Aller au contenu
forum sidasante
vinceglumf

Le laboratoire Roche arrête ses recherche sur le V

Recommended Posts

Bonjour a tous !

Je suis tombé la dessus :

http://www.lemonde.fr/economie/article/200...73001_3234.html

Le laboratoire pharmaceutique suisse Roche va suspendre ses recherches sur le VIH, aucun de ses médicaments en développement ne représentant un progrès notable par rapport aux produits existants, a annoncé vendredi une porte-parole de l'entreprise. "Les chercheurs travaillant actuellement sur le VIH seront réaffectés à d'autres activités", écrit dans un courriel Linda Dyson, porte-parole des activités de Roche dans le New Jersey.

Dans un autre courriel envoyé mercredi aux associations de lutte contre le virus, Roche disait avoir "décidé de réorienter nos ressources en virologie vers des maladies pour lesquelles nous pouvons apporter des améliorations substantielles aux médicaments existants". La porte-parole n'a pas souhaité indiquer quel était le montant des investissements de Roche dans la recherche sur le virus d'immunodéficience humaine, responsable du sida.

Les trois médicaments développés par Roche – Fuzeon, Viracept et Invirase – ne représentent que 160 millions de francs suisse (98 millions d'euros) dans le chiffre d'affaires du groupe pharmaceutique (46,1 milliards de francs suisses, 28,46 milliards d'euros, pour l'exercice 2007), indique pour sa part le Financial Times. Genevieve Edwards, une porte-parole du Terrence Higgins Trust, une association luttant contre le sida au Royaume-Uni considère qu'il s'agit d'une nouvelle décevante. Le HIV est l'épidémie qui se développe le plus rapidement au Royaume-Uni et elle continue à tuer. Peter Staley, fondateur du site AIDSmeds.com, souligne que Roche n'est jamais parvenu à produire un médicament contre le sida qui se vendre bien. "Il est décevant qu'un grand laboratoire se retire de la recherche contre le sida."

Qu'en pensez-vous ?

Cela augure-t-il un retournement de situation ? En l'absence de progrès significatifs, les chercheurs commencent-ils a se poser des questions (les bonnes, enfin ?) ?

Ou faut-il prendre cette info uniquement d'un point de vue "bêtement" économique ?

Modifié par vinceglumf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour a tous !

Je suis tombé la dessus :

http://www.lemonde.fr/economie/article/200...73001_3234.html

Qu'en pensez-vous ?

Cela augure-t-il un retournement de situation ? En l'absence de progrès significatifs, les chercheurs commencent-ils a se poser des questions (les bonnes, enfin ?) ?

Ou faut-il prendre cette info uniquement d'un point de vue "bêtement" économique ?

Les deux interprétations, scientifiques (les recherches actuelles sont vaines, que le VIH existe ou non) ou économiques (les médicaments développés contre le VIH ne ont pas assez rentables, besoin de dégager plus de cash) peuvent être envisagées. Quelques éléments sur le labo suisse Roche pour y voir plus clair:

- Roche est souvent considéré comme un des labos, voire LE labo le plus solide, ayant la trésorerie la plus abondante et le portefeuille de médocs le moins exposé à la concurrence des génériques, avec plusieurs médicaments anticancéreux issus de sa filiale américaine Genentech... L'an dernier, les ventes massives de Tamiflu (seul médoc supposé avoir une efficacité contre la grippe aviaire) ont fait bondir son compte en banque. A priori, Roche n'a pas de problèmes financiers immédiats, loin de là.

Roche, numéro un en capitalisation boursière

Le groupe suisse touche les dividendes de ses succès commerciaux, estime les Echos, et se hisse sur la première place du podium jusque là détenue par l'américain Pfizer. Roche valait hier 110,3 milliards d'euros en bourse, soit 500 millions de plus que son concurrent d'outre-Atlantique, alors que celui-ci réalise un chiffre d'affaires nettement plus important. Le laboratoire helvétique bénéficie d'abord de la baisse constante du dollar ; ce dernier à perdu plus de 10% par rapport au franc suisse depuis un an. Mais c'est surtout grâce à ses efforts de recherche sur de nouveaux médicaments (54 molécules en développement) qu'il réalise un parcours boursier sans faute, avec un titre qui a doublé en cinq ans, alors que celui de Pfizer a perdu 25%. Roche est le seul groupe pharmaceutique qui a gagné des parts de marché tous les ans depuis 1998, notent les analystes. En restant à l'écart des opérations de croissance externe et des grandes fusions il a pu se concentrer sur sa recherche, alors que ses grands concurrents étaient occupés à digérer leurs acquisitions. Pfizer est devenu numéro un mondial en termes de ventes après l'achat de Warner-Lambert et de Pharmacia, mais il ne possède pas pour l'instant de produits en développement capables de prendre le relais de ses médicaments vedettes dont les brevets arrivent à échéance.

