Aller au contenu
forum sidasante
EcliptuX

**[SIDA] : le "VIH" ne cause pas le SIDA ** 1/3

Recommended Posts

Bonsoir,

voici un lien sur un document au format pdf qui, si on le lit avec en arrière-pensée tout ce qui a été déjà dit sur le Sida ici, permet effectivement de se dire que toute les notions épidémiologiques qui ont conduit à rechercher une origine infectieuse et une transmission par voie hétérosexuelle de cette maladie sont en voie d'être balayées. On y voit que la séropositivité ne se transmet que très peu par voie hétérosexuelle, que cette séropositivité coïncide plutôt avec l'intervention médicale.

http://gessler.ingentaselect.com/vl=1524969/cl=45/nw=1/fm=docpdf/rpsv/catchword/rsm/09564624/v13n10/s1/p657

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais oui, c'est bidon cette histoire de VIH. Pour ceux qui ne comprennent pas de quoi sont morts les soi-disant malades du SIDA, voilà de quoi les éclaircir.

Les malades du SIDA (et il y a eu et il y a encore réllement des malades, ainsi que des morts), l'ont été à cause :

1) des drogues récréatives (cocaine, poppers, très employés chez les homosexuels hommes)

2) de drogues + mauvaise hygiène de vie (drogués prenant de multiples drogues différentes et se nourrissant peu et mal)

3) des médicaments comme l'AZT donnés par les médecins (et c'est certainement de loin ce qui a été le plus létal)

Si, au début, les personnes que prenaient en charge les médecins dévaient probablement être des drogués (homosexuels ou non) qui devaient être mal en point au moment ou ils étaient pris en charge, rapidement, avec les tests, on a diagnostiqué séropositifs des centaines de milliers de personnes qui étaient en parfaite santé, qui n'avaient aucun symptome de maladie.

Pourtant, ces personnes sont tombées malades et un certain nombre sont mortes. C'est la que l'AZT intervient pour expliquer l'écrasante majorité des ces morts du SIDA (et non pas le simple stress comme disait quelqu'un plus haut, mais qui a pu, bien sur, jouer comme facteur aggravant pour certaines personnes). L'AZT, c'est un anticancéreux mis au point à la fin des années 60. Très rapidement, il a été retiré du marché pour trop grande toxicité (quand on connait par ailleurs, la toxicité des des médicaments anticancéreux en général, on frémit). Mais, grace à l'hypothèse VIH/SIDA, il a été réintroduit comme antivirale après une étude baclée de trois ou quatre mois.

Est arrivé ce qui devait arriver. Comme les personnes diagnostiquées séropositives étaient prises en charge immédiatement par le système médical, il leur était impossible d'échapper à la prescription d'AZT. Le diagnostic de séropositivité équivalait automotiquement à la prise d'un traitement à base d'AZT (en occident bien sur). Rapidement, ils sont tombés comme des mouches. En deux ans maximum (en moyenne), l'AZT réglait son compte au séropositif. D'un seul coup, on était passé de quelques dizaines de morts par abus de drogues (récréactives ou non) et par mauvaise hygiène de vie (du genre, coucher avec 10 personnes différentes par nuits pour certains homo) à des millliers de morts causées par l'AZT.

A partir de 93, si je me souviens bien, les médecins, vraiment très rapides à la détente, commençant à comprendre que l'AZT tuait les malades, on diminué les doses d'AZT que ceux-ci prenaient. Il y a eu alors une première baisse de mortalité.

Puis, sont arrivée les tritérapies. Et là, la mortalité a fortement chuté. Mais, ça n'était pas dû au qualité des tritérapies bien évidemment, mais à plusieurs autres facteurs. D'abord, un des médicaments contenus dans les tritérapies à tendance à annuler l'influence des deux autres parce qu'il empèche l'estomac de bien fonctionner, empèchant ainsi les deux autres médicaments d'être absorbés par l'organisme (ou, en tout cas, limitant fortement cette absorbtion). L'AZT, qui fait encore parti des tritérapies est ainsi peu assimilé. Toutefois, les différentes médicaments sont très dangereux tout de même et causent des effets secondaires très invalidants, voir mortel à terme.

Alors, comme se fait-il que les soi-disant séropositifs ne meurent pas plus que ça maintenant ? Eh bien, parce qu'il y a aussi ce que la médecine ne dit pas, c'est à dire toute les petites cuisines internes concernant les tritérapies. D'abord, si un patient ne supporte pas tel médicament, on lui supprime temporairement de sa tritérapie. Ainsi, il y a un roulement des médicaments qui fait que rarement le point de rupture est atteint avec tel ou tel médicament. Et ensuite, il y a de plus en plus souvent des arrêts momentanés de prise des médicaments. On fait prendre des médicaments pendant 2 ans, plus ou moins en roulement, puis on arrête le traîtement pendant six mois, voir un ou deux ans. Ces trois éléments mis ensembles (médicament qui annule les deux autres, roulement, et arrêt momentané) font que désormais c'est très rarement que ces médicament parfaitement mortels atteignent le point de rupture et tuent le patient. Et même les patients arrivent à se sentir relativement bien.

Voilà de quoi souffrent et meurent les séropositifs, d'une médecine folle qui empoisonne ses patients et de consommation de drogues.

