 - 19:47 .


#13 Econoclaste

Econoclaste

    Chercheur d'idées

  • Membres
  • 85 messages
  • Location:Gironde
  • Interests:Economie, sociologie économique, sciences politiques, industrie pharmaceutique et biotechnologies, construction sociale des marchés et des maladies

Posté 22 mars 2012 - 19:24

Je confirme tout ce que dit Jardinier, c'est pour ça que j'ai dit : "toujours les mêmes âneries orthodoxes". J'ajouterais, puisqu'elle se considère comme "engagée", qu'elle a signé (il y a deux ans maintenant) une (nième) pétition pour permettre l'accès sans restriction aux ARVs aux pays développement. Elle avait été pour l'occasion approchée par deux économistes que je connais bien qui travaillent sur les problématiques de brevets et leurs conséquences sur l'accès aux ARVs pour qu'elle appose sa marque... En l'occurrence, ces deux économistes dont je parle qui n'ont aucune connaissance des problématiques dissidentes.

#14 Ohm1981

Ohm1981

    Nouveau venu

  • Membres
  • 4 messages

Posté 02 mai 2012 - 13:08

Salut à tous,

pour info, le nouveau numéro du magazine Nexus vient de paraître (n°80 mai-juin).

On y trouve un dossier de 30 pages intitulé "SIDA La face cachée de l'AZT".

Amicalement



#15 Jardinier

Jardinier

    Chercheur de quoi déjà ?

  • Membres
  • 622 messages

Posté 22 juin 2012 - 17:13

Selon Le Monde et Le Parisien, la possibilité de procés de type Actions de groupe en France est à l'ordre du jour au Gouvernement et au Sénat :
- http://www.lemonde.f...23025_3224.html
- http://www.lemonde.f...23157_3224.html
- http://www.lemonde.f...75_1471069.html

(Pour mémoire, le 27 avril dernier, le Prés. Sarkozy avait nommé à la présidence du Conseil National du Sida le prof. Patrick Yéni, en dépit des conflits d'intérêt avec Gilead Science de celui-ci et de la plupart des membres de son équipe d'experts pour le rapport préparatoire au plan Bachelot.)




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)