Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

En attendant, la version holistique incluant l'esprit, est devenue de fait la première dissidente face à l'orthodoxie .

Aïe, l'affaire se complique, mais tu tiens le bon bout ! 4-piout.gif

Il ne nous reste plus qu'à poser le téléobjectif et nous munir d'un grand angle !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je reste sceptique par rapport aux deux "tendances" actuelles de la "dissidence".

Toutes les deux se caractérisent par un point de vue strictement mécaniste: à ce que j'ai compris, pour le "rethinking AIDS" le virus existe mais il n'est pas dangereux.

Tandis que pour le groupe de Perth, il n'y a pas de virus mais une réaction "immunitaire" à des substances étrangères.

Je trouve personnellement leur hypothèse de "réaction immunitaire au sperme" absolument délirante. A tel point que je me demande si j'ai bien tout compris.

Toujours est-il que

1- Il s'agit d'un vision strictement mécaniste dans les deux cas

2-Aucune des deux tendances n'apporte d'explication à la réalité de l'effondrement immunitaire dont il est question.

Je reste tout aussi sceptique devant la plupart des débats qui ont lieu dans le site.

La tendance mécaniste reste dominante.

Tout ne serait qu'affaire de réactions et d'équilibrages chimiques. ( Une pincée de peroxyschtroumpf, un zeste de PX245ZN en combinaison ou non avec le phéromone dominant ZRT14-7, du corpuscule antallergicophobe périhystaminé, etc...)

Ce qui nous renvoie une vision du corps comme machine, et non comme unité vivante insérée dans une vastitude tout aussi vivante.

De même d'ailleurs qu'à l'heure actuelle on ne voit plus la sexualité humaine que comme un ensemble de réactions chimiques à base hormonale, personne ne semblant se soucier de savoir ce qui provoque ces réactions chimiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Coucou Takeshi,

J'aimerais apporter des réponses pertinentes à tes questions malheureusement voici ce que ton message m'inspire spontanement...

Pour ton :1 Vision mécaniste, ok, mais même moi qui pense que la psychologie, le mental et nos actes personnels sont influents à 99% sur l'état de notre santé, dans ce combat, je ne vois absolument pas comment défendre nos idées correctement si on ne part que sur un domaine qui à toujours été (bêtement) considéré comme second plan ou facteur supplémentaire. A la limite peu m'importe, puisque le language qu'utilisera ton corps pour manifester un problème se traduira par une somatisation, une manifestation physique et concrète dont il faut être à l'écoute.S'il ne te donne pas ça, comment seras-tu alerté?

En psychologie il y a des mécanismes communs alors peut être que l'analyse de symptomes recurrents peut dégager quelque chose dans cette histoire...

Je ne pense pas que les scientifiques soient suffisament open pour prendre en compte le fait que, par exemple, lors d'une dépression très grave, un suicide mental, il y a un parallèle entre ton abandon et le fait que ton immunité soit plus qu'endormie et que les tests sont indicateurs de cette défaillance.

C'est le "jeu", je l'accèpte.

D'ailleurs sur ton histoire d'hormones j'ai rien contre, bien sûr, et compte tenu du témoignage de mes proches et moins proches, je me suis rendu compte, aussi, qu'en fonction des pratiques et des attentes de chacun, il y a un facteur tout aussi mental qu'hormonal ou instinctif.

Pour ton 2 :L'effondrement immunitaire, bon, perso je crois qu'on a donné sur ce site le nom d'une maladie toute nouvelle "lympho-quelquechose" dont j'ai déjà oublié le nom mais dont la définition figure dans wikipédia et qui est aussi un effondrement immunitaire, mais curieusement qui se distingue du VIH/SIDA mais dont on ne connaît pas la cause réelle tout comme les cancers (on croit à certains facteurs peut-être) et certaines maladies auto-immunes, et comme le psoriasis... (à vue de nez ou à mémoire d'yeux) : la baisse des C4 est tellement subtilement subtile en fonction des réactions inattendues des test VIH qui ne mesurent même pas la bonne dose de farine pour faire un soufflet parfait.

Si tu écoute les symptomes du vih: ta mal à la gorge=tu as le sida, tu as une dermatose au nombril= tu as le sida, tu en a marre de ta vie= tu as le sida + tu as peur=tu vas faire un test et tu auras le sida.

réactions et d'équilibrages chimiques
bien que tes pensées n'auraient pas utilisé ce langage là, le corps les a traduit ainsi.

Je fait confiance à certaines personnes sur ce site, même s'ils ne prouvent parfois pas tout mais qu'il peut y avoir seulement d'autres raisons que celles que l'on nous donne pour expliquer ce bancal de VIH/SIDA.

Et pour plagier ma découverte des anciens messages de Terry lors de mes recherches sur le site aujourd'hui et qui m'ont fait rire toute au long de la journée:

Lol, lol,lol, ultra-méga-gigalol,supraLolol of lol parce qu'on va bien finir par en rire de tout ça !

bien à vous tous,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Takeshi,

Concernant la chute des C4, cet extrait est certainement plus interessant que ce que je te raconte plus haut.

Le point 2 m'a fait sourire...

http://www.theperthgroup.com/LATEST/PGAffidavit.pdf

D. ACQUIRED IMMUNE DEFICIENCY (Declining CD4 cell count)

1. Physicians treating HIV positive and AIDS patients monitor the number of CD4 cells in the peripheral blood. A decline in their numbers is interpreted as proof the cells are being killed as a consequence of HIV infection.

2. The fact that CD4 cells are diminished in the blood stream is not proof the cells are being killed. Their disappearance no more proves they are dead than the disappearance of the population from cities at Easter proves its citizens are dead.

3. CD4 cells are counted by means of antibodies that bind to a molecule on the cell surface known as the CD4 “receptor”. Evidence published by HIV,11 experts shows that the measured decrease in CD4 cells may not be due to their selective destruction but by the loss of their surface receptors which are no longer available to bind to the antibody molecules.

4. In cultures of CD4 cells chemical agents induce such changes without killing the cells.

5. In vitro (“test tube”/out of the body experiments) performed to prove HIV kills CD4 cells suffer from the fact it is not possible to add pure HIV to CD4 cell cultures. This is because to date no researcher has purified HIV. Thus such experiments, even if they did reveal declining numbers of cells in cultures, cannot distinguish between “HIV” as the cause and the many other substances which contaminate “HIV”.

6. Data show that even when such “impure HIV” is added to cultures, “HIV” does not cause a more significant decline in CD4 cell numbers than that observed in control cultures to which culture material without “HIV” has been added.

7. There are data that in the AIDS risk groups, such as drug addicts and haemophiliacs, individuals may develop low CD4 cells before they become HIV positive. In other words, the cause (HIV) follows the effect (low CD4 cells).