- Mais peu après avoir annoncé l'arrêt de ses recherches sur le Sida (le 11 juillet), Roche a annoncé, le 21 juillet, une OPA géante sur la part de Genentech qu'il ne possédait pas encore (43 milliards de dollars !), le 22 juillet, l'acquisition d'un labo américain (Mirus Bio, 125 millions de dollars), et le 23 juillet, l'acquisition d'un labo canadien (Arius Research, pour 120 millions d'euros)... cela fait pas mal, même quand on est bourré de cash. L'hypothèse purement économique (pas assez rentable) reste donc à mon sens crédible.

- A partir de 2009-2010, donc demain, les brevets des premières molécules "efficaces" utilisées en multithérapie vont expirer. Ce sera d'abord le cas de la lamivudine, de l'abacavir (dès 2009 aux USA et 2010 en Europe), puis, entre 2010 et 2013, du ritonavir, de l'indinavir, du saquinavir, et d'autres encore... Les brevets ont déjà expirés pour l'AZT, la didanosine et la stavudine... Donc Roche considère qu'il ne produira pas de meilleurs médocs que ceux-ci...

En résumé, soit Roche n'a pas avancé d'un pouce depuis l'état de la science dans les années 90, à l'époque de la mise au point de ces médicaments dont le brevet expire (malgré l'avalanche de "nouvelles découvertes" et de publications depuis)... soit ils ont avancé, se gardent bien de le dire, et considèrent que ce n'est pas soignable, ou pas mieux soignable que par des produits existants type lamivudine ou que par des produits naturels non brevetables... soit Roche considère qu'il existe d'autre voies, mais qu'ils n'ont que des bras cassés dans leur service de recherche anti-VIH et laisse les autres boîtes faire le boulot mieux qu'eux.

Je ne m'avancerai pas, je ne suis sûr que d'une chose : il y a beaucoup de gens très intelligents chez Roche!! Et bien discrets aussi...

Pour finir, bien avant, Roche avait en 1990 racheté les droits de la technique PCR à l'entreprise dans laquelle travaillait Kary Mullis, son inventeur. Depuis et jusqu'à il y a peu, des royalties étaient versées à Roche à chaque mesure de la charge virale, qui utilise la technique PCR... comme quoi Roche n'est pas très reconnaissant en abandonnant ses recherches (même si la charge virale n'est qu'une petite part de l'utilisation du PCR)...

Modifié par Jibrail

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas quoi en penser. Ce qui m'a surpris recemment c'est qu'apparemment ils essaient de faire pas mal de pub pour le fuzeon, mais c'est peut-être parce que c'est le "remède miracle" qu'on a promis à mon ami, si ses CD4 ne montent pas assez d'ici quelque temps, et du coup j'y fais plus attention.

Par contre je viens de lire ce qui suit sur la bbc, un vaccin basé plutôt sur la stimulation du système immunitaire, et donc différent dans l'approche que les traitements anti-hiv classiques. Ce qui me surprend le plus c'est que des test sont apparemment déjà en cours, et avec succès, depuis des années, et qu'on n'en attend jamais parler... (enfin, moi, peut-être que pour vous c'est une vieille nouvelle). (Ne trébuchez pas sur les mots... car j'en suis bien consciente que ces info prennent le hiv pour existant, mais s'ils trouvent un moyen efficace pour aider le système immunitaire on pourra leur pardonner sans doute le choix des mots.)

page bbc du 5 juillet 08

La Norvège est prête à fabriquer son propre vaccination, écrit Nationen. La société pharmaceutique Bionor Immuno et l’Institut National de la Santé coopèreront pour produire une vaccination universelle contre la grippe aviaire et si la production suit le processus attendu, la vaccination norvégienne sortira sur le marché d’ici trois-quatre ans. Bionor Immuno travaille depuis 2000 sur une vaccination contre le VIH. (Aftenposten du 14, I, p. 9, Nationen du 16, p. 13)

encore quelques info (en anglais) ici.

