Aller au contenu
forum sidasante
kierkegaard

Comment expliquer les relatifs effets positifs

Recommended Posts

donc en réalité une vie saine

Encore faudrait-il être être au clair avec le concept de "vie saine" ... qu'est-ce au juste ?

Si ne pas fumer trois paquets de clope par jour et s'enfiler des shoots de ceci ou cela semble assez évident sur le plan physique, c'est moins précis quant aux autres arguments relatifs à l'approche sociale de la question ...

La frontière est d'ailleurs assez peu lisible car la société n'a pas son pareil pour amener la confusion dans cette lisibilité ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité zab

Voilà, moi je me pose quand même des questions:

Mon mari est seropo depuis 14 ans.

Je pense que ce qui l'a ammené à ça c'est son mode de vie (toxico, alcolo, +envie de vivre, excès en tout genre, etc). La médecine officielle dira que c'est à cause des années passées avec une fille seropo sans jamais aucune protection... peu importe, ça ne change pas le résultat.

Mais bon il était en très bonne santé quand même.

Il change de vie (depuis plus de 8 ans que je le connais en tout cas), mange varié, +/- équilibré (peut-être pas tous les jours ok, mais quand même bien), fais du sport, pred soin de lui....(il a le temps, il ne travaille pas), s'occupe de sa fille. Il a l'air heureux(et j'espère qu'il l'est vraiment!) Ne prend aucun traitement, et ne croit pas à l'existence du hiv et pas au sida non plus d'ailleurs.

Donc au bout de huit ans de cette vie, il tombe malade. Verdict officiel: pneumocytose.

Que l'on croit à leur théories ou pas, il n'y avait qu'à le voir pour voir qu'il ne va pas bien du tout. Pourtant il a essayé l'homéo, les bains dérivatifs, le repos, et je ne sais quoi d'autre... j'ai l'impression qu'il a tout essayé. Mais je le voyais chaque jour un peu pire... lui n'avait pas peur, il me disait que ça passerait. Mais au bout d'un mois de forte fièvre, je ne pouvais plus le regarder se laisser dans cet état. Il a maigri, il était gris, n'avait plus aucune énergie, plus de libido(et ça de sa part, est le signe qu'il était vraiment mal), bref... c'est moi qui ai eu peur et qui l'ai poussé à aller chez le médecin.

Résultat: urgences (ça fait aujourd'hui 4 jours qu'il est hospitalisé) dose d'antibiotiques effarantes... et là si l'on croit vos théories, il devrait aller encore plus mal? à cause de l'effet oxydatif non? ou alors je n'ai pas encore compris. Bref, vous savez quoi? il renait!!! il va bien mieux depuis hier.

Attention! je ne suis pas du tout pro médocs, mais il faut quand-même admettre que parfois il en faut. Même si ça coute de le dire...

Bref ma question est la suivante:

Puisque la médecine lui a mis le grapin dessus et pour éviter leur discours alarmistes et surtout en vue de son état, il a accepté de commencer une trithérapie. Juste le temps de se remettre le système immunitaire en état. Car je crois que CD4=8 c'est mauvais... enfin, moi je n'y connais rien à ces chiffres je sais même pas ce que ça veut dire cd4, t4 et compagnie

Donc que pourrait-il faire pour aider ces cd4 à remonter et pour aller mieux ??

Et surtout si l'effet de ses médicaments est si mauvais comment pourrait-il s'en protéger?

Pendant ces huit ans j'ai toujours été à fond avec lui, pour ce qui est de ne pas prendre des médics, puisqu'il n'était pas malade il n'en avait certainement pas besoin.

Mais puisqu'il ne prenait pas de médics, pas de drogues, pas d'excès... comment se fait-il alors qu'il soit tombé malade? et si gravement malade! j'ai vraiment cru qu'il allait y passer!!

Le traitement l'aidera à aller mieux? Et si oui, est-ce une bonne chose qu'il l'arrête dès qu'il va mieux? quelle est la meilleure chose à faire?