Quand aux africains, la réponse a déjà été donnée ici. Si leur espérance de vie a augmenté de 9 ans, si leur démographie est croissante, il est parfaitement clair que les histoires du SIDA qui ravagerait l'Afrique sont totalement fausses. Ca fait depuis 1993 qu'on nous raconte que certains pays d'Afrique auraient leur population atteinte à plus de 10 %. Depuis le temps, ils devraient être tous morts. Et 10 à 15 % en moins, même si les statistiques africaines sont très folklo, ça aurait du se voir dans les statistiques (surtout qu'entre temps, ça aurait du être plutot 20 %, chiffre qu'on voit aussi de temps à autre dans les journaux). Mais non, rien, au lieu de diminuer, la population augmente. Comment expliquer ça autrement que par le fait qu'il n'y a pas d'épidémie en Afrique. Il faut s'y résoudre, les statistiques du SIDA en Afrique sont complètement bidonnées. Il faut dire qu'un type qui a la tuberculose, en afrique, hop, il est comptabilisé d'emblée comme étant séropositif, sans même passer de test. Forcément, tout s'explique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[Recherche source]

J'ai entendu parler d'un système de test de séropositivité sur sur "plusieurs bandes"

Grosso modo, d'après ce que j'ai retenu, on teste un échantillon de sang et suivant le nombre de "bandes" qui se colorent, on est déclaré séropositif ou non.

En Europe, ce test est effectué sur 4 "bandes", en Afrique sur 2 seulement

Autrement dit, la moindre grippe fait que les deux bandes se colorent et donc, la personne est séropositive !

--Resize_Images_Alt_Text--

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité jerêve

Décidément,

Enfin c'est pas étonnant vu le titre du site, on va chercher la thèse du compot partout...

Remarquez, les gens sont stupides, j'ai une thèse bien plus puissante encore...

En fait, réfléchissez un peu, le monde dans laquel vous vivez est vraiment trop fou, vraiment trop bizarre pour qu'il soit VRAI.

Comment pouvez-vous faire confiance aux gens qui vous parlent, disent vous aimer? QU'est-ce qui vous prouve que c'est VRAI?

Et les différents sens avec lesquels vous appréhendez le monde, vous transmettent-ils la vérité???

Parfois, on se rend compte que ça cloche un peu: on réalise qu'il y a des illusions d'optique, que certaines choses auxquelles on a cru nous déçoivent...

En fait la VERITE est que le monde est illusion. Les gens qui vous entourent sont illusion.

Le monde complote contre vous, vous observe, fait en fait une expérience sur votre propre personne.

Non, les virus n'existent pas... la maladie n'existe pas et est provoquée par ce que votre entourage entraîne comme conflit en vous. D'ailleurs ça provient souvent de personnes qui vous sont proches, que vous aimez... c'est en fait une des preuves que c'est une illusion. SI on vous aimait VRAIMENT vous croyez vraiment qu'on créérait ce type de problème chez vous?

Le monde vous ment, non pas seulement les médecins, les politiques, la TV... c'est le monde entier qui vous ment, le complot est total. D'ailleurs on essaie depuis l'apparition de votre conscience de vous faire croire que vous allez mourir... mais en fait c'est pour vous faire mourir! (pareil pour le vieillissement)... résistez, n'écoutez plus ces voix qui essaient de vous manipuler... tout est complot, tout est illusion.

image

Légende de la photo: HIV viruses around cells... mais bon, avec les techniques actuelles on peut bricoler...

Pis d'abord, vous avez déjà vu un microbe ou une cellule de vos propres yeux??? ben non!

Pas plus qu'un atome, que le magnétisme, que les molécules, les vitamines...

Bref le monde c'est vraiment n'importe quoi!!!

image

Mais tout de même elles sont jolies ces oeuvres d'art...

image

image

image

image

Bon je pourrais continuer longtemps on en voit tout plein sur le net (d'ailleurs sur d'oribles sites académiques qui répandent bien sûr la désinformation et sont à la solde des méchants qui veulent détruire le monde).

Vraiment les chercheurs ils savent bien jouer avec photoshop...

Doués les gars...

Sinon si le modérateurs trouvent que toutes ces images d'art prennent trop de place, ils peuvent les virer, mais je leur demande instament de laisser les liens pour que tout le monde puisse réaliser l'importance de la supercherie (quelle horreur ce complot mondial).

En tout cas passez de joyeuses fêtes, allez-y baisez sans capottes, conseillez à tout le monde l'arrêt de la vaccination, des traitements de tout poils... d'ailleurs je comprends même pas pourquoi personne ne dénonce ici le scandale de la chirurgie... (franchement aller trifouille dans le ventre des gens pour aller leur enlever soit-disant l'appendice ou réparer n'importe quoi d'autre c'est louche... qui vous dit qu'ils ne vous mettent pas un implant pour vous tuer ou vous manipuler?)

Allez, je vous souhaite un Noyeux Joël et Meilleurs Noeuds!!!

Lol --Resize_Images_Alt_Text--

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité jerêve

Je suis heureux de t'avoir ainsi touché --Resize_Images_Alt_Text--http://fr.encyclopedia.yahoo.com/articles/....html#so_245.12

http://www.invs.sante.fr/beh/1997/9716/ et pas mal d'autres dossiers sur le site de l'INVS...

Je ne pense pas que MSF aille raconter n'importe quoi:

http://www.paris.msf.org/msf/Content/News....e4?OpenDocument

je ne pense pas que l'intérêt des assos humanitaire soit de dépenser plein de fric dans des médicaments contre le SIDA et plein d'énergie pour lutter contre alors qu'elles se battent en même temps contre la malnutrition, les maladies infantiles, le palu...

Et ne pas oublier que les asso humanitaires ne cessent de dénoncer les prix pratiqués par les labos pharmaceutiques et leur manque d'investissement contre les maladies qui concernent essentiellement les pays tropicaux.

