Aller au contenu
forum sidasante
EcliptuX

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 1/3

Recommended Posts

D ' accord , mais dés que cesse la bequille ( physique ou chimique ) , la jambe , et à fortiori le systéme immunitaire reprendra , aprés un certain temps , sa fonction ! La nature est ainsi faite !

Ce n'est pas quand cesse la béquille, mais lorsque l'organisme n'en a plus besoin 4-spamafote.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Messagero

donc ça ne sers à rien même pour la prévention? il faut mieux s'abstenir de complément alimentaire???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu envisage de prévenir quoi?

La vie, la mort.

La meilleure prévention est la conscience

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas quand cesse la béquille, mais lorsque l'organisme n'en a plus besoin 4-spamafote.gif

Salut à tous ! icon_biggrin.gif

Cela le sous entendait ! icon_cool.gif

Je ne l ' avais pas precisé , mais je voulais aussi parler de l ' idée de ne pas pouvoir s 'en passer ; et donc a fortiori l ' organisme ! gueulecasse.gif

Modifié par Gosseyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Messagero

donc je ne dois rien manger de mauvais et rien de bon...

je peux pas manger d'orange tout les jours alors vu que àa m'apporte des vitamine C mon corps risque d'en etre dépendant????

faut kon m'explique on prèche la prévention, mais on ne peux rien prendre avant d'etre malade....

les vitamines c bon!! on me dit de manger des fruits tout les jours c 'est indispensable au corps, ok mtn si je dit que je prends des vitamine C tout les jours on me dit que no????, c pas bon faut les prendre seulement quand on est fatigué alors poukoi manger des fruits tout les jours si je suis pas fatigué????

si notre corps est si complet poukoi on mange .?????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Une béquille çà sert à palier ou à soutenir une fonction que l'organisme ne peut pas momentanément assumer.

Prendre une alimentation contenant de la vitamine C ne peut pas être considéré comme une "béquille" , puisque que l'organisme humain ne peut pas la synthétiser et qu'il ne peut pas s'en passer .

Amicalement,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ESPOIR !!!! (enfin certain d'entre vous sont sûrement au courant mais les actes sont sortis en fev 2004 et sont encore peu connus).

Le sida en Afrique : Quelles priorités pour l'aide sanitaire ? Actes du Colloque organisé le 8 décembre 2003 au Parlement européen de Paul Lannoye, Michel Sidibe, Poul Nielson, Didier Rod, Collectif

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2874...1535777-5681822

Le journal belge gratuit Bio-Info de ce mois-ci s'est fait l'écho de cette parution en insistant sur le fait qu'aucun média n'en parlait et que c'était de la desinformation icon_wink.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Messagero

ah OK et pour le zinc? les oligo element?, le chlorure de magnésium ce sont des bequille????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Messagero,

Comme tout ce qui touche à la santé, à la Vie, tu dois raisonner en terme déquilibres.

Tu peux utiliser des supplémentations avec tel ou tel produit seulement si il y a une déficience. Il faut dabord vérifier sil y a déficience et après seulement prendre le supplément. Tu dois aussi connaître quels équilibres vont être modifier par ta supplémentation. Tu parles du zinc, mais sais-tu que, par exemple le zinc va modifier lassimilation du cuivre. Tu devrais alors rajouter 10 % environ de cuivre à ta supplémentation pour que léquilibre soit respecté.

Il y a peut être dautres équilibres à considérer , je ne connais pas tous ceux qui peuvent être affecté par le zinc.

Avant de commencer à utiliser un complément, il faut que tu fasses leffort de rechercher et comprendre tous les équilibres impliqués.

Le stress-oxydant est aussi un équilibre, tu ne peux pas te dire jy vai avec le maximum dantioxydants à pleine dose et plus cest puissant, mieux cest. Non, le stress-oxydant est aussi utilisé par notre système immunitaire pour lutter contre des pathogènes. Donc, si tu perturbes trop cet équilibre tu risques de pénaliser lefficacité de ton système immunitaire.

Jespère que tu commençes à réaliser quun question si simple, en apparance, peut devenir très complexe.

