Aller au contenu
forum sidasante
wallypat

Le glutathion

Recommended Posts

PROPOSITION DE BILAN NUTRITIONNEL

Vu les difficultés que cela semble susciter en France (ce qui ne me lasse pas de m'étonner d'ailleurs) et comme cela paraît assez urgent pour certains, je reproduis déjà ci-dessous l'intégralité des différentes mesures qui furent effectuées dans mon propre bilan nutritionnel (à faire à jeun, bien sûr)

Wally, si je me souviens bien, le nutritionniste qui te suit est un médecin orthomoleculaire.

J'espère que pour la France, l'ADNO ( Association pour le Développement de la Medecine Orthomoleculaire ) sera capable de donner des adresses de thérapeutes compétents et qui connaissent le glutathion / stress oxydatif.

Pour la petite histoire, la médecine orthomoleculaire a été fondée par Linus Pauling : -> Institut Linus Pauling aux Etats-Unis (en anglais)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wally, si je me souviens bien, le nutritionniste qui te suit est un médecin orthomoleculaire.

Malheureusement, non ! Mais je ne peux que recommander un médecin orthomoléculaire.

Lorsque je lui en ai parlé, il m'a regardé de travers ! Encore plus quand je lui ai parlé "dissidence du sida" !

Mais bon, à défaut d'en trouver, je me "contente" de celui-ci car c'est déjà extrêmement dur de trouver un médecin qui :

1) S'y connaisse en matière de nutrition (il est homéopathe également),

2) Soit en mesure de prescrire un bilan nutritionnel général mais porté quand même sur le stress oxydatif (il fait comme s'il croyait en l'explication du stress oxydatif comme cause du sida, mais en fait, il ne veut pas trop s'y intéresser),

3) Et qui sache me conseiller au vu des résultats obtenus (genre très forte carence en fer, en vitamines D, etc...)

A vrai dire, je ne suis pas tous ces conseils mais bien une partie (par exemple, il m'a prescrit entre autres du fer en complément; j'ai toutefois fait des recherches et il s'est clairement avéré que même en cas de carence en fer, le seul "bon" fer est le fer chelaté; donc, je me suis procuré du fer chelaté, pas celui qu'il m'a prescrit; autre exemple : c'est lui le premier qui a attiré mon attention sur le fait que le lait de vache n'est pas si bon que cela pour la santé, en tout cas, pas chez tout le monde). En d'autres termes, je m'en sers comme "assistant" (lol), à défaut pour lui de s'intéresser vraiment au sujet du sida.

Donc, je suis bien forcé de faire des recherches par moi-même et de me débrouiller (faute de pouvoir me faire suivre par l'un des trop rares thérapeutes allemands réellement compétents sur le sujet), ce qui aboutit parfois à des posts sur ce forum (si cela peut aider d'autres personnes concernées).

Et puis, je fais aussi un bilan nutritionnel pour m'assurer que je ne fais pas trop de "bêtises" malgré tout. La seule "erreur" manifeste qu'il a pu relever dans mes compléments et à l'examen de mon bilan nutritionnel est l'excès de sélénium, qui serait un peu trop au-dessus de la limite maximale de l'échelle "normale". Mais même sur ce point, je ne suis pas sûr que je vais continuer à le suivre vu ce que j'ai récemment lu sur le sélénium (voir ici). Si je devais suivre à la lettre ces conseils sur le niveau de sélénium, à la lecture de ce que j'ai lu, je me dirigerais tout droit sur une plus haute probabilité d'infections à candida (ce dont je me passerais bien volontiers) !

Mais pour le moment, la top priorité est bien de faire augmenter mon niveau de glutathion. Je suis vraiment très très curieux de connaître mes prochains résultats (en novembre).

