Aller au contenu
forum sidasante

Recommended Posts

  • Réponses 68
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Invité MedMen

Je ne vois pas vraiment comment cette molécule retardera l'évolution vers le stade Immuno Déficience Acquise...

Les lymphocytes T CD8+ (cytotoxiques) détruisent les lymphocytes T CD4+ infectés exprimant les Ag du VIH à leur surface. Donc si on augmente leur nombre on diminue d'autant plus rapidement le nombre de CD4+ (ce qui favorise la survenue des infections opportunistes).

La réponse des LT CD4+ anti protéines virales sera apparemment renforcée mais cette réponse nécessite l'activation des LT et donc permet la réplication virale et la formation de nouveaux virions...

La réponse des lymphocytes B sécrétant des ImmunoGlobulines spécifique des antigènes gp120 et gp41 sera conservée mais ils ralentissent simplement la diffusion du virus car ils forment des complexes immuns (Ig+Ag) qui seront endocytés par les phagocytes (macrophages, polynucléaires..) ce qui permettra au virus de se répliquer, et ainsi la synthèse de nouveaux virions, etc...

Quand à l'inhibition de la dopa decarboxylase elle entraînera à terme (ou si prise forte) des les symptômes de la Chorée de Huntington ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bon ben salut à tous, je trouve pas mon cas si intéressant pour ouvrir un topic sur ma personne mais le titre tombe bien.

Vous savez qui je suis et que je n'adhérais pas aux théories officielles, jusqu'à vendredi, après un mois de fièvre qui venait sutout le soir et s'en allait dans la journée, je suis hospitalisé pour une pneumocystose, j'ai droit à 8 fois Bactrim forte pendant 21 jours et si je remonte pas mon immunité, je risque d'autres maladies opportunistes grave.

je veux vivre, j'ai commencé la tri avec la certitude que ça me fera du bien et remontera mes t4, qui sont à 10 pour rappel.

je suis désolé de tomber malade, mais c'est pas faute d'avoir tout essayé.

je vous souhaite bonne chance à tous

Pierrot

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pierrot, je te souhaite un bon rétablissement et continue à nous donner de tes nouvelles... icon_smile.gif

Personne ici n'a dit qu'il ne fallait pas se soigner, ni meme que le SIDA n'existait pas...

Cheminot l'a bien expliqué... Le SIDA peut atteindre un degré nécessitant des traitements, donc ne soit pas désolé... Lis les témoignages de Dak Az et ses 4T4 si tu les as raté... lui aussi a eu le meme problème que le tien...

Il n'y a pas de vérité unique sur le SIDA, plusieurs causes, différents degrés d'atteintes et ceux qui sont rellement atteints (voir le cas de Viduité et le problème des tests) ne peuvent pas refuser les traitements..

Soigne toi et ne te laisse pas atteindre par l'effet nocebo qui entoure cette maladie : tu n'es pas condamné et ta vie est devant toi 1-calin.gif4-bisou.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité MedMen

Bon traitement icon_smile.gif et prends soin de toi.

pardon d'enchaîner, mais diamant bleue les propos de ce forum ne sont pas toujours aussi nuancé que tu le mets, c'est parfois dur d'avoir une idée générale de ce que pense les gens car au final tout le monde pense bien ce qu'il veut et personne n'est d'accord sur tout, ce qui complique la tâche pour répondre aux posts... héhé

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Pierrot.

Je suis réellemment attristé par ce qui t'arrive et je suis d'autant plus touché que de prime abord cela pourrait m'arriver un jour.

Il y a quelques mois, je t'avais dit que si j'étais à ta place, je n'aurais pas fait mesurer mes lymphocytes T4 et que si je l'avais fait quand même, je n'en aurais pas tenu compte. Je maintiens toujours et envers et contre tous cette opinion, d'autant plus que j'applique ce précepte à moi-même. En effet, il n'y a plus à démontrer que la baisse des lymphocytes T4 n'est pas le meilleur indicateur du risque de progression faire l'une des maladies dites caractéristiques du sida.

