Aller au contenu
forum sidasante
Jibrail

N-Acétylcystéine

Recommended Posts

Pendant que la presse s'excite la sur pseudo-efficacité d'un pseudo vaccin, une nouvelle étude de l'équipe de Stefano Aquaro, qui avait déjà signée une publication fondamentale il y a deux ans sur le rôle des péroxynitrites, confirme tout l'intérêt de la N-Acétylcystéine (NAC).

L'équipe fait le constat que le mécanisme d'action du dit "VIH" dans la dégradation des cellules nerveuses et neuronales est inconnu (cela génère notamment des démences associées au dit "VIH"), mais que tout la relie au stress oxydatif provoquant à terme l'apoptose (mort programmée) de ces cellules. De plus, il y a aussi une corrélation observée avec le raccourcissement des télomères (partie des chromosomes dont le "raccourcissement" progressif, nuisant à la reproduction des cellules, est aujourd'hui la pierre angulaire de la théorie sur le vieillissement).

L'étude montre qu'in vitro, ce type de cellules "exposées au VIH" résistent beaucoup mieux lorsqu'elles étaient traitées avec de la NAC que lorsqu'elles ne le sont pas. L'apoptose est notablement réduite, et la taille des télomères demeure constante alors qu'elle diminue fortement pour celles "exposées au VIH" mais non traitées par la NAC. Le niveau de glutathion mesuré est logiquement élevé (car la NAC est un précurseur du glutathion), et même plus que dans des cellules "saines" du groupe de contrôle.

Tout cela confirme, au moins in vitro, s'il y avait encore besoin, le rôle de la NAC (et donc l'intérêt de se supplémenter) et du rôle protecteur du gluthation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Jibrail, et merci pour ce papier.

Si je ne risquais pas d'être systématiquement refusé, je publierais mes idées... Je crois bien qu'on va tout droit vers un modèle très proche. LOL!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Jibrail, et merci pour ce papier.

Si je ne risquais pas d'être systématiquement refusé, je publierais mes idées... Je crois bien qu'on va tout droit vers un modèle très proche. LOL!

Excellent !! Ton document est très clair et très pédagogique.

Il faudrait en profiter pour forcer les portes les moins bien blindées !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Continuons à consommer de la NAC, avec de la vitamine C Bio (et du Coenzyme A si possible).

Avec 3 ans de recul, les résultats sont là ; on ne coute rien à la Sécu.

Continuons à faire connaitre la NAC au grand public, simplement en disant que c’est bon pour tout, pas seulement pour les toux grasse.

NB: Il est facile de se procurer de la NAC à l’étranger.

Bien à vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai profité d'un moment de calme pour jeter un oeil aux dernières publications, et même si j'ai pas remarqué une révolution en cours, le rôle bénéfique de la N-Acétylcystéine et des autres antioxydants continue à être confirmés, pour les personnes positives au test dit VIH, par des études récentes.

Cette étude brésilienne ne portait que sur une douzaine de séropositifs, sous multithérapie,, qui ont pris pendant une semaine 1g NAc et 20g de Glutamine chaque jour, tout comme un groupe de contrôle séronégatifs. Le régime a permis de compenser le déficit initial des séropositifs en gluthation et dans les autres acides aminés soufrés (cystéine, taurine, méthionine), pour le rendre comparable à celui des séronégatifs.

Encore plus intéressante, une étude américaine, portant également sur un petit nombre de séropositifs (13) confirme une fois encore que non seulement les lymphocytes T (pour partie les Cd4) avaient un niveau de glutathion intracellulaire inférieur à celui des séronégatifs, et qu'il était corrélé à un faible niveau de cytokines de type Th1, en particulier à un faible taux de l'interféron-gamma dont on a parlé récemment. Un traitement NAc de ces cellules a confirmé l'élévation du niveau de glutathion intracellulaire à l'intérieur des lymphocytes T, mais aussi, en parallèle, l'augmentation des cytokines de type Th1, attestant un rétablissement du système immunitaire. Cependant, ce traitement a été réalisé in vitro (il n'est pas le fruit d'un régime).

Enfin, une autre étude italienne montre que la NAc est également efficace pour lutter contre les dégâts infligés par une des protéines (tat) du supposé VIH aux cellules de la paroi intestinale, en rétablissant l'équilibre redox mis à mal par l'action de cette protéine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est intéressant de rechercher la séquence de la "tat" : {Gly}{Arg}{Lys}{Lys}{Arg}{Arg}{Gln}{Arg}{Arg}{Arg}{Pro}{Gln}

que l'on trouve ici.

