Aller au contenu
forum sidasante
Ceriums

Un peu de presse!

Recommended Posts

Un article intéressant de l'agence Reuters, datée du 27 septembre. On y lit entre autres :

An accompanying editorial in the journal said the findings were exciting because they suggested that researchers should look for and target non-viral factors that set off the eventual decline in the immune system.

écrit dans le "JAMA"

étrange, non, comme certains commencent à oser se défouler!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cheminot,

Je rejette aucunement le stress oxydant comme source de l'immuno-dépression et des maladies conséquente. Seulement je suis en guerre avec certain "indicateur" que j'estime ne pas être représentatif du tout d'un sombre avenir dans une grande majorité de cas.

Cordialement

PS: En effet article intéressant...mais 26 ans pour regarder aussi dans une autre direction alors que la logique scientifique devrait impliquer de procéder par élémination sucessive ! J'aurais honte à leur place ! Vraiment honte.

Modifié par Psyence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je rejette aucunement le stress oxydant comme source de l'immuno-dépression et des maladies conséquente. Seulement je suis en guerre avec certain "indicateur" que j'estime ne pas être représentatif du tout d'un sombre avenir dans une grande majorité de cas. 

Compte tenu de tes posts antérieurs, peux-tu alors dire ce qui cause ce "stress oxydant comme source de l'immuno-dépression et des maladies conséquentes", étant entendu que le "ce qui" en question doit systématiquement causer le stress oxydatif d'après tes propres critères, comme reproduit ci-dessous :

et surtout à la généralisation abusive que tous les cas de séropositivités sont représentativent du SIDA parce prétendument systématiquement représentative d'un stress oxydatif.

Personnellement, je ne dis pas cela du tout. Je dis juste que ceux qui sont séropositifs du fait de leur style de vie représentative de celui des groupes à risque de sida ont une plus forte propension à développer dans l'avenir des maladies particulières, du moins si ce style de vie perdure. Cette propension, quoique lâche, devient certaine dès lors que l'on constate que sur le plan de la pathogenèse, la science arrive à expliquer comment certains éléments de ce style de vie font naître et développer certaines de ces maladies.

Voilà. J'espère que cette nouvelle intervention te permettra encore plus de clarifier cc genre de problème ! lol

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je constate tout au long de ton post que t'évertue plutôt à juger ma logique plutôt que d'essayer de comprendre un raisonnement qui n'a rien de nihiliste !

Tu préconises la cessation de la consommation de poppers et de drogues récréationnelles, il faudra alors m'en donner la ou les raisons vu que le poppers et les drogues récréationnelles ne causent pas systématiquement la séropositivité et le poppers, en d'autres termes, m'expliquer comment tu pourrais suggérer la cessation de la consommation de poppers et de drogues récréationnelles, sans justifier cela par une corrélation même lâche avec le sida.

"Ne mets pas la charette avant les boeufs" ma logique permet au moins de ne pas construire des pseudo-réfutations par argument circulaire comme tu le fais en faisant des liens entre des choses qui n'en ont pas du tout dans mon discours. Je vois qu'en fait tu n'as rien compris.

Réponse :

Les substances chimiques, comprenant différente catégorie : - chimiothérapie, corticoïde, poppers, cocaïne, etc, etc, peuvent provoquer un "sida" par mécanisme du stress oxydatif avec ou sans séropositivité.

Ce qui signifie que la "séropositivité" n'est pas forcément un signe annonçant le SIDA et que la "séronégativité" n'est pas non plus garante de la bonne santé. En matière de prévention cela veut dire quoi ?

1- Que tu vas t'occuper de séropositifs qui n'ont peut-être absolument rien à craindre car leur séropositivtié n'est due qu'à un facteur potentiellement non-lié au stress oxydatif. Tu vas créer de la peur, de l'anxiété, du doute, etc.

2- Que tu vas écarter des séronégatifs qui sont soumis à un facteur de stress oxydatif ne provoquant pas de séropositivité mais pouvant provoquer les même maladies.

