Aller au contenu
forum sidasante
EcliptuX

Le Monde tente de récupérer les brebis égarées

Recommended Posts

Parut dans Le Monde, le 21/08/07 :

Des théories niant le lien entre VIH et sida persistent sur Internet

LE MONDE | 21.08.07 | 11h51  •  Mis à jour le 21.08.07 | 11h54

Tara Smith (université de l'Iowa) et Steven Novella (université Yale) écrivent, dans un article publié, vendredi 17 août, par la revue en ligne Public Library of Science (PLoS) Medicine :"Il peut sembler remarquable que, vingt-trois ans après l'identification du VIH, il y ait encore un déni du fait que le virus soit la cause du sida." Ils s'alarment de la persistance de théories qui prospèrent sur le Net. Principalement alimentées par la"perte de confiance à l'égard des autorités et des institutions scientifiques et médicales", ces thèses risquent d'avoir de lourdes conséquences en termes de vie perdues en sapant la prévention de l'infection par le VIH et en rejetant les médicaments antirétroviraux.

La remise en cause du rôle du VIH dans la survenue du sida n'est pas récente. Dès 1987, Peter Duesberg, professeur de biologie moléculaire et cellulaire à l'université de Berkeley (Californie) avançait l'hypothèse que sous le terme sida étaient regroupées différentes maladies dues soit à des drogues, soit à la consommation d'AZT, le premier médicament utilisé contre le VIH. Le fait qu'un scientifique mette en cause des données faisant par ailleurs l'objet d'un très large accord dans les milieux de la virologie et de l'immunologie ne suffit pas à valider ses thèses ni à faire de lui un nouveau Galilée.

Les théories de Duesberg et de son collègue David Rasnick avaient été reprises par le président sud-africain Thabo Mbeki, qui justifiait ainsi son refus de fournir des traitements anti-VIH. Cela avait provoqué le lancement, en juillet 2000, de la Déclaration de Durban, signée par plus de 5000 personnalités de plus de 50pays. Elle faisait litière des contestations de la responsabilité du VIH. Michel Kazatchkine, à l'époque directeur de l'Agence nationale de recherches sur le sida, et le sociologue Didier Fassin en résumaient les arguments scientifiques dans une tribune parue dans Le Monde le 16 mai 2000 : "La mise en évidence constante du virus chez les personnes malades, le lien chronologique entre la contamination par le VIH et la survenue de la maladie, l'efficacité démontrée des médicaments antirétroviraux, les informations obtenues dans des modèles animaux faisant appel à des virus très voisins, ainsi que de nombreuses autres preuves expérimentales ont conduit depuis longtemps l'ensemble de la communauté scientifique mondiale à reconnaître sans réserve l'existence d'un lien de causalité entre le VIH et le sida."

AFFIRMATIONS PÉREMPTOIRES

Cela ne suffit pas aux groupes comme Reappraising AIDS ("Repenser le sida"), qui persistent dans les affirmations péremptoires et demandent toujours plus de preuves scientifiques qu'il n'en a été apporté. Pour autant, les tenants des "théories alternatives" sur le sida ne fournissent pas d'arguments scientifiquement fondés à l'appui de leurs thèses. Comme le font toutes les théories conspiratrices, ils procèdent en tentant de discréditer les théories officielles, selon eux corrompues "par l'argent des laboratoires pharmaceutiques".

Tara Smith et Steven Novella s'alarment d'une étude, publiée en 2005, montrant qu'aux Etats-Unis, "une large proportion des Afro-Américains a des doutes sur les théories dominantes sur le sida du fait d'une méfiance généralisée à l'égard des autorités gouvernementales". La santé publique a besoin, selon eux, d'"un message clair et simple, soutenu par un solide consensus de la communauté médicale". En s'impliquant dans cette bataille, les scientifiques devraient contrer la désinformation sur le VIH, mais aussi "expliquer le processus par lequel les preuves scientifiques sont rassemblées, analysées et finalement acceptées". Les institutions scientifiques devraient les y inciter, concluent-ils.

Paul Benkimoun

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-946115,0.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super et merci Aixur, Ecliptux et tous les autres ! Cela fonctionne !

Bon, je me lance.

Tara Smith et Steven Novella s'alarment d'une étude, publiée en 2005, montrant qu'aux Etats-Unis, "une large proportion des Afro-Américains a des doutes sur les théories dominantes sur le sida du fait d'une méfiance généralisée à l'égard des autorités gouvernementales". La santé publique a besoin, selon eux, d'"un message clair et simple, soutenu par un solide consensus de la communauté médicale". En s'impliquant dans cette bataille, les scientifiques devraient contrer la désinformation sur le VIH, mais aussi "expliquer le processus par lequel les preuves scientifiques sont rassemblées, analysées et finalement acceptées". Les institutions scientifiques devraient les y inciter, concluent-ils.