En revanche, je m'en veux terriblement de n'être pas revenu plus tôt vers toi pour te suggérer de faire mesurer ton taux de glutathion (et de sélénium, qui participe à la formation de glutathion), car si ce taux était particulièrement bas (comme cela a dû être le cas), là, il y aurait eu de réelles raisons de s'inquiéter.

D'ailleurs, moi-même, j'ai fait contrôler ces deux mesures et je devrais avoir les premiers résultats ce vendredi. Mais pour ma part, je crains plutôt d'en avoir beaucoup trop, ayant récemment abusé de beaucoup d'antioxydants.

J'ai encore eu une confirmation de plus selon laquelle la mesure du glutathion (et du sélénium) est le seul bon et véritable indicateur du risque de progression vers le sida déclaré (et certainement pas la mesure des lymphocytes T4). Une baisse de ce taux est systématiquement prédictive d'un cas de sida. De même, après un cas de sida déclaré, même sans drogues dites "antivirales", une supplémentation en glutathion permettant de ramener ce taux à un niveau normal est très généralement associé à une amélioration de la santé et à une forte diminution du risque de sida déclaré.

Cette confirmation de plus, je l'ai lu tout récemment dans le BMJ Debate, qui a eu lieu tout récemment pendant deux ans entre orthodoxes et dissidents du sida :

Tout d'abord, le stress oxydant est souvent à l'origine des premières anomalies responsables de modifications irréversibles de molécules et de cellules, et ces anomalies se produisent plusieurs années avant l'apparition des signes de la maladie qui sont irréversibles.

Si je ne doute pas un seul instant qu'à court terme (tu es ici dans le cas typique de la "médecine d'urgence"), les drogues dites "antivirales" sont la solution, je me refuse à croire qu'elles doivent cependant être systématiquement la solution à moyen terme, et pis encore à long terme, malgré les dommages irréversibles causés par le stress oxydatif et qui ne se manifestent que maintenant.

Pouvant moi-même être concerné par ce sujet, et malgré mon anglais écrit très déplorable, je vais un de ces tout prochains soirs écrire un petit post sur le sujet (c'est-à-dire ton cas et celui du mari de Zab) sur le site AIDSmythExposed pour demander leurs explications (mais de prime abord, c'est clairement lié au stress oxydatif) et surtout leurs solutions. Ils sont en effet généralement encore bien plus négatifs que moi sur les drogues dites "antivirales". De prime abord, la première chose à faire serait déjà de rebooster ton taux de glutathion (et de sélénium).

Je suis vraiment peiné par ton cas, et plus que jamais, j'exècre la médecine orthodoxe du sida et leurs 25 années presque entièrement perdues à l'étude de leur petit bonhomme vert de "VIH". Ma haine envers cette médecine du pire n'a jamais été sans équivalent à ce jour, et plus que jamais, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour faire triompher la dissidence du sida et pour que par conséquent, les dizaines de milliards de dollars actuellement gaspillés sur l'étude de cette chimère de VIH soient réellement consacrés à l'étude du stress oxydatif et aux façons d'y remédier et d'y guérir.

Quel temps perdu depuis 25 ans.

Aussitôt que j'aurai reçu des réponses sur AIDSMythExposed, je t'en ferai part, ainsi qu'aux autres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bon ben salut à tous, je trouve pas mon cas si intéressant pour ouvrir un topic sur ma personne mais le titre tombe bien.

Vous savez qui je suis et que je n'adhérais pas aux théories officielles, jusqu'à vendredi, après un mois de fièvre qui venait sutout le soir et s'en allait dans la journée, je suis hospitalisé pour une pneumocystose, j'ai droit à 8 fois Bactrim forte pendant 21 jours et si je remonte pas mon immunité, je risque d'autres maladies opportunistes grave.

je veux vivre, j'ai commencé la tri avec la certitude que ça me fera du bien et remontera mes t4, qui sont à 10 pour rappel.

je suis désolé de tomber malade, mais c'est pas faute d'avoir tout essayé.

je vous souhaite bonne chance à tous

Pierrot

Salut Pierrot.

