Aller au contenu
forum sidasante

petitpiment

Membres
  • Compteur de contenus

    7
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de petitpiment

  • Rang
    Débutant
  • Date de naissance 30/11/1961

Profile Information

  • Location
    Suisse
  • Interests
    Tennis
  1. Je trouve que le mot de "dissident" est en fait mal choisi car il fait peut-être penser (pour moi en tout cas) aux dissidents de l'union soviétique qui contestaient le communisme, ce qui n'a rien à voir avec la sience médicale. Il faudrait éviter que les discussions ne soient plus qu'une question de croyance: ceux qui croit au Vih et ceux qui n'y croient pas car comme tout débat basé sur la croyance (en Dieu par exemple) on arrivera jamais à rien puisqu'on ne peut rien prouver. La meilleure façon pour les uns et les autres de montrer qu'ils ont raison est de résoudre le problème de façon scientifique et donc le plus important est de douter et de chercher. Je suis tout à fait d'accord avec l'approche de Rozen: relever les incohérences, poser les bonnes questions. Surtout ne pas devenir dogmatique à son tour!
  2. Il me semble qu'il y a une contradiction lorsque le médecin me dit que, si je suis resté séro-négatif, ce pourrait être parce que je serais immunisé: Pour être immunisé contre un virus il faut avoir les anticorps capable de le détruire, non? Si je possédais les anticorps au VIH ne devrais-je pas être déclaré séro-positif? Ou n'ai-je pas vraiment tout compris? Merci de me corriger.
  3. Merci pour vos commentaires et voici les réponses à vos questions. Aixur&Viduité C'est sans doute une bonne idée que de refaire un test de façon anonyme mais j'ai lu dans ce forum quelque part que celui-ci serait de toute façon positif si la personne est en thérapie et qu'il faudrait d'abord arrêter puis attendre plusieurs mois pour que le test ne soit pas fausser. Est-ce vrai? Napo Je ne sais pas pourquoi le médecin à fait ses analyses de sang. Ma femme vient du Kenya. Merci pour la bise Cheminot Avant de subir le test ma femme recevait régulièrement des injections pour augmenter le taux de fer dans le sang, pas d'autres traitements. Une année après environ elle a commencé à prendre des ARV (Trizivir). Elle n'a pas eu de vaccinations et elle n'était pas enceinte. Je ne sais pas si les deux tests étaient des ELISA ou des Western Blot, ni les résultats détaillés. Lors de la prochaine visite médicale ce sera une des nombreuses questions que je poserai au médecin. Liane&Wallypat Tu n'as peut-être pas tort de penser que le médecin lui est tout de suite collé l'étiquette "sujet à risque" du au fait qu'elle soit africaine. Concernant les relations anales: je ne savais pas que le sperme dans le rectum pourrait affecter le systême immunitaire. J'ai lu un post de Wallypat qui en fait mention en parlant de rapport à très haute fréquence...je suppose qu'il veut dire plusieurs rapports par jour (?) et chaque jour de la semaine (?). Quoiqu'il en soit j'aimerais savoir pourquoi le sperme serait nocif dans le rectum et pas dans le vagin...et dans la bouche? DDL Je vois que tu n'es pas convaincu par la dissidence et je trouve que tu as raison: tant que l'on aura pas trouver exactement ce qui est la cause de la baisse d'immunité il vaut mieux rester prudent. Il se peut que le SIDA ne soit pas contagieux ou que je sois immunisé ou que j'ai de la chance ou même que ma femme soit un faux positif...allez savoir. J'ai aussi l'impression que le business SIDA est trop intéressant (financièrement) pour y mettre fin.
  4. Je comprend ton étonnement Napo mais voici quelques réponses. Ma femme est africaine, parle l'anglais et un peu l'allemand (nous vivons dans la partie germanophone de la Suisse) et elle n'est en Suisse que depuis 1998. Le problème de communication et la confiance dans notre système de santé explique en partie cette obéissance, de plus par son éducation, elle n'a pas l'habitude de contester les autorités médicales et autres. La remise en question du préservatif vient de moi, je n'ai pas peur de ne plus l'utiliser. Mais le médecin lui a bien mis dans la tête qui fallait l'utiliser pour me protéger, que si je devenais séropositif elle serait responsable! Tu vois que je dois d'abord convaincre ma femme mais je ne veux pas être péremptoire et la forcer car cela lui donne un sentiment de culpabilité et de malaise. Il y a encore un mois je n'avais pas de raison de penser que tout ou partie de ce que l'on nous raconte pouvait être faux. Je me posais des questions, notamment pourquoi je ne suis pas devenu séropositif à mon tour, mais sans plus. Je faisais régulièrement des tests (tous négatifs). Je laissai donc ma femme suivre ce que le médecin lui disait. Maintenant je pense que je devrais aller avec elle lors de ces visites médicales et demander de reprendre tout depuis le début (notamment l'analyse du taux de fer dans le sang) et de donner plus de justification sur ce qu'il décide.
