Aller au contenu
forum sidasante
EcliptuX

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 1/3

Recommended Posts

l'intoxication chronique apparait dans sa splendeur quand l'organisme comme à éliminer et à ce moment là, elle fonctionne comme une intoxication aigue

Merci de le dire pour moi...c'est tout à fait çà , à une toute petite nuance prête !

C'est que le corps n'élimine pas toutes substances toxiques lors d'un jeune ou d'une cure. Une certaine quantité est remise en circulation et va aller se fixer ailleurs ou elle provoquera de nouveaux déréglement .

Il semble que dans ce cas le plus à craindre soit une atteinte du systéme nerveux ou glandulaire.

C'est la même chose lors de la reprise d'une activité physique intense.

C'est le fait de solliciter de nouveaux muscles qui provoque une remise en circulation des toxiques.

Toute la difficulté va donc être de limiter la quantité de toxiques circulants.

Dans le cas du sport il vaut mieux aller doucement ...la prise de vitamine C limite les dégats.

Ce sujet m'intéresse au plus haut point , car je me suis fixer comme but (en autre) de courrir un marathon dans deux ou trois ans.

J'ai commencé il y a 2 ans par courrir 100m , puis 200.....puis 1 km, puis 2....maintenant j'en suis à 15 km tous les 3 jours.

Pour certains procédés de détoxication , c'est le contraire.

Par exemple avec la chlorella , si on est malade avec 4 ou 5 comprimés , alors il faut augmenter la dose.

Dans mon cas 40 à 50 comprimés , pour ne plus avoir de symptômes.

La pratique du jeune fait partie de mon hygiene de vie depuis longtemps.

Je pense pouvoir dire que sans cette expérience , déjà acquise avant notre intoxication ,je n'aurais jamais pu le mener à bien une fois intoxiqué , et je ne serais pas là pour en parler...avouez que ce serait dommage!

En effet une personne qui n'a pas reçu une charge massive de toxique va souffrir lors des trois premiers jours , puis aprés elle n'aura en général que quelques petites crises de détoxications qui apparaitrons dans l'ordre inverse aux maladies(ou intox) qu'elle a eu auparavant.

Des lavements permettent en général de réduire les difficultés des premiers jours.

En 1994 , trois ans aprés avoir été intoxiquer , et alors que que j'ignorais la cause de nos ennuis de santé , j'ai jeuné pendant 28 jours.

Sincérement pendant toute la durée du jeune ma compagne avait peur de venir me voir le matin ,car elle redoutait le pire.

J'ai été malade comme une bête jusqu'au dernier jours.

Il est évident que je ne conseille à personne dans le même cas de tenter l'expérience.

A propos de Pierre et du candida albican , moi aussi je lis ses posts avec beaucoups d'attentions.

Ce qui m'inquiéte un peu (même beaucoups pour être honnête) , c'est que pour moi le candida comme les mycoses et les bactéries participent à la détoxication de l'organisme.

Le candida serait même la derniére ligne de défense quand toutes les autres ont été enfoncées.

Ma fille a souffert de mycoses aux pieds pendant des années.

Avec son accord je me suis opposé à ce qu'elles soient traitées.

Au fur et à mesure de la détoxication ces problémes ont finis par disparaitre...mais aprés beaucoup d'autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs, Sicnarfa, je pense que les antifongiques naturels sont en réalité des agents qui détoxifient l'organisme, et permettent de ce fait la disparition du candida.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs, Sicnarfa, je pense que les antifongiques naturels sont en réalité des agents qui détoxifient l'organisme, et permettent de ce fait la disparition du candida.

En fait, je pense qu'il est dangereux qu'il disparaisse, car si nous en connaissons le effets de son excés, qu'en est il de son absence.

Le problème de l'intoxication est de comprendre ce qui a fait qu'une personne va la tolérer en moindre mesure qu'une autre, et surtout la gestion métabolique que chaque personne en fait.

C'est à mon avis pour cela qu'il est aussi essentiel de prêtr attention à la symptomatologie qu'à la réaction du corps lorsqu'il se rapproche de son équilibre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nous sommes à ce niveau au coeur du problème.

La question pourrait être : Est ce que l'on se bat contre la maladie , ou est ce que l'on se bat avec la maladie ?