Tu toussais pendant ce dernier mois ? Parce que, franchement, comme pour le mari de zab, je ne vois vraiment pas le rapport entre de simples fièvres qui, en plus, s'en allaient durant la journée, et une pneumocystose. Et je ne vois pas trop en quoi il s'agit d'un truc particulièrement grave.

Fais gaffe avec les antibiotiques. Je pense que c'est ça qui a emporté Mark Griffith, et aussi la fille de Christine Maggiore. Et en plus, ça tue sans prévenir. D'un seul coup, l'hémorragie cérébrale est là. Et à ce moment-là, c'est terminé.

Il est possible que tes fièvres soient dûes à l'eau que tu absorbes. L'eau de Genève est faiblement minéralisée. Et en plus, il a pas mal plu ces dernières semaines. Donc, il est possible que l'eau se soit déminéralisée encore un peu plus et que ça ait diminué la quantité de sels minéraux dans ton organisme et donc, que ça ait provoqué des fièvres à répétition.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wallypat,

Comment faire pour mesurer son taux de stress oxydatif, son taux de sélénium et de glutathion?

Est-ce remboursable par la sécu?

Faut-il une ordonnance d'un médecin?

Merci de nous éclairer sur ces questions.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité MedMen

Excuse moi mais ça fait un mois qu'il avait de la fièvre alors même si c'était surtout le soir il y a quand même des raisons de suspecter un truc un peu plus grave qu'une rhinite non ?

Oui je ramène ma médecine, c'est pour que vous voyez la cheminement du diagnostic : terrain : patient immunodéprimé :

La pneumocystose à Pneumocystis Jirovecii (microorganisme cosmopolite, classé dans les champignons) se traduit souvent (50% des cas) par une triade d'apparition progressive : fièvre, toux sèche, dypnée croissante. Il existe des formes fébriles pures. L'auscultation pulmonaire est normale au début.

La radio pulmonaire objective un infiltrat interstitiel diffus bilatéral à prédominance hilaire. Ces images peuvent être associées à des éléments kystiques, à un pneumothorax, ou u pneumomédiastin.

Le bilan gazeux montre une hypoxie pouvant être normale.

Au début les signes cliniques peuvent être absents et la radio normale. Un diagnostic tardif ls patients se présentent dans un tableau d'insuffisance respiratoire aiguë. La radio pulamonaire est quasi opaque "en verre dépoli". Dans ce cas le pronostic est réservé.

Etude du lavage bronchio-alvéolaire = meilleure examen pour sa détection. (biopsies rarement utilisée en France) puis étude microscopique etc..

Traitement curatif de première intention : Cotrimoxazole (Bactrim, Eusaprim) ou iséthionate de pentamidine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effets secondaires du bactrim : nausées, vomissements, éruptions cutanées, aplasie médullaire. Donc, à mon avis, c'est bien un antibiotique qui attaque les parois des cellules et donc, est suceptible de causer des hémorragies cérébrales. Et comme tu as dit que tu étais relativement maigre, à mon avis, c'est spécialement dangereux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wallypat,

Comment faire pour mesurer son taux de stress oxydatif, son taux de sélénium et de glutathion?

Est-ce remboursable par la sécu?

Faut-il une ordonnance d'un médecin?

Etant belge et vivant en Belgique, je ne peux que parler pour la Belgique.

Pour faire ces mesures, je suis allé chez un médecin nutritionniste, qui m'a fait une prise de sang. Deux semaines pour connaître tous les résultats, non seulement pour le sélénium et le glutathion (bien sûr) mais pour faire un bilan global de toutes les formes de stress oxydatif par la même occasion (étant entendu que je me concentrerai surtout sur le glutathion et le sélénium).

Le coût en Belgique : +/-100 EUR dont seule la moitié est remboursée. Mais vu l'importance absolument fondamentale de ces examens, je compte bien les faire régulièrement, malgré leur coût. Après tout, la santé n'a pas de prix.