Paul Benkimoun

Il serait au contraire temps qu'ils aient le courage de remettre leurs convictions « scientifiques » en question, ce que même les meilleurs scientifiques font de temps en temps, et non à continuer à s'accrocher jusqu'au bout à un dogme pseudo scientifique, à savoir l'hypothèse rétrovirale du sida.

En conclusion, on constatera aisément que c'est en vain que l'on trouvera dans cet article un début de réfutation aux thèses scientifiques du Perth Group !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, génial, ça marche.

Oui, des théories niant le lien entre le vih et le sida persistent sur Internet. Et j'ai comme l'impression qu'elles vont persister longtemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les pseudos eux-mêmes ont été transférés!! icon_smile.gif

Effectivement, je pense que la persistance de l'hypothèse de Duesberg nuit à une avancée sereine dans le débat.

Par ailleurs, le groupe de Perth me semble trop catégorique dans son déni de la réalité de ce quelque chose qu'on appelle VIH.

Je modère un peu mes propos précédents et pense plutôt que la vérité devrait se trouver à la rencontre de toutes les thèses : officielles, "duesbergiennes", "perthiennes".

Evidemment, Tara Smith et Novella ne connaissent de la dissidence que l'environnement américain, car il faut le remarquer, ni Anthony Liversidge (Newaidsreview), ni Darin Brown et Rebecca Culshaw (reviewingaids) et encore moins Harvey Bialy ne se départissent vraiment de cette hypothèse du virus innofensif. David Crowe (aras.ab.ca) est plus circonspect.

Maintenant, quand on discute de ce problème avec les gens, ils répondent toujours par du cas par cas : telle victime de viol est devenue séropositive (on dit alors "a attrappé le virus"), comme si cela suffisait pour qu'il y ait une certitude épidémiologique.

Au lieu de telles affirmations, on aimerait que soient dévoilées les études montrant que 10000 personnes violées par des séropositifs le sont devenues. Mais où sont ces études? Il n'y a que des "on dit".

Ma dernière réflexion aujourd'hui sera de demander plus de biochimie et moins de virologie dans l'étude des maladies.

Cheminot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heureux de vous retrouver tous icon_biggrin.gif

Sur un registre plus terre à terre, j’ai des échos de personnes un peu paumées qui fréquentent encore les groupe de parole de AIDES et les médecins des hôpitaux.

On demande maintenant aux patients ayant peu de personnalité de ne pas écouter ceux qui veulent entrainer les autres à arrêter les tri-thés, et on leur demande s’ils connaissent quelqu’un qui a arrêté, etc...

Bref l’appel à la délation.

Ce qui à ma connaissance n’existait pas il a quelques année.

Ce qui fait penser aux stratégies des régimes autoritaires et dogmatiques dévoilant par là leur propre faiblesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur un registre plus terre à terre, j’ai des échos de personnes un peu paumées qui fréquentent encore les groupe de parole de AIDES et les médecins des hôpitaux.

On demande maintenant aux patients ayant peu de personnalité de ne pas écouter ceux qui veulent entrainer les autres à arrêter les tri-thés, et on leur demande s’ils connaissent quelqu’un qui a arrêté, etc...

Bref l’appel à la délation.

Ce qui à ma connaissance n’existait pas il a quelques année.

Voilà une nouvelle bien rafraîchissante et réconfortante !

Si même en France l'orthodoxie du sida commence à mettre en garde ses ouailles contre les "méchants" dissidents du sida et tente de les maintenir dans le "droit chemin", pour moi, cela signifie très clairement que même en France, la pensée dissidente commence à faire son chemin !

En outre, toute publicité, même négative de la part des tenants de l'hypothèse rétrovirale, permettra aux séropositifs d'être informés de l'existence d'une dissidence en la matière et certains ne manqueront pas de s'informer et de se faire leur propre opinion.

Voilà qui ne peut que nous encourager à continuer de plus belle.

Merci Olivier92 pour cette excellente nouvelle !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité fred83

Les medecins hospitalier peuvent aussi etre curieux. J'ai donner a mon ami le livre de Harven/Roussez:" les 10 plus gros messonges sur le sida" pour qu'il le prete a son toubib. C'est une jeune femme d'environ 30a. Nous verrons bien ce qu'elle en pense. Je vous tiendrais au courant.

fred

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens nous au courant fred83

Pas facile de convaincre un cardinal ou un évéque que Dieu peut etre n'existe pas ;->

J'en profite pour faire un 'copy/paste' d'un texte que j'avais placé cet été sur OVDT.

---------------------------------------------------------------------

L’orthodoxie du SIDA a les médiats et les gouvernements de son coté, donc c’est seulement le temps qui passe qui joue en faveur de la dissidence.

Cela me fait penser qu’il n’est pas adroit de dire à un supérieur hiérarchique qu’il est sur une mauvaise piste. Il faut etre diplomate, et l’amener indirectement à reconsidérer la question de manière à ce qu’il est l’impression que l’idée vienne de lui.