Si tu veux faire une supplémentation, il faut vraiment que tu ty intéresses auparavant et que tu saches ce que tu veux faire et sil y a des risques, avant de te lancer. Cette recherche te donnera loccasion dapprendre plus comment ton corps fonctionne! icon_biggrin.gif

Amicalement,

Pierre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Messagero

merci Pierre en fait voilà petit j'ai été sujet à la mononucléose et depuis j'ai l'impression que c'est chronique j'ai des périodes ou je suis toujours fatigué et jamais aucune vitamines ne vraiment aidé et de là j'ai commencé à utiliser des complements alimentaires au départ pollen, gelée royale et ça marché très bien pour moi,... je me sentais bien,...

mais cette année je develope des symptômes d'anémie, et ont m'as conseillé de prendre du zinc(je me suis bien renseigné avant ne t'inquiète pas), et je vais te dire c'est le seul hiver ou je suis pas malade et pourtant c'est la première fois que je me sentais aussi faible en début d'hiver, toute ma famille à choper la grippe sauf moi c la première fois que ça arrive je pense. mais en faite ce que je me demandais c'est quand stoppé le traitement(ya t'il a un moment une dépendance du système immunitaire, et est-ce qu'une fois arreter mon etat de santé va t'il s'aggraver???

je voudrais faire une prise de sang mais la dernière fut une très mauvaise expérience que j'ai eu du mal à digerer, et je pense que le stress que ce p.... de medecin à engendrer en moi m'as causé beaucoup de tort....

et je suis rentré dans cette démarche : si j'arrive à trouver le bonne équilibre à mon corps/mental/esprit, la bonne alimentation, j'arriverais à me débarasser du surplus de toxines, de stress qui pour moi sont la porte ouverte au maladie, je veux avoir moi le controle de mon immunité, de mon corps, de ma vie et non la laissé entre les mains d'un quelconque inconnu,

et mes première initiative étais de donner de rechercher des substances necessaire, dont le corps à besoin et que mon alimentation ne fournissais pas ou pas assez, tel vitamine C...

ya t'il d'autre chose, indispensable à l'éuilibre du corps, qui n'ont aucun effet néfaste.... merci

pour le moment je fais une cure d'aloe vera et ça commence à me faire disparaitre mes traces d'allergies...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je suis passé aussi par la complémentation avec des résultats navrants.

En fait je peux même dire que la complémentation avait en général des résultats opposés à ceux recherché.

Les analyses révélaient un excés de Zinc . Je n'avais donc jamais envisagé de complémenter en zinc.

Puis un jour lassé des résultats abbérant que j'obtenais je me suis souvenu d'un réflexe que j'avais qu'en j'étais enfant : "Quand trop de choses et trop de raisons te poussent à aller à droite ...alors vas à gauche."

J'ai donc complémenté en zinc ...et pour la premiére fois j'ai ressenti une petite amélioration de mon état de santé.

La complémentation est une chose difficile , mais d'abord il ne faut pas confondre , carence d'apport et carence d'assimilation.

Puis il faudrait être capable de comprendre toutes les interactions les synergies entre tous les oligoéléments , les vitamines , tous les produits chimiques et aussi tous ce qui peut interférer et que l'on ignore...

Personnellement je laisse ce genre d'approche à d'autres !

Prendre du zinc c'est bien sur une béquille , parce que l'organisme devrait le trouver en quantité suffissante dans l'alimentation.

Le seul moyen de se passer de béquille c'est de trouver ce qui empêche le corps de fonctionner normalement ...et d'y remédier.

En général , ce qui entrave ce fonctionnement normal , ce n'est pas quelquechose en moins , mais quelquechose en plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Messagero

oui je comprend ton explication... et je me doutais de la complexité de la chose...

car si on me dit le ZINC est un antioxydant et un stimulant immunitaire : le ZINC est un super complément voire indispensable...

mais trop c pas bon, en complément avec x c'est pas bon, avec y c'est bon, action, interaction,...COMPLEXE....!!!!

on simplifie trop ça alors!!!!

à part se lancer dans des expériences après 45ans d'expérience si jsuis core là je serais peut etre callé,

la meilleure chose à faire si je comprend bien..c'est apprendre à manger correctement en vérité ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous

Après avoir lu les messages, je vous fait part de mes réflexions... dont l'essentiel se résume au fait que lorsque nous abordons la santé ou plutôt la maladie, la santé étant un état d'équilibre idéal qui n'existe pas, on considère toujours le corps comme une suite d'éléments séquentiels où une cause donnée - par exemple, prendre du Zinc ou de la vitamine C - doit provoqué un effet donné...