Je profite de l'occasion pour dire aux personnes qui ont réagi à mes questions dans le topic "l'autre" etc, que je lis tout attentivement (et plusieurs fois), mais que je ne réagis que si j'ai quelque chose à ajouter, pour éviter de surcharger le forum. Et d'autre part, désolée Wallypat, j'ai donné le lien vers l'article de Tony Lance, et j'ai vu après que tu l'avais donné depuis belle lurette...

Et encore une dernière, en cherchant des choses sur l’acide arachidonique (dont je ne comprends toujours pas vraiment le problème/nocivité, c'est l'oxidation ?) je tombais sur un article sur l'acide arachidonique et son influence sur la SEP. Je donne le lien à tout hasard, mais je ne crois pas que ça aidera beaucoup la personne qui se posait des questions sur la SEP recemment.

article au sujet de la sclérose en plaques

En espérant que vous allez tous bien et à une prochaine,

brume

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et encore une dernière, en cherchant des choses sur l’acide arachidonique (dont je ne comprends toujours pas vraiment le problème/nocivité, c'est l'oxidation ?)

Comme expliqué dans le topic consacré aux acides gras saturés, l'acide arachidonique et les très nombreux métabolites et autres prostaglandines produits par l'acide arachidonique sont impliqués et souvent en relation directement causale avec bon nombre des principales maladies de notre temps : cancer, maladies cardiaques, etc.. et comme tu le signales, la sclérose en plaque.

Bref, il vaut mieux s'en passer (d'autant plus que son caractère indispensable n'a jamais été prouvé, quoique en dise l'auteur de l'article que tu as cité) et adopter une alimentation qui ne favorise pas la production par l'organisme de l'acide arachidonique.

A cet égard, j'invite absolument personne à suivre les conseils prodigués dans cet article car suivre les conseils, c'est l'assurance d'avoir encore plus d'acide arachidonique dans l'organisme. A commencer par ce conseil complètement stupide de consommer des huiles végétales (autres que l'huile de noix de coco), qui certes ne comporte pas une once d'acide arachidonique mais contient en revanche des "hectolitres" d'oméga 6 (parfois plus de 70% de l'huile en question), qui non seulement vont favoriser encore plus le phénomène d'oxidation dans l'organisme mais surtout à partir desquels l'organisme va produire lui-même des "hectolitres" d'acides arachidonique dans l'organisme.

Quant à son conseil d'éviter la viande, les oeufs, ... bref, les produits animaux, excusez moi, mais c'est également un conseil complètement stupide. L'acide arachidonique se trouve uniquement dans les produits animaux mais il y en a extrêmement peu.

Prenez l'exemple du steak bien gras : voyez la composition chimique ici.

Que constatons nous ?

Pour 100 grammes de steak, il y a à peine et en moyenne 0,69 grammes d'acides gras polyinsaturés dont à peine 0,06grammes (pour ceux qui n'ont pas compris : il y a peine 6/100èmes d'un gramme) d'acide arachidonique (code 20:4) ! Ce n'est vraiment pas en mangeant des produits animaux (plutôt connus pour leur richesse en acides gras saturés que pour leur richesse en acides gras polyinsaturés) que l'on risque la surdose d'acide arachidonique.

En revanche, le lecteur qui suivra les "conseils" prodigués dans cet article et qui consommera par exemple une cuillère à soupe (+/-15 grammes) de je ne sais quelle "bonne" huile végétale, aura en bouche facilement entre 3 à 10 grammes d'oméga 6 (la quantité dépend des huiles utilisées) dont une bonne partie sera transformée en acide arachidonique par l'organisme lui-même : on imagine aisément que la quantité d'acide arachidonique ainsi produite sera largement supérieure au 6/100èmes d'un gramme du steak de boeuf mentionné ci-dessous !