Mais on peut aussi envisager de se battre pour soi , en utilisant la maladie , parce qu'on ne peut pas non plus considérer que la maladie c'est 100% positif...ce serait oublier qu'elle entraine parfois notre perte .

A propos de la maladie..une observation interessante !

Pendant des années , nous avons eu toutes sortes de symptômes sans presque discontinuer ... mais nous n'avons jamais eu deux maladies à la fois .

Quand un symptômes s'atténuait , avant qu'il soit disparu , un autre était déjà en train d'apparaitre.

Ce qui montre bien que la maladie n'est pas un phénoméne autonome , et indépendant.

Le problème de l'intoxication est de comprendre ce qui a fait qu'une personne va la tolérer en moindre mesure qu'une autre, et surtout la gestion métabolique que chaque personne en fait.

Dans notre cas la diversité des symptômes chez les trois personnes les plus exposées , ainsi que la diversité des symptômes chez un même individus , à partir d'un même événement toxique , montre bien la complexité du probléme , ainsi que la quasi impossibilité d'identifier une intoxication de type mercuriel , surtout si elle est chronique et que l'apparition des troubles ne peuvent être reliés à aucun événements qui permettrait d'en repérer la cause.

La goutte qui fait déborder le vase est une goutte identique à toutes les autres , dont la seule particularité est d'arriver quand le vase est déja plein.

Et bien sur , dans ce cas , et pour compliquer les choses , le vase ne déborde pas que de la goutte qui est en trop...mais elle entraine avec elle des milliers d'autres gouttes qui provoque une véritable innondation.

Vu de loin on aura donc l'impression qu'une catastrophe est apparu sans raison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime bien l'image de la goutte et du avse, elle me sert beaucoup.

Pour moi elle pose le problème de savoir comment vider le vase. Or l'être humain n'a pas été livré avec un mode d'emploi.

Vu de loin on aura donc l'impression qu'une catastrophe est apparu sans raison.

C'est peut être là que se situe l'approche la plus saine de la santé, cesser de regarder de loin et y mettre son nez, comme un truffier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Sic,

Tu poses le problème de (des) équilibre (s) physique (s) et psychique (s) ...

Un whisky ça va ... deux, trois ça va encore ... après il vaut mieux aller se coucher ... chacun a son point de rupture et je dirais même que chacun possède un point de rupture différent selon les circonstances quand d'autres paramètres inter-agissent.

La question du VIH, comme bien d'autres, est traitée selon des formatages impersonnels : il suffit de regarder les posologies administrées à nos amis concernés et on s'aperçoit que l'imagination n'est guère au pouvoir ... on pourrait parfaitement traiter de tout cela sur le net ...

Rappelle-toi ce que j'ai dit pour mon cas personnel : on m'a flanqué sous format trois mois ... et la descente aux enfers n'avait rien de subjectif ... jusqu'au point de rupture ... Le "spécialiste" était néanmoins très content : en lieu et place de m'observer, il lisait le résultat d'analyse : "excellent 1200 CD4 ! " ... je lui avais observer : " sans doute mais vous ne voyez pas que je suis en train de crever et qu'il ne restera bientôt plus que ce paquet de CD4 ? "

J'ai donc cessé tout de ma propre initiative ... et 3 ans après, initiative perso, mes CD4 étaient encore au même niveau ...

Qu'en conclure ? ... Je n'en sais rien au juste ... deux choses quand même :

- que l'administration de cette tri me fut objectivement diabolique ... même si je veux bien croire (j'ai du mal tout de même) que pour d'autres ça passe comme une lettre à la poste ;

- que ce prescripteur (et bien d'autres) est un sinistre connard ... voire un assassin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Nowar,

Pour moi elle pose le problème de savoir comment vider le vase.

Il me semble sage déjà de ne pas en ajouter ...

Pour le mode d'emploi de notre mécanique, je pense que nous avons des "testeurs" embarqués ... bien plus fiable que les panoplies d'analyse ...

La difficulté est d'interpréter les signaux naturels.

les analyses "artificielles" peuvent y participer mais peuvent également les amplifier et induire des résultats bien peu probants ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Waouh! Que de messages échangés, fort intéressants du reste, mais là, je vous avoue que je décroche un peu.

Très étrangement, je pense, ou tout du moins j'ai l'intuition que le problème de mon père est en fait très simple, quoique pas évident... à vivre, pour lui.