Etat d'esprit qui colle parfaitement au paradigme médical orthodoxe duquel pourtant, par nos questions et interrogations, nous essayons tous de nous démarquer. Peut-être serait-il nécessaire de réfléchir sur notre cohérence d'êtres pensants - et non raisonnants - et plus que tous sur ce que nous sentons, ce que nous dit notre instinct.

C'est une vue de l'esprit que d'isoler le système immunitaire (et les immunologistes sont à l'heure actuelle en train de réviser des théories relativement récentes qui datent seulement du milieu du XX siècle) et de le considérer comme une entité qui fonctionne tout seul dans son coin. Il travaille en feed-back avec le système nerveux central et le système hormonal et non toujours en réaction à... sinon qu'il émet également des informatons qui sont analysés par les deux autres, et ils cherchent tous une réponse ensemble. Il existe une solidarité cellulaire incroyable dans notre corps, de telle façon qu'une cellule epithéliale du pied est toujours au courant - c'est un exemple - de ce que "pense" un neurone...

Par exemple, au sein du système immunitaire, il existe une hiérarchie de cellules, les plus simples étant les macrophages et les plus sophistiquées les CD4 (entre autres). Mais il existe aussi des cellules killers (cellules assassins), sans "état d'âme et intelligence" (des espèces de mercenaires) et d'autres, à l'extrême, qui sont prêtes à se suicider pour le bien-être de la communauté cellulaire... Et toutes agissent dans le sens de "un pour tous et tous pour un"....

Dans ce sens, prendre par à coups de susbstances complémentaires ou déterminées, c'est faire abstraction de toutes les réactins en chaîne que cela provoque, y compris au niveau psychique, et ne considérer que l'effet immédiat, la pinte del'iceberg...

Le Sida est un problème complexe qui génère ses propres contracdicions: un syndrome n'ayant jamais été, jusqu'alors dans la terminologie, la signification précise d'une maladie, sinon un état de fait : une espèce d'auberge espagnole où n'importe quelle pathologie peut se mettre à table. Jusqu'alors jamais un virus n'avait causé un syndrome.

En outre, le sida n'est pas le seul cadre clinique qui génère la disparition des CD4... pour lequel la lecture des tests est très aléatoires et selon la situation donnée, péremptoire. Des études australiennes ont montré que des enfants survacicnés ont, à l'âge de 12 ans, les CD4 dansles choux... et dans un cadre de situation de malnutrition chronique et de stress ou de tuberculose (comme dans les pays d'Afrique, par exemple), les CD4 sont également dans les choux... On diagnostique dans ces cadres cliniques, le sida comme s'il en pleuvait....

D'autres études cliniques ont démontré également que dans l'éventail des maladies opportunistes, ces sont des catégories bien précises qui font telle ou telle maladies, selon l'âge et le sexe... Par exemple, le sarcome de kaposi se manifeste, dans la grande majorité des cas, chez des hommes adultes... Mais personne est capable de dire pourquoi...

Enfin, pour conclure, comme thérapeute (je n'aime pas le terme médecin), il me semble toujours plus important de savoir qui fait la maladie, pourquoi et comment cette personne fait la maladie que de savoir ce qu'est la maladie et de lui donner un nom, tout en sachant qu'elle s'appuie sur des théories qui ne snt que ce qu'elles sont, des théories...

Amitiés

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, Aminata, ce qui est important, c'est de savoir "chez qui" apparaît la maladie.

L'histoire du Sida est en fait l'aboutissement d'un siècle de prétentions à connaître la nature profonde de la maladie, et elle signe de manière patente l'échec de la vision mécaniste de la maladie. Le rapiéçage que l'on veut nous faire passer pour un progrès (AZT, trithérapie) est un aveu de l'incompréhension grandissante vis-à-vis des phénomènes vivants, car l'infinité des effets rétroactifs nous cache l'effet de chaque substance que nous pouvons ingérer. En fait, un médicament classique, fortement dosé, c'est comme un 40 tonnes qui enfonce une maison : il y laisse énormément de dégats.

La thérapeutique correcte consiste à donner des indications précises au corps pour qu'il apprenne à gérer ses problèmes. Mais elle nécessite beaucoup d'attention de la part du thérapeute, un suivi que peu de médecins sont prêts à assumer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Cheminot et Aminata.

Bien sur que cest navrant, et il faudra sans doute une terrible secousse pour changer ce paradigme médical darrière garde.