Car l'arginine, qui est l'AA prépondérant dans cette séquence, est le précurseur du... monoxyde d'azote et donc du ... peroxynitrite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la foulée des questions de Rico, ci-joint quelques recommandations du Perth Group, qui me semblent de bon sens, qu'ils ont développé sur le forum anglophone QA (Questionning Aids) sur lesquels ils étaient invités à répondre aux questions des participants du forum. Dans le passage traduit, un participant les a questionné à propos de leurs recommandations thérapeutiques.

A présent, aucun membre du Perth Group n'est un médecin pratiquant, et aucun d'entre nous n'a jamais eu à suivre des patients atteints du sida. En Australie, les patients atteints du sida sont suivis par les spécialistes des maladies infectieuses et par les immunologistes. Comme déjà indiqué, nous n'avons pas entrepris un examen détaillé des preuves relatives aux combinaisons d'ARV. En d'autres mots, nous sommes plus ou moins ignorants des traitements orthodoxes du sida.

Cependant, comme selon nous :

  1. Il n'y a pas de preuve pour l'existence du VIH, tout effet bénéfique des ARV doit être dû à des effets "non-anti-VIH". S'ils fonctionnent, comment ils fonctionnent est d'importance secondaire.
  2. Les T4 ne sont pas tués mais leurs propriétés, incluant leur capacité à se lier aux anticorps, sont altérées comme résultat de leur oxydation.
  3. La cause des maladies opportunistes n'est pas le "VIH", mais le terrain "altéré", induit par l'oxydation.

Concernant les traitements, nous avons toujours indiqué que l'attention générale à sa propre santé était le plus important. Cela inclut nombre de choses que l'on devrait faire, et d'autres que l'on devrait éviter. Il est également vital que les patients soient suivis par des médecins compétents, qualifiés dans le diagnostic et le traitement des maladies présentes et traitées de la même façon qu'en absence du "VIH". Dans la mesure où tous les séropositifs ainsi que tous les patients atteints du sida sont oxydés, il s'ensuit que leur santé peut être améliorée en normalisant l'équilibre redox. Malheureusement, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Dans le traitement de l'oxydation cellulaire, chacun doit avoir en tête ce qui suit :

  1. Tout ce qui est pris en excès est dangereux - cela inclut les composants thérapeutiques qui contiennent de antioxydants.
  2. L'équilibre redox du patient est mesurable et doit être régulièrement suivi comme cela serait fait pour le poids ou la pression artérielle.
  3. Pour mesurer l'équilibre redox, on doit avoir recours aux services d'un laboratoire compétent utilisant le test approprié. Les résultats de ces mesures doivent dicter comment la prise d'antioxydants doit être ajustée.
  4. Les médecins orthodoxes ne sont pas conscients de l'importante de l'équilibre redox dans le sida.
  5. L'approche des traitements alternatifs par de nombreux praticiens est non scientifique. Souvent, les traitements ont des effets opposés, par exemple l'usage simultané d'ozone et d'antioxydants.
  6. L'antioxydant le plus privilégié est la vitamine C. Cependant, bien que la vitamine C soit un antioxydant vis-à-vis des métaux, c'est un oxydant relatif aux groupements sulphydriles (-SH) qui sont les principaux déterminants de l'équilibre redox cellulaire. Ainsi, selon les conditions et les doses, la vitamine C peut agir soit comme une substance oxydante, soit comme une substance réductrice. La preuve en est qu'à haute dose la vitamine C est oxydante.
  7. De nombreuses personnes sont conseillées de prendre de la co-enzyme Q10. Cependant, elle se présente sous deux formes : ubiquinone (oxydée) et ubiquinol (réduite). Les deux sont prescrites comme antioxydantes.
  8. Quiconque prend de la N-AcétylCystéine a besoin d'appréciser que la présence de composés métalliques (par exemple le Zinc) ou d'oxygène provoquera son oxydation. La cystéine dans la NAC (son groupement -SH) est rapidement oxydée en cystine (-SH remplacée par S-S). En conséquence, un mélange de NAC avec d'autres composants sous forme de comprimés ou de gélules peut subir une oxydation et perdre beaucoup si ce n'est la totalité de ses propriétés antioxydantes. De la même façon si la NAC en forme de comprimé est exposée à l'air.
  9. Concernant le sélénium, il nous semble que les préparations disponibles dans le commerce sont plus dangereuses que bénéfiques.

Visit The Perth Group online.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En complément, j'ajoute aussi la traduction d'un texte plus ancien (Février 2010), toujours du Perth Group, issues de leur réponse au médecin italien Fabio Franchi, qui les interrogeait entre autres sur cet aspect.

(...)

QUATRIEME QUESTION

Que faut-il faire pour traiter le sida?

Théorie du virus passager [Duesberg]:

Selon les tenants de cette théorie, le sida ne devrait pas être traité avec des antirétroviraux ou certains antibiotiques (Septrim). Aucun autre traitement n'est offert.