Bref, je suis mon propre sujet d'expérience ... mais je me fais contrôler ! lol

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh ben ! icon_eek.gif

Au cas où cela serait utile (et sans vouloir faire de la pub) mais vu le bordel pour trouver un médecin orthomoleculaire, voilà deux sociétés qui vendent des compléments orthomoléculaires (et qui pourraient peut-être donner des adresses de médecins) :

- Belgique

Equilor

- Suisse :

Burgerstein

Voir aussi :

http://www.ebipharm.ch/francais/2a.asp#2

Pour la France et la Suisse :

Le Centre d' Investigations Bio cliniques du Stress Oxydatif ( Centre Elysées Marbeuf ) donne des adresses de laboratoires spécialisés en stress oxydatif.

Peut-être que ces labos peuvent donner des adresses de médecins spécialisés dans le domaine (à défaut de médecins orthomoléculaires)

Si j'ai bien compris, le Centre Elysées Marbeuf est aussi une clinique dirigée par le Dr. M. Brack, qui collabore avec la Société Française des Anti-oxydants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si j'ai bien compris, le Centre Elysées Marbeuf est aussi une clinique dirigée par le Dr. M. Brack, qui collabore avec la Société Française des Anti-oxydants.

Pour revenir sur le Centre Elysées Marbeuf :

En revanche, normaliser un taux de glutathion oxydé élevé, faire revenir à la norme un taux de LDL oxydés ou d'ADN oxydé élevés, fut une réelle surprise.

S'il n'est pas question aujourd'hui de prétendre guérir ou même d'améliorer une pathologie qu'elle qu'elle soit avec des antioxydants, la preuve était faite, comme une vraie 'valeur médicale ajoutée', qu'il était possible de traiter le stress oxydatif des patients qu'ils soient porteurs ou non d'une pathologie même grave.

...

Une révolution est en marche, elle s'appelle SIDA, SRAS, grippe aviaire, elle s'appelle aussi réconciliation entre mondialisation des problèmes de santé publique et prise en charge individuelle.

CISSO

" Une révolution est en marche " ! Ouais ! La révolution, ils auraient pû la faire bien plus tôt, on n'en serait pas là aujourd'hui !

Surtout quand on voit que la Société Française des Antioxydants travaille sur la grippe aviaire (avec Montagnier).

Et aussi quand on voit que la société Probiox (dont le comité scientifique est présidé par Montagnier, qui est professeur émérite chez Pasteur) conseille le Centre Marbeuf, entre-autres, pour les prélèvements.

Jolie petite famille icon_eek.gif

Beau business, et surtout pas de vulgarisation auprès des professionnels orthodoxes du sida icon_tresfache.gif

On se cache derrière le vieillissement ou l'arthrose, mais on travaille sur le glutathion et on parle de révolution avec le sida !

Modifié par Liane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

6) L'acide naturel R-alpha-lipoïque

Le lecteur est donc vivement invité à lire cet article.

Quoiqu'il soit un peu plus cher, chaque euro dépensé en plus en vaut réellement la peine puisqu'à concentration moinde, l'acide R-alpha-lipoïque produit un effet bien plus supérieur que le traditionnel alpha lipoïque. Il serait tout simplement l'antioxydant le plus important jamais découvert !

Concernant plus spécifiquement son rôle dans l'augmentation du niveau de glutathion et la protection des mitochondries :

Un antioxydant clé

Lacide R-alpha-lipoïque est la forme biologiquement active de lacide alpha-lipoïque, naturellement produit par lorganisme. Cest lantioxydant mitochondrial clé.

Lacide R-alpha-lipoïque est directement impliqué dans le métabolisme cellulaire et est également un composant vital du cycle antioxydant intracellulaire. Il neutralise toute une variété de radicaux libres et despèces oxygénées réactives (ROS) comme les radicaux hydroxyles ou loxygène singulet. Il est également capable de régénérer les vitamines C et E, la coenzyme Q10 et le glutathion.