Les Traditions ne cessent de le répéter. Lhomme est une entité globale, dessence divine. La science ( rationaliste) a tout compartimenté, notamment dans le domaine de la médecine, en fabriquant des spécialistes de la partie, qui le plus souvent ignorent le Tout.

Selon la Tradition, le corps physique nest pas un principe, cest à dire quil na pas dexistence propre ( mais il faut lentretenir donc laimer, cela va de soit). Il est la manifestation visible, ou le temple qui abrite la réalité, lâme, l atma , ou le corps de lumière, selon les traditions. Celle ci, lâme, communique avec la personnalité incarnée, via les centres (chakras), le corps ou champ éthérique et son réseau subtils des nadis. Ces centres à leur tour agissent sur les centres endocriniens et leur glandes (pinéale hypophyse, thymus, surrénales etc...) qui secrètent , peu , pas assez ou trop dhormones. Cette production dhormones est en étroite relation avec notre état spirituel, mental, émotionnel et physique. Léquilibre ou la santé résulterait donc de la bonne gestion de toutes ces composantes et bien rares sont les personnes qui parviennent à cet équilibre, on le comprend.

Selon la Tradition encore , et les thérapeutes énergétiques, la maladie nest traitée aujourdhui que lorsquelle sest déjà manifestée sur le plan physique, alors quelle est présente avant sur le plan subtil ou corps dénergie. Si rien , dans le comportement, le mode vie , de pensée, nest changé, la maladie se densifiera dans le corps physique. Il y a donc un préalable ou période probatoire, où la maladie nest quau stade embryonnaire et subtile, donc propice à une inversion du futur verdict. Cette notion est absolument fondamentale et révolutionnaire et sera sans doute sujette à caution de la part de la médecine orthodoxe. Comprendre et résoudre les maladies équivaut donc à revoir notre conception étriquée de lHomme, en intégrant cette notion énergétique, psychique, émotionnelle. Le physique est en définitive le monde des effets, le temple ou nait véritablement la maladie, concrètement. La cause de nos maladies ( pas toutes bien évidemment ) étant à rechercher dans nos propres profondeurs, nos inhibitions, nos manques affectifs et la manière dont on se pense et saime.

Jung disait en son temps :

La santé physiologique et psychologique résulte de la relation comprise entre le conscient et linconscient

Ainsi, le cancer peut correspondre à une inhibition profonde, une souffrance refoulée. Voir à ce sujet lintéressante théorie du foyer de Hamer concerrnant les cancers.

Le sida peut se révéler être un manque damour de soi (sempoisonner en toute conscience ou se laisser empoisonner par manque destime de soi )

La malbouffe , on le sait, participe aussi et dans une large mesure à notre empoisonnement, car dévitalisée et bourrée dédulcorants de synthèse et autres poisons raffinés. De part notre passivité, elle révèle aussi le désintérêt que lon a par rapport à sa santé.

A+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les Traditions ne cessent de le répéter. Lhomme est une entité globale, dessence divine. La science ( rationaliste) a tout compartimenté, notamment dans le domaine de la médecine, en fabriquant des spécialistes de la partie, qui le plus souvent ignorent le Tout.

Non seulement l'homme n'est pas un assemblage de parties , mais il n'est pas non plus un élément distinct de l'univers.

L'homme est un microcosme à l'image du macrocosme ...un hologramme de l'univers .

Rien de ce qui concerne l'univers dans son ensemble ne lui est étranger.

C'est le sens de la premiére partie du texte de la table d'émeraude :

" Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut: & ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d'une seule chose."

Attribué à Hermés ( mercure)

L'impermanence a été le premier constat du bouddha ...puis vient l'interdépendance !

Nul besoin d'étudier pendant des années pour prendre conscience de cette réalité.

En enfant de 7 ou 8 ans a déjà assez d'expérience pour le constater.

Et malgré cela , toute la science repose sur l'idée que l'on peut pour étudier un phénoméne ,l'isoler du reste de l'univers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Aminata,

Jai lu avec attention ton propos.

Effectivement, la notion de « syndrome » est curieuse ... elle est apparue très vite au début de lépopée « sidatesque » ... en tant que « bouquet » à lien de causalité « évidente » entre des marqueurs et leurs conséquences.

