Aller au contenu
forum sidasante
ben93

Les statistiques africaines bidon sur le sida

Recommended Posts

On joue à cache-cache sur toutes les déclarations "officielles".

Depuis quand "officiellement" la prévalence du "vih" coincide avec les pays en crise de famine ?

Et bien, pour moi, c'est tout nouveau ! Depuis 25 ans, on m'a toujours matraqué que le "vih" se transmet par le sang et le sexe.

Lis bien l'article : pénurie alimentaire = séropositivité ! Tiens, tiens... reflechi.gif

Ne serait-ce pas le stress oxydatif dû à la malnutrition qui causerait la séropositivité ?

Ce lien précise aussi que l'arrêt des traitements antirétroviraux de façon intermittente semble provoquer de nombreux problèmes.....
Elle est bien bonne celle-là, si tu le prends cash !

NE PAS COMMENCER CES MERDES quand on n'est pas en sida déclaré EVITERA tous ces fameux problèmes !

COMBLER SES DEFFICIENCES en antioxydants (par une alimentation équilibrée et variée + si possible des compléments alimentaires d'antioxydants) a les mêmes effets que ces merdes dont tu parles, à savoir :

RETARDER l'apparition du sida...et pourquoi pas, tant qu'on y est, pouvoir un jour revoir son test négatif !

Ca existe, des mecs qui sont redevenus négatifs (et ne vient pas me dire que le virus s'est planqué je ne sais pas où, ou qu'il a muté alors que ces antigènes sont toujours les mêmes depuis 25 ans ! La grippe ordinaire ordinaire a une souche différente chaque hiver, et son antigène change malice.gif Il n'y a que le "vih qui change de souche car il s'adapte très vite aux traitements ", mais dont les antigènes ne bougent pas !)

De toutes façons, ces merdes ne "marchent" pas fort en Afrique car les gens n'ont pas toujours les moyens de se les offrir.

Et c'est pourquoi certaines associations les distribuent gratuitement pour mieux ferrer le poisson.

Tu crois que ces associations font la promotion d'une nutrition adaptée en antioxydants malgré toutes les études qui prouvent leur intérêt dans le cas "séropositivité" ?

Naaan ! Et puis, si les gens commençaient à s'alimenter correctement grâce à l'effort (très souhaitable) de leurs gouvernements, toutes ces associations se retrouveront au chômage technique (ou alors devront se recycler...en nutrition ! )

Ici, par contre, c'est l'assurance-maladie qui paie les ARV. C'est super, pas besoin des les donner gratos ! Ils sont payés au prix fort.

Par contre, c'est la peur qui nous fait courir pour en réclamer, même quand on n'a pas de symptômes cliniques de sida.

Par contre, comme en Afrique, aucun médecin ici ne proposera des antioxydants à son patient (même à tout hasard, s'il n'est pas convaincu). Et pourtant, tout médecin qui se prétend de ce nom connait le rôle des antioxydants dans le système immunitaire. Autrement ils ne nous prescriraient pas de la vitamine C an cas de grippe !

On joue au chat et à la souris, et j'ai pas envie d'être la souris. Même si ce rôle m'a été collé à l'insu de mon plein gré !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

icon_tresfache.gif

Et je rajouterai : souris, je le serais de toutes façons, parce que d'autres, dans leurs bureaux climatisés, en ont décidé ainsi !

Mais la souris, elle "mute", elle ! Et ça c'était pas prévu avant que j'aie le "vih" sous le nez, même si j'avais déjà des soupçons sur d'autres bizzareries médicales.

La souris, quand elle mute, elle se transforme en souris-chat. icon_tresfache.gif

Merde à la fin !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Vitchilo

Et on peut avoir une liste des anti-oxydants? (Désolé si ça déjà été posté, j'ai la flemme de chercher) _biglol.gif

Modifié par Vitchilo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité sahihi

Pour moi il existe de vrais escadrons de la mort en Afrque des militaires occidentaux français américains et israéliens donnent le HIV volontairement grâce à la cooruption sexuelle de mineurs et la pédophilie à grande échelle de niveau industriel dans le quartier Lakanga en Afrique RCA ou j'ai été j'ai vu des cadavres de chaque côté de la rue chaque jour des cadavres de jeunes morts du sida, vraiment nous on a de la chance en France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ANTIOXYDANTS et " VIH " :

- http://www.onnouscachetout.com/forum/index...showtopic=12973

- http://www.onnouscachetout.com/forum/index...?showtopic=8760

- http://www.onnouscachetout.com/forum/index...showtopic=12720

...vraiment nous on a de la chance en France.
Jusqu'au jour où tu feras un asthme dû à la pollution :

http://www.onnouscachetout.com/forum/index...showtopic=12090

Au fait, ce sont les enfants qui sont les plus sensibles à la pollution.