Quand j'aurai le temps, je reviendrai sur l'article cité par "brume de l'abro" mais dans le cadre du topic consacré aux acides gras saturés, entre autres pour y apporter quelques nuances (si je ne condamne certainement pas la consommation de viande, personnellement je n'en consomme pas trop, non en ordre principal parce qu'il y aurait un problème d'acide arachidonique mais bien à cause du problème du cholestérol oxydé; par ailleurs, je ne consomme plus de la viande de porc, celle-ci étant devenue - sous la pression du lobby anti-cholestérol - de plus en plus polyinsaturée [contrairement à la viande de boeuf] et donc bien plus riche en acide arachidonique [j'évite dès lors de consommer de la charcuterie, étant justement et essentiellement de la viande de porc]).

Finalement, cet article a pour seul mérite de souligner les dangers pour l'organisme de l'acide arachidonique (entre autres, l'apparition de la sclérose en plaque), chose déjà soulignée à de multiples reprises dans le topic des acides gras saturés. Mais pour le reste (le caractère prétendument essentiel de l'acide arachidonique, la nutrition à adopter, ...), cet article est extrêmement critiquable.

PS : Il y a quand même des choses intéressantes dans cet article, comme le conseil de consommer de la vitamine D, vitamine bien connue pour sa nature à prévenir dans une certaine mesure les maladies auto-immunes (comme la sclérose en plaque).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par contre je viens de lire ce qui suit sur la bbc,  un vaccin basé plutôt sur la stimulation du système immunitaire, et donc différent dans l'approche que les traitements anti-hiv classiques.

J'ai déjà eu l'occasion de lire (en résumé) certaines études consacrées à ces "vaccins".

Le terme "vaccin" n'est guère approprié et je parlerai au mieux de "médicaments" qui a pour effet d'empêcher, dans une mesure variable en fonction des individus, de ne pas devoir reprendre des traitements "antirétroviraux" pendant quelques mois, au mieux quelques années (quoique certains de ces "vaccins" ont également eu pour effet d'accélérer au contraire l'évolution vers le stade "sida" de certains patients). Les patients doivent généralement reprendre les traitements classiques dès que la charge "virale" augmente beaucoup trop et/ou lorsque les T4 diminuent de plus de la moitié par rapport au nombre de départ , même s'ils ne sont pas malades.

En tout état de cause, même si ces "vaccins" font parfois preuve de bons résultats à court terme, leur efficacité peut s'expliquer autrement que par une supposée lutte contre un imaginaire rétrovirus "VIH". D'après ce que j'ai cru comprendre, certains de ces "vaccins" ne sont rien d'autre que des formes d'auto-vaccin stimulant le système immunitaire, peu importe la présence du supposé "VIH". Les auto-vaccins sont souvent utilisés dans le bétail avec de bons résultats. Il n'est pas étonnant que ceux-ci puissent - parfois - produire de bons résultats chez l'être humain, sans qu'une lutte contre le supposé "VIH" y soit pour quoi que ce soit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mouai, ça m'a l'air louche cette histoire d'abandon de la recherche sur les médicaments anti-vih de la part de Roche. Ca doit être tout simplement parce que, comme le dit Peter Staley, ça ne leur rapporte pas assez.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour les (re)explications, Wallypat. Je suis presque tentée de m'excuser pour ces liens... J'essaie de m'informer, de lire, de chercher, de comprendre et de me faire une idée de la réalité derrière tout ça, et je n'ai pas besoin de préciser que tout est bien compliqué et complexe et que d'autre part je suis tout sauf une spécialiste. Mon but n'est évidemment pas de colporter des conneries ou contrevérités, mais les 2 articles me semblaient avoir des éléments intéressants, et je voulais vous en faire part (ce qui est peut-être présomptueux, car vous en savez bien plus long que moi évidemment, ce n'est pas pour rien que j'ai appris beaucoup en suivant ce forum).

Pour ce qui est de l'article sur le "vaccin", je n'ai effectivement pas pu dénicher plus de précisions, pas non plus en anglais, ni même sur le site de bionor immuno. Et je crois de suite ce qui tu dis à ce propos.

J'ai lu le dernier bouquin de montagnier (de février 08), où il parle aussi d'un "vaccin" therapeutique possible, qui consisterait aussi en gros à renforcer le système immunitaire. Je ne veux pas dire que j'adhère à ce qu'il dit, mais j'ai malgré tout trouvé qu'il avait mis beaucoup d'eau dans son vin hiv, et me suis dit que de parler d'un "vaccin" peut très bien être un moyen pour lui (et d'autres) de "sauver la face à leur virus", en proposant une "voie bis" qui n'a pas l'air de mettre en doute leur théorie de base. Et quand j'ai vu cet article sur la bbc hier, ça m'a rappelé cette possibilité.

