Aller au contenu
forum sidasante
Schnappi

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 3/3

Recommended Posts

http://www.theothersideofaids.com/

Totalement ignoré des critiques et des médias, le film de Robin Scovill « The Other Side of AIDS / How positive are you ? » a remporté, en 2004, le Prix Spécial du Jury du Festival International du Film de Los Angeles.

On peut visionner le film sur Google vidéo.

http://video.google.fr/videoplay?docid=-61...222443259&hl=fr

Aujourd'hui, 25 ans après le début de l'épidémie du Sida et des millions de morts, il serait temps d'écouter les voix qui s'élèvent contre un scandale à l'ampleur incalculable.

Quand nous dira-t-on enfin la vérité ? Faudra-t-il encore 25 ans de plus avant que tous les médias ne fassent un travail d'information digne de ce nom ?

Modifié par sidarta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il fut un temps prétendu, ou à tout le moins suggéré, que le stress psychologique pouvait causer des maladies caractéristiques du sida, sans qu'il soit besoin d'expliquer cela par la théorie du stress oxydatif.

Toutefois, il me semble que dans ce post, j'avais déjà expliqué en quoi le stress psychologique, l'effet nocebo, etc... peuvent causer le stress oxydatif et, partant, le sida.

Depuis lors, j'ai eu une confirmation de plus, à supposer que cela était encore nécessaire. Le lecteur est en effet invité à lire cet article datant de décembre 2004 où les auteurs confirment que le stress psychologique élevé peut mener à un profond stress oxydatif, en autres par le biais du raccourcissement des télomères.

Dès lors, et suite aux critiques particulièrement injustes dont j'ai fait récemment l'objet (voir ce topic), je me permets d'insister pour poser à nouveau la question suivante et qui fâchera peut-être (mais à mon sens, il est grand temps de crever l'abscès) :

Si le sida (je dis bien "sida", pas "séropositivité") n'est pas causé par le stress oxydatif, les éventuels contestataires peuvent-ils me dire ce qui cause en réalité le sida, m'en fournir les preuves et me décrire en outre la pathogenèse du sida à partir de cette cause, et ce avec autant de détails que ceux donnés pour le stress oxydatif comme cause du sida ?

Merci d'avance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais Wallypat, il est prouvé par tous les orthodoxes que le sida (disparition des lymphocytes permettant d'éviter les maladies opportunistes) passe obligatoirement par le stress oxydatif (Montagnier, Feinberg et Silvestri, et j'en passe). Donc je pense qu'un débat là-dessus est devenu inutile.

Par contre, la controverse se porte maintenant sur ce qui cause ce stress oxydatif, et, logiquement, ce devraient être les oxydants (que je pense pour ma part azotés) qui seraient en première ligne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De plus en plus, les officiels se démarquent du dernier carré des irréductibles du "tout vih" (Gallo & co) :

http://www.newsday.com/news/health/ny-hsai...story?track=rss

Dr. Pablo Tebas, an associate professor of medicine at the University of Pennsylvania, agrees. "Over time, we have realized that viral load doesn't tell the whole story," said Tebas, who with two other AIDS doctors wrote an accompanying editorial in JAMA. "It gives us a different perspective and shows us how much we don't know about how this disease progresses... . This study suggests that we need strategies based on the immune system and the person, not just the virus."

...nous avons besoin de stratégies basées sur le système immunitaire, et non pas seulement sur le virus...

qui bientôt sera mis au placard, du moins peut-on l'espérer, si le monde scientifique continue à se secouer ainsi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un texte d'Anthony Liversidge, alias "Truthseeker", en commentaire aux document que je vous ai soumis récemment dans ce forum :

Quelle nouveauté apporte cette étude si ce n'est la démonstration répétée que personne ne sait comment il est possible que le vih gouverne le taux de CD4 qui est supporté en tant que cause du sida, et que l'alternative évidente est que le vih est une infection opportuniste, gouvernée par l'évolution des CD4 - et non l'inverse - alors que ces CD4 sont gouvernés par d'autres facteurs...
dont nous avons abondamment parlé ici d'ailleurs.

Le terme infection opportuniste n'est d'ailleurs peut-être même pas exact, mais cela n'aura finalement pas d'importance, à partir du moment ou la véritable cause du sida aura été reconnue.

Modifié par Cheminot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité little_rocker

salut tout lemonde!

Je profite de ce premierpost pour poser une questin aux spécialistes : le sida résultant d'un stress oxidatif pourquoi une dose massive de vit c ne régle pas le probléme?

icon_redface.gif pas taaaaperrrr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais little_rocker, parce que la vitamine C ne modifie qu'en partie le métabolisme. Elle ne va pas, par exemple, subvenir aux besoins en sélénium ou en soufre manquants, car elle n'en contient pas... et ainsi de suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité little_rocker

ok!

mais je pense que c'est plus compliqué qu'une supplémentation en oligo et vit quand même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca me semble certain également.

Le séropositif peut continuer à prendre tous les suppléments, vitamines, antioxydants, etc... qu'il voudra, il ne faudra certainement pas espérer une amélioration durable de son état de santé s'il continue à s'exposer en même temps aux agents oxydants pouvant causer le sida, et ce d'autant plus s'il a déjà connu auparavant un premier épisode de sida.

Il a d'ailleurs été constaté que les survivants à long terme sont avant tout ceux qui ont cessé de s'exposer à de tels agents oxydants, qui ont repris en quelque sorte une vie "saine et équilibrée" (je n'aime pas beaucoup l'expression mais au moins c'est clair).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De toutes façons, il n'y a pas que le stress oxydatif comme problème.