8. Montagnier states “This syndrome [AIDS] occurs in a minority of infected persons, who generally have in common a past of antigenic stimulation and of immune depression before LAV [HIV] infection” (emphasis added).

A bienôt,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Takeshi et à tous

Je partage tes pensées et ce constat commence à être fatiguant . Se répéter n'est pas très épanouissant, mais bon.....c'est la loi du « jeu » et je viens, tardivement, m'y soumettre .

Effectivement, la dissidence, dans son approche du problème, n'est qu'une variante de l'orthodoxie, comme je l'avais déjà dénoncé .

Remplacer un virus, par un autre élément extérieur, quel qu'il soit, ne nous avance pas à grand chose, et c'est bien pour ça que la dissidence « patauge » depuis 25 ans .

*/ La première cause du sida, c'est d'abord cette maladie intellectuelle, qui consiste à vouloir identifier un élément particulier comme dénominateur commun et qui se rend incapable de comprendre les ensembles chimiques, par l'application d'une vision divisogène exclusive du vivant .

La dissidence applique une même erreur scientifique, qui lui interdit de pouvoir aboutir à une conclusion .

*/ La dissidence est à ce titre aussi borgne que l'orthodoxie . La focalisation des recherches sur un élément commun et extérieur, n'est que l'alpha du problème .

Quelque soit cet élément : péroxynitrites, nourriture, stress, adn, etc....la plus grande énigme du problème restera à étudier .

A savoir : pourquoi certain sont contaminés et pas d'autres, et pourquoi certain en meurt et d'autres restent en pleine forme .

La part humaine n'est toujours pas considérée, la « science de l'humain » n'est pas à l'ordre du jour du ministère de la santé et donc autant dire, qu'ils sont encore loin d'apporter une conclusion pertinente .

La négation de la chimie humaine face à la chimie matérielle et extérieure, est en soi une pathologie intellectuelle qui n'aboutira à rien, si ce n'est faire perdre du temps de vie aux malades, et faire gagner du temps et de l'argent à l'orthodoxie .

La dissidence, fonctionnant suivant les même schémas scientifique que l'orthodoxie, est à ce titre insidieusement complice de cette orthodoxie .

Ça ressemble étrangement à l'industrie qui organise sa propre concurrence, pour éviter un véritable concurrent dangereux .

La dissidence, n'a pour l'instant rien de dangereux pour l'orthodoxie, ce qui permet au problème de durer …....

Elle cultive effectivement, la même vision mécanique que l'orthodoxie .

Comme le dit Cheminot, tout est une histoire de chimie .

Reste à comprendre pourquoi, cette approche des ensembles chimiques, se voile la face dogmatiquement et piétine, face à toute la chimie émotionnelle .

Il est en effet troublant, que la chimie émotionnelle soit tout à fait reconnue, quand il s'agit de glorifier la science dans sa compréhension de l'humain . ( On sait très bien que les émotions génèrent des hormones et toutes sorte de sécrétions diverses, et que ces émotions sont liées aux valeurs morales de chacun, d'où l'excellent concept de la « biologie des croyances »)

Mais que cette chimie émotionnelle, est complètement occultée, quand il s'agit d'expliquer la chimie de la vie dans ses variantes agréables et désagréables .

La chimie émotionnelle, est le lieu ou peut s'exercer notre liberté d'être .

Si cette chimie peut être prisonnière de valeurs morales à faible pouvoir réaliste, elle indique aussi qu'en modifiant nos valeurs, cette chimie peut être modifiée . Chacun étant libre dans l'absolu, d'être créatif de sa chimie interne, au lieu d'être réactif .

Ce phénomène est embarrassant pour la science matérialiste .

Ainsi dernièrement, des psychanalystes et des neurobiologistes, se sont regroupés pour travailler ensemble, afin de pouvoir expliquer rationnellement et pour donner une limite tangible, ainsi qu'un dénominateur commun évidement, au «  je t'aime » .

Histoire de se débarrasser de Jung et de l'esprit, et d'apporter une vision mécaniser de la vie émotionnelle .

Bien sur, cette propagande d'un homme machine, est rendue possible par l'oubli organisé, et accepté, des pouvoirs et des réalités de l'esprit, rendant la majorité des « moutonnisés », incapable de Savoir par soi-même et soumis au dictat de la secte scientifique .

Si l'on peut ici, déplorer les mauvaises intentions de certains « sorciers » scientifiques, on ne peut leur en vouloir de tirer profit de la manne des abrutis endormis, qui sont les premiers à tendre leur cul ….

Il ne s'agit pas plus d'accuser les dominants, que de rendre leur responsabilité aux dominés .

La mécanisation de la logique vitale, est un simpliscisme adapté à l'abêtisation, qui finalement est considéré comme très intelligent .

C'est un phénomène dramatique pour la Conscience qui ne vit sa réalité que dans sa liberté .

Mais cette liberté est incompatible avec l'esclavagisme matérialiste et chacun est responsable de privilégier la logique rassurante et liberticide de la mécanisation de la pensée, plutot qu'une liberté dont peu de gens savent se servir et qui est plutot devenue embarrassante .

Ainsi le « modernisme » liberticide sera encore accueilli avec joie par les esclaves, qui arboreront leur carte génétique et leur puce RFID dans le ridicule de leur orgueil et de leur quête sans fin de valorisation, pour cause de valeurs personnelles perdues, et qui se croiront au top de l'évolution humaine, alors que d'humain, il ne leur restera que la forme .

Tout ceci fait tellement de mal à l'humanité, que vous permettrez que mon ton, tente, d'être à la hauteur de cette guerre menée contre l'être humain,sa dignité et sa liberté, par un matérialisme complètement déshumanisant et cautionné par tant de victimes .

La ville, ses angles droits, ses lignes droites, où la nature est exclue, sont des usines à mécaniser la perception de l'humain et de la vie .

Les formes artistiques de la nature, ses cycles et ses rythmes, que le système s'efforce de détruire et d'éloigner des hommes, en sont l'antidote .

Bien à Vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@bamboo,

J'ai erré assez longtemps dans de vaines tentatives de comprendre l'incroyable tendance des humains cuirassés à rendre confus et compliqué ce qui est simple et évident, pour quiconque est encore capable de sentir la vie en lui et autour de lui.

En cela je comprends très bien dans quel genre de toile d'araignée tu peux te sentir pris...

C'est en cela que nous devons apprendre à entrer en dissidence: affirmer partout et toujours notre sensation du Vivant, et apprendre à considérer que les réponse simples et claires que la vie nous donne sont aussi valables que les labyrinthes mécanistes où il restera toujours l'élément ultime à découvrir.

Il ne faut pas aller très loin pour se rendre compte que, de manière générale, aucun virus ne peut en soi causer de maladie.

Le virus est la conséquence aggravante d'une fatigue immunitaire.