Par ailleurs, que Roche arrête certaines recherches pourrait effectivement (comme le suggérait Jibrail) aussi être lié à une autre vision qui surgirait, mais qui ne veut pas (encore) se dire à haute voix dans ces milieux-là.

Et la "fenêtre thérapeutique" qui pour certains dure déjà 5 ans, je trouvais ça malgré tout pas mal comme résultat, et on est libre de l'interpréter comme on veut, par exemple comme un résultat qui va dans le sens des théories "dissidentes" (c'est d'ailleurs comme ça que j'ai lu personnellement). On pourrait appeler ça une ouverture (ok, c'est naïvement optimiste, je sais).

Pour l'acide arachidonique

Et encore une dernière, en cherchant des choses sur l’acide arachidonique (dont je ne comprends toujours pas vraiment le problème/nocivité, c'est l'oxidation ?)
, en fait je me posais surtout la question du résidu de cet acide dans le corps, quand on change de mode d'alimentation, et la durée, qui me semblait longue (plusieurs années) pour s'en débarasser. Mais j'en comprends la logique chaque jour un peu mieux, merci.

On vient de recevoir enfin ce documentaire de Gary Null..., aujourd'hui. Donc on va enfin pouvoir le regarder en entier. J'ai déjà pris des contacts pour voir comment on pourrait envisager le sous-titrage en français, étant donné qu'il y a plusieurs étapes. A suivre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et la "fenêtre thérapeutique" qui pour certains dure déjà 5 ans, je trouvais ça malgré tout pas mal comme résultat,

Oui, effectivement, ce n’est pas mal du tout.

Ne perdons toutefois pas de vue que ci et là, on peut lire le témoignage de séropositifs ayant pu arrêter depuis plus de cinq ans leurs traitements « antirétroviraux » sans devoir recourir à ces « vaccins », si ce n’est parfois à des compléments alimentaires appropriés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

- A partir de 2009-2010, donc demain, les brevets des premières molécules "efficaces" utilisées en multithérapie vont expirer. Ce sera d'abord le cas de la lamivudine, de l'abacavir (dès 2009 aux USA et 2010 en Europe), puis, entre 2010 et 2013, du ritonavir, de l'indinavir, du saquinavir, et d'autres encore... Les brevets ont déjà expirés pour l'AZT, la didanosine et la stavudine... Donc Roche considère qu'il ne produira pas de meilleurs médocs que ceux-ci...

La nouvelle n'a pas fait la une des journaux, loin s'en faut, mais depuis 3 jours, le 17 mai, le brevet de la lamivudine (Epivir/3TC) a expiré aux Etats-Unis. Il faudra attendre 2011 pour l'Europe et, probablement, le reste du monde. Cela concerne la lamivudine commercialisée sous le nom d'Epivir, mais aussi le Combivir (AZT+lamivudine) et le Trizivir (AZT+lamivudine+abacavir), les brevets de l'AZT et de l'abacavir ayant déjà expirés.

Pas beaucoup de publicité, et pour cause, la seule lamivudine générait apparemment de 300 à 500 millions de dollars (!) de chiffre d'affaires chaque année. Et force est de constater que depuis quelques années, la recherche orthodoxe peine à mettre au point de nouveaux médocs, traduisant à la fois les impasses de la recherche orthodoxe, ainsi que la fin du jackpot financier. La lamivudine puis de nombreux autres deviendront des médicaments génériques d'ici deux-trois ans, à prix cassé, et il faudrait un bénéfice thérapeutique réel pour que les labos puissent écouler de nouvelles molécules au prix fort. Et cela ne semble pas à l'ordre du jour...

Une bonne nouvelle donc, car les molécules qui étaient déjà tombés dans le domaine public étaient soient ultra-toxiques (AZT...) ou avec beaucoup d'effets secondaires (abacavir, stavudine...), et tous ceux dans le monde qui n'ont ni accès à la dissidence ni à un système de santé bien pourvu devaient jusqu'à présent s'en contenter. La lamivudine, comme on l'a déjà souvent évoqué sur le forum, présente à la fois moins d'effets secondaires et possède une réelle efficacité antioxydante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...