Pour la France, je ne sais pas comment cela fonctionne. Mais d'après les échos que j'ai eu d'amis séropos, peu de médecins ès VIH sont disposés à faire ce genre d'examen, encore moins un examen réellement approfondi, et même quand ils le font (de façon superficielle), ils n'y portent pas de grande importance. Tout ce qu'ils recommandent, c'est de prendre leurs drogues dites "antivirales". Ce serait la seule solution, selon eux. Même s'ils ne sont pas dissidents du sida, ils pourraient pourtant suivre les recommendation du professeur Montagnier qui ne dit pas autre chose que le stress oxydatif est bien la cause du sida (tout en le reliant, pour des raisons que l'on comprendra aisément, avec le "VIH" mais sans pouvoir l'expliquer).

Bref, je crois qu'en France aussi, il vaut mieux aller chez un médecin nutritionniste. Mais je crois que l'avantage en France, c'est que ce genre d'examen est un peu mieux remboursé qu'en Belgique, en particulier si le séropo bénéficie du remboursement des frais médicaux à 100% (il paraît que cela existe en France, mais pas en Belgique).

Bref, va chez un médecin nutritionniste et demande un bilan de ton stress oxydatif, qui comportera en tout état de cause un examen de ton taux de glutathion et de sélénium (et d'autres "choses" également, mais pour cela, c'est bien un des rares points sur lesquels je veux bien faire confiance à la médecine traditionnelle).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité MedMen

Et comme tu as dit que tu étais relativement maigre, à mon avis, c'est spécialement dangereux.

Je ne conteste pas les effets 2r très fréquents d'ailleurs avec ce produit (mais l'intensité est très variable).

Par contre le rapport maigreur ou IMC / action ATB est contestable même si c'est vrai que les "plus gros" ont un métabolisme hépatique notamment augmenté (qui transforme le médicament donc concoure à son élimination sauf cas spécifiques de médicament administrés sous forme inactive) les posologies sont adaptées en fonction du métabolisme.

Ex : Bactrim 20mg/kg/j de TMP et 100 mg/kg/j de SMZ en 3 à 4 prises, par voie orale ou IV pdt 3 semaines.

Le mg/kg illustre bien que cette différence de morphologie est prise en compte.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aparemment c'est un peu trop compliqué pour moi ou alors je suis trop fatiguée pour comprendre cette histoire de stress oxydatif. Surtout du pourquoi les dégâts seraient irréversibles et se manifestant tant d'années après?

Je trouve que ça fait presque plus peur que la théorie officielle...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Zab.

Je suis moi-même trop fatigué pour tenter d'expliquer maintenant. Je viens de passer deux heures pour expliquer - en anglais - le cas de ton mari et de Pierrot sur http://groups.msn.com/AIDSMythExposed/yourwebpage.msnw.

J'espère que le message sera compréhensible (mon anglais est tout ce qu'on veut, sauf bon), qu'il ne comporte pas trop de fautes et qu'ils accepteront de le publier. Une fois que j'aurai des réponses, je les répercuterai ici. Car je tiens à avoir leur avis aussi.

Tu trouveras d'ailleurs ci-dessous le message que je viens de soumettre au modérateur de ce site :

Good evening.

First, I would like to apologize for my very approximate English. I'm French. My other nickname is "wallypat" on http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showforum=83, the only french forum on which you can speak about the aids dissidence without censorship.

Normally I wanted only to read the very interesting messages which are published on this forum. I understand most of them but it's still too difficult to me to write in English.

But I will make an exception because we have two very sad cases. I hope there will not be too many mistakes in my message and that you will understand this message.

These two cases are very similar (you can also find these two cases [of course in french] here http://www.onnouscachetout.com/forum/viewtopic.php?p=200716

and here http://www.onnouscachetout.com/forum/viewtopic.php?p=200318).

Two men were on drugs for 3 to 5 years :  heroin and cocaïne. They were diagnoses HIV +. But after, during approximatelely 5 years for one guy, 8 years for the other guy, they changed their lifestyle : no more drugs, they married a woman, they eat very good, no excess any more in their lives, they do sport; in other words, they live for 5 years and 8 years on a very healthy way. Of course, no HAART (they have never used HAART) and they didn't see anymore their HIV "experts".

They have never had serious health problems during these 5 and 8 years, except sometimes rums of a very little pharyngitis.