Y a til d'autres choses à faire à envisager?

Pardon d'être un peu décousue, je suis un peu sur les nerfs...

Merci de m'avoir lue, et de vos réponses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité zab

un peu plus d'informations donc... alors pour pas m'étaler dans tous les sens je reprends les questions dans l'ordre

Bonjour.

J'ai lu ton témoignage concernant ton mari.

Il pourrait y avoir plusieurs explications possibles, mais ce serait bien si tu pouvais en dire plus, peut-être même en publiant un message complémentaire.

Par exemple :

1) Quelles ont été les pratiques de toxicomanie de ton mari ? (je ne porte pas de jugement de valeur pour autant).

2) Pendant combien d'années cela a-t-il duré ?

3) Fume-t-il ?

4) Est-il diabétique ?

5) Souffre-t-il d'une infection de longue durée (pas le "VIH" bien sûr) mais qui est tellement bien vécue que cela a été oublié ?

6) S'est-il passé quelque chose de particulier (même anodin de prime abord) avant le mois où ses ennuis de santé ont débuté ?

7) Quels ont été les traitements effectués durant les premières semaines de ces (graves) ennuis de santé ?

En attendant d'y voir plus clair, il est clair qu'il doit prendre les médicaments proposés par ceux qui le soignent pour le moment.

Attention, je ne suis pas médecin. Mais je m'intéresse à tout ce qui touche ce sujet.

Merci.

1) Ses pratiques? ouhlà ça va être compliqué car je ne connait pas tout je crois, je sais qu'il se piquait à l'héroïne et la cocaïne. Je sais qu'il ne prenait pas de LSD ou extasy. On en a parlé mais comme s'était du passé et que cette période là de sa vie était bel et bien terminé je n'ai pas retenu plus que ça... icon_confused.gif

2) Quelques années, je ne suis pas sûre mais je crois 4 ou 5 ans

3) A cette époque-là il fumait, des cigarettes et des joints, mais il a arrêté depuis au moins 10 ans

4) pas diabétique

5) infection? je ne suis même pas sûre de savoir vraiment ce que c'est... un eczéma est une infection? dans ce cas oui.. ah et il a des trucs bizarres blancs sur la langue et aussi un problème d'ongles.

6) Je ne sais pas si c'est vraiment particulier, mais il y a eu des évènements concernant sa soeur... mais ça, ça dure depuis plusieurs années déjà et rien de nouveau. A part ça je ne vois pas...

7) Traitement? en tout cas aucun médicamenteux.

Il a pris des granules homéopathiques

Il a fait des lavements avec des trucs aux plantes

Il a jeuné

Il a fait des bains dérivatifs

Il s'est beaucoup reposé

ça c'est pour ce que je "connais" mais je sais que ce n'est pas exaustif, par contre je ne pourrais pas citer ce qu'il a fait d'autre.

J'espère que ces renseignements sont suffisants... merci de t'intéresser à son cas!

Tout ça est un peu nouveau pour moi, alors je me sens un peu perdue avec tous ses renseignements contradictoires...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aurais des renseignements complémentaires à demander. Quel est son poid et sa taille ?

Et pour les symptomes durant le mois de maladie, c'était uniquement ce que tu as déjà dit (il a maigri, il était gris, n'avait plus aucune énergie, plus de libido) ou est-ce qu'il y avait d'autres symptomes ? Parce que je ne vois pas ce qu'un diagnostic de pneumocystose vient faire avec ces symptomes là. Il toussait ?

Sinon, le fait d'être faible et de maigrir, je ne vois pas ce que ça a d'étonnant quand on fait un jeûne. Au fait, le jeûne à duré combien de temps et s'est terminé il y a combien de temps ?

Pour la fièvre, qu'est-ce qu'il buvait comme eau ? Et est-ce qu'il buvait beaucoup ?

Et les trucs aux plantes, c'était quoi ? Il n'a rien pris d'autres comme truc à base de plantes ?