Bon voilà l'info dont je dispose... vous en faites ce que vous voulez...

On peut prêter une attention au autres thèses exposées ici. Toutefois pour ma part je ne voit que des interrogations et pas de preuves, et en vertu du principe de précaution, je pense qu'il ne faut pas abandonner pour autant toute vigilance.

De plus dans le cas où l'AZT est efficace pour retarder l'apparition de la maladie, dire aux gens d'arrêter me semble criminel.

Or pour ma part je n'ai hélas vu des données allant que dans le sens de l'efficacité de l'AZT et des trithérapies.

lol diable2.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut étudier les choses en commençant par le bon côté, c'est-à-dire le côté expérimental.

Le lien que j'ai donné, en anglais certes,

http://gessler.ingentaselect.com/vl=152496.../v13n10/s1/p657

indique clairement par une métaanlyse classique, que l'extension du sida afriacain ne suit pas la trajectoire d'une maladie sexuellement transmise (MST), et qu'au contraire, il apparaît lorsque la personne est entrée dans un système de soins médicaux. De même la transmission de la mère à l'enfant semble épidémiologiquement être une voie inexistante.

Pour ceux qui lisent l'allemand, on trouve les mêmes contradictions dans l'article suivant, émis par l'université de Berlin : http://www.fu-berlin.de/en/presse/fup/arch...fup_99_226.html

Il y est indiqué en gros, après une métaanalyse classique, que la "transmission" de la séropositivité se fait mieux chez les utilisateurs de condoms que chez les autres, mieux également chez les utilisateurs de seringues certifiées propres que chez ceux qui partagent leurs seringues.

Ce résultat "absurde", comme ils s'empressent de le dire, serait dû à l'utilisation d'une mauvaise grille d'analyse! Voire!

La méthode d'estimation des cas de séropositivité en Afrique Australe (en particulier en Afrique du Sud) est la suivante selon l'OMS :

http://196.36.153.56/doh/docs/reports/2000/hivreport.html

Dans la plupart des provinces de l'Afrique du Sud (à noter que ce sont celles ou la population noire est majoritaire), où la prévalence de la maladie du Sida est grande, l'OMS considère qu'il suffit d'un test ELISA pour vérifier la séropositivité, dans la province du Cap, à majorité blanche, il en faut deux (tiens! tiens!). En France, il faut deux tests Elisa et un Western Blot, avec 3 bandes positives. En Angleterre, deux Elisa et une PCR (dont l'utilisation dans ce cas particulier est réfutée par son inventeur, le prix Nobel de chimie Kary Mullis)

Vous pourrez trouver ce qui concerne nos pays sur les sites classiques qui conseillent sur le Sida.

Dans le même rapport, il est également indiqué que, faute de pouvoir tester la plupart des gens, on va tester uniquement les femmes enceintes.

http://196.36.153.56/doh/docs/reports/2000/hivreport.html

Par ailleurs, l'Institut Paul Ehrlich, (http://www.pei.de/themen/hivdiasa.htm)

qui s'occupe en Allemagne de la prévention du Sida indique clairement que l'on ne devrait pas faire de test HIV chez les femmens enceintes, surtout pas chez les multipares, car la grossesse induit des résultats faux positifs!

Voyez la contradiction entre les compoprtements de la médecine européenne et la médecine partiquée en Afrique!

A partir de la séropositivité détectée chez lez femmes enceintes, des estimations sont faites, en admettant que le taux de transmission du HIV par voie sexuelle est de 1/1,43 (WHO Global AIDSnews 2/1995) .

A comparer avec le taux de transmission expérimental provenant d'études faites en Uganda :

The Lancet Volume 357 Issue 9263 Page 1149

Probability of HIV-1 transmission per coital act in monogamous, heterosexual, HIV-1-discordant couples in Rakai, Uganda

qui donne un taux de transmission de 1/1000 en moyenne

On retrouve ce même taux de transmission dans les pays occidentaux :

4 Padian N, Shiboski SC, Jewell NP. Female-to-male transmission of human immunodeficiency virus. JAMA 1991; 266: 1664-67. [PubMed]

Un dernier renseignement, le nombre de cas de malades du sida déclarés depuis le début de la pandémie jusqu'en 2002, est de 1 100 000.

Relevé épidémiologique hebdomadaire

6 DECEMBER 2002, 77th YEAR / 6 DÉCEMBRE 2002, 77e ANNÉE

No. 49, 2002, 77, 417-424

http://www.who.int/wer

2002, 77, 417-424 No. 49

Puisque le nombre de séropositifs (35 000 000) est estimé par des moyens statistiques plus que douteux, que la trajectoire épidémiologique du sida serait plutôt liée à des actes médicaux qu'à une transmission sexuelle ou verticale (de la mère à l'enfant), on voit que ces dernières études remettent en question l'a priori qui a conduit à l'hypothèse HIV donne SIDA, qui était la transmission sexuelle et par le sang. Sc'est l'acte médical qui est en cause, un grand nombre d'hypothèses d'acquisition de la maladie peut être proposé : soit un virus, certes, mais aussi, l'utilisation de produits chimiques ou biologiquesdont on n'a pas mesuré le danger...

Par la suite, nous pourrons peut-être discuter de la nature de cette maladie. Cependant, les faits précédemment rapportés sont apparemment avérés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jereve tu peux nous coller toutes les photos ke tu veux... mais aucune n'est celle du virus HIV....

Comme tu dis tu n'as pas les competences pour le savoir...