So, no health problems at all during these 5 and 8 years. No drugs, no Haart. A very healthy life.

But now,  these two men have contracted in two weeks ..... a pneumocystis pneumonia ! In other words, they have AIDS after 5 and 8 years of a very healthy life. They nearly die but "thanks to" HAART (I think that in these two cases, HAART was necessary, at least on very short-term, because of the emergency : there were going to die of pneumocystis pneumonia), they are saved, but their doctors told them it's now necessary that they take HAART for the rest of their lives because of the "virus". Naturally I don't believe in VIH.

It really happened. It's not invented.

My two questions are the next.

1) How could you explain that these two men have now a pneumocystis after 5 and 8 years of very healthy lives, without health problems until now ?

I have a plausible explanation, I think, but I would like to have your advice of your other explanations.

I believe 200% in the Perth Group's oxidative stress theory of AIDS (not in Duesberg's theory, which seems to me to be only an incomplete variation) . So, for me, they were on drugs (heroin and cocaine for 3 to 5 years). And I have read a lot of times that the oxidative stress (if it lasts a long time, and it was the case for the two of them drugs during 3 to 5 years) can cause IRREVERSIBLE damages to the cells and the genome. These damages can happen without to be seen, and then, after a few years, or even more than a few years, these damages appear. I think it could exactly be the case for these two men.

What are your opinion on this subject ? Do you have other explanations ?

2) What are now the solutions for these two guys ? HAART for the rest of their lives, what their HIV "experts" suggest ?

I don't agree of course, even some (very few) HAART (like "lamivudine" of 3TC of Epivir) are exceptional reducing agents  (antioxydants) but they have horrible side effects, even sometimes fatal. But I believe that "3TC" is yet the drug with the least side effects and could be "good" for HIV+ guys with IRREVERSIBLE damages to their body (it seems it's now the case for the two of them).I'm afraid that AIDS has now evolved as an autoimmune illness for them (because of the - sometimes irreversible - results of the oxidative stress).

Note they have NEVER checked their concentrations of glutathione and selenium. And I have read many times that supplementation of glutathione can often improve the life of HIV+, even after a real case of AIDS (for instance here : http://www.rethinking.org/bmj/response_73412.html).

After they have cured their pneumocytis pneumonia (they are now on HAART and Bactrim), isn't it better that they first increase their concentration of glutathione (thanks to NAC and selenium) before continuing with HAART ?

Have you other solutions for these two guys (other than HAART, of course) ? Because their situation is now very difficult. They have had a really healthy life during 5 and 8 years, but now, they have AIDS.

Sorry for my approximate English.

And thank you very much for your answers and suggestions !

Oui, le stress oxydatif a assurément un côté assez effrayant, en raison de sa capacité à causer des dommages irréversibles à l'organisme humain, qui peuvent passer inaperçus pendant plusieurs années, pour apparaître ensuite sans que l'on s'y attende. Cela paraît de prime abord être le cas pour ton mari et Pierrot.

Le Perth Group, à l'origine de la théorie du stress oxydatif comme cause du sida, n'a jamais dit que le sida est un syndrome à prendre à la légère. Et je ne le pense pas non plus.

De là à dire que les drogues (du moins, certaines) dites "antivirales" sont forcément la solution systématique pour des cas aussi graves de stress oxydatif, je me permets de croire que non.

Il me semble clair qu'il conviendrait à tout le moins de d'abord tenter d'augmenter la concentration en glutathion (par la voie de compléments alimentaires, tels que la N-Acétyl cystéine et le sélénium) de l'organisme avant de commencer à penser à recourir systématiquement aux drogues dites "antivirales". Des personnes ayant fait des cas de sida déclaré s'en sont ainsi sorti ensuite sans devoir recourir aux trithérapies. Mais cela ne semble pas fonctionner dans tous les cas, hélas.

L'idéal serait de recourir à un bon nutritionniste pour faire un bilan régulier à cet égard, à défaut de médecins spécialisés (en France du moins) dans ce genre de thérapie.