Celle-ci est par exemple, fort logiquement, plus forte en hiver. D'où le plus grand nombre de maladies en cette saison, alors que pour autant les populations de virus ne sont pas censées exploser dans une saison où tout tourne au ralenti.

L'idée qu'un épuisement immunitaire puisse être sexuellement transmissible est tout simplement risible.

Mais c'est devenu un article de foi.

Le manque de publicité donnée aux dernières prises de position de Montagnier ne peut s'expliquer autrement.

Les fidèles n'aiment pas en général que le prophète de leur croyance change de cap. Ils préféreront, dans le meilleur des cas, l'ignorer complètement. Ce qui, en définitive, vaut mieux pour ce dernier.

La seule optique que nous ayons pour ouvrir les portes du futur est de considérer le phénomène "SIDA" pour ce qu'il est vraiment: une pathologie sociale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Un film doc sur l'énergie dans la maladie et la guérison qui peut interesser certains participants à cette discussion, Tatilolo et d'autres...

Projection " Les chemins de la Guérison… " Un film de Jean-Yves Bilien, le Jeudi 10 Juin 2010 à 20h00,

Association traces une diagonale-Salle de l’athénée - Place saint-Christoly-Bordeaux / 33000

En présence du réalisateur, il faut reserver.

Je ne sais pas ce que ça vaut, si c'est du blabla ou digne d'interet.

La bande annonce est naze mais on peut trouver des extraits entre autres:

Bien à vous tous,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Takeshi, ton intervention est un élixir de pertinence !

C'est en cela que nous devons apprendre à entrer en dissidence: affirmer partout et toujours notre sensation du Vivant,

Merci !

Il ne faut pas trop s'inquiéter de mes découragements, c'est là où se renforce mes affirmations à ce sujet !

Bien à toi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La ville, ses angles droits, ses lignes droites, où la nature est exclue, sont des usines à mécaniser la perception de l'humain et de la vie .

Les formes artistiques de la nature, ses cycles et ses rythmes, que le système s'efforce de détruire et d'éloigner des hommes, en sont l'antidote .

Il y a des générations qui ont aussi vu en la ville un formidable lieu de libération; des millions de ruraux qui ont fui la campagne, sa misère, son ordre social le plus souvent inique et abêtissant, ses travaux harassants, cette nature sans pitié qui en une nuit d'orage, en un vol de criquets, vous ruinent des mois de travail et vous condamne à la famine.

Tous ceux là ont vu autre chose dans la ville qu'une suite rectiligne de constructions sans âmes, mais aussi un lieu de découverte, d'échanges, de rencontres, de connaissances.

Peut-être parce qu'ils ont aussi lus, étudiés, et bien qu"esclave matérialiste", ils sont aussi capable de dépenser la pensée binaire, de trouver la nature à la fois belle et cruelle, la ville à la fois laide et humaine, ou même l'inverse; de profiter du confort matériel sans nier son caractère aliénant. Ils n'ont pas réponse à tout, et encore moins une réponse unique.

C'est un des effets pervers de "l'intellectualisme", que d'autoriser ce genre de fantaisies intellectuelles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Takeshi

Si je pue de la gueule, tant pis...

Pour faire avancer les choses concrètement et d'après ton point de vue et tes idées, que tu partages avec Bamboo et dont j'adhère concernant certaines d'entre elles:

Clairement, quels sont tes conseils, quelle serait le chemin vers une solution, quelle est l'attitude à adopter à court, moyen ou long terme concernant notre sujet principal, pour que cela puisse être bénéfique et éclairer certains ?

Comment envisager ou favoriser une forme de résolution, alors que dans son évolution l'homme ne conçoit pas de revenir en arrière ou de se remettre en cause ?

Merci à toi,

Kill Elisa

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Jibrail

Ils n'ont pas réponse à tout, et encore moins une réponse unique.

C'est bien leur problème! et c'est toute la futilité de la fameuse « libération et connaissance » dont ils se croient abreuvés !

Il y aurait d'ailleurs tellement de connaissances accessibles, que paradoxalement, il est devenu très tabou de désigner une vérité . J'entends souvent comme tu le sous entend : « mais qu'elle vérité ? » « qui peut savoir ? » 

On est surtout dans un monde qui se croit très égoïstement libre, et pour lequel toute vérité est perçue comme une atteinte, une limite à cette liberté et au libéralisme triomphant et taxée de « fantaisie intellectuelle «  !

Rien ne saurait contraindre les fameux hommes libres ! enfin surtout ceux qui en ont volé les moyens, à tous ces peuples et ces pays massacrés, pourtant gorgés de trésors naturels, par exemple Madagascar, pour le plus grand plaisir de l'insouciance libérale et matérialiste, dégagés de tout humanisme et en adoration devant le totem de leur totalitarisme . Ce qui n'est pas moins le fruit d'une fantaisie intellectuelle dont les conséquences apparaissent autrement plus fatale,que mes petits rappels des liens qui unissent l'homme et la nature, qu'il le veuille ou non !

A ce titre, il y a bien une réponse unique concernant l'origine naturelle de l'homme et son devoir d'en rester conscient et le gardien .

C'est d'ailleurs cette pathologie de la liberté illusoire, mère de la déresponsabilité, qui permet aux hommes de s'autodétruire dans la joie et l'insouciance, en bafouant les vérités qu'ils refusent de reconnaître .

Ainsi, la fameuse « intelligence » et « ouverture d'esprit » des hommes « moderne », citadins apparemment si cultivés et si évolués ; peut ainsi se cloisonner dans un fascisme idéologique, plutôt « que d'autoriser ce genre de fantaisies intellectuelles. «  qui voudrait désigner quelques vérités devenues insupportable pour l'individualisme égoïste, devenu si libre d'emmerder le monde dans la plus grande insouciance et surtout de proférer n'importe qu'elle vérité mensongère, comme celle par exemple, qui nous rassemble ici .

En attendant, le totalitarisme de l'idéologie matérialiste qui s'autodétruit avant même d'avoir pu établir une quelconque pertinence qui lui permette de résister au temps, « m'autorise » à rappeler des vérités oubliés, dont je ne suis qu'un serviteur, et dont la pertinence millénaire qui a construit l'humanité dans un juste équilibre jusqu'il y a peu, m'assigne de faire mienne cette « autorisation », au delà de la gène qu'elle peut susciter chez les « serviteurs «  de cette idéologie, dont les victimes majoritaire, rêvent plutôt d'un retour à la campagne et aux valeur fondamentales, malgré les orages, que d'une carrière avec carte de fidélité, dans les bouchons parfumés des périphériques .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En attendant, le totalitarisme de l'idéologie matérialiste qui s'autodétruit avant même d'avoir pu établir une quelconque pertinence qui lui permette de résister au temps, « m'autorise » à rappeler des vérités oubliés, dont je ne suis qu'un serviteur, et dont la pertinence millénaire qui a construit l'humanité dans un juste équilibre jusqu'il y a peu, m'assigne de faire mienne cette « autorisation », au delà de la gène qu'elle peut susciter chez les « serviteurs «  de cette idéologie, dont les victimes majoritaire, rêvent plutôt d'un retour à la campagne et aux valeur fondamentales, malgré les orages, que d'une carrière avec carte de fidélité, dans les bouchons parfumés des périphériques .