Ah, et pour les cd4 à 8, à mon avis, c'est normal s'il vient de jeûner.

Est-ce qu'il est sous perfusion à l'hopital ?

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant le cas de Zab, je me permets de renvoyer provisoirement à l'explication (du moins, pour ce qui me concerne uniquement) que j'ai donnée à Pierrot, les deux cas étant fortement similaires, en attendant d'y voir prochainement plus clair.

On la trouvera ici.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité zab
J'aurais des renseignements complémentaires à demander. Quel est son poid et sa taille ?

Et pour les symptomes durant le mois de maladie, c'était uniquement ce que tu as déjà dit (il a maigri, il était gris, n'avait plus aucune énergie, plus de libido) ou est-ce qu'il y avait d'autres symptomes ? Parce que je ne vois pas ce qu'un diagnostic de pneumocystose vient faire avec ces symptomes là. Il toussait ?

Sinon, le fait d'être faible et de maigrir, je ne vois pas ce que ça a d'étonnant quand on fait un jeûne. Au fait, le jeûne à duré combien de temps et s'est terminé il y a combien de temps ?

Pour la fièvre, qu'est-ce qu'il buvait comme eau ? Et est-ce qu'il buvait beaucoup ?

Et les trucs aux plantes, c'était quoi ? Il n'a rien pris d'autres comme truc à base de plantes ?

Ah, et pour les cd4 à 8, à mon avis, c'est normal s'il vient de jeûner.

Est-ce qu'il est sous perfusion à l'hopital ?

1m73 64 kg (je crois...)

Oui il toussait bcp et c'était douloureux. Le diagnostique de pneumocystose est venu avec la radio.

Il était faible et a maigri déjà avant le jeûne... qui a duré seulement 3 jours car il allait pas mieux en le faisant donc il a arrêté.

Buvait comme d'habitude ni plus ni moins. De l'eau minérale en bouteille.

Il a reçu un médicament sous perfusion le premier jour puis des pilules.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

J'ai relu dans ce forum le commentaire d'une personne qui a arreté la tri et à qui vous avez conseillé des bilans nutritionnels complets réguliers.... Je ne comprends pas l'intérêt de prendre une tri ou même faire des bilans nutritionnels si ce fameux virus n'existe pas...

Vous parlez de ces nombreux faux positifs des tests HIV... donc même si elle est dite séropositive elle n'a peut ê besoin de rien... non?

Je ne comprends pas trop...

Autre chose, vous parlez du stress oxydatif des cellules... comment ce fichu test pourrait détecter un stress oxydatif??

Merci de répondre à ces questions à un néophyte très curieux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lexistence du « VIH » na beau jamais avoir été prouvée, les maladies définies sous le vocable « sida » existent réellement. Il faut donc soigner ces maladies, et même très vigoureusement, quil y ait « VIH » ou non. Doù lutilité des bilans nutritionnels (et voire même des trithérapies dans certains cas, même si lefficacité de celles-ci na strictement rien à voir avec leurs soi-disant propriétés dites « antirétrovirales »).

Comme a semblé lavoir démontré antérieurement Psyence, un test « VIH » positif chez une personne non à risque de sida na visiblement aucun caractère prédictif de sida. En revanche, pour ce qui me concerne, un test « VIH » positif chez des personnes à risque de sida est pour moi le signe dune propension certaine, quoique lâche, à développer ultérieurement certains maladies particulières qualifiées de sida. Telle est la position du Perth Group et la mienne. Telle nest cependant pas la position dautres personnes sur ce forum.

Si tu examines cette liste de différents facteurs pouvant entraîner un test « VIH » positif, bon nombre de ces facteurs paraissent de nature à provoquer un fort stress oxydatif, fût-il provisoire, lequel pourra se traduire par la production de nombreux anticorps qui pourront être détectés par les tests « VIH ». La personne sera alors déclarée « contaminée » par le « VIH », mais à tort bien sûr ! Ceci étant, pour une personne ayant un style durable de vie à risque de sida, la séropositivité nest certainement pas une nouvelle anodine en raison de la propension précitée à développer des maladies particulières (cest cependant contesté par certains).