En tout cas, dès que je reçois des réponses de l'autre site (enfin, je l'espère), je viendrai les répercuter ici. Mais ce ne sera de toute façon pas pour demain car j'ai certaines obligations à remplir.

Sans doute pour samedi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et comme tu as dit que tu étais relativement maigre, à mon avis, c'est spécialement dangereux.

Je ne conteste pas les effets 2r très fréquents d'ailleurs avec ce produit (mais l'intensité est très variable).

Par contre le rapport maigreur ou IMC / action ATB est contestable même si c'est vrai que les "plus gros" ont un métabolisme hépatique notamment augmenté (qui transforme le médicament donc concoure à son élimination sauf cas spécifiques de médicament administrés sous forme inactive) les posologies sont adaptées en fonction du métabolisme.

Ex : Bactrim 20mg/kg/j de TMP et 100 mg/kg/j de SMZ en 3 à 4 prises, par voie orale ou IV pdt 3 semaines.

Le mg/kg illustre bien que cette différence de morphologie est prise en compte.

Et pourtant, il y a clairement des problèmes d'hémorragies (cas de la fille de Christine Maggiore, cas des enfants vietnamiens traités avec du Chloramphenicol). Alors ? Ben alors, le fait de prendre en compte le poids n'est pas suffisant. Pour certaines personnes, relativement rares heureusement, il y a des éléments supplémentaires qui vont entrainer le risque d'hémorragie.

Le fait d'être maigre implique que les veines ont des parois moins épaisses que celles des gens qui mangent l'alimentation grasse et protéinée classique (cette alimentation grasse et protéinée va entrainer un dépot sur les veines, épaississant leurs parois). Du coup, là ou elles sont le moins épaisses, les veines risquent de lacher sous l'action désagrégeante de l'antibiotique. Alors que des personnes déjà légèrement en surpoids vont avoir des veines plus épaisses qui vont résister. Comme en plus l'antibiotique a un effet d'aplasie médullaire, la rupture d'une veine est moins facilement réparable.

Le deuxième truc qui va faciliter l'hémorragie, c'est le fait que le sang de la personne soit assez fluide, peu encombré de déchets. Comme l'antibiotique désagrège les parois des cellules qu'il rencontre, plus il en rencontre avant de tomber sur les parois des veines, moins il y a d'antibiotique qui rencontre les parois veineuses. C'est comme un seau en fer dans lequel on verserait un acide. Si on le remplit de calcaire, l'acide sera neutralité avant d'arriver sur les parois du seau. Or, quelqu'un qui a jeûné ou qui se nourrit de façon très légère, et avec peu de protéines, va avoir un sang beaucoup moins encombré de déchets que quelqu'un qui mange de façon classique. Donc, l'antibiotique aura beaucoup plus d'effet sur lui.

Normalement, ça n'est pas grave parce que ce ne sont que des petites veines qui sont touchées, et ça se répare facilement. Mais dans le cerveau, ça n'est pas le cas. Une hémorragie cérébrale entraine des dommages irreversibles et relativement souvent, la mort.

Pour ces personnes maigres et ayant plus ou moins jeûné, le dosage des antibiotiques, même avec la prise en compte du poids est trop important.

Cela dit, même pour les personnes en léger surpoids, avec une alimentation occidentale classique, on peut se demander s'il n'y a pas de nombreux cas d'hémorragies cérébrales dont les effets sont cachés, mais réels. Comme c'est un problème qui n'est pas analysé et qu'en plus, c'est en général difficile de s'en apercevoir, il est possible qu'il y ait pas mal de cas de problèmes cognitifs légers après des prises d'antibiotiques.

Si une personne séronégative (jeune bien sur) meurt d'une hémorragie cérébrale suite à une prise d'antibiotique, on dira que c'est une crise cardiaque. On jouera les étonnés. On ne comprendra pas comment c'est arrivé. On classera ça dans les mystères de la médecine. Si c'est une personne séropositive, on dira que c'est le SIDA bien sur. Et si c'est en plus un dissident, on dira que ce sont ces malades mentaux de dissidents qui l'ont dissuadé de se soigner avec leurs idées délirantes et dangereuses. Surtout qu'il y a une maladie toute trouvée pour expliquer ça dans le cas d'un séropo qui ne se soigne pas : la toxoplasmose.