Ainsi, un certain nombre détudes ont indiqué que lorsque lon ajoute de lacide alpha-lipoïque à différents types de cellules humaines ou animales dans des cultures de tissus, il se produit une augmentation de 30 à 70% des niveaux cellulaires de glutathion. De même, on a montré que les niveaux de glutathion augmentaient de façon très importante dans les cellules de poumons, de foie et de reins de souris auxquelles on avait injecté quotidiennement pendant onze jours de lacide alpha-lipoïque. Le glutathion est un antioxydant essentiel qui neutralise, le radical hydroxyle, lun des plus dangereux radicaux libres.

Le Dr Lester Packer, un spécialiste des antioxydants de lUniversité de Californie, commente ainsi ces résultats : «Il semble que lacide alpha-lipoïque agit comme antioxydant non seulement directement, en neutralisant les radicaux et chélatant les métaux, mais, aussi, indirectement, en recyclant dautres antioxydants et en entraînant une augmentation des niveaux intracellulaires de glutathion.»

Il considère également que le pouvoir antioxydant de lacide alpha-lipoïque est plus puissant que celui des vitamines C et E ou de la CoQ10. En fait, pour lui, c‘est peut-être lantioxydant le plus important jamais découvert.

S'il y en avait que trois à retenir pour augmenter le niveau de glutathion, ce serait donc la NAC, la vitamine C et l'acide R-alpha-lipoïque.

Dans le premier post de ce topic-ci, l'importance fondamentale de l'acide R-lipoïque a été tout particulièrement soulignée pour augmenter le niveau du glutathion. Il a également été insisté sur le fait que l'acide R-lipoïque, malgré son coût plus élevé, est bien plus efficace que son équivalent plus ou moins "synthétique", à savoir l'acide alpha-lipoïque (en fait sur le marché, on ne trouve essentiellement que des mélandes d'acide alpha-lipoïque et d'acide R-lipoïque, alors que l'idéal, c'est justement la forme pure d'acide R-lipoïque).

Or quelques heures plus tôt, dans ce même topic, Liane a publié un post dans lequel elle mentionne la société belge "Equilor".

Je viens de surfer sur leur site et il y est très bien confirmé également que l'usage de l'acide R-lipoïque est bien plus vivement recommandé que celui de l'acide alpha-lipoïque , et bien plus encore que ce que je pensais jusqu'alors ! Plus que jamais, l'acide R-lipoïque est recommandé pour augmenter son niveau de glutathion.

Malheureusement, il ne paraît pas techniquement possible de reproduire certains passages de ce document. C'est pourquoi, je me contenterai de résumer, très brièvement, certains points (pour en savoir plus, le lecteur est invité à lire l'article en question) :

1) L'acide R-lipoïque est 4 à 10 fois plus actif que son équivalent généralement vendu, à savoir l'acide alpha-lipoïque.

2) L'acide R-lipoïque combat bien mieux le stress oxydatif que l'acide alpha-lipoïque. Il a en outre la capacité unique de pouvoir se régénérer !

3) L'acide R-lipoïque stimule la production d'ATP (molécule d'énergie), ce qui permet bien sûr de mieux combattre le sida. Or la combinaison d'acide acide alpha-lipoïque et R-lipoïque que l'on trouve généralement le marché serait en revanche de nature à diminuer la production d'ATP !

4) L'acide R-lipoïque (au contraire de l'acide alpha-lipoïque et de presque tous les autres compléments alimentaires d'ailleurs) est l'un des extrêmement rares antioxydants pouvant arriver jusqu'au cerveau et pouvant effectivement augmenter le niveau de glutathion dans le cerveau ! Voilà qui est essentiel lorsque l'on sait que le sida est entre autres caractérisé par des encéphalites et autres crises de démence. Une déficience en glutathion dans le cerveau est justement l'une des explications possibles (ou en tout cas, l'un des facteurs essentiels), et l'utilisation de l'acide R-lipoïque serait donc de nature à prévenir ce genre de maladies.