Mouais, quelle chance !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(lasimar @ Mardi 04 Juillet 2006 à 19h29)

Ce lien précise aussi que l'arrêt des traitements antirétroviraux de façon intermittente semble provoquer de nombreux problèmes.....

En complément à tout ce que Liane a déjà écrit, j'ajouterais aussi que certaines drogues dites "antivirales" peuvent effectivement être efficaces (malgré ses innombrables effets secondaires, parfois mortels), sans que cela ait un rapport avec une quelconque diminution de la réplication dite "virale". Dès lors, en les interrompant, les infections dites "opportunistes" peuvent effectivement reprendre.

Mais ce qui est scandaleux, c'est de faire croire aux gens que les tri"thérapies" sont la seule solution. C'est tout particulièrement vrai pour les cas de sida non occidentaux (soit la très grande majorité des cas), car là, à l'évidence, le test dit "VIH" réagit positivement en raison de facteurs liés à la pauvreté : famine, pénuries alimentaires, maladies endémiques, etc... La solution ne consiste dès lors pas à administrer des drogues dites "antivirales" mais bien à soigner ces diverses maladies, à procurer une bonne alimentation et de façon plus globale, à lutter contre la pauvreté (qui ne fait que s'accroître en plus dans ces pays-là, d'autant plus que leurs maigres ressources financières sont maintenant consacrées à l'achat de drogues dites "antirétrovirales", et non plus à lutter contre la pauvreté !).

Ce n'est pas le sida qui cause la pauvreté (comme on le lit parfois, voire même souvent, dans la presse orthodoxe), c'est au contraire la pauvreté qui cause le sida !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(Vitchilo @ Mardi 04 Juillet 2006 à 21h16)

Et on peut avoir une liste des anti-oxydants? (Désolé si ça déjà été posté, j'ai la flemme de chercher) _biglol.gif

Je t'invite à lire le point B (solutions préconisées par la dissidence du sida) du Chapitre VII de la synthèse collective.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et encore une confirmation de plus (après le Swaziland et le Zimbabwe, comme déjà signalé par Liane) que les taux de prévalence de sida (ou le soi-disant "VIH" comme s'évertue à le prétendre l'orthodoxie du sida) les plus élevés du monde ..... se trouvent dans les pays les plus pauvres du monde ! Cela confine pourtant à la logique mathématique !

Ici, il s'agit du Lesotho :

Le Lesotho est l'un des pays les plus pauvres du monde, avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant qui ne dépasse pas 451 dollars par an en moyenne.

Quelque 23,2% de ses 1,8 million d'habitants sont infectés par le VIH-sida, un des taux les plus forts au monde, selon les derniers chiffres de l'Onusida

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, ce que je trouve bizarre aussi, ce sont les différences entre pays. Il y a des pays qui ont un taux de prévalence de 30 %, et à coté, le taux est deux fois moins élevé. Et encore un peu plus loin, c'est encore divisé par deux.

Pourtant, puisqu'il s'agit de zone proches, les cultures, et donc, les comportements ne devraient pas être fondamentalement différents, et donc, les taux de contamination non plus. Mais, très curieusement, si.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, j'aimerai bien savoir si le Dr. Matthias Rath est connu comme repenseur ou dissident du sida :

Halte au génocide du SIDA par l'industrie pharmaceutique en Afrique!

Profitant de l'épidémie de SIDA, l'industrie pharmaceutique réalise depuis un quart de siècle de plantureux bénéfices sur le dos de millions de patients. Ce qui vaut pour le cancer vaut aussi pour l'épidémie de SIDA, à savoir qu'elle durera tant qu'elle représentera pour l'industrie pharmaceutique un commerce de plusieurs milliards d'euros.

La constatation scientifique que les vitamines naturelles renforcent le système immunitaire et luttent contre les syndromes d'immunodéficience fait partie intégrante du savoir des sciences biologiques depuis des dizaines années.

Il n'est donc pas étonnant que nos recherches et programmes pilotes dans les quartiers pauvres d'Afrique du Sud aient apporté la preuve irréfutable que grâce aux vitamines et à d'autres micro-nutriments, il était possible de contrecarrer les symptômes avancés du SIDA, à savoir les ulcères et l'inflammation des ganglions lymphatiques.