En 1958, mon père a choppé une tuberculose non bacillaire (due au froid) qui fut traitée par la tri suivante: Isionazide, streptomycine, et PAS isionazide (encore).

J'ai appris, il y a peu, que la composition de l'isionazide était voisin de celle de la géromitrine (champignon mortel), et que son mode d'action proche de la toxine, faisait son oeuvre sur des années et des années.

Il a reçu un nombre très important de médocs par jour sur plusieurs années, soit très forte dose d'isionazide.

L'isioniazide est responsable de carence en vitamine B6, mais à l'époque, le médical ne le savait pas. Enfin je crois.

L'effet principal d'une carence en vitamine B6 est la neuropathie; une neuropathie que mon père a développé au fur et à mesure des années.

En 1998, lorsqu'il eut un lymphome à la gorge, on le traita par chimiothérapie avec de l'Oncovin, soi-disant responsable de neuropathie.

Ensuite, lorsqu'il fut détecté VIH +, on lui administra, comme premier traitement, Epivir + Viracept + Zérit, ce dernier étant aussi responsable de neuropathie.

Isionazide + Oncovin + Zérit = 3 bonnes raisons de souffrir de neuropathie.

Voilà plus d'un mois que mon père a arrêté sa trithérapie. J'imagine qu'en premier lieu, son organisme doit se détoxiquer de façon naturelle, en parallèle, il prend des détoxicants telle que la spiruline, etc, et en plus, il fait des efforts physiques déraisonnables.

J'imagine qu'avec tout ceci, nombre de déchets ont été remis en circulation et qu'ils cherchent désormais une porte de sortie. Or, je pense que mon père ne fait rien pour et c'est sans doute pour ça qu'il a une fièvre constante, comme si les déchêts brûlaient par la fièvre. C'est sans doute très bête ce que je dis, j'en suis consciente, mais je dois bien avouer que je suis un tout petit peu paumée. Alors je cherche à droite, à gauche...

Il faudrait au moins qu'il puisse drainer tous ces déchets hors de son corps, en buvant suffisamment par exemple, mais il ne boit pas, il n'a jamais soif, du fait qu'il n'est pas hydraté. Il n'est pas à l'écoute de son corps, il le contre en permanence, et j'ai le sentiment que son corps se venge. Il est fatigué, il fait tout ce qu'il peut pour garder les yeux ouverts, il a mal partout, il va faire de la gym ou couper du bois... Quand ses muscles le font souffrir, ma mère lui conseille de se plonger dans un bain tiède afin de se détendre, et ensuite elle lui propose de le masser gentiment, afin de ne pas faire souffrir ses muscles, avec des pommades apaisantes à base de plantes, mais il refuse tout en bloc.

A ce stade, nous lui avons tout de même conseillé d'aller voir un toubib, et là encore, c'est non. Il attend l'extrêmité. C'est tuant.

Il a toujours de fortes douleurs fulgurantes qui lui passent dans les muscles (elles ne sont plus concentrées dans le dos, elles se déplacent, aujourd'hui, c'est les cuisses et les hanches), une fièvre à 38°, et très étrangement, tout se calme en 10 mn avec seulement 2 Doliprane 500.

Enfin, je ne suis pas toubib, et j'ai l'impression de raconter n'importe quoi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"quel est le sens de la maladie?"

Dans tout mes propos il y a toujours une arriére pensée "abstraite" ou "mysthique", je ne sais pas bien quel est le mot qui convient le mieux.

Pour moi la réalité ne se cantonne pas aux limites de nos perceptions ordinaires .

Cela est du à mon vécu...disons que je suis un peu distrait et que parfois je suis passé à travers le décors....ce qui m'a permis de prendre conscience que derriére les apparences de la grande tragi-comédie que l'on joue tous , plus ou moins, sur la grande scéne de la vie...il y a des poulies , des cordages qui font glisser les décors ...des souffleurs qui nous rappelle notre texte etc..

Quel est le sens de la maladie ....quel est le sens de la vie ?

A ce jour je n'ai pas rencontré ni l'auteur ni le metteur en scéne de ce fichu spectacle.

Je me demande si finalement il ne se cache pas ! Peut être qu'ils ne sont pas si fier que cela de leurs oeuvre !

