Aller au contenu
forum sidasante

Alexandrie

Membres
  • Compteur de contenus

    4
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de Alexandrie

  • Rang
    Nouveau venu

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Location
    dans le sens opposé des moutons
  1. Cela fait deux jours que je retourne tout dans tous les sens , et s'il y a bien quelqu'un de sourd ce doit être moi , voilà quand le médecin m'a fait faire la prise de sang en me parlant du test du sida, j'ai du flipper, pensant que s'il me le faisait faire c'est qu'il y avait une bonne raison et me rappelant que le gynéco pensait à une maladie grave, il n'y avait qu'un pas pour m'imaginer le pire. Je pense que je n'ai rien écouter de ce qu'il me disait, et sûrement même que j'ai du rien comprendre du tout tellement je me refusais d'entendre le pire , donc je ne comprends pas ce qu'il m'est arrivé (pas étonnant que mon histoire me semblait si différente... ) Cela fait deux jours que je cherchais si j'avais encore les résultats de ma prise de sang, que je n'avais pas du regarder , mais que j'avais quand même mise quelque part, et bref, ce matin j'ai trouvé la fameuse prise de sang faite en 1993, et le test Elisa qui se trouvait en dernière page Il est bel et bien NEGATIF Faudra bien que j'aille voir mon médecin et lui demandé ce qu'il voulait alors dire l'année dernière par le fait qu'il ne voulait pas parler de ma santé alors que mes enfants étaient dans la pièce à côter Je ne suis pas sortie de l'auberge Je suis désolée d'avoir mis mon témoignage sans aller d'abord vérifier mes prises de sang Je vais demander, à ce que mon témoignage soit supprimer dans le forum, ainsi que dans le dossier sur le sida ... Mille excuses S'il y avait un féminin de gaston la gaffe, ce serait moi
  2. Merci diamant bleue, ma demande de nouveau pseudo est partie, j'attends la réponse Laurie, il n'y a pas de problèmes tu peux me poser des questions, j'essaierai d'y répondre Pierrot, je lisais tes dernières nouvelles depuis quelques jours, et je dois dire que tu m'as aussi donner l'envie de raconter mon histoire, merci Cheminot, c'est vrai que les deux médecins que j'ai rencontré ont agi différemment de certains et je n'en suis consciente que via internet et tous les témoignages, et je dois dire que j'ai eu de la chance effectivement. Wallypat, c'est certain que l'effet de l'annonce joue beaucoup, mais les premiers traitements ont aussi faussé beaucoup de chose. Si les premiers traitements auraient marché et si on avait pas mis la pression de prendre les traitements qui rendaient malade, l'effet d'annonce aurait aussi été moindre dès les premières années passées, l'un ne va pas sans l'autre à mon avis
  3. Pierrot, la migraine existe depuis tellement de temps et pourtant il y a encore moins de vingt ans, il y avait un médecin qui m'a dit que je n'en mourrai pas, mais que je mourrai avec La même chose avait été dite à ma mère vingt ans plus tôt Heureusement que j'en ai parlé à un autre médecin, qui m'a prescrit un traitement de fond, que je n'ai pris que moins de deux ans, puisque six mois et puis arrêt pendant six mois, et puis mes migraines se sont estompées d'elles mêmes. résultat, maman ne souffre plus de migraine depuis une vingtaine d'année, moi mes migraines se sont estompées pour disparaitre depuis 4 ans, juste quelques maux de têtes occasionnellement mais très supportables. Chez ma soeur aussi les migraines ont fortement diminué en intensité Je suppose que pas mal d'autres cas semblables ont du exister aussi avant nous, alors pourquoi nous ont ils pas donner un peu d'espoir, en disant que cela pouvait s'atténuer avec le temps ? L'espoir ont l'a puisé en nous La plus grande force est en nous
  4. Tout d'abord, je tenais à préciser, que je ne suis pas la même Laurie que si dessus Le choix de mon pseudo a été fait en suivant mon instinct, j'avais d'abord tenté "laura" mais il était déjà pris, j'ai voulu choisir laurie, mais il était déjà pris, j'ai pourtant fait une recherche, mais n'ai pas vu de post de laurie à l'époque, c'est à dire plus d'un mois d'ici, et j'ai donc opté pour "laurie" et c'est ce matin que j'ai vu pour la première fois des posts de laurie. Si mon pseudo prête à confusion ou bien si laurie préfère que je le change et que ce soit possible, je n'ai aucun problème à le faire, et encore désolée je me suis dit que c'était peut être encore un signe En attendant, ce matin en lisant le témoignage de laurie, j'ai fini par prendre mon courage et vous raconter mon propre témoignage. Il est tellement différent de tout ceux que j'ai pu lire, que j'ai vraiment hésité à le raconter Je vais essayer de faire court, mais j'en doute que je parvienne . 