Aller au contenu
forum sidasante
brume de l'abro

leishmaniose viscérale et cmv

Recommended Posts

Juste pour le "plaisir" de partager et de "nager" toujours un peu plus - il s'agit de leishmaniose viscérale, pas de vih. Je viens de lire ça :

The level of virus output in urine (representing systemic CMV infection) remained constant over a period of forty-four weeks during and after convalescence from the mononucleosis syndrome. However, virus isolation from semen (representing localized CMV infection) appeared to parallel the course of and concomitantly terminate with the resolution of the urologic condition.

Donc cmv dans le sperme tant qu'il y a simultanément une infection à cmv et une quelconque infection urinaire qui cause le jolie mot de hématospermia (sang dans le sperme), et une fois l'infection urinaire soignée, toujours cmv dans l'urine, mais plus dans le sperme.

Voilà, juste des petits points d'interrogation sans plus pour décorer l'immense tissu de nos recherches et errances.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

je trouve cette assertion tirée de wikipedia très intéressante. Dommage que personne ne l'ai sourcée.

En effet, elle met à mal toute la théorie orthodoxe des anticorps, à savoir que ce sont eux et pratiquement eux seuls qui donnent une immunité durable, d'où le désire de favoriser toutes les vaccinations.

Or ce texte montre qu'au contraire, il faut favoriser la présence de TH1, et éviter les TH2 et donc les lymphocytes B qui fabriquent les anticorps.

Cela remet également en cause l'argumentation de Peter Duesberg sur le sida quand il prétend qu'habituellement les anticorps protègent des maladies. Il a bien vu que dans le cas du sida ce n'était pas clair, mais il n'en a pas tiré les conclusions drastiques qui s'imposent.

Si ce document de wikipédia a une source fiable, c'est toute la théorie de l'immunité qu'il faudra revoir.

Merci Brume.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

je trouve cette assertion tirée de wikipedia très intéressante. Dommage que personne ne l'ai sourcée.

En effet, elle met à mal toute la théorie orthodoxe des anticorps, à savoir que ce sont eux et pratiquement eux seuls qui donnent une immunité durable, d'où le désire de favoriser toutes les vaccinations.

Or ce texte montre qu'au contraire, il faut favoriser la présence de TH1, et éviter les TH2 et donc les lymphocytes B qui fabriquent les anticorps.

Cela remet également en cause l'argumentation de Peter Duesberg sur le sida quand il prétend qu'habituellement les anticorps protègent des maladies. Il a bien vu que dans le cas du sida ce n'était pas clair, mais il n'en a pas tiré les conclusions drastiques qui s'imposent.

Si ce document de wikipédia a une source fiable, c'est toute la théorie de l'immunité qu'il faudra revoir.

Merci Brume.

Effectivement les anticorps sont loin d'être la seule source de l'immunité.

D'après Heinrich Kremer qui se basait sur les recherches menées dans les années 90, il y a effectivement deux (grands) types d'immunité :

- L'une basée sur les anticorps et plutôt sur les Th2.

- L'une basée sur les Th1 et ... l'oxyde nitrique (NO).

En effet, les macrophages (types de globules blancs) associés à la réponse immunitaire Th1 sont capables d'induire la production de NO pour provoquer l'apoptose des agents extérieurs. Cette production de NO est cependant très peu spécifique et mène à l'inflammation. C'est le NO dit "cytotoxique" (qui tue la cellule). Elle favorise aussi la production de péroxynitrites dans les phases d'inflammation.

Cette production de NO dite "inducible" est différente de celle de la forme "endothéliale", c'est dire le NO produit à l'intérieur des vaisseaux sanguins pour fluidifier la circulation sanguine (principe des vasodilatateurs tels que les poppers ou le Viagra)

Selon Heinrich Kremer, en résumant rapidement, c'est dans la dérégulation Th1-Th2 que se joue l'arrivée des maladies opportunistes liées au Sida.

En effet, ces maladies exotiques (PCP, candidoses, etc...) sont de même nature que la leishmanianose, c'est-à-dire des parasites qui sont combattues par une réponse de type Th1, et donc par la production d'oxyde nitrique par les macrophages. Les anticorps sont impuissants (comme le montre cette étude). Quand cette dérégulation survient, il n'y aurait plus de production de NO cytotoxique et donc, une défense immunitaire amoindrie avec des trous dans le bouclier...

J'essaierai de poster des références plus complètes dans les jours à venir.

La page française de Wikipedia sur les NO synthétases (les enzymes qui produisent le NO) résume simplement mais je pense honnêtement ces différentes formes de NO.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La prévention aux piqûres de phlébotomes est la forme la plus immédiate de la protection. Vous pouvez prévenir une morsure en portant un insectifuge,des vêtements protecteurs, dépistage des fenêtres sinon Il n'existe aucun vaccin préventif ou médicaments pour traiter la leishmaniose.

http://dictionnairemedical.net/1433_Leishmaniose.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une étude espagnole vient de montrer que les personnes qui ont subi une transplantation d'organes (et qui sont depuis sous traitement immunosuppresseur) ont 100 fois plus de chance d'être atteint de leishmaniose viscérale, une maladie parasitaire potentiellement mortelle présente surtout dans les pays tropicaux et méditerranéens (dont l'Espagne, où a été réalisée cette étude).

Or en terme immunitaire, la leishmaniose est proche de certaines maladies opportunistes définissant le sida (voir fil ci-dessus).

Cela vient accréditer une nouvelle fois l'idée que l'exposition massive à certains composés chimiques ayant des effets immunosuppresseurs reconnus (opiacés, nitrites, certains antibiotiques, facteur de coagulation...), comme cela était le cas de certains "groupes à risque" du sida (toxicomanes, transfusés, hémophiles, certains homosexuels...) peuvent suffire à rendre particulièrement vulnérables à ce type de maladies, de la même façon que certains transplantés avaient déjà développés des syndromes de Kaposi qui s'étaient résorbés à l'arrêt du traitement immunosuppresseur (voir ce fil).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...