Où est la prévention du SIDA dans ta façon de considérer le problème ? Tu va traiter des non-malades et ne pas traiter des personnes qui le sont parce que tu pense que la séropositivité au test VIH est un test de dépistage du stress oxydatif ? Tu crois que l'on puisse substituer une théorie par une autre sans et reprendre les mêmes indicateurs sans vérifier s'ils sont pertinents du point de vue de ta nouvelle théorie ? Tu trompe gravement !

Bref a priori, malgré les faits, tu préfères considérer que tous les séropositifs sont égaux alors que seulement certains sont véritablement en danger, mais lesquels exactement ?

Donc, pourquoi je préconise le retrait de drogues récréationnelles si je pense qu'elles ne causent pas systématiquement la séropositivité ? Je vais t'expliquer car il n'y a aucune contradiction dans mon raisonnement.

Tout d'abord le fait que les "substances chimiques" ne causent pas systématiquement la séropositivité alors qu'elles peuvent causer le sida est un fait. La catégorie "substances chimiques" est trop vaste, il faut distinguer chaque substance comme un étant un facteur différent. Pour savoir quel facteur provoque quelle effet au niveau biologique et au niveau clinique : il n'a pas d'autre choix que de supprimer ce facteur dans un groupe où il est présent et l'introduire dans un groupe où il est absent et de constater cet effet sur le plan biologique, puis clinique.

(L'étude que j'ai suggérée est faisable et c'est la seul façon de répondre à cette question,sauf pour le groupe supprimant ce facteur, l'autre est impraticable du point de vue éthique)

Le critère systématique est exigé dans des conditions identiques pour justifier une causalité, mais tous les individus sont différents donc cela laisse place à une minorité de cas dans laquelle l'interaction a pu ne pas produire l'effet attendu. Par exemple l'eau mouille presque toutes les matières, sauf certaines qui sont hydrofuges, comme le diamant. Il y a donc une place pour les exceptions, qui sont connaissable.

C'est de la méthdodologie la plus élémentaire ! Si tu ne comprends pas cela, eh bien, je sais pas quoi te dire. L'autre jour j'ai dis que je ne savais pas comment traiter les minorités, je n'ai pas dis que c'était impossible de les considérer. Aujourd'hui j'ai trouver comment.

Le problème avec la théorie virale c'est que cette suppression du facteur n'a jamais pu être faite et c'est un problème qui s'étend à toute la recherche clinique car la suppression du facteur suppose évidemment la thérapeutique. Voilà pourquoi les regardent se retourne vers la "tendance épidémiologique" avec le critère prédictif.

Bref, ce que je veux dire c'est que la "séropositivtié" est un indicateur de rien du tout ! Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas considérer sa réelle signification biologique, cela veut que dans beaucoup de cas tu t'attendra à voir venir ce qui ne vient pas, à voir venir ce à quoi tu t'attendais. Et lorsque tu n'auras pas cet indicateur, tu ne t'attendra à rien et pourtant cela pourra quand même venir. !

Désolé mais ma réfléxion est de bon sens et je rejette tous le mépris que tu accordes à cette réflexion.

Bye

PS: Le critère "systmématique" (majorité) peut s'appliquer à chaque globalité traitée en tant que partie différente d'autre partie, c'est ça que je n'avais pas saisi. Plutôt que de passer simplement du particulier au général, chaque cas particulier identiques forme le général de ce groupe. On test, on sépare.

Modifié par Psyence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Psyence,

Je suis d'accord sur la majorité des idées que tu avances dans ce post. J'apprécie aussi la rigueur et la méthode.

Je suis également d'accord avec toi quand tu dis:

ce que je veux dire c'est que la "séropositivtié" est un indicateur de rien du tout !

Cependant, il y a quand même de fortes chances que VIH+ indique un certain état de santé lié a un certain stress.

En effet, il y a une étude (que je trouve pas mal) qui s'est intéressée aux caractéristiques démographiques du HIV,

independamment de l'hypothèse virale. Son auteur conclu que VIH+ pourrait indiquer une particularité dans

l'état de santé par example niveau élevé de stress oxydant ou physiologique.

Cet article confirme ta proposition en disant "VIH+ n'indique rien de spécifique" mais dit aussi "VIH+ indique qq chose de non-specific comme le niveau du stress oxydant ou physiologique"

Donc, il y a quand même des gros doutes comme quoi le HIV indique un certain niveau de stress (ou l'effet d'un certain stress) même si cela n'est pas prouvé a 100%.