Jobserve que le même empressement ne fut pas observé pour les questions de lamiante ou du mercure ... Sic nous en parle ... pourquoi ne pas parler également de « syndrome » en ces cas là ? ... sans doute parce que la question incidente de la « responsabilité » est plus délicate à approcher sagissant des métaux lourds ... et même les changements brutaux de régime alimentaire de certaines populations indigènes ... par apport de sucre rapide (par exemple) ... les silhouettes changent, les marqueurs internes décollent, les pathologies senvolent sur le socle de rondeurs jusquà là peu observées ...

Dans lapproche « officiel », le vih est un agent pathogène décroché de lactivité humaine ... un truc plus ou moins surgi de nulle part ... cest plus pratique pour monter des croisades et des kermesses. Cest une sorte de tsunami ... On ne lutte pas contre des tiers, on combat les éléments ...

Il y a quelques années, je me suis baladé sur des côtes japonaises exposées aux tsunamis justement ... Les nippons, outre une architecture anti-sismique sophistiquée, ont mis en place des digues en béton qui donnent un visage cauchemardesque auxdites côtes ... les éléments sont « contrôlés » ... se plaît-on à penser ... mais rien nest moins sûr ... un évident refus de lévidence des biotopes ... une recherche de léquilibre hors des contraintes physiques et donc naturelles ... 5 cms de neige à Paris, 400 mm deau ailleurs et on déclenche un plan catastrophe naturelle ... dans une démarche collectiviste où personne ne sort plus sa pelle pour déblayer la neige ...

Tu dis être davantage « thérapeute » que « médecin » ... je crois avoir bien compris le message ... ainsi que celui (le même dailleurs) qui consiste à relever limportance de la recherche de léquilibre ... équilibre interne, équilibre externe, équilibre global, ...

Je crains fort que les « thésards officiels » oublient un peu facilement (cest pratique) que la quête de léquilibre doit avant tout personnelle ... et que les individus feignent dignorer que leurs principales ressources (et leurs mises en uvre) soient en eux ... Il faut sortir la pelle pour déblayer la neige devant chez soi sans attendre lintervention des services publics concernés par la question ... Le rôle du thérapeute peut alors devenir, celui dun « aide » au bon maniement de ladite pelle (histoire de pelleter sans trop se faire mal au dos par exemple) ... et non celui dun sorcier susceptible dinterrompre la chute de neige ...

Cordialement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je partage ton opinion R&R

Les médecins ont bouté les sorciers puis les curé de la conscience collective de notre société en s'attribuant le pouvoir gigantesque de savoir mieux que chacun de nous ce qui se passe chez nous. Cette imposture, nous la voyons se raffermir et s'entretenir tous les jours à travers des messages alarmistes et terrifiants destinés à asservir chaque membre de cette société.

La thérapie, quelque qu'en soit le non, réside dans cet accompagnenment aimant, empathique de celui qui souffre, sans installer la dictature dans sa vie.

Il n'est pas de différence entre la secte médicastratrice et les sectes que les bien pensant dénoncent. Hormis le fait qu'elle tue plus vite.

Gros bisous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rock-en-rock

Nowar,

Exact, c'est une rafale de messages alarmistes et alarmants ... entre la planète qui surchauffe entraînant des tsunamis (n'importe quoi !) aussi bien que des disparitions d'espèces (100 par jour, c'est bien cela ?) en donnant naissance à des petites bêtes mutantes dont le VIH ne serait qu'une apparition "inaugurale" en forme d'aimable plaisanterie ... au regard de ce qui nous attend ...

On tartine jusqu'à plus soif la "pandémie" de la grippe des poulets devenue humaine (normal, c'est l'année du coq) et qui a déjà tué 12 viets et une vingtaine de thais ... sans compter les 120 en Chine (ils sont 1,2 milliard tout de même ...la ratio ... bof ... ) ...

A quand la " virus academy " ? ... si vous pensez que la grippe du poulet tuera davantage que le vih ... tapez 1 ... (0,56 cts d'euros + le prix du SMS) ... sachant que sur les 0,56 cts d'euros, 24 cts tomberont dans la caisse de l'association "aides" ... déjà achalandée par la poitrine généreuse de je-ne-sais-plus-qui qui va crapahuter désormais en Guyane pour je-ne-sais-plus- trop-quoi ... sans oublier la participation d'un chansonneur à "qui veut gagner des milliards " ...

A que ça fait du bien d'aller s'oublier en brousse ou dans les rizières à sunset ... loin de toutes ces conneries !

Ouais, j'ai de la chance !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...