5) L'acide R-lipoïque est de nature à protéger le foie contre les cirrhoses et les hépatites, améliore l'oxygénation des cellules (essentiel pour combattre le sida), etc...

6) Etc...

Dans la fin du passage reproduit au tout début de ce post, je précisais que pour augmenter son niveau de glutathion, les premiers compléments alimentaires auxquels il fallait penser étaient la NAC, la vitamine C et l'acide R-lipoïque (outre les polyphénols). Et je ne pensais pas si bien dire car à l'époque, j'ignorais complètement que l'acide R-lipoïque était l'un des rares compléments alimentaires pouvant efficacement faire augmenter le niveau de glutathion dans le cerveau.

En tout cas, entre l'acide alpha-lipoïque et l'acide R-lipoïque, il n'y a pas photo : c'est manifestement l'acide R-lipoïque qu'il faut préférer, malgré son coût plus élevé !

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

J'essaie toujours de répondre aux questions possée précédemment.

Ce qui est intéressant dans leur découverte, c'est qu'un taux de glutathion élevé est lié la production de NO cytotoxique par les TH1, alors qu'inversement, un taux de glutathion faible l'empêche. Donc les TH1 ne sont plus efficaces contre les parasites intracellulaires.

Pour Cheminot la déficience immunitaire porte sur un dysfonctionnement des TH1 qui ne peuvent plus produire de NO cytotoxique contre les cellules infectées à cause d'un manque de gluthation dont la fonction serait de transporter le NO. (Réducteur. (propulseurs) Formant avec l'oxydant un couple hypergolique ou diergol.) Dictionnaire terminologique sur Google

Pour Felix de Fries la déficience immunitaire porte sur une apotose des TH1 qui s'empoisonnent avec le NO cytotoxique qu'elles produisent contre les cellules infectés à cause d'un manque de gluthation dont la fonction serait anti-oxydantes, c'est-à-dire de se défendre contre le NO qu'elles produisent localement et de façon ciblée à travers la membrane.

Une réponse de Cheminot là-dessus serait la bienvenue...

Car ici le manque de gluthation a deux conséquences très différentes sur l'immunité:

- l'une c'est d'empêcher la production de NO cytotoxiques par elles-mêmes.

- l'autre c'est de ne pouvoir empêcher l'effet de la production de NO cytotoxiques sur elles-mêmes.

Le taux élevé de gluthation lié à la production de NO et le taux bas lié à la non-production de NO peut se comprendre dans les deux optiques. Le gluthation a peut-être un taux variable qui est fonction de l'activité de la production de NO.(Comment la mesure a été faite ?)

Amicalement

Modifié par Psyence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le taux élevé de gluthation lié à la production de NO et le taux bas lié à la non-production de NO peut se comprendre dans les deux optiques.

Le gluthation a peut-être un taux variable qui est fonction de l'activité de la production de NO.

Psyence, je n'ai pas suivi de très près ton échange homérqiue avec Wally, je l'avoue.

Je ne sais donc pas si cela a déjà été mentionné, mais je vais quand-même mettre mon cheveu dans la soupe.

Il existe plusieurs sortes de glutathion, notamment :

- le glutathion réduit (le bon)

- le glutathion oxydé (le pas bon)

Le glutathion réduit (GSH) redevient glutathion oxydé (CSSG) lors de son action contre l'agression oxydative que subit la cellule. Il doit donc être régénéré grâce au NADPH, lequel dépend de la présence de la G6PD.
Un article trop compliqué pour moi !

Je suggère, pour la suite, que la sorte de glutathion soit précisée à chaque fois.

Les néophytes comme moi arriveront peut-être à suivre un minimum cette discussion sur les T4 / CD4, glutathion, "vih", sida.

Merci !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Liane,

Merci pour ton bout de liane dans la soupe cela va permettre de lier les ingrédients.

Il s'agissait dans mon post précédant du gluthation réduit (GHS) et non du gluthation oxydé (GSSG).