PS : les anti-inflammatoires entrainent les mêmes problèmes.

Modifié par aixur
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité MedMen

Les dépôts lipidiques ont lieu dans les artères (plaque d'athérome par exemple.. favorisé par une effraction vasculaire bref possibilité de migration > thrombose : AVC, AIT), les veines sont quant à elles sujettent aux caillots sanguins par stase veineuse, lésion endothéliale et hypercoagulabilité qui peuvent migrer > embolies (ex : embolie pulmonaire, thrombose aboutissant à un oedème..)

Pour ces personnes maigres et ayant plus ou moins jeûné, le dosage des antibiotiques, même avec la prise en compte du poids est trop important.

Bien évidemment mais tu as completé ta réponse entre temps ce qui change la donne... maigre ou maigre+jeûne ce n'est pas du tout pareil

Le simple fait d'être maigre n'est pas forcément correlé à celui de malnutrition ou de carence (heureusement..). L'Indice de Masse Corporel donne une bonne appréciation.

Non ce n'est pas suffisant mais jpense juste que le terme maigre n'était pas assez précis icon_smile.gif

Evidemment si les personnes présente des carences alimentaires, ou malnutrition la posologie varie.. comme je le disais il existe de toute manière toujours des variations inter et intraindividuelle : c'est la non reproductibilité du traitement. Donc il faut toujours le évaluer et réévaluer.. mais les réponses variant bcp on joue sur les probabilités.. vu qu'a priori tu ne peut pas savoir vraiment quel sera la réaction du patient.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la pneumocystose est la plus part du temps iatrogene......il serait bon de savoir ce que pierrot a gobé ou gobait comme comprimés, gellules etc...1 mois avant le diagnostic de pneumonie !......meme pas un advil...doliprane ...triflucan ??? y obligatoirement quelque chose.

medmen a écrit : La pneumocystose à Pneumocystis Jirovecii

tiens voilà quelqu'un d instruit !....un mutant de celle à carinii ?..............mutation due a de l azt ??,..........

j aimerais savoir si la plus part du temps on retrouve dans les prelevements donc uniquement ce germe ou est ce qu il est souvent accompagné d autre chose ( ce que mon petit doigt me dit ) genre staph, hema ou autres jolies choses.........est ce que l on recherche du carinii pour tout types de pneumonies dans les prelevements ?......les images de la radiologie sont elles differentes dans ce cas là que celle d une pneumonie classique ? ( la aussi mon petit doigt me dit non ) .....en gros on peut dire que l on recherche le carinii uniquement chez les seros ? le bactrim antibiotique reconnu comme tres tres dangeureux, le moins chers du marché et celui ayant le plus de resistance, est il le seul antibiotique agissant sur le carinii ou jirovecii ?....pourquoi pas du ciflox a 50 euros contre une boite de bactrim a 2 euros ?!!.........

alors j aimerais bien avoir des adresses me donnant des reponses à ces questions, helas je cherche souvent depuis des années, sans succés...........

une anecdote à ce sujet :

un patient sero diagnostiqué pneumocystose avec des prelevements negatifs pour ce germe mais positif pour un hemaphilus.....comme une pneumocystose avait deja eu lieu dans le passé, les medecins ont preferés remettre le patient sous bactrim à vie sans meme un antibiograme en lui disant que ce medicament agirait aussi sur l autre germe !...........et quelques jours aprés le debut du traitement iv, lui ont comptés les tcd4 et lui dit, il vous en reste 2.

voilà, ce que j appelle se foutre completement et royalement de la gueule du monde..........

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité MedMen

Je suis d'accord sur ton anecdote.

Sinon j'imagine que tu parles d'Haemophilus Influenzae (bacille de Pfeiffer) ou Para_ . Traitement de choix : augmentin ou C3G.

la pneumocystose est la plus part du temps iatrogene...

Ah non nosocomiale si tu veux mais pas iatrogène fait pas déconner non plus... !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...