1983, après la naissance de mon fils pendant près de deux ans, j'ai eu quelques hémorragies, un médecin traitant me donnait à l'occasion des gouttes, qui semblait arrêter mes hémorragies, en tout les cas pendant un certain temps.(je pense avoir découvert la cause de mes hémorragies, enfin j'ai trouvé deux solutions, dont une psychologique, et une par empoisonement par métaux lourds) 1986, après une hémorragie plus importante, je me décide d'aller consulter un gynécologue, à première vue, cela paraissait important, et il me l'a fait comprendre, je me rappelle juste qu'il a parlé d'une nouvelle maladie grave, et je me rappelle juste le premier mot "syndrome..", donc il m'a donner du bactrim, et m'a fait passer un test Me rappelle pas vraiment des résultats, juste que pour moi c'était plus tôt bon, mais pour être sûr le médecin a dit qu'il fallait refaire un deuxième test, et apparement le test était comme le premier... Après les antibiotiques, et le fait qu'enfin mon mari était d'accord que je prenne la pilule (je ne voulais pas de deuxième enfant juste après le premier), mes hémorragies se sont arrêtées. Et je n'en ai plus jamais eu. J'ai été suivie régulièrement par le gynécologue à raison de deux fois par année. Et j'ai bien sûr changer de médecin traitant très vite. Quelques années ont du se passer, deux ou trois ans, je n'arrive plus à situer Mon nouveau médecin traitant, me fait passer une prise de sang, et au moment où la prise de sang était faite, il m'a dit qu'il allait aussi demander à faire le test du sida j'ai pas vraiment réagi, mais étant sûre que je n'avais rien à me reprocher par rapport à ce que l'on entendait à la tv, j'ai pas refuser non plus, je me disais qu'après tout, cela me rassurerai Je n'ai jamais pris de drogues aucunes, sinon pas mal de médicaments à cause de mes migraines et cela allait jusque 3 à 4 crise par mois, donc on peut s'imaginer le nombre d'anti douleurs et autres que j'ai pu ingurgiter Me voilà chez le médecin pour mes résultats de prise de sang, comme je ne connaiszais pas grand chose dans les termes médicaux (enfant, on allait pas chez le médecin pour un rhume, ou une grippe, nos corps réagissaient très bien tout seul, et juste des petits trucs de grand-mère) , et que j'étais sûre d'aller bien, je ne l'ai écouter qu'à moitié va t on dire . Il m'a parler de beaucoup de globules blancs, ce que j'ai compris c'est que je devais avoir une infection (forcément, je suppose que je devais avoir eu un petit truc pour aller chez le médecin, donc je trouvais cela normal ) Si par hasard, il a du parler de mes T4, j'ai rien du comprendre, donc je ne me suis pas plus préoccuppée. Ma question a juste été, et le test du sida ? D'un air neutre, il m'a répondu direct,que c'était positif. C'est là que ma réaction différe de tout le monde, j'ai toujours pas compris Je n'ai donc pas entendu, "vous êtes séropositive" mais 'c'est positif" donc dans ma tête, tout est positif, signifiait qu'il n'y avait pas de problèmes.... je pense que j'ai même fait un petit sourire, et d'un air neutre, j'ai parler tout d'un coup d'autre chose Il n'y a pas eu d'autre prise de sang, et aucuns des traitements dont vous parler ce qui m'a certainement continué à faire penser que j'avais bien compris le sens de la réponse Est ce du au fait de ma réaction , ou bien d'autres choses, je n'en sait rien Quelques année plus tard, j'ai eu un deuxième enfant On ne m'a toujours pas parler de traitement quelconque Donc, après tant d'années, et seulement après avoir lu votre forum il y a près de deux ans et encore au début j'avais pas fait vraiment le rapprochement avec mes résultats, j'ai pris conscience de ce que ce mot avait pour signification lors de ce test.... J'ai attendu des mois, c'est à dire l'année dernière, pour demander à mon médecin, mais qu'est ce que j'ai...? Sa seule réponse, a été de me demander où étaient mes enfants, et comme mes enfants étaient dans les pièces à côter, il a juste fait comprendre que c'était pas le moment... Serait ce le fait qu'il n'y comprend pas plus, qu'il ne sait pas vraiment quoi me répondre, sachant que s'il me le dit cela risque seulement de m'affecter...a t il pris conscience que le fait de le dire aux gens les rendaient malade, je ne sais pas... Depuis lors, je n'en ai plus reparler, faut dire que je suis dans le mitigé maintenant, et la peur c'est depuis un an que je l'a vis, et le pire c'est que je me sens complètement seule En fait, je me demande si je dois en parler à mon entourage, au risque de les affoler et de me conseiller de me faire soigner... J'espère que je n'aurai pas offusquer quelques personnes, surtout après avoir lu quelque part, un intervant qui semblait être en colère que certaines personnes n'ont pas du subir de traitement, pour ma part j'ai juste écouter la petite voix à l'intérieur, et ma naiveté m'a quelque peu aidé, mais le combat n'est certainement pas fini non plus
×
×
  • Créer...