Malgré cela, vous, et votre gouvernement, soutenez l'exportation honteuse de préparations chimiques par les grands groupes pharmaceutiques allemands.

Le Nevirapin, le médicament anti-SIDA de Boehringer Ingelheim, un des médicaments les plus répandus en Afrique, est tellement toxique qu'il n'est plus autorisé en Allemagne!

Et pourtant, des milliers d'Africains, pauvres et démunis, en meurent chaque jour.

A l'instar des médicaments contre le cancer, la thérapie contre le SIDA détruit la moelle épinière et porte atteinte au système immunitaire. Là où, en Afrique, des patients atteints du SIDA ont reçu ce cocktail médicamenteux, la tuberculose et d' autres maladies infectieuses ont gagné du terrain. Cette pratique n'est pas innocente, car ces maladies représentent de nouveaux débouchés et un potentiel d'exportation pour l'industrie pharmaceutique.

Etant donné que les populations pauvres d'Afrique ne peuvent se permettre ces traitements, les consortiums pharmaceutiques travaillent main dans la main avec votre gouvernement. Vous soutenez des entreprises qui "organisent des manifestations en faveur de l'industrie pharmaceutique en ayant recours à des émeutes de rue" et qui obligent, entre autres le gouvernement d'Afrique du Sud, à "propager la maladie et la mort chez les citoyens d'Afrique du Sud", pour citer l'arrêt de la Cour de Justice du Cap.

A vous, présidente de la Christlich Demokratischen Union (CDU - Union chrétienne-démocrate), je demande en quoi une politique qui incite au génocide pharmaceutique organisé sur le continent africain est-il d'inspiration chrétienne?

http://www.rath-eduserv.com/francais/actua...er_20060407.htm

Voir aussi : http://www.dr-rath-foundation.org.za/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(wallypat @ Mercredi 12 Juillet 2006 à 23h33)

Et encore une confirmation de plus (après le Swaziland et le Zimbabwe, comme déjà signalé par Liane) que les taux de prévalence de sida (ou le soi-disant "VIH" comme s'évertue à le prétendre l'orthodoxie du sida) les plus élevés du monde ..... se trouvent dans les pays les plus pauvres du monde ! Cela confine pourtant à la logique mathématique !

Non seulement la "prévalence" est plus haute, mais l'espérance de vie est plus courte :

"Les ARV d’accord, pouvoir les éviter c’est encore mieux"

...

Les études confirment sans ambiguïté l’importance de la nutrition et de la supplémentation en micro nutriments.

C’est d’ailleurs du fait de la malnutrition, qu’en Afrique le délai entre l’infection et la maladie est très court.

lefaso.net

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

AIDS DATA: MOST OF IT LIES,

damned lies and statistics

(Les statistiques sur le sida : la plupart mentent,

p... de mensonges et de statistiques)

En ce qui concerne l'évolution de la séropositivité en Ouganda, il est également intéressant de lire l'analyse de Matthew Black, de l'Institut Kényan de surveillance du Sida :

http://www.nationaudio.com/News/DailyNatio...s081220035.html

Citation:

In the Sunday Nation of November 30, Arthur Okwemba quoted the Executive Director of an Aids support group from Uganda claiming that there has been a fall in HIV prevalence in Uganda "from more than 30 per cent in 1995 to nearly 5 per cent today".

This translated in real terms, means that of the 23 million inhabitants of Uganda, almost seven million were HIV positive in 1995 and eight years later, the figure stands at slightly more than one million.

This means that there are six million less HIV positive Ugandans today than in 1995. If you factor in the Ugandans who acquired the virus after 1995, this leaves a simply enormous body of people who are no longer HIV positive. What has happened to the Ugandans who do not appear in the latest figures? Did they leave Uganda, die or were they cured of HIV?

If the prevalence figures are inverted, it does not say much for Uganda's widely commended HIV/Aids response if it is unable to prevent the deaths of 800,000 HIV positive people a year.

Il indique donc que cette évolution signifie la disparition de 6000000 de séropositifs. Que sont-ils devenus? Sont-ils tous morts? Sont-ils devenus séronégatifs? Tout de même, 800000 personnes qui seraient morts du Sida chaque année, cela devrait se voir dans les résultats des recensements.

Voici ce que ceux-ci donnent :

http://www.census.gov/ipc/hiv/uganda.pdf

On y lit qu'avec Sida (il faut lire avec l'impact habituellement accepté de la séropositivité, le nombre de morts par an serait de 400000 environ en 2000, avec une croissance de la population de 2,7%, et sans cet impact, le nombre de morts par an serait de 280000 avec une croissance annuelle de la population de 3,4%.