Par contre d'autres ont celles pour te dire qu'il n'existe pas de photos du virus HIV, uniquement des modelisations....

Et je fais partie de ceux la....

Visiblement tu t'amuses bien... continues... le jeux est une source de jouvence...

Diamant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une chose montre clairement qu'on n'est pas du tout en face d'une maladie d'immunodéficience, comme on cherche à nous le faire croire.

Selon la théorie officielle, le SIDA est une maladie d'immunodéficience. Une fois développée, le système immunitaire de l'individu est sensé être incapable de faire face à n'importe quelle attaque bactérienne ou virale pathogène que ce soit. En bref, le malade du SIDA est comme un enfant-bulle.

Mais alors, pourquoi les malades ne meurent-ils pas justement de maladies virale ou bactérienne courantes ?

Une fois le système immunitaire en berne, ils devraient tous mourrir en quelques jours d'un des ces microbes qu'on rencontre partout : salmonelle dans la nourriture, légionnelle dans n'importe quelle salle de bain, rhumes, grippes, staphilocoques.

Or, selon la médecine officielle, au contraire, ils ne meurent pas du tout de ces maladies virales ou bactérienne, mais de maladies assez ou très exotiques et non virales : sarcom de kaposi, pneumonie carcinomia, maladies à champignon. Vous allez dire, "et la pneumonie ?". Eh bien, justement, la pneumonie en question est causée par un champignon.

Donc, s'ils ne meurent pas de maladies à microbes, c'est qu'il ne s'agit pas du tout d'une maladie d'immunodéficience comme il a été présenté, mais d'autre chose. Bref, même sur les symptomes et donc, le fonctionnement de la maladie en question, la médecine se trompe et nous trompe.

Les hérétiques du SIDA, eux, ont une interprétation de cet état de chose en accord avec leur idée que ce sont les drogues et les médicaments qui causent la maladie et donc, que ce n'est pas du tout une épidémie virale.

La suite, au prochain épisode...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc, puisque le système immunitaire des soi-disant séropositifs semble fonctionner parfaitement, on peut réellement dire que le SIDA (hormis celui des enfants bulles) n'existe pas. On pourrait très bien innoculer le virus de la grippe (auquel je ne crois plus que très moyennement cela dit) à des sidéens sans qu'il se passe rien.

Et ce, même si leur taux de CD4 était très bas. Ceci, parce que le taux sanguin de CD4, qui fait si peur aux gens qui se croient atteints du SIDA, ne signifie rien en matière d'immunité. 98 % des CD4 se trouvent dans les tissus. Et le taux sanguin de CD4 peut énormément varier en fonction du stress. Dans ce cas, les CD4 du sang migrent vers les tissus. Donc, une personne stressée qui fait un test de CD4 peut se retrouver avec un taux très bas, alors qu'en réalité, elle a encore 100 % de ses CD4 (98 % dans les tissus et 2% précédemment dans le sang qui ont migré sous l'effet du stress dans les tissus).

Ce qu'on les Sidéens n'est pas un SIDA. Mais, qu'est-ce que c'est alors ?

Eh bien, certains hérétiques du SIDA pensent qu'il s'agit d'un empoisonnement entrainant une mauvaise oxygénation des cellules. Ce sont les petits vaisseaux sanguins qui sont d'abords touchés, et donc les régions qui en comportent beaucoup, comme les poumons. D'ou les pneumonies carnicomia. Et ils expliquent le fait que ce soit souvent des maladies à champignon par le fait que les champignons prospèrents sur les organismes morts. Ils ont une fonction de nettoyeur en quelque sorte. A cause de la mauvaise oxygénation des cellules, celles-ci meurent, et les champignons ont alors un terrain pour se développer. C'est pour ça que, dans les médicaments pour sidéens, il y a très souvent des antifongiques.

La mauvaise oxygénation, peut aussi causer des tumeurs, voir des cancers. En effet, certains hérétiques du SIDA pensent que les tumeurs et cancer, contrairement au théories officielles, sont plutot dues à une mauvaise oxygénation des cellules ; mauvaise oxygénation due à certaines substance, stress ou apports de protéines étrangères au corps. L'idée est que lorsque la cellule est soumise à une mauvaise oxygénation, au lieu de mourrir, il peut arriver qu'elle survive, mais qu'alors, elle passe à un mode de survie anaérobie. Dans ce mode de fonctionnement, la cellule se divise à toute vitesse à l'identique. D'ou les sarcom qui sont des sortes de tumeurs. Et d'ou la présence des cancers comme maladie caractéristiques du SIDA.

Ce qui cause la mauvaise oxygénation ? Les substances à base de nitrites comme les popers, des substances empéchant les cellules de se diviser comme l'AZT, l'apport de protéines étrangères au corps comme le sperme dans le cas de la sodomie (pour celui qui est passif bien sur), etc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Claude
Par David Rasnick, PhD

Membre du Comité Consultatif de Thabo Mbeki, Afrique du Sud

Lhypothèse selon laquelle le SIDA est une maladie contagieuse causée par le VIH est la plus grande bourde scientifique du XXe siècle. De toute évidence, le SIDA nest pas une maladie contagieuse, ne se transmets pas sexuellement, et nest pas causée par le VIH. Je suis arrivé à la conclusion que lembarras est lobstacle majeur qui soppose à la reconnaissance de ces faits.

Là, je m'insurge, qui est ce guignol "david rasnick" ?