L'abstract et le lien:

ABSTRACT:

HIV tests are supposed to detect the human immunodeficiency virus, but results of HIV

tests are not consonant with that view. The frequency of positive HIV-tests, F(HIV), varies in regular fashion with age among widely different sectors of the population: blood donors, military personnel, drug users, and others. F(HIV) increases from the teenage years into the middle adult years and then declines again toward old age. Newborn babies test HIV-positive about 4 times more often than do children from about 1 year of age to the pre-teen years. Male children always test positive more frequently than do female children. These regular variations mark HIV tests as indicators of a physiologic process and not indicators of a sexually transmitted infection.

F(HIV) also varies from group to group, in a manner that reflects the general state of health of that group: repeat blood donors test positive most rarely, first-time donors somewhat more frequently, military personnel even more frequently, members of the Job Corps considerably more frequently, and medical patients being treated for reasons unconnected to HIV or AIDS nevertheless test HIV-positive more often than do healthy people--even when the medical condition is psychiatric. These variations again mark a positive HIV-test as indicating, not anything specific to HIV but something non-specific about health in general, for example, the degree of physiologic or oxidative stress.

These and other aspects of the data confirm the conclusion reached in Part I of this series, that HIV tests do not track a sexually transmitted agent. The most significant corollary is that newborns who happen to test HIV-positive should no longer be treated with the highly toxic anti-retroviral drugs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Delwere,

Merci pour ce lien qui est en effet très intéressant par rapport aux idées que je poursuis. Lorsque je disais:

"un indicateur de rien du tout !" J'ai précisé que ; "Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas considérer sa réelle signification biologique"

Qu'il représente un certain "stress" Ok, mais loin d'être représentatif d'un SIDA à venir, et pas forcéement d'un mauvais état de santé.

Cordialement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Delwere,

Merci pour ce lien qui est en effet très intéressant par rapport aux idées que je poursuis. Lorsque je disais:

"un indicateur de rien du tout !" J'ai précisé que ; "Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas considérer sa réelle signification biologique"

Qu'il représente un certain "stress" Ok, mais loin d'être représentatif d'un SIDA à venir, et pas forcéement d'un mauvais état de santé.

Cordialement

Ouai. C'est aussi ma position.

Je pense qu'un test positif ne signifie qu'un éventuel stress (pas toujours). Stress éventuel qui peut déjà être en train de passer. Et si non, qui peut tout à fait ne pas dégénérer en maladie (s'il n'est que passager). Et s'il dégénère en maladie, ça peut ne pas être du tout une maladie grave. Très souvent, il peut ne s'agir que d'un truc tout à fait bénin.

Les rares cas ou effectivement, on peut penser qu'il y a risque que ça dégénère de façon relativement sérieuse à court terme, à mon avis, c'est que la personne est déjà clairement mal en point et/ou prend des substances agressives, ou manque des nutriments essentiels. Et alors, il n'y a pas besoin de test pour prédire que la personne risque de tomber malade.

Et ça, c'est à court terme. Je ne pense pas du tout que les tests puissent indiquer quoi que ce soit à long terme. Parce que je crois que la suppression des poisons, et/ou le rééquilibrage des substances nécessaires au fonctionnement du corps (via l'alimentation) permettent de retrouver la santé. Je ne crois pas à une lente et inévitable dégradation alors même que tout à été réglé (plus de poison et apport des nutriments nécessaires).

Je ne parle pas des cas extrêmes bien sur : genre le gars qui a été complètement déglingué par des opérations diverses. Là, ok, le gars peut parfois continuer à avoir des problèmes. Et encore, là, je ne crois pas vraiment à une lente dégradation, mais plutot à un organe qui lache ou quelque chose comme ça, un truc plutot soudain quoi.

Donc, à mon avis, la relation "test positif --> maladie" est vraiment hyper hyper lache.

Et même sur le type de population pour laquelle il a un éventuel pouvoir prédictif à court terme (drogués surtout, ou poly médicamentés), ça n'a alors pas grand intérêt, vu que par ailleurs, il est évident que la personne ne va pas bien et qu'elle risque de tomber malade.