Dès lors, il paraît en tout cas bien plus judicieux de dire que les tests « VIH » sont des tests de stress oxydatif plutôt que des tests ayant une quelconque prétention à détecter une « contamination » par le « VIH ».

Cependant, lidée pourrait être défendue quil ny a pas que le stress oxydatif qui puisse causer autant danticorps, auquel cas lutilisation de lexpression « test de stress oxydatif » nest sans doute pas appropriée. Mais cela reste toujours bien plus approprié que test « VIH », ce test ne pouvant JAMAIS avoir une telle prétention.

Modifié par wallypat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OK donc on doit pouvoir trouver cette info qq part mais comment fonctionne une tri si elle ne s'appuie pas sur ses fonctions antirétrovirales?

Merci wallypat...

Sinon ca ne vous dirait pas d'organiser une conférence pour le public sur ce thème?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

angel123,

j'ai déjà partiellement répondu à cette question ici

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Doucement, et sans faire de bruits, la dernière de l'orthodoxie :

Cytopathies mitochondriales au cours de l'infection par le VIH :

Conséquences neurologiques de l'infection par le VIH-1 ; le point en 2006

Résumé :

Les progrès accomplis ces dernières années avec l'utilisation de trithérapies antirétrovirales puissantes permettant d'obtenir un contrôle de la réplication du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et une amélioration immunologique, ont été tempérés par la description de nouveaux effets secondaires d'incidence croissante.

La toxicité mitochondriale représente un des aspects de ces toxicités à long terme des traitements antirétroviraux, le rôle des analogues nucléosidiques ayant été largement souligné.

Certaines atteintes mitochondriales ont été bien identifiées, telles que pancréatites sous didanosine, neuropathies sous zalcitabine, myopathies sous zidovudine, acidoses lactiques sous stavudine.

Ces atteintes mitochondriales peuvent intéresser plusieurs organes, et revêtent une symptomatologie clinique inconstante, non spécifique, parfois pauci-symptomatique malgré une atteinte métabolique avancée pouvant menacer le pronostic vital.

Au-delà de l'inhibition de l'ADN polymérase gamma par les analogues nucléosidiques, avec chute de l'ADN mitochondrial au niveau de certains organes cibles, plusieurs mécanismes physiopathologiques interagissent, le rôle du VIH lui-même ainsi que le terrain génétique sous-jacent devant être mieux identifiés.

Devant de tels cas, il apparaît impératif d'éviter toute toxicité cumulée.

Devant les atteintes les plus graves ou dont la symptomatologie persiste, il est licite de proposer des vitamines, cofacteurs mitochondriaux ou anti-oxydants.

L'avenir repose cependant sur l'utilisation d'analogues nucléosidiques puissants, moins toxiques, et sur d'autres classes médicamenteuses.

Revue / Journal Title

Revue neurologique  (Rev. neurol.)  ISSN 0035-3787  CODEN RENEAM

Source / Source

2006, vol. 162, no1, pp. 62-70 [9 page(s) (article)] (1 p.1/4)

Langue / Language

Français

Editeur / Publisher

Masson, Paris, FRANCE (1893) (Revue)

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=17448133

" ...Devant les atteintes les plus graves ou dont la symptomatologie persiste, il est licite de proposer des vitamines, cofacteurs mitochondriaux ou anti-oxydants " :

Ils sont graves quand-même à vouloir persister sur les analogues nucléotruc !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la même veine, mais un peu plus honnête :

Effets protecteurs de divers composés flavonoïdes sur l'infection HIV

Un large ensemble de preuves indique que les espèces d'oxygène réactives sont fortement impliquées dans la pathogénie de l'HIV.

Dans les premiers stades de la maladie déjà, on observe de faibles niveaux plasmatiques d'antioxydants, qui continuent de diminuer au fur et à mesure de la progression de la maladie.