L'Afrique, et surtout l'Afrique du sud est en train de crever du sida, et ce pervers crie a qui veut l'entendre que le sida n'est pas contagieux, qu'il ne se transmet pas sexuellement, que le retro-virus n'est meme pas identifié...etc etc...

C'est quoi ces conneries ?

Il pense qu'il y a encore trop d'africains en Afrique ?

Allez donc dans les hopitaux de France et de Navarre, et allez expliquer aux sidaïques en phase terminale qu'en réalité ça se passe dans leur tete.

Il faut etre d'une rare connerie ou en vouloir a la terre entière pour dire des insanités pareilles.

Il y a plein de tous jeunes sur ce forum et on n'a pas le droit de leur faire lire ça. A force de voir des conspirations partout, on en arrive a douter de tout ! Tant que ça se borne a la politique ou aux ovnis, c'est pas trop grave, mais là, NON NON NON

Excusez mon enervement, mais il y a des choses avec lequelles on ne plaisante pas.

Cordialement.

Marcus

Bonjour, un peu en retard pour vous répondre. Ne vous énervez pas. Allez voir les sites "cités" plus haut. Vous vous ferez une idées. Il y a 90 pathologies que l'on incriminent au soi disant sida.Laquelle serait la bonne. Terrible la souffrance des gens qui se meurent, non pas du sida, mais des terribles traitements qu'on leur inflige, non pas pour les guérir mais (cela a malheureusement été dit) nous sommes trop nombreux sur terre alors on se fait notre selection naturelle. Là, je m'enerve, parce que c'est une honte de leurrer de pauvres gens qui ne croient qu'en la sacro sainte medecine. Vive la chimio, vive la trithérapie. S'il vous plait, ne vous laissez pas "penser" par les autres; Réagissons tous ensemble. Avez vous entendu parler de "décodage des maladies", de nouvelle Médecine. Cherchez et vous verrez qu'il y a autre chose que toute ces cochonneries que nous devons avaler pour soi disant "GUERIR" Amicalement. Claude --Resize_Images_Alt_Text--

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Padré

EcliptuX, en lançant sont topic du samedi 16 novembre 2002 " si le SIDA était un canular ?" , minait, grave, le terrain avec un sujet ultra sensible, tellement à contre-courant des idées reçues.

J'avoue avoir été perplexe lorsque j'en ai pris connaissance.

Mes connaissances en médecine, chimie, biologie étant par trop limitées, je ne me suis pas permis d'évoquer des "rare connerie" ou "des insanités pareilles".

Je me suis contenté de lire les liens d'Ecliptux, seul moyen de se faire une idée. --Resize_Images_Alt_Text--

Je dois avouer que c'est renversant et en fait la question était plus que pertinente.

En parallèle du lien proposé : http://perso.wanadoo.fr/sidasante/

je vous conseille aussi : http://perso.wanadoo.fr/sidasante/critique/malvir.htm , lien qui démonte le bluff du Dr Robert Gallo qui avait commencé par annoncer la prétendue découverte du "premier rétrovirus humain" (HTLV-1).

Et la confirmation implicite du grand bluff avec des gens aussi sérieux que Walter Gilbert, Professeur de Biologie Moléculaire, Prix Nobel de Chimie 1980, Kary Mullis, Biochimiste, Prix Nobel de Chimie 1993 et même le Professeur Luc Montagnier. !!!

En conclusion, laissez-moi vous raconter une histoire :

C'est un petit garçon de 5 ans qui va la 1ère fois au zoo. Son papa lui a toujours expliqué qu'il verrait une girafe qui a un long, long, très long cou. Si long que même avec une échelle, il n'arriverait pas en haut.

Le petit garçon n'a jamais voulu le croire et lorsqu'il se trouva face à la girafe, il dit :ce n'est pas possible, çà n'existe pas !!!

--Resize_Images_Alt_Text-- --Resize_Images_Alt_Text-- --Resize_Images_Alt_Text--

Padré

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est bien vrai que le terrain est sensible.

L'épidémiologie montre manifestement que quelque chose ne tourne pas rond dans l'hypothèse VIH donne SIDA.

Pourtant, nos virologistes (Barre-Sinoussi et Montanié) prétendent avoir fait passé quelque chose d'une culture à une autre, ce quelque chose étant lié à ce syndrome d'immunodéficience acquise.

L'article suivant :

IARC Monogr Eval Carcinog Risk Chem Hum Suppl 1980;(2 Suppl):85-106

Related Articles, Links

Mutagenesis assays with bacteria.

Davis A, Devoret R, Green M, Hofnung M, Kawachi T, Matsushima T, McCann J, Mohn

GR, Norpoth K, Radman M, Rosenkranz HS, Venitt S

indique clairement qu'un collibacille, soumis à un stress mutagène (qui modifie l'ADN) le plus souvent chimique, libère à partir de son propre ADN des virus capables de se reproduire (le codage des protéines indispensables à son fonctionnement est bien là) et de se multiplier. Ces virus, spécifiques du colibacile, vont alors le tuer. Comme si la nature voulait préserver le genre des colibacilles d'une mutation génétique dangereuse. (tout ceci est enseigné en fac)

Or, nos propres cellules comportent une structure provenant d'anciennes bactéries : la mitochondrie, usine chimique de la cellule comportant son propre ADN. Et voici mon hypothèse: ce virus, peu contagieux comme l'a admis le Pr. Montanié, n'apparaîtrait-il pas lorsque la cellule d'un lymphocyte, le premier sur le terrain lorsqu'un corps étranger arrive, est mis en présence d'un mutagène. Son ADN mitochondrial libèrerait alors ce VIH pour détruire cette cellule dont l'ADN serait abimé?