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Psyence.

Je pense que l'on n'est pas si éloigné que cela d'un point de convergence mais qu'on a du mal à se comprendre, ou sans doute que j'ai bien du mal à te comprendre.

Le critère systématique est exigé dans des conditions identiques pour justifier une causalité, mais tous les individus sont différents donc cela laisse place à une minorité de cas dans laquelle l'interaction a pu ne pas produire l'effet attendu. Par exemple l'eau mouille presque toutes les matières, sauf certaines qui sont hydrofuges, comme le diamant. Il y a donc une place pour les exceptions, qui sont connaissable.

C'est de la méthdodologie la plus élémentaire ! Si tu ne comprends pas cela, eh bien, je sais pas quoi te dire.

Eh bien, non, je ne comprends toujours pas cette méthodologie élémentaire, en particulier cette notion d'exception valable pour une minorité de cas.

Je prends un exemple : ce n'est pas la grande majorité des fumeurs qui fait un cancer du poumon mais bien une minorité. Pourtant, personne n'a eu à ce jour l'idée de remettre en question le lien tabac ---> cancer du poumon.

Toujours très cordialement. Et je ne fais que donner ma humble opinion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore un peu de presse :

Sida : la « charge virale », indicateur fiable ou pas ?

Une vaste étude, dont le compte-rendu est paru dans le JAMA (Journal of the American Medical Association) du 27 septembre dernier, fera-t-elle réfléchir chercheurs et médecins ?

Elle semble, en effet, ébranler la croyance selon laquelle la mesure de la charge virale (VIH) serait un indicateur fiable dans lévolution du sida.

Jusquà présent, les scientifiques considéraient quune charge virale élevée (supérieure à 100 000 copies dARN par millilitre de plasma) était prédictive dune baisse du taux des cellules immunitaires CD4, ainsi que dune évolution rapide vers le « sida avéré ». « Nous avons montré que ce dogme ne se vérifie pas au cas par cas », a conclu le Dr Benigno Rodriguez, spécialiste des maladies infectieuses de luniversité de Cleveland, et auteur principal de létude.

Celle-ci a consisté à suivre deux groupes de 1 500 séropositifs, non traités par antirétroviraux, pendant 20 ans.

Conclusion des chercheurs : la fiabilité prédictive de la charge virale serait, au niveau individuel, de 6 % seulement.

« Inversement, nous avons constaté quenviron 10 % des patients ayant une charge virale basse ont développé très vite la maladie. Une charge virale basse ne veut donc pas dire quon ne risque rien. »

Etc, etc... Radio France Inter /RFI, 13.10.2006

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Conclusion des chercheurs : la fiabilité prédictive de la charge virale serait, au niveau individuel, de 6 % seulement.

« Inversement, nous avons constaté quenviron 10 % des patients ayant une charge virale basse ont développé très vite la maladie. Une charge virale basse ne veut donc pas dire quon ne risque rien. »Â 

Par conséquent, ne nous voilons pas la face : avec des chiffres pareils aussi minimalistes, la "charge virale" ne constitue tout simplement JAMAIS un marqueur fiable, et c'est vraiment à se demander pourquoi on perd encore son temps à la mesurer (en tout cas, moi, je ne le fais plus mesurer du tout, c'est clairement une perte de temps et d'argent ... sauf pour les laboratoires d'analyse !).

Je pourrais constater également que 10% des patients passés en dessous d'une échelle ont développé très vite la maladie. Il ne me viendrait pourtant pas à l'esprit de dire que passer en dessous d'une échelle constituerait un marqueur fiable de l'évolution vers le sida. Et pourtant, c'est ce que cet article essaie tant bien que mal de nous faire croire avec la "charge virale", certainement pour cause de dogme (déjà fort mis à mal, manifestement) à respecter.

Comparée à la charge virale, la baisse des lymphocytes T4 devrait alors être considérée comme le nec plus ultra des marqueurs prédictifs de l'évolution vers le sida, et de loin d'ailleurs ! lol

Et pourtant, on a déjà vu que la baisse des lymphocytes T4 n'était pas un facteur de l'évolution vers le sida déclaré aussi fiable que l'on pourrait penser de prime abord, et que seule la mesure du niveau de glutathion paraît être un marqueur réellement prédictif d'une telle (éventuelle) évolution vers le sida.