Libre à chacun d'avoir ses opinions, et je ne partage pas la plupart des tiennes, c'est comme ça, et c'est pas très grave.

Ce n'est pas non plus très grave que tu refuses toute nuance dans ton propos, et que tu te places dans des perspectives mythiques (un quelconque "équilibre millénaire", peut-être quand on n'était ni femme ni esclave, après tout). On ne va pas s'apprendre mutuellement comment regarder le monde, surtout à travers cette odieuse création de l'"intellectualisme" qu'est l'informatique.

Je te remercierai juste à l'avenir, à titre personnel (je ne suis pas modérateur du forum), au respect de ce que l'on appelait dans le temps la nétiquette, en particulier d'éviter de dénigrer à longueur de messages, et sur un ton peu plaisant, ceux qui ont d'autres opinions que les tiennes, parce que rien que dans ce fil, les torrents de boues ("propagande éculée", "esclavage matérialiste", "idiotie", "complicité insidieuse", "secte", "borgne", "abrutis endormis qui tendent leur cul", etc...) n'ont pas coutume de produire les plus beaux diamants, bien au contraire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bof bof bof,

Tu parles là d'un groupe particulier, et tu en parles au passé, reconnaissant implicitement que ce n'est plus trop d'actualité .

Propagande éculée et totalement passéiste d'un certain capitalisme égoïste qui ne supporte plus aucun insecte devenu forcément nuisible, et qui est devenu allergique à l'amour et entraide familiale qui a toujours su protéger les hommes des aléas naturel .

Quant à ces fameuses « générations », elles vont laisser à la surface de la terre, une trace indélébile de leurs passions citadine, dont la non pitié, est déjà autrement plus conséquente pour l'humanité qu'un simple orage !

Pour caricaturer, ce que je vois aujourd'hui à la campagne, dans de traditionnelles familles rurales, est ceci, entreaide familiale = protection du clan = refus et sclérose d'un esprit critique = négation de l'individu = 0 tolérance = votes d'extrême droite, et je pourrais ajouter utilisation à outrance de pesticides, car ils détestent peut-être même plus que les citadins la moindre mouche, qu'elle vole droite ou de travers, audience assidue pour ce que les média ont de plus débile, c'est à dire les 95%, déification des "people", génuflexions devant les médecins omniscients et élus locaux...

Ceux qui changent ce tableau, sont les nouvelles générations et "estrangers" qui utilisent leur esprit critique.

Passons aux choses sérieuses. Je comprends et partage ta rage en regardant le monde, Bamboo, mais je ne peux pas suivre ton analyse, qui est aussi dualiste au fond, ce que tu reproches précisément aux "intellectuels". "Ils", les capitalistes etc. qui ont saccagé la planète, c'est "nous". C'est l'expression de la nature humaine, et plus encore, de la nature tout court. La nature n'est pas "gentil" ou "sensible", et si on peut discuter du rôle de la sélection naturelle dans l'évolution (au niveau adn etc) on ne peut pas discuter du loi du plus fort dans l'organisation de la nature à un moment donné.

L'harmonie féerique d'une clairière dans la forêt, c'est le résultat d'une lutte pour la survie qui ne cesse pas une seule seconde. C'est dans la nature de l'homme de vouloir s'en affranchir autant que possible et donc, inévitablement, de vouloir maîtriser au moins son espace de vie personnelle. Que dans les résultats, on va/est allé trop loin, je suis bien d'accord, mais d'une certaine manière, ce qui se passe, c'est que l'homme dérègle la lutte sans merci de la nature, que nous autres, humains d'aujourd'hui et en occident, en prenant du recul (faculté de pouvoir faire des abstractions), appelons parfois "harmonie". L'amour n'existe pas dans la nature, c'est une spécialité de l'homme, pour le meilleur et pour le pire.

L'entraide familiale peut sembler beau, mais poussée un peu plus loin, ou disons l'autre coté de la médaille est, que cette même entraide familiale peut être en miniature le régime le plus fascisant qui soit, 0 tolérance, 1 chef. C'est le modèle type des religions monothéistes sanguinaires et des dictatures. Nous ici, dissidents sur ce forum, n'existeraient pas dans un système poussé d'entreaide familiale, on serait expulsés de la communauté, voire éliminés, comme des éléments subversifs et donc dangereux pour la survie du clan. Tout système d'organisation sociale a tendance, à mon avis, à devenir fascisant, car c'est toujours organisé autour d'un pouvoir, qui peut être "une vérité" (religion, idéologie) ou matériel (moyens de production, capital) ou une force (armée), ou encore un mélange et à des échelles différentes. Tout ça à l'image de la lutte pour la survie sans merci qu'on voit dans la nature. La seule chose qu'on puisse y opposer c'est l'individu.

Ce que nous autres humains ont de particulier (ce qui est dans notre nature) pour survivre dans la nature, c'est notre faculté de fabriquer des choses et de penser abstrait (d'enjamber temps et espace en pensée, l'imagination, de construire mentalement - la pensée rationnelle et l'imagination ont pour moi la même source), et de suivre une pensée logique (rationnelle). Que cette faculté soit la plupart du temps utilisée pour calculer comment on peut faire le plus de bénéfices et accumuler le plus de pouvoir, avec le résultat qu'on voit aujourd'hui joliment illustré dans le golfe de Mexique, je suis d'accord. Mais malheureusement on ne peut pas dire que même ce terrible résultat ne soit pas dans "la nature humaine" et donc dans la nature, tout court. Une suite logique de la nature de la nature.

Collectivement, on n'a qu'une branche de la pensée rationnelle/imagination qu'on peut opposer aux résultats catastrophiques des tendances "matérialistes" aujourd'hui (pour caricaturer en très bref) : la survie de l'espèce à terme et donc aussi des autres espèces. C'est d'ailleurs ce qui motive le plus grand nombre aujourd'hui (l'explosion du "bio" et tout ça - et tant mieux, mieux vaut tard et partiel que jamais et rien).

Et évidemment, il ne manque pas de personnes qui ont (pre)vu ce qui se passe aujourd'hui, il y a longtemps. On n'a pas besoin d'être un initié pour ça, il suffit juste de penser logique/imaginer et de tirer les conséquences pratiques sur le long terme des comportements à un moment donné.