Quelles seraient ces molécules?

Il me semble que cela pourrait être les composé oxydés de l'azote, qu'ont retrouve dans les poppers (nitrites), l'AZT (azotures), pas mal d'antibiotiques chimiques: les chloramphénicol (dérivé nitré) très utilisé en Afrique pour les salmonelloses, le sulfaméthoxazole qui libère facilement du monoxyde d'azote.

C'est une hypothèse bien sûr, mais il serait bon qu'elle puisse être sinon discutée, au moins rejetée avec des arguments incontournables.

Il me semble que cette maladie, et j'en ai eu l'intuition il y 20 ans, quand on a commencé à en parler, serait en fait une manière de cacher ce qui est de plus en plus patent : la thérapeutique utilisant des composés chimiques qui tuent les bactéries tue aussi l'homme, et cet échec de la pharmacopée n'est évidemment pas acceptable pour qui vous savez.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anjayl

long, mais pour les interéssés, en vaut la peine... ( pour feter mon retour --Resize_Images_Alt_Text--Un point de vue de guérisseur sur le SIDA

Nous sommes chacun un système d'énergie. L'énergie coule à travers notre être et est dirigée par notre conscience. Quand nous sommes en bonne santé, ou en équilibre, l'énergie coule facilement.

Le flux de l'énergie est régulé par sept centres d'énergie, appelés chakras.

Toute maladie ou affection peut être décrite comme une condition de déséquilibre. Le SIDA (ou être HIV positif) est une condition de déséquilibre affectant le système immunitaire. Le système immunitaire est gouverné ou contrôlé par la glande du thymus, laquelle à son tour est régulée par le chakra du coeur. Le chakra du coeur est cette partie de notre système énergétique affectant et affecté par nos perceptions d'amour.

Le SIDA, donc, est une condition de déséquilibre qui est d'une certaine manière reliée aux perceptions d'amour de l'individu.

La maladie a commencé parmi ces membres de notre société dont les styles de vie ont créé un sens de séparation de ceux qu'ils aiment. Sans l'amour dont ils avaient besoin, et ne voyant aucune manière de sortir de leur dilemme, ces personnes décidèrent à un certain point qu'ils mourraient plutôt. Alors le système immunitaire se détériorait de façon que leurs souhaits puissent être réalisés.

Parmi les membres de la communauté homosexuelle, la détermination d'affirmer la liberté de l'expression sexuelle était accompagnée par un besoin de cacher cette préférence sexuelle à leurs parents, à leurs associés d'affaires et aux membres de la communauté hétérosexuelle en général, par peur de ne pas être acceptés, pas être aimés.

Avec les attitudes généralement puritaines de la communauté hétérosexuelle, les craintes étaient souvent justifiées, mais la situation créait aussi chez beaucoup de membres de la communauté gay une non acceptation d'eux-mêmes, se voyant eux-mêmes d'une manière où ils se jugeaient, ce qui stimulait encore plus un ton péremptoire à exercer leurs préférences sexuelles, avec une demande plus forte d'acceptation.

Sans une acceptation d'eux-mêmes , cependant, ils auraient de la difficulté à reconnaître l'acceptation des autres. Il resterait la suspicion que les autres sont en train de les juger comme s'ils se jugeaient eux-mêmes.

Dans la communauté haïtienne, la dure autorité martiale imposée par les dictateurs Duvalier créait une atmosphère de suspicion et de peur, même entre les membres de la même famille, éclipsant l'amour. A nouveau, le style de vie des gens créait un sens de séparation de ceux qu'ils aimaient. Et donc, le SIDA est apparu là-bas aussi.

Les utilisateurs de drogues, qui étaient affectés, étaient en train de vivre des styles de vie les séparant de ceux qu'ils aimaient, et donc ils fermèrent leurs coeurs. Leurs enfants, ne trouvant pas l'amour dont ils avaient besoin, commencèrent aussi à mourir - à nouveau, d'un manque d'amour. Quand ces enfants allaient à l'école publique, ils étaient séparés, frappés d'ostracisme, et à nouveau pas aimés - parce qu'ils étaient malades!

Ils avaient peur et les parents d'enfants en bonne santé demandèrent que les enfants sidaïques soient retirés des écoles. Donc, il y avait plus de non-acceptation.

Nos perceptions créent notre réalité. Nous pouvons dire que ceux qui ont développé le SIDA avaient la perception qu'ils n'étaient pas aimés. Cette perception était alimentée et renforcée, et ces gens étaient capables d'affirmer encore plus le croyance de base qu'ils n'étaient pas aimés, et de se prouver à eux-mêmes que c'était vrai. Ensuite, ils se demandaient qu'est ce qu'il y avait à vivre là?

La réponse de beaucoup, à ne pas se percevoir eux-mêmes comme étant aimés, était de ne pas aimer en retour, et ainsi le chakra du coeur se fermait de plus en plus, affectant la glande du thymus et le système immunitaire.

Notre société créait le SIDA pour nous montrer que nous avions besoin d'aimer plus. Nous sommes entrés dans l'Age du Verseau, l'âge du chakra du coeur. Nous sommes, en tant que conscience planétaire, entrés dans un âge dans lequel ça ne fait plus de sens de penser en termes séparatistes, ou en termes de conflit. Nous sommes obligés maintenant de penser en termes de coopération, en terme de ce que nous pouvons faire pour aider les autres, en terme d'amour, en termes de service.