En tout état de cause, si on considère ces deux estimations, le nombre de morts dues au Sida devrait-être de 120000.

Donc, il y aurait eu 680000 séroreversions par an!!!

Cherchez l'erreur.

Piqué ici

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(Liane @ Mardi 15 Août 2006 à 03h51)

En ce qui concerne l'évolution de la séropositivité en Ouganda, il est également intéressant de lire l'analyse de Matthew Black, de l'Institut Kényan de surveillance du Sida :

http://www.nationaudio.com/News/DailyNatio...s081220035.html

Citation:

In the Sunday Nation of November 30, Arthur Okwemba quoted the Executive Director of an Aids support group from Uganda claiming that there has been a fall in HIV prevalence in Uganda "from more than 30 per cent in 1995 to nearly 5 per cent today".

This translated in real terms, means that of the 23 million inhabitants of Uganda, almost seven million were HIV positive in 1995 and eight years later, the figure stands at slightly more than one million.

This means that there are six million less HIV positive Ugandans today than in 1995. If you factor in the Ugandans who acquired the virus after 1995, this leaves a simply enormous body of people who are no longer HIV positive. What has happened to the Ugandans who do not appear in the latest figures? Did they leave Uganda, die or were they cured of HIV?

If the prevalence figures are inverted, it does not say much for Uganda's widely commended HIV/Aids response if it is unable to prevent the deaths of 800,000 HIV positive people a year.

Il indique donc que cette évolution signifie la disparition de 6000000 de séropositifs. Que sont-ils devenus? Sont-ils tous morts? Sont-ils devenus séronégatifs? Tout de même, 800000 personnes qui seraient morts du Sida chaque année, cela devrait se voir dans les résultats des recensements.

Voilà un très bel exemple du fait que la séropositivité est réversible ! Et ici, cela a concerné 6 millions d'ougandais. Ce n'est pas rien tout de même !

A partir du moment où l'on se rend compte que les tests dits "VIH" ne sont rien d'autre que des tests de stress oxydatif, lequel peut se manifester (et donc devenir positif) en raison d'innombrables facteurs, tels que la réaction particulièrement forte à des vaccinations effectuées sur des ougandais souffrant de malnutrition, la malaria, la tuberculose, la malnutrition et la pauvreté en général (qui feront donc réagir positivement les anticorps prétendument attribués au "VIH" alors que les anticorps en question n'ont aucune spécificité au "VIH" mais sont au contraire tous polyspécifiques), il est logique que ces réactions s'estompent avec les mois et les années lorsqu'il a été remédié aux facteurs en question, non en usant de drogues dites "antirétrovirales" mais bien en luttant contre la pauvreté et malnutrition, sources premières des facteurs en question (parfois, tout simplement le fait de guérir les maladies de nature à faire réagir positivement ces tests).

Par conséquent, les anticorps détectés par ces tests de stress oxydatif appelés par erreur "VIH" diminuent et passent en dessous du fameux seuil au-delà duquel la personne testée est déclarée à tort "contaminée par le 'VIH'".

Le lecteur aura à nouveau constaté qu'il n'y a pas d'épidémie de "VIH" en Afrique : il n'y a que des épidémies de test de stress oxydatif (et d'extrapolations statistiques et pour le moins acrobatiques à partir d'une série limitée de tests réellement effectués).

Ce post sera utilement complété par la lecture des posts suivants (désolé si j'en oublie), et par exemple :

- Post 1

- Post 2

- Post 3

- Post 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Didier

wallypat

tu crois vraiment qu'ils ont fait des tests Elisa confirmés par Western Blot pour identifier les séropositifs en Ouganda ? Déjà qu'ils ne leur fileraient pas un comprimé d'aspirine gratuit.

Ils diagnostiquent avec un examen clinique simple, dans le meilleur des cas avec un Elisa, et ils extrapolent leurs résultats à la population.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tous les cas, le terrain de chasse en Afrique est ouvert :

Congo, une campagne de dépistage du SIDA chez les forces de lordre

lundi 24 juillet 2006, par Panapress

Le ministre congolais à la Présidence chargé de la Défense nationale, des Anciens combattants et des Mutilés de guerre, Jacques Yvon Ndolou, a lancé lundi à Brazzaville la première campagne de dépistage anonyme et volontaire du VIH/SIDA chez les forces de sécurité.

Afrik.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(Didier @ Mardi 15 Août 2006 à 12h32)

tu crois vraiment qu'ils ont fait des tests Elisa confirmés par Western Blot pour identifier les séropositifs en Ouganda ?