La seule "morale" que je trouve utile pour l'individu humain en prise avec sa nature humaine vient de Kant, "l'impératif catégorique". Ce qu'il a dit de manière compliquée (car il vivait dans une période ou il fallait encore faire croche patte à Dieu, ce qui devait être très compliqué... - ce qu'il a fait d'ailleurs pour ma part plus efficacement que d'autres plus tard, en disant, en gros, que Dieu ne pouvait être qu'un concept humain, que l'homme ne pouvait pas connaître Dieu - une véritable révolution, copernicienne, comme il disait, même pour lui-même, qui était croyant), on peut le dire plus simplement : ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse.

C'est une pensée rationnelle, du moins "logique", pas besoin de religion ou de spiritualité, juste besoin de bon sens (non perverti par une religion). On n'en trouve pas l'expression dans la nature (peut-être juste dans le cadre de la survie de l'espèce - mais là je parle au niveau individu).

Cette petite phrase limpide, qui peut se passer de kilomètres de discours, d'initiés et de révélations, est pour moi "notre tâche", en tout cas, ma tâche. Et pourtant, c'est tout sauf facile, car on fait du mal en permanence. Du coup j'y ajoute une sauce venant de l'orient : ne fais pas le mal activement et le moins possible passivement. Et même ça, c'est difficile et même impossible dans le sens absolu. Tout ce qu'on peut faire, c'est faire pour le mieux avec cette petite phrase comme fil conducteur.

Et là où je veux en venir : autant je partage beaucoup de tes constats concernant "le monde", pour moi tout ça n'a rien a voir avec de la spiritualité, dont je crains tout simplement une autre volonté de pouvoir en marche, qu'elle atteigne un jour son but ou non. Mais à la différence de toi (du moins je pense), je ne crois pas à un "théâtre de l'ombre" (je ne dis pas ça cyniquement), faite d'un monde invisible d'esprits - ça change fondamentalement et assez irrémédiablement nos perspectives, c'est clair.

Autant il me semble plausible que certaines de nos facultés sont encore méconnues (certaines formes de transmission de pensée ou d'émotions, par exemple), mais je n'y vois pas autre chose que des facultés (matérielles, on pourrait dire) de notre cerveau.

Beaucoup de fruits du travail de Steiner sont intéressants et utiles, mais même là on voit une esquisse de système totalisant - esquissé par lui-même ou par ses disciples (les disciples sont souvent bien pire que le maître - il n'y a qu'a voir les religions, catholiques ou communistes...). En bon anthroposophe, il faudrait, par exemple, dessiner d'une certaine manière, seulement avec certaines couleurs, seulement avec un certain type de traits, orientés d'une certaine manière. Et donc il y a la aussi, une volonté d'explication unique, d'une lecture unique, d'une pensée unique. Je ne mets pas en doute la bonne volonté de quelqu'un comme Steiner (et tant d'autres, pour ma part je pense que la plupart des "maîtres" avaient la bonne intention de créer de l'ordre dans la bestialité de l'humain - mais c'était sans compter avec les disciples qui ne pensaient pas par eux-mêmes et donc appliquaient des règles, dont ils faisaient peu à peu des matraques - avec plus ou moins de pouvoir et donc de "succès").

Bref, je ne vois que l'individu pensant de manière autonome comme salut possible, et non pas l'individu initié sous quelque forme que ce soit, mais un individu qui pense et "sent" pour lui même, et est équipé d'une débroussailleuse personnelle quand il s'aventure parmi toutes les choses qu'on peut et doit apprendre, toutes les sources qu'on doit fréquenter, dont on doit prendre connaissance pour y prendre appui, car on ne peut pas refaire le boulot de millénaires de savoir accumulé de A à Z en une vie.

Là où on se rejoint (probablement), est que beaucoup de penseurs dans les "sciences du verbe" (avec les branches en psychologie, sociologie et d'autres terrains) d'aujourd'hui (et depuis des décennies d'ailleurs, de pire en pire, on dirait, ce qui est assez logique en soi-même) font du sur place dans leur propre sphère hautaine d'Idées et de verbiage, et se gardent bien de devenir compréhensibles pour précisément des "non initiés" (ce qui au fond veut dire qu'ils ne pigent souvent eux-mêmes que dalle à ce qu'ils disent, ou le considèrent au fond comme inapplicable dans la vraie vie - encore heureux icon_wink.gif - pour mon grand plaisir j'ai lu un jour dans une source que je n'ai plus mais qui était a priori une bonne source que Simone de Beauvoir devait expliquer à Sartre certains passages qu'il avait écrit dans l'Etre et le Néant - que je me suis tapé dans des temps meilleurs icon_wink.gif. Du coup, beaucoup d'écrits et d'idées sont assimilables à une religion dont les adeptes se gargarisent fraternellement leurs dernières pontes de concepts "génétiquement modifiés".

Voilà comment on en arrive à écrire des trucs embrouillés (que je dois peut-être me faire expliquer icon_wink.gif, un dimanche matin où on a plein d'autres choses à faire, et pour finir par là où j'ai commencé, et pour résumer : tu me poses souvent devant le double problème, Bamboo et certains autres, que d'une part je suis d'accord avec beaucoup de tes constats, mais pour moi tout ça peut se passer entièrement d'une lecture "spirituelle". Le monde n'est pas idéal, ne l'a jamais été et ne le sera jamais. Si "le sida" est le fruit de "notre monde pas idéal à nous, d'aujourd'hui", il doit l'être de manière concrète, par quelque chose de "matériel", de physique (favorisé par des éléments idéologiques, psychologiques, sociologiques, émotionnels, ça d'accord) et non pas spirituelle.

Comme il y a plusieurs lignes de pensée, et même de définitions de mots (de "spiritualité" par exemple), qui se croisent et qu'on pourrait développer chacune pour en faire des ornements pour le plus grand plaisir de nos étagères de bibliothèques, je crains que tout ceci ne pèche par ce que justement je n'aime pas, c'est à dire que ce n'est pas clair, mais tant pis, j'arrête là, je voulais "juste" essayer de motiver plus clairement pourquoi je ne te suis que dans certains constats, mais pas dans l'analyse et je trouve que c'est important d'en faire la distinction, surtout sur un forum comme celui-ci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Jibrail

C'est ce que l'on appelle la liberté d'expression, inscrite dans les Droits de l'homme, dont l'intéret repose sur le fait de pouvoir dire des choses qui ne plaisent pas aux autres et pour lesquelles on ne doit pas pour autant se sentir menacé ni en danger . Art. 19

Ce qui permet à toutes les « fantaisies intellectuelles » de pouvoir se faire entendre, sans être soumises à une « autorisation » comme tu souhaiterais que ce soit le cas, et sans que l'énoncé de certaines vérités soient systématiquement taxées de dénigrements ou de sectarisme impropre à la consommation .

Ce qui permet d'exprimer son désaccord dans les termes forcément peu flatteur évidement, sans que celui-ci soit pour autant perçu comme un simple dénigrement à caractère gratuit et injustifié .