C'est évident, par exemple, que nous ne pouvions pas dire à la Russie que Tchernobyl était son problème. Nous avons vu que des événements dans un pays peuvent avoir des effets sur d'autres pays, si ce n'est dans le monde entier. C'est devenu une obligation de penser en des termes plus globaux, et en fait, nous avons commencé à le faire.

Le SIDA, comme n'importe quel condition de déséquilibre, peut être guéri. Ce que cela demande est l'amour.

Un jeune homme à San Francisco qui avait développé le SIDA a reçu une thérapie radicale, qui a renversée les effets de la maladie et a résulté en sa guérison. Il avait à marcher à travers les rues portant des ballons, étant évidemment différent, et lorsque des passants le regarderaient, il avait à leur donner une carte disant "je t'aime."

Au début, il se sentit très voyant. Le second jour, c'était plus facile. Au troisième jour, il sentit vraiment l'amour pour ces autres Etres qui le voyaient comme différent - et il se sentit également aimé, même avec ses différences. Il guérit.

Louise Hay, une extraordinaire guérisseuse américaine, a eu beaucoup de succès, pour faire reculer le SIDA, en focalisant sur les aspects de pardon et d'acceptation de soi, et utilisant des thérapies mettant l'emphase sur ces qualités. Ses succès montrent l'efficacité de cette approche du coeur. Elle a eu plus de succès avec les patients sidaïques que n'importe quel autre individu dont j'ai entendu parler.

Dans l'expérience de cet auteur considérant les guérisons de patients avec le SIDA, le facteur logique était le déséquilibre du chakra du coeur, et la pauvre qualité de leurs relations dans leurs vies. Son docteur dit à un jeune homme, qui fut capable de s'ouvrir pour recevoir de l'amour pendant une guérison, qu'il n'avait pas le SIDA après tout , mais seulement une infection générale causée par un champignon, le Candida. Pour un autre qui a été guéri, son docteur lui a dit que le diagnostic originel devait être une erreur.

Les gens peuvent guérir du SIDA quand ils apprennent à reconnaître l'amour, et à lui faire confiance, et se placent eux-mêmes dans des relations qui les nourrit plutôt que de les punir. C'est à dire qu'ils apprennent à arrêter de se punir eux-mêmes et ainsi s'autorisent eux-mêmes à être nourri. Ils apprennent à s'accepter eux-mêmes et même d'accepter les autres qui ne les acceptent pas.

Avec l'acceptation, avec l'amour, le chakra du coeur peut de nouveau fonctionner normalement, ramenant la force à la glande du thymus et par conséquent au système immunitaire. L'individu peut alors décider qu'il y a quelque chose pour lequel vivre, après tout, puisque l'amour est à nouveau dans sa vie. Le flux de l'énergie est restauré, résultant dans un retour vers l'expérience d'intégrité que nous connaissons comme la santé.

Nous sommes des Etres d'énergie. Quand nous bloquons ou interrompons le flux de cette énergie, le résultat est la maladie ou une blessure. Quelquefois cela arrive comme un appel pour de l'amour.

Nous avons chacun la capacité de restaurer le flux d'énergie et de fournir une abondance d'amour où il y a une perception de manque. Lorsque nous faisons cela, une guérison se produit.

Il est impératif maintenant que nous gardions nos coeurs ouverts et que nous remplacions les jugements par l'acceptation. Il est vital que nous apprenions à aimer encore plus et à nous autoriser nous-mêmes à être aimer. Nous devons nous rapprocher dans nos relations et utiliser la communication pour clarifier les incompréhensions et les désaccords. Quand nous pouvons nous maintenir dans un espace aimant, nous aurons un effet positif sur notre entourage, un effet de guérison.

Avec nos coeurs ouverts à l'amour tout autour de nous, et en s'acceptant complètement nous-mêmes, nous ne créerons pas les conditions dans lesquelles le SIDA se développe.

La réponse est l'acceptation. La réponse est l'amour.

par Martin Brofman, Ph.D.

The Brofman foundation for the advancement of healing .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Finalement, il y a un moyen de savoir si cette histoire de SIDA est vraie ou fausse.

Il faudrait exposer un sidéen ayant un taux de CD4 bas, donc, sensé succomber à n'importe qu'elle infection en quelques jours, à un virus de rhume quelconque. Ou alors, pour que ce soit plus sécurisé, à une bactérie pathogène mais pas trop (une salmonelle par exemple. En gros, il suffit de lui faire manger des oeufs ou du fromage), pour laquelle on dispose d'antibiotiques. Et ensuite, on verrait s'il tombe très malade ou pas. Je suis sur qu'on aurait des surprises.

Bien entendu, il vaudrait mieux avoir un sidéen ne prenant pas de tritérapies, ce serait plus probant. Sinon, on pourrait toujours dire que la tritérapie à aidé à ce qu'il ne tombe pas malade.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité zeh
Finalement, il y a un moyen de savoir si cette histoire de SIDA est vraie ou fausse.

Il faudrait exposer un sidéen ayant un taux de CD4 bas, donc, sensé succomber à n'importe qu'elle infection en quelques jours, à un virus de rhume quelconque. Ou alors, pour que ce soit plus sécurisé, à une bactérie pathogène mais pas trop (une salmonelle par exemple. En gros, il suffit de lui faire manger des oeufs ou du fromage), pour laquelle on dispose d'antibiotiques. Et ensuite, on verrait s'il tombe très malade ou pas. Je suis sur qu'on aurait des surprises.

Bien entendu, il vaudrait mieux avoir un sidéen ne prenant pas de tritérapies, ce serait plus probant. Sinon, on pourrait toujours dire que la tritérapie à aidé à ce qu'il ne tombe pas malade.