De plus, plusieurs auteurs ont rapporté des niveaux sériques élevés de produits de peroxydation lipide dans le plasma de patients infectés par l'HIV.

Nous avons démontré récemment que divers antioxydants (dismutase superoxyde, tocophérol) bloquaient l'expression du sida in vitro et ex vivo.

Nous avons aussi montré que les flavonoïdes et les composés polyphénols (éthyles férulique, gallique, caféique, férulate, gallate, curcumine et O-Tocophéryle succinyle O-éthyle de férulate) empêchaient jusqu'à 80% de la réplique du sida (infection sévère par le virus HIV-1 et transmission de l'HIV), bloquaient la lipoperoxydation des cellules et prévenaient la consommation de glutation cellulaire.

Sur la base de nos découvertes, on pourrait envisager une nouvelle approche thérapeutique, fondée sur l'association de flavonoïdes ou d'autres destructeurs de radicaux libres avec des médicaments antiviraux. Cette polythérapie pourrait, si elle débutait assez tôt après l'infection, prolonger la période de latence et limiter l'émergence de souches virales résistantes aux médicaments.

Revue / Journal Title

Bulletin de l'OIV  (Bull. OIV)  ISSN 0029-7127  CODEN BLOVAJBulletin de l'Office international de la vigne et du vin

Source / Source

2000, vol. 73, no837-38, pp. 810-818 (22 ref.)

Langue / Language

Anglais

Editeur / Publisher

Office international de la vigne et du vin, Paris, FRANCE (1928) (Revue)

Auteur(s) / Author(s)

EDEAS M. A. (1) ; LINDENBAUM A. (1) ;

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=933896

Il est intéressant de constater que l'un des auteurs de cet article, le docteur Marvin Edeas, est le Président de la Société Française des Antioxydants.

On ne prêche que dans sa chapelle.

Suivant la chapelle que l'on fréquente, l'on se verra proposer d'office de l'AZT, de la Névirapine ou du Bactrim, et pour les chanceux du 3TC.

Les antioxydants seront officiellement reconnus contre le "vih" lorsque le nombre de scientifiques (par leur jugeotte ou poussés par leurs patients) atteindra la fameuse "masse critique" qui pourra inverser le cours toxique de la "chose".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et d'ailleurs, dans les régions "obscures" qui échappent à l'emprise des trithérapies :

En plus du revenu, les forêts fournissent aux ménages touchés des plantes médicinales qui leur sont indispensables.

Les herbes trouvées dans les forêts ont été jugées efficaces pour traiter des infections liées au VIH/SIDA comme le muguet, l'herpès et le zona, et atténuer des troubles, comme la perte d'appétit, la nausée, la fièvre, la diarrhée et la toux.

Alors que la région attend désespérément une extension de la couverture des services de santé biomédicaux, notamment de la thérapie antirétrovirale, les remèdes à base de plantes restent une option importante pour le traitement des symptômes du VIH/SIDA et des maladies associées qui prolifèrent en l'absence de thérapie antirétrovirale.

Mediaterre.org / FAO

...jusqu'au jour où il n'y aura plus de forêts ! 5-tss.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

VACCINS " ANTI-VIH " :

Puisqu'il est quand même très compliqué (et pour cause) de provoquer une réponse immunitaire avec des soi-disants bouts de "virus-vivant-atténué-mort-ou tout ce que vous voulez" (principe même du vaccin), je commence à comprendre en quoi la recherche travaille quand elle parle de "vaccins anti-vih" :

De lintérêt des plantes médicinales contre le VIH :

...

De toutes les façons ce que nous proposons comme thérapie alternative pour ceux qui ne peuvent pas accéder aux ARV, va dans le sens de ce que les scientifiques entrevoient comme lavenir thérapeutique avec les vaccins.

Rappelons que selon eux les meilleurs prototypes de futur vaccin doivent permettre à lorganisme de stimuler la production de cellules tueuses (lymphocyte T-cytotoxique CD8).

Les extraits de plantes peuvent non seulement aider à augmenter le taux des CD4 mais renforcer les réponses immunitaires.