Ceci afin que les richesses humaines puissent continuer à s'enrichir respectivement .

C'est ce qui permet par exemple, à la secte matérialiste, de pratiquer le négationnisme envers les connaissances spirituelles, et de dénigrer et traiter d'hérétique, ceux qui témoignent des réalités psycho-spirituelles . Et c'est tant mieux pour ceux qui ne veulent pas comprendre les réalités de leur esprit .

Ce qui n'empêche pas les dégâts collatéraux que cela génère chez de nombreux malades, au regards des sciences spirituelles qui ont toujours identifiées les sources des maladies comme des expressions de la vie interne et dont la réalité est niée depuis l'avènement de la science matérialiste .

Le sectarisme et le totalitarisme intellectuel matérialiste, qui pratique une inquisition sur la vie et dont l'autoritarisme accepté, génère des morts et des sacrifiés en quantité phénoménale, (dont nos amis sidéens ne sont qu'un des fruits) au travers de tout un ensemble de dogmes et d'assertions sans fondement ; peut ainsi s'exprimer et exister librement, grâce à la liberté d'expression, sans pour autant qu'elle se sente menacer malgré les malheurs qu'elle fait vivre aux hommes .

Ainsi, j'accepte l'expression d'une pensée matérialiste que je côtoie ici et ailleurs, malgré qu'intrinsèquement dans ses dispositions, elle représente un danger potentiel pour les hommes, comme pourrait l'illustrer le sida .

A ce titre, mes propos qui ne sauraient représenter un danger aussi conséquent que ceux de certains penseurs matérialistes, méritent au moins une indulgence égale à celle appliquer aux considérations matérialistes . Même si celle-ci s'avance sous l'apparat d'un intellectualisme brillant, cela n'enlève rien à l'ignominie de leur malversations .

Cette liberté d'expression, me permet de vivre dans un monde, où tous les jours je suis confronté à une religion de pensée, qui plonge mes amis et mes connaissances dans une brume intellectuelle d'où ils ont beaucoup de peine pour conclure à des vérités, pour pouvoir s'y retrouver entre le faux et le vrai, et pour lesquels toute sérénité et bien être de vivre, devient de fait inaccessible ; sans pour autant que je n'autorise pas leur fantaisie intellectuelle et souhaiter qu'ils s'expriment différemment .

Et cela en dépit des incohérences que l'application de cette pensée matérialiste suscite chez eux .

Chacun est libre d'être heureux ou malheureux comme il veut, on est bien d'accord, même si le comportement ou les fantaisies intellectuelles en cause des uns, peuvent apparaître comme un dénigrement pour les valeurs des autres .

Ainsi je pourrais dire, que toute affirmation des valeurs matérielles est un dénigrement envers les miennes . Heureusement que je ne m'arrête pas à ce genre de fait, et que j'autorise que ce forum soit confit de déclarations contraire à ce que je pense !

N'ayant aucunement l'intention d'établir la république de Bambooland, contrairement à d'autres .

D'ailleurs concernant le dénigrement, au regard de tes derniers post, je ne vois quelle leçon tu voudrais m'enseigner .

Ce qui rejoint le fait, que si les spiritualistes peuvent paraître dénigreurs envers les matérialistes, le négationnisme, les railleries où l'indifférence établie envers les réalités spirituelles, peuvent aussi être perçues, de ce coté du monde, comme un dénigrement tout a fait injustifié, d'autant qu'il génère tout un ensemble de comportement extrêmement préjudiciable pour les Hommes et leur santé .

Cela ne m'empêche pas de lire à longueur de message, ici et ailleurs, des réflexions de science matérialiste à caractère négationniste et sectaire, qui ne s'adressent qu'à une seule partie de la population, en fonction d'une direction précise et unilatérale de la pensée, et supposant la croyance en un certain nombres de dogmes, dont les fondements n'ont pas été établis .

Comme par exemple, des concepts suggérant la présence de virus restant invisible, ou des notions de « charge virale indétectable », qui sont des must en matière de fantaisies intellectuelles et qui permette à la science rationaliste d'être totalement irrationnelle, sans pour autant être perçue comme hérétique et faire ainsi accepter des vérités invisibles, par le biais de mensonges indétectables !

Le respect de la liberté d'expression qui fait notre monde si passionnant, permet aussi par exemple, à l'autorité scientifique au pouvoir, de générer tout un ensemble de pseudos vérités sur les phénomènes de la vie, sans pour autant en connaître et en maitriser les mécanismes .

Ainsi, les pensées, les sentiments, l'imagination, l'inspiration, l'intuition, la volonté, les rêves, et bien d'autres mystères de l'humain, restent dans une incompréhension officielle généralisée, sans pour autant que cela empêche l'autorité scientifique d'imposer un ensemble de lois aux hommes dont la légitimité reste à fonder .

Par exemple, la genèse des pensées n'est pas connue et l'on ne sait pas vraiment si elles rentrent par les oreilles, par les cheveux où si elles sont produite exclusivement par l'activité d'une glande comme celle de l'hypophyse ou de la pinéale, ou encore, si elles existent indépendamment des hommes et qu'elles se réfléchissent dans le cerveau des hommes, quand ceux-ci, se mettent à « réfléchir » .

Idem pour les sentiments, dont la provenance reste à définir, entre l'activité des neurones, ou l'activité du coeur, ou encore l'activité des testicules . Il en est de même pour la volonté, qui dans les formes particulières qu'elle empreinte, reste un grand mystère .

Idem pour les autres aspects immatériel de l'humain .

Tous cette ignorance concernant les fonctionnements fondamentaux de l'être humain, n'empêche pas certain d'entre eux de penser et d'imposer un monde et d'en définir des vérités et des lois, sans pour autant comprendre l'organe qui leur permet de penser ce monde .

Ce qui fait appel à quelques acrobaties conceptuelles, psychologiques et philosophique dénuées de tout réalisme et dépourvues du rationalisme si cher à l'esprit scientifique, sans pour autant que les initiateurs de ces comportements scientifiques, hérétiques au regard de la doctrine rationnelle de la science, soient empêchés de professer sans être dénigrés et au contraire en étant parfois nobelisés .

C'est pourquoi, si de telles libertés d'expressions sont autorisées, malgré les menaces qu'elles font peser sur les hommes, du fait de leur incomplétude et de leur partialité, je ne vois pas pourquoi, les défenseurs des connaissances sur l'esprit humain, (connaissances connues depuis la nuits des temps et régulièrement rappeler par quelques initiés talentueux dont la science ne saurait ignorer l'existence) susceptible d'être le complément nécessaire au manquement de la science, ne pourraient pas faire valoir ces apports qui font l'objet d'un négationnisme préjudiciable pour l'exactitude d'une science digne de son autorité, si ce n'est bien sur, que par une disposition plutôt religieuse, dogmatique et sectaire, que scientifique .