Il y a le problème de l'équilibre acido basique, le problème de l'hydratation ; comme l'a souligné Cheminot, le problème des oligo éléments. On peut aussi penser au problème des poisons qui vont créer des problèmes spécifiques : pollution, injection d'hydroxyde d'aluminium et autres trucs contenus dans les vaccins, etc...

Il y a aussi le problème de la surcharge en protéines et graisses, qui va provoquer je pense, des maladies d'encrassement et des phénomènes d'élimination plus ou moins violents.

Il y a également, selon moi, le problème des substances comme le cortisol, la cortisone, les antibiotiques, qui vont fluidifier temporairement le sang, mais qui vont poser plein de problèmes par ailleurs : hémorragies, élimination insuffisantes des déchets entraînant ainsi une perte d'énergie, endommagement de la moelle osseuse, etc...

Donc, avec ces problèmes, on pourra prendre tous les anti-oxydants qu'on voudra, ça ne changera pas énormément de choses.

Le problème du stress oxydatif lui-même est, comme l'a souligné Wallypat, un problème d'équilibre entre oxydant et anti-oxydant. Si la quantité d'oxydant surpasse la quantité nécessaire d'anti-oxydants, il y aura problème (même si on prend beaucoup d'anti-oxydants).

Et puis, il ne faut pas oublier la différence globale/locale. Il peut y avoir des surcharges locales d'oxydant. Surcharges locales qui ne pourront pas être compensées par le taux moyen d'anti-oxydant dans le corps. Par exemple, un antibiotique va agresser particulièrement le système digestif, vu qu'il est encore fortement concentré à cet endroit là. Ou les Poppers vont agresser les vaisseaux sanguins proches du nez.

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De toutes façons, il n'y a pas que le stress oxydatif comme problème.

Personnellement, je suis d'accord.

C'est bien pour cela que pour ma part, je recommande, entre autres, de faire un bilan nutritionnel approfondi et pas seulement limité à la question du stress oxydatif.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah bon on arrive a colorier le virus mais pas à le purifier! intéressant!

Donc si on sait comment il entre dans la cellule, on pourrait développer des thérapies qui l'empêchent d'entrer, génial!!! Mais une fois il mute... on n'est pas sortie de l'auberge (ou de la cellule).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut, j'ai vu des posts qui parlaient de la candidose mais je les retrouve plus. Quelqu'un pourrait il me renseigner, car il y a tellement de sujets (interessant, mais manque de temps, on peut pas tout lire), j'avoue que je suis un peu perdue. Au fait, 1 an et demie sans tri ni test et toujours là... Bye.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, un truc qui peut poser question.

On dit qu'un séropositif qui a une forte fièvre, c'est un symptome du SIDA. Mais, est-ce que la fièvre n'est pas une caractéristique de la défense active du système immunitaire ? Donc, si le système immunitaire était en berne, au contraire, il ne devrait pas y avoir de fièvre. Le germe pathogène devrait progresser en silence, sans provoquer de réactions, jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

aixur ce que tu dis doit etre faux ........c est du jamais vu, je pense, en infectiologie.........t4 ou pas !! si il y a infection generalisée il y a fièvre obligatoirement.........meme en cas d intoxication medicamenteuse d ailleurs !!..j ai jamais entendu parler d une septicemie à staph sans fievre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben oui, mais quand on parle de ça (de la fièvre), les orthodoxes disent que c'est le corps qui crée la fièvre en réaction à l'invasion des germes pathogènes.

Mais si le corps ne peut plus réagir (parce que ses défenses sont neutralisées), normalement, il ne devrait pas y avoir de fièvre. Alors, ensuite, tout dépend de l'étape de défense de la part du système immunitaire dans laquelle se situe ce phénomène, et si c'est indépendant ou pas. Si ça se passe en amont de l'intervention des T4, ou si c'est un système indépendant du système dans lequel interviennent les T4, effectivement, la réaction peut perdurer. Mais, c'est à voir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, sur les tests d'anticorps au VIH, parfois les orthodoxes disent que c'est normal qu'ils soient si dilués. Mais, a priori, on peut penser que la dilution est fonction de la quantité d'anticorps dans le sang (on ne voit pas trop quelle autre raison pourrait pousser à diluer). Donc, si c'est lié à la quantité d'anticorps, on ne voit pas pourquoi les tests devraient être plus dilués que d'autres tests. Il doit y avoir une quantité à peu près similaire d'anticorps que dans le cas d'une maladie comme l'herpès par exemple, ou la tuberculose, etc... Donc, aucune raison de diluer plus.

Et c'est encore plus vrai pour les tests d'antigènes (ceux où on utilise des anticorps de synthèse pour trouver des antigènes se trouvant dans le sang). Dans la mesure où on a beaucoup de mal à trouver du VIH dans le sang, au contraire, il ne faut surtout pas diluer.

En fait, si c'est un problème de quantité d'anticorps (ou d'antigène) qui pousse à diluer, quelque soit le cas, finalement, on se demande pourquoi diluer. Parce que si la quantité d'anticorps est élevée, on ne voit pas trop pourquoi diluer. De toute façon, le test va réagir positif. Et si la quantité d'anticorps ou d'antigène est basse, a priori, il ne faut pas diluer, parce qu'on va avoir encore plus de mal à trouver ce qu'on cherche.

Par contre, par rapport à l'explication que je donnais dans le topic "critique des tests d'anticorps", la dilution devient beaucoup plus logique. En fait, on dilue en fonction du pourcentage d'individus qu'on veut faire réagir positif (bon, ce n'est probablement pas un choix conscient, mais en gros, ça revient à ça. Disons qu'on dilue en fonction de ce que dit la théorie sur le pourcentage des gens ayant des anticorps. Si c'est 95 % des gens qui doivent réagir, le test sera peu dilué et réagira donc 95 % du temps).

http://www.onnouscachetout.com/forum/viewtopic.php?p=234838

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...