En tout cas je ne peux pas leurs garantir , si c'est moi qui les trouve les premiers , de résister à l'envie que j'ai depuis longtemps ...de leur botter le culs!

En réalité le décors n'existe pas ...ce n'est qu'une illusion générée par l'intellect ...notre pouvoir s'exerce aussi de l'autre côté de ce décors fictif.

J'ai l'habitude de dire que celui qui ne sait pas tout , ne sait rien !

Simplement parce que s'il n'ignorait , ne fusse qu'une seule chose...ce pourrait trés bien être la négation de tout ce qu'il croyait savoir.

Mais que cela ne nous décourage pas de chercher....c'est bon pour la santé!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il a toujours de fortes douleurs fulgurantes qui lui passent dans les muscles (elles ne sont plus concentrées dans le dos, elles se déplacent, aujourd'hui, c'est les cuisses et les hanches), une fièvre à 38°, et très étrangement, tout se calme en 10 mn avec seulement 2 Doliprane 500.

J'ai l'impression que vous avez tous trés peur ...surtout ton pére!

Ca peut sembler une banalité de dire cela...mais!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Babo

Si ton père se dépense transpire et ne shydrate pas à fond, cest peu être là son problème musculaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Bamboue,

Mon père ne boit pas. Au plus boit-il un café le matin, et un l'après-midi, sous la condition qu'il ne dépasse pas la contenance d'un verre.

Je lui ai dit qu'il fallait qu'il s'hydrate beaucoup, d'autant plus qu'en ce moment il doit éliminer énormément de déchets, et qu'il faut drainer ces déchets, mais il ne veut rien écouter. Il n'a pas soif, alors il ne boit pas. Par ailleurs, il m'a dit que lorsqu'il buvait sans soif, cela avait tendance a peser lourd sur son estomac, à lui donner des nausées.

Nous ne savons pas quoi faire pour le raisonner, l'aider...

Sicnarfa a raison lorsqu'il dit que c'est mon père et non mon fils, mais il a un comportement si destabilisant qu'on ne sait pas sur quel pied danser.

Quand on "s'occupe" de lui, il n'écoute rien, et lorsque l'on cesse de "s'occuper" de lui, il dit qu'on n'a rien à faire de ce qui lui arrive.

Il ne veut même pas aller voir son toubib! Pire, il m'a dit que si il allait le voir, il lui dirait que tout va bien et qu'il a mal nulle part.

Sicnarfa a encore raison quand il dit que mon père a peur, que nous avons tous peur...

Quand mon père a décidé d'arrêter sa tri, je lui avais dit qu'avant toute chose, son esprit devait être préparé, afin que la peur et l'angoisse ne dominent pas, mais... je pense que ça ne se commande pas.

Quand il a eu la pêche, son esprit était libre, ça se voyait, et puis quand les premiers effets de la détoxication sont apparus (sans oublier qu'il a fait quelques bêtises qui n'ont rien arrangé) la peur et l'angoisse sont apparus dans le même temps.

A savoir comment gérer tout ça?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les anciens qui sont mort pendant la canicule navaient pas soif non plus !

Lenvie de boire disparaît en vieillissant et cest un piège car lorganisme a toujours besoin dêtre hydraté, dis à ton père quil ressemble déja à une veille pomme et qu'il doit boire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

A mon avis Bamboue, tu viens de recentrer ton PER en renforçant sur les eaux minérales ... je me trompe là ?

Quand je suis à l'autre bout du monde et que j'ouvre une bouteille d'Evian ou de vittel, je me dis que vraiment ils sont très forts : consommer 5 litres de pétrole pour amener une maxi sur la table ... il faut le faire ... c'est de l' H2O + ... d'autant que c'est pissé dans les mêmes conditions ...

Pour le perrier, il faut ajouter 2 litres de pétrole car d'une part, il y a les bulles et d'autre part, les bouteilles sont plus lourdes ... 4-ptdrasrpt.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon père ne boit pas. Au plus boit-il un café le matin, et un l'après-midi, sous la condition qu'il ne dépasse pas la contenance d'un verre.

Ce probléme de consommation d'eau est trés curieux.

Bien que je n'ai jamais été un gros "buveur", ce que je compensais en consommant beaucoup de fruits ...une fois intoxiqué je ne pouvais pratiquement plus boire.

