Aller au contenu
forum sidasante
delwere

Ceux qui ne savent pas qu'ils sont VIH+

Recommended Posts

Salut a tous,

Je crois que ce sujet est parti dans une autre direction (celle d'une importante discussion entre wallypat et Psyence - je propose de creer un topic la-dessus).

En ce qui concerne le sujet principal de ce topic: L'historique en France des cas de SIDA parmis ceux qui ne se savent pas séropositifs avant le SIDA je le reprendrais quand j'aurais le temps.

Les données que j'ai trouvé jusqu'a maintenant couvrent la période de 1994 à 2004 pour le hétéro sexuels. Ces données montrent clairement que le nombre des cas de SIDA par an chez ceux qui ne se savent pas séropositifs est vrituellment constant autour de 500/an en France. Alors que pour ceux qui se savent séropositifs et qui prennent des traitement le nombre varie énormément (très évlevé en 94 et bas en 2004). C'est d'ailleur ce nombre qui donne à l'historique global des cas de SIDA sa forme actuelle: Bas en 83, très haut en 94 et forte baisse entamée en 95 jusqu'a ces jours. Alors que l'historique des cas de SIDA chez ceux qui ne se savent pas VIH+ quand a lui est contant (depuis 94, avant 94 données encore introuvables).

Alors de deux choses l'une:

1- Ceux qui savent leur séropositivité à l'avance et qui profitent des traitements ont de fortes chances de ne pas devélopper de SIDA après 94 (ultilsant les 3thérapies). Mais cela veut dire qu'en 94 Il y avait en France plus de personnes qui se savent S+ que ceux qui ne se savent pas.

(Pour le moment je n'adhère pas à un tel constat car je ne vois pas comment il était possible avant 94 de découvrir la majorité des séropositifs en france sachant que l'infection VIH est dans la plupart des cas aysmptômatique et non-spécifique. Je ne vois pas comment on a pu faire de sorte à garder le nombre de ceux qui ne se connaissent pas S+ avant le SIDA virtuellement constant).

2- C'est les traitements d'avant 94 (ainsi que les autres facteurs auxquels sont soumis les S+ bien détaillés dans ce forum) qui ont contribué au développment de SIDA chez ceux qui sont sous traitement ce qui explique la baisse du nombre des cas de SIDA après 94. Et que 500/ans n'est que le nombre de personnes par ans qui développent chacun une des ~30 maladies rares caractéristiques du SIDA sans se savoir séropostif à l'avance.

(Si je ne trouve pas une explication logique de ce nombre réduit et constant de ceux qui ne savent pas S+, cette option serait la plus réaliste).

Je creuserais encore plus quand j'aurais le temps.

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Dans cet article du même organisme (INVS) qui a publié les statistiques des cas du SIDA (incluant ceux que ne se savent pas séropositif avant le SIDA) j'ai trouvé la définition suivante:

L’absence de connaissance de l’infection avant le Sida a été définie par

un délai inférieur à 3 mois entre la date du premier test positif et le

diagnostic du Sida.

Je suppose ici que le test positif précède le diagnostic de SIDA. Sinon l'information n'a aucun sens logique.

Donc la question qui se pose est: pourquoi 3 mois avant le SIDA??? Pourquoi pas le jour même ou la semaine même et pourquoi le test AVANT le SIDA??? C'est à dire: une personne se présente à l'hôpital où chez son médecin avec des symptômes d'une des 29 maladies définissant le SIDA. Normalement c'est en ce moment que la maladie est diagnotiquée et que le test VIH est exigé pour confirmer que c'est bien le SIDA et non une ICL ou autre tuberculose (cela ne devrait pas prendre plus d'une semain een france). Donc le SIDA sans la connaissance de séropositivité pour moi c'est plutôt un diagnostic d'une maladie définissant le SIDA qui précède de peu une confirmation avec un test de VIH et non le contraire!!!

Seulement que les statistiques que j'avais reporté dans les posts présendents ne se basent pas sur cette règle (évidente à mon sens). Au contraire elles comptent le nombre de personnes qui ont été dignostiquées sidéennes dans les 3 mois qui ont suivi un test positif et les considèrent comme cas de SIDA sans connaissance préalable de séropositivité!!!

J'avoue que je ne comprends pas le pourquoi d'une telle règle de calcul. En 3 mois plein de choses peuvent se produire après un test positif au VIH (sans diganostic du SIDA):le choc de la nouvelle, peut être le commencement d'un traitement, l'effondrement psychologique de certains etc.

Il se peut que ce délai de 3 mois aurait une explication tout a fait logique, en tous cas moi je ne l'ai pas trouvé. Pourriez vous m'aider à comprendre pourquoi on utilise cette fenêtre de 3 mois (D'ailleur pourquoi pas 6 mois ou un ans ou 10 ans). Les erreurs dues aux délais de déclarations relatifs aux infections et aux diagnostics du SIDA sont a écarter car elle n'ont de sens que pour la dernière année des statistiques.

Psyence, ce n'est pas un méchanisme de plus inventé par les orthodoxes pour appuyer la corrélation VIH SIDA et gommer les incohérences, à ton avis?

Dans tous les cas cette définition ne fait que dimunier le nombre de cas de SIDA qui ne se savant pas (vraiment) séropositif avant le diagnostic. Ce qui laisse la porte ouverte à toutes les questions concernant l'évolution de ceux qui ne savent pas séropositifs.

Ciao

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×