Bien sûr que non.

C'est bien pour cela que j'ai également précisé dans mon post :

extrapolations statistiques et pour le moins acrobatiques à partir d'une série limitée de tests réellement effectués

D'ailleurs, dans l'un des premiers posts de ce topic-ci (à savoir celui-ci), j'avais déjà résumé comment sont détectés les cas de sida en Afrique.

Je ne vais bien sûr pas me répéter continuellement et complètement dans chacun de mes posts consacrés au sida africain ! Le lecteur est censé déjà le savoir s'il lit (et surtout retient) ce qui est écrit depuis le premier post de ce topic-ci).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(wallypat @ Mardi 04 Juillet 2006 à 11h40)

J'insère ce lien vers un récent post de Liane dont il ressort très clairement que c'est justement dans les pays africains où la pénurie alimentaire est la plus forte que le taux (présumé) de prévalence du soi-disant "VIH" est le plus élevé.

L'article en question était ici :

http://www.wfp.org/french/?NodeID=35

Mais il a été changé. Où est passé l'original ?

Qu'importe, on le répète ici :

La crise alimentaire et le Sida

En revanche, les pays ayant la plus forte prévalence de sous-alimentés chroniques sont également victimes de fréquentes crises alimentaires et de taux élevés de malades atteints du VIH/Sida.

DroitsHumains.org

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas mal!!

J'avoue je n'arrive pas a cerner la logique qui puisse se cacher derrière ça. Autant, j'arrive à comprendre que les groupes à risque (Drogues IV, Sexualité non protogée, MST multiples etc.) soit un terrain qui favorise le transmission de virus du genre VIH, autant je n'arrive pas à comprendre comment la sous-alimentaion pourrait etre un facteur de risque.

Il y a un mois j'ai vu sur le presse (publié aussi sur ce forum) comme quoi la sous-alimenation entraine la vulnérabilité des plus jeunes (c.a.d la prostitution des enfants) et l'exile des parents pour chercher du travail ailleurs là où ils sont plus fragiles est peuvent facilement contracter le virus. Si c'est cela la logique alors j'avoue que je suis complètement dépassé!!!

Ciao

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après les campagnes pour une aide alimentaire contre le sida en Afrique, du genre

"L'alimentation est le premier remède au sida" (FAO, Organisation des Nations-Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture)

c'est parti :

Déjà 200 personnes sous traitement ARV reçoivent des farines enrichies à Ségou, à 200 km au nord-est de Bamako, ainsi que les femmes enceintes inscrites auprès des 14 sites publics de lutte contre la transmission du virus de la mère à lenfant (PTME) que compte le pays.

Un programme qui a commencé en avril et doit se poursuivre jusquen 2007, selon le PAM (programme Alimentaire Mondial)

IRINPlusNews

En fait pour avoir droit à une aide alimentaire, il faut d'abord accepter les trithérapies.

Encore de beaux jours pour l'AZT et le Névirapin (interdit en Allemagne tellement c'est toxique)

Ca me fait malheureusement penser au film " La Constance du Jardinier " (tiré du roman de John Le Carré, « The Constant Gardner », complètement fictif bien sûr) dans lequel des cobayes acceptent un "traitement" contre la tuberculose en échange de soutien matériel à leurs familles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une petite parenthèse sur l'allaitement, soi-disant vecteur de transmission du " vih ".

Selon l'OMS lui-même (Organisation Mondiale de la Santé) :

Seul le lait maternel donne aux nourrissons tous les nutriments, les anticorps, les hormones, les facteurs immunitaires et les antioxydants dont ils ont besoin pendant les six premiers mois de leur vie pour se développer.

Il les protège contre la diarrhée et les infections respiratoires aiguës et stimule leur système immunitaire.

...

Elle aborde aussi la question de lalimentation des quelque 2,6 millions denfants qui naissent chaque année dune mère positive pour le VIH.

Le risque absolu de transmission du VIH par le lait maternel, qui se situe entre 5% et 20%, doit être mis en balance avec les risques de maladie et de décès auxquels sont exposés les enfants qui ne sont pas nourris au sein.

OMS

" Le risque absolu de transmission du VIH par le lait maternel, qui se situe entre 5% et 20%... " :

5% et 20%, où est la marge d'erreur ? Bizarre comme chiffre pour une situation étudiée depuis 25 ans !

Il y a des gens payés à faire des statistiques, mais ils n'arrivent pas à nous sortir une fourchette plus précise sur " la transmission du vih par l'allaitement " !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×