Alors, on a maintenant tout de suite une idée bien précise de l'absence totale de crédit à accorder à cette notion bien trompeuse de "charge virale" !

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette dépêche (en anglais) nous apprend qu'une Cour de justice australienne va analyser cette semaine la question de l'existence du "VIH" !

Un séropositif a en effet fait appel d'un jugement qui l'a condamné parce qu'il aurait prétendument mis la vie en danger de trois femmes avec lesquelles il a eu des relations non protégées alors qu'il se savait "contaminé" par le "VIH".

Pas content du tout du jugement (on s'en douterait), il a interjeté appel en invoquant le fait, très juste, que l'existence du "VIH" n'avait jusqu'à ce jour jamais été prouvée et que, partant, il n'a en aucune façon pu mettre en danger la vie de ces trois femmes.

La Cour en question analyse donc ce dossier cette semaine-ci.

Le Perth Group a d'ailleurs été appelé à la rescousse et témoignera au procès.

Croisons les doigts ! En cas de réussite, cela pourrait constituer un grand pas en avant pour la dissidence du sida et pour les millions de séropositifs du monde entier, injustement stigmatisés.

D'ailleurs, il y a vraiment des jours où en en matière de sida, je me dis que l'on en est encore au temps de la saignée du Moyen Âge !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le VIH est débattu dans une affaire judiciaire en Australie!

Lien

Sujet: Le VIH n'est pas sexuellement transmissible !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cependant, il sera difficile à Val Turner et à Eleni Papadopoulos de faire avancer les choses, le commun des mortels, et le juge en particulier, étant à des années-lumières du questionnement qu'ils proposent.

Quand on rencontre la dissidence du VIH, il y a un temps où on se révolte... et c'est seulement si on se renseigne, si on compare les dires, si on lit les publications en détail, que l'on commence à comprendre qu'il y a quelque chose de pas net...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, jessaierai de rester modérément optimiste. Il est vrai que la tâche sera dure, et même très dure, mais je pense quil y a un net avantage à tenter de faire trancher la question par un tribunal plutôt que par lopinion publique. Nous sommes en effet dans le domaine du droit. Et plus précisément dans le domaine du droit de la preuve, domaine dans lequel sont tout particulièrement versés les juristes (bien plus que les orthodoxes du sida, car tout ce qui relève du droit même de la preuve relève par essence des études de droit).

Cest bien simple, dans nimporte quel procès, quel que soit lobjet du litige, la première question est toujours celle de la preuve. Et en matière de sida rétroviral, on est en plein dedans !

En matière du droit de la preuve, il nest pas possible de réfuter les preuves demandées par la dissidence du sida (comme par exemple : preuve de lexistence du « VIH » et de sa véritable isolation, preuve de la transmission sexuelle de la séropositivité, etc..) par des arguments du genre « le consensus scientifique considère que tout cela a été prouvé ». De tels arguments nen sont en réalité pas (ce ne sont pas des arguments juridiques mais bien des discussion de comptoir de café) et justifieront immédiatement un recours en cassation faute davoir répondu en droit aux questions posées par la dissidence du sida. La Cour de cassation (ou Cour Suprême en Australie, je crois) naura pas dautre choix que de casser larrêt et soit de renvoyer à une autre cour pour quelle réponde en droit aux questions posées, soit de trancher elle-même en droit. Quitte à ce que cela prenne des mois, des mois et encore des mois de délibération.

Pour répondre en droit aux questions posées, lorthodoxie du sida se doit dapporter les publications prouvant (et non supposant, car les suppositions ne sont à nouveau pas des preuves en droit) les points remis en question par la dissidence du sida. Si lorthodoxie narrive pas à apporter ces preuves (ce qui sera le cas) mais que le juge décide malgré tout de donner raison à lorthodoxie du sida en se basant sur des suppositions, des avis, des opinions, au surplus vagues, juridiquement, le juge na pas respecté le droit. Car en droit, cest à celui qui prétend une chose (existence du « VIH », sa transmission sexuelle, etc...) de la prouver. A défaut de pouvoir la prouver, juridiquement, cette chose nexiste tout simplement pas. Et dès lors, juridiquement, il ny a quune seule conclusion à en tirer (à défaut dapporter ces preuves) : le « VIH » nexiste pas et nest donc pas sexuellement transmissible.