Comme il s'avère, qu'aux vues du dogmatisme matérialiste établi de la science, dans lequel elle se refuse a considérer tout un ensemble de phénomènes immatériels, celle-ci s'apparente a un sectarisme irrationnel sans corrélation avec l'esprit scientifique rationnel dont elle se prétend être la digne représentante ; il est alors juste et heureux pour elle et pour la dignité humaine, ainsi que pour la réalité de son exactitude qu'elle ambitionne d'atteindre, que ses manquements et sa partialité soit dénoncée dans les termes qu'il convient d'employer pour une juste compréhension utile à tous, sans fioritures intellectuelles fastidieuses, sans polissages à tendance hypocrite privilégiant la forme au fond et sans recherche d'une brillance verbale propre à détourner l'objet de la réflexion au profit d'un intérêt littéraire dont ce forum n'a pas vocation à servir ; afin que cette science en soit effectivement une, au service des humains, et non pas simplement au service d'une idéologie de complaisance, dont la pertinence est régulièrement contredite par les problèmes collatéraux qu'elle génère dans le quotidien des hommes, ainsi que par les nombreux morts que ses inventions se voulant salvatrices, génèrent en quantité .

De ce fait, la vision exclusivement matérialiste de la science actuelle, ne saurait se prévaloir d'une autorité qui lui autoriserait de s'imposer comme la seule opinion recevable et exclusivement acceptable .

Dans ma représentation d'une autre approche de la science humaine, (dont je reconnais n'être qu'un piètre représentant, mais dont la présence peut suffire à inspirer d'autres horizons à une recherche scientifique qui se respecte ); il ne s'agit pas de remplacer une vision unilatérale par une autre vision unilatérale comme on voudrait me le reprocher maladroitement et pathétiquement, mais de faire remarquer que cette approche unilatéralement matérialiste, fait justement preuve d'un « unilatéralisme » contraire à la vocation de la science, et notamment à la dissidence, et qu'il n'y a dans mes propos aucune volonté de remplacer un dogmatisme par un autre, mais plutôt l'ambition d'apporter un complément de considérations qui font défaut à une recherche scientifique et a sa pertinence à être exacte .

D'où d'ailleurs, ses difficultés à établir des solutions viables et pérennes et dont les préjudices sur les hommes, justifient amplement qu'on lui face remarquer ces manquements qui lui font défaut .

Ses manquements, au vue de l'entêtement dont ils semblent être le fruits suivant les nombreuses connaissances objectées, s'apparentent effectivement à un négationnisme et un sectarisme, dont ceux qui en sont conscient, se doivent de dénoncer, avec force éventuellement, comme cela semble nécessaire au regard des 25 ans de recherche stérile et déjà bien trop long concernant le sida, pour ce qui nous concerne ici .

Ceci est valable pour d'autres maladies et les autres domaines de la science .

Mes remarques sont d'autant plus justifiées, que depuis longtemps, les considérations et valeurs que je défend, ont développées et mise en place les médecines adéquates qui ont fait leurs preuves dans les pays où le dogmatisme pasteurien et la vision matérialiste de la vie, ne sont pas imposés ni exclusives .

Ce qui dénote de la religiosité dont son issue les dénigrements, où pire, l'indifférence d'une dissidence, dont peuvent faire l'objet mes interventions .

Ce qui explique également, que la gène que peuvent occasionner mes propos, ne dépend pas moins des problèmes de fond de la science et philosophiques qu'ils mettent en exergue, que de la forme qu'on voudrait leur reprocher, qui nonobstant, ne saurait empêcher les véritables chercheurs de considérer et de respecter le fond, établis par ailleurs, de mes interventions .

Si sur ce forum de recherche, apparemment à tendance fondamental et en quête de solutions quelles qu'elles soient concernant les problèmes de santés, certains sont gênés par les apports et considérations en provenance d'autres recherches moins conventionnelles et contraire à l'ordre établi, mais tout aussi respectable pour leurs résultats ; ils leur seraient alors peut être judicieux de reconsidérer leur présence sur ce forum, plutôt que de s'arquebouter sur un « ordre établi » dont les manquement dénoncés ci-dessus et explicitement officiels, ne permettent pas à ce forum et à la dissidence qu'il est censé représenter, d'aboutir dans ses recherchent, et développent ainsi une contradiction avec sa vocation .

A moins, que les administrateurs du forum, définissent plus explicitement ce qui est en droit d'être cité et ce qui ne l'est pas, et déterminent officiellement les ambitions de ce forum et les valeurs particulières qu'il souhaite défendre .

A moins également, que mes propos s'adressant majoritairement et dans l'essentiel, à « l'entité de la pensée matérialiste » et indirectement à la dissidence victime dans ses errements de cette entité ; ne soit pas à leur place dans ce forum se voulant le représentant de la dissidence française, et qui finalement n'en aurait ni l'aura ni le pouvoir d'action, et se contenterait d'offrir un lieu de conversation conviviale, plus à l'usage des malades et d'une détente verbale, qu'au service d'une recherche dissidente .

Auquel cas, il est évident que mes interventions, majoritairement philosophiques et sociologiques s'inscrivant dans une démarche d'apport constructif au vue de participer à l'étayage crédible d'une recherche dissidente et de sa pertinence salvatrice, n'ont évidement par leur place dans un forum qui se contenterait de bavardages et de rares soutiens aux rares victimes qui se manifestent .

Par ailleurs, si toutefois, il peut m'être démontré, avec le même sérieux et la rigueur de l'esprit scientifique dont elles font preuve, que les sciences spirituelles ne contiennent aucune pertinence, qu'elle ne sont que des allégations sans fondements, qu'elle n'appartiennent à aucun réalisme et qu'elles sont préjudiciables pour la santé des hommes et la pérennité de l'humanité, je serais heureux de les considérer et de m'y ranger, afin de pourvoir à l'équilibre de mon raisonnement .

Dans l'attente de cette éventuelle démonstration, qui permettrait au passage, d'enfin conclure scientifiquement que l'esprit n'existe définitivement pas, je continuerais à user, voir abuser, aux vues des circonstances et de l'urgence concernant certaines personnes et certains problèmes, de mon droit d'expression, que ce soit ici et/ou ailleurs, qui s'inscrit et s'inscrira toujours dans une volonté d'entre-aide, de partage, de compassion et de service envers les nécessiteux, et envers l'élargissement de conscience de la dissidence, dont certain en on tiré profit et bien être, et dont je déplore que d'autres n'y voient qu'une volonté autocratique au même titre que la volonté autocratique d'une certaine science que ce forum dénonce .