Théorie oxydative [Perth Group]:

En 1986, quand notre article Reappraisal of AIDS – Is the Oxidation Induced by the Risk Factors the Primary Cause? a été présenté de nouveau au journal Nature, la lettre accompagnant cette nouvelle soumission se terminait par: «Si mon [EPE] papier ne fait rien d'autre que d'attirer l'attention sur la nature oxydative des facteurs de risque et de son importance biologique, il offre ce qui est jusqu'ici ... le seul espoir de traitement qui permettrait de stopper et inverser le cours par ailleurs invariable fatale de la maladie ... en utilisant des substances thérapeutiques actuellement disponibles ". Ce sont des antioxydants en général et des composés contenant des groupements -SH (sulfhydryle) en particulier. En 1989, nous avons publié ce que l'examinateur a appelé un protocole pour traiter le sarcome de Kaposi avec des composés contenant le groupement -SH et l'hyperthermie.

À notre avis, lorsqu'un patient se présente avec une maladie opportuniste liée au sida, la maladie (la tuberculose, le PCP, par exemple), doit être traitée de la même façon que chez un patient non-SIDA. En outre, notre théorie exige que la cause sous-jacente, l'oxydation cellulaire, doit également être prise en compte. Les malades du sida et les personnes séropositives doivent toutes les deux être traités avec des composés contenant un groupement -SH, sous la supervision d'un médecin qui a accès à des installations de laboratoire pour mesurer l'équilibre redox, et au moins jusqu'à ce que l'équilibre redox soit normalisé. Le traitement peut inclure des mesures auxiliaires tels que l'alimentation et la gestion de la réduction du stress. Dans le même temps, l'exposition à des substances oxydantes devraient être réduits au minimum, ou, si possible, les éliminer.

À ce jour, la meilleure preuve de soutien pour notre théorie a été publiée par des chercheurs de l'Université de Stanford, qui ont effectué une enquête sur la relation entre les niveaux de glutathion réduit dans les cellules T4 et le SIDA, y compris une étude en double aveugle, contrôlée par placebo. Ils ont constaté:

(I) une "survie nettement améliorée des personnes avec des niveaux de gluthation réduit (GSSH)»;

(II) L'administration de «NAC [N-acétylcystéine composé d'un groupement -SH] a montré être associée à un taux significativement diminué de la perte de cellules T CD4 au cours de la période d'essai";

(III) «... chez les sujets ayant des CD4 <200, de faibles niveaux de GSSH [une mesure de la glutathion-SH dans les cellules CD4] ... prédisent une diminution de la survie, et la probabilité de survie à 2-3 ans augmente de façon spectaculaire à mesure que le niveau de GSSH approche de la normale" suite à l'administration de NAC. [souligné par nous]

(...)

Nous croyons que si nous aurions pu obtenir des financements, nos résultats auraient été encore plus "significatifs", parce que les Herzenberg:

  1. Ont mesuré les niveaux de glutathion dans les cellules T4.
  2. La dose de NAC qu'ils utilisaient était arbitraire et n'a pas été ajustée pour chaque patient.
  3. Le seul et maigre conseil qu'ils ont donné à leurs patients en ce qui concerne la prévention des substances oxydantes, de façon déplorante, a été : "il peut être prudent pour ces personnes d'éviter une exposition excessive aux UV et à l'utilisation inutile de médicaments qui peuvent épuiser le gluthation réduit (GSH) -par exemple, l'alcool et la prescription de formulations sans prescriptions contenant de l'acétaminophène [paracétamol]".

Il semble que les Herzenbergs n'étaient pas au courant d'un certain nombre de facteurs importants:

  1. Le glutathion-SH n'est pas le SH-qui déterminent le fonctionnement cellulaire.
  2. Il existe des méthodes de laboratoire pour mesurer l'équilibre redox cellulaire qui doit être utilisé pour ajuster la dose de composés -SH pour chaque patient;
  3. Les malades du sida et les personnes à risque sont exposés à des agents oxydants bien plus nombreux que l'alcool et le paracétamol.

Contrairement aux Herzenberg, nous considèrons l'alimentation et la gestion de la réduction du stress comme faisant partie intégrante de la thérapie.

À l'heure actuelle, en ce qui concerne la conduite d'un essai clinique, nous avons beaucoup de problèmes à part le manque de financement. Il s'agit notamment :

  1. La prise en charge des malades du sida en Australie est le domaine exclusif des immunologistes cliniques. En fait, l'un de nous [EPE] a été officiellement avisée de ne pas entrer en contact avec toute personne malade du sida, y compris ceux qui pourraient venir nous voir.
  2. La conduite des essais avec des composés autres que celles des différentes combinaisons de médicaments antirétroviraux est considéré comme contraire à l'éthique.

Toutefois, nous sommes comme toujours prêts à concevoir de tels essais, et à collaborer avec tous ceux qui sont intéressés et capables de les conduire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...