Décider autrement justifierait ipso facto un recours en cassation. Car il nest juridiquement pas licite et possible de répondre à des arguments juridiques (ceux de la dissidence du sida) par des arguments relevant de la soi-disant sagesse populaire et/ou du prétendu consensus scientifique (ceux de lorthodoxie du sida). Les seconds ne font juridiquement pas le poids face aux premiers !

Je suis d'avis que la question du sida rétroviral est justement faite pour être tranchée par les tribunaux car il y a énormement de problèmes juridiques, tout particulièrement des problèmes de preuve.

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, comme dit Wallypat, il y a peut-être une opportunité.

Il y a un précédent qui permet d'être relativement optimiste : celui des tests d'ADN, comme j'en ai parlé sur ce topic.

Dans ces différentes affaires, des avocats on mis en avant le fait que les tests d'ADN ne sont pas fiables, voir, que les méthodes utilisées relèvent carrément du trucage pur et simple. Et apparemment, ils sont gagné. Or, on peut dire que les tests d'ADN, dans l'esprit d'une personne lambda de notre époque sont considérés comme aussi intouchables, voir encore plus intouchables que l'existence du VIH. Donc, si ça a marché pour les tests d'ADN, peut-être que ça peut marcher pour l'existence du VIH.

Par contre, ça se passait aux USA. Peut-être que dans d'autres pays, la justice sera plus expéditive. A voir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Dee Stroy

Oui il faut être optimiste car il y a quelques années jamais je n'aurais été capable de pondre un texte tel que celui-ci :

http://reopen911.online.fr/forums/viewtopic.php?id=1353&p=2

Attention une petite phrase devrait vous rappeler quelque chose ! Merci beaucoup Wallypat ! icon_redface.gificon_biggrin.gif

Modifié par Dee Stroy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
icon_eek.gif Alors là, tu m'as soufflée ! Pour être pondu, c'est bien pondu !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wouah Dee Stroy...

Ton post est excellent...

Une question me vient à l'esprit: mon western blot ne présentait que trois bandes...mais elisa positif et cv très faible?

Bizarrement ce western blot n'a jamais été communiqué au premier spécialiste que j'ai consulté et impossible de remettre la main dessus...c'est le médecin biologiste qui m'a dit cela lorsque le test elisa s'est avéré positif...

Je reste perplexe...

Si je redemande ce test western blot...mon nouveau médecin spécialiste ès sida voudra-t'il bien m'en faire repasser un?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je pense que tu perds ton temps à tenter de refaire ces tests-là. Je me permets déjà de renvoyer à ce post-ci, d'où il ressort que tu pourrais très bien avoir été déclaré "contaminé" par le "VIH" en France mais peut-être pas dans d'autres pays. Ce qui est bien sûr complètement aberrant. Le test "VIH" est en effet le premier test de l'histoire médicale dont l'interprétation varie en fonction des régions du monde et parfois même en fonction des laboratoires (comme j'ai pu le lire récemment), et il est ahurissant que ce fait n'ait toujours pas inquiété l'orthodoxie du sida.

Quant à la charge dite "virale", si tu as suivi ce qui a déjà été dit sur ce forum à de multiples reprises, cette notion ne présente pas d'intérêt.

De prime abord, je ne vois que deux certitudes dans ton cas, du moins sur base de ton ancien témoignage :

1) Tu n'as jamais été contaminé par quelque "VIH" que ce soit.

2) Tu as eu (ou as peut-être encore) de réels et sérieux problèmes de santé, bien entendu sans rapport quelconque avec le "VIH". Refaire les tests "VIH" ne t'apportera pas beaucoup d'indications, si pas aucune, sur la source réelle de tes maux.