Cette page trouvée dans la synthèse dit:

Le glutathion réduit (GSH) redevient glutathion oxydé (CSSG) lors de son action contre l'agression oxydative que subit la cellule. Il doit donc être régénéré grâce au NADPH, lequel dépend de la présence de la G6PD.

Signife pas qu'il n'y a pas du bon (GSH) et mauvais (GSSG) gluthation mais du gluthation utilisable par l'organisme (réduit = GSH) et du gluthation qui a déjà été utilisé par l'organisme (oxydé = GSSG) qui va ensuite pouvoir être recycler.

A ce que j'ai compris du lien suivant en résumant:

Sous l'action du stress oxydant:

- La transformation du gluthation réduit (GSH) en gluthation oxydé (GSSG) passe par l'activité du gluthation peroxydase (GPx) qui lui dépendant du taux de sélénium. -> phase de consomation du gluthation réduit

+

- La transformation du gluthation oxydé (GSSG) en gluthation réduit (GSH) passe par l'activité du gluthation réductase (GR) via un cycle NADP+/NADPH qui dépend de la G6PD (glucose-6-phosphate-déhydrogénase). -> phase de régénération du gluthation oxydé

= Recyclage du gluthation

C'est très technique et astrait, mais il semble qu'une défaillance du processus de reyclage du gluthation mettent en cause le sélénium (dont dépend la GPx), le gluthation réductase (GR) et glucose-6-phosphate-déhydrogénase (G6PD).

Amicalement

Modifié par Psyence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Psyence, le stress oxydant normal (la respiration, qui fait apparaître uniquement des espèces réactives oxygénées) ne met pas en péril le cycle de glutathion.

Par contre, le stress oxydant où apparaissent des espèces réactives azotées (cation nitrosyle à partir des poppers, des antibiotiques nitrés ou oximés, des isoxazoles, nitrène provenant des azotures), permet la création, grâce à la présence permanente d'ion superoxyde, des fameux peroxynitrites provoquant l'apoptose. Ces espèces réactives azotées sont normalement présentes (du moins pour NO) dans toute cellule, et en particulier les cellules immunitaires, grâce au transport permis par le glutathion, et permettent l'apoptose normale des cellules déviantes. Lorsqu'il y a inflammation, le taux de ces espèces azotées augmentent (ainsi que celui des espèces oxydantes chlorées). Parallèlement, à mon avis, et selon celui du groupe de Perth, ces espèces oxydantes font basculer le rapport TH1/TH2, les lymphocytes B sont activés, et des anticorps peuvent se former.

Cependant, lorsque leur apport est trop important (inflammation à répétition, apport exogène), l'apoptose cellulaire augmente, la glutathion peroxydase ne peut plus suivre, ou bien elle est carrément éliminée, le glutathion s'évanouit en sulfates.

Mais les anticorps, apparaissant lorsqu'il y a stress oxydatif justement, eux, ne sont pas détruits. Au contraire, puisqu'ils présentent toutes les caractéristiques de structures oxydées, en particulier de nombreux ponts disulfure.

On peut peut-être aussi avancer le fait qu'au fur et à mesure que le sida s'aggrave (le stress oxydatif s'aggrave, même ces ponts disulfure sont oxydés en sulfate, c'est pour cela que le taux d'anticorps diminue en fin de maladie. L'ARN dit "viral", quant à lui, augmente, car il pourrait être le signe de la destruction de l'ARN, voire de l'ADN par le stress oxydant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Or quelques heures plus tôt, dans ce même topic, Liane a publié un post dans lequel elle mentionne la société belge "Equilor".