  5. Merci Napo pour ton intérêt, voici les réponses: Lors d'une analyse de sang le médecin a remarqué que le taux de fer était inférieur aux valeurs normales. C'était un simple contrôle, ma femme n'était pas malade, elle ne l'est pas non plus aujourd'hui. Il n'y a pas eu de discussion sur une raison possible de la séropositivité, sans doute était-ce clair dans la tête du médecin... Environ une année après le test, lorsque le taux de CD4 est descendu en dessous d'environ 250 le médecin spécialiste a décidé qu'il fallait prendre des antirétroviraux.
  6. Wallypat: Merci pour ta longue réponse, ma première réaction à chaud est la suivante: je n'ai pas lu 100% de la synthèse mais dans cette synthèse il y a une présentation de Cheminot dont la conclusion à propos du SIDA est: "ce trouble pourrait être une maladie alloimune...cette dégradation de la santé est transmissible...cette transmission est évidente lors de transfusion de sang..." Il semble donc que tout le monde dans ce forum ne soit pas convaincu que cette maladie n'est pas infectieuse. Serais-tu d'accord de recevoir une transfusion sanguine d'un séropositif? Bon week-end
  7. Bonjour à tous et bonne année, je suis nouveau sur ce forum que j'ai découvert il y a un mois et j'aimerais avoir vos avis: Il y a 3 ans le docteur de ma femme qui, depuis 2 ans, lui donnait des médicaments pour augmenter, en vain, son taux de fer dans le sang se décida de lui faire un test au VIH qui se révèla positif. Incrédules et tout de même inquiets nous firent tous deux le test chez mon médecin: elle positif, moi négatif. Donc pendant des années nous ne prenions aucune précaution et malgré cela je n'ai pas été contaminé. Le médecin spécialiste du SIDA n'avait pas d'explication autre que: - soit j'ai eu de la chance, - soit je serais immunisé: il parait que 5% de la population le serait (qu'en pensez-vous?) Apès cela notre activité sexuelle s'est ralentie, ma femme étant déprimée, puis une année plus tard les médicaments de la thérapie ont nettement baissés sa libido. De plus le médecin nous recommanda d'utiliser le préservatif ce que nous fimes, à quelques exceptions près, mais cela diminua aussi mon plaisir et donc mon désir. Depuis que j'ai découvert les arguments des dissidents (d'abord dans un livre) et ce site j'aimerais avoir vos avis: serait-il déraisonnable de ne plus utiliser le préservatif? Certes il n'est pas démontré que le SIDA provient du VIH mais c'est une hypothèse valable et il est, sans doute, exagéré de dire qu'il n'existe pas de virus. Le fait que ce n'est pas démontré ne veut pas dire que c'est faux. Il semble à peu certain qu'une transfusion sanguine transmet le SIDA donc il y a bien un agent pathogène dedans: êtes-vous d'accord avec ça? Pour une transmission de cet agent pathogène de la femme à l'homme lors d'un rapport vaginal il faut que celui-ci se trouve dans les sécrètions vaginales puis traverse la peau du pénis: d'après une publication que j'ai trouvé sur ce site la probabilité d'infection serait de 5 sur 10000. Sur le site où est publiée cette table il n'est pas expliqué comment sont calculés ces probabilités, dommage. Si ceci est juste (?) on pourrait se dire qu'effectivement c'est par chance que je n'ai pas été contaminé: en admettant 2 rapports par semaine pendant 3 ans cela fait environ 300 rapports, on est encore loin de 1 pour 2000. D'après cette statistique le risque est nettement plus élevé en cas de sodomie, curieux, non? Pour autant que je sache le rectum ne produit pas de sécrètion (suis-je dans l'erreur?), de plus l'utilisation de lubrifiant (vaseline) devrait plutôt réduire la possibilté de transmission. Cette étude statistique ne précise pas s'il s'agit d'un pénis circoncis ou pas: cela fait surement une différence car la peau d'un gland circoncis (mon cas) n'est pas fine. Cette statistique n'a peut-être guère de valeur, en tout cas pas scientifique, comme beaucoup d'articles publiés sur le SIDA me semble-t-il... Je m'arrête là, c'est déjà assez long mais j'espère que vous serez nombreux à me donner votre avis et je vous en remercie par avance. Petitpiment
×
×
  • Créer...