C’est dit dans le livre ‘’Comment gérer efficacement son supérieur hiérarchique de Guy Desaunay’’

*** début de citation ***

Une fois une décision prise, reste à l’appliquer

..

..

Il est parfaitement inutile d’essayer d’arreter un train qui vient d’etre mis en marche, d’abord par ce que c’est dangereux, et ensuite par ce qu’il s’arretera tout seul un peu plus loin, les inerties diverses s’en chargeront toute seules.

*** fin de citation ***

A nous de nous fédérer et de créer des réseaux discrets comme l’on fait les résistants à la Collaboration en attendant la Libération de 1945.

‘Piégés au tests ‘Elisa’ ‘Western Blot’ etc.. de tout pays unissez vous’ ! ;->

------------------------------------------------------------------

La tendance étant une augmentation légére mais constante des brebis égarées.

La problématique c'est comment permettre à l'orthodoxie de s'en sortir (de remettere l'hypothése officiele en question) tout en sauvant la face (par exemple en reconnaissant qu'ils ont été abusé par 'Big Pharma')? Une discidence trop agressive les braquent encore plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous ! -icon_smile.gif

Je me suis inscrite hier sur le site (comme devrait l'indiquer ma signature) j'étais anciennement Rozen sur ONCT et donc ayant été monopolisée par des aspects études liées à mon travail, je ne suis plus revenue sur les forums depuis des mois... je découvre donc celui-ci !.

Juste une question qui vient en parallèle de cet aspect information, lever de boucliers contre la dissidence : existe-t-il des gens connus (je ne parle pas de scientifiques dont le nom n'est pas connu du grand public) qui soutiennent la dissidence ?

On a souvent vu via les médias des célébrités s'engager pour monopoliser le public mais dans le cadre de l'orthodoxie... Y a-t-il des soutiens aussi vers la dissidence ? Pense-vous que cela puisse être utile ou jugez-vous que la prise de parole de x ou y (parmi les "people") par exemple est tout à fait inutile ?

Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

existe-t-il des gens connus (je ne parle pas de scientifiques dont le nom n'est pas connu du grand public) qui soutiennent la dissidence ?

On a souvent vu via les médias des célébrités s'engager pour monopoliser le public mais dans le cadre de l'orthodoxie... Y a-t-il des soutiens aussi vers la dissidence ? Pense-vous que cela puisse être utile ou jugez-vous que la prise de parole de x ou y (parmi les "people") par exemple est tout à fait inutile ?

En tout cas, si de telles personnalités existent, elles sont pour le moins très discrètes !

Et cela ne m'étonne pas car il faudrait déjà que des gens "connus" :

1) S'intéressent à la question du sida (ce qui constitue déjà un dossier casse-gueule);

2) Soient informés de l'existence d'une dissidence du sida;

3) Soient assez suicidaires pour prendre fait et cause pour la dissidence du sida et, corrélativement, prêts à saborder leur carrière.

En d'autres termes, faire la promotion de la dissidence du sida n'est pas rémunérateur (exactement tout le contraire de l'hypothèse rétrovirale), et dans le meilleur des cas, revient à devenir la risée de tous. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de stars prêts à jouer dans un tel scénario. Et donc je ne pense pas que l'on verra de sitôt des gens connus (hormis bien sûr les scientifiques) prêts à s'interroger publiquement sur les causes réelles du "sida".

En revanche, lorsque la dissidence du sida triomphera, soyons sûrs que les stars se bousculeront au portillon pour défendre le nouveau paradigme scientifique !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ton point de vue Wallypat et je comprends bien la situation. Cela confirme ce qu'il me semblait : un silence évident enrobant "l'autre" approche. Ou s'il n'y a pas silence c'est agressivité.

Je crois, en plus, que pour qui dit "dissidence du sida" il y a nécessité d'avoir tout de même de bonnes bases de connaissance pour s'exprimer (savoir utiliser le langage scientifique, ne pas dire d'énormités car les intervenants sont "attendus au tournant") et les gens connus du monde du spectacle, par exemple, ou autres personnes médiatisées n'ont en général pas les compétences scientifiques pour argumenter.

C'est bien plus facile en quelque sorte de suivre le troupeau et d'adhérer au "y'a un méchant virus qui existe, il fait du mal, il faut se mobiliser, récolter des sous", ce discours n'a pas besoin d'être assorti de connaissances spéciales.

Modifié par mékissety

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bon, génial, ça marche.

Oui, des théories niant le lien entre le vih et le sida persistent sur Internet. Et j'ai comme l'impression qu'elles vont persister longtemps.

D'accord avec toi,c'est pas pres de changer puni.gif mais il faut continuer a se battre,il faut que la vérité eclate au grand jour malice.gif C'est David contre Goliath icon_confused.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...