Equilor a aussi été mentionné par Survivor dans son topic " Survivant ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Juste pour ajouter dans ce topic-ci que dans le cadre de mon propre bilan nutritionnel (que je relis), deux "sortes" de glutathion furent analysées :

- le glutathion péroxydase (GPX) (où mon niveau était "normal", quoique extrêmement fort en bas de la fourchette "normale"), et

- le glutathion réduit (GSH) (où mon niveau était un peu en dessous du niveau le plus bas "normal"). Et si je me rappelle bien, c'est tout particulièrement le glutathion réduit qui protège les cellules immunitaires contre le stress oxydatif (sauf erreur de ma part).

Allez, encore un bout de liane dans la soupe !

- Glutathion oxydé/glutathion réduit ( valeur optimale > 8%) Le glutathion est un antioxydant qui régénère les graisses oxydées, la vit C et E. La quantité de glutathion oxydé augmente avec l'âge.

- Glutathion peroxydase(GPX) : (sélénodépendante) lutte contre l'inflammation des tissus et les infections, lutte contre le stress oxydatif secondaire à la pollution et le tabac. Lorsque le sélénium est déficitaire, une supplémentation peut améliorer l'activité de la GPX

Abc des analyses contre...le viellissement ! 4-ptdrasrpt.gif Modifié par Liane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir tous,

Psyence, le stress oxydant normal (la respiration, qui fait apparaître uniquement des espèces réactives oxygénées) ne met pas en péril le cycle de glutathion.

Par contre, le stress oxydant où apparaissent des espèces réactives azotées (cation nitrosyle à partir des poppers, des antibiotiques nitrés ou oximés, des isoxazoles, nitrène provenant des azotures), permet la création, grâce à la présence permanente d'ion superoxyde, des fameux peroxynitrites provoquant l'apoptose. Ces espèces réactives azotées sont normalement présentes (du moins pour NO) dans toute cellule, et en particulier les cellules immunitaires, grâce au transport permis par le glutathion, et permettent l'apoptose normale des cellules déviantes. Lorsqu'il y a inflammation, le taux de ces espèces azotées augmentent (ainsi que celui des espèces oxydantes chlorées). Parallèlement, à mon avis, et selon celui du groupe de Perth, ces espèces oxydantes font basculer le rapport TH1/TH2, les lymphocytes B sont activés, et des anticorps peuvent se former.

Cheminot au risques d'être pompeux, j'aimerais clarifier pour des raisons de compréhension et de clarté certains points. Tu est dans ton élément c'est normal que pour toi c'est limpide icon_smile.gif

Voilà ce que j'ai compris en résumé:

Le processus ordinaire par lequel les TH1 ont une action cytotoxique ciblée sur les cellules déviantes à cause de germes intracellulaires est le suivant:

NO ---------> Enzyme cellulaire des TH1 >( NO + ions peroxyde = Peroxynitrites) => effet cytotoxique des TH1

-----GHS------

(réducteur)

Le NO est transporté (réducteur) par le gluthation réduit (GHS) vers les enzymes cellulaires permettant la libération mesurée de NO qui va se mélanger avec ions peroxyde dans la cellule pour former des peroxynitrites à action cytotoxique. Un taux haut de gluthation correspond ainsi à une action cytotoxique des TH1. Lorsque ce taux est bas cette action est entravée.

Lorsque c'est le cas le processus serait le suivant:

NO + ions peroxyde = Peroxynitrites dans l'espace inter-cellulaire => effet cytotoxique sur les TH1 = apotose.

(----non-GHS----)

Du fait que le gluthation qui normalement empêche le NO de se mélanger avec les ions peroxydes dans lespace intercellulaire lors de son transport vers les TH1 manque, il se produit une formation de peroxynitrites non-régulée par réaction chimique simple à lextérieur des cellules TH1 qui provoque leur apotose.

Un manque de glutathion se justifierait de trois façons :

1 - un excès dapport de substances oxydantes produisant des peroxynitrites en provenance de l'extérieur. (Epuisement du glutathion)

2 - un manque dapport de substances antyoxdantes en provenant de lextérieur protégant contre les peroxynitrites (Epuisement de glutathion)

3 - un dysfonctionnement du recyclage du glutathion (carence sélénium, etc ) (Epuisement de gluthation)

Peut-on résumer (vulgariser) cela globalement de cette façon ?