Par conséquent, à défaut de savoir quels en sont la ou les causes, peut-être que faire un bilan nutritionnel complet, quoique un peu cher te permettra de voir réellement plus clair quand aux causes de tes problèmes de santé. En tout cas, je crois qu'un tel bilan aura plus de chance de t'aider que n'importe quel test "VIH", n'importe quelle mesure de T4 ou de charge virale ou n'importe quel entretien avec un orthodoxe du sida, faute de pouvoir en trouver la cause réelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité amedeo

Pour ma part, j’essaierai de rester  modérément optimiste. Il est vrai que la tâche sera dure, et même très dure, mais je pense qu’il y a un net avantage à tenter de faire trancher la question par un tribunal plutôt que par l’opinion publique. Nous sommes en effet dans le domaine du droit. Et plus précisément dans le domaine du droit de la preuve, domaine dans lequel sont tout particulièrement versés les juristes (bien plus que les orthodoxes du sida, car tout ce qui relève du droit même de la preuve relève par essence des études de droit).

C’est bien simple, dans n’importe quel procès, quel que soit l’objet du litige, la première question est toujours celle de la preuve. Et en matière de sida rétroviral, on est en plein dedans !

En matière du droit de la preuve, il n’est pas possible de réfuter les preuves demandées par la dissidence du sida (comme par exemple : preuve de l’existence du « VIH » et de sa véritable isolation, preuve de la transmission sexuelle de la séropositivité, etc..) par des arguments du genre « le consensus scientifique considère que tout cela a été prouvé ». De tels arguments n’en sont en réalité pas (ce ne sont pas des arguments juridiques mais bien des discussion de comptoir de café) et justifieront immédiatement un recours en cassation faute d’avoir répondu en droit aux questions posées par la dissidence du sida. La Cour de cassation (ou Cour Suprême en Australie, je crois) n’aura pas d’autre choix que de casser l’arrêt et soit de renvoyer à une autre cour pour qu’elle réponde en droit aux questions posées, soit de trancher elle-même en droit. Quitte à ce que cela prenne des mois, des mois et encore des mois de délibération.

Pour répondre en droit aux questions posées, l’orthodoxie du sida se doit d’apporter les publications prouvant (et non supposant, car les suppositions ne sont à nouveau pas des preuves en droit) les points remis en question par la dissidence du sida. Si l’orthodoxie n’arrive pas à apporter ces preuves (ce qui sera le cas) mais que le juge décide malgré tout de donner raison à l’orthodoxie du sida en se basant sur des suppositions, des avis, des opinions, au surplus vagues, juridiquement, le juge n’a pas respecté le droit. Car en droit, c’est à celui qui prétend une chose (existence du « VIH », sa transmission sexuelle, etc…) de la prouver. A défaut de pouvoir la prouver, juridiquement, cette chose n’existe tout simplement pas. Et dès lors, juridiquement, il n’y a qu’une seule conclusion à en tirer (à défaut d’apporter ces preuves) : le « VIH » n’existe pas et n’est donc pas sexuellement transmissible.

Décider autrement justifierait ipso facto un recours en cassation. Car il n’est juridiquement pas licite et possible de répondre à des arguments juridiques (ceux de la dissidence du sida) par des arguments relevant de la soi-disant sagesse populaire et/ou du prétendu consensus scientifique (ceux de l’orthodoxie du sida). Les seconds ne font juridiquement pas le poids face aux premiers !

Je suis d'avis que la question du sida rétroviral est justement faite pour être tranchée par les tribunaux car il y a énormement de problèmes juridiques, tout particulièrement des problèmes de preuve.

en ce qui concerne une procédure , ne peut on pas étudier le système de la "class action" qui est possible maintenant en france ou belgique et mettre en demeure les chercheurs, les laboratoires , de prouver que le vih est la cause du sida ,dans la mesure ou les notices accompagnant les différents tests disent eux meme que ces dits tests ne sont pas en mesure de diagnostiquer le sida chez les personnes testées, dans la mesure également ou la mesure de la charge virale est elle meme contestable et contestée par son inventeur et qu'il existe de nombreuses incohérences dans la théorie officielle , le fait d'entamer une procédure tous ensemble sous la forme d'une class action(très peu couteux) avec un avocat spécialisé est peut-etre une possibilité?

qu 'en pensez-vous

amédeo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...