Juste une question, et si le malade meurt, tu diras quoi à sa famille, c'était un test pour voir s'il allait mourrir?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Vol-de-nuit

Anjayl,

Love and peace ... Ton texte m'a rappelé l'époque des chemises à fleurs.

Il est fort possible que le travail de retour vers les valeurs de l'amour puisse aider une personne à trouver de nouvelles ressources pour combattre une maladie.

Mais je m'occupe d'alcooliques chroniques et je n'ai pas encore rencontré de cas de sida parmis eux, hors ces personnes sont pour la plupart en rupture de relation au même titre que les consommateurs de drogues.

Par contre beaucoup finissent par mourir de leur alcoolisme, et ils semblent développer facilement des tumeurs malignes. Ce n'est pas un scoop l'alcool, surtout s'il est associé au tabac, est un facteur de risque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Finalement, il y a un moyen de savoir si cette histoire de SIDA est vraie ou fausse.

Il faudrait exposer un sidéen ayant un taux de CD4 bas, donc, sensé succomber à n'importe qu'elle infection en quelques jours, à un virus de rhume quelconque. Ou alors, pour que ce soit plus sécurisé, à une bactérie pathogène mais pas trop (une salmonelle par exemple. En gros, il suffit de lui faire manger des oeufs ou du fromage), pour laquelle on dispose d'antibiotiques. Et ensuite, on verrait s'il tombe très malade ou pas. Je suis sur qu'on aurait des surprises.

Bien entendu, il vaudrait mieux avoir un sidéen ne prenant pas de tritérapies, ce serait plus probant. Sinon, on pourrait toujours dire que la tritérapie à aidé à ce qu'il ne tombe pas malade.

Juste une question, et si le malade meurt, tu diras quoi à sa famille, c'était un test pour voir s'il allait mourrir?

Si je propose ça, c'est que je suis sur à 99,999 % qu'il ne lui arrivera rien, évidemment.

Pour la bonne raison que l'expérience se déroule tout les jours. Tous les jours, il y a des HIV positifs qui ont des taux de CD4 bas qui cotoient des gens qui ont des rhumes, ou qui absorbent des légionnelles en prenant leur douche, ou des salmonelles en mangeant du fromage ou des oeufs, et à qui il n'arrive rien. C'est bien pour ça que ce qu'on nous dit être le SIDA n'en est pas un (cf. un de mes posts précédents).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Juju

Hier, j'ai vu deux trois reportages évoquant la mise en place, d'ici 3 à 5 ans, d'un vaccin contre le SIDA...(vaccin qui permettrait l'arrêt des traitements habituels)

Donc, vu qu'il y avait le mot vaccin, ca a fait grizit grizit dans la tête...Et en plus SIDA, d'où ce petit scénario qui m'est venu en tête :

de plus en plus de personnes, notamment des "chercheurs" ou médecins, se rendent compte que l'arrêt des thérapies actuelles est un bienfait évident pour les séropositifs. Ils contastent aussi, c'est peut être pire, que beaucoup de "cobayes" ont constaté les mêmes faits !!!...Mais comment ca ? On ne soigne pas et la maladie s'en va ? On m'aurait menti !!!

Bref, deux solutions se présentent à ces "détenteurs de vérité" :

- reconnaitre leurs erreurs des vingt dernières années et admettre que le SIDA n'est pas ce qu'ils prétendaient être...

Imaginez les conséquences pour tous les malades, et même tout le monde s'ils annoncent cela !!!!

- une bien meilleure solution : on ne dit rien... Et on invente un vaccin, avec un peu de sucre et d'eau, ca fait pas de mal et de toute façon personne n'ira vérifier... On balance le vaccin et en même temps on annonce "arrêtez vos autres traitements !!!"

Bilan : les malades guérissent et surtout les sousous rentrent! Ben oui, faut bien le payer ce vaccin !!!

Et surtout autre bénéfice : ca permet de proclamer haut et fort, pour clouer le bec aux Anti-Vaccinnalistes : "Voyez, un vaccin c'est utile !"

Bref, d'une pierre deux coups !!!

Mais si l'on résonne sur l'influence essentielle du psychique sur la maladie : le vacciné arrête non seulement ces traitements dangereux - premier point positif, mais surtout se dit "Je vais enfin guérir" - deuxième point positif. Il voit ensuite en effet sa santé s'améliorer et le cercle vertueux se met en place...

Est-ce vraiment grâce à ca vaccin !!!!!?????

En tout cas, affaire à suivre !!!

a+

Juju

Modifié par Juju

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben oui, bien sur, ils veulent enterrer l'affaire. Moi aussi, quand j'ai entendu, parler de ce vaccin, hier, ça a fait tilt. Eh oui, le vaccin, c'est leur solution la meilleure pour faire oublier le SIDA. Comme tu le dis, ça fait d'une pierre deux coups.

Et comme personne ne se soucie plus des gens qui sont morts durant la période AZT, même si l'affaire devait éclater d'ici 2 ou 3 ans, personne (ou pas grand monde) ne viendra faire de procès. Pour un truc qui est arrivé il y a 10/15 ans et qui n'a tué qu'un nombre limité de personnes, il n'y aura pas grand monde pour se mobiliser. Et, pour l'impact dans les médias, ce serait relativement mineur. Au mieux, il y aura quelques actions en justice. Mais, en les faisant trainer en longueur et en se concentrant sur quelques lampistes, ça n'aboutira pas à grand chose.

Modifié par aixur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...