(J'aimerais rendre cela accessible à n'importe quel lecteur.)

Juste une question ; il y a-t-il autres substances que les peroxynitrites qui sont susceptibles de provoquer une action cytotoxique inter-cellulaires ?

Merci de ta réponse.

Cordialement

Modifié par Psyence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est bien résumé.

En ce qui concerne les autres substances, elles agissent généralement en permettant la formation de ces peroxynitrites. Et elles sont nombreuses, soit en éliminant le glutathion et les réducteurs associés (paracétamol, dérivés nitrés, AZT), soit en permettant la formation excessive de NO non régulé (poppers, cocaïne).

Soit dit en passant chacune de ces substances a sans doute les deux effets.

L'apoptose cellulaire est de plus en plus mise sur le compte de la dénaturation protéinque provoquée par les peroxynitrites, qui nitrent certains acides aminés très sensibles : la tyrosine et parfois l'histidine.

Comme tu l'as bien dit, les carences nutritionnelles en sélénium particulièrement expliquent le taux élevés de séropositifs en afrique australe : les lieux sont très pauvres en sélénium, et depuis peu, ces personnes sont bombardées de substances oxydantes : chloramphénicol, bactrim, métronidazole.

Là où un habitant des terrains sédimentaires résistera, eux ne le peuvent déjà plus.

Modifié par Cheminot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

3 - un dysfonctionnement du recyclage du glutathion (carence sélénium, etc ) (Epuisement de gluthation)

Peut-on résumer (vulgariser) cela globalement de cette façon ?

(J'aimerais rendre cela accessible à n'importe quel lecteur.)

Psyence, j'ai suivi ton lien comme le Petit Poucet : Sympa, ton blog " Psychothérapie, Guérison & Spiritualité " icon_wink.gif

Y a-t-il un rapport entre " psychothérapie " et " glutathion " ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Liane,

Euh, non en fait pas de lien directe. Mais si le stress psychologique est un facteur de stress oxydatif et par conséquent d'élimination de glutathion, alors l'EFT est une technique merveilleuse, gratuite et sans aucun effets secondaire pour évacuer le stress, la peur de mourir, associé au diagnostique VIH et autres tests "flippant".

J'ai fais ce lien car je ne savais pas comment poster cette image, alors je l'ai mise sur une page "chez moi".

Cheminot,

Merci pour ta réponse et précision.

Cordialement.

Modifié par Psyence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Liane,

Euh, non en fait pas de lien directe.

Et pourtant le déficit en glutathion dans le cerveau pourrait-être à l'origine de la schizophrénie :

Mais si le stress psychologique est un facteur de stress oxydatif et par conséquent d'élimination de glutathion, alors l'EFT est une technique merveilleuse, gratuite et sans aucun effets secondaire pour évacuer le stress, la peur de mourir, associé au diagnostique VIH et autres tests "flippant".
Bon, là je sors du sujet mais j'imagine que c'est pour cela que tu parles du glutathion dans ton blog ?

Tu peux me détromper si ce n'est pas le cas.

Toujours est-il que supprimer les sources de stress par différentes méthodes (en plus de vérifier son taux de glutathion et le faire corriger si nécessaire par un pro) ne peut-être qu'un plus contre le stress oxydatif.