J'avais l'habitude de boire du thé , mais peu de temps aprés l'intoxication , la consommation d'une seule tasse me provoquait une débacle intestinale.

J'ai d'abord pensé que le thé était en cause et je l'ai remplaçé par un autre , puis par des tisanes , mais rien n'y faisait.

Finalement j'ai essayé de boire de l'eau chaude et c'était toujours pareil.

J'ai essayé toute sorte d'eau : volvic , roucoux , eau osmosé etc.., mais toujours le même résultat.

Plus tard , quand j'ai entrepris de jeuner c'était encore pire , j'avais des "haut le coeur", je me faisais violence pour boire la moindre gorgé ...la meilleurs des eaux avait un gout infecte , c'était comme si je buvais le jus d'une fosse d'aisance. Quand jarrivais à boire 1/2 litre d'eau dans la journée , c'était un exploit.

Je n'ai pas de vraie explication à ce phénoméne , mais j'ai du mal à croire que notre corps joue ainsi contre lui même.

En tout cas cela est surement lier à la charge toxique et au processus d'élimination.

Quoi qu'il en soit aujourd'hui je n'ai plus de problème avec l'eau .

Si l'un d'entre vous a une explication ...!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Bon, et bien à un moment donné, il faut savoir s'arrêter.

J'abandonne la partie... pour le moment.

De toute façon, on ne peut pas aider quelqu'un contre son gré.

Impossibilité de la raisonner, il contre tout, nous avons tort, il a raison... peut-être d'ailleurs... je n'en sais rien.

Boire est inutile, se reposer est inutile...

Il n'a qu'une chose en tête: continuer à faire sa gym du matin (ce matin il n'a pas pu, il n'a pas pu dérouiller la mécanique... muscles trop douloureux, du fait qu'il était d'une humeur de chien!), et pouvoir bientôt faire du vélo.

C'est ok. De toute manière, il est impossible de lutter, et comme je l'ai déjà dit, c'est peut-être lui qui a raison après tout! Pourquoi pas? On fonctionne tous de façon si différente. Il a connu beaucoup de coups durs dans la vie, sa réponse aux coups a toujours été la même qu'aujourd'hui, et ça lui a réussi puisqu'il est encore là. Qui sait?

J'espère simplement que comme par le passé, dés qu'il se fera vraiment peur, il aura le bon sens de devenir raisonnable et d'aller consulter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Non mais plaisanteries mises à part, c'est loin d'être évident.

Je patauge léger léger, et à ne rien vouloir écouter, j'avoue que mon père me fout vraiment les pépètes.

Il est si extrême dans son comportement, à la limite de tout, que je me demande sans cesse ce qu'il va nous pondre à tous.

Je ne vous parle même pas de ma mère qui est aux premières loges.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Babo bonsoir, (oui moi aussi je déccroche souvent sur certains messages mais pas grave !! )

je savais qu'il fallait que je vienne lire les messages ce soir meme s'il est très tard !!

Je voulais te proposer un soin énergétique à faire à ton père afin de lui reprogrammer les énergies qu'il lui faut pour :

être à l'écoute de son corps

Etre dans l'acceptation (lorsque tu dis : il refuse tout en bloc!!!)

lui procurer le lacher prise (face à son caractère contestataire)

de son côté si je questionne il dit oui à l'aide (son inconscient dit oui, son conscient dit non) mais à partir du moment ou il y a un oui, je peux lui apporter les énergies c'est plus compliqué que çà à expliquer mais il est tard donc je fais bref si tu permets !

sachant que : (ce n'est pas moi qui fait que l'on soit bien d'accord là dessus, je ne suis que canal)

et on se tiendra au courant de l'évolution de la situation !

bises à tous

4-piout.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben en fait, babo comme j'ai eu un oui inconscient de ton père, j'ai pas pu m'empêcher de le mettre dans l'énergie !

y'a du boulot mais ce n'est pas gênant !

si tu veux je t'expliquerai sur mail car c'est un peu long !

tiens moi au courant !!

ton père va s'occuper de lui très vite.

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Babo

Tu m'intrigues Claire... énormément, et je t'avoue que je pédale dans la semoule.

Ceci dit, même sans te connaître, je te fais confiance, tu as connu les traitements avant d'avoir choisi d'arrêter, aussi, je pense que tu sais ce qui en retourne.

Je te tiens au courant.

Babo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...