Telle n'a jamais été mon intention, quelle que soient les formes perçue comme indélicates qu'elle a pu emprunter et ne peut relever que d'une méprise bien dommageable pour la compréhension de ma démarche et par extension, pour la réalité de toute dissidence digne de ce nom .

Quand au fait, que certains s'identifient au matérialisme et à la dissidence réunis, objet de mes impétuosités, et qu'ils se croient personnellement visés par mes propos, cela ne saurait relever de ma responsabilité .

Bien à vous .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Brume

Merci de ton partage

Ne pas faire le mal aux autres, et sortir de la loi du plus fort, c'est bien grace à l'amour, et si Kant l'a réinventé pour faire plaisir à l'intellectualisme dont il l'a enveloppé, on ne peut nier que le Christ fut son précurseur à ce sujet, et qu'il nous a laissé en l'occurrence un « outil » tout a fait d'actualité, sans lequel l'humanité ne saura être pérenne .

Quant à la « débroussailleuse », cela rejoint « l'autonomie de conscience » .

Il n'est donc effectivement pas nécessaire d'être informé sur l'esprit pour être très spirituel, comme l'esprit n'a pas besoin de notre consentement pour exister malgré tout .

Ce qui n'est pas réversible .

Si l'esprit peut se passer des hommes, les hommes ne saurait se passer de l'esprit trop longtemps, et l'Histoire à venir se fera clairement entendre auprès des hommes à ce sujet .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@brume-de-l'abro

Juste en passant et en vitesse, un truc comme ça.

Pour bien montrer l'immense fossé qui existe entre le "fonctionnalisme énergétique" de Reich et le point de vue mécanisto-mystique qui constitue, disons, le type de pensée "par défaut" de notre époque.

L'harmonie féerique d'une clairière dans la forêt, c'est le résultat d'une lutte pour la survie qui ne cesse pas une seule seconde. C'est dans la nature de l'homme de vouloir s'en affranchir autant que possible et donc, inévitablement, de vouloir maîtriser au moins son espace de vie personnelle.

La première remarque à faire, c'est qu'on se demande comment la "lutte pour la survie" pourrait engendrer une quelconque harmonie. C'est une projection pure et simple de l'idéologie libérale dans le domaine de la nature.

"L'harmonie féérique d'une clairière dans la forêt" n'est rien d'autre qu'une fonction de l'énergie vitale. Sa "marque de fabrique", en quelque sorte. Et si elle nous touche autant, c'est que notre énergie interne entre en résonance avec cette énergie externe là.

C'est strictement la même chose que pour la musique. Je ne pense pas qu'une musique nous touche parce qu'elle est "le résultat d'une lutte pour la survie qui ne cesse pas une seule seconde.".

La deuxième remarque concerne "la nature de l'homme". Et là c'est un peu rigolo, car tu dis --peut-être sans le vouloir-- une chose très vraie.

En lisant cette phrase, on peut comprendre que ce dont l'homme cherche à s'affranchir, c'est l'harmonie féérique de la clairière dans la forêt.

Ce n'est évidemment pas ce que tu as voulu dire...Et pourtant -lapsus ?- c'est une profonde vérité.

L'homme cuirassé, coupé de ses racines vivantes, essaie par tous les moyens de s'affranchir de tout ce qui pourrait lui remuer l'intérieur. Et il y est très bien arrivé.

Au prix d'"une lutte pour la survie qui ne cesse pas une seule seconde" et "d'un espace de vie personnel" contrôlé par les exigences du Marché.

Sans compter les dommages collatéraux....

Bon. Rien de personnel, là dedans. J'essaie simplement de montrer à quel point nous sommes formatés. C'est à peu près inimaginable...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'homme cuirassé, coupé de ses racines vivantes, essaie par tous les moyens de s'affranchir de tout ce qui pourrait lui remuer l'intérieur. Et il y est très bien arrivé.

Pour sûr Takeshi, quelque part l'homme est profondément masochiste, il ne veut croire qu'au laid, qu'à l'ignoble et par conséquent il accrédite et cautionne par ses agissements quotidiens (même inconsciemment) le monde de compétition dans lequel il vit, et dans lequel prospèrent pour un temps nos sociétés de l'avoir !

De plus, l'homme dans sa quête de toujours plus de puissance, tient à rester sourd aux injonctions de l'âme, prétextant que c'est la force des faibles, des artistes, rêveurs, ou autres mystiques, ce qui est bien commode pour éluder le sujet, sans toutefois le régler !

La nature profonde de l'homme exige d'être révélée, tôt ou tard, sous peine de traduire le vide intérieur laissé par cette incommunicabilité entre l'esprit et le corps, par des déprimes ou autres tentatives de suicide, les maladies n'étant en général que le symptôme de cette disharmonie.

L'esprit est indissociable de la matière, la physique quantique le pressent, l'un et l'autre sont les tenants et aboutissants d'une même réalité, seulement voilà, le monde de l'esprit ou de l'âme ne se démontre pas, ne se mesure pas , il se vit (chacun à son niveau) d'où, aussi, l'apparente incommunicabilité entre les "matérialistes" et " spiritualistes".

Mais y a t-il vraiment une séparation, je n'en suis pas si sûr et je pencherais plutôt pour de l'incompréhension !

D'où l'impérieuse nécessité d'étudier les corps subtils et leurs relations avec le corps physique dense, sur un plan scientifique, cela va de soit !

Un Sage a dit à ce propos :

Si l'art de guérir n'aboutit pas aujourd'hui à tous les résultats désirés, c'est faute d'avoir coordonné les trois facteurs cités : le corps éthérique, le système endocrinien, et le système nerveux.

La médecine orthodoxe a fait beaucoup, mais il faut qu'elle fasse un nouveau pas en avant en abordant le plan éthérique, avant de pouvoir disposer de la clef des maladies et de leur guérison.

Il faut donc que la science médicale recherche finalement ses solutions dans une simplification de méthodes. Il faut qu'elle se détourne de la complexité des médicaments et des opérations chirurgicales pour comprendre la bonne utilisation des énergies qui proviennent de l'homme intérieur et affluent vers le corps physique via le corps éthérique.

Et même si Malraux a dit que le 21è siècle sera spirituel ou ne sera pas, je veux croire qu'il le sera, même si certains, à court d'arguments, freinent des quatre fers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et même si Malraux a dit que le 21è siècle sera spirituel ou ne sera pas, je veux croire qu'il le sera, même si certains, à court d'arguments, freinent des quatre fers.

Effectivement, moi je freine des 4 fers, pour autant que j'en ai, pour que le 21è siècle ne sera pas spirituel. Vous êtes aveugles ou vous le faites exprès ? Le 21ème siècle version spirituelle, ça donnerai/donnerait quoi selon vous ? (ne prenez pas la peine de répondre).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bisous à tous, surtout à certain(e)s. J'espère vous faire des vacances et surtout me faire des vacances sur ce forum.

Modifié par brume de l'abro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...