Modifié par Liane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Rozen

Bonjour,

Pour tous les gens qui seraient intéressés pour faire contrôler leur niveau de glutathion, je peux signaler que je viens de me rendre au labo d'analyses de mon quartier pour savoir dans quel conditions on peut le faire et le biologiste que j'ai vu m'a indiqué que cela coûtait 39 euros non remboursés par la sécu. Voilà, donc sur ce plan c'est clair, pas besoin d'aller se le faire prescrire... Tout est pour la poche du client. icon_biggrin.gif

Je fais une petite digression car j'aborde un autre aspect par la même occasion (vu que j'en ai aussi parlé avec le biologiste), c'est au sujet du taux de PH...car souvent (non pas dans cette discussion mais ailleurs sur ONCT) on signalait que dans les contrôles à faire, il faut voir le PH et qu'un PH inférieur à 7 est un très bon facteur pour ne pas avoir le développement de cancer... et donc sans doute : adaptation de la nutrition pour être en dessous de 7... Là, le biologiste n'a pas pige du tout, j'ai senti qu'il y mettait toute sa bonne volonté mais il m'a dit "késako ? icon_confus.gif euh...le PH artériel doit toujours être entre 7.38 et 7.48. En dessous c'est hypoventilation et au dessus hyperventilation....mais c'est dans l'analyse des gaz du sang, donc contexte bien spécifique...Le PH veineux est plus bas...mais je ne vois pas ce que cela vient faire pour situer un état de santé global, dans la perspective qui vous intéresse..."

Comme je n'y connais rien non plus, nous en sommes restés là, et juste à la perspective du contrôle de glutathion... qui pour moi nécessiterait d'avoir un contact avec quelqu'un de compétent ensuite pour permettre d'exploiter les résultats, et là cest une autre paire de manches car je vois que wallypat, compétent, adapte les choses et prend ou laisse des consignes de son médecin...pour ma part, je croise les doigts pour pouvoir m'en remettre à un bon spécialiste qui ait le meilleur conseil possible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Là, le biologiste n'a pas pige du tout, j'ai senti qu'il y mettait toute sa bonne volonté mais il m'a dit "késako ?  icon_confus.gif euh...le PH artériel doit toujours être entre 7.38 et 7.48. En dessous c'est hypoventilation et au dessus hyperventilation....mais c'est dans l'analyse des gaz du sang, donc contexte bien spécifique...Le PH veineux est plus bas...mais je ne vois pas ce que cela vient faire pour situer un état de santé global, dans la perspective qui vous intéresse..."

Comme je n'y connais rien non plus, nous en sommes restés là...

Rozen, pour le PH qui peut-être corrigé par l'alimentation, j'ai essayé de l'expliquer par là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allez, encore un bout de liane dans la soupe !
Antioxidant enzymes, Superoxide dismutase (SOD), catalase (CAT) and glutathione peroxidase (GPx) activities, were decreased (p<0.001) whereas glutathione S-transferase (GST) activity was increased (p<0.001) in cervical cancer patients.
Une étude sur le cancer

Apparement, trop de glutathion S-transferase n'est pas un bon signe.

Mais, selon les résultats que j'ai trouvés, cet enzyme offrirait quand-même une protection contre le stress oxydatif.

icon_confus.gif

J'ai cherché à en savoir plus mais j'en reviens assez bredouille.

Quelqu'un pourrait-il me dire le rapport qu'il y a entre le glutathion S-transferase et le stress oxydatif en général ou l'oxyde nitrique ?

Désolée si j'ai loupé un post qui parle déjà de ça.

Merci !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh bien, la glutathion S-transférase permet de coupler le glutathion avec divers oxydants, et en particulier avec l'oxyde nitrique, donnant le N-nitrosoglutathion qui est le principal vecteur cellulaire (et peut-être intercellulaire, mais il faut que je me renseigne) du monoxyde d'azote, et permet sans doute de réguler son utilisation.

On peut peut-être avancer l'hypothèse suivante dans le cancer :

pour permettre l'élimination de cellules malades, il faut qu'elles se suicident, et ceci grâce aux peroxynitrites qui sont obtenus en partie à partir du NO libre.

Si le transfert de NO sur le soufre du glutathion est trop important, il n'y a plus assez de NO libre en circulation, d'où déficit de l'apoptose (suicide) cellulaire.

Modifié par Cheminot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...