Cameroon-info.net , 1er déc. 2006

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, le Metrafaids a quand même fait un peu de chemin depuis 2002 :

South African traditional medicines database.

The South African Traditional Medicines Database is developed and maintained by the South African Traditional Medicines Research unit at the University of Cape Town, South Africa.

The database contains information on the reported medicinal treatments, chemical information, pharmacological and toxilogical content of a wide variety of South African Traditional medicines.

The records can be browsed through a selection of four headings; Plant Name enables browsing through vernacular name, family or genus;

Treatment information can be browsed through Indication or Plant Part; Toxicology can be browsed through a selection of recorded toxic reactions; Pharmacology can be browsed through a selection of pharmacological actions; The website is supported by the Medical Research Council of South Africa and SA HealthInfo.

http://www.mrc.ac.za/Tramed3/

intute.ac.uk

Petite traduction :

La base de données des Medecines Traditionnlelles Sud-Africaines est développée par l'unité de recherche des Medecines Traditionnelles Sud-Africaines à l?université de Cape Town, Afrique du Sud.

Cette base de donnée contient des infos sur les traitements, la chimie, la pharmacologie et la toxicologie des médecines traditionnelles.

Son site Internet est soutenu par le Conseil de Recherche Médicale d'Afrique du Sud et Info-Santé d'Afrique du Sud.

Modifié par Liane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

" ...Devant les atteintes les plus graves ou dont la symptomatologie persiste, il est licite de proposer des vitamines, cofacteurs mitochondriaux ou anti-oxydants "

La suite ici (RFI, 08.12.2006) :

Résultat inattendu, les sujets qui ont pris les suppléments ont obtenu des numérations de CD4+ significativement accrues et ont eu tendance à bénéficier d'une réduction de leur charge virale.

Ces constatations sont intrigantes (ben voyons !) et nous vous fournissons plus loin des détails sur les explications possibles de ce phénomène.

...

À tout prendre, les données issues de l'étude américaine et de l'étude norvégienne donnent à penser que les antioxydants peuvent abaisser les charges virales et accroître les numérations de CD4+, du moins dans une faible mesure.

Rien d'étonnant à ce que la prise d'antioxydants offre des bienfaits, car l'infection à VIH (comme toute infection chronique) peut entraîner des modifications dans les besoins en nutriments en général, particulièrement en antioxydants.

http://amcat.org/pubs/catie/2004/catf14105.html

"...(comme toute infection chronique) " : ils vous le disent, vos médecins, qu'un infection chronique peut nécessiter un apport accru d'antioxydants ???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À tout prendre, les données issues de l'étude américaine et de l'étude norvégienne donnent à penser que les antioxydants peuvent abaisser les charges virales et accroître les numérations de CD4+, du moins dans une faible mesure.

Il ne faut pas trop donner d'espoir quand même....

Reprenez moi si je comprends mal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faut pas trop donner d'espoir quand même....
Celle-là, je la voyais venir, chère Charlysa icon_wink.gif

Si tu lis tout le document, les orthodoxes eux-mêmes y comprennent que dalle sur le pourquoi du comment des antioxydants contre le "vih". Evidemment quand on s'accroche à la thèse virale comme à une bouée de secours, coûte que coûte, c'est compliqué d'admettre d'autres issues, n'est-il pas ?

Extraits choisis :

De même, au bout de trois mois, les sujets du groupe placebo ont affiché une charge virale plus élevée d'environ 6 000 copies que les sujets qui ont pris des suppléments, mais cette différence n'était pas statistiquement significative.

Je ne vais pas recopier tout le texte mais j'aimerais bien savoir pourquoi tous ces résultats intrigants ne sont toujours pas plus développés par l'orthodoxie.

Pour rappel, on connait ces résultats intrigants depuis 1988 mais la voie n'est toujours pas explorée officiellement.

Serait-ce qu'elle mettrait l'hypothèse virale en danger ? 5-aureole.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...